Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2020 6 11 /07 /juillet /2020 10:02

Né le 13 juillet 1945, ce qui a changé depuis.

 

Né le 13 juillet 1945, à Saint Germain Lembron dans le Puy de Dôme, j’arrive à ¾ de siècle de vie.

 

La maison ou je suis né le 13 juillet 1945 à Saint Germain-Lembron au lieu-dit La Chadenne.


Avoir 75 ans est à la fois un inconvénient et un avantage, un inconvénient parce que la santé se dégrade et les forces s’affaiblissent, mais il y a un avantage certain car ma longévité m’a mis en mesure d’avoir été un témoin direct de l’histoire. Ce temps d’observation m’a permis de voir les évolutions et de pouvoir un peu les extrapoler en effet ; en mathématiques, on peut extrapoler légèrement une courbe mais plus la courbe réelle est longue, plus l’extrapolation est judicieuse.

 

en 1948

 

le 12 juillet 2020

Une vie bien remplie


Je m’intéresse à la politique depuis l’âge de 15 ans j’ai donc 60 ans de participation aux luttes sociales et de militantisme. Mes observations sont de deux ordres. D’ordre technologique et d’ordre politico-social.

La technologie a peu évolué durant cette période, sauf les applications intéressant l’électronique, pour le reste, les automobiles utilisent toujours des moteurs à explosion et roulent sur des pneus, les avions sont toujours à hélice ou à réaction. La révolution technologique, celle qui eut lieu fin du 19ème siècle et début du 20ème et que j’espérais n’a pas eu lieu. M’intéressant dès 16 ans à l’énergie nucléaire, je pensais que dans les années 2000 on aurais au moins maîtrisé la fusion de l’atome pour produire de l’électricité. Je pensais également que nous serions sur Mars depuis longtemps et qu’une base lunaire serait permanente depuis un moment.

Cependant il y eut une révolution technologique fondamentale et différente de celle attendue, qui entraîna dans son sillage une profonde modification sociale, c’est la connexion d’ordinateurs personnels en réseau et l’utilisation des réseaux sociaux. C’est donc dans le domaine politico-social, à la suite de cette nouvelle technologie, que l’on peut observer les modifications les plus profondes et tenter d’extrapoler ces modifications d’une manière judicieuse.

Dans ma jeunesse, le modèle social d’organisation était la pyramide, ce qui renvoie à une profonde hiérarchisation de la société. Ce modèle avait pour source l’organisation du travail imposée au XIXème et au début du XXème siècle dans les usines avec le « fordisme » et le « taylorisme ». On peut remarquer, même si on n’est pas marxiste, que les rapports de production modélisent les rapports sociaux qui les reproduisent à leur tour.
A l’image d’une entreprise de production, les organisations ouvrières s’organisèrent sur le même modèle pyramidal, ainsi également s’organisèrent les partis politiques, puis une république dite « représentative » s’imposa partout même sous couvert de monarchie constitutionnelle. Il n’y a aucune différence d’organisation sociale fondamentale entre la république française et la monarchie britannique ou espagnole. Une pseudo souveraineté du peuple s’est généralisée dès la fin du XIXème siècle, évidemment pseudo car la souveraineté exercée via le truchement d’intermédiaires, et nommée démocratie représentative, montre à chacun ses effets, cette pseudo démocratie représentative n’a permis aux peuples que de choisir ses maîtres et ne fut jamais authentiquement démocratique.

Le modèle pyramidal s’imposait et s’aggravait avec l’organisation du travail et la prolétarisation des paysans qui auparavant vivaient  en quasi-autosuffisance sur leurs terres.
Dans ma jeunesse, nul ne songeait à remettre en cause ce modèle qui s’imposait à tous, exploiteurs comme exploités, donc tant au sein des entreprises qu’au sein des organisations de la classe ouvrière. A 18 ans j’ai adhéré au Parti Communiste Français, parti prestigieux à l’époque, qui avait gagné ses galons dans la résistance dont j’étais nourri des valeurs, des symboles et des espoirs de par mon entourage. A Bobigny, où je demeurais, le PCF marquait la vie sociale ; sa composition était ouvrière, et de nombreuses usines étaient implantées dans ce secteur géographique de la banlieue parisienne ; on parlait à cette époque d’aristocratie ouvrière, et l’on désignait ainsi les ouvriers les plus qualifiés, notamment en mécanique ou dans le secteur de l’imprimerie. Le chômage était inexistant.   Le PCF avec son organisation léniniste appelée centralisme démocratique aggravait encore l’aspect pyramidal qu’avait chaque organisation politique.

 

Le PCF des années 60 un parti puissant et structurant la classe ouvrière.

 

Il faut quand même préciser que ce type d’organisation pyramidal existe depuis que l’Etat existe, c’est-à-dire depuis près de 6000 ans, ce qui est court par rapport à l’existence sur terre de l’homo-sapiens. Les religions universalistes tournées vers la transcendance comme le christianisme et l’islam ont encore aggravé ce type d’organisation avec la « parole d’Evangile », parole du sommet de la pyramide et ne pouvant être mise en doute.

J’appellerai par comparaison « parole d’Evangile » (avec guillemets) toute information devant être obligatoirement crue sous peine de procès en hérésie et souvent de condamnation à mort, réelle ou sociale.

Quand j’étais jeune, deux types de croyances s’affrontaient, toutes deux aussi dogmatiques. Il y avait ceux qui croyaient dans le bonheur capitaliste, la droite et ses alliés déjà de gauche, et ceux qui croyaient dans le bonheur socialiste expérimenté en URSS et au sein de ses satellites, représentés dans l’hexagone par le seul Parti Communiste Français. Ces deux forces politiques avaient chacune sa religion et ses hérétiques.

Le PCF structurait la classe ouvrière et lui insufflait une morale dite de classe, il régentait les luttes sociales via la CGT ainsi que la lutte anti-impérialiste.

Un bouleversement technologique et un bouleversement social.

Marx, nous dit que les pratiques sociales induisent les idéologies. Pour l’ethnométhodologie dont je suis un adepte, pratiques sociales et idéologies sont identiques, on ne peut concevoir que ce que l’expérience (expérimentation) nous enseigne.

Au début des années 80 du siècle dernier apparut une innovation technique (et non scientifique, comme on dit par abus de langage), l’ordinateur personnel (PC). Les entreprises s’équipèrent rapidement de ces petites machines à la fois utiles pour le traitement de textes et pouvant être liées à des machineries comme superviseur de processus automatiques. Rapidement, les entreprises purent relier les machines entre elles à l’intérieur des entreprises afin de faciliter la communication interne. Ces « intranets » bouleversèrent la gestion de ces entreprises dont beaucoup changèrent leur mode d’organisation de pyramidales en organisation en réseau ; ce furent principalement les entreprises de technologie et nombre d’entreprises industrielles.

 

Le premier ordinateur personnel d'IBM

 

Une pratique de réseau commença à s’imposer dans beaucoup d’entreprises, dont la mienne.

Avec la mise au point du protocole TCP/IP, les réseaux pouvaient sortir de l’entreprise en utilisant les réseaux téléphoniques par l’intermédiaire de MODEM (Modulateur permettant de transporter des données numériques). Mon entreprise fut connectée au réseau Internet dès 1990. Déjà nous avions accès à un nombre centuplé d’informations sur le monde.

Le 11 septembre 2001, outre les attentats sous faux drapeaux, commença la véritable révolution de l’information et la bifurcation de l’organisation du monde vers un nouveau paradigme. (A lire).
Alors que, contre toute évidence scientifique et technique, l’ensemble des institutions mondiales, politico-médiatiques validaient l’incroyable version officielle, le Réseau Voltaire publiait sur l’Internet un jeux des « sept erreurs » démontrant de façon humoristique que la version officielle présentée comme « parole d’Evangile » était techniquement absurde et invraisemblable. Ce petit site réalisé par le fils de Thierry Meyssan se répandit dans le monde comme une traînée de poudre, faisant un tel scandale qu’il déclencha une réplique publique de Donald Runsfeld contre des « négationnistes », « antisémites » français, remettant en cause la version officielle étasunienne et par extension toutes les versions officielles ; ce type de rhétorique s’imposera dans la presse mondiale et les milieux politiques surtout de gauche, il est encore utilisé.
Le site
www.voltairenet.org commença ses publications continuant la parution des feuillets imprimés publiés depuis 1994.

Voltairenet.org organe du Réseau Voltaire dirigé par Thierry Meyssan fut ainsi le premier site mondial de remise en cause des fausses informations diffusées régulièrement par la presse dominante. Rapidement d’autres sites virent le jour dans le monde comme Reopen911 aux USA puis en France dans le sillage de voltairenet.org. Ce type de site dits de ré-information se multiplièrent mais à une cadence assez faible et leur nombre ne permit pas d’influencer profondément l’opinion publique mondiale. Il fallut l’apparition des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour qu’un changement qualitatif puisse se produire.

Le premier réseau social Facebook fut créé en 2004 par Marc Zuckerberg pour devenir accessible à tous en septembre 2006. Facebook atteint un milliard d’utilisateurs dés 2015. Aujourd’hui Facebook compte 2,6 milliards d’utilisateurs actifs par mois.

Un réseau social comme Facebook, puis ceux qui l’on imité, introduit un saut qualitatif dans l’utilisation de l’internet ; c’est le partage d’information. En effet, chacun des membres du réseau peut produire ou reproduire de l’information tandis que celle-ci peut être discutée, critiquée ou repartagée, chaque membre du réseau informatif étant un acteur actif dans la diffusion de l’information, en accélérant ainsi sa qualité. L’information ne vient plus verticalement du haut de la pyramide, ce n’est plus une parole évangile, l’information se diffuse horizontalement au sein du réseau tout en pouvant se modifier. Le résultat en est une critique perpétuelle de l’information et surtout une confrontation de cette information à des sources multiples.

La pratique journalière d’un certain nombre d’humains dans le monde au modelage de l’information, c’est-à-dire sa validation ou non, a modifié profondément les comportements et l’appréciation de ces humains sur leurs institutions, dans lesquels ils avaient une confiance absolue.

A partir des années 80 du siècle dernier une crise économique commença à s’imposer au monde capitaliste. Les gros détenteurs de capitaux s’aperçurent qu’il était plus rentable de spéculer sur d’important montants financiers et sur les matières premières que d’investir dans l’industrie. Alors les délocalisations industrielles vers des pays où la charge salariale était moindre commencèrent. Dans le même temps, la loi de 1973 dite « Pompidou Giscard Rothschild » commença à faire son effet. Cette loi interdisait aux Etats comme l’Etat français de se financer auprès de leurs banques centrales en obligeant ces Etats à emprunter sur les marchés financiers. Pendant que l’industrie s’affaissait et que le chômage augmentait, la dette de la France et des pays capitalistes augmentait. Ces pays devant payer des intérêts comme un véritable tribu à une oligarchie financière tenant les fameux marchés financiers. Le traité de Maastricht termina d’enlever aux Etats adhérents, dont la France, toute souveraineté permettant de gérer par eux-mêmes leur destin, laissant ce soin à une oligarchie financière s’étant emparée des institutions européennes. Bien entendu les obligations que ce traité faisaient aux Etats allaient dans l’intérêt de ces très gros détenteurs de capitaux propriétaires de la dette de ces Etats. (Lire l'article suivant): http://www.alain-benajam.com/article-l-arnaque-de-la-dette-et-l-escroquerie-politicienne-105610573.html

Nous pouvons observer qu’à la fin du siècle dernier, deux tendances se sont affirmées qui vont conditionner les années suivantes jusqu’à mes 75 ans d’existence.

 

Début des années 60, sortie des usines Rateau de mécanique  à La Courneuve, pas de chômage, une classe ouvrière très qualifiée, dite "aristocratie ouvrière". C'est là que mon grand père et ma grand mère se sont connu en 1917, il était régleur de machines outils, elle travaillait sur un tour à décoltage.

 

D’une part l’abandon par les riches pays occidentaux de l’industrie, ce qui relança la paupérisation des salariés prévue par Marx, mais un moment atténuée par l’action revendicative des syndicats, l’existence menaçante de l’URSS et de puissants Parti Communistes. Dans le même temps la financiarisation de l’économie, l’endettement des états, le paiement sempiternel des intérêts de cette dette par les peuples et, pour obliger les Etats à payer, l’abandon de toute souveraineté. 

D’autre part, une pratique de réseau qui s’étend d’une manière continue par l’usage généralisé des réseaux sociaux, avec en corolaire une critique accrue par ces usagés de l’information officielle verticale dominante. Cette pratique de réseau et la connaissance accrue par ses membres des mécanismes nouveaux de l’exploitation capitaliste va bouleverser le monde politique et introduire de nouvelles formes de lutte de classe.

Si l’effet direct observable de la financiarisation de l’économie est la paupérisation. La bifurcation de la société vers une organisation en réseau est la remise en cause de l’information verticale (parole d'évangile), deux éléments contradictoires qui vont accélérer la lutte de classe. 

Un autre effet de la paupérisation est une modification profonde de la distribution de l’habitat.

Avec la disparition des industries de production à la périphérie des villes, l’aristocratie ouvrière disparut des banlieues pour être remplacée par une très dense population d’immigrés non qualifiés travaillant comme main d’œuvre sous payée dans les services et la très petite entreprise avec, l’émergence concomitante d’un sous-prolétariat vivant de trafic de stupéfiants auprès duquel viennent se fournir bourgeoisie et petite bourgeoisie des centres-villes.  Ce trafic crée une économie assez florissante que les autorités étatiques laissent perdurer, les caïds locaux de la drogue souvent richissimes imposant leur loi, leur ordre et une nouvelle paix sociale, beaucoup plus violente.

Les grandes métropoles ont été saisies par la spéculation immobilière, ayant pour conséquence une élévation importante des loyers. Ceci eut pour effet d’en chasser les couches moyennes et populaires vers les périphéries éloignées et la province. Ces centres villes et grandes métropoles ne sont plus habitées que par une bourgeoisie, grande, moyenne ou petite partageant une idéologie et une conception du monde se démarquant nettement du reste de la population.

Enfin, une nouvelle classe d’exclus, pauvres, anciennes classes moyennes, chassées des villes par la hausse des loyers et des banlieues par le remplacement migratoire, vivote chichement, éloignée de tout. C’est la classe la plus affectée par la paupérisation, celle des gilets jaunes.

On peut donc établir une carte de la nouvelle localisation des classes sociales en France et de leur idéologie idoine.

