Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 11:30
Qu’avait donc Michelet en tête pour promouvoir cette «Renaissance», complot ourdi et fourgué au travers du temps, comme une bombe à retardement par ces italiens nationalistes qui voulaient reconstituer l’état romain impérial.

Une magnifique réussite ! J’en vois un des résultats à chaque fois que je sors mon passeport et j’ai honte d’y voir figurer un symbole romain, de répression en plus puisque je crois distinguer verges et hache, symbole le la brutalité romaine et de son impérialisme. (J’aurais préféré y voir figuré la cathédrale de Chartre)

J’ai beaucoup de difficulté à trouver de raisons ayant un début de valeur républicaine ou progressiste.

La première République proclamée à Paris s’est également appuyée sur une première commune de Paris appelée comme telle en souvenir des communes médiévales dont le souvenir était encore prégnant, communes aux seins desquelles est né le sentiment de bien commun, prodrome de l’idée républicaine.

 La « Renaissance » et les « temps modernes » qui ont suivi, on vu la disparition complète de ces communes. Les républiques urbaines italiennes ont également disparu à cette époque chacune confisquée par un despote local, à Florence ce furent les Médicis promoteurs de Pétrarque, Giotto, Vasari et du mythe entier !

Un nouvel humanisme aurait marqué cette renaissance ? Pétrarque, Dante et Boccace. Auteurs italiens du début de 14ème siècle, Pétrarque ami, serviteur et laudateur du petit fils de Saint Louis. Quand il écrit, en France règne Philipe IV Le Bel puis les Rois Maudits, la guerre de 100 ans n’a pas commencé, l’armure ou harnois blanc, symbole dans l’esprit de chacun du chevalier médiéval, n’a pas encore été inventé, les premières ne verront le jour que mi 14ème .
Il est difficile de placer ces auteurs dans une « Renaissance » dont même les prémisses n’existent pas. Ces humanistes ne veulent à ce moment que restaurer le passé. Ils sont anti modernes, modernisme représenté par la France et sa culture « Gotico ». Et puis ce ne sont certainement pas les premiers auteurs littéraires médiévaux, que faire du « fine amor » et de  Chrétien de Troy?

 

La « Renaissance » ou l’accession à un monde moderne?

Au cours des 14ème et 15ème siècles l’hygiène corporelle disparaît peu à peu avec la disparition des bains publiques, forts nombreux au 12 et 13ème siècle ils ne réapparaîtront qu’au 20ème siècle. Il est vrai qu’ils étaient mixtes et le théâtre de licences sexuelles, l’église n’a pas supporté. A la « Renaissance » et après on était sale sur soi.

Les lieux d’aisances : Aux 12 et 13ème siècle on ne construisait jamais un lieu d’habitation château ou maison sans ses latrines, disparus à l’époque moderne, à Versailles on chiait partout.

Après les débuts de 14ème siècle et avec l’invention de l’horloge aucune autre grande invention technique ne verra le jour dans la vie courante des gens avant le 19ème siècle, que ce soit dans le domaine agricole ou industriel. (Chronologie des inventions médiévales). L’encyclopédie de Diderot ne rapporte que des technologies médiévales.

Cependant les 14 et 15ème siècles verront des bouleversements dans la technologie militaire.

L’armure de plate ou harnois blanc, le plus souvent faites en séries en Italie d’où leur nom de milanaise. Puis et surtout l’artillerie au 15ème siècle avec des canons avec hausse, à chargement par la culasse ou multitubes (attribués faussement près d’un siècle plus tard à Léonard de Vinci). Ces innovations admirablement maîtrisées par les frères Bureau qui réorganisèrent l’artillerie de Charles VII permirent de battre les Anglais aux batailles de Formigny et Castillons et d’ainsi bouter les anglais définitivement hors de France. Ces inventions ne passèrent pas les fameux « temps modernes » abandonnées elles ne reverront le jour qu’à la fin du 19ème et au 20ème siècle.

