Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 13:33

 

La situation humanitaire en Libye suite a l`intervention internationale

 

  1. Les chiffres des morts et blessés du 19 mars (date du commencement du bombardement de l`OTAN) au 26 mai 2001 (chiffres officiels):

  • 718 morts (10 personnes par jour).

  • 4067 blesses (dont 433 blesses graves).

 

  1. La nature des bombardements:

  • Les villes principalement visées par les bombardements sont Tripoli (la capitale 2 millions habitants environs), Syrte (nord centre du pays) et Sebha (dans le sud). Les bombardements s`intensifient sur ces trois villes en visant des sites militaires mais aussi des sites civiles. Plusieurs hôpitaux ont été touchés indirectement (Ex. Hôpital des Brulures de Tripoli, Hôpital Général de Mezda (ville dans le montagne – West), l`Hôpital Cardiaque (Tajoura, près de Tripoli), l`Hôpital de l`Osta Milad (aux environs de Tripoli).

  • Des sites qui n`ont rien avoir avec l`armée ou le commandement tels: le Bureau du Procureur General, le siège de l`Association pour La femme et l`Enfants et la Bibliothèque du Livre vert, (réunis dans un bâtiment classé par l`UNESCO) ont été bombardés trois fois.

  • La semaine dernière, le bombardement a visé des écoles a Tripoli alors que les élèves du secondaire et du troisième étaient en train de passer leurs examens finaux.

  • Depuis deux semaines, les bombardements ne suivent plus une stratégie précise mais touchent presque tous les endroits a Tripoli.

  • Le siège du Ministère Pour la Lutte contre la Corruption a été également bombardée (On pense que l`objectif était d`éliminer toute trace des dossiers pas très présentables concernant quelques membres du CNT, ayant travaillé pendant plusieurs années au gouvernement libyen notamment le Président du Conseil Mostafa AbdulJalil, ancien ministre de la Justice et Abdufatah Younes, ancien ministre de l`intérieur).

  • Le bombardement a également touché le Barck National de Ben Ghashir qui n`a rien avoir avec l`armée.

 

 

  1. Les effets sur la Population;

- Les effets des bombardements sont néfastes sur toute la population terrorisée (a cause notamment de l`utilisation des bombes a grande déflagration qui font beaucoup de brouilles).

- Les personnes les plus touchées sont notamment les vieux, les enfants et les femmes enceintes (plusieurs d`entre elles ont avorté). Les enfants (ils traumatisés et bissent involontairement et créent pendant la nuit, mon fils Alfaruk de 8 mois en est un exemple concert).

- L`OTAN décrète un embargo (d`une manière non officielle) sur l`essence, la nourriture (notamment pour enfants) et les médicaments.

- Plusieurs familles libyennes ont été obligées de fuir les villes contrôlées par les rebelles (avec la présence des groupes islamistes extrémistes) vers l`Egypte et la Tunisie. Aujourd`hui, l`Etat libyen demande a la société internationale de l`aider a faire rapatrier pas moins de 70.000 individus qui se trouvent en Egypte et souhaitent revenir dans le cote west.

- Du manque total de l`essence dans les grandes villes, résultent des longues queux des voiture devant les bombe-a-essence (on a enregistré la mort de pas moins de 10 personnes rien que a Tripoli a cause des batilles dans les station de services). La manque de l`essence empêche les employés, les médecins et les infirmiers entre autres, de se rendre a leurs endroits de travail.

- Cette situation (bombardement de l`TOAN et manque de nourriture, de médicament) est la cause principale de plusieurs maladies psychologiques et les hôpitaux enregistrent une augmentation des cas de traumatisme sans parler des personnes âgées qui sont mort a cause la tentions et la diabète.

- Des preuves évidentes (photos, vidéo et témoignages personnels montrent qu`il y a eu plusieurs cas de viole des femmes a Misurata par les rebelles soutenus par l`OTAN.

- L`enivrement est également très touché par les bombardements. Des preuves tangibles montrent l`existence de l`Uranium enrichi et d`autres matières chimiques dangereuses sur les sites bombardes.

- La situation humanitaire est également catastrophique a Benghazi et dans les autres villes de l`est (Derna, Albaida et Tobruk), ou des soulèvements populaires sont constatés tous les jours mais réprimés par les rebelles avec l`aide des forces spéciales française et britanniques présentes illégalement sur le territoire libyen.

- Des témoignages venus des l`est (notamment de Benghazi) confirment l`état difficile que vient les populations là-bas (manque de nourriture, médicaments et presque tout sans parler de l`absence totale de sécurité et l`enlèvement des enfants et les viol des femmes)

 

3- Notes supplémentaires:

  • L`Europe, la France en tête, pousse tous les pays a reconnaitre le Conseil Transitionnel National alors que c`est un conseil autoproclamé et n`est pas élu et qui utilise un hymne national et un drapeau illégaux.

  • Plusieurs responsables européens se sont rendus a Benghazi, une démarche contraire au droit international qui vise la division d`un pays souverain.

  • Les pays européens font une pression sur les satellites afin de couper la diffusion des chaines libyennes. Une procédure contraire au principe des la liberté d`expression.

  • Les pays européens, la France en tête, ont gelé les avoirs sauverais de l`Etat libyen sous prétexte que cet argent appartiennent a Kadhaffi et a sa famille sans donner aucune preuve.

