Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 11:02

Un nouvel embranchement sociétal, pourquoi et comment.

(Cogito ergo sum)

 

Abélard, Descartes, Avogadro, Clausius, Nietzsche, Marx, Poincarré, Shannon, Monod, Garfinkel, Prigogine.

(principaux penseurs auxquels j'ai l'habitude de me référer)

 

Depuis ma prime jeunesse je cherche !

Je cherche comment ça marche et je cherche encore car je n'ai pas trouvé jusqu'à ce jour quiconque possédant la totalité de la réponse à mes questionnements.

 

Quelle réponse pour quelle question ?

Comment fonctionne une société humaine qu'elles ont été ses paradigmes depuis qu'elle existe et comment changent ils, comment fonctionne ces bifurcations qui la font passer d'une logique à une autre : de la communauté primitive à l'esclavagisme et de l'esclavagisme au capitalisme.

La pensée commune de l'idéologie dominante nous dit que l'homme peut, par simple volonté changer la société. Les idéalistes (hegeliens) affirment qu'il suffirait de changer la conscience des humains pour modifier leur pratique sociale, mais comment modifier cette conscience ? Faut ils les obliger et comment ? Les matérialistes (marxistes) nous disent au contraire qu'il faudrait changer la pratique sociale alors la conscience changerait et ce faisant ils prétendent obliger par dictature, l'homme à modifier sa pratique sociale.

 

Mon propos est différent de l'un et de l'autre. Il est d'affirmer que la conscience résulte bien de la pratique sociale, mais que celle-ci ne peut résulter que des conditions dans lesquelles baigne la société, conditions dues aux outils et méthodes disponibles utilisés en pratique courante comme « allant de soi » (ethnométhodologie).


Ma démarche reprend celle de Descartes dans « Le Discours de la Méthode) ou le philosophe doute des réponses qui ont été données à ses questionnements et cherche ainsi par lui-même les réponses de par ses propres réflexions d’où son "Je pense donc je suis, Cogito ergo sum" selon sa propre formule. Posture que Nietzsche adoptera par son « Deviens ce que tu es », et son appel récurent à ne pas suivre de maître.

 

Un nouvel embranchement sociétal, pourquoi et comment.

Lire l'article précédent: "Le futur, une société de partage, s'imposera néluctablement"

Notre société a déjà changé de paradigme car ses consignes de régulation mènent notre chaos social sur une autre voie modifiant ainsi la nature même de notre société. Le modèle pyramidal oligarchique actuel est en train de s'effondrer sous nos yeux par l'effet du tsunamis du réseau qui s'impose comme pratique sociale courante.
Cette pratique de réseau, imposée par de nouvelles conditions introduites par une nouvelle technologie, nous imposera d'elle même une conscience nouvelle, le partage.

Nous verrons que le réseau possède pour effet mécanique de multiplier la circulation d'information cette multiplication offre une multiplicité hasardeuse de solutions (consignes) pour que le chaos social « hors de l'équilibre » puisse annihiler l'effet entropique de la flèche du temps et favoriser l'enthalpie (complexification).

 

Le vivant est une propriété de la matière, l'homme, élément du vivant est indissociable des sociétés qu'il compose pour survivre et se développer. Les sociétés humaines sont ainsi des vivants supérieurs possédant leur propre logique et intelligence. Ces sociétés humaines sont également des propriétés de la matière et il n'y a strictement aucune raison que ces dites sociétés n'obéissent pas aux mêmes lois qui régissent la matière universelle.
 

Si le vivant possède pour propriété principale de transmettre aux générations futures l'information de son état par la transmission génétique. Une société procède de la même façon en transmettant ses méthodes et idéologies a ses générations futures.
Ces transmissions sont dans les deux cas soumises à évolution par mutation; mutations biologiques pour le vivant, mutations idéologiques et de méthodes pour les sociétés.

 

Je décris ici quelques lois et concepts régissant la matière qui font partie de disciplines généralement incluses dans la physico-chimie que l'on appelle la thermodynamique. Cette science s'est développée à partir du 19ème siècle avec le savant Rudolf Clausius (1822 – 1888) à propos d'études concernant la machine à vapeur. Deux très grands savants on fait avancé cette discipline : Henri Poincarré (1854 – 1912) . Surtout Illya Prigogine (1917 – 2003) pour moi, le plus grand penseur de la fin du 20 ème siècle, prix Nobel de Chimie et avec qui j'ai eu l'occasion, juste avant sa mort, d'échanger quelques mots par lesquelles il a validé ma conception analogique entre une société humaine et un chaos hors de l'équilibre.

 

En voici quelques éléments explicatifs à partir d'un petit lexique qui tente d'exposer la signification de ces concepts utilisés en thermodynamique et leur effet dans le développement humain, appelé dans cette discipline complexification.

Lire utilement

http://ecrits-vains.com/doxa/tri01.htm

 

Chaos.

  • La société des hommes est comparable à un chaos

  • Un chaos en thermodynamique, est un ensemble fermé contenant des éléments, atomes, molécules, possédant la propriété de pouvoir rencontrer aléatoirement tous autres éléments, atomes, molécules et d'échanger de l'énergie avec eux consécutivement à cette rencontre purement aléatoire (due au hasard).

  • Ce mouvement de rencontre aléatoire entre tous les éléments de ce chaos est appelé mouvement Brownien.

  • Le terme étymologique chaos vient du grec Khaos qui a donné par la suite le mot gaz

  • http://www.alain-benajam.com/article-14297191.html

  • Un gaz est un chaos parfait il est soumis à la loi d'Avogadro PV=NRT ou P est la pression, V le volume , N le nombre d'Avogadro, R une constante et T la température. Retenons que le volume, multiplié par la pression est proportionnel à la température. Plus nous comprimons le gaz, diminuant ainsi son volume plus celui-ci chauffe. C'est à dire qu'en diminuant l'espace ou s'agitent et se rencontrent les molécules, on augmente leur probabilité de rencontre et d'échange d'énergie. Si cette rencontre n'est qu'un choc alors il y a dissipation d'énergie et production de chaleur. On comprime, on augmente le nombre de rencontres et de choc. Ou alors on chauffe par un moyen extérieur quelconque et l'on augmente la pression par agitation moléculaire accrue.

  • Tout système clos dans lequel des éléments sont susceptibles de rencontrer aléatoirement (par hasard) d'autres éléments possède les propriétés d'un chaos. Par exemple des molécules diluées dans l'eau possédant cette propriété de rencontre aléatoire entre elles possèdent les propriétés thermodynamiques d'un chaos.

  • Une société d'humains se rencontrant aléatoirement en échangeant de l'énergie information par cette rencontre possède les propriétés d'un chaos. Nous verrons la similitude que existe entre information et énergie quand cet information se transforme en travail.

  • Un chaos est évidemment soumis à la flèche du temps donc à l'entropie, et aux tentatives l'enthalpie.

  •  

  • Mouvement Brownien

 

Réseau.

  • Un réseau est un ensemble d'éléments (ou nœuds) dont chacun est susceptible de produire de l'information, dont chacun est connecté à tous les autres et peut communiquer avec tous les autres pour éventuellement leur transmettre ces informations (énergie).

  • Cette définition est comparable à celle d'un chaos car comme lui, chaque élément peut échanger de l'énergie (information) avec tous les autres. Un réseau qui peut être considéré comme un chaos et en possède donc les propriétés.

  • Il pourrait être soumis à la loi d'Avogadro PV=(nr)T ou P serai la quantité d'information moyenne transmise par connexion, V le nombre de nœuds et T l'énergie information travail produite par le réseau.

  • Une société parcourue par réseau informatique ne peut qu'accélérer dans des proportions considérable l'effet du chaos social.

 

Entropie.

  • L'entropie est une tendance à la perte perpétuelle d'énergie (information) possédée ou potentialisée par tous systèmes chaotiques.

  • L'entropie s'oppose à la circulation de l'information nécessaire à son inverse l'enthalpie.

  • L'entropie a pour effet de tendre à la désorganisation perpétuelle par perte d'information (énergie) de tous systèmes organisés cette tendance peut être appelé vieillissement.

  • L'entropie est également une tendance à la perte perpétuelle d’information cristallisée dans tout système chaotique. En effet, tout système chaotique peut être descriptible exhaustivement. Cette description exhaustive est une quantité d'information mesurable par le nombre de bits nécessaire pour l'accomplir, (un château en ruine requiert moins de bits pour le décrire que le même après édification, des éléments ont disparus.)

  • L'entropie ne fait circuler aucune information.

 

Exemples :

  • une tasse de thé chaude qui refroidit pour atteindre une température égale à celle de l'extérieur,

  • une construction qui devient une ruine avec le temps,

  • un tasse qui tombe et se casse,

  • Un fruit qui pourrit,

  • Un homme qui meurt,

  • Une communication qui se rompt,

  • une crédibilité qui disparaît,

  • Un accident de voiture,

  • Un empire qui s'écroule,

  • etc.

Entropie=dissipation=non-information=destruction=conformité=inexorabilité

 

Enthalpie ou néguentropie.

  • L'enthalpie est l'inverse de l'entropie et peut être appelée entropie négative ou néguentropie.

  • L'enthalpie est une tendance à l'acquisition possible d'énergie et donc son accumulation par ce dit système chaotique (élévation de T, température).

  • Dans le cas de l'enthalpie les éléments se rencontrant potentialisent une énergie au lieu de la dissiper, cette potentialisation est une combinaison qui perdure dans les conditions du chaos.

  • L'enthalpie est une complexification par combinaison donc de l'information en circulation pour transmettre les consignes de régulation et pour décrire exhaustivement cette complexification ou des instructions pour la construire.

  • Cette même combinaison, soumise aux conditions, peut perdurer sous certaines conditions et pas sous d'autres. (hasard et nécessité).

  • L'enthalpie ne peut exister que dans un système hors de l'équilibre

  • Il ne peut y avoir enthalpie que par l'établissement au sein du chaos de systèmes de régulation (feed back, rétro-action, cybernétique) permettant au dit système hors de l'équilibre de la conserver.

  • L'enthalpie est inexorablement liée aux conditions dans lesquelles elle tente de s'exercer.

  • L'enthalpie ne peux être considérée que comme une tentative, sa probabilité est faible tout comme l'information ou le hasard dont elle se nourri.

 

Exemple.

  • combinaison chimique,

  • vie,

  • humain,

  • société,

  • constructions,

  • marchandises,

 

Enthalpie= énergie=information=complexification=improbabilité

 

Système hors de l'équilibre.

  • Tout système ayant besoin de perpétuelles actions de correction pour perdurer est dit hors de l'équilibre.

  • Ces actions de correction ou régulatrices proviennent de systèmes cybernétique (rétro-action, feedback, boucle fermée) inclus dans le dit système, c'est à dire capables d'évaluer (mesurer) les pertes d'équilibre et de les corriger.

  • Un système hors de l'équilibre produit de l'enthalpie, ou meurt n'étant soumis qu'à l'entropie.

Exemple :

Si on prend un balais et qu'on le tient par le haut du manche, comme un pendule, si on lève et on lâche la brosse du balais, celui-ci va revenir rapidement à la vertical

Par contre si on met le manche du balais dans le creux de sa main et que l'on essaye de la maintenir brosse en l'air en équilibre, il faudra perpétuellement modifier la position de sa main après avoir évaluer la direction de chute du balais pour maintenir celui-ci en équilibre.

 

Régulation, feed back, rétroaction, cybernétique, système en boucle fermée (termes similaire).

  • Consigne (information), en retour émis par un système, après évaluation ou mesure, permettant de modifier l'action appliquée au dit système de manière à ce qu'il puisse conserver un équilibre dans un milieu donné.

  • Tout système soumis à une rétro-action peut être appelé hors de l’équilibre.

 

Exemple :

Régulation thermique : un capteur (sonde thermique) coupe le chauffage quand celui-ci a été mesuré au delà d'une limite admise et le remet quand celui-ci est tombé sous une autre limite admise. La température va ainsi osciller entre ces deux limites.

 

 

Explication scmématique d'une rétroaction de régulation.

 

Flèche du temps, le temps.

  • La flèche du temps est indiquée par l'entropie

  • Le temps lui même est une conséquence de l'entropie (poussière tu retourneras poussière- Génèse)

  • La flèche du temps est transcendantale et ne peut qu'indiquer perpétuellement la même direction car l'entropie est inexorable donc transcendantale.

  • Le temps s'égrène par des actions successives qui se déroulent, (par exemple mouvement brownien d'un chaos), dans un système ou aucune action ne se déroule il n'y a pas de temps

  • La mesure du temps est arbitraire et est un concept purement humain qui ne peut que mesurer le déroulement d'actions comprises qui deviennent des informations de temps qui s'écoule, (sablier, horloge, cadran solaire)

  • Si le temps est une conséquence de l'entropie, il est également un facteur d'enthalpie.

  • On peut définir techniquement la flèche du temps de la manière suivante :.

 

Considérons un ensemble chaotique donné possédant un très grand nombre d'éléments comme un gaz .

A l'instant T0, chaque élément possédera une position spatial p1, p2,..pn, à l'instant suivant T0+1, T1 chaque élément en ayant rencontré un autre aura une position suivante différente : ps1, ps2,...psn, à l'instant encore suivant T1+1 chaque élément en ayant rencontré encore un autre aura une position suivante pss1, pss2,...pss n. La flèche du temps est la probabilité voisine de zéro que chacun des éléments composant l'ensemble, en position spatiale pss1,pss2,...pss n, ne retrouve la position initiale p1, p2,...pn

 

Information

  • Une information est un arrangement séquentiel d'éléments convenus ou aléatoires émis par un système dit émetteur et reçu par un récepteur, possédant pour ce dernier une signification dont il peut tirer une action, appelée consigne, ou instruction.

  • Seul le récepteur validant l'information et en exécutant une action instruite par la consigne donne à cet arrangement séquentiel un caractère d'information

  • Si il n'y a pas action, il n'y a pas d'information (prêcher dans le désert)

  • L'information possède une définition similaire au hasard

  • Une information est rare elle est improbable comme la bonne combinaison d'un code d'accès.

Exemple :

Si on ne connaît pas un code d'accès on peut envoyer toutes les combinaisons possibles, une seule sera significative pour l'ouverture de l'accès, ce sera donc une information opérante, une consigne.

 

Hasard.

  • Le hasard est une suite de combinaisons aléatoires d'éléments dont une seule va posséder une signification pour un récepteur quelconque dont il va pouvoir tirer une action donnée, (consigne).

  • On dit : je l'ai trouvé (la combinaison, la bonne clef, la personne) par hasard.

  • On ne dit pas : je ne l'ai pas trouvé par hasard.

  • Le hasard pour exister doit engendrer une action, consigne (par hasard).

  • Si il n'y a pas d'action due au hasard il n'y a rien.

  • Le hasard est rare il est improbable comme la bonne combinaison d'un code d'accès trouvé au hasard.

  • Hasard et information possèdent les mêmes propriétés d'improbabilité.

 

Crédibilité.

  • La crédibilité est ce qui va transformer une information en consigne de régulation et l'objectiver en tant qu'information.

  • Dans un système chaotique hors de l'équilibre de multiples informations peuvent être retournées au dit système dans l'espoir qu'il puisse conserver son équilibre dans des conditions données, seules celles qui sont crédibles seront retenues en tant que consignes opérantes c'est à dire celles capables, aptes à maintenir l'équilibre. Elles sont crédibles pour le système donné les autres, non retenues car non opérantes seront rejetées.

  • Ce qui est crédible dans des conditions données peut ne pas l'être dans d'autres conditions.

  • La crédibilité est perdue quand l'information émise n'est plus retenue par le système car moins adaptée ou plus adaptée au maintient de l'équilibre du dit système.

  • Le concept de crédibilité est proche du concept d'information, et de nécessité.

 

Conditions.

  • État dans lequel se trouve l'élément chaotique, mesurable déjà théoriquement et grossièrement selon la formule d'Avogadro PV=(nr)T, mais c'est également la nature du milieu c'est à dire la qualité des éléments composant ce milieu.

  • Ce milieu peut être hors de l'équilibre en évolution enthalpique ou non. Si il est hors de l'équilibre il est composé déjà de plusieurs chaos ou réseaux qui sont susceptibles de se rencontrer aléatoirement et dont chacun possède des propriétés favorisant ou non leur associativité (propriétés physico-chimiques).

  • Les conditions rendent possibles ou non la combinaison enthalpique à priori.

  • Dans une société humaine les conditions sont dictées par la disponibilité d'outils et de méthodes

Exemple : pierre taillée, pierre polie, agriculture, roue, métallurgie, cités, capitalisme, réseau etc.

 

Nécessité.

  • Chaque combinaison enthalpique aléatoire ou non est soumise au milieu dans lequel il baigne et sera ou non tolérée à terme par ce milieu, si cette combinaison n'est pas viable car mal adaptée elle disparaît.

  • Une combinaison enthalpique peut être tolérée dans un milieu et non dans un autre.

  • La tolérance est un paramètre qui favorise les combinaisons enthalpiques.

  • La nécessité est une tolérance improbable rendant absolument nécessaire la combinaison enthalpique à posteriori.

  • La nécessité est en fait une consigne opérante de rétro-action, c'est de l'information (improbable).

  • Sans nécessité il n'y a pas de rétro-action et donc pas d'enthalpie

 

Bifurcation.

  • Quand un système chaotique évoluant hors de l'équilibre se trouve soumis à des conditions différentes, ces nouvelles conditions font en sorte que les consignes en retour de régulation lui npermettant de conserver cet équilibre deviennent de moins en moins crédibles, c'est à dire de moins en moins adaptées (nécessaires) et sont susceptibles de faire perdre l'équilibre au système alors, le dit système est amené à retenir des consignes différentes d'adaptation pour lui plus crédibles lui permettant de conserver cet équilibre, le dit système chaotique va évoluer ainsi dans une autre direction, c'est la bifurcation.

  • On peut parler d'adaptation de la consigne de régulation à des conditions différentes. Cette adaptation peut être hasardeuse c'est à dire que de multiple itérations de consigne vont être envoyées jusqu'à ce que le système en retienne une (au hasard) celle retenue parmi une infinité d'autres sera celle qui lui permettra de conserver une stabilité meilleure dans les nouvelles conditions. (hasard et nécessité).