La bourgeoisie, grande, moyenne et petite des grandes métropoles et des centres-villes partageant la même conception du monde et les mêmes idées politiques, d’une part. Ses représentants caractérisent eux-mêmes leurs idées politiques comme étant de gauche, même si cette gauche n’a non seulement rien à voir avec celle de ma jeunesse dominée par le PCF, mais en sont l’exact contraire. Leurs revendications s’expriment essentiellement dans le sens de l’abandon des frontières, de l’accélération de l’immigration et la tolérance pour le communautarisme, l’individualisme hédoniste, tout ceci habillé d’un pseudo-écologisme pour faire bien. Nous observons que ces revendications sont très exactement les buts recherchés par le grand capital mondialiste qui œuvre pour la disparition des États-nations, dont les lois sont des obstacles à la circulation des capitaux et s’il y avait une prise de conscience, à l’exploitation des peuples par la dette. Nous avons là un groupe socio-politique parfaitement cohérent soutenu par l’ensemble du monde politique et surtout médiatique, soutenant l’idéologie dominante. Ce groupe a encore confiance dans les institutions politico-médiatiques, vote en masse, et accorde ses suffrages aux différents partis politiques traditionnels.

 

Bobos des villes contre prolos des champs

 

Un autre groupe, bien qu’important, est encore marginal, il est constitué par des populations immigrées des banlieues travaillées par divers acteurs politiques. Les islamistes radicaux, liés à l’Etat profond anglo-saxon de l’oligarchie mondialiste, notamment les « Frères Musulmans », qui alimentent le djihadisme terroriste en Syrie et en Afrique sahélienne ; ce groupe est laissé tranquille par les services de renseignement, car selon le mot de Fabius, en Syrie, « ils font du bon boulot ». Un autre groupe, issu de la pseudo-gauche de centre-ville, tente le fractionnement communautariste, par divers organisations comme les manifestations de « sans papiers », la défense de la famille de trafiquants délinquants Traoré dans la suite des manifestations organisées par l’État profond aux USA dites « Black Live Mater » et les divers « indigènes de la république » , dont l’œuvre maîtresse est de critiquer la France, les Français et leur histoire. Ce groupe faiblement revendicatif, ne vote pas ou vote pour la pseudo-gauche.

 

Marché de Saint Denis une population à 100% d'origine immigrée

 

Le troisième groupe, en augmentation constante, est composé par les exclus de la république, les nouveaux pauvres fraîchement paupérisés, habitant depuis une trentaine d’années les très grandes banlieues des métropoles, les villes moyennes et les campagnes. C’est au sein de ce groupe que se sont recrutés majoritairement les gilets jaunes d’abord sur des revendication d’augmentation des carburants, car contrairement aux bourgeois des centre-ville, ils ne bénéficient d’aucune structure de services publics de proximité et de transports en commun, n’ayant que leur seule automobile, souvent diesel, pour se déplacer pour travailler ou s’alimenter. Ce groupe est fortement connecté sur les réseaux sociaux, ce qui permit au mouvement gilet jaune de se déployer.

 

Prolos des champs, les nouveaux prolétaires révolutionnaires occupant les rond-points en sortie des villes moyennes et créant un nouveau lien social en dehors des partis et syndicats. .

 

Ce groupe, que l’on va appeler nouveaux prolétaires, a perdu toute confiance dans les institutions, comme l’indiquent de nombreux sondages, institutions, politiques, médiatiques et maintenant médicales. Cette nouvelle émergence n’était pas organisée comme l’était la classe ouvrière des industries, elle est plutôt géographiquement éclatée, elle a trouvé rapidement une nouvelle forme d’organisation en réseau pour se rapprocher et échanger avec les gilets jaunes. L’importance de leurs manifestations hebdomadaires depuis plus d’un an et aussi la contagion contestatrice apportée un peu partout dans le monde a contraint l’oligarchie mondialiste à organiser une riposte. La nature de cette riposte est explicitée dans l’article suivant: http://www.alain-benajam.com/2020/06/la-reponse-de-l-oligarchie-financiere-au-soulevement-des-peuples.html

En conclusion, j’ai observé durant ma vie, surtout à partir des années 80 du siècle dernier, de profondes et historiques modifications économiques et sociales dans mon pays mais également comparables dans d’autres pays dit occidentaux. Ces modifications vont en s’accélérant et sont observables d’année en année, de mois en mois. Ces modifications sont marquées par une disparition de classes moyennes prolétarisées et un effondrement de la confiance des peuples dans l’ensemble de leurs institutions, lesquelles avaient structuré par le passé leur civilisation.

Ces institutions sont:


L’institution médiatique dans laquelle nos nouveaux prolétaires ne croient plus. (voir sondage avec ce lien)

L’institution politique ; les partis politiques du XXème siècle ont disparu ou sont marginalisés, une abstention accrue aux différentes élections est devenue la règle , ceci marquant un manque de confiance dans la pseudo démocratie dite représentative. Il est remarquable également que tous les partis politiques du XXème siècle, y compris le PCF, défendent la même politique mondialiste, justement celle qui met notre pays à genoux, et ils payent ainsi leurs abandons.


L’institution judiciaire instrumentalisée par le pouvoir pour ourdir des complots contre des adversaires dangereux.


L’institution médicale, qui s’est mise en lumière durant l’épidémie Covid19, institution dont on a vu qu’elle était aux ordres de l’oligarchie mondialiste et corrompue par les trusts de la pharmacie.

Cet effondrement des institutions, ayant pour cause la bifurcation sociale vers une organisation en réseau, marque sans aucun doute possible l’effondrement total de la société capitaliste à un terme proche ou plus lointain ; et même à 75 ans j’ai quelques chances de pouvoir y assister, vu son accélération.

 

 

Partager cet article

Repost0
26 juin 2020 5 26 /06 /juin /2020 09:49

La réponse de l’oligarchie financière au soulèvement des peuples.

 

 

 

L’ampleur inégalé du mouvement de révolte du peuple français par les gilets jaunes depuis l’automne 2018, soutenu majoritairement par l’ensemble des français, et le risque de contagion aux peuples voisins.

Les manœuvres et complots contre Donald Trump aux USA visant à le faire destituer, manœuvres qui ont toutes échoué.

L’agression militaire contre la Syrie visant à instaurer dans ce pays une entité confessionnelle dirigée par les frères musulmans, marionnettes de l’impérialisme a également échoué grâce à l’intervention de la Russie.

Pour l’oligarchie financière mondialiste et l’état profond anglo-saxon, il était urgent de trouver une contrattaque efficace, face à tous ces échecs.

Les réponses de l’oligarchie mondialiste : Covid19 et mouvements gauchistes.

On ne peut savoir si le coronavirus Covid19 est une fabrication malveillante ou non, ni si le caractère soudain d’une pandémie déclarée à l’échelle mondiale par l’OMS fut organisée. Mais les soupçons qui pèsent sur le fait que tout ceci fut un montage voulu et organisé par les différents services secrets et organismes de cette oligarchie mondialiste sont puissants. Même si la propagation de ce virus fut hasardeuse, l’exploitation politique qui en découla ne fait aucun doute.

Le confinement décrété partout devait stopper tout mouvement social alors en plein développement.

L’OMS qui lança l’alerte est une organisation totalement au service de cette oligarchie mondialiste qui la finance, notamment par une des figures connues de cette oligarchie, Bill Gates. L’OMS est également et visiblement au service de l’industrie pharmaceutique par sa promotion de vaccinations obligatoires avec traçabilité des vaccinés. Vaccinations qui se sont avérées très dangereuses là où elles ont été expérimentées en Inde et en Afrique, mais qui rapportent très gros.

Le fait que la Chine soit au cœur de cette pandémie et collabore avec l’OMS tandis que les USA de Trump ont cessé de financer cet organisme ne change rien aux soupçons. Nous savons que l’oligarchie, dont la tête pensante est à Londres, plus précisément à la City a cherché plusieurs fois à se rapprocher de la Chine par l’intermédiaire des « Dragon Families ». Les « Dragon Families » sont un club très fermé des anciennes familles qui ont tenu la Chine durant la dernière dynastie impériale Qing. Celles-ci possèdent encore d’énormes richesses composées en grand partie d’un immense stock d’or. Ces « Dragon Families » sont en bonne relation avec l’état chinois, mais dirigent en très grande parties les affaires économiques du pays, elles dirigent également la diaspora économique chinoise au travers des triades.

L’oligarchie mondialiste et surtout sa composante anglaise, prévoit depuis un moment d’abandonner le dollar et regarde avec les yeux de Chimène les richesses accumulées en Chine tant financières qu’industrielles. L’état chinois, loin d’être monolithique est influencé par de multiples composantes. Outre le Parti Communiste, qui a abandonné le marxisme léninisme, l’armée, les triades et les « dragon families » soit l’oligarchie financière chinoise. L’une de ces composantes pourraient vouloir jouer la carte mondialiste avec les anglais de La City. L’opposition tonitruante de Donald Trump à la Chine est une posture nationaliste, celui-ci aimerait tout simplement rapatrier aux USA l’industrie qui fut délocalisée en Chine par les grosses entreprises étasuniennes, on ne pourrait l’en blâmer.

Le dernier point concerne le laboratoire de recherche virale de Wuhan, d’où serait certainement parti ce virus, au moins pour la Chine. Celui-ci fut construit avec l’aide technique de la France et l’aide politique de gens proches de l’OMS c’est-à-dire proches de l’oligarchie mondialiste.

On voit que pour le moins cette affaire de Covid19, n’est pas claire, surtout qu’un nombre invraisemblable de mensonges ont émaillé l’action et la communication de gouvernements sous influence mondialiste ; par l’OMS et par les laboratoires pharmaceutiques qui financent hommes et organismes chargés de gérer cette soit disant pandémie. Définie au départ comme une petite « gripette » sans danger, cette pandémie est devenue soudainement gravissime et mondiale.

Les communications gouvernementales ont instillé la peur parmi les populations, insistant sur un nombre important de morts, alors que nous savons maintenant qu’un grand nombre de décès provenant de multiples pathologies, n’avait rien à voir avec ce virus.

Avec le recul, les statistiques nous montrent que dans le monde il n’y a pas plus de décès que les années précédentes, alors ce virus Covid19 n’avaient rien de gravissime, certainement moins qu’une grippe saisonnière, alors pour quoi ces confinements généralisés ?

Puis nous avons eu droit à une polémique médiatique curieuse, au sujet de l’efficacité curative de l’hydroxy-chloroquine. L’éminent Pr Raoult reconnu mondialement en infectiologie a expérimenté avec succès ce produit peu onéreux utilisé en Afrique depuis 100 ans contre le paludisme et distribué depuis toujours aux militaires français. Cependant ce produit fut soudainement et curieusement classé comme poison par les autorités médicales françaises en dépit des résultats positifs obtenu à Marseille dans le service du Pr Raoult, mais également dans un grand nombre de pays. Pourquoi cette animosité contre le Pr. Raoult organisée par politiciens et journalistes, dont on sait depuis longtemps que le mensonge est leur spécialité, mensonges toujours en faveur de l’oligarchie mondialiste. Puis, cerise sur le gâteau, le bidonnage d’un article pseudo scientifique dans la sérieuse (on le croyait) revue médicale The Lancet contre les travaux du Pr. Raoult, The Lancet sous la coupe de l’oligarchie mondialiste comme un vulgaire Le Monde ou Libération.

L’abondance de mensonges et de cafouillages de communication conduit le peuple français à s’interroger sur les buts réels de ces confinements avec cette propagation de la peur parmi les populations appuyée par de fausses informations

Le premier effet du confinement fut l’arrêt brutal de toutes les manifestations revendicatives de Gilets Jaunes et syndicales imposées par un décret interdisant toutes manifestations publiques, pour cause sanitaire évidemment.

A qui profite le crime ? C’est la question que se posent tous détectives cherchant quel est l’auteur d’un crime. Là il est facile de trouver la réponse.

Même s’il ne s’agissait pas d’un complot contre les peuples, cela y ressemble parfaitement et la probabilité qu’il fut ourdi par diverses forces de l’oligarchie mondialiste est très grande.

 

 

 

 

Le détournement des luttes ou la gauche du capital à l’œuvre.

Nous avons observé que depuis une trentaine d’années, ce que l’on appelle les forces politiques de gauche avaient modifié leurs objectifs politiques, surtout après la mutation et la disparition du PCF qui, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale influençait cette gauche dans un sens anti impérialiste et de défense des intérêts des classes populaires.

La gauche s’est mise à soutenir les guerres impérialistes baptisées humanitaires selon la définition même données par leurs instigateurs impérialistes.

Nous avons vu que cette gauche qui rassemblait par le passé les classes ouvrières et laborieuses, ne rassemble plus aujourd’hui qu’une petite bourgeoisie de centres villes, éloignée des revendications sociales et des graves problèmes de fin de mois.

Avec les « journalistes », politiciens en vue et vedettes du « show business » elle compose une idéologie dominante, pesant sur tous les médias, de l’information à l’industrie cinématographique.

Au début de leur mouvement elle avait qualifié les gilets jaunes de fascistes et racistes avant de se raviser et d’investir le mouvement pratiquant l’entrisme comme toute bonne politique trotskyste.

Elle essayait ainsi d’éviter que ce mouvement gilet jaune ne tourne son combat contre l’union européenne et le mondialisme au moment où il semblait prendre ce tournant.

Le mouvement gilets jaunes avec le confinement et son détournement par la gauche du capital est mort pour le moment, ce fut bien joué.

L’idéologie diffusée par cette néo gauche post communiste présente les mêmes objectifs politiques que ceux de l’oligarchie mondialiste : abattre les états nations, détacher les citoyens de leur histoire et de leur nation, favoriser l’individualisme hors sol, favoriser l’hédonisme immédiat, détruire les solidarités familiales et nationales, favoriser le communautarisme à l’inverse de l’égalité et de la fraternité républicaine, c’est toute l’idéologie de la Révolution française de 1789 qui est remise en cause, la pseudo gauche, d’essence trotskyste, brule ce que la gauche véritable avait adoré. C’est donc par évidence qu’un membre éminent de cette oligarchie financière, Georges Soros, ait mis sa fortune, mal gagnée par la pire spéculation, au profit des actions de cette néo gauche au travers d’une nébuleuse d’associations, issues de sa principale, bien nommée « Open society » (Société ouverte) utopie devant abattre toutes nations tous états, pour ne reconnaître que des individus détachés de toutes civilisations particulières et de toutes références historiques partagées.

