Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 17:55

 

Politique

 

Le terme est emprunté (1365) au latin «politicus»; relatif au gouvernement des hommes, venant du grec «politikos» ; qui concerne les citoyens, l'état. Le mot vient du grec «polis» qui signifie cité ou «politès» citoyens.

Ce terme à rapidement pris deux sens, le sens des affaires de la cité dont s'occupent les citoyens, sens éminemment positif, mais a pris un sens péjoratif dans celui d'habileté à défendre ses intérêts privés au sein de cette même cité. Cité étant pris comme l'assemblée des citoyens.

 

Ce terme «politique» n'échappe donc pas à la règle qui veut que chaque étymologie utilisée en rhétorique politique ait a supporter une dégradation de signification voire un retournement. Retournement allant toujours dans le sens de l'assurance et la continuité d'un pouvoir despotique ou oligarchique. Ainsi dernièrement j'ai parlé de propagande ou «propaganda» utilisé par l'église pour propager la foi, devenu maintenant péjoratif. Le pouvoir oligarchique utilisant lui le terme politiquement correct de «public diplomacy». Une liste très longue de termes notamment en « isme » pourrait être établie ou la signification primitive a été tuée par un pouvoir, annulant par la le danger qu'il pouvait représenter pour lui. Par exemple, communisme, socialisme, libéralisme etc. dont les significations communes d'aujourd'hui sont l'exacte contraires des significations primitives.

 

Avec la connotation péjorative de politique, il s'agit de repousser, de rebuter le citoyen dans son éventuelle préoccupation des affaires de la cité afin d'en laisser la place au véritable pouvoir despotique qui n'a rien à faire de citoyens.

 

Ainsi donc la politique sous nos contrées se prétendant démocratiques serait réservée à une élite «politicienne» professionnelle cherchant à éloigner les simples citoyens des lieux de pouvoir.

Pour le politicien aujourd'hui, la politique consiste à œuvrer par tous moyens pour accaparer le pouvoir. Le pouvoir étant le but suprême à atteindre le maximum de pouvoir engendrant une puissante capacité d'obtenir facilement et sans contrainte sexe, argent et contrainte sur autrui, jouissance régalienne suprême.

 

« Politique » prend le sens de dissimulation, de tromperie, d'habileté à tromper par l'usage de la « propagande », ou diplomatie publique, propagande appuyée par des complots habilement et perpétuellement médiatiquement ourdis afin de salir ceux qui s'opposent à telle ou telle prise de pouvoir. Aujourd'hui le complot est le moyen politique le plus utilisé soit par fabrication pure et simple d'évènements en opération « false flag » ou plus simplement en dénonciations subites de turpitudes habituelles, sexuelles ou financières dont a pris l'usage l'adversaire politique du moment à éliminer. Turpitudes dont le terme est réservé aux bas peuples moralistes, pour l'élite politicienne il ne s'agit que de comportement normaux.

 

La possibilité de transgresser une morale réservée au peuple étant le signe même du pouvoir.

 

La politique vue de cette façon est évidemment quelque chose de moralement inacceptable voir d'écœurant pour le simple citoyens qui voit le débat politique entouré de déballage sur les pratiques sexuelles habituelles pourtant moralement inappropriées de telle ou telle adversaire.

 

Revenir au sens étymologique de politique se réapproprier le terme doit être le but du citoyen.

 

Justement aujourd'hui les citoyens doivent réellement s'engager politiquement dans une révolution. Révolution dont le but serait de recouvrer la souveraineté républicaine du peuple c'est à dire de la nation pour en déposséder le pouvoir oligarchique venant de l'étranger anglo-saxon qui réussit à lui confisquer. Il y réussit par d'habiles complots ourdis par d'habiles politiciens de gauche comme de droite.


Refaisons de la politique véritable, reprenons le pouvoir.

 

Alain Benajam

4 juin 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Benajam
commenter cet article

commentaires