Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 16:57

Honte et certitude.


Tout le monde se doutait que notre Président  élu par défaut face à l’insondable vacuité de sa concurrente, était l’homme des anglo-saxons. Ils l’avaient encensé et soutenu d’une manière très peu discrète en regard de leur empressement. 

Notre président fraichement élu  avait passé ses premières vacances aux USA, proche de la résidence d’un Bush totalement déconsidéré dans le monde et principalement dans son pays. Tout le monde avait supputé qu’il était là pour prendre les ordres, on n’avait pas de preuves bien sure juste une supputation.

Pourtant on l’avait entendu, hallucinés, louer « l’Amérique » dans un discours d’une incroyable puérilité ou se mélangeait cinéma et réalité virtuelle.

Le monde l’appelait  "l’américain" par dérision pour illustrer son intérêt et sa soumission pour un pays qui n'est pas le sien et fort différent du notre. Le monde généralement bien informé avait entendu parler de ses liaisons organiques, lui et ses plus proches amis avec Israël (récompensés par la Légion d'Honneur quand même),  au point d’avoir par le passé inquiété la DST.  Entendu parlé ça et là, sans preuves bien entendu, juste des bruits de couloirs distillés par ses meilleurs ennemis.

On n'avait que des doutes évidemment,  que des doutes fondés sur rien de concret.

Mais là maintenant, désolé, ce Monsieur s’acharne avec la plus grande des constances à démontrer que ce doute n’est plus permis.

Au parlement britannique et sans en avoir référé le parlement français, il annonce son intention d’utiliser l’armée française pour aller secourir ses amis en difficulté dans la guerre coloniale qu’ils mènent en Afghanistan.

Ce Monsieur montre au monde qu’il est fort reconnaissant du soutient qu’il a pu bénéficier durant sa campagne. Pourtant les autorités militaires françaises parfaitement au fait de la réalité du bourbier afghan, dans lequel sont déjà tombés britanniques et soviétiques ont prévenus.  

Le Canard enchaîné de la semaine dernière rapporte que le général Jean-Louis Georgelin, chef d’état-major des Armées françaises, n’a pas mâché ses mots sur le danger que représenterait l’envoi de troupes françaises supplémentaires en Afghanistan.

« Comme je le répète depuis un moment », a-t-il déclaré, « l’Afghanistan devient un merdier ingérable. Et nous n’avons aucun intérêt à nous y impliquer davantage. »

Aujourd’hui il y a certitude, l’anti France a bien pris le pouvoir.

Honte à nous!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article

commentaires