Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 14:37

La France facho-pétainiste ?

 


La victoire de Sarkozy aux élections présidentielles est nette et sans contestation possible. Un afflux de votants alors que les dernières élections nous avaient habituées à une perpétuelle augmentation des abstentions. Un afflux inégalé d’inscriptions marquant une détermination sans précédent des français à vouloir s’exprimer. D’importantes modifications des habitudes de vote et des basculements spectaculaires de régions comme le nord de la gauche vers la droite. Ces élections ont été marquées également par le laminage des formations d’extrême gauche la disparition du PCF parti pourtant bien implanté localement.

 

D’un côté le gagnant haut la main, pas n’importe quel gagnant de droite non, pas un Chirac plutôt Radical, conciliant, humaniste et patriote non un candidat proclamant haut et fort des idées de la droite la plus dure, candidat ostensible des friqués, candidat de Neuilly, des rombières triple liftées et emperlousées, des vieilles gloires fatiguées du show biz tremblantes pour leur magot, candidat des fuyards en Suisse, des yacht de luxe et du grand capital, des eugénistes, des déserteurs de tous poils, candidat de l’étranger, de la finance apatride, de l’ordre moral, de l’abaissement de la France et de l’americano globalisme. Héritier en ligne directe des émigrés de Koblence, des versaillais complices des prussiens, des cagoulards et des pétainistes ceux qui disaient préférer Hitler au Front Populaire.

Et puis un candidat contestable et contesté, une nombreuse littérature et de forts nombreux témoignages nous décrivent l’homme comme étant fait de la plus vile des manières, colérique, violent, menaçant, complexé, sans scrupules. Evidemment il ne peut s’agir que de ragots de jaloux, mais jamais dans l’histoire de la République un président n’avait été habillé de la sorte. Et puis de nombreuses affaires sombres, sans résolutions émaillent sa carrière sans que l’on puisse connaître son niveau d’implication ou la volonté de ses nombreux ennemis de l’impliquer. Pour les plus fameuses, il y l’affaire « Human Bomb » ou l’affaire Colona ? Il ne s’est pas fait que des amis dans la Police!

Ragots, infos je me garderai bien de prendre position sur la réalité de ces affaires, cependant jamais, vraiment jamais un président de la République n’avait commencé son mandat sous d’aussi sombres hospices et avec d’aussi nombreuses casseroles.

Fort habile, il a su se montrer en victime et transformer ce flot nauséabond en cabale montée par ses ennemis. Dans tous les cas ce président se trouve très vulnérable et à la merci de toutes campagnes et de tous chantages s’il lui advient l’idée de désobéir aux injonctions de l’americano globalisme.

Justement, son allégeance visible en tant que candidat à l’americano globalisme, si elle était confirmée, ferait perdre durablement à la France sa position internationale respectée et écoutée. Cette position est un avantage économique considérable, la mettra t-il a bas pour faire de la France un vulgaire serviteur des USA telle une Pologne ou un Danemark? Il marginaliserait ainsi la France pour des années et cela serait dramatique. Cependant les « mais » émaillant son discours de victoire ne peuvent qu’inquiéter les maîtres. A cet instant je ne peux que répéter ce que cite souvent Philippe Grasset dans www.dedefensa.org :

 

« D’où notre agaçante insistance à citer, une fois de plus, ce qui doit devenir l’appréciation fondamentale de notre époque de décadence et de révolution, et particulièrement de la France dans cette époque : «On a remarqué, avec grande raison, que la révolution française mène les hommes plus que les hommes la mènent. Cette observation est de la plus grande justesse... [...] Les scélérats mêmes qui paraissent conduire la révolution, n’y entrent que comme de simples instruments; et dès qu’ils ont la prétention de la dominer, ils tombent ignoblement.» (Joseph de Maistre, La Révolution française, 1796.) »

 

Les hommes peuvent être transcendés par la tache qu’ils ont à accomplir ou misérablement tomber du coter ou ils penchent. Il n’y aura pas de milieu. Tout porte ce jour à croire que cet homme qui a toujours fait montre d’aucunes convictions autre que celle de vouloir être au pouvoir, mettra de l’eau dans son whisky et ne prendra pas le risque de briser des liens internationaux favorablement tissés par son prédécesseur, pour aller s’acoquiner avec un Bush totalement controversé dans le monde et surtout dans son propre pays.

