Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 09:01

 

bombardement-libye-300x225 La Guerre de Libye ou l'effondrement moral de l'Occident

 

 

« Morale » est un mot emprunté au latin moralis qui signifie « relatif aux mœurs ». Au XVème siècle, ce terme qualifiait ce qui concerne les mœurs, ce qui était conforme à l'éthique. Aux XVII et XVIIIème siècle viendra s’ajouter un sens nouveau – celui fondé sur l'opinion, la croyance et non plus sur des faits rigoureux ou un raisonnement. (D'après Alain Rey dans le Dictionnaire historique de la Langue française).

 

  La morale a donc un sens proche de la religion. C'est un ensemble de croyances et de comportements usuels permettant de créer un lien social, une cohésion sociale, nécessaire à la pérennité d'un groupe humain et de son organisation.

La bonne morale n'a donc rien d'universel. Elle est propre à un groupe humain donné, celui-ci possédant des mythes partagés par la totalité de ce groupe et surtout associés à des pratiques communes visibles de tous – pratiques scellant une appartenance. Se cacher le sexe, se voiler la tête pour les femmes, porter un couvre chef spécifique ou des vêtements spécifiques, aller à l'église ou à la mosquée font parties des pratiques morales démontrant une appartenance.


Il faut que les mythes et les pratiques soient partagés par la totalité du corps social envisagé pour que l’on puisse parler de morale. Si ces mythes et pratiques associées finissent par ne plus être partagés par tous dans ce groupe, alors celui-ci se délite et disparaît en temps que groupe culturel et politique distinct. On peut parler d'ordre moral ou, de façon plus moderne, d'idéologie dominante pour qualifier le même phénomène.

 

Il est très important de se rendre compte que les mythes qui inspirent une morale n'ont, non seulement pas besoin d’être démontrés, mais qu’ils fonctionnent d’autant mieux qu’ils sont éloignés de la vraisemblance, du simple bon sens – comme, par exemple, le mythe de « l'immaculée conception ».

En effet, plus un mythe moral est éloigné du bon sens et du vraisemblable, plus il fonctionne car chaque membre du groupe faisant un effort pour l'admettre sera dès lors d'autant mieux accepté au sein de ce groupe. Il croit des invraisemblances comme les autres, il respecte la morale commune, il est membre du groupe.

 

On observe que les mythes moraux d'un groupe donné ne sont pas forcément ceux d'un autre groupe. Ce qui est « parole d'évangile » pour les uns n'est que baliverne pour les autres. Les uns et les autres étant bien démarqués dans leur appartenance. On voit également dans l'histoire, que si il est immoral de tuer un membre de son groupe, il est parfaitement admis voir conseillé de tuer un membre d'un groupe différent, le « Tu ne tueras point » chrétien ne s'appliquant qu'aux chrétiens. Durant les croisades les chrétiens pouvaient tuer des musulmans sans qu'il n'y ai transgression à la morale chrétienne, il n'y avait pas péché.

 

 

Faut-il encore cependant pour qu'un ordre moral soit respecté, que le pouvoir qui l'a généré soit respectable et que le peuple respectant ce pouvoir sente qu'il y va de son intérêt. L'un – le pouvoir – ne peut aller sans l'autre – la morale.

Un ordre moral et social est construit souvent en trois parties: un pouvoir temporel, un pouvoir clérical et le peuple respectueux.

Le pouvoir temporel est toujours « in fine » militaire car sans force ni contrainte, point de pouvoir. Puis viennent les clercs, les intellectuels qui théorisent l'ordre moral en produisant les mythes, et en dernier ressort le peuple qui respecte l'ordre. Le peuple travailleur est soumis à deux terreurs – celle de la transgression morale qui va l'exclure de la communauté et celle de la répression physique.

 

A partir du 11ème siècle, l'église théorisera et imposera ces trois ordres en occident sous les termes« Bellatores » pouvoir militaire, « Oratores » les clercs qui donnent la « Parole d'Évangile » et les « Laboratores » ceux qui travaillent et respectent.

Une société parfaitement idéale sera ainsi construite avec les mythes chrétiens forgeant pour longtemps le cadre de la société occidentale.

 

L'histoire nous apprend que les mythes moraux s'effondrant, l'ordre social s'effondre avec eux.