Du 14 au 17ème siècle (Renaissance et Temps Modernes inclus) sévira la chasse aux sorcières ou des milliers de femmes suspectées de commerce avec le diable seront brûlées vives. On ne brûlera jamais tant, on ne torturera jamais tant, on ne massacrera jamais tant qu’au 16ème siècle (renaissance dite française). Alors qu’au 12ème siècle Pierre Abélard pouvait écrire « Dialogue entre un Chrétien un Juif et un Musulman ».

Rôle de l’église médiévale avant 1277 (censure de l’université de Paris).

L’église médiévale avant cette date, n’a jamais freiné ou cherché à freiner le commerce, l’industrie et la technologie.

Seuls les juifs autorisés à faire commerce d’argent ? C’est une légende non corroborée par les faits. Les plus grands banquiers étaient Florentins, bons chrétiens et amis du pape. Ce qui leur permit fortune faite, de lancer la légende de la « Renaissance».

Les communautés religieuses cisterciennes furent le fer de lance de l’innovation technologique et Saint Thomas d’Aquin fut un précurseur dans l’expérimentation en laboratoire.

Quand au peuple écrasé par l’impôt féodal, on ne payait beaucoup moins d’impôts sur ses revenus aux 12ème et 13ème siècle que maintenant en pleine démocratie républicaine. 

 Ah ! J’oubliais la perspective et les fenêtres, important, l’argumentaire favori des idées reçues!

La perspective dans l’art pictural. La représentation par peinture sur fresque était surtout employée dans le midi et en Italie ou les églises romanes avaient des murs. Dans la France du Nord ou les églises sont construites sur croisée d’ogive à partir du 12ème siècle (Basilique de Saint Denis), il n’y a pas de murs et donc pas de représentation picturale possible. La représentation religieuse et pour beaucoup civile s’exprimera sur vitraux car les parois de ces églises ne sont que vitrées. Ceci ne peut donner lieu qu’a une représentation stylisée. De nombreuses représentations non religieuses son visibles encore dans ces églises. Scènes de la vie courante mais également publicités que les artisans ne manquaient pas d'inscrire sur les vitraux , bien visibles.

L’art pariétal était extrêmement développé, avancé et divers avec autant de représentations religieuses que civile. (voir documents). La représentation picturale n’existe vraiment que dans les enluminures et miniatures dont la perspective est schématique quand elle existe. L’artiste de cour n’existant pas encore, les portraits et tableaux n'apparaissent qu'au 14ème siècle. Ces vitraux, statues, enluminures et miniatures sont d’un art consommé. Faut-il de la perspective pour mériter à une œuvre picturale la qualification d’art moderne ? Picasso ne serait-il qu’un barbare moyenâgeux ?  La représentation de la perspective : tout ce qui reste de la Renaissance ?

 Les fenêtres apparues à la Renaissance.

On tombe ici dans le ridicule. Il n’y avait pas plus de fenêtre dans les murs d’une forteresse médiévale que dans celles de Vauban. Les gens n’habitaient pas les forteresses et les châtelains habitaient des palais pourvus de moult fenêtres, soit situés dans la basse cour du château soit situés au dessus des courtines avec le plus souvent des vues imprenables. Les  bâtiments civils médiévaux étaient autant pourvus de fenêtres qu’ils le furent après. Cependant la très grande quantités de constructions civiles érigées aux 13ème siècles  fut détruite en France aux 18ème et 19ème siècle, il en reste de nombreux en Belgique.  (voir Violet Le Duc)

                                                                                                       

La démonstration pourrait être longue et peut être fastidieuse. Je ne peu conclure (provisoirement) que Michelet s’il était un Républicain progressiste et sincère ne connaissait rien à l’Histoire. Ceci est possible dans la mesure ou les études historiques étaient loin, très loin de ce qu’elles sont devenues. Michelet en outre n’était qu’un compilateur des travaux d’autrui, il n’a jamais étudié par lui-même.