  • La résolution No (1973) du Conseil de Sécurité est basée sur le principe des protéger les civiles, l`Imposition de Non-Faly-Zone et l`interdiction de vente d`armes a la Libye. Or, aujourd`hui, on constate que l`OTAN terrorisent les population dans toute la Libye, que des avions partent a et de l`aéroport de Bnena a Benghazi et que les armes de grande quantité et de tous types sont vendues a bas prix aux rebelles.

  • Enfin, l`Etat libyen déclare tous les jours accepter toute proposition d`une négociation ou une solution pacifique, mais l`Europe et l`OTAN ferme volontairement la porte devant les institutions légitimes de l`Etat libyen et négocient avec une bande de rebelle qui n`ont même pas le soutien des habitants de Benghazi.

 

Cordialement

Zidan Mubarak MOHAMMED

 

 

 

 

 

 

نبذة عامة عن الوضع الإنساني في ليبيا

 

أولاً: عدد الموتى والجرحى بسبب الأحداث الأولية:

  • بنغازي (من 100 إلى 200 موتى من المدنيين من الطرفين)

  • مصراتة (من 250 إلى 300 موتى من المدنيين من الطرفين)

 

ثانياً: عدد الموتى جراء التدخل الأجنبي (ضحايا قصف حلف شمال الأطلسي)

إحصائيات رسمية عن الفترة من 19 مارس إلى 26 مايو 2011.

  • (718) موتى جراء القصف (بنسبة 10 ضحايا في اليوم الواحد).

  • (4067) جرحى منهم (433) جروح خطيرة (فقد أحد الأعضاء أو الأطراف).

 

ثالثاً: طبيعة القصف

  • يستهدف القصف جميع المدن الليبية بدون استثناء، مع التركيز بشكلٍ أساسي على ثلاث مدن: طرابلس العاصمة (حوالي 2 مليون نسمة) وسبها في الجنوب (140 ألف نسمة تقريباً) وسرت ( 100 ألف نسمة تقريباً) والجفرة (75 ألف تقريباً).

  • يستهدف القصف بشكلٍ أساسي المواقع العسكرية لكنه لا يستثني المواقع المدنية والدليل على ذلك قصف المبني الذي يضم مبنى النائب العام، ومنظمة الأمومة والطفولة ومكتبة مركز الكتاب الأخضر والإذاعة ثلاث مرات متتالية، بالرغم من أن هذا المبنى مصنّف ميراث عالمي من قبل اليونسكو.

  • تم قصف العديد من المستشفيات، سواءً بشكلٍ مباشر (مستشفى مزدة، مستشفى بئر الأسطى ميلاد) أو بشكلٍ غير مباشر (مستشفى الحروق بطرابلس ومستشفى القلب بتاجوراء).

  • الأسبوع الماضي تم استهداف بعض المدارس في مدينة طرابلس في حين كان تلاميذ المرحلتين الإعدادية والثانوية يجرون امتحاناتهم النهائية.

  • منذ ثلاثة أسابيع، لم تعد هناك أية إستراتيجية واضحة للقصف بل أصبح يتم بشكل عشوائي وعلى أماكن بعيدة جداً عن المواقع العسكرية، كما هو الحال عندما تم قصف المحمية الطبيعية في منطقة بن غشير.

  • تم كذلك استهداف مقر وزارة الرقابة (مكافحة الفساد) التي تقع في وسط حي سكني في مدينة طرابلس (شارع الجمهورية) ويبدو أن الهدف من ذلك كان إخفاء أي أثر لملفات تتعلق بماضي بعض أعضاء المجلس الانتقالي في بنغازي الذين كانوا مسئولين في الحكومة الليبية خصوصاً رئيس المجلس مصطفى عبد الجليل وزير العدل السابق وعبد الفتاح يونس وزير الداخلية السابق، ومحمود جبريل مدير عام مجلس التطوير الاقتصادي ومستشار رئيس الوزراء السابق.

 

رابعاً: تأثير القصف على المدنيين:

  • يؤثر القصف بشكلٍ كبير على جميع فئات الشعب بسبب الاستعمال المكثف والمفرط للصواريخ وللقنابل الصوتية التي تحدث صوتاً ودوياً هائلاً.

  • الفئات الأكثر تأثراُ من القصف هم الأطفال (حالات كثيرة للهستيريا والتبول اللاإرادي والصراخ خلال الليل) والنساء (حالات كثيرة من الإجهاض) وكبار السن (سجلت حالات اكتئاب وموت نتيجة ارتفاع إصابات بمرضى السكر والضغط).

  • بسبب القصف يعاني جميع الموظفون من صعوبة الوصول لأماكن عملهم (مثل الأطباء والممرضات والمدرسين...الخ)، فضلاً عن صعوبة مجموعات المطافئ والإسعاف الوصول إلى أماكن القصف في الوقت المناسب.

  • هناك أثار بيئية مهمة للقصف، حيث أعلنت لجنة حصر أضرار العدوان المشكلة من العديد من المؤسسات الدولة الليبية، بتاريخ 7/6/2011 عن اكتشاف آثار لليورانيوم (بنسبة أعلى من المتوسط) في أماكن القصف، فضلاً عن وجود مواد كيماوية أخرى، مع الاحتراق الكامل لجثامين المدنيين مما يدل على استخدام أسلحة غير تقليدية.