Pourtant nous constatons également des éléments de la morale ancienne demeurent toujours dans la nouvelle. Un ordre moral met certainement plusieurs milliers d'années avant de ne plus laisser de trace. Le langage en garde de nombreuses évocations. Par exemple le mot père n'a pas pour étymologie géniteur, mais celle de prêtre (pater). Dans la Grèce antique, le chef de famille – aussi géniteur, mais pas exclusivement – était le prêtre de la religion domestique, celle qui vénérait les ancêtres. La morale n'a retenu que le « pater » glissant de prêtre à chef de famille puis à géniteur.

 

 

Quelques points d'histoire.

 

Au 12ème siècle, après les désordres des grandes invasions et l'avènement de la « Paix de Dieu » qui mit un terme aux guerres privées en Europe occidentale, l'église catholique s'impose finalement comme seule et unique pourvoyeuse de morale. Elle devient la garante de la pensée conforme et d'un ordre social très cohérent. Les mythes chrétiens et les pratiques chrétiennes sont les seuls admis par la société. Des villages se forment partout en France et en Europe avec des maisons serrées autour de l'église et du château seigneurial, pouvoir spirituel et pouvoir temporel s'associant pour construire « Le Pouvoir » et sa morale. Le curé et le seigneur donnent la « parole d'évangile »

 

L'ordre moral de ce que l'on appelle l'ancien régime, fondé sur la souveraineté royale et le pouvoir local de la noblesse commence à s'effondrer en France à partir du début du 18ème siècle.

 

Le peuple sera confronté à de nombreuses difficultés lors de la fin du règne de Louis XIV avec des guerres incessantes, broyant des milliers de soldats, des famines récurrentes et les dragonnades qui marqueront le début d'un irrespect – c'est à dire d'une rupture d'avec l'ordre moral – qui ira en s'amplifiant. Déjà, la mort du roi Louis XIV donnera lieu à des manifestations d'hostilité envers sa personne pourtant quasi déifiée. Son catafalque parcourant le chemin de Paris à Saint Denis où il devait être enterré sera couvert de crachats et d'ordures.

 

Durant les règnes de Louis XV et Louis XVI, de très nombreux pamphlets paraîtront et circuleront ridiculisant et fustigeant le pouvoir royal et la noblesse frappée par de nombreux scandales comme celui du collier de la reine Marie Antoinette. Le respect de ce qui était auparavant vénéré n'existait plus – les grands pouvaient être trainés dans la boue.

Les idées de la révolution française se sont ainsi engouffrées dans les esprits grâce à l'affaissement de la morale ancienne, un ordre moral nouveau allait s'affirmer. On remarque que les révolutionnaires français s'en prenant autant aux mythes chrétiens qu'au pouvoir de la noblesse, cherchaient à remplacer la croyance dans le dieu chrétien par celle d'un être suprême.

 

Ce nouvel ordre moral mit plus d'un siècle à s'imposer et à dominer la société. Au cours du 19ème siècle, la morale chrétienne liera son destin en France à celui des royalistes. En 1905, les lois laïques de séparation de l'église et de l'état viendront mettre un terme définitif à l'implication de l'église catholique dans l'enseignement de la morale publique et dans le pouvoir politique.

 

Un nouvel ordre moral va naître au 19ème siècle et s'affirmer dés le début du 20ème siècle. La « Parole d'évangile » ne sera plus l'attribut du curé du village, mais celui de l'instituteur «hussard noir de la république». Des cours de morale et d'instruction civique seront dispensés dans toutes les écoles publiques. « L'oisiveté est mère de tous les vices » ou « l'argent ne fait pas le bonheur » ou « donner sa vie pour la patrie », concepts ânonnés par nos chères têtes blondes en blouse grise remplaceront le « Notre Père ». Mais aussi le colonialisme et la supériorité de la « race » blanche seront promus.

Les soldats de la guerre de 14-18 imbus de cette morale « républicaine » n'hésiteront-ils pas à se sacrifier pour la patrie ? Non. Ils tombaient pour des marchands de canon, mais ils croyaient vraiment se sacrifier pour la patrie et beaucoup en sont mort. Un ordre moral anime toujours ceux qui le respectent jusqu'au sacrifice suprême.

 

Au cours du 20ème siècle, un nouvel ordre moral va naître, croître puis 'imposer, celui de la presse et des médias.

Avec la « liberté de la presse » et la radio dans tous les foyers, la « Parole d'évangile » passera de l'instituteur au journaliste.

Orson Wells illustrera ce pouvoir de la presse (écrite) dans le merveilleux film : « Citizen Kane ». Il réussit à démontrer le pouvoir de la radio en créant une panique monstre par l'annonce d'une attaque de martiens le 30 avril 1938.