Exemple :

Les poissons se sont adaptés à la vie sous-marine en développant des branchies tandis que des mammifères on développé des poumons s'adaptant à la vie aérienne. Il y a eu une bifurcation de la vie vers les poissons à branchies et une autre vers des animaux vivant en milieux aérien avec des poumons.

 

Tous ces concepts sont en réseau et interagissent perpétuellement les uns sur les autres.

 

Ainsi fonctionne le vivant de multiples consignes d'adaptations à des milieux multiples on engendrés un très important polymorphisme.
 

Exemple : Poisson, bactéries insectes, mammifères,homme,.. sur homme.

 

 

 

Exemple de bifurcations dans l'histoire du polymorphisme du vivant

 

Un nouvel embranchement sociétal, pourquoi et comment.

Itérations de rétroactions de corrections permettant à un système hors de l'équilibre de le conserver en s'opposant ainsi à l'entropie. La résultante entropie / enthalpie est positive en faveur de l'enthalpie et le système se complexifie tout en accentuant son état hors de l'équilibre.

 

 

Notre société possède les propriétés d'un chaos cependant, la structure pyramidale imposée par l'oligarchie limite les effets de ce chaos en tentant de limiter la circulation de l'information horizontale. Une information dominante issue de l'idéologie dominante est produite perpétuellement par le sommet de la pyramide à destination de la base, cette information idéologie verticale a été jugée jusqu'alors crédible par l'ensemble social, formant une superstructure idéologique apte à maintenir une cohésion social en faisant accepter la domination de l'oligarchie au détriment du peuple.

En contradiction, les hommes de par leur activité de production de marchandises sont dans l'obligation de communiquer horizontalement et, plus la production de marchandises devient complexe plus cette nécessité de communication devient fondamentale. Cette nécessité s'oppose particulièrement à l'ancienne structure productive pyramidale taylorienne et fordienne.

En conséquence les entreprises de production de marchandises furent les premières à s'organiser en réseau afin d'accélérer la communication en leur sein.

Ces entreprises ont créé des outils permettant de favoriser cette communication en réseau avec toujours pour finalité d'accélérer la transmission d'information et donc d'améliorer les processus de production de marchandises. Le corps social s'est emparé de ces outils en conséquence chacun devient producteur d'information horizontale.

Le monopole de communication verticale de l'oligarchie tend à disparaître et son idéologie dominante est mise à mal et contestée par la circulation explosive d'informations différentes. La crédibilité de l'oligarchie tendant vers zéro celle-ci possède de moins en moins de régulation enthalpique et, soumise à l'entropie inexorable de la flèche du temps cette construction oligarchique ne peut que disparaître car devenue inutile (sans nécessité) à l'humanité.

 

Quelques citations ou défintions de mes penseurs privilégiés.

 

Pierre Abélard (1079-1142).

« La première clef de la sagesse, c’est une interrogation continuelle, il n’est pas inutile de douter de chaque chose. En effet, qui doute conduit à chercher, qui cherche peut saisir la vérité ».

 

 I. Prigogine (1995). 

" la certitude n’a jamais fait partie de notre vie. Je ne sais pas ce que sera demain. Pourquoi penser que la certitude est la condition même de la science ? (...) La science traditionnelle identifiait raison et certitude, et ignorance et probabilité. Il n’en est plus ainsi aujourd’hui. "

 

Garfinkel. Ethnométhodologie, idéologie, pratique sociale et méthode.

L'ethnométhodologie est une discipline cognitive qui s'attache à étudier les méthodes utilisées par des groupes définis et qualifiés dans leurs accomplissements quotidiens et ordinaires.

L'ethnométhodologie étudie la relation triadique: conception du monde (idéologie) / existant et fait (pratique) / compte rendu (méthode).

 

Garfinkel Ethnométhodologie, « allant de soi ».

Termes commodes utilisés en ethnométhodologie pour désigner une idéologie, un comportement, une pratique socialement implicite et sa description. Un «allant de soi » est vu, mais non remarqué, il est non décrit et invisible par ceux qui le pratique. Il fait parti des fondements idéologiques d'un groupe humain donné.

 

Marx, idéologie et pratique sociale.

" Les idées de la classe dominante sont, à toute époque, les idées dominantes; en d'autres termes, la classe détentrice de la puissance matérielle dominante de la société représente en même temps la puissance spirituelle qui prédomine dans cette société. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, et par là même, des moyens de la production spirituelle (...). Les idées dominantes ne sont rien d'autres que l'expression idéologique des conditions matérielles dominantes, celles-ci ayant pris la forme d'idées ".

 

Ce que dit Nietzsche à propos du chaos social.

"Le préjugé foncier est de croire que l'ordre, la clarté, la méthode, doivent tenir à l'être vrai des choses, alors qu'au contraire, le désordre, le chaos, l'imprévu, n'apparaissent que dans un monde faux ou insuffisamment connu, --bref sont une erreur ; c'est là un préjugé moral, qui vient de ce que l'homme sincère, digne de confiance, est un homme d'ordre de principes, et a coutume d'être somme toute, un être prévisible et pédantesque. Mais il est tout à fait impossible de démontrer que "l'en soi" des choses se comporte selon cette définition du fonctionnaire modèle"
F. Nietzsche, la volonté puissance,

 

Shannon, théorie de l'information.

La valeur d'une information étant dans son improbabilité, il est effectivement strictement équivalent de parler d'entropie ou de quantité d'information. Sauf que l'information, c'est le contraire de l'entropie comme improbabilité, c'est même ce qui permet de s'opposer à l'entropie pour une finalité subjective, un système cognitif, un organisme biologique.

 

rétroaction

Partager cet article

Published by Alain Benajam
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 14:36

Cogito ergo sum.

 

Abélard, Descartes, Avogadro, Clausius, Nietzsche, Marx, Poincarré, Shannon, Monod, Garfinkel, Prigogine.

(principaux penseurs auxquels j'ai l'habitude de me référer)

 

Depuis ma prime jeunesse je cherche !

Je cherche comment ça marche et je cherche encore car je n'ai pas trouvé jusqu'à ce jour quiconque possédant la totalité de la réponse à mes questionnements.

 

Quelle réponse pour quelle question ?

Comment fonctionne une société humaine qu'elles ont été ses paradigmes depuis qu'elle existe et comment changent ils, comment fonctionne ces bifurcations qui la font passer d'une logique à une autre : de la communauté primitive à l'esclavagisme et de l'esclavagisme au capitalisme.

La pensée commune de l'idéologie dominante nous dit que l'homme peut, par simple volonté changer la société. Les idéalistes (hegeliens) affirment qu'il suffirait de changer la conscience des humains pour modifier leur pratique sociale, mais comment modifier cette conscience ? Faut ils les obliger et comment ? Les matérialistes (marxistes) nous disent au contraire qu'il faudrait changer la pratique sociale alors la conscience changerait et ce faisant ils prétendent obliger par dictature, l'homme à modifier sa pratique sociale.

 

Mon propos est différent de l'un et de l'autre. Il est d'affirmer que la conscience résulte bien de la pratique sociale, mais que celle-ci ne peut résulter que des conditions dans lesquelles baigne la société, conditions dues aux outils et méthodes disponibles utilisés en pratique courante comme « allant de soi » (ethnométhodologie).


Ma démarche reprend celle de Descartes dans « Le Discours de la Méthode) ou le philosophe doute des réponses qui ont été données à ses questionnements et cherche ainsi par lui-même les réponses de par ses propres réflexions d’où son "Je pense donc je suis, Cogito ergo sum" selon sa propre formule. Posture que Nietzsche adoptera par son « Deviens ce que tu es », et son appel récurent à ne pas suivre de maître.

 

 

 

Cogito ergo sum

Lire l'article précédent: "Le futur, une société de partage, s'imposera néluctablement"

Notre société a déjà changé de paradigme car ses consignes de régulation mènent notre chaos social sur une autre voie modifiant ainsi la nature même de notre société. Le modèle pyramidal oligarchique actuel est en train de s'effondrer sous nos yeux par l'effet du tsunamis du réseau qui s'impose comme pratique sociale courante.
Cette pratique de réseau, imposée par de nouvelles conditions introduites par une nouvelle technologie, nous imposera d'elle même une conscience nouvelle, le partage.

Nous verrons que le réseau possède pour effet mécanique de multiplier la circulation d'information cette multiplication offre une multiplicité hasardeuse de solutions (consignes) pour que le chaos social « hors de l'équilibre » puisse annihiler l'effet entropique de la flèche du temps et favoriser l'enthalpie (complexification).

 

Le vivant est une propriété de la matière, l'homme, élément du vivant est indissociable des sociétés qu'il compose pour survivre et se développer. Les sociétés humaines sont ainsi des vivants supérieurs possédant leur propre logique et intelligence. Ces sociétés humaines sont également des propriétés de la matière et il n'y a strictement aucune raison que ces dites sociétés n'obéissent pas aux mêmes lois qui régissent la matière universelle.

Je décris ici quelques lois et concepts régissant la matière qui font partie de disciplines généralement incluses dans la physico-chimie que l'on appelle la thermodynamique. Cette science s'est développée à partir du 19ème siècle avec le savant Rudolf Clausius (1822 – 1888) à propos d'études concernant la machine à vapeur. Deux très grands savants on fait avancé cette discipline : Henri Poincarré (1854 – 1912) . Surtout Illya Prigogine (1917 – 2003) pour moi, le plus grand penseur de la fin du 20 ème siècle, prix Nobel de Chimie et avec qui j'ai eu l'occasion, juste avant sa mort, d'échanger quelques mots par lesquelles il a validé ma conception analogique entre une société humaine et un chaos hors de l'équilibre.

 

En voici quelques éléments explicatifs à partir d'un petit lexique qui tente d'exposer la signification de ces concepts utilisés en thermodynamique et leur effet dans le développement humain, appelé dans cette discipline complexification.

Lire utilement

http://ecrits-vains.com/doxa/tri01.htm

 

Chaos.

  • La société des hommes est comparable à un chaos

  • Un chaos en thermodynamique, est un ensemble fermé contenant des éléments, atomes, molécules, possédant la propriété de pouvoir rencontrer aléatoirement tous autres éléments, atomes, molécules et d'échanger de l'énergie avec eux consécutivement à cette rencontre purement aléatoire (due au hasard).

  • Ce mouvement de rencontre aléatoire entre tous les éléments de ce chaos est appelé mouvement Brownien.

  • Le terme étymologique chaos vient du grec Khaos qui a donné par la suite le mot gaz

  • http://www.alain-benajam.com/article-14297191.html

  • Un gaz est un chaos parfait il est soumis à la loi d'Avogadro PV=NRT ou P est la pression, V le volume , N le nombre d'Avogadro, R une constante et T la température. Retenons que le volume, multiplié par la pression est proportionnel à la température. Plus nous comprimons le gaz, diminuant ainsi son volume plus celui-ci chauffe. C'est à dire qu'en diminuant l'espace ou s'agitent et se rencontrent les molécules, on augmente leur probabilité de rencontre et d'échange d'énergie. Si cette rencontre n'est qu'un choc alors il y a dissipation d'énergie et production de chaleur. On comprime, on augmente le nombre de rencontres et de choc. Ou alors on chauffe par un moyen extérieur quelconque et l'on augmente la pression par agitation moléculaire accrue.

  • Tout système clos dans lequel des éléments sont susceptibles de rencontrer aléatoirement (par hasard) d'autres éléments possède les propriétés d'un chaos. Par exemple des molécules diluées dans l'eau possédant cette propriété de rencontre aléatoire entre elles possèdent les propriétés thermodynamiques d'un chaos.

  • Une société d'humains se rencontrant aléatoirement en échangeant de l'énergie information par cette rencontre possède les propriétés d'un chaos. Nous verrons la similitude que existe entre information et énergie quand cet information se transforme en travail.

  • Un chaos est évidemment soumis à la flèche du temps donc à l'entropie, et aux tentatives l'enthalpie.

  •  

  • Mouvement Brownien

 

Réseau.

  • Un réseau est un ensemble d'éléments (ou nœuds) dont chacun est susceptible de produire de l'information, dont chacun est connecté à tous les autres et peut communiquer avec tous les autres pour éventuellement leur transmettre ces informations (énergie).

  • Cette définition est comparable à celle d'un chaos car comme lui, chaque élément peut échanger avec tous les autres. Un réseau qui peut être considéré comme un chaos et en possède donc les propriétés.

  • Il pourrait être soumis à la loi d'Avogadro PV=(nr)T ou P serai la quantité d'information moyenne transmise par connexion, V le nombre de nœuds et T l'énergie information travail produite par le réseau.

 

Entropie.

  • L'entropie est une tendance à la perte perpétuelle d'énergie (information) possédée ou potentialisée par tous systèmes chaotiques.

  • L'entropie s'oppose à la circulation de l'information nécessaire à son inverse l'enthalpie.

  • L'entropie a pour effet de tendre à la désorganisation perpétuelle par perte d'information (énergie) de tous systèmes organisés cette tendance peut être appelé vieillissement.

  • L'entropie est également une tendance à la perte perpétuelle d’information cristallisée dans tout système chaotique. En effet, tout système chaotique peut être descriptible exhaustivement. Cette description exhaustive est une quantité d'information mesurable par le nombre de bits nécessaire pour l'accomplir, (un château en ruine requiert moins de bits pour le décrire que le même après édification, des éléments ont disparus.)

  • L'entropie ne fait circuler aucune information.

 

Exemples :

  • une tasse de thé chaude qui refroidit pour atteindre une température égale à celle de l'extérieur,

  • une construction qui devient une ruine avec le temps,

  • un tasse qui tombe et se casse,

  • Un fruit qui pourrit,

  • Un homme qui meurt,

  • Une communication qui se rompt,

  • une crédibilité qui disparaît,

  • Un accident de voiture,

  • Un empire qui s'écroule,

  • etc.

Entropie=dissipation=non-information=destruction=conformité=inexorabilité

 

Enthalpie ou néguentropie.

  • L'enthalpie est l'inverse de l'entropie et peut être appelée entropie négative ou néguentropie.

  • L'enthalpie est une tendance à l'acquisition possible d'énergie et donc son accumulation par ce dit système chaotique (élévation de T, température).

  • Dans le cas de l'enthalpie les éléments se rencontrant potentialisent une énergie au lieu de la dissiper, cette potentialisation est une combinaison qui perdure dans les conditions du chaos.

  • L'enthalpie est une complexification par combinaison donc de l'information en circulation pour transmettre les consignes de régulation et pour décrire exhaustivement cette complexification ou des instructions pour la construire.

  • Cette même combinaison, soumise aux conditions, peut perdurer sous certaines conditions et pas sous d'autres. (hasard et nécessité).

  • L'enthalpie ne peut exister que dans un système hors de l'équilibre

  • Il ne peut y avoir enthalpie que par l'établissement au sein du chaos de systèmes de régulation (feed back, rétro-action, cybernétique) permettant au dit système hors de l'équilibre de la conserver.

  • L'enthalpie est inexorablement liée aux conditions dans lesquelles elle tente de s'exercer.

  • L'enthalpie ne peux être considérée que comme une tentative, sa probabilité est faible tout comme l'information ou le hasard dont elle se nourri.

 

Exemple.

  • combinaison chimique,

  • vie,

  • humain,

  • société,

  • constructions,

  • marchandises,

 

Enthalpie= énergie=information=complexification=improbabilité

 

Système hors de l'équilibre.

  • Tout système ayant besoin de perpétuelles actions de correction pour perdurer est dit hors de l'équilibre.

  • Ces actions de correction ou régulatrices proviennent de systèmes cybernétique (rétro-action, feedback, boucle fermée) inclus dans le dit système, c'est à dire capables d'évaluer (mesurer) les pertes d'équilibre et de les corriger.

  • Un système hors de l'équilibre produit de l'enthalpie, ou meurt n'étant soumis qu'à l'entropie.

Exemple :

Si on prend un balais et qu'on le tient par le haut du manche, comme un pendule, si on lève et on lâche la brosse du balais, celui-ci va revenir rapidement à la vertical

Par contre si on met le manche du balais dans le creux de sa main et que l'on essaye de la maintenir brosse en l'air en équilibre, il faudra perpétuellement modifier la position de sa main après avoir évaluer la direction de chute du balais pour maintenir celui-ci en équilibre.

 

Régulation, feed back, rétro-action, cybernétique, système en boucle fermée (termes similaire).

  • Consigne (information), en retour émis par un système, après évaluation ou mesure, permettant de modifier l'action appliquée au dit système de manière à ce qu'il puisse conserver un équilibre dans un milieu donné.

  • Tout système soumis à une rétro-action peut être appelé hors de l’équilibre.

 

Exemple :

Régulation thermique : un capteur (sonde thermique) coupe le chauffage quand celui-ci a été mesuré au delà d'une limite admise et le remet quand celui-ci est tombé sous une autre limite admise. La température va ainsi osciller entre ces deux limites.

 

Flèche du temps, le temps.

  • La flèche du temps est indiquée par l'entropie

  • Le temps lui même est une conséquence de l'entropie (poussière tu retourneras poussière- Génèse)

  • La flèche du temps est transcendantale et ne peut qu'indiquer perpétuellement la même direction car l'entropie est inexorable donc transcendantale.

  • Le temps s'égrène par des actions successives qui se déroulent, (par exemple mouvement brownien d'un chaos), dans un système ou aucune action ne se déroule il n'y a pas de temps

  • La mesure du temps est arbitraire et est un concept purement humain qui ne peut que mesurer le déroulement d'actions comprises qui deviennent des informations de temps qui s'écoule, (sablier, horloge, cadran solaire)

  • Si le temps est une conséquence de l'entropie, il est également un facteur d'enthalpie.

  • On peut définir techniquement la flèche du temps de la manière suivante :.

 

Considérons un ensemble chaotique donné possédant un très grand nombre d'éléments comme un gaz .

A l'instant T0, chaque élément possédera une position spatial p1, p2,..pn, à l'instant suivant T0+1, T1 chaque élément en ayant rencontré un autre aura une position suivante différente : ps1, ps2,...psn, à l'instant encore suivant T1+1 chaque élément en ayant rencontré encore un autre aura une position suivante pss1, pss2,...pss n. La flèche du temps est la probabilité voisine de zéro que chacun des éléments composant l'ensemble, en position spatiale pss1,pss2,...pss n, ne retrouve la position initiale p1, p2,...pn

 

Information

  • Une information est un arrangement séquentiel d'éléments convenus ou aléatoires émis par un système dit émetteur et reçu par un récepteur, possédant pour ce dernier une signification dont il peut tirer une action, appelée consigne, ou instruction.