Cependant un doute m’habite. Personne n’est venu contredire Michelet et l’état français, républicain (ou prétendu) a validé la légende. Le « Malet Isaac » issu de la compilation historique de Michelet est devenue l’Histoire officielle de France et a formaté des générations de petits français appelés à faire de bons soldats n’hésitant pas à sortir de la tranchée sous la mitraille avec la certitude de mourir.

 Là est le nœud de l’affaire. Nous avons vu qu’aux 12ème et 13ème siècle, siège non pas d'une re-naissance comme certains l’affirment maintenant (La Renaissance du XIIe siècle - Jacques Verger cerf) mais d’une Véritable Naissance. La modernité est bien née à ce moment quand aucun état n’existait ! C’est mauvais pour le moral du pioupiou appelé au sacrifice suprême sur ordre de l’état.

L’idée républicaine dévoyée en étatisme, voila la raison de la vivacité de la légende et de son soutient par toutes les forces politiques institutionnelles.

           
Tous les despotismes européens ont abondamment  puisé dans la symbolique antique pour promouvoir et légitimer leur pouvoir. La symbolique antique est devenue la symbolique même du pouvoir !

Les princes et tyrans italiens, les premiers qui en ont eu l’idée et l’on exploité, merci l’humaniste Pétrarque! Les rois de France ensuite qui à partir du 16ème siècle ont plongé dans cette idée et avancé vers le concept de royauté absolue. Louis XIV, le premier qui constituera un état totalitaire, son état (c’était lui), fera de nombreuses références à l’antique. Ces abus totalitaires engendreront la Révolution française. Napoléon ensuite, même la mode féminine et les coiffures s’inspireront de l’antiquité romaine. Les fascismes Italiens et Nazis après ne verront que par l’antique.

Alors pourquoi ai-je un symbole Romain sur mon passeport de la belle République française ennemie des rois et des princes, ennemie des fascismes de tout poils ?

 L’idée républicaine dévoyée en étatisme, voila la raison de la vivacité cette légende et de son soutient par toutes les forces politiques institutionnelles.

Des faux républicains bien sur, ils n’ont jamais rien compris ou voulu comprendre. La République c’est le pouvoir du peuple et l’état le pouvoir sur le peuple.

La preuve par la campagne pour les présidentielles 2007. Chaque candidat voulant devenir… quoi au fait ?

Président de la République ? Chef de l’Etat plutôt ! A moins que cela soit Roi ou Reine de France car que disent-ils.

Quand je serais président, chef, roi (rayer la mention inutile) je ferai ceci, je ferai cela, alors que la constitution encore républicaine ne les gratifiera d’aucun pouvoir. Ils abondent tous dans la confusion générale et anti républicaine qui existe entre pouvoir législatif et pouvoir exécutif, d’ailleurs le président de la république n’a de pouvoir exécutif qu’en étant le chef des armées.

Faut-il rappeler qu’en République le peuple est souverain et que ses représentants, les députés sont seuls habilités à formuler et voter les lois. Nos candidats ont-ils oublié les valeurs républicaines ? Les ont-ils jamais admises ?

La renaissance de l’antique a encore de beaux jours et voila pourquoi je me retrouve avec un symbole romain sur mon passeport français !

Alain Benajam (avril 2007)


Je tiens à remercier ici le Professeur Jacques Heers. A la lecture de ses livres j'ai pu, non seulement apprendre quelques notions d'histoires médiévales, mais son livre,: "Le Moyen Ages, une Imposture" (bibliographie) m'a ouvert les yeux sur l'effrayante problématique de "l'Histoire officielle" toujours révisée de la véritable. Ce révisionisme officiel de bon aloi, ne peut servir que le despotisme.

Que ceux qui se prétendent de gauche ou républicains lisent et relisent les livres de Jacques Heers qui, serait le bien venu au Réseau Voltaire.

 

Alain Benajam: Administrateur du Réseau Voltaire

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Histoire
commenter cet article

commentaires