Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 16:08

Socialisme, communisme et compagnies.

Ce groupe de termes peut avantageusement être traité en commun car l’histoire de ces mots  et de ses significations s’entremêlent, parfois se confondent, parfois se contredisent. Ces mots puisent leur signification moderne dans la même source, les cités industrieuses et marchandes du moyen âge en Europe de l’Ouest. 

 

Socialisme vient de sociale qui lui-même vient de société emprunt au latin societas « association, communauté » attesté au 12ème siècle. Social du latin « socius », compagnon, n’apparaît qu’au 14ème siècle avec le sens de « rapport entre des personnes qui ont quelque chose en commun ».

Communisme vient de commune et commun apparu dès le 9ème siècle venant du latin « communis », « qui appartient à plusieurs ». Commune est hérité du latin populaire « communia » au 12ème siècle pour désigner d’abord une communauté de gens puis une association des bourgeois d’une ville.

Compagnon vient du bas latin « compagnonem » donnant au 11ème siècle « cumpagnum » la signification primitive du mot est, « qui partage le pain », il a donné à la même époque « cumpainie » puis « compaignie » pour désigner (1283) une association de personnes rassemblées par des objectifs ou un statut commun, en particulier dans le domaine commercial, puis compagnie (16ème siècle) pour désigner une entreprise (compagnie de Indes).

 

L’ensemble de ces termes illustre un bouleversement majeur dans l’histoire de l’humanité: « la mise en communauté d’avoir monétaire». Cette révolution socio-économique est apparue avec la première révolution industrielle des 12ème et 13ème siècle. Elle en est à la fois l’initiatrice et le résultat.

 

Cette mise en commun de biens, sera la caractéristique essentielle du moyen âge féodal urbain. Cette propriété sociale d’avoir contraste alors avec les pratiques passées mais également avec toutes autres pratiques de propriété contemporaines de l’époque, pratiques seigneuriales ou  pratiques des autres civilisations d’Etat fondées sur la propriété individuelle d’un « dominus », seigneur propriétaire, Chine, monde arabe, monde byzantin.

 

La coalition d’avoirs, jusque là individuels a ouvert des possibilités nouvelles en matière économique elle permit l’industrie. La fabrication d’étoffes fut la première à utiliser des procédés véritablement industriels caractérisés par la parcellisation de la production, la spécialisation des tâches et le contrôle de la qualité. Des sociétés ou compagnies, naquirent et organisèrent une  production qui intéressait une grande partie du territoire Ouest Européen. Laine en Angleterre, tissage en Flandre, culture de la guède (teinture) en Occitanie, alun, produit nécessaire à la teinture, en Italie du Nord. Cette activité devait requérir des moyens financiers importants et des procédés de transfert de fond qui ne pouvaient être à la porté d’un seul individu.

Le concept de propriété sociale permit la mise en œuvre des capitaux nécessaires à ce nouveau type d’activité industriel. Des sociétés par action ou chaque investisseur devait percevoir un montant de bénéfices proportionnel aux parts du capital social qu’il avait souscrit  engendra le capitalisme.

Les bourgeois citadins s’organisèrent en commune et en maintes cités, arrachèrent le pouvoir aux évêques et aux seigneurs féodaux. Ces communes fédéraient des métiers, elles érigèrent des réseaux de solidarité, pour les malades les accidentés, les veuves et les orphelins elles furent  souvent l’expression d’une véritable démocratie, par l’élection de parlement, d’échevins et le vote des impôts. L’air de la ville rend libre disait-on. Les pratiques communautaires  furent des caractéristiques propres à l’occident médiéval. Ces méthodes sociales marquèrent d’une façon indélébile l’Europe occidentale elles induirent  la mise en œuvre d’un mode d’organisation économique supérieurement efficace en comparaison de celui d'autres civilisation de l’époque : le capitalisme. Ces méthodes expérimentèrent également la pratique généralisée du contrat commercial prémisse du contrat social républicain. 

Les pouvoirs centraux tentèrent toujours de freiner, voir de mettre un terme à ces expériences Dès la « renaissance » et particulièrement en France ou les libertés communales étaient particulièrement intolérables au pouvoir royal centralisateur, les communes libres avaient pratiquement disparu.

Au 17ème siècle, avec l’émergence des idées démocratiques en Angleterre et au 18ème siècle des idées révolutionnaires en France, le souvenir des communes du moyen âge et de leurs parlements servirent de modèles politiques. Ainsi en 1792, le peuple de Paris insurgé s’organisa en commune sur un modèle similaire à celui existant au moyen âge.

Les premiers termes communistes et socialistes sont attestés dès cette époque. 