  • Seul le récepteur validant l'information et en exécutant une action instruite par la consigne donne à cet arrangement séquentiel un caractère d'information

  • Si il n'y a pas action, il n'y a pas d'information (prêcher dans le désert)

  • L'information possède une définition similaire au hasard

  • Une information est rare elle est improbable comme la bonne combinaison d'un code d'accès.

Exemple :

Si on ne connaît pas un code d'accès on peut envoyer toutes les combinaisons possibles, une seule sera significative pour l'ouverture de l'accès, ce sera donc une information opérante, une consigne.

 

Hasard.

  • Le hasard est une suite de combinaisons aléatoires d'éléments dont une seule va posséder une signification pour un récepteur quelconque dont il va pouvoir tirer une action donnée, (consigne).

  • On dit : je l'ai trouvé (la combinaison, la bonne clef, la personne) par hasard.

  • On ne dit pas : je ne l'ai pas trouvé par hasard.

  • Le hasard pour exister doit engendrer une action, consigne (par hasard).

  • Si il n'y a pas d'action due au hasard il n'y a rien.

  • Le hasard est rare il est improbable comme la bonne combinaison d'un code d'accès trouvé au hasard.

  • Hasard et information possèdent les mêmes propriétés d'improbabilité.

 

Crédibilité.

  • La crédibilité est ce qui va transformer une information en consigne de régulation et l'objectiver en tant qu'information.

  • Dans un système chaotique hors de l'équilibre de multiples informations peuvent être retournées au dit système dans l'espoir qu'il puisse conserver son équilibre dans des conditions données, seules celles qui sont crédibles seront retenues en tant que consignes opérantes c'est à dire celles capables, aptes à maintenir l'équilibre. Elles sont crédibles pour le système donné les autres, non retenues car non opérantes seront rejetées.

  • Ce qui est crédible dans des conditions données peut ne pas l'être dans d'autres conditions.

  • La crédibilité est perdue quand l'information émise n'est plus retenue par le système car moins adaptée ou plus adaptée au maintient de l'équilibre du dit système.

  • Le concept de crédibilité est proche du concept d'information, et de nécessité.

 

Conditions.

  • État dans lequel se trouve l'élément chaotique, mesurable déjà théoriquement et grossièrement selon la formule d'Avogadro PV=(nr)T, mais c'est également la nature du milieu c'est à dire la qualité des éléments composant ce milieu.

  • Ce milieu peut être hors de l'équilibre en évolution enthalpique ou non. Si il est hors de l'équilibre il est composé déjà de plusieurs chaos ou réseaux qui sont susceptibles de se rencontrer aléatoirement et dont chacun possède des propriétés favorisant ou non leur associativité (propriétés physico-chimiques).

  • Les conditions rendent possibles ou non la combinaison enthalpique à priori.

  • Dans une société humaine les conditions sont dictées par la disponibilité d'outils et de méthodes

Exemple : pierre taillée, pierre polie, agriculture, roue, métallurgie, cités, capitalisme, réseau etc.

 

Nécessité.

  • Chaque combinaison enthalpique aléatoire ou non est soumise au milieu dans lequel il baigne et sera ou non tolérée à terme par ce milieu, si cette combinaison n'est pas viable car mal adaptée elle disparaît.

  • Une combinaison enthalpique peut être tolérée dans un milieu et non dans un autre.

  • La tolérance est un paramètre qui favorise les combinaisons enthalpiques.

  • La nécessité est une tolérance improbable rendant absolument nécessaire la combinaison enthalpique à posteriori.

  • La nécessité est en fait une consigne opérante de rétro-action, c'est de l'information (improbable).

  • Sans nécessité il n'y a pas de rétro-action et donc pas d'enthalpie

 

Bifurcation.

  • Quand un système chaotique évoluant hors de l'équilibre se trouve soumis à des conditions différentes, ces nouvelles conditions font en sorte que les consignes en retour de régulation lui npermettant de conserver cet équilibre deviennent de moins en moins crédibles, c'est à dire de moins en moins adaptées (nécessaires) et sont susceptibles de faire perdre l'équilibre au système alors, le dit système est amené à retenir des consignes différentes d'adaptation pour lui plus crédibles lui permettant de conserver cet équilibre, le dit système chaotique va évoluer ainsi dans une autre direction, c'est la bifurcation.

  • On peut parler d'adaptation de la consigne de régulation à des conditions différentes. Cette adaptation peut être hasardeuse c'est à dire que de multiple itérations de consigne vont être envoyées jusqu'à ce que le système en retienne une (au hasard) celle retenue parmi une infinité d'autres sera celle qui lui permettra de conserver une stabilité meilleure dans les nouvelles conditions. (hasard et nécessité).

Exemple :

Les poissons se sont adaptés à la vie sous-marine en développant des branchies tandis que des mammifères on développé des poumons s'adaptant à la vie aérienne. Il y a eu une bifurcation de la vie vers les poissons à branchies et une autre vers des animaux vivant en milieux aérien avec des poumons.

 

 

Prigogine sur la bifurcation en thermodynamique.

Prigogine sur la bifurcation en thermodynamique.

Tous ces concepts sont en réseau et interagissent perpétuellement les uns sur les autres.

 

Ainsi fonctionne le vivant de multiples consignes d'adaptations à des milieux multiples on engendrés un très important polymorphisme.
 

Exemple : Poisson, bactéries insectes, mammifères,homme,.. sur homme.

La diversité des solutions pour adapter le vivant aux conditions a engendré un extrême polymaorphisme

La diversité des solutions pour adapter le vivant aux conditions a engendré un extrême polymaorphisme

Ce système, hors de l'équilibre a une tendance résultante à la complexification vers une vie meilleure . Il est soumis à de multiples itérations de régulations qui s’opposent à l'entropie.

Ce système, hors de l'équilibre a une tendance résultante à la complexification vers une vie meilleure . Il est soumis à de multiples itérations de régulations qui s’opposent à l'entropie.

Notre société possède les propriétés d'un chaos cependant, la structure pyramidale imposée par l'oligarchie limite les effets de ce chaos en tentant de limiter la circulation de l'information. Une information dominante issue de l'idéologie dominante est produite perpétuellement par le sommet de la pyramide à destination de la base, cette information idéologie verticale a été jugée jusqu'alors crédible par l'ensemble social, formant une superstructure idéologique apte à maintenir une cohésion social en faisant accepter la domination de l'oligarchie au détriment du peuple.

En contradiction, les hommes de par leur activité de production de marchandises sont dans l'obligation de communiquer horizontalement et, plus la production de marchandises devient complexe plus cette nécessité de communication devient fondamentale. Cette nécessité s'oppose particulièrement à l'ancienne structure productive pyramidale taylorienne et fordienne.

En conséquence les entreprises de production de marchandises furent les premières à s'organiser en réseau afin d'accélérer la communication en leur sein.

Ces entreprises ont créé des outils permettant de favoriser cette communication en réseau avec toujours pour finalité d'accélérer la transmission d'information et donc d'améliorer les processus de production de marchandises. Le corps social s'est emparé de ces outils en conséquence chacun devient producteur d'information horizontale.

Le monopole de communication verticale de l'oligarchie tend à disparaître et son idéologie dominante est mise à mal et contestée par la circulation explosive d'informations différentes. La crédibilité de l'oligarchie tendant vers zéro celle-ci possède de moins en moins de régulation enthalpique et, soumise à l'entropie inexorable de la flèche du temps cette construction oligarchique ne peut que disparaître car devenue inutile (sans nécessité) à l'humanité.

 

Quelques citations ou défintions de mes penseurs privilégiés.

 

Pierre Abélard (1079-1142).

« La première clef de la sagesse, c’est une interrogation continuelle, il n’est pas inutile de douter de chaque chose. En effet, qui doute conduit à chercher, qui cherche peut saisir la vérité ».

 

 I. Prigogine (1995). 

" la certitude n’a jamais fait partie de notre vie. Je ne sais pas ce que sera demain. Pourquoi penser que la certitude est la condition même de la science ? (...) La science traditionnelle identifiait raison et certitude, et ignorance et probabilité. Il n’en est plus ainsi aujourd’hui. "

 

Garfinkel. Ethnométhodologie, idéologie, pratique sociale et méthode.

L'ethnométhodologie est une discipline cognitive qui s'attache à étudier les méthodes utilisées par des groupes définis et qualifiés dans leurs accomplissements quotidiens et ordinaires.

L'ethnométhodologie étudie la relation triadique: conception du monde (idéologie) / existant et fait (pratique) / compte rendu (méthode).

 

Garfinkel Ethnométhodologie, « allant de soi ».

Termes commodes utilisés en ethnométhodologie pour désigner une idéologie, un comportement, une pratique socialement implicite et sa description. Un «allant de soi » est vu, mais non remarqué, il est non décrit et invisible par ceux qui le pratique. Il fait parti des fondements idéologiques d'un groupe humain donné.

 

Marx, idéologie et pratique sociale.

" Les idées de la classe dominante sont, à toute époque, les idées dominantes; en d'autres termes, la classe détentrice de la puissance matérielle dominante de la société représente en même temps la puissance spirituelle qui prédomine dans cette société. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, et par là même, des moyens de la production spirituelle (...). Les idées dominantes ne sont rien d'autres que l'expression idéologique des conditions matérielles dominantes, celles-ci ayant pris la forme d'idées ".

 

Ce que dit Nietzsche à propos du chaos social.

"Le préjugé foncier est de croire que l'ordre, la clarté, la méthode, doivent tenir à l'être vrai des choses, alors qu'au contraire, le désordre, le chaos, l'imprévu, n'apparaissent que dans un monde faux ou insuffisamment connu, --bref sont une erreur ; c'est là un préjugé moral, qui vient de ce que l'homme sincère, digne de confiance, est un homme d'ordre de principes, et a coutume d'être somme toute, un être prévisible et pédantesque. Mais il est tout à fait impossible de démontrer que "l'en soi" des choses se comporte selon cette définition du fonctionnaire modèle"
F. Nietzsche, la volonté puissance,

 

Shannon, théorie de l'information.

La valeur d'une information étant dans son improbabilité, il est effectivement strictement équivalent de parler d'entropie ou de quantité d'information. Sauf que l'information, c'est le contraire de l'entropie comme improbabilité, c'est même ce qui permet de s'opposer à l'entropie pour une finalité subjective, un système cognitif, un organisme biologique.

Partager cet article

Published by Alain Benajam
commenter cet article
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 22:03

Pour tous et pour Personne afin de savoir où nous allons.

 

Le futur: une société de partage s'imposera

inéluctablement, pourquoi ?

 

 

 

 

L'homme (Homo sapiens ) a vécu 95% de son existence dans une société sans classe, sans état, sans exploitation du travail d’autrui il a survécu en sachant partager et se coaliser avec d'autres humains. Aujourd'hui une société de partage en réseau est en train d'émerger inexorablement regardons pourquoi.

Après ma suite d'article sur la bifurcation sociale que nous sommes entrain de vivre je vais ici m'essayer à la prospective en tentant d'extrapoler la nouvelle voie que nous suivons. Prospective sociale, politique et technologique.

Du 11 septembre à Charlie Hebdo, une bifurcation historique

http://www.alain-benajam.com/2015/05/du-11-septembre-a-charlie-hebdo-une-bifurcation-historique.html

Du 11 septembre à Charlie Hebdo, une bifurcation historique, suite

http://www.alain-benajam.com/2015/05/du-11-septembre-a-charlie-hebdo-une-bifurcation-historique-suite.html

Croire

http://www.alain-benajam.com/2015/05/croire-1.html

 

Le modèle de réseau pourquoi ?
 

A l'observation de l'histoire nous constatons que l'organisation de la production de biens de consommation utilise un modèle social qui finit par s'appliquer à l'ensemble de l'humanité. L'agriculture engendra l'émergence de l'état et l'exploitation du travail humain, des empires monstrueux se formèrent qui moururent de leur monstruosité.

Le mode féodal a atomisé les pouvoirs, détruit les états antiques et permit ainsi de multiplier les initiatives, ce fut la première révolution industrielle, avec l'exploitation du moteur hydraulique, le monde occidental connut un boum économique sans précédent au 13ème siècle

La deuxième révolution industrielle par contre eut pour effet de concentrer à nouveau les pouvoirs en concentrant les industries. Le mode d'organisation pyramidal taylorien de l'industrie s'est appliqué aux sociétés. Ce mode a renforcé les états, les idéologies en tant que superstructures et donc le totalitarisme de ces états fondé sur le mensonge et la manipulation des masses.

 

Historique du réseau appliqué à l'humanité.


L'organisation de la production de biens consommables s'organise toujours pour être la plus efficace et devient par la suite un paradigme qui s'applique à l'ensemble de la société comme montré plus haut.
Donc, pour des raisons d'efficacité industrielle, le nouveau modèle de réseau s'est d'abord essayé à l'industrie. En effet, si le taylorisme permettait de fabriquer en masse toujours le même produit, il se heurtait à certains obstacles. La complexité des marchandises devenait incompatible avec l'utilisation d'une main d’œuvre faiblement qualifiée car plus le produit est complexe plus il est sujet aux pannes et plus son élaboration doit être accomplie avec soin. En plus d'être compliqués les nouveaux produits se voulaient le plus divers possibles. Alors que Henry Ford pouvaient dire : « les clients pourront choisir la couleur de la voiture, ce sera noir » aujourd'hui chaque automobile qui sort d'une chaîne de production est différente de la suivante. Le coût des pannes et des retours devenant prohibitif, l'industrie lança dans les années 80, 90 du siècle dernier l'objectif du "zéro défauts". La seule solution qui fut trouvée pour y parvenir fut de responsabiliser les producteurs.

L'objectif industriel du « zéro défaut » est bien l’événement initiateur du nouveau paradigme social.

La société étasunienne Hewlett Packard qui fabriquait des ordinateurs sorti une étude en 1984 qui fit date dans l'histoire de la gestion du personnel d'entreprise. Dans cet opus il était dit que pour parvenir au fameux « zéro défaut » , chaque producteur devait être intelligent et responsable au même titre que les dirigeants et le patron à cet effet, chacun devait pouvoir disposer également de tous les paramètres de l'entreprise y compris bien entendu les paramètres économiques. Pratiquement il fallait que chaque producteur puisse disposer d'un terminal d'ordinateur pour prendre connaissance de ces paramètres. Chaque producteur devait suivre la devise « dire ce qu'on fait, faire ce qu'on dit » et devenir un stratège autant que le patron, l'encadrement d'autorité devenait inutile et le nombre de niveaux hiérarchique des entreprises diminua fortement ce qui entraîna aussi nombres d'économies, les secrétaires disparurent même pour les hauts cadres, chaque membre de l'entreprise devait devenir une intelligence unique.

Le seul modèle d'organisation qui s'est rapidement imposé dans l'entreprise fut le réseau autant pour l'information du personnel que pour le suivi et l'analyse de chaque poste de production.

Les entreprises ce sont adaptées assez rapidement à ce nouveau paradigme d'organisation industrielle. Cependant il y eut une limite infranchissable qui fut celle du salariat. Un salarié, payé pour une tâche donnée peut difficilement devenir un stratège dans l'entreprise au même titre que le patron. Ce système ne peut pas fonctionner convenablement dans le cadre du salariat et du système de propriété capitaliste des entreprises.

 

Ce modèle d'organisation en réseau jugé le plus efficace possible pour l'entreprise ne put aller à son terme car il mettait en cause les fondements même du capitalisme

 

Le modèle de réseau passa alors dans la société civile après l'industrie grâce aux outils déjà élaborés pour cet industrie

 

Un peu plus tard dés 1994 l'Internet apparu dans les entreprises, la mienne fut connectée à ce moment ce qui permettait déjà une interconnexion de ces entreprises et avec, l'accès à de multiples informations.
L'internet domestique commença à se répandre à partir des années 2000 et le premier site d'information alternatif www.voltairenet.org apparu à l'occasion du 11 septembre 2001. Aujourd'hui chaque foyer ou presque est connecté, les sites de contre information se comptent par centaines voir par milliers dans le monde et le phénomène est explosif.

J'ai montré dans l'article « du 11 septembre à Charlie Hebdo, une bifurcation », comment l'accès non seulement à l'information, mais également à la production de l'information par l'ensemble des gens allait faire exploser les états et le système capitaliste d'exploitation humaine. La superstructure idéologique des systèmes étatiques étant perpétuellement remise en question par la divulgation des mensonges et ces dits systèmes ne pouvaient que s'effondrer par défaut de crédibilité.

J'ai montré dans cet article que le monde humain se dirigeait déjà dans un autre embranchement et que le nouveau paradigme social qui se met en place est le réseau.

 

On peut essayer d'extrapoler cette nouvelle direction afin d'essayer de percevoir notre futur. D'abord il faut remarquer que toutes les prévisions antérieures concernant la voie précédente sont obsolètes. Il faut remarquer également que toute prévision est particulièrement difficile à accomplir tant le système humain est chaotique mais on arrive bien à prédire le temps qu'il va faire, temps qui est aussi un modèle chaotique, alors pourquoi pas la société. Et puis troisième remarque: toute prévision concernant l'évolution d'un système chaotique est soumise à la conservation du dit système, l'humanité peut disparaître par accident, guerre nucléaire ou rencontre avec une autre planète.

On voit que la technologie impose un modèle social mais encore faut-il que la société puisse inventer cette technologie et donc de la trouver utile. Le modèle en réseau est devenu utile et rentable pour l'industrie et elle a inventé à cet effet les outils nécessaires pour mettre en œuvre ce modèle.

Est-ce la fonction qui a créé les outils du réseau ou sont-ce les outils du réseau qui ont créé la fonction?

Dernière remarque, une nouvelle invention qui survient ne veut pas dire qu'elle soit immédiatement appliquée en technologie courante. Pour que des applications émergent il faut un besoin : exemple le moulin à eau responsable de la 1ère révolution industrielle était connu dés l'antiquité mais non utilisé car les esclaves suffisaient. Quand l'esclavage disparut totalement vers le 12ème siècle en occident il a bien fallu remplacer cette main d’œuvre par autre chose et l'usage des moteurs hydrauliques se généralisa ils furent utilisés encore au milieu du 20ème siècle. La plupart des moyens que chacun utilise journellement chez soi comme en entreprise sont issus d'inventions du 19ème siècle principalement concernant les propriétés de l'électricité.