 

Le communautarisme sous couvert d’antiracisme.

Le racisme est une idéologie malveillante née au 19ème siècle en concomitance avec certains nationalismes et surtout avec les théories raciales apparues en 1853 après l’essai d’Arthur de Gobineau : « De l’inégalité des races humaines ». Essai pseudo scientifique, à une époque où le scientisme émergeait. Ce livre prétendait, sur de fausses observations, qu’il y avait des races humaines, qu’elles étaient inégales en termes d’intelligence et que la « race blanche » avait toute légitimité biologique à les dominer et les coloniser. Bien entendu, ces assertions sous couvert de scientisme ont permis de justifier le colonialisme, autant par les « républicains de gauche » français comme Jules Ferry que les suprémacistes anglo-saxons britanniques. Pourtant il n’a jamais été véritablement prouvé scientifiquement qu’il y eut des races humaines. Si l’on voyage de Suède au Sénégal par la terre, bien entendu on verra que la population au début et à la fin du voyage a changé d’aspect, mais en cours de route nous observerons que la peau des gens s’assombrit graduellement, et que leurs cheveux frisent. Cependant nous ne remarquerons nulles frontières, marquant l’apparition de races humaines, le changement d’aspect est continu avec la latitude qui baisse et l’intensité annuelle du soleil qui augmente. Le taux de mélanine dans l’épiderme qui colore la peau et la protège du dangereux rayonnement ultraviolet est codé avec 7 loci (emplacement de gènes), les gènes présents ou absents codant le taux de mélanine donnent donc 49 nuances de couleur de peau Le soleil ou son absence modifie encore l’aspect plus ou moins sombre de l’épiderme. Ceci ne compose pas de races distinctes, les prétendus « blancs » sont déjà plus ou moins bruns de peau et bronzent chacun différemment au soleil.

 

 

Racisme, racialisme.

La néo gauche a inventé différents néologismes afin de promouvoir un communautarisme qui devrait remplacer le concept de nations.

Le racisme prétendument scientifique et officiel à disparu partout dans le monde après l’aventure nazie, et la fin de l’apartheid en Afrique du sud et aux USA. Seul l’état d’Israël pratique la séparation de pseudo races et un apartheid organisé, prétendant que les juifs sont une race élue de Dieu et supérieure.

Afin de ne plus employer le terme raciste devenu malveillant et négatif, le terme de racialiste, neuf, non chargé d’histoire fut promu à sa place.

Les racialistes reconnaissent, comme les racistes, l’existence de races humaines. Dans leurs discours, ils séparent les hommes en pseudo races qui devraient selon eux se rassembler en communautés séparées allant à l’encontre de l’égalité des droits républicains. Les racialistes se réclament autant de la droite que de la gauche surtout de ses extrêmes, ils attribuent défauts ou vertus à des gens supposés être de races différentes. Selon la novlangue néo gauche les racialistes désignent sous le terme racisés les gens qui devraient être inclus dans des communautés différentes.

Bien évidemment ce partage des hommes, cette différenciation artificielle a tout pour plaire à l’oligarchie financière mondialiste dans son objectif d’abattre les états-nations historiques, leurs frontières et leurs lois de protection sociale pour les remplacer par des communautés humaines aussi petites que possibles, n’obéissant à aucunes lois formellement établies, que celles édictée par le chef.
Le citoyen légal ainsi disparait, sa nation n’a plus de valeur, ses droits et devoirs disparaissent avec la disparition des frontières et des lois qui s’appliquent en leur sein.
Des affrontements inter communautaires peuvent alors être organisés avec des provocations bien ajustées, afin de bien marquer les différences, des zones de non droit sont abandonnées aux pouvoirs de caïds locaux. L’anarchie et le féodalisme règne partout à l’encontre d’un droit identique pour chaque citoyen et une protection garantie aux plus faibles.  

De la même manière le terme de fascisme très mal connoté est détourné de sa réalité historique précise, pour être employé perpétuellement et généralement à l’encontre de toute opposition politique au mondialisme et ce, avec la plus grand joie et approbation des tenants ce capitalisme mondialisé. L’abus du terme en dehors de toutes comparaisons avec ce que fut le fascisme réellement, édulcore et banalise sa triste réalité historique, traiter n’importe qui de fasciste pour n’importe quoi enlève à ce mot toutes valeurs politiques. Le détournement de valeurs politiques historiques et même leur inversion est devenue une spécialité de cette idéologie dominante mal appelée de gauche.

 

 

Le révisionnisme historique grande spécialité de la gauche du capital.

Chaque nation s’est composée un roman historique marquant ainsi une mémoire commune et une appartenance. Ce roman national est partout, chez tous les peuples, matérialisé en commémoration par des statues rappelant tel ou tel homme s’étant distingué en son temps. La gauche du capital a entrepris de faire un procès et de juger les uns et les autres en vandalisant leurs statues, souvent sans rien connaître de leur histoire et en utilisant des références morales et idéologiques actuelles pour des hommes ayant vécu en leur temps sous un ordre moral complètement différent.

Cette gauche du capital en toute hypocrisie fustigerait le colonialisme passé, alors comment a-t-elle pu s’abstenir de dénoncer les dernières guerres coloniales impérialistes comme l’écrasement militaire de la Libye puis la destruction systématique de la Syrie, aujourd’hui nous n’entendons pas nos « antifa » protester contre les incendies volontaires des récoltes de blé en Syrie perpétrés par l’impérialisme et ses sbires afin d’affamer les populations. Ce sont des crimes coloniaux et des crimes de guerre.

On voit que l’idéologie dominante appelle au repentir ceux désignés comme « blancs » les accusant dans leur entièreté, responsable du colonialisme, en oubliant que l’accusation en responsabilité collective a permis aux nazis de pratiquer l’holocauste des juifs.

Si on observe de plus près les réactions politiques de cette « gauches » du capital on s’aperçoit que les thèmes qu’elle défend sont identiques à ceux défendus par la droite il y a 30 ou 40 ans.

Soutient aux guerres impérialistes baptisées humanitaires.

Mépris des classes populaires comme les gilets jaunes qualifiés de « fascistes ».

Racisme par volonté de séparation communautaire.

Négation de la souveraineté du peuple sur la nation.

Négation de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

Concept raciste et antisémite de responsabilité collective.

Maintenant les dévots du mondialisme enjoignent les peuples européens de se repentir par des gestes dignes de la fin du Moyen Ages quand la peste et les guerres ravageaient l’Europe, des colonnes de pénitents parcouraient alors les campagnes en se flagellant pour expier leurs fautes.

Les tartuffes sont encore à l’œuvre essayant de nous plonger dans les heures les plus sombres de notre histoire.

L’œuvre conjointe des promoteurs de confinement avec traçabilité vaccinale et pseudo gauche de tartuffes est la pire entreprise réactionnaire conçue depuis longtemps pour maitriser et museler le peuple ayant manifesté son mécontentement depuis un an et demi. Ils sont en passe de réussir leur coup, réagissons !

 

 

Partager cet article

Repost0
24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 13:05

Covid 19, 11 septembre 2001, presse dominante et institutions médicales

 

 

Après les attentats sous faux drapeau attribués à Ben Laden préparés depuis des grottes d'Afghanistan, l'ensemble des médias institutionnels du monde, l'ensemble des états et des politiciens, sauf rares exceptions, a validé une histoire à dormir debout, complètement infaisable techniquement. A l’époque les médias étaient encore crédibles et l’ensemble du monde a cru ce type de baliverne qui remettait en cause les lois de la physique. Même l’honorable MIT (Massachusetts Institut of Technology) y a pondu un article parfaitement ridicule techniquement pour valider cette légende.

 

 

Le Réseau Voltaire et Thierry Meyssan, ont à l’époque été quasiment les seuls à se moquer de cette version officielle. Cependant, nous avons tout de suite compris que des liens étroits liaient, certainement depuis longtemps, l’institution médiatique et d’autres comme des institutions « scientifiques », et les auteurs réels de ces attentats meurtriers. Avec le temps nous pouvions discerner ces auteurs comme étant ce que l’on appelle maintenant l’état profond états-unien mais que nous avons décelé depuis, que cet état profond était transnational, mondialiste et qu’ils s’appuyait sur les services secrets de nombreux états dit « occidentaux » mais aussi arabes et israéliens.
La publication du Réseau Voltaire, voltairenet.org n’a pas ménagé sa peine durant toutes ces années pour dénoncer les agissements criminels de cet état profond appelé aujourd’hui mondialiste. D’autres attentats sous faux drapeau ont suivi pour faire accroire l’idée qu’il existait un réseau terroriste organisé d’origine islamiste et que les peuples subjugués devaient avoir très peur et accepter la limitation de leurs libertés.

 

Avec la généralisation des réseaux sociaux, la narration officielle sur le terrorisme a commencé à être remise en cause. En même temps, cette narration, reprise en boucle par la presse officielle, perdait de sa crédibilité, celle des réseaux sociaux prenaient le dessus. Dans le même temps les institutions politiques des pays dit « occidentaux » suivaient le même chemin que la presse, et les politiciens ont perdu partout toute crédibilité.
Quand de telles institutions qui furent l’esprit et l’âme de pays se prétendant démocratique s’écroulent avec la mise à nu de leurs valeurs immorales, c’est toute une civilisation qui s’écroule.

 

Pourtant il nous restait la médecine et la science comme institution crédible en dépit du faux pas du MIT sur le 11 septembre. L’affaire du Covid 19 va être le 11 septembre des dernières institutions morales qui nous restent.

 

Il est apparu que l’OMS organisation mondiale de la santé avait été quasiment achetée par le multi milliardaire Bill Gates et que celui-ci y faisait la pluie et le beau temps. Le SARS Covid 2 avait ressurgi à partir de la ville chinoise de Wuhan et les autorités chinoises avaient confiné les habitants de cette région pour raison politique afin d’affirmer son pouvoir sur les autorités locales. L’OMS de Bill Gates en profita pour déclarer une pandémie mondiale et la nécessité pour tous les pays de confiner chez eux les populations. Derrière, les vedettes du mondialisme comme Georges Soros, mirent en œuvre leurs réseaux pour acquiescer la déclaration de pandémie et de confinement généralisé. Ces têtes d’affiche du mondialisme, ne cachant nullement leur intention d’organiser une gouvernance mondiale et de supprimer les nations se mirent en tête de trouver un vaccin et en profiter pour tracer les populations. Partout dans le monde et surtout dans la France des Gilets Jaunes, des restrictions aux libertés publiques et individuelles furent mises en œuvre avec une surveillance policière accrue pour obliger les gens à rester chez eux. 

Alors que la presse officielle instillait la peur et la propageait pour accréditer le confinement et les projets mondialistes, avec le temps qui passait, les statistiques réelles de mortalité montraient que plus de 80% des décès étaient survenus sur des personnes de plus de 80 ans, et que la mortalité générale habituelle n’avait pas évolué, ce SARS 2 modèle 19 était en fait moins dangereux qu’une grippe saisonnière. Les effets du confinement généralisé mettaient à terre en « occident » et particulièrement en France une économie réelle déjà malade, économie qui serait palliée par des prêts bancaires, endettant encore plus les populations au profit de l’oligarchie financière mondialiste, le tour était joué.
Mais une bronca montait des réseaux sociaux car rapidement les gens prenaient conscience de la supercherie.


Le Pr Raoult et le Chloroquine.

Le Pr Raoult de IHU de Marseille émergea des médias via les réseaux sociaux avec un protocole de soin utilisé dans son groupe hospitalier à base d’un médicament connu depuis 70 ans l’Hydroxy-chloroquine pour soigner et prévenir le paludisme. Ce médicament est administré depuis très longtemps aux militaires français en Afrique, j’en ai pris tous les jours durant 4 mois. Les résultats obtenus à Marseille furent spectaculaires et cette ville posséda rapidement le taux de mortalité attribué au Covid 19 le plus bas de France. Le Pr Raoult devint une vedette en France en minimisant la gravité de cette épidémie et en affirmant qu’elle allait cesser d’elle-même. Déjà les autorités médico-mondialistes en France, prenant les devants face au danger, avait décrété ce médicament connu depuis longtemps comme étant devenu un poison et l’interdirent subitement à la vente. Le Pr Raoult passait outre et son traitement se généralisa, il fallait descendre le Pr Raoult et sa dangereuse communication.

Comme pour faire passer les inepties et mensonges du 11 septembre 2001 une institution qui serait au-dessus de tous soupçons serait mobilisée . Pour le 11 septembre c’étaient des médias encore crédibles, là ce serait la médecine officielle et la science au travers de ses publications les plus prestigieuses.  The Lancet, publication la plus prestigieuse de la médecine, de la même manière que le MIT valida les inepties techniques du 11 septembre, publia une série d’études dont on ne connait en rien ni protocole ni réalité de laboratoire. Ce journal se décrédibilisa en affirmant un énorme mensonge (vous savez quelqu’un a dit que plus il est gros plus il est cru) que l’hydroxy-chloroquine était réellement dangereux et tuait les malades plutôt que les guérir, ce qui contredisait les résultats obtenus à Marseille également mis en doute par personne. Évidemment l’ensemble des médias, dits maintenant menteurs, ne pouvaient que faire résonner ce gros mensonge, n’étant pas à un prêt.

 

Conséquence : On prit conscience que maintenant il y avait une médecine officielle qui ne guérit que partiellement mais qui est en collusion étroite avec l’industrie de la pharmacie qui rapporte gros, à tel point que la finance mondialiste y investit ses capitaux. On le supposait déjà avec le cancer et la chimiothérapie, maintenant on en est certain avec cette affaire de chloroquine et fausse étude.

 

L’institution médicale et avec scientifique est en train de suivre la même voie que l’ensemble de nos institutions, la décrédibilisation. C’était la dernière institution qui nous restait et bien tout finit par s’écrouler, le monde dit occidental se lézarde de partout et est prêt pour la fin.
 

Partager cet article

Repost0
18 avril 2020 6 18 /04 /avril /2020 14:05

Connaissance, empirisme, science, méthode et croyances.

 

 

La saga de la cholorquine, qui incontestablement présente une efficacité contre le coronavirus covid 19 sans qu'un protocole dit scientifique n'ait étudié ses effets, relance un important débat sur la connaissance, l’empirisme, science et la croyance.

