Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Seuls les plus petits secrets ont besoin d'être protégés. Les plus gros sont gardés par la crédulité publique."

Recherche

27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 11:45

Ethnométhodologie.

 

Du grec « ethnos », peuple et méthodologie, discipline des méthodes.

Ethnos, peuple: groupement de familles dans une aire géographique variable, dont l'unité repose sur une structure familiale, économique et sociale commune et sur une culture.

Une définition plus large mais néanmoins plus précise de peuple: un  groupe qualifié, dont les membres partagent des éléments culturels communs définis par des éléments de pratiques communes.

L'ethnométhodologie est une discipline cognitive qui s'attache  à étudier les méthodes utilisées par des groupes définis et qualifiés dans leurs accomplissements quotidiens et ordinaires.

Les pratiques accomplies ordinairement, machinalement, et le plus souvent inconsciemment par les membres d'un village sont les éléments fondamentaux qui intéressent les études ethnométhodologiques, ces pratiques implicites, néanmoins observables et rapportables nommées « account »sont significatives de la représentation du monde social dans lequel le groupe évolue. De même cette représentation du monde sociale n'est observable, rapportable, que par la description des pratiques de ce groupe.

Comme ces pratiques ne sont observables et racontables que localement car elles ne peuvent prendre en compte qu'un groupe qualifié défini, local, utilisant ces dites pratiques. Le monde social descriptible, dicible, en fait objectif, ne peut être que local. Ce monde social local n'utilise qu'une rationalité  locale intelligible seulement dans son contexte.

 

Pratiques ordinaires implicites et pratiques formelles explicites, sont des parties intégrantes par exemple d’un processus de production, elles sont intimement liées et ne peuvent être disjointes.

Les unes explicites, formelles, telles que plans, descriptions, cahiers de charge, gammes de montage, en fait les instructions ¨ entraînent ¨ les autres, implicites, les savoir-faire particuliers nécessaires à l'accomplissement de la pratique de production, tel que fraisage, tournage, câblage, montage, capacité de développement de logiciel, etc..., le tout formant la méthode de fabrication.

 

Les unes, les instructions concernant la méthode à reproduire, explicites, sont étrangères au groupe, elles arrivent, elles sont données, elles peuvent être acceptées ou rejetées par le corps social du groupe, tels des antigènes par des anticorps reconnaissants une différence. Elles sont acceptées si elles sont comprises et paraissent évidentes, elles seront bien évidemment rejetées en cas d'incompréhension.

 

Les autres, pratiques implicites, ordinaires, sont  des capacités, ce sont des potentialités. Le groupe recevant les instructions est « capable »  ou non de réaliser les instructions données. La capacité du groupe ne peut être bien évidemment évaluée que par les pratiques antérieures à l'instruction donnée observées et rapportées. Si l’instruction est trop éloignée des pratiques passées du groupe donné, saurait-il accomplir la tâche définie par cette instruction ?

 

L'instruction concernant la méthode à accomplir ajoute une expérience au groupe renforce ses savoir-faire. L'instruction à été intégrée, digérée, de nouvelles capacités apparaissent. La nouvelle méthode est devenue implicite. Le groupe à su faire, il saura certainement refaire.

 

L'évaluation des pratiques courantes, ordinaires d'un groupe, par exemple une entreprise industrielle, est donc une tâche remarquable propre à l'ethnométhodologie, elles seront significatives des capacités de ce groupe, de sa compréhension des événements en tant que faits extérieurs, en fait de sa perception du monde social qui l'entoure.

 Pour l'ethnométhodologie, ces pratiques, descriptibles, rapportables, sont  identiques à la perception du monde que possède ce groupe.

 

" Les activités par lesquelles les membres organisent et gèrent les situations de leur vie courante sont identiques aux procédures utilisées pour rendre ces situations descriptibles"  (H. Garfinkels studies in ethnomethodology)

 

Ainsi, comme le mathématicien Lebensfelt montra que « l’énoncé d’un théorème était identique à sa démonstration », (paires de Lebensfelt). H. Garfinkel montra que l’existence d’une nouvelle galaxie dans l’univers était identique aux procédures mises en œuvre pour l’observer.  