Socialisme et communisme, doctrines politique apparaissent au milieu du 19ème ces termes  se différencient assez peu on parle du socialisme ou du communisme à propos des doctrines de Saint Simon, Fourier ou  Proud’hon. Karl Marx  préfère parler de communisme pour se différencier d’un « socialisme » Saint Simonien qualifié de bourgeois. Une doctrine politique communiste sera précisée et popularisée par le Manifeste Communiste de Marx et Engels en 1848. Outre de fustiger le capitalisme exploiteur de la classe ouvrière, il met en avant deux concepts pour lesquels il milite : la fin de l’Etat et de celui du salariat il prône une société communiste sans propriété ou chacun percevrait selon ses besoins et donnerait selon ses possibilités. En 1871 un premier gouvernement prolétarien, anticapitaliste,  s’installe d’une manière fugace à Paris, il prend encore le nom de Commune de Paris en souvenir des communes du moyen âge et de celle de 1792. A la suite de cette expérience, K.Marx, pense qu’une étape intermédiaire entre capitalisme et communiste est nécessaire, il l’appelle socialisme, phase pendant laquelle les moyens de production sont graduellement socialisés et l’Etat détruit. Pourtant à la fin du 19ème siècle les idées Marxistes, communistes selon le manifeste sont peu connues dans la classe ouvrière.  Des syndicats et des partis socialistes sont organisés dans tous les pays occidentaux industriels, ils sont bâtis selon le seul modèle organisationnel disponible dans l’industrie de l’époque, la pyramide Taylorienne. Ces partis prônent une République sociale sans qu’il y soit mis de définition très précise. Les partis ouvriers, socialistes, cherchent surtout à accéder au pouvoir de l’Etat et souvent ils y parviennent. C’est Vladimir Oulianof dit Lénine qui en Russie théorisera sur le socialisme, pour lui, ce mode d’organisation sociale doit se construire après que le prolétariat se soit accaparé le pouvoir de l’Etat et ait établi sa dictature. Le socialisme est pour lui l’établissement obligatoire de la propriété sociale des moyens de production ou chacun reçoit selon son travail. Dans l’idée que se fait Lénine du socialisme on ne perçoit pas la réalité exacte d’une propriété sociale différenciée d’une propriété d’Etat. On ne perçoit pas plus la différence entre l’Etat bourgeois devant être abattu et l’Etat socialiste à construire. Son parti, le Parti Ouvrier Social Démocrate de Russie adhérant à la 2ème internationale socialiste se divise en « bolchévick », majoritaires partisans de la dictature du prolétariat et « menchévick », minoritaires, partisan d’une démocratie qualifiée de bourgeoise par les « bolchévick ». En se débarrassant des « menchévick » Lénine crée un nouveau parti, qu’il appel Parti Communiste pour se démarquer de la 2ème internationale socialiste qui, pour lui s’est discrédité par la participation des Partis y adhérant, à la guerre de 1914, 1918. A partir de 1917 en Russie, la socialisation «marxiste », se traduit par une étatisation totale de tous les moyens de production et d’échange. Lénine fonde une Internationale communiste à laquelle adhère tous partis qui veulent suivre le mode d’organisation militaire et centraliste  obligatoire d’un parti qualifié de révolutionnaire  et de poursuivre l’objectif principal d’instaurer la dictature du prolétariat.

Les partis ouvriers se séparent en deux camps, les communistes, partisans d’une nouvelle doctrine appelée  désormais marxisme-léninisme et les socialistes partisans de la gestion loyale des affaires du capitalisme.

Le paradoxe s’instaure, de l’objectif initial du manifeste communiste de détruire l’Etat et d’abolir le salariat se construit au nom du marxisme en URSS la plus implacable dictature étatiste et la généralisation totale du salariat à la société. Jamais les objectifs affirmés par Lénine dans « L’Etat et la Révolution » et encore moins ceux du Manifeste ne seront appliqués. L’URSS tourne le dos à l’esprit des communes du moyen âges pour reconstituer une organisation impériale.

Avec le recul du temps, il est possible d’affirmer maintenant que la prise du pouvoir par Lénine en 1917 ne fut pas une révolution, mais une contre-révolution destinée à retarder l’évolution libérale inexorable de la Russie.

                                  

 

Tous les termes évoqués dans ce chapitre possèdent aujourd’hui plusieurs significations paradoxales.

 

Sociale, qui à un rapport avec une société prend la signification de charitable.

Société, coalition d’individus, prend la signification concrète d’entreprise, ou abstraite de la société, organisation des humains.

Socialisme, propriété sociale des moyens de production, à construire avant le communisme, prend la signification de mode de gouvernement pratiqué par un Parti Socialiste au pouvoir.

Etat socialiste, Etats dirigé par un Parti Communiste construisant le socialisme par l’instauration de la dictature du prolétariat, dans les faits la dictature de l’Etat. Confondu avec un Etat dirigé par un parti socialiste

Commune, primitivement organisation d’entraide associée à une ville, prend la signification d’organisation administrative locale.

Communisme : appelée ainsi en référence aux commune du moyen âge, qui furent le creuset du capitalisme en développant la propriété sociale. Principalement doctrine politique évoquée par Marx et Engels dans le Manifeste du Parti Communiste qui prône l’abolition de l’Etat, du salariat et de la propriété. Doctrine utopique jamais mise en œuvre. Prend la signification de  pratique  de gouvernement d’un Parti Communiste d’obédience Léniniste instaurant la dictature de l’Etat, la généralisation du salariat et la propriété exclusive de l’Etat et de ses « nomenklaturistes ».

Compagnie: (qui partage le pain), initialement société d’entraide   associée à un groupe restreint par exemple un métier. Prend la signification d’entreprise, surtout en Anglais avec « company ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Idées
commenter cet article

commentaires