 

Prospective.

 

La prospective n'est sérieuse qu'en extrapolant des évolutions de ce qui est déjà connu. On ne peut absolument pas présager de ce qui sera inventé et qui forcément influencera le cours des choses. Donc la prospective ne peut donner qu'une image très partielle de ce qui sera notre future. Il est amusant de voir les films de science fiction des années 50 et de les comparer avec ceux de maintenant. Même dans 2001 l'Odyssée de l'Espace réalisé en 1968 on ne montrait pas d'écrans plats.

 

Évolution sociale consécutive au paradigme de réseau : la démocratie directe


Le modèle pyramidal pseudo représentatif va disparaître une démocratie véritable est inévitable chaque membre du réseau humain connecté devenant intelligent et responsable car produisant l'information et accédant à l'information des autres.
Les partis politiques vont disparaître également avec la pseudo démocratie parlementaire représentative. Dans un premier temps les représentants du peuple seront tirés au sort, avant que chaque membre d'un groupe social national ne soit obligatoirement connecté et puisse intervenir directement dans l'élaboration des lois. L'état comme instrument de domination va disparaître il ne subsistera qu'une administration chargée de faire appliquer les lois souhaitées par le peuple.

Les nations se renforceront car une démocratie véritable directe ne peut fonctionner que dans un espace fermé, une agora et ces nations permettront également à chacune d'elle de pouvoir développer sa propre expérience et de l'offrir en exemple aux autres. Le système mondial en réseau sera organisé en démocratie locale, démocratie régionale, nationale et internationale perpétuellement en interactivité.

 

Évolution de la propriété : le partage.
 

Le réseau est en train de modifier profondément la possession. Le modèle d'utilisation des biens matériels nécessaires à la vie sera le partage . Les gens ne posséderont plus mais utiliseront les objets en fonction de leurs besoins, ce système de partage se répand déjà rapidement dans la société, les automobiles se louent même à l'heure dans les grandes villes, les objets s'échangent et se remettent dans le circuit par l'intermédiaire de site internet, jouets, vêtements, objets diverses. L'industrie principale sera celle de l'organisation du partage donc l'obsolescence programmée n'aura plus d'utilité. Il suffira de renseigner le réseau de ce que l'on souhaite et de ce que l'on offre
La forme d'argent fiduciaire actuelle disparaîtra avec le partage car étant de moins en moins nécessaire.

Ce partage s'introduira dans tous les domaines notamment du service:"je te rends un service tu m'en rends un autre. Je te fais ton jardin, tu me répare ma plomberie".

 

Les robots.

 

Robots industriels

 

Chaîne de montage automobile, il n'y a plus personne

 

Là c'est le plus simple à prévoir, Le robot est déjà largement installé dans l'industrie depuis les années 70. L'utilisation de robots d'abord dans l'industrie automobile se généralise dans tous les domaines d'activité, aucun domaine ne pourra y échapper notamment l'agriculture et le bâtiment. Les robots deviennent de plus en plus humanoïdes car c'est la forme la plus efficace, deux bras pour tenir les objets, deux jambes pour marcher deux yeux pour avoir une vision stéréoscopique (en 3D). Les robots ressembleront de plus en plus à des humains de manière à être multitâches et flexibles.

 

Robot humanoïde japonais qui reproduit des expressions de visage

 

Robots domestiques.


Les robots feront leur entrée dans les habitations comme domestiques, ils feront la cuisine, le ménage et serviront à table. Ils répondront à la parole et parleront. Il existe déjà de nombreux prototypes au Japon.

 

Robot humanoïde s'afférant à servir.

Cellule d'analyse automatique de sang utilisant un bras robot et des appareils standards. Ceci fut mis au point par mes soins en 1988 et commercialisé, malheureusement trop en avance sur son temps et rencontra l'hostilité des techniciens de laboratoire. .

Cellule d'analyse automatique de sang utilisant un bras robot et des appareils standards. Ceci fut mis au point par mes soins en 1988 et commercialisé, malheureusement trop en avance sur son temps et rencontra l'hostilité des techniciens de laboratoire. .

Robot en chirurgie.

 

L'utilisation de robot en chirurgie s'étendra, déjà les opérations les plus minutieuse notamment sur le cerveau se réalisent par robot.


 

 

La médecine utilisera de plus en plus de capteurs nous allons vers une médecine automatisée.

 

 

Robots comme partenaires sexuels.

 

Il existe de nombreux prototypes que je ne peux montrer dans cet article

 

 

Ordinateurs et robots

 

Les ordinateurs suivent une courbe constante en augmentation de puissance et en miniaturisation.

Les claviers sont en trains de disparaître et les systèmes de tablettes se généralisent déjà et avec la reconnaissance vocale. Bien entendu tout sera multimédia et la différenciation téléviseur, chaîne Hi Fi est en train de disparaître déjà. Les écrans seront de simples lunettes ou des représentations holographiques en 3 dimensions.

 

Projection 3D par holograme

 

L'intelligence artificielle, qui fonctionne déjà très bien avec des logiciels dit à réseau neuronal, pourra elle même créer des logiciels, il suffira d'écrire ce que l'on veut en langage courant et le codage sera automatique .

La vision automatique fait déjà et fera d'énormes progrès pour équiper les robots et sécuriser les automobiles cette vision automatique tridimensionnelle en stéréoscopie aura l'avantage de voir dans le noir et le brouillard même épais et avoir à terme une performance supérieure à l'oeil de l'homme.

Ces robots se programmeront par apprentissage, leur avantage résidera dans leur possibilité de transmettre instantanément à d'autres ce qu'ils ont appris et recevoir ce que d'autres ont appris. Des robots en réseau pourront rapidement posséder une puissance phénoménale. Il est fort probable techniquement que les robots soient plus performants que les humains, qu'ils puissent eux même améliorer leurs propres capacités et évidemment se reproduire.

La capacité d'apprentissage et la transmission des méthodes est ce qui a pu créer l'homme par rapport à l'animal. L'animal n'a pas cette capacité d'accumulation et de transmission de méthodes, bien que certains animaux soient très intelligents comme les pieuvres. Les robots auront une capacité de transmission des méthodes supérieure à l'homme car elle sera instantanée et réalisable à distance. Les ordinateurs (des robots) finiront par être connectables aux cerveaux des humains par capteur ou par télépathie.


Les automobiles seront des robots.

 

Les automobiles commercialisées n'auront plus besoin d'être pilotées d'ici 5 et 10 ans, la technologie est déjà prête et testée chez la plupart des constructeurs il ne manque plus que la législation pour les mettre en circulation  . Elles seront guidées les système satellitaires chaque automobile connaîtra sa position avec exactitude mais également la position et la trajectoire des véhicules environnants des caméras stéréoscopiques dans le visible et l'infrarouge permettront de parfaire la connaissance des obstacles possibles non prévus et non équipés de système de positionnement par satellite, même dans le noir absolu ou le brouillard. Des capteurs laser ou ultra son de proximité fermeront le dispositif pour des obstacles très proches.

Alors, les automobiles n'auront plus qu'un usage collectif, elle seront donc empruntées, il suffira de demander à son ordinateur local une automobile de tant de places à tel lieu, à telle heure, celle-ci viendra se positionner automatiquement au lieu choisi. Une fois à l'intérieur l'utilisateur confortablement installé indiquera vocalement la destination. Les accidents de circulation disparaîtront ainsi que les contraventions, on pourra rentrer chez soi sans problème après une soirée arrosée. Aveugles et autres handicapés pourront également se déplacer aisément. Le nombre d'automobile diminuera considérablement car actuellement chacune n'est utilisée qu'à 7% de son temps. L'industrie automobile ne produira plus qu'au maximum 10 % des véhicules qu'elle produit actuellement . Ces voitures entièrement électriques seront beaucoup plus fiables et les pannes seront excessivement rares. Après chaque utilisation, chaque véhicule sera nettoyé automatiquement et désinfecté de telle sorte que chacun aura l'impression de rentrer dans un véhicule neuf. La vitesse admise ne sera ainsi plus limitée sur les autoroutes, les déplacements seront plus rapides.

 

 

La voiture à pilotage automatique de Google

 

L'énergie.

Bien entendu l'énergie sera libre et sera gratuitement accessible à chacun, il existe déjà beaucoup de solutions différentes brevetées et beaucoup d'expérimentation. Chaque habitation produira sa propre énergie électrique, ainsi que les véhicules qui seront électriques. L'utilisation d'énergie fossile disparaîtra rapidement et avec la pollution atmosphérique.

Je pense que la meilleur solution sera celle de Tesla qui puise l'énergie électrique ambiante.

 

L'agriculture.

L'agriculture se fera hors sol en hydroponie, (phase liquide apportant tous les nutriements nécessaires à la plante)  elle se réalisera dans des immeubles en hauteur et sera entièrement automatisée. L'agriculture rendra le sol de la terre à la nature et à l'agrément.
Rapidement les humains ne consommeront plus d'animaux et tuer un animal deviendra criminel.
Les plantations en sol seront réservées à l'agrément et au jardinage.

 

Culture en hydroponie (phase liquide )

 

Fabrication d'objets : impression 3D.

 

Chacun pourra fabriquer les objets dont il a besoin en impression 3D dans des matériaux divers, donc la fabrication industrielle d'objets deviendra obsolète. Il suffira de recevoir le programme d'impression 3 D par internet et hop l'objet sera là. " Tu veux un vase chérie, une assiette, un verre ? Choisis le modèle, sur la projection holographique on télécharge et on imprime"

Déjà l'impression 3D s'applique à la fabrication de maisons. Tout ce qui ne sera pas fabrication domestique sera envoyé directement depuis des usines automatisées ou chaque objet sera fabriqué extemporanément, (à la demande) et expédié par véhicule robotisé aérien ou terrestre.

Immeuble entier  imprimé en 3D en Chine

 

Un technicien surveille une impression 3D de pièces de bâtiment

 

 

La propulsion des aéronefs.

 

La propulsion pourra être assurée par ce que l'on appelle  la MAD Magnéto-aérodynamique. Cette technologie fonctionne déjà, mais elle est plus efficace dans l'eau que dans l'air, dans l'eau elle est appelé magnéto-hydrodynamique .

En effet ce système de propulsion ne peut fonctionner que dans un milieu ionisé (molécules dépourvues d'un certain nombre d'électrons donc rendues magnétiques) ce qu'est l'eau naturellement. Ce système consiste à propulser les particules environnantes extérieures de l'avant vers l'arrière. Ainsi il n'y a pas de moteur interne mais la partie propulsive est la coque externe de l'aéronef.
Pour que cela fonctionne dans l'air il faut transformer l'environnement en plasma (molécules ionisées) c'est à dire déjà arracher les électrons des molécules d'air ainsi il est possible
de propulser ces particules de plasma d'air vers l'arrière avec une série d'électroaimants placés le long de la coques et qui vont se commuter les uns après les autres. L'aéronef devient ainsi une boule lumineuse intense car entourée par un plasma et peut se déplacer aisément dans toutes les directions instantanément.

On suppose que certains OVNI très lumineux fonctionnent de la sorte. Mais ce système ne permet pas de se déplacer dans l'espace ou la densité de particules est très faible. Ce système est très gourmand en énergie électrique et suppose un bond qualitatif dans l'extraction de l'énergie électrique dont l'univers est chargé.

Le principe fonctionne déjà très bien en interne dans un tube on appelle ce dispositif moteur à plasma déjà utilisé pour le positionnement de satellites.

 

MAD interne ou moteur à plasma

 

La maîtrise de la gravitation.

 

Il existe de nombreux brevets de machines pouvant s'affranchir de la gravitation. Il y a beaucoup d'études sur ce sujet. Cependant tout ceci est couvert par le secret car cette maîtrise pourrait permettre d'acquérir un avantage militaire certain. Quand cette technologie sera débloquée les roues des véhicules disparaîtront ainsi que les ailes des avions. Les aéronefs seront soit des tubes ou soit seront de formes oblongues pour fonctionner en MAD.

La gravitation maîtrisée pourra servir de moyen de déplacement à très haute vitesse si on imagine faire « tomber » l'objet dans une direction voulue alors les déplacements interplanétaires en seraient facilités.

Les déplacements se feront sur trois dimensions, les routes disparaîtront. On pourra imaginer des appartements suspendus ou même plus d'appartement du tout chacun vivant dans une cellule qui pourra se déplacer à l'envie ou bon lui semblera dans l'air ou sous la mer et … dans l'espace.

 

Lévitation gravitationnelle

 

La société en réseau qui émerge actuellement se heurtera à la propriété individuelle, le réseau ne peut se satisfaire que d'une propriété sociale car il ne possède pas de hiérarchie chaque membre d'un réseau est un acteur  au même titre qu'un autre. Une contradiction sociale ne pourra que s'amplifier comme je l'ai démontré dans mes articles précédents

Je viens de montrer également  que toutes les technologies existent déjà pour basculer dans un monde nouveau de partage et de démocratie directe. Cependant ceci présuppose que le système actuel fondé sur le commerce du pétrole, la guerre, la prédation et l'exploitation financière des peuples  soit mis hors d'état de nuire car il bloque toute innovation pouvant servir au bien de l'humanité .

Pour avancer vers ce monde nouveau il faudra détruire ce système hyper étatique et totalitaire ou qu'ils se détruise lui même mais en espérant qu'il épargne la planète et l'humanité ce qui n'est pas gagné. Ce système criminel et ultra violent qui nous accable ne se laissera pas détruire facilement, une période de violence, peut être paroxystique sera inévitable pour passer dans l'autre monde et il faut s'y préparer.

Ensuite l'humanité pourra retourner vers le type d'organisation qu'elle a toujours connu: le partage.

Chacun prendra de la société selon ses besoins et offrira selon ses possibilités.

Partager cet article

Published by Alain Benajam
commenter cet article
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 19:20

Croire.


 

« La première clef de la sagesse, c’est une interrogation continuelle, il n’est pas inutile de douter de chaque chose. En effet, qui doute conduit à chercher, qui cherche peut saisir la vérité ».

Pierre Abélard (1079-1142)


 

Statue imaginaire de Pierre Abélard


 

Faisant suite à mes précédents articles intitulés « Du 11 septembre à Charlie Hebdo », en y voyant une amorce de changement de paradigmes sociaux dans la société humaine, je m'intéresse encore aux raisons qui font que l'on croit en telle ou telle chose ou que l'on y croit pas. Je montrais d'ailleurs que depuis toujours, les changements dans les paradigmes sociaux humains s'accompagnaient d'une modification des croyances généralement admises et que celles-ci sont fondamentales dans la formation de ce que Marx appelait les « superstructures idéologiques des états » nécessaires au maintient de la cohésion sociale et à l'acceptation par les bas peuples de leur soumission.

 

Évidemment des événements comme le 11 septembre ou l'affaire « Charlie Hebdo » sont significatifs des mécanismes de la croyance, ils sont particulièrement intéressants car il s'agit là d'une tentative contemporaine du pouvoir mondial d'instaurer une nouvelle religion qui comme toutes sont fondées sur des croyances instituées par des événements souvent dramatiques propres à frapper les esprits. Dans ces deux événements il est remarquable qu'une partie des populations a cru aux versions officielles et une autre non pourtant, les deux, croyants et non croyants, avaient à leur disposition les mêmes informations.

 

Que signifie donc croire ?

 

Il faut déjà constater que le verbe est ambiguë et dans les deux seules langues étrangères dont je possède des notions, l'anglais, (to beleive) et l'allemand (glauben) présentent exactement cette même signification ambiguë . On peut penser qu'il en soit de même dans toutes les langues indo-européennes.
Croire peut avoir deux significations contradictoires, par exemple si on prends « je crois qu'elle va venir » il n'y a là aucune certitude, croire ici n 'évoque qu'une probabilité et si on prend la phrase : « je crois en Dieu » croire évoque ici une certitude ou l'adjonction de « en » après croire en a modifié complètement le sens. Dire : « je crois que dieu existe »  veut dire qu'il est probable qu'il existe donc on laisse planer un doute ce qui est différent du: « je crois en Dieu » qui signifie qu'il est certain qu'il existe. Tout le monde acceptera que « probable » et « certain » évoquent mathématiquement deux notions contradictoires mais que l'usage nous en à fait confondre la signification.

 

Ici chacun peut utilement s'enquérir sur la discipline cognitive que l'on appelle « ethnométhodologie » ils profiteront d'un accompagnement plus technique sur le sujet évoqué.

 

Pourquoi les croyances communes partagées par certains groupes d'hommes sont elles différentes de celles partagées par d'autres groupes? On peut aisément prendre en exemple les religions. Celles-ci sont diverses et variées quasiment à l'infini, monothéisme, polythéisme, et même athéisme comme le confucianisme chinois ou le républicanisme français. La première constatation que l'on peut observer, est le lien très fort entre religions et groupes ethno-nationaux. La grande majorité des états-nations est liée à une religion, les états dits laïcs car non liés officiellement à une religion sont très peu nombreux, en Europe il n'y en a que deux, la France et le Portugal. Nous pouvons également constater que les religions diverses proviennent toutes de groupes ethniques parfaitement identifiables même si par la suite certaines, principalement le christianisme, se sont étendues à d'autres peuples par influence coloniale.

 

On peut conclure deux choses importantes de cette première partie qui seront fondamentales pour progresser dans cet essai sur la croyance.

1- Les croyances communes naissent au sein de groupes ethniques identifiables et descriptibles.
2 - Celles-ci peuvent se répandre au delà de ces groupes du colonisateur au colonisé c'est à dire du dominant au dominé

 

Le groupe ethnique, national, étatique (village).

 

La première chose qui est observable et descriptible dans un tel groupe ce sont les comportements différents des nôtres. Nous observons des comportements conformes au groupe identifié, ce qui par ailleurs nous permet d'identifier le dit groupe. Il y a en premier lieu la langue dont on sait qu'elle embarque pour chacune, des concepts qui lui sont particuliers, induisant des modes de pensée particuliers. Il y a également le vêtement, la cuisines et une multitude d'aspects que les ethnologues étudient. On retient deux maître-mots : comportements différents du nôtre et comportement conformes au groupe observé.