  • تفرض قوات حلف شمال الأطلسي الناتو حضراً غير مٌعلن على الوقود والدواء والغذاء، مما يتسبب في معاناة كبيرة لجميع أفراد الشعب، وينتج عنه ارتفاع مأهول في أسعار المواد الغذائية والدواء وتشكل طوابير أمام محطات البنزين تمتد لعشرات الكيلو مترات. التجمع أمام المحطات أدى إلى مشاكل كبيرة (سجلت أكثر من 10 حالات وفاة بسبب المشاجرات أمام محطات البنزين).

  • العديد من العائلات الليبية اضطرت لترك منازلها في المدن التي سيطرت عليها العصابات المسلحة والنزوح للبلدان المأجورة. اليوم تحاول الدولة الليبية الحصول على مساعدة من المجتمع الدولي إعادة حوالي (70.000) مواطن ليبي متواجدين في مصر ويرغبون في العودة إلى الجهة الغربية في ليبيا.

  • هناك أدلة ثابتة (شهادات شخصية، بنيات رسمية، صور، فيديو) تؤكد وقوع حالات اغتصاب قام بارتكابها العصابات المسلحة التي تدعمها قوات التحالف بشكلٍ علني في مدينتي بنغازي ومصراتة تحديداً.

  • الوضع الإنساني سيء جداً في مدن الشرق (بنغازي، درنة، طبرق والبيضاء) وهناك أدلة واضحة على نقص شديد في الغذاء والدوار والمحروقات، وهذا ما تؤكده الانتفاضات المتكررة للسكان هناك التي يتم قمعها بقوة السلاح من قبل العصابات المسلحة بمساعدة القوات الخاصة البريطانية والفرنسية المتواجدة على الأرض.

 

معلومات إضافية:

  • تقوم الدول الأوروبية وعلى رأسها فرنسا وبريطانيا بالضغط على الدول الأخرى للاعتراف بالمجلس الوطني الانتقالي، في حين أن هذا المجلس غير منتخب، ويتم العمل على تجاهل مؤسسات الدولة الليبية القائمة والشرعية.

  • يقوم العديد من المسئولين الأوروبيين بزيارة المنطقة الشرقية في ليبيا في خرق واضح للقانون الدولي والشرعية الدولية والتعامل مع مجلس غير منتخب وبعلم ونشيد وطني غير شرعيين.

  • تقوم الدول الأوروبية بالضغط على شركات الأقمار الصناعية لمنع بث القنوات التلفزيونية الليبية (تم منع القنوات الليبية من البث على القمر الصناعي عرب سات من قبل جماعة الدول العربية)، وهو إجراء يتعارض مع مبدأ حرية التعبير والرأي، علماً بأن القنوات الفضائية الليبية تحرص على الشفافية والموضوعية والصدق، مقارنة مع قنوات أخرى يتم دعمها مثل الجزيرة والعربية والبي بي سي العربية، التي اعترفت بأنها ارتكبت أخطاءً خلال تغطيتها للأزمة في ليبيا.

  • قامت الدول الأوروبية بتجميد أموال الدول الليبية الرسمية في البنوك الأجنبية مدعيةً بأنها تعود للقذافي وعائلته دون تقديم أي دليل واضح على ذلك.

  • قوم قرار مجلس الأمن رقم (1973) على مبدأ حماية المدنيين من خلال فرض منطقة حضر جوي، وفرض حضر على تصدير الأسلحة على ليبيا. اليوم يتم إرهاب المدنيين في غرب وشمال وجنوب ليبيا، ويتم السماح للطائرات بالهبوط والإقلاع في ومن مطار بنينة ببنغازي، كما يتم تزويد المتمردين بالسلاح بجميع أنواعه وبشكلٍ علني من قبل الدول الأوروبية وبعض الدول العربية.

  • أعلنت الدولة الليبية الرسمية أكثر من مرة عن استعدادها لقبول حل سلمي ومناقشة أية مبادرة في هذا الاتجاه ومازالت إلى اليوم تصر على تشبثها بالمبادرة الإفريقية، لكن أوروبا وحلف شمال الناتو يصران على قفل جميع أبواب الحوار مع الدولة الليبية الرسمية، في حين يجرون لقاءات على أعلى المستويات مع المتمردين في بنغازي وهم عبارة عن عصابات لا تعدى عددها المائة شخص وليس لهم أي دعم شعبي يذكر من قبل السكان في المنطقة الشرقية.

 

 

مع جزيل الشكر

 

زيدان مبارك محمد

لجنة تقي الحقائق الدولية غير الحكومية

Partager cet article
Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 10:17
publié par emcee (d\'humeur égale ... toujours énervée) Aujourd'hui 06H31 

Sur le site Indymédia Paris http://paris.indymedia.org/spip.php?article7225, la "journaliste" Guyet-Boutoleau  s'en prend à "l’énarque François Asselineau, président du mouvement souverainiste Union populaire républicaine (UPR)", apparemment une de ses cibles favorites.

