Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Seuls les plus petits secrets ont besoin d'être protégés. Les plus gros sont gardés par la crédulité publique."

Recherche

12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 10:17
publié par emcee (d\'humeur égale ... toujours énervée) Aujourd'hui 06H31 

Sur le site Indymédia Paris http://paris.indymedia.org/spip.php?article7225, la "journaliste" Guyet-Boutoleau  s'en prend à "l’énarque François Asselineau, président du mouvement souverainiste Union populaire républicaine (UPR)", apparemment une de ses cibles favorites.

 "En conséquence, l'Union Populaire Républicaine (UPR) dépose plainte à l'encontre d'Ornella Guyet (alias « Marie-Anne Boutoleau »), et des sites internet Indymedia et Rebellyon pour diffamation, injures publiques, refus de droit de réponse et atteinte à la liberté d'expression". http://www.facebook.com/note.php?note_id=10150201642937038&comments

Petit rappel à propos de cette personne qui sévit sur plusieurs sites, répandant le venin de la calomnie (et épilogue, peut-être?).

Parmi ses autres cibles favorites: Dazibaoueb, le Grand Soir et des individus isolés comme Bricmont, Collon, voire Chomsky (de façon beaucoup plus insidieuse, toutefois) dont elle mêle les noms aux représentants déclarés de droite extrême ou à d'autres qu'elle qualifie ainsi, se basant uniquement sur son intime conviction et fournissant des explications spécieuses.   

Pour rappel: à la suite de billets insultants et diffamatoires commis sur Article XI, Dazibaoueb avait publié ceci et le Grand Soir, cela.

Mais revenons à cette journaliste, Marie Anne Boutoleau, qui signe également des billets sous son vrai nom, à savoir Ornella Guyet, dans le Diplo http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-03-16-Jersey ou Bastamaghttp://www.bastamag.net/spip.php?page=recherche&recherche=ornella+guyet&x=12&y=9  .

"Marie-Anne Boutoleau": c'est sous cette signature que Mme Ornella Guyert écrit ses billets vengeurs destinés à dénoncer les "sites alter" (définis ainsi par elle-même et selon des critères connus d'elle seule) qui seraient, toujours selon elle,  "infiltrés" par l'extrême-droite ou qui se laisseraient aller à des "dérives droitières".

Prétendant pourfendre le fascisme, sans pour autant fournir de  solution si ce n'est de vouloir faire interdire de parole ceux qu'elle dénonce, cette personne a élu domicile sur divers sites d'où elle répand sa hargne, non pas, comme on aurait pu le penser, contre le fascisme, mais contre des sites de gauche ou des gens de gauche (des "alters", dit-elle) qui pratiqueraient le "confusionnisme", accueilleraient des fascistes notoires, se plaçant ainsi, toujours selon elle, dans la catégorie des "rouges-bruns".

Tout en se donnant une respectabilité en se réclamant d'Acrimed et de CQFD, elle a publié ces calomnies sur divers sites, comme Indymédia,  Article XI ou CQFD, et a même commis un billet sur le Diplo, où elle leur indiquait que leur dossier sur les "extrêmes droites" était incomplet car, dit-elle, ils avaient omis de signaler les mouvements "antisionistes".

Je cite:

"Le dossier est très intéressant, mais oublie malheureusement tout un pan : celui qui, sous couvert d’« antisionisme », cache mal son bon vieil antisémitisme. Cette extrême droite-là, contrairement à ce que semble sous-entendre le papier introductif, n’a pas disparu, et est même en pleine expansion. Sous couvert d’un « antisionisme » dévoyé et de lutte « anti-impérialiste », elle essaie notamment de racoler du côté des soutiens au peuple palestinien".

Evidemment, pour madame Boutoleau, il va sans dire que l'"antisionisme" des mouvements pour la Palestine n'est qu'un antisémitisme déguisé ("en pleine expansion"), qu'elle sait parfaitement identifier, évidemment. Croyez-la sur parole.

Pour autant, le discours de Mme Boutoleau-Guyet n'est étayé que par des billets qui rabâchent à l'envi les mêmes thèses, qu'elles aient ou non été écrites par elle-même, voire par des anonymes, selon la bonne vieille méthode des délateurs, et dont il a été prouvé qu'elles étaient mensongères et calomniatrices (voir, par exemple, plus haut, le billet du Grand Soir qui en démonte la mécanique).

Le discours inlassable de cette personne se résume à peu près à ceci, même si ses explications-fleuves tendraient à laisser croire à une pensée plus élaborée :

"La multiplication de sites et blogs pratiquant ouvertement un confusionnisme politique malsain en mêlant références d’extrême droite et références d’extrême gauche et qui malheureusement rencontrent un succès grandissant : citons par exemple le site de Michel Collon, mais aussi Dazibaoueb ou Le Grand Soir (qui bien que classé à gauche n’hésite pas à publier des communiqués du Parti Antisioniste, à soutenir au nom d’un anti-impérialisme dévoyé les pires dictatures : Iran, Libye, Cuba, etc.)".

Que cherche donc madame Bouteleau–Guyet, à revenir sans relâche sur le sujet?