 

La connaissance peut être réduite à une pratique et sa transmission, c'est-à-dire sa reproduction par une méthode transmise par un individu ou un groupe d'individu à un autre groupe. Cet autre groupe, soit, utilise cette méthode apprise, la valide, peut l'améliorer et la transmettre de nouveau soit, a confiance dans la crédibilité de l'émetteur pour valider cette nouvelle méthode et l'adopter sans pour autant l'expérimenter lui-même.
La connaissance est un phénomène social. Se prévaloir personnellement d'une connaissance sans que celle-ci ne soit validée par un groupe social crédible ne peut relever de la Connaissance proprement dite. Il en va ainsi des religions, les religions pratiquées par des groupes, des peuples ou des Etats entrent dans le champ de la connaissance. Cette connaissance religieuse, importante pour la conception du monde des individus la croyant valide, peut toutefois devenir soudain obsolète, être remplacée par une autre sur volonté sociale, qui elle-même peut devenir obsolète. Donc toute connaissance est un axiome qui peut être remplacé par un autre, qui, selon les théorèmes de Gödel est soumise à une « imcomplétude ».

La connaissance, phénomène social, est ontologiquement liée à la conception du monde du groupe qui la possède et c’est ontologiquement un phénomène inséparable d’une idéologie. On devrait parler d’ethno-connaissance car celle-ci ne peut s’appliquer qu’à un groupe déterminé et descriptible.

 

 

 

Empirisme.
L'empirisme postule que toute connaissance provient principalement de l'expérience. Représenté par exemple par les philosophes anglais Roger Bacon, Francis Bacon, John Locke et David Hume, ce courant considère que la connaissance se fonde sur l'accumulation d'observations et de faits mesurables, dont on peut extraire des lois générales par un raisonnement inductif (dit aussi synthétique ), allant donc du concret à l'abstrait.

L’empirisme se fonde sur l’expérience pour en déduire une connaissance ; on peut parler de méthode empirique, l’empirisme d’origine aristotélicienne fut surtout développé aux XIIème et XIIIème siècle et produit entre autres les grandes cathédrales dites « gothiques » qui sont une merveille de technologie et de complexité.
L’empirisme fut l’avant-garde de la science car cette méthode ne peut se passer d’expérimentation. Mais aussi la source de toutes les connaissances pratiques. Dès que l’homo habilis, premier humanoïde a produire des outils, observa qu’un éclat de silex pouvait trancher de la viande, il trouva cette méthode par empirisme et l’améliora sans cesse toujours par empirisme. L’empirisme trouve sa source dans le besoin pratique et produit des méthodes transmissibles. Toute méthode empirique ne trouve sa validité que par le jugement d’un groupe donné, chaque groupe peut juger, plus ou moins arbitrairement si la méthode en question donne des résultats satisfaisants ou pas selon le taux de réussite ou de malfaçon qu’elle génère.  Empirisme et connaissance sont intimement liés.

 

 

 

La Science.
La science est une méthode, on parle de méthode scientifique. Cette méthode est précise et parfaitement répertoriée elle a pour but d’être universelle, c’est-à-dire utilisable par tous les humains quelles que soient leurs conceptions du monde. En effet l’empirisme utilisé avant la science pour comprendre le monde et le transformer éventuellement était bien trop ethno-centré, chacun ayant sa propre méthode et ses propres méthodes de choix de ce qui est acceptable comme fonctionnement ou pas, pour être validé, ou pas. La science est donc fille de l’empirisme mais d’un empirisme codifié et acceptable par le genre humain dans sa totalité.

La science doit donc suivre un protocole précis.
1- Prouver que l’on est un spécialiste reconnu de la discipline dans laquelle on va exercer sa méthode scientifique. Cette preuve s’établit par la possession d’un diplôme universitaire et d’un poste officiel de chercheur scientifique dans ladite discipline, physique, chimie, biologie ou autres.

Donc en premier on se présente avec ses qualités.
2- On expose le sujet de sa recherche qui correspond bien à ses qualifications officielles.

3- On décrit la méthode que l’on va employer ainsi que son matériel d’expérimentation pour obtenir des résultats.

4- On publie les résultats le plus souvent sous forme de mesures chiffrées et de courbes.

5- On montre que ces résultats sont bien reproductibles.

6- On émet une conclusion sur la signification de ces résultats.

7- On expose une bibliographie qui permet de se référer aux travaux de scientifiques connus afin de montrer une filiation, une continuité, avec des travaux antérieurs.

 

Si un de ces sept points fait défaut, ce n’est plus de la science.

En résumé et pour marquer les points fondamentaux, la science est expérimentale, reproductible et les résultats sont consignés afin d’être publiés pour qu’ils soient validés (ou non) par la communauté scientifique de la discipline dont il est question.

 

 

La science est née de l’empirisme théorisé par Aristote et surtout par les philosophes médiévaux aristotéliciens il faut ensuite passer 500 ans pour arriver à Descartes, bien que Copernic, Giordano Bruno et Galilée aient fait preuve d’esprit scientifique.
Descartes dans son Discours de la méthode (1637) théorise la méthode scientifique et son esprit du doute ; il adjoint à son ouvrage une étude scientifique d’optique, la Dioptrique, et une Géométrie. Il peut être considéré comme un précurseur au XVIIème siècle, puis ensuite et surtout vient Isaac Newton, éclaireur du fameux siècle des lumières, qui fut surtout britannique. 

 

La science présente un avantage qui est de proposer une méthode universelle dont les résultats seraient crédibles pour tous. Mais elle est institutionnelle donc liée aux pouvoirs. Les sujets abordables par la science sont définis par l’institution qui apporte les budgets. Seuls des spécialistes institutionalisés peuvent faire de la science, et seulement dans le domaine où ils possèdent les diplômes requis. La science est donc fortement encadrée et par force limitée. Les laboratoires scientifiques sont fortement hiérarchisés, soumis au pouvoir des « mandarins », professeurs, chefs de laboratoires qui dirigent et pilotent le plus souvent à leur profit ce qui est cherché et publié.

La science peut très vite se scléroser comme toutes les institutions, car elle présente le gros inconvénient de n’être pas pluridisciplinaire, chacun cherchant dans son tunnel, n’ayant aucune vision dans le tunnel d’à côté. La science a ses tribunaux et ses hérétiques comme l’astrophysicien Jean Pierre Petit et le biologiste Jacques Benveniste et maintenant Jean Luc Montagnier pourtant prix Nobel de médecine. Ayant travaillé 14 ans dans un laboratoire de recherche du CNRS, qui obtint le prix Nobel de Médecine en 1980 je peux en témoigner et je fus obligé de partir un peu dégouté.

 

 

 

 

La croyance.
Les chercheurs des autres disciplines, comme le public non scientifique, est dans l’obligation de croire les résultats vulgarisés provenant de la science, car évidemment peu de personne ne possède les moyens de vérifier les résultats des publications scientifiques. C’est une croyance dans une institution sociale qui est demandée, elle présente le même aspect qu’une croyance de type religieuse. L’institution par définition est un pouvoir, et croire en un pouvoir, c’est se soumettre à lui.
L’effondrement des institutions, surtout dans le monde occidental, engendre les méfiances et défiances dans l’institution scientifique. De plus celle-ci est fondée depuis Aristote sur le pouvoir de l’occident et de la conception du monde qu’il impose. En occident toutes les institutions sont en crise de crédibilité car elles ont montré leur attachement sans faille aux pouvoirs financiers, c’est surtout le cas de la biologie et de la médecine ou les enjeux financiers sont les plus importants.
Benvéniste et la mémoire de l’eau, pourtant largement démontrée à la foi par le Pr Montagnier et des physiciens russes, le Pr Raoult et son protocole de soin du Covid 19 qui a pourtant démontré son efficacité et est utilisé partout sauf en France et maintenant le Pr Montagnier qui après d’autres scientifiques a démontré que le coronas virus responsable du Covid 19 est issue d’une manipulation et présentant en son ARN une séquence du VIH.
La polémique fait rage et le ban et l’arrière-ban des « journalistes » habitués à promouvoir les pouvoirs ont été convoqués pour trainer dans la boue ces éminents scientifiques. Nous voilà revenus au 16ème siècle et aux tribunaux inquisitoriaux obligeant Galilée à renoncer à sa théorie sur l’héliocentrisme.
Cet épisode d’actualité montre que finalement La Science n’engendre que des croyances, croyances liées à la confiance que l’on possède dans les institutions en générale. Comme cette confiance s’effondre La Science institutionnelle et ses débats d’ordres politiques, perd également de sa crédibilité.

 

Conclusion

D’autres conceptions du monde venant d’orient pourraient bouleverser la Science, nous les caractériserons comme holistiques, holistiques en ce qu’elles cherchent à comprendre la partie en fonction du tout ; c’est évidemment le contraire de l’approche cartésienne.

Cette nouvelle approche qui ne peut être que pluridisciplinaire et philosophique serait susceptible d’amener la connaissance au-delà de l’empirisme et de la science institutionnelle, laquelle, en fait, en procède.

Le modèle aristotélicien de l’univers a été cru très longtemps, avant d’être remplacé par celui de Copernic et Galilée, lui-même théorisé par Isaac Newton. Puis est venu Einstein et sa théorie de la relativité et de l’univers courbe. Il n’y a aucune raison pour que ce modèle ne subisse pas les mêmes remises en cause que l’univers aristotélicien. Dans 200 ans, on rira d’un tel modèle comme aujourd’hui nous rions de celui d’Aristote. Telle est la science et la croyance qui lui est foncièrement attachée car si des hypothèses sont émises par trop éloignées de la croyance usuelle, elles ne peuvent se concevoir intellectuellement par manque d’outils conceptuels. Ces outils conceptuels avancent doucement au rythme des idéologies dominantes.
Alors la Science est une méthode avec ses qualités et ses défauts, ce n’est surtout pas une panacée pour comprendre le monde.

 

 

Partager cet article

Repost0
5 avril 2020 7 05 /04 /avril /2020 10:37

A tous mes amis cancéreux Lou et les autres

 

Cancer, mon expérience (suite)

 

 

J’ai eu un carcinome au colon en 2004, j’avais 59 ans il fut aisément enlevé par voie interne par coloscopie, puis j’ai eu un gros cancer du poumon, une grosse orange, en 2014 opéré à Avicennes avec succès suivi d’une chimiothérapie, on ne sait pourquoi. Puis j’ai eu une tumeur sur la tête du pancréas fin 2017, opérée avec succès toujours à Avicennes. Mais de cette tumeur, des métastases on atteint le foie. Le pronostique de la médecine officielle était alors fort pessimiste, car des métastases de cancer pancréatiques sont réputées très agressives et quasi toujours mortelles.
On m’a prescrit une chimiothérapie pour me « prolonger » selon le médecin de l’hôpital que je consultais. J’ai refusé ce traitement ayant lu certaines publications scientifiques notamment dans: « The journal of medecine » qui est une référence en matière médicale, présentant des travaux montrant que la chimiothérapie n’avait aucun effet curatif du cancer. D’autres publications scientifiques affirmaient que la chimiothérapie, si elle détruisait bien les tumeurs, elle dispersait les mitochondries cellulaires porteuses de l’ARN de la cellule cancéreuse dans le corps du malade. Ce cancer pouvait aller se fixer ailleurs. Donc pas question de chimiothérapie qui est en plus fort pénible à supporter.

https://www.lemonde.fr/sante/article/2018/06/05/des-etudes-mettent-en-evidence-l-inutilite-de-la-chimiotherapie-contre-certains-cancers_5310108_1651302.html


J’ai donc lu sur le sujet du cancer et je me suis concerté avec mon médecin. Nous avons lu le livre du Dr Laurent Schwartz : « Cancer, un traitement simple et non toxique », celui-ci affirme que le cancer est une maladie provenant d’un déséquilibre du métabolisme. Le patient atteint d’un cancer présente toujours des défenses immunitaires déprimées. Pour d’autres auteurs, chacun possède des cellules cancéreuses, mais celles-ci sont éliminées par le système immunitaire. Mais quand le taux de multiplication de cellules cancéreuses dépasse les capacités de défense immunitaires du sujet, les cellules cancéreuses se rassemblent et se fixent en tumeur. Puis un autre mécanisme se met en route, les cellules cancéreuses fixent les ions O- (oxygène) libérant des ions H+ ainsi l’environnement de la tumeur génère de l’acidité. Il y a également autour de la tumeur un déséquilibre acide /base.

Il apparait donc qu’il y ait plusieurs voies d’action pour combattre les cancers en agissant sur le métabolisme et sans l’action de médicaments par ailleurs toxiques pour ce même métabolisme.

 

1-La voie cétogène, pauvre en glucide (sucres)

Si les cellules cancéreuses fixent l’oxygène et s’en nourrissent, la première action serait de les priver d’oxygène afin de les « affamer ».

Ceci peut se réaliser par l’alimentation, cependant l’oxygène est nécessaire au bon fonctionnement des muscles et du cerveau. Il est apporté comme carburant par des aliments dits hydrocarbonés, c’est-à-dire comportant des radicaux C-OH, C pour carbone et OH pour hydro de H2O formule de l’eau. Les aliments hydrocarbonés sont avant tout des sucres.

 

 

     Ici la formule chimique du saccharose, ou l’on voit la multiplication des radicaux OH avec le fameux CH2OH typique des sucres et des hydrocarbones en général. Avec ce type de molécule l’apport en oxygène est très important c’est la raison pour laquelle les grands sportifs doivent se nourrir de sucres pour que leurs muscles puissent être performants. Ces hydrocarbones ne sont pas contenus que dans le sucre (à goût sucré) mais également dans le blé, c’est-à-dire le pain, les pâtes et tout ce qui est à base de farine, mais également dans les féculents, pommes de terre, haricots blancs etc.

On appelle aussi ces hydrocarbones également glucides, sur tous les aliments aujourd’hui le taux de glucides, comme de lipides doit être indiqué.

 

Mais il y a un problème majeur de priver ses muscles et son cerveau de glucides, ils risquent de ne plus fonctionner ou mal.
C’est là que survient le régime cétogène, cétogène pour génération de cétone ou corps cétonique.

 


 

 

 

 

L’alimentation des muscles et du cerveau privés d’oxygène peut être compensée par des corps cétoniques issues de graisses transformées par le foie.