 

Mais c'est à partir des années 50 et 60 du 20ème siècle que s'affirme un nouveau média, la télévision comme moyen imparable de diffusion de ce qui doit être cru.

 

Une société du spectacle émerge de la société républicaine qu'elle enterre au plus vite. La nouvelle classe cléricale est produite par ce que l'on appelle maintenant les médias.

 

Nous voyons que ce nouvel ordre moral est basé sur l'apparence. Le spectacle et sa mise en scène , deviennent primordiales pour remplacer la dure réalité de vie. Être vu médiatiquement, c'est exister puisqu’on emploie le terme terrifiant « d'anonymes », sans nom – donc sans existence – pour qualifier ceux qui n'y apparaissent jamais.

 

Ce paraître médiatique est le tropisme absolu, puisque celui qui n'y paraît pas – l'anonyme – n'a pas d'existence sociale en tant qu'individu libre de son corps. Le média devient donc l'église des églises, l'ontologie suprême. Il ne s'agit plus de paradis ou d'enfer après la mort, mais de paradis sur terre, c'est à dire d'existence même – une existence qui ne peut se produire que dans l'apparence médiatique – ou d'enfer sur terre, la non existence dans l'anonymat de la masse. Il n'y a plus que deux côtés de la barrière comme deux côtés de la vie. Celle-ci se résumant à l'écran de télévision, ceux qui se trouvent derrière l’écran espèrent de toutes leurs forces y rester, et ceux qui se trouvent devant espèrent de toutes leurs forces passer derrière.

Cet ordre moral nouveau devient aussi efficace que la crainte de l'enfer et l'espoir du paradis de l'ordre ancien.

Grâce à une fiction spectaculaire permanente produite par ces nouveaux « Oratores » et qui remplacent la réalité, les « Bellatores » peuvent exercer et massacrer physiquement les déviants dans de nouvelles croisades, non plus pour l'amour et le bien de Dieu mais pour une cause « humanitaire » de spectacle.

 

Le peuple aujourd'hui croit aussi simplement et naturellement ce que disent les nouveaux « Oratores » de la télévision – journalistes, faux philosophes, saltimbanques, experts etc... – que ce que pouvait dire le curé du village au 12ème siècle en occident. Massacrer en masse, appeler au meurtre de l'autre, le déviant n'est pas plus irrespectueux envers la morale commune qu'il ne l'était du temps des croisades quand la totalité de la population de Jérusalem fut massacrée (musulmans, juifs et chrétiens) Dieu devant finalement reconnaître les siens.

Il est à noter que l'extrême violence des massacres de masse s'est considérablement accrue avec les moyens techniques modernes, les mitrailleuses à tir rapide des hélicoptères de combat laissant beaucoup moins de chance aux déviants que la simple épée du chevalier.

 

Les institutions du pouvoir réel flottent sur cette fiction, savamment entretenue par les nouveaux clercs. Les partis politiques, les « représentants » du peuple, la justice, les banques, le gouvernement, le « président de la république » devenu chef de l'état. Tout ce monde institutionnel, ossature de la société «surfe» sur le média avalisant les mythes devant être cru, trop heureux d'exister du bon côté de la barrière écran.

 

Pourtant, comme aucune construction morale n'est pérenne, celle-ci comme les autres est appelée à disparaître, engloutissant dans le même flot l'ensemble des institutions composant notre monde occidental.

 

 

 

Une étape historique, le 11 septembre 2001.


Ce jour la – comme d'habitude – il est demandé au peuple global de croire une baliverne. Cependant cette baliverne est énorme, plus énorme que d'habitude en regard du bon sens usuel et va créer une tension de crédibilité voir une fracture. Les « Oratores » auraient-ils présumé de leur force de persuasion?

 

On nous demande de croire, entre autre, qu'un avion de ligne de 30 mètres d'envergure piloté par des « terroristes » aurait percuté un bâtiment quasiment au niveau du sol, sans l'endommager ce sol. Cet aéronef aurait disparu en se vaporisant, ne laissant aucun débris (selon la version officielle), ni moteurs, ni acier, ni titane. Rien. Néanmoins des corps auraient pu être identifiés. Le dit « avion de ligne » n'a laissé qu'un orifice de 3 mètres de diamètre, (sur 30m d'envergure) parfaitement circulaire perçant trois ailes de bâtiment consécutifs.