 "En conséquence, l'Union Populaire Républicaine (UPR) dépose plainte à l'encontre d'Ornella Guyet (alias « Marie-Anne Boutoleau »), et des sites internet Indymedia et Rebellyon pour diffamation, injures publiques, refus de droit de réponse et atteinte à la liberté d'expression". http://www.facebook.com/note.php?note_id=10150201642937038&comments

Petit rappel à propos de cette personne qui sévit sur plusieurs sites, répandant le venin de la calomnie (et épilogue, peut-être?).

Parmi ses autres cibles favorites: Dazibaoueb, le Grand Soir et des individus isolés comme Bricmont, Collon, voire Chomsky (de façon beaucoup plus insidieuse, toutefois) dont elle mêle les noms aux représentants déclarés de droite extrême ou à d'autres qu'elle qualifie ainsi, se basant uniquement sur son intime conviction et fournissant des explications spécieuses.   

Pour rappel: à la suite de billets insultants et diffamatoires commis sur Article XI, Dazibaoueb avait publié ceci et le Grand Soir, cela.

Mais revenons à cette journaliste, Marie Anne Boutoleau, qui signe également des billets sous son vrai nom, à savoir Ornella Guyet, dans le Diplo http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2009-03-16-Jersey ou Bastamaghttp://www.bastamag.net/spip.php?page=recherche&recherche=ornella+guyet&x=12&y=9  .

"Marie-Anne Boutoleau": c'est sous cette signature que Mme Ornella Guyert écrit ses billets vengeurs destinés à dénoncer les "sites alter" (définis ainsi par elle-même et selon des critères connus d'elle seule) qui seraient, toujours selon elle,  "infiltrés" par l'extrême-droite ou qui se laisseraient aller à des "dérives droitières".

Prétendant pourfendre le fascisme, sans pour autant fournir de  solution si ce n'est de vouloir faire interdire de parole ceux qu'elle dénonce, cette personne a élu domicile sur divers sites d'où elle répand sa hargne, non pas, comme on aurait pu le penser, contre le fascisme, mais contre des sites de gauche ou des gens de gauche (des "alters", dit-elle) qui pratiqueraient le "confusionnisme", accueilleraient des fascistes notoires, se plaçant ainsi, toujours selon elle, dans la catégorie des "rouges-bruns".

Tout en se donnant une respectabilité en se réclamant d'Acrimed et de CQFD, elle a publié ces calomnies sur divers sites, comme Indymédia,  Article XI ou CQFD, et a même commis un billet sur le Diplo, où elle leur indiquait que leur dossier sur les "extrêmes droites" était incomplet car, dit-elle, ils avaient omis de signaler les mouvements "antisionistes".

Je cite:

"Le dossier est très intéressant, mais oublie malheureusement tout un pan : celui qui, sous couvert d’« antisionisme », cache mal son bon vieil antisémitisme. Cette extrême droite-là, contrairement à ce que semble sous-entendre le papier introductif, n’a pas disparu, et est même en pleine expansion. Sous couvert d’un « antisionisme » dévoyé et de lutte « anti-impérialiste », elle essaie notamment de racoler du côté des soutiens au peuple palestinien".

Evidemment, pour madame Boutoleau, il va sans dire que l'"antisionisme" des mouvements pour la Palestine n'est qu'un antisémitisme déguisé ("en pleine expansion"), qu'elle sait parfaitement identifier, évidemment. Croyez-la sur parole.

Pour autant, le discours de Mme Boutoleau-Guyet n'est étayé que par des billets qui rabâchent à l'envi les mêmes thèses, qu'elles aient ou non été écrites par elle-même, voire par des anonymes, selon la bonne vieille méthode des délateurs, et dont il a été prouvé qu'elles étaient mensongères et calomniatrices (voir, par exemple, plus haut, le billet du Grand Soir qui en démonte la mécanique).

Le discours inlassable de cette personne se résume à peu près à ceci, même si ses explications-fleuves tendraient à laisser croire à une pensée plus élaborée :

"La multiplication de sites et blogs pratiquant ouvertement un confusionnisme politique malsain en mêlant références d’extrême droite et références d’extrême gauche et qui malheureusement rencontrent un succès grandissant : citons par exemple le site de Michel Collon, mais aussi Dazibaoueb ou Le Grand Soir (qui bien que classé à gauche n’hésite pas à publier des communiqués du Parti Antisioniste, à soutenir au nom d’un anti-impérialisme dévoyé les pires dictatures : Iran, Libye, Cuba, etc.)".

Que cherche donc madame Bouteleau–Guyet, à revenir sans relâche sur le sujet?

Certainement pas à lutter contre l'extrême droite, ni le fascisme, car elle ne fait que citer les noms de groupes, de sites ou d'individus, ne donnant d'autre consigne que de refuser de les publier ou de les inviter sur les ondes;

Certainement pas à lutter contre l'extrême droite du FN, pour qui elle a des silences et des complaisances suspects;

Certainement pas à lutter contre les méthodes employées par la droite dite "classique", dont on peut, pourtant, regretter les initiatives que, dans d'autres temps, on eût qualifiées de droite extrême (expulsions musclées et barbares d'étrangers ou de Roms, accompagnées du saccage de leurs biens, interdiction de manifester pacifiquement, incarcérations abusives de présumés membres de l'"ultragauche", stigmatisation de groupes bien précis – chômeurs, musulman-es, "RSA-istes", etc. - sans parler des lois liberticides qui s'accumulent pour concurrencer l'extrême-droite dans un but électoraliste, entre autres, parce que ceci n'explique pas tout).