Donc, un régime pauvre en glucides dit aussi « low carb », doit absolument être compensé par un régime riche en graisses.  Si ce n’était pas le cas, des troubles apparaîtraient comme des faiblesses musculaires, ou des troubles cognitifs. Il faut donc faire très attention quand on suit ce régime pour qu’il soit bien alimenté en gras que l’on trouve dans les poissons gras, des charcuteries, dans le fromage gras, le beurre, l’huile.
Ce régime doit être suivi impérativement par un médecin et on doit contrôler le bon fonctionnement du foie par des analyses. Il a été conçu pour servir de régime amaigrissant, donc un régime cétogène entraine un amaigrissement, il ne faut pas s’en étonner.

https://www.nu3.fr/blogs/nutrition/aliments-pauvres-en-glucides#aliments-low-carb-03

A télécharger la liste des aliments pauvres en hydrocarbone.

 

2- Conserver un corps à pH basique.

La tumeur cancéreuse produit des ions H+ libres en absorbant les OH-  Il y a donc lieu de neutraliser l’acidité de l’environnement des cellules cancéreuses en conservant le plus possible un corps basique. Pour ça il y a des médicaments que l’on appelle pompe à proton, mais pour certains médecins, ces médicaments peuvent affecter l’estomac, ces médecins préconisent simplement l’ingestion de bicarbonate de sodium que l’on trouve au rayon pâtisserie des grandes surfaces. Une cuillère à café dans un verre d’eau le matin à jeun et le soir avant de se coucher. On peut choisir des aliments basiques comme la famille des choux en évitant bien entendu les aliments acidifiants.

Mais là attention il faut trouver des aliments alcalinisant pauvres en glucides ce qui n’est pas évident, donc tabler sur le bicarbonate de soude. On trouve ce type d’aliment sur l’internet.

 

3- Relever ses défenses immunitaires.

Nous avons vu que la prolifération cancéreuse est engendrée par un affaissement des défenses immunitaires, c’est la raison pour laquelle les personnes vieillissantes sont plus sujettes au cancer que des jeunes, car ces défenses faiblissent avec l’âge.

Un régime cétogène qui ne serait pas accompagné d’un régime ayant pour effet de renforcer les défenses immunitaires serait néfaste.

 

3-1- Les microbiotes intestinaux.

Les microbiotes sont un ensemble de germes qui colonisent les intestins et le colon et assurent ses fonctions de digestion et de régulation de l’organisme. Un déficit en microbiotes entraine des affections multiples, dont un affaissement de l’immunité.

 

 

 

 

Il faut aussi assurer une alimentation riche en microbiotes. Ce sont des aliments fermentés, types yaourt fermenté, lait, choucroute, il y a des yaourts riches en ferments lactiques, comme Activa ou Actimel. Mais il existe aujourd’hui des compléments alimentaires riches en microbiotes comme le Lactibiane également riche en vitamines D et C.
Un bon fonctionnement de l’intestin avec des scelles journalières sans diarrhées indique généralement une bonne colonisation des intestins par les microbiotes.

 

3-2- Les vitamines.

Les vitamines impliquées dans les défenses immunitaires sont les vitamines C et D (D2 et D3). Les vitamines C se trouvent dans les agrumes, les kiwis, les pamplemousses, attention a trop de fructose qui est un sucre qui alimente les cellules cancéreuses, privilégier, kiwis et pamplemousses. Mais il existe de nombreux compléments alimentaires riches en vitamine C à privilégier. Quant à la vitamine D elle se trouve en abondance dans l’huile de foie de morue on en trouve en capsule en pharmacie.

les compléments alimentaires à ne pas oublier.
Curcuma
Gigembre

Ail
Huile de foie de Morue

 

3-3- Le chlorure de magnésium.

Nos besoins quotidiens en magnésium sont de 350 à 480 mg/ Le magnésium est un aliment absolument nécessaire puisque son absence totale est incompatible avec la vie. Il est nécessaire à tous les processus biochimiques de votre organisme, au métabolisme, à la synthèse des acides nucléiques et des protéines, et à la majorité des fonctions de notre organisme, comme la reproduction cellulaire, la production d'énergie, la transmission des influx nerveux.

Un mauvais métabolisme peut indiquer un déficit en magnésium. Un sachet dans un litre d’eau, c’est très mauvais mais bénéfique pour l’équilibre du métabolisme.

 

3-4-  Lutter contre la dénutrition.


Un régime cétogène surtout non assez riche en gras peut entraîner un excès d’amaigrissement et une dénutrition. On peut compenser en prenant de la protéine pure utilisée par les sportifs comme le « Protifar »  à rajouter dans ses boissons.  Et il faut surtout manger beaucoup, beaucoup plus qu’usuellement.
Faire beaucoup d’exercices pour habituer ses muscles au cétogène, notamment de la musculation avec des altères, du vélo (d’appartement en période de confinement), monter des escaliers


4- Doser les marqueurs cancéreux.

Aujourd’hui les cellules cancéreuses produisent des antigènes spécifiques que l’on peut doser dans le sang. Un certain nombre, comme ceux des voies digestives est appelé CA19-9. Se renseigner auprès de son médecin quel est le marqueur de son cancer. Pour moi c’est le CA19-9, mon médecin me prescrit un dosage par mois et je fais une courbe sur un graphique, j’ai pu ainsi voire en suivant plusieurs types de traitement que seul le cétogène tel que je viens de décrire entrainait une baisse spectaculaire du taux de ce marqueur à l’exception de tous les autres traitement que j’ai pu essayer.

 

5- Conclusion.


La médecine officielle et beaucoup de médecins ne connaissent rien sur le cancer, ses mécanismes et la manière de le guérir, nous sommes seuls face à cette terrible maladie.
Je m’en tire tout seul, mon médecin me suit et me donne les prescriptions que je lui demande, j’ai de la chance, il suit mes fonctions hépatiques et mon état de santé général, ce qui est important.
On me donnait pour mort aujourd’hui alors que je suis en parfaite santé, les métastases sont toujours là malheureusement, mais elles sont en régression ce qui est le principal.
Je ne suis pas médecin même si j’ai fait 14 ans de recherche médicale en immunologie et que mon laboratoire a obtenu le prix Nobel de médecine en 1980., j’étais d’ailleurs sur la publication principale de ce prix. Je comprends donc un certain nombre de mécanismes biologiques et les termes utilisés.
Mon seul but est de faire partager mon expérience a tous ceux de mes amis touchés par cette terrible maladie qui ne cesse d’augmenter dans la population, faute d’hygiène alimentaire et surtout vivant en milieu pollué.

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2020 5 24 /01 /janvier /2020 13:06

Mon cancer et son traitement

 

Je vous fais part ici de la façon dont je soigne mon cancer, ce n'est en aucun cas un conseil, ni une incitation pour quiconque de suivre cette voie. Attention je pourrais être poursuivi pour exercice illégale de la médecine. D'ailleurs je ne suis pas encore totalement guéri.

 

En août 2018 on m'a découvert une tumeur importante sur la tête du pancréas qui bloquait le canal cholédoque par ou la bile s'écoule à la sortie de l'estomac. J'ai fait un ictère et c'est la façon dont ce cancer fut révélé. La médecine me prescrivit une ablation de la tête du pancréas, chirurgie lourde et très risquée qui eut lieu fin décembre 2018. S'en suivit avec une longue et difficile convalescence. A ce moment je ne connaissais pas d'autre méthodes. Puis suite à l'intervention on me pratiqua une IRM et on ne découvrit pas de métastases au foie on verra plus tard que c'était faux. Cependant il me fut prescrit une chimiothérapie, que je refusais. Au cours de l'entretient avec l'excellent chirurgien qui m'avait opéré et qui souhaitait que je suive cette chimiothérapie, je fis part de mes doutes quand à l'efficacité de cette méthode voir sa dangerosité que j'avais relevé dans la presse scientifique renommée comme « Nature of Medicine» le plus réputé des organes de publication scientifique en médecine.

Il me fut répondu que 3 mois auparavant j'aurais eu certainement raison, mais que l'on venait de découvrir une nouvelle molécule plus efficace, cette réponse m'incita encore un peu plus à la méfiance et à refuser ce traitement. Au cours d'un examen de contrôle par IRM et PET scan en août 2019, on découvrit 7 métastases au foie, que l'on avait pas vu avant, bien que le corps médical m'affirma qu'elle étaient déjà visibles à l'examen précédent.

Là on jugea mon état très sérieux et on me dirigea vers l'oncologue de service prescripteur de chimiothérapie. La médecine prétendit qu'avec une bonne chimiothérapie on pouvait me prolonger.
M'ayant déjà beaucoup documenté j'ai demandé si je ne devais pas quand même suivre un régime approprié pour enrayer le mal, il me fut répondu que non : « mangez et buvez ce que vous voulez, cela n'a aucune importance » alors que je savais déjà que le sucre est un accélérateur des tumeurs cancéreuses, j'étais scandalisé par ce manquement de ce médecin au serment d’Hippocrate, je me suis levé et je suis parti.

Entre temps mon amie Christine D m'informa d'un livre qu'elle venait d'écrire en collaboration avec les Dr Alix Wraster-Cortese : « Requiem pour le Cancer », je lus le livre encore non publié. Ce livre évoquait la vie de ce médecin chercheur déjà âgée qui fut la collaboratrice du Dr Jean Solomidès et qui fut l'héritière de sa technique ayant fait déjà preuve de son efficacité depuis les années 50.

http://lejournalducurieux.blogg.org/dr-solomides-a161063548?fbclid=IwAR2x5G4Dvw85BPNlLcqQ4eQl6_ATL5xFOkqSvDAGqM180Oqri7TXQkBpoyQ

 

je fus mis en contact avec le Dr Alix Wraster qui m'expliqua le fonctionnement de cette méthode, ( j'ai fais de la recherche médicale durant 14 ans) qui n'est pas une méthode dite douce ou alternative, mais fondée sur des études scientifiques approfondies à l'Institut Pasteur en France. Le principe fonctionne avec une enzyme appelée peroxydase de synthèse baptisée « physiatron » par Solomidés. Les peroxydases (qui apportent de l'oxygène), ont la particularité de tuer toutes bactéries anaérobies c'est à dire qui croissent sans oxygène. Fort de cette connaissance, le Dr Solomidès sachant que les cellules cancéreuses étaient également anaérobies traita des tumeurs cancéreuses avec ces enzymes avec beaucoup de succès. Une autre particularité des cellules cancéreuses entérina cette découvertes, l'ion O- se fixe préférentiellement sur les cellules cancéreuses qui en sont particulièrement avides, ce qui explique leur avidité pour toutes molécules hydrocarbonées comme les sucres. Donc les cellules cancéreuses peuvent être ciblées avec précision avec la peroxydase qui au lieu de nourrir la cellule comme un sucre la tue comme l'eau oxygénée ou l'ozone O3 tuent les bactéries, par oxydation.

Un autre médecin, le Dr Laurent Schwartz mis au point une autre méthode dite « Métabloc » également efficace qui asphyxie les cellules cancéreuses en les privant d’hydrocarbone avec un régime cétogène, mais les principes biologiques sont similaires.

 

Aujourd'hui dans le monde médicale de l'oncologie, il y a deux groupes de médecins et de chercheurs qui se font face. Le groupe officiel hospitalier qui prétend que le cancer provient d'un dysfonctionnement de la méiose (division cellulaire) ce sont les partisans de la chimiothérapie, d'autre qui sont de plus en plus nombreux disent que le cancer provient d'un déséquilibre du métabolisme (l'usine biochimique de notre corps) ce sont les partisans de la remise en ordre du métabolisme et de son utilisation pour combattre le cancer. Les uns et et les autres s'accusant d'être des charlatans. Si aujourd'hui on arrive à soigner des patients du cancer surtout grâce aux progrès de la chirurgie, le nombre de décès par cancer n'a jamais diminué car le nombre de cancer par habitant est en augmentation constante ce qui milite pour des troubles du métabolisme car l'alimentation industrielle très riche en sucre est devenue une habitude de consommation et est particulièrement dangereuse. Évidemment l'ordre des médecin favorable aux premiers fait la guerre au seconds, une véritable guerre de persécution dont Solomidès a payé le prix, maintenant c'est au tour de Laurent Schwartz. Le chiffre d'affaire de la chimiothérapie payé par la sécurité sociale en France est de 41 milliards de dollars par ans. Big pharma se remplit les poches avec la légende du trouble de la méiose.

 

 


https://www.lemonde.fr/economie/article/2005/06/24/le-traitement-du-cancer-premier-marche-pharmaceutique-en-2008_665811_3234.html

 

J'ai donc suivi durant 3 mois la méthode Solomidés dont les produits ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale car mis dans la catégorie « compléments alimentaires » ce qui leur permet d'être produit par un laboratoire en Italie. Ce traitement comporte 3 injections intraveineuses de physiatron par semaine non remboursées évidemment avec des ampoules buvables pour soutenir le système immunitaire. Le coût d'un kit pour 3 mois est de 1700 € le coût des injections non remboursées est de 60 € par semaine. Ce qui fait 720 € le coût totale pour 3 mois est de 2420 € pour trois mois qu'il faudra sans doute renouveler.

Avant de commencer la méthode Solomidés, avant que je ne reçoive les produits j'ai tout de suite après la révélation de existences de métastases hépatiques, suivi un régime cétogène ou Métabloc du Dr Schwartz.

https://www.lanutrition.fr/bien-dans-sa-sante/les-maladies/le-cancer/cancer-lespoir-du-traitement-metabolique

 

https://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/la-diete-cetogene-quest-ce-que-cest-2275

 

Mes résultats,

Les effets de traitement doivent être suivi par un dosage mensuel de l'antigène CA 19-9 qui est un marqueur des cellules cancéreuses le taux de ce marqueur doit être en baisse puis faire tous les trois mois un examen par IRM pour évaluer l'évolution de la taille des tumeurs.

Mon cas est particulièrement sérieux et rapidement mortel, les métastases de cancer pancréatiques au foie ont un développement très rapide et difficiles à combattre. Mon ami Patrick D'Onth (Tepa) est décédé rapidement alors que ses métastases hépatiques provenait d'un cancer du colon métastases réputées moins avides et dangereuses que celles du pancréas. Pour mon médecin de famille je devrais déjà être mort alors que mon dernier examen IRM montre une stabilité, voir une certaine régression pour certaines métastases. On peux déjà dire que c'est un succès, je ne présente en outre aucun trouble hépatique.