 

L'intérêt d'études, d'audits  ethnométhodologique pour une entreprise est considérable. Car ces audits vont s'efforcer de rapporter la totalité du processus de production en tentant de répondre aux questions cruciales suivantes:

- ou se trouvent les instructions complémentaires non écrites,

- comment elles interviennent,

- comment ces instructions sont enchaînées à leur contexte pour être réalisées,

- comment évaluer et décrire les compétences tacites nécessaires à la production,

- comment définir les conditions de la reproductibilité des méthodes comme n'étant qu'internes à des instances localement construites ?

(Garfinkel colloque Université Paris 8, mai 1995)

 

L'ethnométhodologie a établi un certain nombre de concepts, voire d'axiomes, dont les buts ne vont servir qu'à faciliter l'observation et la description des pratiques objets de l'étude. Ces axiomes ne sont que des outils à la disposition d’un observateur. Il est bien entendu que pour l'ethnométhodologie le seul compte rendu de la pratique observée présente de l'intérêt.

 

Cependant, rendre compte d'une pratique, d'une procédure le plus fidèlement possibles, présente un certain nombre d'écueils. Ces écueils sont connus et traités par l’ethnométhodologie, les éviter, ne peut être qu'une tendance. Les deux écueils principaux à la description relevés par l’ethnométodologie  sont: la non-connaissance intime et la prise de parti, l’opinion.

Pour l’ethnométodologie connaissance et pratique sont identiques, comment rapporter sur les mathématiques sans être mathématicien. Il est donc nécessaire pour rapporter sur un « village » d’être membre de ce « village ».  La prise de parti ne peut qu’entraîner des biais dans les descriptions, par exemple, qu’elle confiance aurions-nous dans le rapport sur un crime provenant d’un officier de police qui serait lié à la victime ou à l’assassin. Pour tenter de palier ce type d’écueil l’ethnométhodologie définit une posture que le rapporteur doit impérativement observer. Cette posture est appelée « indifférence ethnométhodologique », cette indifférence se réfère à une compétence accordée à celui dont la méthode est décrite et qui ne peut être mise en cause. Cette compétence est appelée « compétence unique », « unic adequacy ». Le descripteur ne peut être indifférent qu’en jugeant la méthode décrite comme possédant  une unique compétence, il ne veut ni ne peut la discuter, la remplacer par la sienne propre, la remettre en cause.  Ce type d’attitude est fondamental pour régler des rapports complexes entre les individus dans une entreprise réalisant des produits complexes en utilisant des méthodes complexes. Chacun doit accorder le bénéfice de la « compétence unique » à celui qui utilise une spécialité, une pratique qui n’est pas la sienne.

 

Tous les principes fondamentaux ou non, toutes les idées, toutes les pratiques, utilisables par la discipline ou le courant de pensée de l'ethnométhodologie sont en réseau, donc interactifs et s'inscrivent dans une machinerie idéologique, exprimant avec force le principe fondamental suivant.

 

- Les pratiques d'un groupe qualifié sont identiques aux représentations du monde de ce même groupe. Cette représentation, observée et rapportée, est ainsi objectivée, car elle est devenue dicible.

Cette représentation matérialisée par le rapport est propre au groupe qualifié observé, elle ne peut définir que localement sa propre rationalité.

 

 L'ethnométhodologie étudie la relation triadique: conception du monde / existant et fait / compte rendu.

(R.Marty, Pour une approche sémiotique de l'ethnométhodologie in Pratiques de Formation -  Paris 8)

 

Il existe une infinitude de groupes humains pouvant être qualifiés, ( en fait un nombre fini, la puissance mathématique de la population définissant toutes les combinaisons possibles, ces combinaisons  peuvent être représentées par un fractal) donc il existe une infinitude de représentation du monde.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Idées
commenter cet article

commentaires