Or, toute cette montée de l'extrême droite de la société française ne l'interpelle pas du tout.

Non, ce qui l'intéresse, ce sont des groupuscules ou individus d'extrême droite, dont le commun des mortels n'a probablement jamais entendu parler, mais sur lesquels elle s'appuie pour dénoncer les sites "alters", accusés de publier leurs billets ou de soutenir des dictateurs "notoires" comme ceux de Libye ou d'Iran - cette extrême gauche également "énamourée" de Chavez et de Castro, qu'elle classe péremptoirement dans les persona non grata, comme le fait inlassablement par idéologie un vulgaire porte-parole de l'empire.

Pour autant, on ne trouve rien sur les dictateurs aujourd'hui déchus comme Ben Ali, ou Moubarak, rien contre les obscurantistes barbares d'Arabie saoudite, rien, non plus, contre la droite colonialiste et meurtrière d'Israël, dont Lieberman, le ministre des Affaires Etrangères, fondateur du parti  d'extrême droite, Israel Beytenou.

Curieux, tout de même, cet ostracisme ultra-sélectif de la part d'une militante autoproclamée acharnée contre ceux qu'elle qualifie de "fafs". NON?

Car, bizarrement, ses épouvantails sont exactement les mêmes que ceux que nous imposent dans tous les médias dominants les atlantistes impérialistes pro-Israël jamais à court d'idée d'une nouvelle guerre d'invasion.

Ces épouvantails qui sont sans cesse évoqués par les BHL, Val et autres, comme Castro, Chavez (naguère accusé d'antisémitisme – une obsession), Ahmadinejad ou Kadhafi, qui tous, comme par hasard, s'opposent à l'empire US et ses satellites.

Car, il n'est jamais fait mention ni des cruels Saoud, ni des cheiks koweitiens, ni des Al-Kalifa du Bahreïn, ni de Netanyahou, ni des dictateurs aujourd'hui disparus, comme Ben Ali ou Moubarak, ni, évidemment, à fortiori, d'Obama ou de Sarkozy, dont la politique intérieure et extérieure est, comme chacun le sait, irréprochable.

Alors, pour qui roule madame Bouteleau–Guyet, qui veut nous interdire les manifestations en faveur de la Palestine, sous prétexte qu'on y côtoierait l'extrême-droite, qui veut nous imposer de faire taire ou d'isoler ceux qu'elle nous désigne comme infréquentables, car suspects de "rouge-brunisme"?

Or, si on y regarde de plus près, ceux qu'elle amalgame avec des membres de l'extrême droite sont ceux qui s'opposent à la politique raciste et destructrice d'Israël, qui contestent la mondialisation heureuse préconisée par les impérialistes, qui dénoncent les guerres d'invasion et qui, dans l'ensemble, diffusent une information en opposition avec la propagande que nous assènent les grands médias détenus par les grands groupes financiers.

Et qui est madame Bouteleau–Guyet, dissimulée jusqu'à présent sous un pseudonyme, voire derrière l'anonymat, pour s'ériger en censeure, n'hésitant pas, pour ce faire, à se livrer à un ignoble processus d'amalgames et de délation?

Nous, à Dazibaoueb, ne nous laisserons pas intimider par ce genre de manœuvres.

Une telle offensive est clairement destinée à imposer la censure aux usagers du Web, dont les détracteurs habitués des grands médias ne cessent de répéter qu'il n'est qu'un tissu de mensonges.

La preuve en est que ce sont ceux-là mêmes qui dénoncent ces mensonges qui se servent du web pour les propager afin de le discréditer.

Nous approuvons toute initiative à l'encontre de ceux et celles qui, par leurs propos calomnieux et par leurs intimidations, cherchent à discréditer et à faire taire ceux et celles qui, sur Internet (ou dans d'autres médias, s'il en est), tentent, souvent bénévolement, de publier des informations variées et des textes solides, cela dans le but de nourrir la réflexion et d'aiguiser le sens critique de chacun d'entre nous.

Nous serons aux côtés de ceux qui luttent pour préserver Internet au nom de la vérité, de la liberté d'expression, de la circulation des idées et de l'enrichissement de la pensée.

Nous refusons qu'Internet devienne, comme les grands médias, la chambre d'enregistrement de l'idéologie des classes dominantes et un vaste territoire de propagande politique et commerciale visant à préserver les privilèges d'une minorité oisive, voire à lui en accorder d'autres encore, sur le dos des populations.

Les idées se combattent avec les mots, pas avec la délation et les appels à la censure.

L'équipe de Dazibaoueb


Auteur : Dazibaoueb - Source : Dazibaoueb

Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 17:55

 

Politique

 

Le terme est emprunté (1365) au latin «politicus»; relatif au gouvernement des hommes, venant du grec «politikos» ; qui concerne les citoyens, l'état. Le mot vient du grec «polis» qui signifie cité ou «politès» citoyens.

Ce terme à rapidement pris deux sens, le sens des affaires de la cité dont s'occupent les citoyens, sens éminemment positif, mais a pris un sens péjoratif dans celui d'habileté à défendre ses intérêts privés au sein de cette même cité. Cité étant pris comme l'assemblée des citoyens.