 

C'est évidemment impossible au premier examen de l'histoire. L'ensemble des attentats du 11 septembre 2001 raconté par la version médiatique officielle est du même acabit, des balivernes incroyables, que des phénomènes inédits dans l’histoire de la physique des matériaux. Ces faits deviendront le prétexte au déclenchement d'une série de guerres coloniales.

 

Dans un premier temps, l'ordre moral fonctionne parfaitement. Tout le monde croit l'incroyable. L'ensemble des institutions du monde le valide sans aucune exception. Tous les partis politiques même ceux présentés comme contestataires – comme en France le PCF – croient. Toute la presse écrite croit. Tous les chefs d'états du monde croient. Une croyance universelle voit le jour: on ne peut remettre en cause « l'Amérique » sans remettre en cause le monde même et sans se remettre ontologiquement en cause.

 

Sauf que... un tout petit groupe et une personnalité – un grain de sable seulement – s'introduisent dans les rouages pourtant bien huilés du «mainstream». Le Réseau Voltaire et son président – Thierry Meyssan – proclament que « le roi est nu » et que l'incroyable est vraiment incroyable. Il y a toujours eu des déviants dans tout ordre moral, et l’intervention de Thierry Meyssan aurait été insignifiante si il n'y avait pas eu la puissance informationnelle naissante de l'internet. Bien entendu ce fut long. Il fallut pas loin de 10 ans pour que le peuple global finisse par douter, mais désormais, il doute enfin – du moins en grande partie. Le peuple global s'est maintenant divisé en deux groupes de croyance établissant deux morales en opposition. D'une part on trouve ceux croyant dans les médias institutionnels et d’autre part ceux doutant de ces médias et tentant de trouver la vérité sur l'internet. En effet, de très nombreux sites de médias alternatifs ont vu le jour grâce au Réseau Voltaire.

Aujourd'hui, le maître mot pour qualifier les journalistes – nouveaux curés de la religion médiatique est mensonge ! Mensonge. Combien de fois voit-on ce mot repris sur la toile. Mensonge pour une «Parole d'évangile» Il y a bien quelque chose de brisé dans l'édifice moral.

 

 

La guerre de Libye ou l'aboutissement du mensonge médiatique comme arme de guerre – prélude à l'effondrement de la morale occidentale.


Le but réel de la guerre de Libye est purement crapuleux, voler simplement les richesses du peuple libyen et mettre la main sur les considérables avoirs bancaires en or et en fonds réels alors que les avoirs des voleurs anglo-saxons ne sont plus que vent..

 

Il n'est pas simple de transformer un crime crapuleux en guerre humanitaire, Bernard-Henri Lévy, clown sinistre de la mort annonçant, tel un ange déchu, la fin du monde, va s'y attacher.

 

Toute construction humaine, idéologique, étatique ou médiatique connait une apogée avant de s'effondrer. Les mensonges du 11 septembre ayant globalement rempli leur fonction, l'empire ayant pu envahir l'Afghanistan et l'Irak grâce à ce prétexte sans trop de dommages – quoi qu’avec quelques petits soucis quand même – il décida de monter une nouvelle légende afin de pouvoir mettre un terme à la Jamahiriya libyenne, dont il convoitait les richesses depuis fort longtemps.

 

Il décida d'utiliser le «journalisme» non plus comme supplétif, chargé de valider une opération à postériori comme avec le 11 septembre, mais d'utiliser ce média comme moyen principal d'action militaire. Le « journalisme » étant chargé, cette foi-ci, de monter la légende au préalable.

 

Le montage de la légende impérialo-journalistique fut facilité par les manifestations de mécontentement qui l’ont précédé en Tunisie et en Égypte. Bien qu'un coup d'état militaire avait été planifié quelques mois auparavant, ces manifestations n'ayant donné lieu à aucun changement notable dans ces deux pays, elles furent utilisées pour en opérer un véritable en Libye.

 

Bien évidemment les « journalistes » de l'empire ont été chargés de fournir une information complètement différente de la réalité à chaque étape du processus. Je n'ai pas l'intention de décrire exhaustivement ce processus ce qui serait fort long pour ma démonstration. J'en évoquerai seulement quelques points.

 

1er mensonge des journalistes impériaux – les manifestations.

 

Partout dans le monde, on trouve des manifestants, voire des émeutiers comme nous l'avons vu récemment à Londres. Le premier coup porté par l’Empire en Libye fut d'avoir introduit des hommes en armes (visibles sur de nombreuses vidéos) parmi les manifestants et d'avoir placé des « snipers » sur les toits pour tirer à la fois sur la foule et sur la police. Le même procédé fut utilisé en Syrie.