 

Les comportements conformes

 

Que sont des comportements conformes ? Ce sont des comportements normaux identiques pour tous et identifiables surtout par les membres d'un groupe extérieur, car il est pour nous difficile, voir impossible d'identifier nos propres comportements conformes, ceux-ci n'apparaissent qu'aux autres (langue, mode vestimentaire, cuisine, religion etc...). On entend souvent parmi les gens du peuple cette expression devant quelqu'un qui ne parle pas le français : « celui-la ne peut-il pas parler le français comme tout le monde ». Nos propres comportements nous apparaissent aller de soi, être comme tout le monde justement l'ethnométhodologie, la science qui étudie les comportements conformes de groupes ethniques nomme « allant de soi » et en anglais « account ».

 

Chacun d'entre nous est indéfectiblement lié à l'usage de comportements conformes qui nous sont inconscients et qui nous permettent d'être reconnus socialement par nos congénères. Le comportement conforme est un signe que nous adressons aux autres membres de notre groupe, signe reconnu en préalable à tous échanges d'informations, par exemple, déjà parler français et puis engager la conversation sur des sujets connus forcément par les membre du groupe. Ces signes de reconnaissance conformes : (comment allez-vous, la santé, le temps, le dernier match de foot etc..) permettent d'instaurer confiance et surtout crédibilité nécessaire à l'échange d'informations.

Tous les signes de conformité n'existent que pour rendre notre message crédible. Si nous voyons un hurluberlu habillé en clown et vociférer en dansant, même s'il nous adressait un message sérieux, personne ne pourrait le croire. Que deviendrions nous si durant toute notre vie, du soir au matin nous ne croyions pas les messages qui nous sont perpétuellement adressés, la folie nous guetterai rapidement.

La conformité des comportements dans un groupe social donné est naturelle c'est une nécessité ne serait-ce que pour exister.

 

Les mythes, particulièrement les mythes fondateurs, d'un groupe ethnique, national ou d'une religion font parties des croyances sociales conformes permettant d'être reconnu et accepté au sein d'un groupe pour pouvoir émettre des informations qui seront crédibles pour le groupe.

Les croyances communes dans les mythes fondateurs ne peuvent être identifiés que par des rites communs, ces rites sont des manifestations conformes visibles ostensibles identifiables permettant de montrer à chacun que l'on appartient bien au groupe. Il y a les rites officiellement codifiés comme ceux des religions théistes, il y a les rites nationaux, hymnes, drapeaux, fêtes nationales. Mais il y a également les rites « allant de soi » comme les modes vestimentaires, les particularités de langage et de comportement (par exemple cacher son sexe).

 

Que pouvons nous tirer de ce chapitre : le libre arbitre est illusoire au mieux difficile, il y a nécessité sociale de faire comme tout le monde de se conformer aux rites de manière à être reconnu pour être cru et ainsi accomplir notre rôle d'humain.

 

Mais qui impose comportements et croyances conformes ?

 

On observe aisément que les puissances coloniales, quelle furent arabes ou occidentales ont toujours imposé leurs croyances. L'islam a pu se répandre en Afrique et partager la religion avec le christianisme des occidentaux. Le christianisme fut aisément imposé par espagnols et portugais en Amérique désormais latine effaçant peuples et religions autochtones. Les romains imposèrent non seulement leur religion aux celtes qui peuplaient ce qu'ils appelaient la Gaule mais ils imposèrent également leur mode vestimentaire typiquement méditerranéenne à des peuples vivant en des climats froids qui s'habillaient auparavant avec des vêtements mieux adaptés. On remarque aussi aisément que les peuples soumis adoptent facilement religions, modes, et manières conformes des maître et ceci se réalise souvent sans qu'il n'y ait obligation.

Ont peut donc conclure que ce qui est conforme, manières et croyances s'impose du dominant au dominé d'une manière naturelle que cela soit ou non imposé par la force.

 

Accepter les croyances conformes d'un autre groupe, s'est s'avouer vaincu même si souvent il n'y a pas eu combat, le dégoût de soi-même engendré par l'exemple ostensible des maîtres fait souvent le travail.

 

L'usine à croyances conformes

 

Les USA, maîtres du monde, n'ont pas vaincu la France militairement mais ils l'ont vaincu culturellement ce qui est bien pire. Ils ont imposé leur mode de vie, un des pires de la planète seulement par le cinéma et la télévision. Quand j'étais adolescent, c'était la mode des « western » au cinéma et chacun voulait ressembler à un cow-boy, porter bottes et blue-jeans. Tout le monde admirait « l'Amérique » ses immenses automobiles fascinaient: les « belles américaines », alors qu'en réalité celles-ci ne tenaient pas la route en comparaison de notre « traction avant » bien plus moderne et aux USA la vitesse fut rapidement limitée partout à 90 km / h sur les autoroutes tellement leurs bateaux oscillant étaient dangereux. L'Amérique était devenue synonyme d'Eldorado car montrée au cinéma comme étant l'Eldorado le pays qu'il fallait absolument copier. Mais Hollywood, la Mecque du cinéma mondialiste due au préalable être expurgée de ses déviants communistes par le sénateur Mac Carthy pour être ensuite abondamment financée par l'état, l'armée et diverses services de propagande.

 

Imposer ce qu'il y a de pire


Hollywood étaient bien devenue une usine à rêve et à croyances conformes, la plus efficace que le monde ait connu.

 

Qui croire, qui possède la parole d'évangile ?

Celui qui possède le pouvoir et face auquel nous nous avouons vaincus.

 

Dans l'affaire du 11 septembre il s'agissait bien de croire en l'Amérique divinisée par Hollywood. En septembre 2001 le journal communiste l'Humanité était encore à Saint Denis et je connaissais personnellement les principaux rédacteurs, leur ayant exposé ce que le Réseau Voltaire avait identifié il me fut répondu qu'une seule phase : « Ils n'ont pas pu faire ça », aucun autre argument. Dieu est bon et miséricordieux il ne peut assassiner ses propres créatures. On voit ce qu'il est advenu du PCF, il est enterré. Dans l'affaire Charlie c'est la fable de la « guerre des civilisations » instituée et répandue par les USA après le 11 septembre qui a joué, en dépit du récit incroyablement abracadabrantesque de la version officielle chacun a cru que des « arabes » terroristes avaient réellement pu commettre un tel crime.

 

« Croire en » est bien entendu s'avouer vaincu, abandonner son libre arbitre et donc ses doutes, doutes qui sont le moteurs de la connaissance comme le disait déjà Pierre Abélard au 12ème sècle

 

Ceux qui ne croient plus en l'Amérique divinisée religion mondialiste obligatoire, sont devenus les ennemis du système, ils sont vilipendés insultés, diabolisés ce sont les hérétiques modernes, mais ils deviendront certainement les combattants pour un monde nouveau.

 

 

Partager cet article

Published by Alain Benajam
commenter cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 15:42

Ce que nous apprenons et pouvons conclure.

 

 

D'abord un rappel sous forme de résumé

 

La bifurcation ; il faut que les conditions techniques changent pour que le paradigme social change.

 

D'après Ilya Prigogine une société humaine ressemble à un chaos ou chaque humain en est un élément, comme une molécule dans un gaz. A cet ensemble, on peut appliquer les lois de la thermodynamique et pouvoir observer les bifurcations quand cet ensemble devient instable. Ces bifurcations ne sont dues à aucune volonté, mais aux conditions techniques internes à cet ensemble.

Dans l'histoire de l'humanité connue nous ne pouvons seulement observer que trois bifurcations fondamentales entraînant des paradigmes d'évolution différents.

 

1- L'homme (sur terre) tel qu'il est décrit aujourd'hui, l'homo sapiens, aurait 200 000 ans d'existence et a vécu durant quasiment tout ce temps en organisation communautaire primitive, (communisme primitif), sans état, sans division de société en classe et sans exploitation du travail humain d'autrui.

 

Cité lacustre en Allemagne, lac de constance (reconstitution), premières installations permanentes au néolitique

 

2- La première grande condition qui modifia l'organisation de homme est l'invention de l'agriculture il y a environ 10 000 ans c'est à dire 0,5 % du temps d'existence de l'humain homo sapiens jusqu'à ce jour. La sédentarisation des hommes en cités qui en a résulté permit l'apparition de l'état, des classes sociales à statuts inégales et surtout l'exploitation du travail humain par esclavage.

L'état étant une organisation permettant d'assurer le pouvoir d'une minorité sur une majorité celui-ci intègre toujours les clercs chargés de propager les mythes justifiant les inégalités.

 

L'hommage féodal ici l'hommage rendu à Philippe VI par Edouard III d'Angleterre

 

3- La deuxième condition qui modifia l'organisation humaine apparu en Europe occidentale au 10ème siècle, c'est la révolution féodale. Celle-ci détruisit l'état central, multiplia à l'extrême les pouvoirs et par la même les initiatives individuelles. Un nouveau chaos constructeur permit ainsi la naissance du capitalisme au 13ème siècle, capitalisme qui se répandit sur toute la planète jusqu'au 20ème siècle.

 

Guglielmo Marconi (1874-1937) et son premier appareil de trasmission par radio selon le même principe utilisé dans vos téléphones portables

 

4- La troisième condition, celle que nous vivons, est celle de la révolution informationnelle qui a pour source les inventions du 19ème siècles concernant l'utilisation du courant électrique et les propriétés des ondes électromagnétiques permettant la communication à distance. Ces inventions et celles qui suivirent jusque maintenant permettent à chacun de disposer de l'information et de la propager, brisant ainsi le monopole de l'état et en conséquence le faisant s'effondrer à terme. Etat qui sans sa superstructure idéologique ne saurait perdurer et avec l'exploitation du travail humain d'autrui.

 

Jamais, dans l'histoire de l'humanité, quiconque n'a eu le dessein de vouloir et pouvoir modifier les paradigmes sociaux qui se sont accomplis, comme nulle volonté humaine ne possède la capacité de modifier ceux qui sont entrain de s'accomplir sous nos yeux. Les conditions techniques changent et avec les paradigmes. Nous ne pouvons qu 'accompagner ces changements et en faciliter le processus.

 

Du 11 septembre à Charlie qu'avons nous appris?

 

 

Il n'y a plus d'état français.

Si nous savons que la république française qui présuppose le pouvoir du peuple est une pure fiction, nous observons qu'il n'existe même plus de pouvoir étatique français dans le sens ou aucune oligarchie nationale ne possède de pouvoir. Le pouvoir en France comme dans nombre de pays est détenu par celui des USA. L'état étasunien en tant que structure coercitive et de décision n'est même pas l'état visible mais ce que Peter Dale Scott appelle l'état profond. Nous en avons la preuve par le 11 septembre et la complète prise en charge par la structure étatique française avec ses médias de la légende concoctée aux USA et ce en dehors de tous intérêts nationaux.

 

Peter Dale Scott

 

Les médias du monde occidental sont totalement intégrés dans l'appareil d'état profond étasunien.

Nous observons une complète intégration des médias officiels dans cette structure étatique profonde des USA car la totalité de ceux-ci a pris en charge la légende du 11 septembre. Il serait très intéressant de connaître les voies de communication entre l'état profond US, la structure étatique française et celle qui conduit aux médias. Comment sont donnés les ordres, les thèmes à suivre et par quels types de menaces coercitives l'état profond étasunien parvient-il à communiquer ça et là sa volonté dans la plus parfaite discrétion.

 

L'omnipotence des services spéciaux.

Je suis absolument certain qu'il n'y a pas eu de morts dans l'affaire Charlie Hebdo si non les procédures légales après assassinats auraient été respectées notamment des rapports d'autopsie auraient été présentés. Face à la polémique il eut été fort simple de montrer des preuves légales des décès, même le plus simple n'a pas été accompli. On peut alors conclure à un savoir faire certain des services spéciaux en matière de montage de légendes, exfiltration, changement d'identité et autres mais également conclure en une parfaite coordination de ces services avec la presse officielle qui gomme les tâches et noie toute la légende dans une sauce donnant le goût du vraisemblable.

 

L'état profond étasunien qui gouverne le monde est une structure disparate incapable de pouvoir accomplir de desseins à long terme.

Ce que nous pouvons savoir de l'état profond étasunien qui détient chez nous la souveraineté c'est qu'il est composé d'intérêts corporatifs diverses notamment du complexe militaro-industriel tel qu'évoqué par Eisenhower et d'intérêts financiers des plus grandes structures bancaires notamment anglo-saxonnes. Les intérêts de ces entreprises composant l'état profond peuvent être disparates et contradictoires par exemple elles ont massivement investis en Chine seule grand nation dite « communistes » faisant de ce pays la première puissance économique mondiale au détriment même des USA. Aujourd'hui la Chine dite communiste est désignée comme le premier ennemi des USA alors que c'est sa propre construction. On ne fait pas mieux comme contradiction stupide. Donc on ne peut attendre de cet état profond des décisions cohérentes sur une vision à long terme. On ne peut qu'en observer les errements, les contradictions et les modifications permanentes de politique. Toute son action pour l'instant, la seule qu'il peut conduire, est d'instituer le chaos partout et de fomenter des guerres.
 

La crédibilité nécessaire au mensonge.

Il me restera à étudier comment la crédibilité arrive à s'instituer, pour le moment je présuppose qu'elle s'impose du dominant au dominé. Celui que l'on qualifie de crédible, c'est notre dominateur et nous croyons sans problème ses mensonges. Alors comment s'institue cette domination sociale, vaste sujet qui intéresse les phénomènes de mode, de conformisme, comment l'homme ne se sent bien, en sécurité qu'en faisant comme tout le monde.
Alors que ceux qui ont des idées sur ce sujet n'hésitent pas à les communiquer.


Face à l'inexorable monté en puissance des peuples due à la confiscation de la parole du Bien et du Mal (parole divine) des mains des clercs institutionnels, les forces du passé possèdent une marge très étroite, leur seule chance est de fomenté une guerre généralisée leur permettant, par des bouleversements conséquents, de conserver l'information et le pouvoir.
Il est évident que depuis le 11 septembre se prépare la grande guerre des civilisations, la seule qui puisse voir les peuples se déchirer.

En Europe et en France l'importance grandissante de l'islam rend une guerre civile probable et réalisable.
 

 

Partager cet article

Published by Alain Benajam
commenter cet article
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 14:39

A Personne.

"Le préjugé foncier est de croire que l'ordre, la clarté, la méthode, doivent tenir à l'être vrai des choses, alors qu'au contraire, le désordre, le chaos, l'imprévu, n'apparaissent que dans un monde faux ou insuffisamment connu, --bref sont une erreur ; c'est là un préjugé moral, qui vient de ce que l'homme sincère, digne de confiance, est un homme d'ordre de principes, et a coutume d'être somme toute, un être prévisible et pédantesque. Mais il est tout à fait impossible de démontrer que "l'en soi" des choses se comporte selon cette définition du fonctionnaire modèle"
F. Nietzsche, la volonté puissance,

 

Du 11 septembre à Charlie Hebdo, une bifurcation historique dans le chaos.

 

Le 11 septembre 2001 sera pour les temps historiques la date de la bifurcation. J'entends par bifurcation, l'explication qu'en donne Ilya Prigogine, un des plus grands penseurs du 20ème siècle.

 

 

 

Ce  que nous dit Prigogine peu de temps avant sa mort.

 

Je suis convaincu que présentement l'humanité passe par un processus de bifurcation du à la technologie de l'information.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prigogine a étudié les systèmes instables chaotiques loins de l'équilibre comme peut l'être une société en crise qui fut stable et qui cherche à s'en sortir.


Il nous dit encore :

"...il est impossible de prolonger ce que l’on a appris de l’équilibre, on découvre ainsi de nouvelles situations, parfois plus organisées qu’à l’équilibre. Cela se produit en des points particuliers, qui correspondent à des changements de phases de non-équilibre, ce que j’appelle des points de bifurcation. ".

 

Pour lui, tout système complexe stable comme l'est une société humaine poursuit sa route utilisant pour ça toujours les mêmes paradigmes, rien ne semble pouvoir détourner ce système vers une fin entropique, c'est à dire seulement une usure du temps, il n'évolue pas, il vieilli. Mais il peut se faire que dans les temps historiques de son vieillissement inexorable et mortel, apparaisse un événement imprévu déstabilisateur, cela peut être une mutation mais aussi seulement un petit grain de sable qui fait que la mécanique bien huilée change de direction vers un avenir incertain différent de celui qui lui était promis par simple extrapolation de sa route initiale. Bien entendu dans les temps proches de cet événement il est difficile de saisir la nature du dit événement ayant engendré la bifurcation. Quand ont poursuit une route ayant légèrement bifurqué de la route primitive, pendant un certain temps on ne s'en éloigne pas beaucoup, il pourrait même sembler pour certains observateurs peu avertis que cela soit la même, il faut du temps et de la distance pour s’apercevoir que la route a réellement bifurqué. Notre route humaine a bifurqué il est temps maintenant de l'annoncer.

Je vais avoir très bientôt 70 ans, ma longévité me permet d'approcher la perception du temps de l'histoire et de pouvoir observer par moi même si la route que poursuit l'humanité change de direction ou non. Bien entendu les historiens croient pouvoir connaître le passé d'avant leur propre naissance en étudiant ce que les humains ont laissé comme écrits, mais l'étude historique est largement sujette à caution tant les clercs qui ont toujours écrit l'histoire de leur contemporains l'ont toujours fait dans un but politique partisan et non dans une objectivité conférée par une indifférence quand aux enjeux. L'histoire telle que l'on peut la connaître même récente est plus l'histoire de mythes fabriqués que fondée sur le réel.

Rien ne vaut l'observation en temps réel et parler du vécu.

 

Le 11 septembre 2001 c'est le grain de sable qui a fait que rien ne serait plus comme avant, pourquoi ?

 

Depuis l'invention de l'état c'est à dire de l'assujettissement d'homme par d'autres hommes vers – 6000 ans, les pouvoirs naissants on du mettre en place, pour assurer cet assujettissement, ce que Marx, d'après Hegel, a appelé une superstructure idéologique.