Seulement le régime cétogène fait maigrir, il a été conçu pour ça par les nutritionnistes alors j'ai perdu quelques kilos et je me suis un peu affaibli. Le régime cétogène très pauvres en glucides doit être très riche en graisse pour compenser mais ayant un demi pancréas en moins, j'assimile mal les graisses donc mon médecin m'a prescrit des lipases, enzymes favorisant l’absorption des graisses par l'organisme. Dans le régime Schwartz Métabloc il y a également certains médicaments dits « pompe à proton » qui bloquent les ion H+ car la cellule cancéreuse a tendance à produire de l'acidité. Si on la met dans un environnement basique, elle ne peut plus croître. Lire le livre de Laurent Schwartz : « Cancer, un traitement simple et non toxique » Edition Thierry Souccar

Ceci veut dire qu'il faut être suivi en permanence par un médecin de famille intelligent qui comprenne votre démarche et la suive ce qui peut permettre parfois de compenser par de petits traitements les effets indésirables et de faire les prescriptions d'analyse de laboratoire et d'IRM. Les cancéreux sont en France à 100% à la sécu.

Physiologiquement le régime cétogène correspond à un régime sec, mais facile à suivre. Il faut éviter de le suivre plus de trois mois, c'est la raison pour laquelle je suis les deux traitements cétogène (Métabloc) et Solomidés.

 

Conclusion : je ne suis pas mort et loin de l'être les métastases sont stabilisées soit en très légères croissance pour 4 d'entre elles et pour 3 d'entre elles en nette régression pour une quasi disparue.

Je continue donc mes traitements.

 

Nos ennemis.

Nous nous trouvons face à deux énormes puissances d'argent.


1- Le sucre, il y a un excès de sucre dans tous les aliments transformés, si vous regardez l'étiquette d'un bocal de haricots verts bio vous y verrez une adjonction stupéfiante de sucre. Le marché du sucre est de 75 milliards de dollars par ans, une somme considérable. En plus il y a une addiction au sucre plus on en consomme plus on cherche à en consommer. Dés l'annonce que vous avez un cancer il faut tout de suite stopper la consommation de sucre et de vérifier les étiquettes des aliments pour rejeter ceux qui en contiennent avec un cancer le sucre est rapidement mortel.


2- La chimiothérapie, (49 milliards de dollars) qui est au mieux inefficace au pire dangereuse car elle casse les cellules cancéreuses qui libèrent leurs mitochondries qui sont des granules du cytoplasme, indispensables aux réactions énergétiques de la cellule. Ces mitochondries sont aujourd'hui soupçonnées de transporter les gènes de cellules cancéreuses dans d'autres parties de l'organisme.

https://www.rtflash.fr/cancer-et-mitochondries-lien-se-confirme/article

 

J'accepte quelques questions mais pas trop je ne suis pas médecin, c'est seulement un témoignage.

 

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2020 4 09 /01 /janvier /2020 14:38

Pour un front indépendantiste et anti-impérialiste

 

 

 

 

Rarement dans notre histoire La France ne s'est retrouvée dans un tel état de déliquescence et de dépendance.

Des forces mondialistes coalisées liées aux banques, aux financiers usuriers, aux états anglo-saxons et à Israël œuvrent ouvertement à l'élimination de notre nation, de notre état, ne cachant pas leur volonté d'éliminer également de par le monde tout ce ressemble à un état-nation indépendant. Cette volonté est animée par une cupidité inextinguible avec une volonté d’accroître les bénéfices à tirer de l'exploitation des peuples.

L'élimination des nations a pour but de les soustraire à leurs lois spécifiques issues de leurs traditions historiques, notamment les lois sociales qui freinent l'exploitation capitaliste.

 

L'attaque contre la France s'exprime sur plusieurs axes.


Un axe culturel, la France comme toutes autres nations possèdent une culture spécifique venant de sa riche histoire, cette culture est à l'origine de ses lois. Un effort important est fourni par l'oligarchie capitaliste décrite plus haut pour détruire cette culture. Cette destruction commence par la famille et les liens familiaux qui sont les premiers liens de solidarité. C'est par exemple l'invention de genres non naturels, la promotion de l'homosexualité, la promotion de l'avortement qui devrait rester une exception. C'est également la promotion de l'hédonisme et des plaisirs rapides et fugaces.

Enfin c'est l'organisation de la submersion migratoire destinée à remplacer notre peuple et ses traditions de lutte, par des immigrés venus de toutes parts, payables à bas prix, n'ayant aucun intérêt pour les combats sociaux et les revendications.

 

Un axe légal, l'oligarchie mondialiste ayant réussi à s'emparer du pouvoir en France tente de réviser toutes lois sociales, lois durement acquises par de longs combats et qui ont mené à la prospérité de notre pays en offrant des moyens de consommation aux français. L'appauvrissement de notre peuple nous entraîne vers l’abîme. 

 

Un axe industriel. Notre pays est en train de subir une désindustrialisation accélérée, nos fleurons industriels sont bradés les uns après les autres à l'étranger. 

 

En plus de ces différentes agressions, la France a perdu son indépendance politique, elle est soumise à une oligarchie impérialiste principalement venue des USA, oligarchie qui enchaîne les guerres dans le monde et accélère les tueries comme jamais dans son histoire pourtant violente.

 Tous les peuples possèdent au-dessus de leur tête une épée de Damoclès qui les enjoint à obéir à l’imperium israélo-anglo-saxon sous peine de guerre meurtrière. Les guerres, tueries et menaces ne cessent pas, citons de manière non exhaustive. La partie est de l'Ukraine ou Novorossia, la Syrie, l'Irak, l'Iran, le Yémen, tout un ensemble de pays africains notamment du sahel et un ensemble de pays d'Amérique latine.
D'autres grandes nations vivent sous la menace perpétuelle d'une agression comme la Russie et la Chine contraintes à faire de substantiels efforts d'armement pour éviter l'attaque après la menace.

La France doit subir l'agression des forces du capitalisme mondialiste par l'intermédiaire de l'UE, avec l'organisation d'une dette inique et sempiternelle, fondée sur des jeux d'écriture virtuels mais dont le paiement des intérêts s'effectue en richesse réelle et saigne notre peuple.

Également une menace militaire plane sur la France, si jamais elle tentait de se libérer de ses chaînes, comme nous en voyons l'exemple chez d'autres peuples. Cette coalition armée a organisé une nouvelle force qu'elle arme et finance toute en prétendant la combattre, ce sont des bandes de terroristes islamistes liés au wahhabisme, au salafisme, mais surtout aux Frères Musulmans, un acte terroriste organisé dans un quelconque pays peut mettre à la raison, un état tel que la France qui en a déjà fait la douloureuse expérience.
Ces forces financières et militaires sont conjointes et ne peuvent être dissociées dans un combat pour l'émancipation de notre peuple en vue de recouvrer son indépendance historique totale.

Il est donc nécessaire et urgent de mobiliser les français pour engager le combat contre les forces anti nationales qui nous entraînent vers la disparition.

 

Ce combat doit être franchement nationaliste, nationaliste vue comme l'amour de notre nation et non pas dans la détestation des autres mais au contraire dans l'exercice de la solidarité envers les autres peuples agressés.

Fiers d'être français, fiers de notre histoire, fiers de nos armes, fiers de notre drapeau, nous devons restaurer l'esprit patriotique sans lequel il ne pourrait y avoir d'action déterminée de notre peuple. Celui-ci, dans ce combat historique engagé doit s'attendre à tout, notamment aux sacrifices face à la violence de l'ennemi mondialiste et de ses armées.

Seule la masse des français soulevée et déterminée sera susceptible de nous conduire vers l’émancipation.

Encore faut-il, pour soulever notre peuple, lui offrir des analyses claires et des objectifs visibles et compréhensibles.
Malheureusement aujourd’hui, aucun parti, aucun mouvement n’offre aux français, analyses cohérentes et objectifs, un tel mouvement national est à créer et rien ne pourra avancer sans cela.

Même si aujourd’hui notre peuple est encore inconscient de cette nécessité, encore lié par de vieilles et obsolètes considérations politiques comme la droite et la gauche, même si d’influentes organisations se réclamant d’une nouvelle gauche et financée par les ennemis de la France œuvrent dans l’ombre à brouiller les cartes et font la promotion de la disparition des nations, il n’en demeure pas moins que l’étape de la création d’un front indépendantiste rassemblant très largement toutes les opinions patriotiques, sans exclusive est et sera incontournable, alors pourquoi ne pas commencer dès maintenant.

 

Alain Benajam

 

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 09:56

Famille, Nation, État-nation.

 

A mes petits enfants.

 

Voici trois concepts aujourd'hui particulièrement décriés et attaqués par le grand capital mondialiste qui veut supprimer toutes entraves à son inextinguible appropriation. Mais il semble plus curieux que ces concepts soient décriés également par les tenants de la néo-gauche appuyés par les médias officiels. Ceci institue une idéologie dominante avec une propagande qui s'insinue fortement dans tous les domaines de la communication.

On entend par néo-gauche ce qui est advenue de l'ancienne gauche qui fut dominée par le PCF avant les années 70 du siècle dernier et qui défendait avec vigueur ces concepts. La néo-gauche est née de l'effondrement du PCF et de son remplacement par un parti socialiste organisé par les trotskystes avec leur idéologie mondialiste et leur alliance avec les USA. Les trotskystes formèrent également aux USA ce que l'on a appelé les néo-conservateurs ou néo-cons. Aujourd'hui dans ce qui reste de la gauche également effondrée on ne parle plus que de progressisme concept politique vide de sens repris par Emmanuel Macron.

Le but de cette idéologie mondialiste anti familiale et anti nationale est de détruire les solidarités, pour faire place à un individualisme et un hédonisme plus favorable à l'exploitation de l'homme par l'homme.

 

La famille.

 

La famille est la cellule de base de l'organisation humaine, elle existe également chez certaines espèces animales. La famille a permis que s'érigent les premières solidarités apportant les développements techniques et numériques du genre humain. En effet, c'est en son sein notamment par la mère que le langage se transmet, on parle de langue maternelle c'est en son sein que dès les premiers jours après sa naissance l'enfant commence à apprendre par sa mère les attitudes sociales conformes et commence son éducation, ce fut en son sein que se transmirent les savoir faire techniques de pères en fils et de mère en filles. L'organisation familiale a revêtu différentes formes dans l'histoire et chez différents peuples. Cela pouvait être une famille élargie avec les oncles les tantes neveux et nièces, cette forme a perduré longtemps en occident, jusqu'au 11, 12 ème siècle et encore plus longtemps dans le sud de l'Europe. C'est aujourd'hui plutôt une famille dite nucléaire qui est majoritaire depuis le moyen age, qui se limite au père, à la mère et aux enfants. Les anciennes familles élargies pouvaient former des clans et s'élargir en tribus. Mais le mode d'agglutination humaine était toujours d'ordre génétique formant au début du développement de l'humanité des isolats de populations dont on retrouve de nos jours des traces dans les patrimoines génétiques.

 

Les attitudes sociales conformes.

 

Ces attitudes sociales, conformes sont différentes d'un peuple à un autre. L’ethnométhodologie parle d'attitudes vues et non remarquées, elles ne sont pas remarquables au sein d'un groupe donné car normales et identiques pour tous, elle marquent l'appartenance à ce groupe. On peut citer en exemple le langage et ses variantes particulières, mais également la vêture et le comportement envers les autres, comme les marques de politesse et de solidarité. On peut également citer les rites religieux ou particulièrement d'appartenance, qui construisent la confiance qu'un membre du groupe peut avoir envers les autres membres de ce groupe pratiquant les mêmes rites et surtout la croyance dans ce que ces autres membres peuvent affirmer. Les rites pratiqués, encore une fois vus et non remarqués, peuvent être non religieux au sens des grandes religions, mais ces rites laïcs qui consistent à faire ostensiblement comme les autres sont nécessaires à la cohésion sociale.

Aujourd'hui, en dépit de tous les efforts de l'idéologie dominante pour détruire la famille, comme la promotion de la pseudo théorie du genre et de l'homosexualité, elle reste encore la base de l'organisation sociale. Même si le mariage officiel ne possède plus l’attractivité sociale du passé avec la promotion de l'hédonisme individualiste qui gangrène la société moderne, il reste néanmoins populaire même en dépit des divorces qui souvent le suive. Souvent une deuxième alliance par mariage élargit ainsi un cercle familiale.

 

Les ancêtres.

 

Toutes les civilisations de tous les temps ont pratiqué un culte rendu aux ancêtres de la famille. Chaque foyer romain avait un feu sacré, ou se pratiquait le culte domestique des ancêtres.
Dans le monde occidental actuel, le souvenir quasi cultuel des ancêtres se perpétue. Comme avant, à la veillée, devant la cheminée, mais aujourd'hui au cours des repas familiaux, les plus anciens racontent aux plus jeunes les histoires de la saga familiale. Cette saga est encore dramatique car se sont souvent des souvenirs de guerre qui y sont évoqués. L'attitude des uns et des autres face à l'envahisseur nazi y est souvent raconté, les plus valeureux sortent du lot, la famille est fier de compter parmi ses rangs, combattants décorés et triste de connaître le sort des déportés et des fusillés. Aujourd'hui de nombreuses photographies permettent de mieux connaître ses ancêtres, l'habitude de créer des arbres généalogiques remontant à quatre ou cinq générations se prend dans nombre de familles.

 

Famille Thiercelin, mes arrières grands parents paternels, à gauche ma grand-mère vers 1900

 

J'ai bien connu mes deux grand-mères nées à la fin du 19ème siècle, l'une juive venant de Russie me racontait les pogroms de 1905 quand les cosaques arrivaient dans son village pour sabrer ça et là tout ce qui vivait, elle courait se cacher dans les bois, toute sa famille, les membres les uns après les autres, du partir en France ou en Angleterre . C'est à Londres qu'elle connue mon grand-père et que ma mère est née en 1918 au cours d'un bombardement de Zeppelins. Mon autre grand-mère qui, pendant la guerre 14-18 travaillait à la fabrication d'obus dans une usine de La Courneuve, me racontait les grèves de 1916, elle y connut son mari mon grand-père paternel qui réglait les machines outils. Son frère fit toute la guerre de 14, il lui envoyait de nombreuses cartes postales des lieux ou il combattait, ce lot de carte est gardé précieusement. Les sagas familiales évoquées forment les opinions et les conceptions du monde des uns et des autres.

Avec la crise permanente du monde occidental, il est paradoxal que la famille retrouve souvent son rôle protecteur, de solidarité et de refuge contre les aléas de la vie. La famille est là pour aider et partager, elle est encore vivace.