Certainement pas à lutter contre l'extrême droite, ni le fascisme, car elle ne fait que citer les noms de groupes, de sites ou d'individus, ne donnant d'autre consigne que de refuser de les publier ou de les inviter sur les ondes;

Certainement pas à lutter contre l'extrême droite du FN, pour qui elle a des silences et des complaisances suspects;

Certainement pas à lutter contre les méthodes employées par la droite dite "classique", dont on peut, pourtant, regretter les initiatives que, dans d'autres temps, on eût qualifiées de droite extrême (expulsions musclées et barbares d'étrangers ou de Roms, accompagnées du saccage de leurs biens, interdiction de manifester pacifiquement, incarcérations abusives de présumés membres de l'"ultragauche", stigmatisation de groupes bien précis – chômeurs, musulman-es, "RSA-istes", etc. - sans parler des lois liberticides qui s'accumulent pour concurrencer l'extrême-droite dans un but électoraliste, entre autres, parce que ceci n'explique pas tout).

Or, toute cette montée de l'extrême droite de la société française ne l'interpelle pas du tout.

Non, ce qui l'intéresse, ce sont des groupuscules ou individus d'extrême droite, dont le commun des mortels n'a probablement jamais entendu parler, mais sur lesquels elle s'appuie pour dénoncer les sites "alters", accusés de publier leurs billets ou de soutenir des dictateurs "notoires" comme ceux de Libye ou d'Iran - cette extrême gauche également "énamourée" de Chavez et de Castro, qu'elle classe péremptoirement dans les persona non grata, comme le fait inlassablement par idéologie un vulgaire porte-parole de l'empire.

Pour autant, on ne trouve rien sur les dictateurs aujourd'hui déchus comme Ben Ali, ou Moubarak, rien contre les obscurantistes barbares d'Arabie saoudite, rien, non plus, contre la droite colonialiste et meurtrière d'Israël, dont Lieberman, le ministre des Affaires Etrangères, fondateur du parti  d'extrême droite, Israel Beytenou.

Curieux, tout de même, cet ostracisme ultra-sélectif de la part d'une militante autoproclamée acharnée contre ceux qu'elle qualifie de "fafs". NON?

Car, bizarrement, ses épouvantails sont exactement les mêmes que ceux que nous imposent dans tous les médias dominants les atlantistes impérialistes pro-Israël jamais à court d'idée d'une nouvelle guerre d'invasion.

Ces épouvantails qui sont sans cesse évoqués par les BHL, Val et autres, comme Castro, Chavez (naguère accusé d'antisémitisme – une obsession), Ahmadinejad ou Kadhafi, qui tous, comme par hasard, s'opposent à l'empire US et ses satellites.

Car, il n'est jamais fait mention ni des cruels Saoud, ni des cheiks koweitiens, ni des Al-Kalifa du Bahreïn, ni de Netanyahou, ni des dictateurs aujourd'hui disparus, comme Ben Ali ou Moubarak, ni, évidemment, à fortiori, d'Obama ou de Sarkozy, dont la politique intérieure et extérieure est, comme chacun le sait, irréprochable.

Alors, pour qui roule madame Bouteleau–Guyet, qui veut nous interdire les manifestations en faveur de la Palestine, sous prétexte qu'on y côtoierait l'extrême-droite, qui veut nous imposer de faire taire ou d'isoler ceux qu'elle nous désigne comme infréquentables, car suspects de "rouge-brunisme"?

Or, si on y regarde de plus près, ceux qu'elle amalgame avec des membres de l'extrême droite sont ceux qui s'opposent à la politique raciste et destructrice d'Israël, qui contestent la mondialisation heureuse préconisée par les impérialistes, qui dénoncent les guerres d'invasion et qui, dans l'ensemble, diffusent une information en opposition avec la propagande que nous assènent les grands médias détenus par les grands groupes financiers.

Et qui est madame Bouteleau–Guyet, dissimulée jusqu'à présent sous un pseudonyme, voire derrière l'anonymat, pour s'ériger en censeure, n'hésitant pas, pour ce faire, à se livrer à un ignoble processus d'amalgames et de délation?

Nous, à Dazibaoueb, ne nous laisserons pas intimider par ce genre de manœuvres.

Une telle offensive est clairement destinée à imposer la censure aux usagers du Web, dont les détracteurs habitués des grands médias ne cessent de répéter qu'il n'est qu'un tissu de mensonges.

La preuve en est que ce sont ceux-là mêmes qui dénoncent ces mensonges qui se servent du web pour les propager afin de le discréditer.

Nous approuvons toute initiative à l'encontre de ceux et celles qui, par leurs propos calomnieux et par leurs intimidations, cherchent à discréditer et à faire taire ceux et celles qui, sur Internet (ou dans d'autres médias, s'il en est), tentent, souvent bénévolement, de publier des informations variées et des textes solides, cela dans le but de nourrir la réflexion et d'aiguiser le sens critique de chacun d'entre nous.

Nous serons aux côtés de ceux qui luttent pour préserver Internet au nom de la vérité, de la liberté d'expression, de la circulation des idées et de l'enrichissement de la pensée.

Nous refusons qu'Internet devienne, comme les grands médias, la chambre d'enregistrement de l'idéologie des classes dominantes et un vaste territoire de propagande politique et commerciale visant à préserver les privilèges d'une minorité oisive, voire à lui en accorder d'autres encore, sur le dos des populations.

Les idées se combattent avec les mots, pas avec la délation et les appels à la censure.

L'équipe de Dazibaoueb


Auteur : Dazibaoueb - Source : Dazibaoueb

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Benajam
commenter cet article

commentaires