La foule armée fut conduite par des éléments pilotés par l'Empire – en l'occurrence Al Qaïda – pour attaquer casernes et postes de police. Bien évidemment – et cela vaut pour tous les pays – ceci déclenche obligatoirement un réflexe de répression chez les autorités ainsi attaquées.

 

2ème mensonge des journalistes impériaux – la répression.

 

Il fallait un prétexte pour déclencher une intervention militaire, car les émeutes armées n'ont pas suffi à renverser la Jamahiriya – puisque tel était le but pour mettre la main sur le magot. Ainsi, on inventa de toute pièce la légende des bombardements. Personnes ne les a vu, les Russes malgré leurs moyens d'inspection par satellite n'ont rien vu et, désormais, « Amnesty International » nie qu'ils aient bien eu lieu. Mais le mal était fait. Les USA utilisant leurs moyens de pression et de corruption habituels ont obtenu un vote de l'ONU leur permettant d'installer une zone d'exclusion aérienne.

 

3ème mensonge des journalistes impériaux – les bombardements

 

La force militaire de l'OTAN – c'est à dire des USA – s'étant appropriée l'organisation de la zone d'exclusion aérienne, les aéronefs furent utilisés non pas pour protéger des populations non menacées, mais pour attaquer militairement l'armée de la Jamahiriya, et pour procéder ensuite à des bombardements de terreur sur des installations civiles, afin de détruire les infrastructures du pays et de tuer les dignitaires du régimes ainsi que leur famille.

 

 

4ème mensonge des journalistes impériaux – l'attaque au sol.

 

Tout ce qui précède n'ayant eu aucun effet et l'action militaire des « rebelles » s'étant avérée peu efficace, il fut décidé d’aller plus loin encore. La force armée de l'OTAN organisa une véritable intervention terrestre.

Conformément d'ailleurs aux vœux de notre guerrière bio: Eva Joly.

Une véritable invasion terrestre fut donc organisée et les opérations militaires furent en fin de compte prise en main directement par l'OTAN.

Furent employés:

  • Des hélicoptères de combat type Apaches US. La France n'en possède pas. Cette force armée fait partie dans tous les pays de l'Armée de Terre.

  • Des troupes au sol. En France, le 2ème Régiment Étranger de Parachutistes (REP).

  • Le COS, dés le début (Commandement des Opérations Spéciale.)

  • Des troupes d'infanterie du Qatar et leurs blindés avec leurs officiers dont le chef fut fait prisonnier par les loyalistes.


De l'armement fut livré en masse aux pseudo rebelles en contravention avec la résolution de l'ONU.

Les attaques rebelles efficaces des derniers temps marquant un changement de stratégies se déroulaient toujours selon le même scénario, préparé avec les « journalistes » embarqués, toujours à la tombée de la nuit.

Une forte préparation aérienne des chasseurs bombardiers et des drones de l'OTAN détruisaient tout ce qu’ils pouvaient mais sans grande précision.

Puis les hélicoptères d'attaques pouvaient atteindre les défenseurs grâce à leurs mitrailleuses à tir rapide.

Enfin, des commandos faisaient leur entrée, composés des islamistes radicaux d'Al Quaïda aguerris aux combats et encadrés par des officiers de l'OTAN – souvent français.

 

Face à ce déluge, l'armée libyenne a toujours reculé faute de pouvoir résister. Les places des villes conquises étaient prises au moment du journal de 20 h, suivant des «rebelles» de théâtre qui plaçaient des drapeaux un peu partout et annonçaient la place prise. La nuit venue, une fois les forces de l'OTAN retirées, l'armée libyenne reprenait généralement le terrain perdu.

 

 

5ème mensonge des journalistes impériaux l'attaque de Tripoli et le massacre.

 

Le scénario précédent s'étant avéré peu efficace, une escalade nouvelle fut convenue dans l'attaque au sol sur Tripoli, autant en moyens aériens qu'en hommes sur le terrain.

La première attaque sur Tripoli fut repoussée et notamment un régiment Qatari fut détruit et son chef fait prisonnier. Face à ce premier échec, il fut décidé de mettre le paquet le deuxième jour et de ne plus chercher a épargner qui que ce soit.

Des bombardements intensifs, des chasseurs bombardiers, des drones et l'utilisation massive des hélicoptères d'attaque firent entre 3 et 5000 morts parmi la population de Tripoli, un massacre soigneusement caché par nos « journalistes » impériaux.

 

6ème mensonge des journalistes impériaux, les « rebelles ».