Ce qu'en dit Marx : " Les idées de la classe dominante sont, à toute époque, les idées dominantes; en d'autres termes, la classe détentrice de la puissance matérielle dominante de la société représente en même temps la puissance spirituelle qui prédomine dans cette société. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, et par là même, des moyens de la production spirituelle (...). Les idées dominantes ne sont rien d'autres que l'expression idéologique des conditions matérielles dominantes, celles-ci ayant pris la forme d'idées ".

 

En d'autres termes une société divisée en classes sociales aux statuts inégaux au sein de cette dite société se doit de produire une idéologie spécifique permettant aux dominés d'accepter leur domination sans révolte. La classe dominante se doit de produire des mythes et des institutions basées sur ces mythes pour justifier sa domination.

Les institutions basées sur ces mythes seront pendant très longtemps des religions avec divinités. Le dirigeant ou l'oligarchie dirigeante seront réputés issus d'une divinité supérieure ou désignés par elle pour perpétuer cet assujettissement. Bien entendu ce système idéologique ne peut fonctionner que si la totalité du corps social croit dans cette religion.

Les religions furent absolument partout liées aux systèmes étatiques instituant souvent le droit commun, par exemple la charia pour l'islam. États et religions ne peuvent être qu’intimement liés car dans ce binôme qui est parfois monôme (charia, état islamique) il est nécessaire de prévoir la coercition des déviants. En effet si dans une société stable, la majorité des assujettis croit, toute société produit ses déviants, ses hérétiques, que la fable du mythe fondateur impressionne moins et qui se trouvent être dangereux pour la stabilité du système.

 

Souvent les femmes sont considérées comme déviantes.

 

L'avancée des connaissances scientifiques c'est à dire des connaissances sur les mécanismes régissant la nature a fait reculer les croyances dans des pouvoirs supérieurs divins. En même temps les institutions fondées sur le divin se sont trouvées faces à de sérieux problèmes engendrés par le mélange des diverses sociétés emmenant chacune son propre divin différent de celui de son voisin.

Dans beaucoup de pays, notamment dans les pays occidentaux, la superstructure idéologique de l'état, justifiant l’assujettissement des classes dominées ne pouvait plus n'être fondée que sur l'existence d'une divinité commune à tous, il fallait trouver une autre religion, cette religion dite laïque, fondant les nouveaux mythes et croyances fut appelée partout « démocratie » ça et là on lui adjoint le mot « république » et encore plus rarement celui de « laïcité ».

Mais, comment justifier l’assujettissement des peuples avec la religion de la démocratie, de la république et de la laïcité, puisque théoriquement ces institutions sont justement prévues pour émanciper les hommes de tous asservissements ?

Pour qu'une religion fonctionne c'est à dire selon la définition littérale de relier les gens (soumis), il lui faut des croyants, et pour qu'elle possède des croyants il faut que les mythes la fondant soient croyables. En ceci, la religion laïque de la « démocratie » est peu différente du christianisme dans ses attendus premiers, dans les deux cas les hommes sont qualifiés strictement d'égaux, mais dans les deux cas et ce dans toutes les religions, l'obéissance aveugle en est le ressort principal.

 

Toutes les sociétés étatiques inégalitaires ont toujours présenté la même structure propre à assurer l'obéissance des soumis. C'est le système des trois ordres explicitement institutionnalisé par l'organisation féodale des pays occidentaux.

 

D'abord, un ordre aristocratiqueue ou noble d'où sera issu une oligarchie ou monarchie appelée à assurer le pouvoir, cet ordre était appelés « bellatores », ceux qui combattent, censés assurer la protection des autres. Puis très proche de cet ordre les « oratores », ceux qui parlent, les clercs dont la fonction était de faire croire au bas peuple qu'il fallait accepter sa soumission. Les hommes étaient égaux certes devant Dieu mais ce ne serait qu'après le jugement dernier quand disaient ils, les premiers seraient les derniers, en attendant il était sage d'accepter que Dieu ait placé certains hommes, peut être plus forts et plus intelligents par leur race, pour protéger le peuple et le gouverner.

Ces deux ordres étaient structurellement très proches car issus des mêmes familles nobles.

Puis l'ordre des soumis, les « laboratores », ceux qui travaillent et croient en l'ordre divin des choses. On peut remarquer que les ordres supérieurs n'étaient pas soumis a la loi commune et que la transgression leur était permise notamment dans leurs mœurs débridées.

 

 

La crédibilité fondement de tout système oppresseur.

 

On peut étudier toutes les sociétés inégalitaires et l'on s’aperçoit qu'elles présentent toutes la même structure car celle-ci est particulièrement fonctionnelle.

Entre la classe dirigeante et la classe soumise, il faut toujours un intermédiaire pour dire les mythes et les perpétuer.

Cette classe intermédiaire de clerc, de prêtre, d'orateurs, de journalistes, doit absolument être crédible pour que l'ensemble fonctionne, qu'elle ne soit plus crue et tout le montage social s'effondre, c'est le paravent qui justifie le système et le pouvoir.

La crédibilité est quelque chose d'absolu tout ce que peut dire l'émetteur crédible est cru même le faux. L'émetteur non crédible n'est pas cru même s'il dit vrai, tout ce qu'il dit est considéré comme faux, il est menteur.

 

Le vrai et le faux n'ont toujours de réalité non pas par le fait exposé mais par la crédibilité de celui qui s'exprime.

 

Ceci est un phénomène humain intangible et universel car chacun d'entre nous n'a jamais les moyens de vérifier sur le champ que ce qu'on lui dit est réel ou non. L'homme étant un animal social, toute sa communication passe par le social, par la langue, par les mythes par les croyances, les idéologies, tout un ensemble qui fait qu'une société est cohérente donc existe en tant que phénomène collectif.
La croyance, fondée sur la crédibilité des clercs est donc fondamentale pour assurer toutes cohésions sociales. Que les clercs soient qualifiés de menteurs et tout s'effondre car le menteur sera toujours qualifié comme tel tout ce qu'il pourra dire ne sera plus jamais cru.

 

Comment la crédibilité s'acquiert t-elle? Il me faudrait quasiment faire une thèse sur ce sujet qui intéresse le fonctionnement même de la communication entre humains c'est à dire le fondement même de l'humanité. En effet la crédibilité est la base de toutes communications sans elle, nous ne pourrions pas communiquer avec nos proches ou nos collègues de travail. Imaginons de penser que tout ce que l'on nous dit au long de la journée nous le considérerions faux et que tout ce que l'on nous a dit depuis notre naissance par nos parents nos professeurs, nos amis étaient faux ce serait la folie assurée. Donc, d'une façon parfaitement arbitraire, car rarement nous avons les moyens de vérifier, nous attribuons à certains : parents, professeurs, une crédibilité et à d'autres, plus éloignés socialement nous ne leur accordons pas.

 

La crédibilité est un phénomène social religieux lié aux croyances communes, christianisme, islam, démocratie, républiques, ces croyances communes sont fondées sur les mythes communs qui courent dans un corps social et racontés par les dominants, professeurs, parents, institutions respectables.

Aujourd'hui il est difficile pour tout un chacun de croire que nous ne vivons pas en démocratie mais en dictature, cette pseudo démocratie était validée par tout un chacun au 20 ème siècle, on pouvait l'appeler peut être démocratie bourgeoise, mais personne ne contestait le fait que la démocratie représentative ne fut une démocratie véritable,

 

L'inversion des valeurs.

 

Pour que les mythes soient crus il faut qu'ils soient croyables et pour qu'ils soient croyables il faut qu'ils soient fondés sur des valeurs acceptables par tous c'est à dire des valeurs positives que l'on considère comme le Bien. Ce qui n'est pas le Bien est le Mal.

Le christianisme, comme l'islam fonde sa valeur première sur l'égalité des hommes mais dans un monde perpétuellement inégalitaire et qui reste inégalitaire, il y a donc une contradiction que les soumis pourraient facilement relever d'où nécessité d'inverser les valeurs.

L'inversion des valeurs premières est la base de toutes sociétés inégalitaires mais encore faut il que cette inversion de valeurs passe inaperçue et c'est sur ce point qu'interviennent les pourvoyeurs de paroles d'évangiles crédibles qui vont arranger tout ça à leur sauce, puisqu'ils sont crédibles, peut importe le plat pourvu que la sauce le fasse passer.

 

Ainsi depuis toujours, les valeurs premières, naturelles, fondamentales d'égalité des hommes ont elle servi pour construire les sociétés les plus inégalitaires grâces aux menteurs institutionnels crédibles

 

On en revient à notre démocratie, république et autre laïcité. On voit que les valeurs qu'elles véhiculent sont très proches des valeurs religieuses chrétiennes par exemple mais que dans la réalité il n'y a jamais eu ni démocratie, ni république, ni laïcité. Autant que les valeurs chrétiennes, ces valeurs dites démocratiques ont été dans les faits inversées par les pourvoyeurs crédibles de paroles d'évangiles.

Rappelons rapidement que la démocratie est le pouvoir du peuple alors que nous observons qu'il ne s'agit que d'un pouvoir oligarchique dont les membres, nomenklaturistes sont cooptés dans des partis qui peu ou prou défendent la même politique, le peuple n'ayant le choix pour ses pseudo représentants que dans cette nomenklatura, appelée classe politique.

La république est la gestion par le peuple de son bien commun, la république est une institution qui devrait remplacer l'état, le peuple lui n'existe objectivement qu'en étant une nation. La disparition voulue des nations efface donc les peuples au profit des oligarchies financières transnationales mondialistes, dans ces conditions une république ne peut exister. Quand à la laïcité elle aurait du sonner le glas de l'état en proclamant sa neutralité idéologique effondrant par la même sa superstructure. Nous voyons que la pseudo laïcité a été transformée en idéologie par l'oligarchie au pouvoir.

 

Les pourvoyeurs de paroles d'évangiles, les « oratores » modernes, les clercs sont ce qu'on appelle les médias, comme les clercs d'antan ils sont chargés de transformer le faux en vrai, l'oligarchie en démocratie, la dictature de la finance mondialiste en république et la religion en laïcité.
 

La classe politique et la classe médiatique forme comme d'habitude un tout que l'on appelle classe politico-médiatique tant elles sont entremêlées.

 

Nous voyons finalement que le ciment de toutes constructions sociales inégalitaires est la crédibilité des clercs. Ceux-ci sont chargés d'inverser les valeurs et de transformer le faux en vrai et réciproquement. Que cette crédibilité s'effondre et tout s'effondre. Avec les menteurs qui se sont dévoilés la pseudo démocratie, religion sociale, apparaîtrait ce qu'elle est, une imposture.

 

Pourtant, le voile a commencé à se déchirer un certain 11 septembre 2001.

 

Le Project for the New American Century (Projet pour le Nouveau Siècle Américain, PNAC) est un think tank néoconservateur américain ayant fonctionné de 1997 à 2006. Cet organisme qui se présente comme une organisation d'éducation à but non lucratif, a été fondé au début de l'année 1997 par William Kristol et Robert Kagan. L'objectif affiché du PNAC était de promouvoir le leadership mondial des États-Unis. Le PNAC pose en principe fondamental la considération selon laquelle le « leadership américain est à la fois bon pour « l'Amérique » et bon pour le monde » et apporte son soutien pour une « politique de puissance militaire et de clarté morale ».

Pour reconstruire les défense de « l'Amérique » comme ils disaient après l'humiliation du Vietnam et surtout pour fabriquer un nouvel ennemi suite à la disparition de l'URSS, il fallait un choc psychologique. Il fut donc décidé, par l'état profond étasunien d'organiser un attentat sous faux drapeau qui serait attribué à des terroristes musulmans, attentat sous faux drapeau dont les USA usent depuis longtemps pour justifier leurs guerres. Les organisateurs de ce coup, comptaient surtout sur leur nouvel ascendant sur les médias du monde, surtout occidental, pour faire valider leur version officielle. Ils ne prirent donc pas grand soin dans la recherche d'une crédibilité technique, les médias comme d'habitude étaient chargés de fabriquer l’événement. La version officielle fut proprement incroyable voire abracadabrantesque, il eut fallu complètement changer et profondément les lois de la physique pour pouvoir y croire un seul instant.

 

 

Effectivement les médias firent leur travail habituel et séculaire de clerc menteurs pourvoyeurs de paroles d'évangile. Cependant un tout petit groupe médiatique dont je fus avec Thierry Meyssan un des initiateurs, commença à contester ces faits d'une façon rigolote, ce groupe mit en ligne sur l'Internet, cette contestation sous forme d'un jeu des 7 erreurs. Ce jeu se répandit dans le monde comme une traînée de poudre par l'Internet naissant.

Les organisateurs de ce coup tordu n'avaient pas encore pris conscience de la puissance de ce qu'ils avaient eux-même créé, un nouveau moyen de médiation particulièrement puissant échappant aux clercs institutionnels.

Ces clercs institutionnels avaient jusqu'alors toujours appartenu à la classe dominante. Les journaux, radios télévisions modernes n'étaient que le prolongement des prêtres d'antan chargés de délivrer la parole d'évangile. Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité la classe dominée pouvait accéder à la médiation pour exposer le vrai et fustiger le mensonge.


La contestation de la version officielle des « attentats du 11 septembre » prit de l'ampleur inexorablement par l'internet, avec photos, vidéos à l’appui avec expression d'experts incontestables et enquêtes soignées. Dans le même temps l'usage de l'internet se généralisa d'une façon considérable dépassant toutes les prévisions. Les réseaux sociaux comme FaceBook apportèrent une touche finale à l'effondrement des médias officiels par la possibilité donnée à chacun du bas peuple de composer son propre journal, d'y exposer ses propres images et vidéos prises sur le vif.

La seule chance que pouvaient encore avoir les institutions dominantes pour conserver leur crédibilité et donc ne pas mettre en danger leur pouvoir aurait été de reculer sur cette affaire voire de la dénoncer en faisant ce que les pompiers appellent la part du feu. Leur crédibilité en auraient été redorée pour très longtemps et leur pouvoir renforcé.

Non! Nous n'avons assisté qu'a une levée de bouclier générale de la part de tout ce que le monde compte comme institutions fondant notre société humaine. Pas un seul média officiel, pas un seul parti politique, pas un seul politicien, pas une seule institution respectable ne s'est permis de contester ce qui était ridicule aux yeux du monde pire, toutes ces institutions fondamentales pour l'équilibre social se sont jetées dans la bataille pour défendre cette version officielle et insulter de la manière la plus violente ceux qui la contestait. Plus rien ne pourra maintenant sauver ces institutions, fondement de notre système social, car elles ont toutes joué leur va tout, elles ont pris par inconscience le maximum de risque, celui de n'être plus crédible et de laisser le bas peuple s’apercevoir que le « Roi est nu ».

 

Pourtant dans une espèce d'inertie, comme un lourd convoi qui ne peut s'arrêter que sur des kilomètres, les institutions ne trouvent plus que des attentats sous faux drapeaux pour tenter de conserver leur pouvoir, en cherchant à diviser les communautés du corps social. Ces institutions n'ont pas encore pris conscience du danger que représente pour eux le mensonge éhonté et la manipulation. Bien entendu ces institutions cherchent dans ces attentats, d'organiser ce qui peut difficilement être mis en cause moralement comme l'assassinat réel ou supposé de ses propres soutiens. Le bas peuple peuple peut difficilement concevoir dans sa morale du Bien que l'on puisse assassiner ses propres amis et ainsi essayer de reprendre le dessus.
Dans l'affaire Charlie Hebdo, dés même qu'elle était en cours, bon nombre d'internautes ont commencé à montrer ce qui n'était pas crédible dans la version officielle notamment le fait qu'aucunes procédures légales obligatoires en cas de crime n'était respectées. Le coup a bien commencé à réussir le bas peuple ému par tant de cruauté mais aussi pour beaucoup par aversion pour le monde musulman auquel les « terroristes » étaient censés appartenir se mobilisa en masse pour soutenir le pouvoir. Mais ce soutien massif fit long feu aujourd'hui des voix d'intellectuels de renom se lèvent déjà pour fustiger cette manipulation.

 

Manif. "Charlie", une caricature de pouvoirs criminels.

 

Le décors est pausé pour la grande modification des paradigmes sociaux en cours sous nos yeux. La route prise par l'humanité suit forcément un cours différent depuis que chacun d'entre nous est devenu un média et que nos institutions perdent de leur crédibilité. Où allons nous, est-ce vers l'émancipation finale des peuples ? Nul ne saurait le dire encore mais l'oppression est face maintenant à un grave problème.

 

 

Une suite de cette histoire : du 11 septembre à Charlie Hebdo est en cours avec comme sous titre : Ce que nous avons appris

 

Partager cet article

Published by Alain Benajam
commenter cet article
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 16:38
L'impérialisme peut il se relever de cette crise systémique ?

L'impérialisme peut il se relever de cette crise systémique ?

 

Nous entendons de plus en plus souvent des gens désespérés par le manque de perspectives politiques. Les changements que notre pays et monde attendent et espèrent non seulement se font attendre mais encore personne ne possède la moindre idée sur la façon de les entreprendre. Le découragement gagne, les élections ne mobilisent plus qu'une minorité de citoyens les autres, la majorité silencieuse s'abstient ou pire ne s'inscrit plus sur les listes électorales. Aux dernières élections seuls 38 % des citoyens français en âge de voter on exprimé un vote pour un politicien ou un groupe de politicien.

 

État des lieux.

 

D'abord, on constate que la pseudo démocratie dite représentative est en crise grave. Ce système présenté comme l'organisation du pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple n'a absolument rien de démocratique, il ne permet aucunement aux citoyens d’élaborer des lois et de les voter. Y compris même, la constitution n'est pas respectée. En effet elle prétend vouloir séparer les pouvoirs entre un législatif représentatif élaborant les lois et un exécutif les faisant appliquer mais si on observe la réalité on constate que l'exécutif élabore les lois qui sont enregistrées par par une petite oligarchie de politiciens corrompus et aux ordres. Cela fait bien longtemps que l'assemblée nationale ne fabrique plus de lois. Celles-ci sont concoctées par des fonctionnaires non élus dans des cabinets ministériels à la demande de l’exécutif présidentiels et enregistrées automatiquement par les politiciens.

 

On parle aujourd'hui de classe politique sans que cela ne choque, comme on pouvait parler de l'aristocratie sous l'ancien régime.

Comment cette classe politique est elle recrutée, puis triée pour n'en sortir qu'une toute petite oligarchie ou nomenklatura ?