 

Ce terme «politique» n'échappe donc pas à la règle qui veut que chaque étymologie utilisée en rhétorique politique ait a supporter une dégradation de signification voire un retournement. Retournement allant toujours dans le sens de l'assurance et la continuité d'un pouvoir despotique ou oligarchique. Ainsi dernièrement j'ai parlé de propagande ou «propaganda» utilisé par l'église pour propager la foi, devenu maintenant péjoratif. Le pouvoir oligarchique utilisant lui le terme politiquement correct de «public diplomacy». Une liste très longue de termes notamment en « isme » pourrait être établie ou la signification primitive a été tuée par un pouvoir, annulant par la le danger qu'il pouvait représenter pour lui. Par exemple, communisme, socialisme, libéralisme etc. dont les significations communes d'aujourd'hui sont l'exacte contraires des significations primitives.

 

Avec la connotation péjorative de politique, il s'agit de repousser, de rebuter le citoyen dans son éventuelle préoccupation des affaires de la cité afin d'en laisser la place au véritable pouvoir despotique qui n'a rien à faire de citoyens.

 

Ainsi donc la politique sous nos contrées se prétendant démocratiques serait réservée à une élite «politicienne» professionnelle cherchant à éloigner les simples citoyens des lieux de pouvoir.

Pour le politicien aujourd'hui, la politique consiste à œuvrer par tous moyens pour accaparer le pouvoir. Le pouvoir étant le but suprême à atteindre le maximum de pouvoir engendrant une puissante capacité d'obtenir facilement et sans contrainte sexe, argent et contrainte sur autrui, jouissance régalienne suprême.

 

« Politique » prend le sens de dissimulation, de tromperie, d'habileté à tromper par l'usage de la « propagande », ou diplomatie publique, propagande appuyée par des complots habilement et perpétuellement médiatiquement ourdis afin de salir ceux qui s'opposent à telle ou telle prise de pouvoir. Aujourd'hui le complot est le moyen politique le plus utilisé soit par fabrication pure et simple d'évènements en opération « false flag » ou plus simplement en dénonciations subites de turpitudes habituelles, sexuelles ou financières dont a pris l'usage l'adversaire politique du moment à éliminer. Turpitudes dont le terme est réservé aux bas peuples moralistes, pour l'élite politicienne il ne s'agit que de comportement normaux.

 

La possibilité de transgresser une morale réservée au peuple étant le signe même du pouvoir.

 

La politique vue de cette façon est évidemment quelque chose de moralement inacceptable voir d'écœurant pour le simple citoyens qui voit le débat politique entouré de déballage sur les pratiques sexuelles habituelles pourtant moralement inappropriées de telle ou telle adversaire.

 

Revenir au sens étymologique de politique se réapproprier le terme doit être le but du citoyen.

 

Justement aujourd'hui les citoyens doivent réellement s'engager politiquement dans une révolution. Révolution dont le but serait de recouvrer la souveraineté républicaine du peuple c'est à dire de la nation pour en déposséder le pouvoir oligarchique venant de l'étranger anglo-saxon qui réussit à lui confisquer. Il y réussit par d'habiles complots ourdis par d'habiles politiciens de gauche comme de droite.


Refaisons de la politique véritable, reprenons le pouvoir.

 

Alain Benajam

4 juin 2011

Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 17:26

 

De la propagande par le cinéma.

 

 

Propagande vient du latin propaganda, littéralement qui doit être propagé et qui est l'adjectif verbal du latin « propagarer »; propager.


D'abord terme religieux pour propager la foi, il a été introduit dans le langage politique par la révolution française dans le sens de propager une opinion politique. Les anglais et les allemands et peut être d'autres ont gardé le terme latin de propaganda. Cependant, ce terme s'enfonce dans le péjoratif avec la « propagandastaffel » nazie et devient synonyme de manipulation d'opinion . Les étasuniens ont inventé alors un autre terme, politiquement correct, s'appelant « public diplomacy » qui dans le dictionnaire est quand même traduit par propagande mais cherche à ne laisser dans ce terme que l'aspect manipulation d'opinion. La propagande fut donc réservée aux communistes. Les USA parlaient durant le guerre froide de « communist propaganda ».

 

Aujourd'hui le terme propagande est réservé à l'exercice de communication de l'ennemi des USA qui propage honteusement son opinion en cherchant à manipuler les foules, ces même USA faisant eux de la diplomatie publique pour faire la même chose.

 

Par extension on qualifie de propagande, fortement négativement connotée, une action de communication ou une action de propagation d'idées avec laquelle on est en désaccord. Par contre cette qualification ne s'applique pas, dans le langage courant, à ce même type d'action de propagation d'idées avec lesquelles nous sommes en accord, on l'appelle en français communication.

 

La propagande (ou la « public diplomacy ») au cinéma est née avec le cinéma qui est un formidable support. Cette propagande est plus ou moins explicite, mais elle fonctionne en montrant dans une fiction qui sont les bons et qui sont les méchants.