 

 

De l’autre côté la perdante, à plate couture. Pourtant, quoi de plus beau que la gauche habillée de blanc. Quoi de plus fondamentalement différent, dans l’idée, bien sure que dans l’idée, entre la noirceur d’une sombre droite agrippée au manche et l’éclatante vertu d’une gauche ne désirant que le bonheur des faibles et des opprimés. Vu comme ça on ne comprend pas bien la défaite. Les français sont-ils devenus masochistes. D’un coté que du fric et des idées vert de gris droites sorties de la naphtaline, de l’autre du progrès social et de l’humanisme.

Seulement voila, les français ont déjà testé le blanc de blanc et constaté que l’enfer était pavé de bonnes intentions. Leur tendance maintenant n’est-il pas d’aller voir a contrario si le paradis ne serait pas pavé lui de mauvaises?

 

Qu’a-t-elle la gauche à nous offrir aujourd’hui ? Homme de gauche moi-même je ne puis que constater et regretter, qu’elle n’as pas grand-chose à nous offrir, voir rien du tout voir même la pire des impostures. Elle laisse aujourd’hui le peuple français nu et tremblant à la merci d’une droite pure et dure ne rêvant que de vengeance, cela sera thermidor et la restauration.

La gauche s’est perdue, la gauche s’est ossifiée sur des idées qui n’étaient pas les siennes, la gauche a trahi !

 

Qu’elles sont les fondamentaux de gauches et comment ont-ils été abandonnés.

 

La république. S’il existe aujourd’hui de sincères républicains à droite. La promotion et la défense de la république furent une idée de gauche. Les premiers, les Radicaux Républicains qui s’appelèrent par la suite simplement Radicaux siégèrent à gauche de l’assemblée. A droite il y avait des royalistes ou des boulangistes qui appelaient la République par mépris: La gueuse.

La République c’est la souveraineté du peuple assurée par son Assemblée Nationale, c’est elle qui propose et vote les lois. En République, ni prince, ni roi, ni tribun ni chef d’un quelconque état n’est habilité à dire ce qui est bon ou mauvais pour le peuple. La candidate socialiste s’est sans problème coulée dans de faux débats ou chacun rivalisait de « moi je » accréditant l’idée que la République était morte et qu’il n’y avait plus que deux princes postulant pour le titre de roi de France. A ce moment là la Gauche avait déjà perdu.

 

L’état. Ayant déjà largement et depuis longtemps enterré la République, la Gauche l’a remplacé par l’Etat. La République et l’Etat sont des institutions contradictoires, la République est le pouvoir du peuple et l’Etat le pouvoir sur le peuple. La Gauche s’est ossifiée sur un étatisme totalement contraire à son esprit. La Gauche aurait du œuvrer à amoindrir un état omnipotent, pléthorique et excessivement coûteux pour le peuple. Par exemple, la collecte des impôts est de loin en France la plus chère du monde, alourdissant c’est dits impôts. En quoi une pléthore de fonctionnaire bénéficiant d’avantages statutaires privilégiés est-il de gauche ? Il me semble que dans ma jeunesse, ayant lu le « Manifeste Communiste » j’y ai vu une charge sévère contre l’état et le salariat. L’état n’est jamais populaire la gauche non plus

 

La liberté. Le tableau de Delacroix, La Liberté Guidant le Peuple marque bien l’idée qu’initialement la liberté c’était la République et la République c’était la Gauche. La liberté se mesure par le nombre de possibilités offertes à chacun. La liberté est individuelle ou n’est pas.