 

L'origine sociale des députés ne représente aucunement la nation

L'origine sociale des députés ne représente aucunement la nation

Les apprentis politiciens sont triés dans le parti politique de leur choix. Au sein de ces organisations, ils tentent de gravir les échelons en essayant de plaire par leur conformisme, d’être remarqué pour leur soumission et d'être ainsi cooptés vers les cercles de direction, futurs cercles de pouvoir. Ainsi les plus veules, les plus soumis, les moins aptes à exercer une profession, se concentrent ils dans les directions politiques dans lesquelles seront recrutés les futurs dirigeants du pays. Chacun possède en exemple Nicolas Sarkozy et François Hollande comme spécimens de politiciens ayant réussi à gravir tous les échelons.

Mais on pourrait penser que le vote, non pas pour des citoyens représentants mais pour des partis politiques présentés comme différents, permettrait quand même un choix pour les citoyens et ferait que le système serait un moindre mal.

Et bien même pas car peu ou prou, tous les partis ont exercé le pouvoir en totalité ou en alliance et comme il est constaté, rien n'a jamais changé, la situation des gens a même empiré.

Députés ayant conscience de ne servir à rienDéputés ayant conscience de ne servir à rien

Députés ayant conscience de ne servir à rien

En réalité ces politiciens n'ont qu'un pouvoir anecdotique le pouvoir réel vient d'ailleurs.
Lisons ce que nous avoue Danielle Mitterrand rapportant des paroles de son époux François.

 

« Mai 1981 fut un mois de grande activité, car c’était la préparation de l’arrivée au pouvoir de François. J’essayais d’apporter tout ce qu’il y a de meilleur en moi, pour que ce rêve d’avoir une société socialiste, quoique à l’européenne, devienne réalité. Mais bien vite j’ai commencé à voir que cette France juste et équitable ne pouvait pas s’établir. Alors je demandais à François : ‘‘Pourquoi maintenant que tu en as le pouvoir ne fais-tu pas ce que tu avais promis ?’’ Il me répondait qu’il n’avait pas le pouvoir d’affronter la Banque mondiale, le capitalisme, le néolibéralisme. Qu’il avait gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir. J’appris ainsi qu’être le gouvernement, être président, ne sert pas à grand-chose dans ces sociétés sujettes, soumises au capitalisme. J’ai vécu l’expérience directement durant quatorze ans. Même s’il essayait d’éviter le côté le plus négatif du capitalisme, les rêves ont commencé à se briser très rapidement. […]

[…] Durant la célébration du Bicentenaire de la Déclaration des droits de l’Homme – juillet 1989 – j’ai pu voir jusqu’à quel point nous étions soumis aux Etat-Unis. L’Etat français n’invita pas plusieurs dignitaires, en particulier des Latino-Américains. Comme par hasard, c’était ces pays-là que Washington voulait détruire. […] Je me rappelle avoir dit à François : ‘‘Jusqu’à quel point allons-nous être dépendants de l’humeur des Etats-Unis, ne pas pouvoir choisir nos invités pour nos festivités… ?’’ Ce fut une honte. […]

En France, on élit et les élus font des lois qu’ils n’ont jamais proposées et dont nous n’avons jamais voulu. […] La France est-elle une démocratie ? Une puissance mondiale ? Je le dis en tant que Française : cela ne veut rien dire ».

 

L’aveu est de taille mais nous savions déjà que la France ayant perdu sa souveraineté au profit d'une UE complètement inféodée aux USA. Nos politiciens de quelque bord artificiel qu'ils soient ne sont là que pour faire illusion, ils ne sont là que pour faire croire au bon peuple que nous sommes en démocratie alors que notre régime politique est celui d'une oligarchie inféodée aux intérêts capitalistes d'une puissance étrangère.

 

 

 

 

 

Les deux maux: capitalisme et démocratie (fausse)

Perspectives.

 

Nous avons conscience comme le dit Mme Danielle Mitterrand de vivre sous le pouvoir d'un système économique, le capitalisme mais qui s'est radicalement transformé depuis le 19ème siècle car il est devenu financier puis impérialiste. Aujourd'hui on n'accumule plus de capital sérieusement par la production de marchandises mais par des opérations financières et l'impérialisme déjà décrit par Lénine comme étant le stade suprême du capitalisme s'est concentré dans une seule et unique forme sous l'égide de l’État des USA, l’État français n'étant plus qu'un petit rouage de ce système qui pèse sur le monde.

Pourtant, au 20 ème siècle, le capitalisme a permis à une bonne parti de l'humanité d'enregistrer de conséquents progrès économiques et sociaux comme durant les 30 glorieuses en France ou le « Miracle économique » en Allemagne.
Ces progrès ont été rendus possibles par la peur du « communisme » car l'existence de l'URSS, et d'un mouvement ouvrier puissant à pesé sur les dirigeants capitalistes qui ont été dans l'obligation de partager un peu mieux les richesses créées. Ce faisant ils ont constitué des marchés pour l'industrie et renforcé l'économie et les entreprises capitalistes industrielles.

C'est le paradoxe du capitalisme, celui de creuser lui même sa tombe alors que son opulence provient de l'action des syndicats et du mouvement ouvrier.

 

Avec la fin de l'URSS et l'extinction du mouvement ouvrier, plus rien ne vient freiner l'avidité naturelle du capitalisme et il peut maintenant sans entrave continuer à creuser sa propre tombe. C'est bien ce que nous observons.

 

Le système dans sa totalité politique et économique est en crise systémique grave, nous sommes historiquement dans la fin du système, l'effondrement n'est pas loin, mais pas loin ne désigne pas encore une échéance précise.

 

Résumons nous, nous sommes régis par un système (appelons le comme ceci, ou pourrait l'appeler également paradigme) fondé sur deux piliers.

1- Une fausse démocratie en fait une oligarchie très élitiste entièrement soumise à une puissance étrangère, les USA

2- Un pouvoir impérialiste qui au travers de l'UE de l'OTAN et de l'EURO gère les intérêts du capitalisme financier anglo-saxon sous couvert de l'état étasunien de son armée et des ses services de renseignement.

 

Les systèmes ou paradigmes ou sous système qui ont régi la vie des humains (homo-sapiens ) sur cette terre depuis 200 000 ans sont très peu nombreux, je site.


- La communauté primitive des chasseurs cueilleurs, sans État, elle a duré très longtemps pratiquement les 200 000 ans les dernières communautés de chasseurs cueilleurs ne s'éteignent que maintenant.
- L'agriculture et la sédentarisation qui engendra l’État et l'exploitation du travail humain par l'esclavagisme.
- Le féodalisme qui créé des salariés libres fait disparaître l'état dans un premier temps et le renforce ensuite avec le capitalisme puis l'état devient totalitaire avec l'impérialisme financier.

 

Trois grands paradigmes ont existé avec leurs sous systèmes, pour nous aujourd'hui c'est l' impérialisme financier, né du capitalisme lui même rendu possible par le féodalisme.

Nous sommes donc en fin de système, mais également nous ne pouvons présumer de la vitesse des évolutions que sur des temps historiques donc très longs.

La société féodale a mis 200 ans pour s'imposer en Europe du 10ème au 12ème siècle, le capitalisme né en Italie au 13ème siècle a fini par s'imposer sur toute la planète qu'au 20ème siècle. Il ne faut donc pas espérer de changements radicaux à l'échelle d'une génération. Bien entendus de fausses révolutions peuvent toujours éclater mais sans changement fondamentaux de paradigme, ne pouvant amener finalement que désillusion.

 

Aujourd'hui nous ne pouvons seulement préciser que ce qui ne fonctionne définitivement pas et donc ce qui changera obligatoirement.

 

1- La fausse démocratie des parti politiques et des politiciens corrompus est condamnée, place à la démocratie directe par tirage au sort des députés et des référendum réguliers.

 

2- L'impérialisme anglo-saxon, seul subsistant du 20ème siècle avec son système financier, se condamne tout seul en creusant sa tombe. Cet impérialisme cherche maintenant la guerre contre la Russie et la Chine on voit mal comment il pourra s'en tirer à moins qu'ils n'utilise le feu nucléaire ce qui est toujours possible alors c'est l'humanité entière qui risque de disparaître et l'impérialisme avec.

 

Que faire en attendant que des circonstances historiques favorables entraînent la chute du système ? La société esclavagiste s'est effondrée au 10ème siècle sous les coups des grandes invasions viking, magyars et sarrasines qui détruisirent l'état antique.
Présumons que la guerre contre la Russie et la Chine précipitera l'impérialisme dans l’abîme.

Alors il nous reste à préparer l'avenir en aidant le système à mourir.

Mais ne nous berçons pas d'illusion l'impérialisme ne peut résoudre ses problèmes que dans la plus extrême violence, il ne laissera jamais se développer une expérience démocratique où que se soi et surtout pas en France sans intervenir, le combat armé est forcément pour nous un passage obligé, nous avons l'exemple de la Novorossia et de la Syrie.

 

 

Le système est en crise, état des lieux et perspectives

Commençons donc par discuter sur l'organisation d'une société dépourvue de partis politique et de fausse « démocratie représentative » comme le propose Etienne Chouard commençons par élaborer le projet d'une nouvelle constitution établissant la démocratie directe du peuple.

Soyons solidaires des peuples qui luttent dramatiquement contre l'impérialisme aujourd'hui les armes à la main comme dans le Donbass en Novorossia et au Moyen-Orient en Syrie.

 

 

 

Notre avenir proche sera le combat comme nos frères de Novorossia

Notre avenir proche sera le combat comme nos frères de Novorossia

En attendant faisons entendre notre voix face à la désinformation généralisée.

 

Manif samedi 2 Mai en mémoire du massacre perpétré à Odessa il y aura tout juste un an !! Cette fois plus de rassemblements statiques, nous allons bouger de la Rue d'Odessa vers l'Ambassade d'Ukraine, on va nous entendre !!

Ne pas oublier, ne pas pardonner ! ODESSA 2 Mai
A l'occasion de la commémoration du massacre perpétré à Odessa
le 2 Mai 2014, nous organisons une manifestation de mémoire.
Lieu de départ et de recueillement Rue d'Odessa (angle Bd Edgar Quinet/ Rue du Montparnasse)
Ensuite défilé jusqu'à l'Ambassade d'Ukraine (fin de la manifestation).
Date : Samedi 2 Mai 2015
Heure : regroupement à 16h.00
Départ du cortège : 17h.00
Arrivée du cortège devant l'Ambassade : 18h.00
Dispersion : 19h.00
Associations organisant cette manifestation :
* Collectif France Russie,
* Novopole,
* Comité France Donbass

Partager cet article

Published by Alain Benajam
commenter cet article
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 16:37
Notification de mon interdiction de publier sur FaceBook (cliquer sur l'image pour agrandir)

Notification de mon interdiction de publier sur FaceBook (cliquer sur l'image pour agrandir)

 

Si on observe par qui l'Ukraine est dirigée et soutenue aujourd'hui, on dénombre des forces diverses et semblant contradictoires allant des nazis bandéristes antisémites à l'extrême gauche trotskyste en passant par les takfiris pseudo musulmans, axe du terrorisme, jusqu'aux sionistes qui comme Kolomoyski finance les milices pro nazies les plus violentes. Ce qui est commun à tous ces mouvements apparemment contradictoires  c'est une allégeance sans faille à l'impérialisme anglo-saxon principalement étasunien qui pilote ce beau monde pour lui assigner un objectif commun: celui de défendre par toutes les manières et surtout les plus les plus violentes ses propres intérêts. Cette sainte alliance, extrême droite fascisante / extrême gauche, terroristes,takifis / sionistes, formée pour le plus grand bien du pouvoir impérial étasunien sur le monde est observée un peu partout y compris bien entendu chez nous sous l'égide du Parti Socialiste au pouvoir. Dans cette alliance semblant hétéroclite chacun joue sa propre partition mais dont la conclusion est toujours la même, soumission à l'impérialisme financier mondialiste et maintenant et surtout haine de la Russie, Russie dont le tort est de s'opposer très fermement et efficacement à cet impérialisme étasunien.

 

 

Néo nazis bandéristes qui détiennent le pouvoir en Ukraine, bien que très minoritaires.

Néo nazis bandéristes qui détiennent le pouvoir en Ukraine, bien que très minoritaires.

Le rôle de l'extrême droite est de jouer de la phobie, ce qui lui est naturel, en France c'est l'islamophobie avec les « identitaires » qui surfent sur le rejet par le peuple français de la vague migratoire en cela elle rejoint les pseudo laïcistes de gauche comme Riposte laïque, l'hebdomadaire satyrique de gauche « Charlie Hebdo » et bien d'autres qui caricaturent la laïcité et la vide de son sens initial pour n'en faire qu'une phobie.

En Ukraine les nazis bandéristes de Pravy Sector et de Svoboda donnent dans l'antisémitisme classique et la russophobie parlant à leurs propos de « sous hommes » ce qui n’empêche nullement l'oligarque juif sioniste Kolomoyski de financer leurs groupes armés, tout en collaborant avec les takfiris qualifiés par ailleurs de terroristes, fraîchement débarqués du « jihad » de Syrie.

En France la schizophrénie du pouvoir politico-médiatique est similaire à celui d'Ukraine mais à propos des musulmans car d'un côté les takfiris (wahhabites) sont recrutés armés, financés, adulés par le pouvoir. Laurent Fabius n'a t-il pas dit à leurs propos qu'Al Nosra, une de leur organisation sanguinaire faisait du bon boulot en Syrie, de l'autre côté ces mêmes takfiris supportés et financés par l'allié saoudiens sont désignés comme ennemis publics à la vindicte populaire dans laquelle on prend le plus grand soin d'impliquer tous les musulmans.

On connaît les caricatures violemment islamophobes de Charlie Hebdo que j'ai dénoncé dans un article lors de leurs parutions comparant ces dessins à ceux antisémites d'avant guerre que je vous incite à lire: 'L'air du temps". www.alain-benajam.com/article-l-air-du-temps-57346040.html

Article de Charlie Hebdo me citant (Cliquer sur l'image pour agrandir)

Article de Charlie Hebdo me citant (Cliquer sur l'image pour agrandir)

Citation de Laurent Fabius disant qu'Al Nosra faisait du bon boulot en Syrie

Citation de Laurent Fabius disant qu'Al Nosra faisait du bon boulot en Syrie

Al Nosra vanté par Fabius exécutant sommairement des civiles en Syrie

Al Nosra vanté par Fabius exécutant sommairement des civiles en Syrie

 

La partition de l'extrême gauche d'essence trotskyste est de jouer  le «plus de frontières», la haine de la nation et évidemment de la république que l'on caricature à l'envie car l'une ne pourrait aller sans l'autre, (quand je parle de république je parle bien entendu de l'organisation du bien commun et de la fabrication des lois), on voit que le parti socialiste au pouvoir est entrelardé de trotskystes plus ou moins ex, qui jouent ainsi ce rôle de promotion du mondialisme, de soumission à l'impérialisme étasunien et de haine de la Russie.

Et puis les sionistes de gauche ou de droite instrumentent l'holocauste des juifs d'Europe durant la seconde guerre mondiale pour donner dans l'islamophobie et surtout diaboliser toute opposition au système impérialiste dans lequel l'état d'Israël s'est inclus, en la qualifiant derechef d'antisémite de fasciste et de vouloir perpétré à nouveau ce terrible holocauste. Ceci n'empêche nullement ces sionistes de supporter en Ukraine les nazis bandéristes et au moyen orient les tafiris wahhabites d'Al-Qaïda d'une Arabie saoudite qualifiée au demeurant d'alliée fidèle.

 

Toutes ces contradictions ne pourraient tenir un instant sans les médias qui arrivent à servir un plat à peu près consommable pour les bas peuples en en sortant et en martelant « ad nauseam » quelques idées simples et en masquant ce qui semble incorrecte surtout pour notre bonne vielle France nourrie à la fausse démocratie.

 

Les politico-médias nous assènent ainsi les idées suivantes.

L'idée de nation est fasciste et obsolète, place à la mondialisation, les opposants sont des antisémites voulant remettre les juifs dans les chambres à gaz, (ce qui est terrifiant). Ces opposants sont aussi des « complotistes » selon une qualification inventée par la CIA après le meurtre de Kennedy ce qualificatif de complotiste associé à celui d'antisémite permet de dénoncer comme criminels ceux qui contestent les versions officielles abracadabrantesques servies par les politico-médias à propos des manœuvres de propagande et des meurtres perpétrés par les états profonds des pays « occidentaux » asservis à l'intérêt des USA.

 

On voit maintenant que la criminalisation de l'opposition en Ukraine comme en France comme dans tout système totalitaire n'a pour objectif que de préparer à la répression.

En effet à quoi pourrait servir tout cet effort se surveillance et tous ces frais si cela devait ne servir qu'à connaître l'opinion des gens, la répression est bien un objectif préparé. Pour réprimer il faut d'abord identifier les meneurs, les faire disparaître et terroriser ceux qui les suivent par quelques arrestations musclées et spectaculaires, en Ukraine, un peu en avance sur nous, ces arrestations disparitions sont monnaies courantes celle-ci sont maintenant agrémentées de meurtres quasi journaliers d'opposants.

 

Les meurtes d'opposants en Ukraine

Rôle de FaceBook.


Ce réseau social a été créé sous l'égide des services spéciaux étasuniens afin de faciliter la propagation des manœuvres de déstabilisations dans des pays ou l'impérialisme cherchait à modifier le pouvoir en sa faveur, (révolutions colorées ou printemps fleuris). Cependant FaceBook fut rapidement investi par des oppositions au système impérialiste étasunien profitant de l'aubaine qui leur était fournie. Cette mauvaise surprise a déclenché un grand nombre de réactions de dénigrement de ce qui est publié sur le net et FaceBook en particulier de la part des politico-médias. Pire maintenant ils sont à l'écoute permanente de ce qui y est publié et ma seule contestation de la version officielle des attentats dits de « Charlie Hebdo » dans ce médias par quelques brèves remarques demandant les preuves qui n'existaient pas, déclencha rien moins qu'un article dans LA publication tirée à 7 millions d'exemplaires sous le titre charmant « Les charognards du complot » que je reproduits ici ou je suis vaillamment cité comme un hommage du vice à la vertu. .