 

C'est ainsi qu'a fonctionné depuis le début du cinéma, la propagande cinématographique hollywoodienne, en montrant positivement le pionnier WASP (White Anglo-Saxon Protestant) sous un jour éminemment positif face aux « untermensch ». Ces sous hommes indiens, noirs, français, mexicains, latinos, toujours voleurs, veules et cruels que le bon WASP peut ridiculiser et très souvent massacrer à coup de Winchester sans que cela n'émeuve le bon public.

 

 

Ceci doit évidemment subsister dans l'imaginaire public (public diplomacy) comme la supériorité indiscutable de «l'américain» blanc sur l'arrogant bougnoulo-français, petit, bedonnant et à moustache. Maintenant on ne compte plus les films hollywoodiens montrant d'affreux arabes terroristes. Je passe historiquement sur d'autres méchants typiques: japonais, vietnamiens et chinois (lemon face). On sait aujourd'hui qu'il y eut toujours une cellule de l'US Army et plus tard du Pentagone toujours en contact avec l'industrie cinématographique US une véritable et militaire « propagandastaffel » pour distribuer des aides matérielles aux bon cinéastes et les refuser aux mauvais. La CIA étant toujours un pourvoyeur de bons scénarios.

 

D'autres que les USA ont aussi utilisé le cinéma, pour propager leurs idées (propagande). Les soviétiques ont produit un merveilleux film de propagande, fait expressément pour ça, une commande de Staline, Alexandre Nevski réalisé par Eisenstein avec une cantate patriotique de Serge Prokofiev, un chef d'œuvre. Ce film produit en 1936 montrait de bon et héroïques russes qui aux moyen âge ont vaincu les terribles Chevaliers teutoniques, des boches, anticipant d'ailleurs ce qui arriva à ces boches. Les nazis ont produit également des films de propagande réalisés souvent par la talentueuse Leni Riefensthal.

 

 

 

Belle propagande

Le génie "propagandiste" d'Eisenstein est de ne pas montrer le visage des méchants teutoniques, ainsi désincarnés, c'est le mal

 

L'Iran Khomeiniste est maintenant, après la disparition de l'URSS, l'ennemi absolu et juré des USA.

Evidemment, l'Iran est un des rares pays sur cette planète à avoir su résister, après d'épouvantables sacrifices, au vol de ses richesses pétrolières par l'impérialisme anglo-américain. L'Iran a pu réussir cette formidable résistance grâce à la révolution islamique qui en a été le moteur idéologique.

Cette capacité de l'islam à emmener un peuple contre l'impérialisme a été théorisé par un intellectuel proche des idée révolutionnaires françaises Ali Raheima, qui a lui même inspiré l'ayatollah Khomeiny.

 

Ce faisant l'Iran révolutionnaire montre la voie aux autres peuples dans la recherche de leurs propres traditions idéologiques et historiques dans la lutte pour leur émancipation de l'impérialisme militaire et financier anglo-saxon.

L'Iran révolutionnaire indique à la France aujourd'hui la voie qu'elle doit suivre pour seulement survivre, non pas en réalisant une révolution islamique mais puisant dans ses propres traditions. Telle est la leçon iranienne.

 

Thierry Meyssan qui a toujours montré qu'il avait plusieurs neurones d'avance sur les autres intellectuels à compris le mécanisme original et exemplaire de cette révolution iranienne toujours victorieuse et vivante. De l'autre, les révolutionnaires iraniens ont compris le travail et l'action de Thierry Meyssan démontant avec minutie les terribles mécanismes de l'impérialisme anglo-saxon et de leurs opérations «false flag» aujourd'hui moyens majeurs de leur manipulation des opinions publiques et de leurs troupes.

Manipulations et propagande qui permet de les engager dans des guerres qui ne sont finalement que du vol pur et simple, mais en laissant derrière des montagnes de cadavres.

 

Les iraniens ont commencé à comprendre le parti qu'ils pouvaient tirer des travaux de Thierry Meyssan sur les « attentats » du 11/9/2001 afin de mobiliser à la fois leur peuple mais également les autres peuples en but au même ennemi, monstre inhumain, le pire depuis le nazisme et qui fomente guerre sur guerre, massacre sur massacre pour disposer des richesses et du pouvoir.

 

Le film « Black Box » montre donc l'association entre la personne de Thierry Meyssan avec ses travaux sur le 11/ 9, persécuté, ennemi public numéro 1 des USA et la révolution iranienne anti impérialiste. C'est une réelle « join venture , une « association aventure » qui ne peut être que synergique pour le bien de tous les peuples de la planète.

 

Alors est-ce de la propagande? Dans le sens étymologique pour propager une idée certainement, c'est de la diplomatie publique, que de montrer au public l'intérêt pour tous les peuples que de cette association puisse fonctionner.

 

Cette «propaganda» n'a certes pas le niveau de la diplomatie publique anglo-saxonne bien plus sophistiquée et bénéficiant de moyens considérables, elle balbutie elle ne sait pas bien faire au niveau atteint par ce pouvoir impérialiste. Celle des iraniens, des russes, des chinois, encore pire de libyens porte parfois à rire pour nous gorgés de propagande sophistiquée.

 

Ces peuples ne possèdent pas l'art de la dissimulation et de la rouerie anglo-saxonne multi centenaire, ils sont bruts et ne savent cacher leurs intentions.

 

Alain Benajam

23 mai 2011

Partager cet article
Repost0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 10:17

  Pourquoi faut-il tuer Kadhafi et au passage DSK !