 

De la famille à la nation.

 

Ce concept familial s'est étendu aux premières idées de nation dont le mot possède la même racine latine que naître. Une nation est formée par la conscience d'appartenance à une communauté dite nationale ou ce qui est similaire à un peuple. Cette conscience nationale est récente en Europe, en France, son apparition date de la guerre de cent ans. Elle est apparue avec l'effondrement du système militaire féodal et le désastre d'Azincourt en 1415, à ce moment encore l'appartenance était celle de la seigneurie féodale qui passait souvent d'un camp à un autre. Charles VII conçu une armée de métier constituée de bourgeois et de paysans qui ne combattaient plus à cheval, mais étaient abondamment pourvue d'armes à feu, ce qui fit la différence avec les anglais. On ne parlait plus alors d'appartenance à une région ou une seigneurie, l'armée était française et portait un uniforme français avec une croix blanche dite croix de Saint Michel, généralement sur fond rouge. Les anglais dont la nation se formait également portaient aussi un uniforme qui était une casaque blanche avec une croix rouge de Saint Georges. Les dernières batailles de la guerre de cent ans n'étaient plus qu'entre une armée française et une armée anglaise vaincue aux batailles de Formigny et de Castillon par l'artillerie française.
Dés les premiers jours de la révolution française de 1789 le concept de nation fut formalisé et légalisé par la déclaration des droits de l'homme et du citoyen qui existe en préambule à notre constitution. L'article 3 concerne la souveraineté qui devrait appartenir à la nation et non plus au roi de droit divin.

Cet article dit : « Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément. »

 

Comme pour les familles il existe pour chaque nation un roman national pour partie historique, pour partie mythique. Ce roman national était encore, il y a peu enseigné, dans les écoles aux cours d'histoire.

 

Le roman national.

 

Citons quelques étapes remarquables : Clovis, Philippe Auguste et la bataille de Bouvines, Saint Louis rendant la justice sous un chêne, les croisades, Philippe le Bel et les Rois maudits, la guerre de cent ans, Jeanne d'Arc brûlée par les anglais, les guerres de religion avec la Saint Barthélemy, le Grand siècle de Louis XIV, Louis XVI et la révolution de 1789, Napoléon, ses victoires et sa défaite de Waterloo qui mit la France définitivement sous le pouvoir anglais, les révolutions de 1830,1848, la commune de 1871, le terrible massacre de la guerre de 14-18, le Front Populaire, la défaite de 1940 face aux nazis allemands, la résistance, la libération, le guerre d'Algérie et de Gaulle.

 

Jeanne d'Arc

 

L’appropriation par les enfants du roman national va former les consciences d'appartenance. Ne plus enseigner le roman national ou le trafiquer, c'est évidemment décrédibiliser la nation et favoriser le mondialisme cher au grand capital.

 

De la nation à l'état-nation.

 

L'état-nation est un état qui s'étend sur une nation et se confond avec elle. Un état-nation ce sont des frontières à l'intérieur desquelles existent des lois qui s'y appliquent. Les frontières ont été établies par reconnaissance mutuelle entre états. Ce type de reconnaissance mutuelle est apparue en Europe avec le traité de Westphalie du 24 octobre 1648 qui conclut la guerre de 30 ans, c'était le premier pas dans l’élaboration d'un droit international.

 

Le fondement  de l'idéologie française

 

A l'observation, on constate que les lois qui existent en France ne sont pas les mêmes que dans les pays voisins, la France est remarquable par l’existence encore de nombreuses lois sociales, ces lois sociales sont issues de son histoire et des luttes sociales de la classe ouvrière quand la France était encore indépendante et non soumise au pouvoir de l'Union Européenne et par la même à la puissance du grand capital mondialiste comme aujourd'hui.
On voit que de la famille à la nation, de la nation à l'état-nation et de l'état-nation aux lois qui s'y appliquent, il y a une continuité formant des particularités nationales. Ces particularités nationales entretiennent la diversité des cultures et des civilisations, cette diversité est une richesse car chaque nation peut s'offrir aux autres en exemple. Par exemple la France de Montesquieu a inventé la légalité, les révolutionnaire de 1789 ont inventé la nationalité, c'est à dire l'appartenance formelle et légale à une nation. Ces particularités françaises ont été étendues à toutes les nations avec la formation de l'ONU Organisation des Nations Unies et du droit international.

On comprend bien que l'avidité du capitalisme transnational le conduit à vouloir détruire ces particularités avec surtout les lois sociales.

 

L'immigration massive.

 

L'immigration massive que les français subissent aujourd'hui est organisée par le grand capital mondialiste pour deux raisons. D'une part, l'afflux de main d’œuvre quasiment corvéable permet de peser sur les salaires et l'illégalité des travailleurs migrants conduit les employeurs à s'affranchir des lois sociales. Déjà Marx avait dénoncé cette tendance des capitalistes à faire appel à une main d’œuvre étrangère pour peser sur les salaires, Jaurès avait également dénoncé cette tendance et l'on se souvient du discours de Georges Marchais dénonçant en 1984 ce qui n'était pas encore une submersion migratoire mais une affluence organisée. D'autre part la submersion migratoire empêche l'intégration des migrants à la nation française en formant des ghettos isolés du reste de la nation.
Jusqu'alors, la France, terre d'immigration avait réussi à intégrer les populations étrangères. Hostile au communautarisme, la France avait pu diffuser son roman national à tout un chacun qui, une seule génération plus tard, se sentait français comme les autres. Cependant aujourd'hui, le communautarisme venu d'ailleurs, crée des frustrations et des hostilités envers la France ses traditions et ses lois. Une haine de la France se répand parmi des populations immigrées dans les banlieues des grandes villes et la rupture est consommée.

 

 

Le peuple français ne crée plus ses lois comme par le passé, seule la bureaucratie de l'Union Européenne les imposent, ce sont celles du grand capital mondialiste. Mais il est à craindre que le corpus légal français puisse être modifié par des habitudes sociales étrangères, comme on le voit avec les revendications communautaires énoncées par des musulmans sous l'influence des Frères Musulmans. Cette secte est largement soutenue par l'impérialisme, comme on peut le voir en Syrie ou les nombreux crimes ont été commis par eux mettant le peuple syrien en grande difficulté.

 

La famille, la nation et l'état-nation protègent, le mondialisme destructeur de lois met les peuples à la merci de la prédation capitaliste.
Il est vital pour les français de recouvrer l'indépendance perdue de leur nation en quittant l'Union Européenne, en récupérant sa monnaie et en quittant l'OTAN qui n'est que l'organisation des guerres impérialistes.
La jeunesse de France doit être consciente de l'immense tache qu'elle aura à accomplir, libérer la France comme le firent ses aïeux.


 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 18:33

Gilets Jaunes :

bilan et perspective pour le recouvrement de l'indépendance de la France.

 

1- Pour moi, la révolte des Gilets Jaunes est une divine surprise. Depuis des années je cherche un moyen, une voie pour rassembler des gens éparpillés, dans une multitude de micro-organisations afin de former un mouvement indépendantiste. Quelques essais ça et là, l'amorce d'une « Fédération Indépendantiste », morte née, l'aide de Tepa TV puis un deuxième gros cancer, qui me touche et malheureusement touche Tepa également au moment ou péniblement je me remets sur pied.

 

 

Comme je l'ai maint fois répété et écrit et clamé depuis des années, le modèle social (paradigme) a changé, l'évolution de la société a bifurqué depuis la fin du siècle dernier. La pratique sociale maintenant généralisée de la communication de masse avec des ordinateurs connectés en réseau a changé les mentalités.

 

Depuis des millénaires avec la sédentarisation des hommes et l'érection d'états fondés sur la division de la société en classes antagonistes, les soumis ont pris l'habitude d'accepter plus ou moins leur sort car les informations qui pouvaient leur parvenir ne pouvaient être que celles de prêtres, instruments intermédiaires des pouvoirs exploiteurs. Ceux-ci diffusaient les légendes devant être crues et acceptées afin de maintenir l'ordre social. Ceci n'allait pas toujours sans révolte et depuis que les cités états existaient en Afrique, Asie, Europe, Amérique Centrale et nord de l'Amérique du sud, les révoltes d'esclaves et du peuple furent nombreuses, des cités furent détruites. Ces révoltes sont difficiles à comptabiliser car les pouvoirs écrivant toujours l'Histoire, ne les ont pas toujours répertoriées. Certaines furent momentanément victorieuses et durèrent comme au Japon médiéval ou des communes égalitaristes furent créées et durèrent, ou en Europe avec celle des Hussites de Bohème qui dura une vingtaine d'année. D'autres furent des feux de pailles comme les Jacqueries paysannes en France au XIV siècle ou celle de Watt Tyler en Angleterre qui furent rapidement noyées dans le sang.

La vie des pouvoirs et des soumis ne fut jamais un long fleuve tranquille sur la planète et la révolte couvait partout quand les états poussaient un peu fort l'exploitation. Mais soit ces révoltes furent vaincues et tout le monde retournait sous son joug, soit elle réussissaient à vaincre mais finalement recomposaient une autre forme de despotisme, comme après notre belle révolution française.

 

Mais qu'en est t-il aujourd'hui? Le travail des prêtres modernes que sont les « journalistes » chargés de faire croire les légendes est devenu de difficile à impossible car, pour la première fois dans l'Histoire de l'humanité, chacun d'entre nous peut accéder à l'information sur les réalités qui jusqu'alors étaient cachées. Au début incrédules, les pouvoirs commencent seulement à se rendre compte des effets de cette nouveauté technique qui révolutionne les rapports sociaux comme la découverte de l’agriculture avait bouleversé la vie des hommes il y a 10 000 ans.

 

La révolte spontanée des Gilets Jaunes est l'effet concret de cette bifurcation de paradigme amorcée à la fin du siècle dernier avec la mise en réseau des ordinateurs, dans les entreprises d'abord puis accessibles à tout un chacun, notamment avec les téléphones portables.

 

A moins que l'Internet ne soit brusquement coupé, ce qui est industriellement impensable, le cours de l'humanité évolue d'or et déjà dans une autre voie, dans une direction ou l'exploitation des humains par d'autres humains, en leur faisant croire des balivernes, va s'avérer de plus en plus difficile.

 

Alors, que leur reste t-il pour maintenir un pouvoir d'exploitation humaine qui se fait toujours plus dur ? Et bien comme d'habitude, depuis que l'état existe, la répression et la violence.

 

On le voit aujourd'hui, la répression contre les Gilets Jaunes devient féroce comme à Toulouse au cours de l'Acte 22. On le voit aussi avec la violente et choquante arrestation de Julian Assange qui dévoila certains secrets des puissants qui devaient rester sous le tapis. Nul doute que la répression va aller aussi loin qu'elle le pourra.

 

Mais voilà, il y a un problème, une des légendes assénée chaque minute par nos « journaliste » est celle que nous vivons en démocratie et que la liberté d'expression existe, c'est d'ailleurs la légende principale du système. Cependant, chacun de nous peut observer que cette légende est en contradiction avec les faits et cela peut être dévastateur.

 

En effet, tout système d'exploitation ne peut tenir qu'avec la crédibilité que peuvent avoir les exploiteurs et leur légende aux yeux des exploités. Cette crédibilité est le véritable moteur de tous pouvoirs car sans l'assentiment des exploités pour porter leur propres chaînes, nulle exploitation ne pourrait fonctionner. L'exploité doit croire et avoir confiance dans son exploiteur quand il lui dit n'agir que pour son bien. Une confiance perdue ne peut jamais se retrouver, menteur un jour, menteur toujours dit le dicton populaire. La faillite de crédibilité des pouvoirs et des prêtres «journalistes » s'effondre comme le montrent partout les sondages.

 

Alors accroître la répression serait encore détruire ce qui reste de croyance, Que peut faire le pouvoir, abandonner ? Je ne le pense pas, il va sans doute accroître la répression quitte a laisser tomber le vernis de démocratie qu'il s'est appliqué. Les intérêts sont trop lourds.

 

Pourtant les Gilets Jaunes ne sont pas encore alignés au mur et fusillés comme les communards durant la semaine sanglante de 1871, ni parqués dans des stades et ensuite massacrés discrètement comme sous Pinochet en 1972. Le pouvoir est il capable de ça, trouvera t-il les assassins motivés pour faire ce boulot ? Telle est la question, jusqu’où le régime de terreur qu'il cherche à faire régner pour mettre un terme aux manifestations peut-il aller ? Nous le verrons bientôt car il est impossible que la révolte cesse.

 

2- Quel avenir pouvons nous envisager pour la suite ?
Bien entendu la suite passe obligatoirement par une structuration du mouvement tout en lui gardant son aspect réseau compatible.

 

Nous avons pu observer avec satisfaction, l'évolution des mots d'ordres dans les manifs qui de plus en plus s'en prennent à l'UE, dénoncent la dette obligatoire, dénoncent les « banksters », demandent la sortie de l'UE et la nationalisation de la banque de France. Ces mots d'ordre bien visibles peut être pas encore partagés par tous, prennent néanmoins le chemin d'une revendication à l'indépendance nationale.

Aucune forme de parti politique de type pyramidal avec un leader « propriétaire » du parti ne pourrait s'adapter à ce mouvement qui est populaire car protéiforme et s'adapte for habilement à la diversité des idéologies de chacun. De gauche, de droite, royalistes, communistes chacun amène sa propre histoire et l'on a pu voir se côtoyer drapeaux rouges et emblèmes royalistes. Dans cet ensemble nous sommes très proche de ce qu'il s'est passé dans l'organisation de la résistance à l'envahisseur nazi durant la dernière guerre et à l'organisation du Conseil National de la Résistance, ceci devrait être un modèle à suivre.

 

On voit par ailleurs, le peu de succès de ces partis traditionnels s'affichant pourtant en opposition au système politique en place.


La PME Le Pen et ses différents avatars n'a pour le moment servi qu'à faire élire les pires des pires et de toutes manière ce parti vient de se prononcer clairement contre l'indépendance.


Il en est de même pour DLF et Dupont-Aignant ne cherchant qu'à unifier la droite tout en gardant l'UE et l'Euro.

 

Pour LFI, bien malin qui peut décrire sa ligne politique tant elle est floue. Jean Luc Mélenchon ne serait-il qu'un Tsipras ? En tous cas rien de probant n'émane de ce mouvement pour l'indépendantiste que je suis.