En Ukraine, il est rapporté par l'opposition au régime nazi pro impérialiste que FaceBook dénonce aux forces de répression les opposants qui peuvent ensuite être arrêtés puis évidemment assassinés.

En France FaceBook a initié pour commencer une politique de censure systématique des opposants au système juste avant la dénonciation à l'ukrainienne. Cette censure a pour effet de déconnecter momentanément ou définitivement les dits opposants foulant ainsi au pied leur propre charte car en bon petits soldats de base de l'impérialisme ils procèdent stupidement. Ainsi ils prétendent lutter contre l'antisémitisme, thème bidon et bateau à la seule destination des opposants. En toute hypocrisie ils leur suffit de fabriquer des messages à caractère injurieux antisémites et de les déposer sur la cible pour prétexter d'une fermeture de compte.


Cette façon de procéder va jusqu'à l’imbécillité ainsi j'ai été déconnecté 7 jours pour avoir soi disant utilisé le terme « youpin » ce qui pour le juif que je suis dont la famille a subi toutes les persécutions antisémites en Russie et en France, n'est pas banal.

Donc attendez vous à voir fleurir sur vos murs tous les termes interdits inscrits par les sbires de FaceBook pour être de suite censurés avant d'être arrêtés comme en Ukraine aujourd'hui et plus si le peuple français tout comme le peuple ukrainien ne mettent pas un terme à ce fascisme véritable établi au grand profit de l'impérialisme et de son système financier.

 

Partager cet article

Published by Alain Benajam
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 14:41
"ELLE" ou la presse soumise prise  en flagrant délit.

L'affaire de la promotion d'une jeune nazie ukrainienne par le journal ELLE, se vantant par ailleurs de ses crimes est révélatrice à la fois de la soumission de la presse occidentale aux obligations éditoriales imposées par l'impérialisme et de sa duplicité hypocrite .

Cette affaire nous rappelle les nombreux reportages dithyrambiques parues dans la presse dominante genre Le Monde et Libération sur les assassins pseudo jihadistes lancés contre la Syrie et présentés à l'époque comme des révolutionnaires, alors qu'aujourd'hui, islamophobie oblige, ces mêmes individus nous sont présentés comme des monstres.

Nous avons ici la preuve qu'il s'agit d'une soumission à des obligations éditoriales car les rédactions de ces médias n'hésitent pas à risquer leur réputation dans des articles conçus à la hâte sans que ne soit vérifié le pedigree criminel des individus dont il est fait la promotion. Ces rédactions en outre se couvrent de honte en se vautrant dans un monceau de contradictions ou l'hypocrisie se confronte à la mauvaise foi.

N'oublions surtout pas la réputation d'extrême droite voir de nazie dont ils ont accablé tous contestataires du système. Nous même au Réseau Voltaire organisation républicaine et plutôt de gauche sommes toujours accusés de nazisme, rien que ça, depuis que nous avons contesté la version officielle des attentats du 11 septembre 2001. Il y a encore la « quenelle » de l'humoriste Dieudonné, geste trivial dont les politico-médias dominants ont voulu voir, sans rire un salut nazi inversé dans une grande campagne médiatique qui est d'ailleurs retombée bien à plat.

Signes de casque du bataillon Aidar
Signes de casque du bataillon Aidar

Alors ont ils été trompés ces journalistes avouant ainsi leur manque de professionnalisme ?

Tout observateur même peu attentif des combats menés par la junte occidentaliste de Kiev contre les populations du Donbass sait parfaitement que le bataillon Aidar tout comme le bataillon Azov sont composés de volontaires qui ne cachent absolument pas leur adhésion à l'idéologie nazie ukrainienne. Tout le monde a pu voir dans le presse les Svastikas les insignes SS portés par les hommes d'armes de ces bataillons et les saluts nazis échangés entre eux. Il faut rappeler que cette idéologie, baptisée faussement de nationaliste n'est pas nouvelle, elle sévit il y a plus de 70 ans dans ces même régions sous la bannière de Stepan Bandera et sa division SS . Ce fameux Stepan Bandera criminel de guerre et collaborateur de l'envahisseur nazi dont se réclame aujourd'hui officiellement la junte putschiste de Kiev portée au pouvoir par les USA et l'Union Européenne. Nul ne peut ignorer les terribles massacres perpétrés par ces « banderistes » contre les polonais, les juifs et les russes. Ces nazis ukrainiens se postant comme les descendants directs des hordes de Stepan Bandera héro officiel d'une Ukraine sous domination étasunienne méritent ils le qualificatif de nationalistes dont les affublent nos pseudo journalistes de ELLE ? Leur action ostensiblement revendiquée de vouloir soumettre l'Ukraine aux USA et à la finance mondialiste ne permet certainement pas de leur attribuer ce qualificatif au demeurant vu comme négatif par l'idéologie dominante. .

Tortures nazies connues de tous infligées aux prisonniers de guerre
Tortures nazies connues de tous infligées aux prisonniers de guerre

Comme ces amateurs en « journalismes » soumis ne sont plus à une contradiction près, il est amusant de voir que ce terme de nationaliste est utilisé par eux et leurs confrères en général comme une insulte accompagnée des termes d'extrême droite voir de nazisme. Donc comprenne qui pourra dans ce déballage nauséabond de contradictions, de mensonges et de manipulations.

Il est sain que ces tristes sirs se soient finalement pris les pieds dans le tapis dénoncés par une levée de boucliers sur les réseaux sociaux, ils se retrouvent maintenant empêtrés dans des excuses alambiquées et surtout non recevables. Ils ont fait la promotion de cette criminelle en toute connaissance de cause pensant que comme d'habitude cette manipulation passerait comme une lettre à la poste. Mais voilà ces adeptes de Göring et sa « propaganda staffel » se trouvent maintenant face à un mode d'information citoyen ou avec l'Internet et les réseaux sociaux chacun peu s'informer à la source même des événements, chacun d'entre nous est un collecteur d'information et plus rien ne peut maintenant passer. Il est fort drôle que les «journalistes » de la presse soumise ne cessent de couiner à l'encontre d'Internet en vantant leurs propres « mérites déontologiques » concernant la diffusion d'une information qui serait vérifiée et offerte au bon peuple comme vérité d'évangile alors que les amateurs du net publieraient n'importe quoi. Et bien là messieurs-dames que l'on a coutume d'appeler maintenant du beau qualificatif de « journalope » vous êtes pris en flagrant délit et on ne va pas vous lâcher de si tôt.

Partager cet article

Published by Alain Benajam
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 15:30

 

 

Les récentes insultes proférées contre des nationalistes volontaires français partis s'engager au côté des Forces Armées de Novorossia par des publications se prétendant communistes, tout comme l'injure publique proférée à mon encontre par Mme Danielle Bleitrach me traitant de fasciste et d'escroc, indique de la part de la gauche non socialiste une grave incompréhension de la nature de l'impérialisme aujourd'hui et donc des moyens adéquats à mettre en œuvre pour le combattre. Bien évidemment je parle de la gauche non socialiste car il est difficile de qualifier le PS de gauche tant sa politique est similaire à celle de la droite.

 

 

Communistes, nationalistes vers un compromis historique contre l'impérialisme ?

Ce défaut d'analyse émanant des diverses organisations groupusculaires communistes françaises, restes de l'ancien PCF qui fut par le passé la seule organisation anti impérialiste en France, affecte surtout des organisations françaises, alors que des mouvements similaires d'autres pays n'ont pas la même approche.

 

L’absence récurrente des communistes français d'aujourd'hui dans l'action anti impérialiste est remarquable surtout par des gens qui comme moi ont été membre de ce Parti durant plusieurs dizaines d'années et ont participé a un très grand nombre d'actions anti impérialistes depuis les années 60 que cela soit pour l'indépendance de l'Algérie ou celle du Vietnam. Pourtant l'impérialisme n'a jamais été aussi virulent enchaînant des guerres atroces : la Yougoslavie, l'Afghanistan, l'Irak, la Libye, la Syrie, Palestine, Liban et maintenant le Donbass dans l'ex Ukraine.

Je me souviens des immenses manifestations pour l'indépendance de l'Algérie pour mettre fin à l'agression étasunienne contre le Vietnam contre le coup d 'état au Chili et la mort d'Allende, pour la libération de Nelson Mandela etc.

 

 

 

 

 

Manifestations pour la paix en Algérie et la paix au Vietnam organisées par le PCF dans les années 60
Manifestations pour la paix en Algérie et la paix au Vietnam organisées par le PCF dans les années 60

Manifestations pour la paix en Algérie et la paix au Vietnam organisées par le PCF dans les années 60

Il y a encore une trentaine d'année le mouvement communiste international qualifiait d'alliés les mouvements de libération nationaux contre l'impérialisme et le colonialisme. Le PCF avait soutenu Nasser pourtant anticommuniste dans sa volonté de nationaliser le canal de Suez, il avait soutenu les mouvements baasistes de Syrie et d'Irak tout comme l'action du Colonel Khadafi luttant contre le néo colonialisme en Afrique. Les communistes algériens s'étaient associés au FLN pour l'indépendance de l'Algérie. La liste serait longue a établir des mouvements nationalistes de libération soutenus par les communistes il y a plus de trente ans.

 

Nationalisme arabe soutennu par les communistes 1-Nasser acclamé 2- Anouar Al Sadate, Khadafi et Al Assad signant un accord
Nationalisme arabe soutennu par les communistes 1-Nasser acclamé 2- Anouar Al Sadate, Khadafi et Al Assad signant un accord

Nationalisme arabe soutennu par les communistes 1-Nasser acclamé 2- Anouar Al Sadate, Khadafi et Al Assad signant un accord

La première guerre du golf contre l'Irak en 1990 a été la première manifestation d'indifférence de la part des communistes à une agression impérialiste ceux-ci reprenaient pour la première fois à leur compte une argumentation étasunienne qualifiant Sadam Hussein de dictateur qui par ce terme justifiait une guerre par « ingérence humanitaire ». ce fut la première fois également qu'apparu une droite anti impérialiste s'opposant à cette guerre.

 

Aujourd'hui le phénomène s'est accentué, la gauche a complètement abandonné le combat anti impérialiste et cela fait plusieurs dizaines d'années que le PCF n'a pas organisé de manifestations de rue sur un thème anti impérialiste , dans le même temps une droite nationaliste et anti impérialiste est née qui a repris ce flambeau pourquoi ?

 

On peut chercher la réponse dans deux directions. D'une part dans l'alliance du PCF avec le Parti Socialiste dite union de la Gauche, d'autre part dans l'ossification des analyses théoriques amenant à une incapacité de comprendre la nature de l'impérialisme aujourd'hui devenu mondialiste.

 

L'union de la gauche a été scellée en 1972 avec le programme commun qui selon la phraséologie de l'époque devait conduire "à l'établissement d'une démocratie avancée ouvrant la voie au socialisme". Cependant le parti Socialiste avait toujours été un fidèle allié des USA, après la guerre il avait fidèlement été le sous traitant des guerres coloniales étasuniennes en Indochine et en Algérie car les USA craignaient que ces pays accédant à l'indépendance ne tombent sous l'influence de l'URSS. Pourtant le PCF avait bien conscience à l'époque qu'il existait un rapport de force à l'échelle mondiale entre l'impérialisme essentiellement déjà étasunien et l'ensemble formé par le mouvement communiste international et les mouvements de libération.

Comment le PCF pouvait faire ce type d'alliance avec un PS toujours fidèle porte parole des USA, en contradiction avec ses analyses, cela reste un mystère ? Au cours des années suivant 1972 et la signature du programme commun le Parti communiste Français perdit son caractère révolutionnaire et patriotique pour n'être plus que de gauche. Ses valeurs politiques se confondirent avec celles du PS dans le même temps il perdit inexorablement son électorat.

Au fur et à mesure que le PCF disparaissait le PS devenait un parti de droite menant la même politique qu'une droite classique atlantiste et pro impérialiste.

 

En second lieu le PCF était incapable de faire progresser son analyse de l'impérialisme restant à celle de Lénine de 1916 qui dans son ouvrage « l'Impérialisme Stade suprême du Capitalisme » faisait une juste analyse pour l'époque mais alors qu'il existait encore des impérialismes nationaux français, britannique, italien etc... Aujourd'hui il n'existe plus qu'un seul impérialisme à dominante étasunienne et mondialiste.

Depuis la fin de la période gaulliste et le début de « l'union de la gauche » la France perdit progressivement son indépendance pour finir complètement intégrée dans un système supra-national OTAN, UE et zone Euro à direction étasunienne. Cette sujétion de la France était accompagnée d'une catastrophe économique sans précédent dans son histoire au cours d'une période de paix.

 

Ces abandons de souveraineté suivis d'un effondrement économique avec un PS au pouvoir en alternance avec une droite possédant la même politique, n'ont pas empêché le PCF de persister dans sa politique d'union de la gauche. Pendant ce temps l'impérialisme aggravait sa pression sur le monde entraînant la France dans ses aventures militaires. La fonction de résistance et de contestation que le PCF avait entretenu depuis sa naissance en 1920 jusqu'au début des année 70 disparaissait en conséquence ses effectifs et son électorat s'effondrait car personne ne voyait plus l'utilité d'un PCF comme fidèle rouage du système. De 21% des voix prises par Jacques Duclos en 1969 il ne resterait plus quelques pour cent si le PCF allait seul aux élections, son intégration dans un Front de Gauche a masqué l'image de son désastre électoral.

 

Jacques Duclos candidat du PCF à 21% en 1969

 

Le 11 septembre 2001 alors que le monde s'interrogeait sur la réalité de l'incroyable version officielle des attentats, le PCF suivait fidèlement la voie tracée par ses nouveaux maîtres en accordant du crédit à la version dictée par les USA à ce moment même le PCF signait définitivement son arrêt de mort.

 

La nature a horreur du vide quand une fonction vitale de contestation du système disparaît une autre se met forcément en place. La version officielle incroyable des attentats du 11 septembre 2001 scandalisa une bonne partie de l'opinion publique surtout parmi la jeunesse. Les tenants du systèmes de gauche comme de droite avec leurs médias qualifièrent d'extrême droite cette remise en question et ce à la demande expresse des USA. Thierry Meyssan et le Réseau Voltaire qui furent les premiers à remarquer les incohérences de cette version passèrent du jour au lendemain de l'extrême gauche à l'extrême droite. La soumission de la France aux USA s'éclaira et l'effondrement économique suite à cette soumission fini par interpeller nombre de citoyens mais comme ces nouveaux contestataires subissaient des critiques virulentes de la gauche institutionnelle et du PCF ils ne rallièrent pas ce type d'idéologie ni aux partis qui la supportait.

 

L'idée nationale voir nationaliste se renforça car l'impérialisme mondialiste s'attaqua au concept même de nation et à sa nécessaire indépendance comme l'indique l'article trois de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 préambule à notre constitution. Une gauche anti nationale, mondialiste et européiste se trouva être l'alliée privilégiée de l'impérialisme qualifiant de fascistes les tenants de l'indépendance nationale. Face aux guerres de type coloniales menées contre l'Irak, la Libye, la Syrie et maintenant le Donbass de l'ex Ukraine un mouvement anti impérialiste vit le jour mais ce mouvement en France ne pouvait plus être de gauche puisque celle-ci avait abandonné le terrain.

 

Le combat pour l'indépendance nationale est devenu aujourd'hui un combat prioritaire comme il était durant l'occupation nazie et comme durant cette occupation des hommes et des femmes de conceptions philosophiques et politique différentes se côtoient et finissent par s'allier dans l'action.
 

Un syncrétisme est en train de naître entre des indépendantistes de droite voulant conserver l'identité de la France face à la sous culture étasunienne, une gauche révolutionnaire traditionnellement anti impérialiste et des républicains voulant conserver le principe édicté en 1789 de la souveraineté de la nation. Ces tendances politiques discutent entre elles sur les réseaux sociaux, des citoyens de droite acceptent maintenant l'idée socialiste alors que d'autres de gauche admettent qu'une société qui veut être indépendante donc persister dans sa nature ne peut le faire sans un certain conservatisme.

 

Par ailleurs, l'impérialisme regarde avec envie la Russie qui se redresse et trouve qu'il lui serait profitable de mettre la main sur ses richesses. La thalassocratie anglo-saxonne rêve depuis toujours de s’installer sur ce qu'elle appelle l’île du Monde qui se trouve être le territoire de la Russie. Pour les thalassocrates mondialistes l'ennemi est fondamentalement russe quelque soit le régime politique en vigueur dans ce pays, qu'il soit tsariste, républicain, ou socialiste. La Russie s'est toujours défendue en mettant en avant ses valeurs traditionnelles et le patriotisme de son peuple. Il est significatif que le discours de combat de Staline cherchant à galvaniser le peuple russe au cours de la bataille de Stalingrad ne parle plus de la défense du socialisme mais de celle de ma mère patrie. Il restaure à ce moment les traditions militaires russes et l'ordre de Saint Georges. C'est alors que les peuples soviétiques et particulièrement les russes reprennent le dessus sur l'envahisseur nazi. Cette grande Guerre patriotique restera pour longtemps un élément unificateur du peuple russe même si aujourd'hui il est divisé en plusieurs états.

 

 

 

Nationalistes serbes, français et communistes espagnols ensembles pour la Novorossia.

Nationalistes serbes, français et communistes espagnols ensembles pour la Novorossia.

Le peuple de la Nouvelle Russie (Novorossia) dans l'ex Ukraine a parfaitement compris l'esprit de ce syncrétisme entre tradition notamment orthodoxe et l'idée socialiste, il a compris cette nécessaire synthèse tout à fait naturellement sans qu'aucun doctrinaire ne vienne perturber la volonté ce ce peuple qui tient à la fois au drapeau rouge de la Commune de Paris et de l'URSS mais avec la croix de Saint André fondateur de l'église de Constantinople qui ensuite évangélisa la Russie.

 

La Novorossia représente bien un exemple pour l'avenir des peuples et il n'est nullement étonnant que communistes et nationalistes viennent y combattre ensemble en dépit des quolibets des doctrinaires des deux bords.

 

 

Communistes, nationalistes vers un compromis historique contre l'impérialisme ?

Alors la gauche française et les restes disparates du PCF feront ce compromis historique avec les nationalistes ou disparaîtront à jamais.

Partager cet article

Published by Alain Benajam - dans Analyses
commenter cet article