 

Les journalistes non impériaux ont pu constater que l'attaque sur Tripoli fut menée par deux forces terrestres

D'une part des troupes du Qatar vite décimées, d'autre part des troupes d'Al Qaïda encadrée selon mes sources sur place par des officiers français. Les « rebelles » de théâtre n'étant bon qu'a tirer en l'air.

 

7ème mensonge des journalistes impériaux – le mélange des fonctions de « journalisme » et de renseignement en une seule.

 

Au cours de cette guerre, nous avons constaté ce que nous pressentions depuis longtemps.

De vrais « journalistes » de vrais médias s’étaient mêlés à des agents de renseignement à qui l'on a hâtivement fourni une carte de presse. Ces couples de vrai faux « journalistes » étant chargé d'identifier des cibles, des les éclairer au laser à l’usage des bombes guidées et de placer les balises des missiles de croisières chargés d'assassiner telle ou telle personnalité.

 

 

Quelle différence avec le 11 septembre 2001 et pourquoi cette guerre de Libye marque-elle le début de la fin de « l'occident » ?

 

Si les mensonges médiatiques furent avalisés au soir du 11 septembre 2001 par la totalité du monde, hormis le minuscule groupuscule du Réseau Voltaire, la guerre de Libye et ses mensonges furent suivis par un très grand nombre d'observateurs scandalisés par l'étendue du mensonge médiatique. De plus, si le sacrifice de 3000 vies le 11 septembre 2001 fut une chose horrible, cette guerre de Libye fut quant à elle, un massacre innommable avec des exactions épouvantables commises par les pseudo rebelles et dont de nombreuses images ont pu être conservées. Ces dernières témoignent des décapitations au couteau de cuisine, des viols, des seins coupés des femmes, des tortures et des exécutions sommaires.

Déjà un collectif d'avocats rassemble toutes les preuves des crimes de l'OTAN et sera capable très bientôt de produire un document sur ces faits.

 

Les petits curés de l'église médiatique se sont rendus coupables en Libye de complicité de crimes de guerre, crimes imprescriptibles et devront payer. Déjà la machine est en marche.

Derrière les commanditaires, les évêques et cardinaux médiatiques de cette néo-croisade sont également coupables de complicité de crimes de guerre et devront payer.

Enfin, toute la classe politique UMP et PS notamment qui a avalisé cette guerre devra payer.

 

Un nouveau combat commence et durera certainement moins que dix ans, comme celui du 11 septembre. Dans ce combat, il n'y aura pas de survivant. « L’occident » impliqué totalement dans ce crime et toutes ses institutions, politiques, médiatiques, régaliennes, n'y survivront pas car peuple a constaté que sa morale était criminelle et dangereuse pour lui et elle sera impitoyablement rejetée.

Sur fond de crise économique profonde, cette crise morale scellera la fin d'une domination multi millénaire.


Autre chose naîtra à la place. Tant mieux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Analyses
commenter cet article

commentaires

hyppo 26/03/2015 11:34

Bonjour, comment voir votre blog Serrurier ? Bonne journée.

serrurier 25/03/2015 21:04

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

hyppo 06/09/2011 17:38



Bonjour,


 


J'ai lu votre texte " la guerre en Lybie ///ou l'effondrement moral de l'Occident " avec un grand intérêt. Evidemment, j'ai conscience de la force des médias manipulatrice depuis bien longtemps,
et sous Sarkozy, la propagande explose !.


D'ailleurs les programmes à la veille de 2012 ont changé pour toujours plus d'abêtissement  ;  Ce soir ou Jamais ( émission remarquable) ne sera plus diffusée quotidiennement mais 1
fois par semaine, avec en face de quoi scotcher "le bon peuple" afin qu'il ne s'aventure pas sur le terrain où il y a polémique et critique du Pouvoir ...


 


C'est bien écrit et l'architecture de la morale bien analysée.


 


J'ai simplement une petite réserve concernant vos liens. J'ai aperçu le blog d'une personnalité de droite et j'ai un peu peur qu'il y ait parfois des liens avec l'extrême droite...? 


Je suis la première soucieuse de ce qui se passe en Palestine et consciente de l'impact sioniste partout, mais pour autant la parole de l'extrême droite qui soutient en finalité le libéralisme et
le racisme me repousse totalement.


Merci pour votre analyse.



s-OTAN-ique 02/09/2011 14:36



 


Excellente analyse, malgré votre breve conclusion, je partage exactement  cette vision !


Au plaisir de vous lire, Amicalement.