Il reste l'UPR, ce parti possède une position claire ou à peu près, mais c'est un parti dont le propriétaire est M. Asselineau que l'on le voit mal s'intégrer au mouvement Gilet Jaune même si nombreux sont ses militants qui ont revêtu l'emblématique gilet. L'UPR a eu au moins le mérite au sein du mouvement de populariser la sortie de l'UE et de la zone Euro. Le peu d'apparition de M. Asselineau sur les médias du pouvoir, furent remarquables et remarqués en dépit de toutes les manœuvres pour l'en exclure. Mais une chose m'inquiète fort à l'UPR, outre son organisation classique et obsolète, non adaptable à un large mouvement comme celui des Gilets Jaune, c'est cette histoire d'article 50. Pourquoi mettre ça sur la table ? Si un jour nous recouvrions notre indépendance nous n'aurions nul besoin de ce type d'article car justement indépendants et en conséquence dégagés de toutes obligations envers l'UE. C'est un mystère que cet obligation et on voit bien le Royaume Uni avoir du mal à s'en dépêtrer.

En tous cas si l'UPR pouvait s'intégrer dans le large mouvement que je souhaite il serait le bien venu.


Mais voilà, ce large mouvement indépendantiste capable de politiser dans le meilleur sens du terme le mouvement Gilet Jaune, afin d'offrir une perspective aux français, n'existe pas encore.
Cette structuration reste à faire mais sans précipitation il faut que tout ceci mûrisse. On peut compter sur le pouvoir pour accélérer les choses car ses réactions impitoyables ne pourront avoir pour effet que de souffler aux français qu'il faut s'organiser pour résister à la tyrannie.

 

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 09:41

Immigration.

 

 

 

 

L'immigration soudainement devenue massive venant surtout du continent africain est un événement majeur qui préoccupe les populations européennes et dont les conséquences divisent les états et les opinions.
Aujourd'hui, défendre ou s'opposer à cette vague migratoire est devenue la césure politique majeure, effaçant l'ancienne césure droite et gauche. Pourtant, au sein de cette ancienne césure politique qui s'efface peu à peu, les pro et anti-migrants se retrouvent également en confrontation.

 

Cette confrontation sur ce sujet au sein même de ce que l'on appelle des familles politiques n'est pas nouvelle. Le PCF dans les années 80 du siècle dernier avait fait sensation en s'exprimant contre l'organisation de cette immigration par le patronat y voyant le rassemblement en France de l'armée de chômeurs dont le capital a toujours eu besoin. La position d'alors du PCF encore composé majoritairement d'ouvriers était ce qu'ils désignait en langage marxiste: une position de «classe» car défendant les intérêts de la classe ouvrière.

 

L'organisation de l'immigration par le capitalisme est quasiment aussi ancienne que la révolution industrielle du 19 ème siècle.

Marx écrivait déjà en 1848:

«Le progrès industriel, qui suit la marche de l’accumulation, non seulement réduit de plus en plus le nombre d’ouvriers nécessaires pour mettre en œuvre une masse croissante de moyens de production, il augmente en même temps la quantité de travail que l’ouvrier individuel doit fournir. A mesure qu’il développe les pouvoirs productifs du travail et fait donc tirer plus de produits de moins de travail, le système capitaliste développe aussi les moyens de tirer plus de travail du salarié, soit en prolongeant sa journée, soit en rendant son labeur plus intense, ou encore d’augmenter en apparence le nombre des travailleurs employés en remplaçant une force supérieure et plus chère par plusieurs forces inférieures et à bon marché, l’homme par la femme, l’adulte par l’adolescent et l’enfant, un yankee par trois Chinois. Voilà autant de méthodes pour diminuer la demande de travail et en rendre l’offre surabondante, en un mot, pour fabriquer des surnuméraires. »

 

Ce problème de l'immigration a toujours inquiété les défenseurs de la classe ouvrière française.
Le 17 février 1894, Jean Jaurès, devant l'Assemblée Nationale, prononçait ces mots:

« Ce que nous ne voulons pas, c'est que le capitalisme international aille chercher la main-d’œuvre sur les marchés ou elle est le plus avilie, humiliée, dépréciée, pour la jeter sans contrôle et sans règlement sur le marché français et pour amener partout dans le monde les salaires des pays ou ils sont plus bas».

 

Ce que disait Georges Marchais le 6 janvier 1981 dans l'Humanité était dans la lignée des expression de Marx et Jaurès sur ce sujet:

«En raison de la présence en France de 4 millions d'immigrés et de leurs familles, la poursuite de l'immigration pose aujourd'hui de graves problèmes. La cote d'alerte est atteinte. Il faut arrêter l'immigration sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. Je précise, il faut stopper l'immigration officielle et clandestine... ». Mais également il ajouta quelque chose de fort nouveau dans l'expression politique française de l'époque et passée alors inaperçue. «… Se trouvent entassées dans des ghettos des travailleurs et leurs familles aux traditions, aux langues, aux façons de vivre différentes. Cela, rend difficile leurs relations avec les français ».
 

A la question purement économique concernant l'importation d'une main-d’œuvre immigrée acceptant des salaires plus bas, cette fameuse armée de réserve du capital décrite depuis toujours par les marxistes, Georges Marchais y ajouta la question nationale déjà en filigrane chez Jaurès, quand il dit parlant des travailleurs immigrés: «pour les jeter sans contrôle et sans règlement sur le marché français». Il souligne là qu'il existe des nations ou les lois sont différentes, notamment les lois de protection des travailleurs différentes voir inexistantes et que c'est tout l'intérêt du capitalisme que de jeter ces travailleurs venus d'ailleurs, sans la nationalité française qui les protège, à la merci d'un capitalisme avide.
 

Le Parti Communiste Français à l'époque, déjà rongé par la «gauche trotskysante» venant du PS et soumis par le Programme Commun ne fut pas suivi de l'intérieur et fut rudement critiqué de l'extérieur par ce qu'il appelait encore la «fausse gauche» qui devenait majoritaire.
Il se trouva que le PCF fit les frais de la vague migratoire à ce moment. En effet , les nouveaux travailleurs immigrés remplacèrent rapidement les français dans les zones d'habitations collectives que venaient d'aménager les municipalités communistes, et ce remplacement de population dans les lieux mêmes ou les travailleurs votaient pour le PCF changea considérablement la carte électorale. Le vote communiste s'effondra, effondrement massif et continue. Les voies obtenues par le PCF passaient de 21 % obtenues par Jacques Duclos en 1969 aux présidentielles à tout juste 1 % prévu pour les européennes de 2018.

 

Outre l'effet économique de l'immigration déjà souligné par Marx et Jaurès s'ajoute un effet politique et civilisationnel évoqué par Georges Marchais et dont le PCF fit le premier les frais.

 

Revenons brièvement sur la nature d'une nation et la réalité juridique d'un état-nation.

Historiquement, l'idée moderne de nation qui se différencia de l'idée antique, similaire à tribu, est issue d'un sentiment d'appartenance, avant même qu'il existât des frontières mutuellement reconnues. Je ne vais pas développer sur les raisons profondes de ce sentiment d'appartenance, mais celui-ci, en gros s'est forgé par les conflits qui, à la fin du Moyen Age opposa, non plus des entités féodales, mais des royaumes entiers, par exemple le royaume de France et celui d'Angleterre. Durant la guerre de Cent Ans, ce sentiment apparut et sépara les adversaires. Cette guerre, au début féodale voulant régler un problème de succession devint nationale. Les anglais, les «godons» ainsi appelés alors péjorativement par les français, parlant une autre langue et ayant d'autres mœurs avaient envahi la France et un sentiment d'appartenance finit par se forger et amena le peuple français à les renvoyer chez eux. Une autre étape vint parfaire cette appartenance, c'est le traité de Wesphalie du 24 octobre 1648 qui établissait des frontières reconnues mutuellement en Europe, entre les royaumes-nations, et mettait fin à 80 ans de guerres de religions et de conflits frontaliers.
A partir de cette date des frontières formelles existaient et des pouvoirs et des lois différentes s'appliquaient à l'intérieur de ces frontières.

 

La révolution française de 1789 fit de la Nation une entité juridique notamment avec l'article 3 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 qui disait: «Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.», mais également un objet politique concernant la souveraineté, car les révolutionnaires au cri de: «Vive la Nation» voulaient remplacer la souveraineté d'un Roi de droit divin par la Nation constituée par l'ensemble du peuple.

 

On voit que la Nation, issue au préalable d'un sentiment d'appartenance, venant de pratiques spécifiques ostensiblement communes, a engendré la constitution de frontières en 1648, puis la constitution d'un état-nation en France en 1789 a l'intérieur duquel s'appliquaient des lois.

 

La différence apparue à la fin du 19ème siècle entre le concept de nation civique à la française fondée sur une légalité parfaitement explicite d'appartenance et le concept de nation ethnique venue d'Allemagne fondée sur une communauté de langue, d'histoire mythique et de civilisation, n'a finalement pas lieu d'être.
Les lois d'un pays sont issues de son histoire et de sa civilisation et donc les deux notions sont consubstantielles. Les lois françaises sont différentes de celles en vigueur dans les pays voisins et l'Union Européenne ne fut pas capable de les harmoniser, car ces lois sont beaucoup plus que des formalités explicites elles sont nées des implicites conférés par l'histoire. On voit la mésaventure du Parti Communiste dans les banlieues des grandes villes, le remplacement des populations composées au préalable de prolétaires conscients et organisés, par une population immigrée ne cherchant qu'un emploi à bas prix, population non organisée et non politisée, non marquée par l'histoire des luttes sociales, porta à ce parti un coup fatal.

 

La finance internationale, au vu de cet effet spectaculaire eut alors l'idée qu'il serait bon de changer profondément les populations des pays occidentaux afin d'en finir avec les hauts salaires et les lois sociales. Dans le même temps elle pensa également en finir avec les états-nation faiseurs de lois dont cette finance ne voulait plus entendre parler, car celles-ci gênaient le «free trade», le libre commerce, la libre circulation des capitaux, et la libre exploitation des travailleurs les moins revendicatifs. Cette finance inventa le «mondialisme» arguant qu'une seule terre ne pouvait supporter des frontières et de multiples lois différentes. La promotion de cette idéologie mondialiste se généralisa au tournant du siècle et devint à la fois lourde et organisée.

 

Un ensemble de thèmes fut promu et supporté financièrement à très haut niveau pour tous médias aux ordres, bien au delà de la simple information politique, mais par les fictions cinématographiques et même les documentaires naturalistes.


L'idée, au delà du mondialisme, était également d'exclure les citoyens de leurs références historiques collectives, de l'histoire de leurs luttes et de leurs révolutions pour n'en faire que des individus isolés socialement et historiquement, des gens seulement attachés à leur destin individuel à leur jouissance immédiate et sans contraintes. Le citoyen devait être effacé devant l'individu et sa propre jouissance. La politique collective fondée sur des intérêts de classe ou collectifs fut remplacée par une politique de la bonté face à la méchanceté ou évidemment bons et méchants étaient fabriqués de toute pièce par la puissance médiatique. L'idée non prouvée d'un changement climatique due aux activités humaines devait favoriser l'émergence d'une gouvernance mondiale. La promotion de l'homosexualité, la pédophilie, le mariage pour tous et pour personne devait déstructurer tous tissus sociales et surtout la famille, dernier rempart des solidarités collectives, danger historique pour la puissance financière mondialiste.
Dans cette promotion tous azimuts, de la submersion migratoire; culturelle et économique, de la déstructuration sociale par la promotion de la jouissance immédiate et individuelle, la finance mondialiste fit alliance avec une gauche historiquement trotskysée. Celle-ci lui fournit le corpus idéologique notamment issu des premières années de la révolution soviétique et de mai 1968 en France. Le point central de ce corpus idéologique était qu'il fallait en finir avec les nations et les différences collectives, il fallait «vivre ensemble», les différences ne devaient être qu'individuelles et surtout pas collectives afin de détruire toutes solidarités sociales établies par l'histoire, le sentiment d'appartenance et surtout la légalité de l'appartenance détruisant par le fait toutes lois de protection identiques pour tous, lois protégeant les plus faibles. Au mieux le tissus social devait être atomisé en de multiples communautés amenées à s'affronter et les lois réduites à des contrats de gré à gré ou le plus fort est amené à imposer ses intérêts au plus faible. C'est tout le système légal historique français fondé sur l'égalité des droits qui devait être refondé. C'est par exemple le principe de la nouvelle loi sur le travail.

 

Aujourd'hui l'idéologie dominante supportée pour beaucoup par la néo gauche, cette fausse gauche issue de mai 1968 qualifie de fasciste toute opposition à la doxa mondialiste ignorant sciemment ou masquant ce que fut réellement le fascisme, instrumentant un antifascisme de salon qui n'a finalement pour objet que de faciliter l'exploitation maximum des travailleurs et de favoriser les plans de la finance mondialiste, ce qui était expressément le but du fascisme. Ainsi toutes les références politiques et historiques on été inversées ce qui est la marque du totalitarisme comme Orwell l'avait décrit dans son roman 1984.

 

D'un autre côté une ancienne extrême droite associée aux sionistes clame son opposition à l'islam, pour les besoins israéliens et pollue un nécessaire combat dans des diatribes racistes. Ce genre de manifestation est destinée à isoler l'argumentation de ceux qui s'opposent à ce qui est méticuleusement organisé avec d'important capitaux notamment avec le sioniste Georges Soros par l'oligarchie financière mondialiste.

 

Alors cessons d'être dupe, l'organisation du flot migratoire par le grand capital mondialiste va à l'encontre des intérêts des travailleurs français, et de l'ensemble des citoyens de notre nation, hormis une toute petite poignée d'exploiteurs et n'a rien à voir avec un quelconque racisme. Cette organisation va également à l'encontre des intérêts des peuples migrants, elle enlève aux nations africaines ses forces vives, elle agit économiquement et culturellement sur l'Afrique comme agissait la traite négrière, elle appauvrit culturellement cette masse migrante car ces immigrés entassés en France, isolés, loin de leurs propres foyers culturels ne serviront plus au développement de leur pays, mais seulement d'esclaves à un capitalisme maintenant devenu triomphant.

 

Alors il s'agit de séparer le bon grain de l'ivraie, l'intérêt des travailleurs des phobies racistes de certains, pour rassembler tous les français dans ce nécessaire combat.

 

 

Partager cet article

Repost0