Le libéralisme est l’idéologie politique de la liberté : le maximum de liberté pour le maximum d’individu tel est le credo libéral. Aujourd’hui la gauche passe son temps à fustiger le libéralisme qu’elle confond stupidement avec capitalisme. Capitalisme et libéralisme sont deux notions contradictoires. Si un capitaliste a horreur de la concurrence et rêve de devenir monopoliste. L’idée libérale est là justement pour contraindre les capitalistes à la concurrence.

En fustigeant l’idée libérale la Gauche donne à croire qu’elle est ennemie des libertés individuelles. Le libéralisme est de gauche ou n’est pas !

 

L’entreprise. A gauche, l’entreprise, confondue avec capitalisme est accusée des pires horreurs. On ne sait pas trop d’ailleurs par quoi nos hommes d’une prétendue gauche voudraient remplacer les entreprises. Souvent fonctionnaires, n’ayant jamais vu une entreprise de prêt l’homme de gauche pourtant consomme comme tous le monde de multiples produits issus de multiples entreprises et ce sans qu’il se pose la moindre question sur leur fabrication. Pour cet homme de la gauche ordinaire et fonctionnaire le chef d’entreprise n’est qu’un délinquant et traitable comme tel. Lui mettre des bâtons dans les roues est la tâche principale a laquelle il va s’attacher. Pourtant, aujourd’hui la plus grande partie des entreprises ne sont pas capitalistes. Celles cotées en bourses sont une infime minorité et son loin d’employer la majorité des salariés. Aujourd’hui le nombre de micros entreprises (ayant moins de 10 salariés) explose, elles sont impliquées dans les taches les plus nobles de l’industrie, comme le contrôle, les hautes technologies, la recherche et développement. Ce riche tissu industriel français doit être préservé et accompagné, c’est une réserve d’emploi considérable. Pour ces entreprises, l’importance des charges salariales va en contradiction d’avec le montant des salaires. En quoi œuvrer à minimiser le montant des salaires est-il de gauche. En quoi s’opposer à la réappropriation de l’économie par le peuple est-il de gauche.

 

Le progrès. La Gauche à toujours été progressiste, progressiste autant dans les idées que dans les technologies. Technologies mises au service du peuple pour améliorer ses conditions de vie. Aujourd’hui, beaucoup à gauche semble sombrer dans la défense d’une réaction obscurantiste. Cette réaction obscurantiste a été portée par une fraction maintenant heureusement moribonde de la Gauche prétendant être écologiste et fustiger sans arguments scientifiques l’utilisation d’Organismes Génétiquement Modifiés dans l’agriculture. Tous les organismes vivants sont génétiquement modifiés ce qui fait le polymorphisme du vivant. Ceci va de paire avec une idéologie prônant une décroissance (je l’ai vu sur une affiche) et un retour à une nature mythifiée. La pire des réactions soutenue par la Gauche ce n’est pas très populaire, on l’a vu.

 

La sécurité. La sécurité est le thème favori de la droite et de la gauche. Le droit à la sécurité, être protégé des forts et de l’adversité, est le droit fondamental de chaque citoyens et une preuve de progrès social. Si la droite et la gauche sont sécuritaires, chacun n’en a pas la même idée. La Gauche n’envisage la sécurité des citoyens qu’au travail, sécurité de l’emploi notamment. La droite, n’envisage que la sécurité que des biens et des personnes. La Gauche elle, ne considère que la sécurité économique en négligeant l’autre. L’extraordinaire augmentation de la délinquance avec agression physique a choqué dans beaucoup de foyers et principalement dans les banlieues des grandes villes. Je connais dans mon entourage proche à Saint Denis ou je demeure au moins une dizaine de personnes durement agressées dont la plupart ont subi de graves blessures nécessitant des séjours à l’hôpital. La municipalité de gauche a longtemps voulu ignorer ces agressions en mettant en avant un sentiment d’insécurité et non une réalité. Il a fallut une manifestation organisée par un collectif des victimes pour que les autorités locales prennent conscience du problème. Durant cette manif les braves dames victimes qui se trouvaient là furent copieusement insultées tout au long du trajet par des tenants d’une association gauchiste : « Raz le Front » fort populaire à gauche.

La critique de gauche de la tolérance zéro vue comme « fasciste ». Si l’on ne veut pas de tolérance zéro, cela signifie que l’on tolère un certain nombre d’agressions, combien pour satisfaire le malfrat? Combien de victimes faut-il laisser sans défense pour ne pas être « fasciste » ? La république s’est l’égalité de tous devant la loi et tout acte de délinquance doit être puni, non toléré. Après, ce n’est plus la République mais la loi du plus fort. Depuis très longtemps je dis dans tous les partis de gauche ou j’ai pu m’exprimer: Si la gauche n’organise pas elle-même le maintient de l’ordre dans le respect des lois et des libertés, la droite s’en chargera beaucoup plus violemment, sans scrupule et au Kärcher. C’est bien le cas aujourd’hui.

 

L’impérialisme. Là nous touchons la faillite la plus grave de la Gauche. Traditionnellement la Gauche a toujours été divisée sur ce point. Il y a toujours eu une gauche colonialiste et favorable à l’impérialisme mais une autre combattant ardemment ces fléaux. Et bien aujourd’hui personne strictement personne n’entretient la vigilence. Le complot du 11 septembre 2001 avec ses imputations ridicules et jamais prouvées d’une implication musulmane n’a jamais déclenché à gauche la moindre interrogation. Les flots d’injures déversées par la gauche et sa presse sur ceux qui seulement demandaient que l’on regarde de plus prêt la version officielle étasunienne. Puis le prétexte avalisé, les guerres impérialistes qui ont suivies n’ont en rien déclanché la moindre réaction conséquente. Notamment le mois de guerre contre le Liban et ses 2000 morts. Pire encore, non seulement la gauche ne s’est jamais opposée au concept de guerre des civilisations mais elle en est la complice. En effet, l’affaire des caricatures de Mahomet, habile provocation des services de l’impérialisme a suscité à gauche des représentations racistes des musulmans, représentation d’ailleurs très proches graphiquement de celles des juifs avant et durant la seconde guerre mondiale. A gauche et raciste c’est la nouveauté de ce début de siècle. Prendre les habitudes de l’adversaire ne permet surtout pas de se démarquer et d’exposer ses idées et différences.

 

La faillite de ce que l’on a appelé la gauche, investie par le gauchisme, est historique et je pense définitive, j’en parle déjà au passé. Mal démarquée défendant des concepts surannés ayant largement fait preuve d’inefficacité, ossifiée sur des idées dont elle n’est pas à l’origine, étatiste, abandonnant l’idée républicaine, associant les corporatismes fustigeant les libertés individuelles. Cette faillite ne signifie pas que la droite a vaincu définitivement. La France nous a habitué à des revirements spectaculaires et Sarko sera assis sur un siège qui risque de devenir vite éjectable. Ce vote est un vote contre une certaine gauche et ses idées mais n'est surtout pas un vote « facho-pétainiste », c’est un rejet et non un acquiescement.

 

Un autre concept politique est à naître. Ce concept mettra l’homme libre et responsable en son centre, il magnifiera le progrès sous toutes ses formes.

La France a toujours été un laboratoire pour le progrès et la liberté. Dans les hoquets de l’histoire et dans la douleur elle n’est pas loin d’accoucher d’un monde nouveau. Ce monde nouveau passe forcément par la mort d’autre chose ayant fait son temps, aujourd’hui c’est une gauche réactionnaire demain sera le tour d’une droite également réactionnaire sans aucun doute.

10 mai 2007

P.S.

Lisez en plus ceci cela déménage un max!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Actualité
commenter cet article

commentaires