 

  (Sarkosy y a échappé de peu mais il est prudent, il demande la permission)

 

 

La décision prise par Sarkozy de procéder à une escalade militaire en Libye par l'engagement d'hélicoptères lance-missiles fait suite sans aucun doute à un ordre de ses patrons étasuniens. La France n'a nul intérêt dans cette opération de vol colonial des richesses libyennes. L'état libyen a maint fois proposé à la France de participer pleinement et aux premiers rangs au développement de ce pays pour en tirer de substantiels bénéfices.

 

La survie inattendue, autant politique que légale, du chef de l'état libyen pose des problèmes importants, problèmes surtout financiers qui indisposent les milieux bancaires et le FMI, leur appendice.

 

Le FMI a décidé de non plus accorder des prêts en dollar, devenue monnaie de singe et dont plus personne ne veut mais dans une nouvelle monnaie internationale virtuelle que l'on appelle « droit de tirage spéciaux ». En fait et en schématisant une escompte de garanties financières cautionnée par des fonds souverains. Cette escompte pouvant être tirée dans la monnaie choisie par l'emprunteur au FMI, par exemple pour la Grèce et le Portugal en Euro. Quels sont ces fonds souverains? Evidemment les plus importants sont les fonds chinois, mais il y a au FMI pas mal de fonds libyens cependant, le blocage de ces fonds bloque  le système d'attribution des aides par le FMI et pénalise les états européens qui en ont besoin, contribuant ainsi à précipiter un peu plus l'Euro au gouffre.

 

Dominique Strauss-Kahn devait se rendre en Libye à Tripoli avec un délégué allemand, dont le pays s'inquiète de la santé de l'Euro, afin de négocier une sortie de conflit. Conflit qui empêche le FMI de fonctionner. En effet légalement, selon l'ONU l'état libyen est toujours représenté par Tripoli.

 

Un autre problème légal réside dans la fortune personnelle de Kadhafi. Cette fortune est placée pour beaucoup en «assets» c'est à dire dans le jargon financier en biens réels sur lesquels, comme pour les fonds souverains, les banques émettent des garanties bancaires (dept bonds) cautionnées par ces biens réels. Ces garanties bancaires servent en premier lieu à établir des lettres de crédit garanties par les banques (SBLC, Stand By Letter of Credit) et utilisées dans le commerce de commodités, (pétrole, denrées, engrais etc....) Le fait que les comptes de Kadhafi soient bloqués pose de graves problèmes légaux au système bancaire.

 

Cette situation qui n'était pas prévue ne peut plus durer longtemps maintenant, il faut, soit reculer en négociant soit avancer en éliminant Kadhafi

 

Bien entendu, on pouvait revenir en arrière et négocier, c'est ce que s'apprêtait à faire DSK et ce qu'avait commencé à entreprendre Sarkozy, des contacts avaient été pris et un émissaire spécial, un certain Jean Martinez, ami des deux partis faisaient l'aller retour,. Ce même homme  arrangea le déplacement de DSK et de l'envoyé allemand en Libye. Des avantages considérables étaient accordés à la France par la Libye si ces négociations aboutissaient, un accord fut trouvé, mais il fut quand même  décidé de demander la permission au patron US. Cette négociation  n'étant pas du gout du patron, tout fut abandonné. Par contre DSK, continua à agir seul au nom du FMI.

Sarkozy doit encore en trembler, si il avait passé outre il était fini. 

 

La décision de ne pas revenir en arrière a donc été prise par l'impérialisme, trop d'intérêts sont en jeux les USA ,omptant peut être dans la panique se refaire une santé sur le dos des peuples d'Afrique, puisque tel est actuellement l'axe de leur action.

C'est donc la précipitation avant le « big one » économique.

 

Il faut donc maintenant tuer Kadhafi pour terminer l'opération coloniale anglo-saxonne. Il faut le tuer légalement pour récupérer l'usage des fonds souverains et il faut que l'ONU reconnaisse le gouvernement croupion de marionnettes mâtinées Al Quaïda de Benghasi. Pour réussir cette opération, difficile pour l'impérialisme il lui faut convaincre une communauté des nations perplexe et peu enthousiaste, il lui faut absolument l'appui de la Russie et de la Chine et de pays régionalement influents comme la Turquie. Pour la Turquie c'est fait avec une promesse d'entrée dans l'Union Européenne rapidement et un oubli du génocide arménien. Pour la Russie, on connait les dissensions Medvedev, Poutine. Medvedev enclin à « travailler avec les USA », il a une fortune personnelle à se constituer mais pas Poutine. Qui l'emportera? C'est pour l'instant Medvedev qui possède le pouvoir. Quand aux chinois, le fondement de leur politique étrangère est de toujours d'avoir les meilleurs relations possibles avec les USA et pour ça ils sont prêts à avaler toutes les couleuvres possibles. Les jours légaux de Kadhafi sont comptés et règlerais le problème des fonds souverains.

Cette mort légale pourtant, ne réglera pas le problème du blocage de la fortune personnelle de Kadhafi, pour ça il faut le faire disparaître « ad patres ».

 

Sarko, en fidèle second couteau est la pour s'en charger, enfin pas lui, c'est la vie de nos pilotes d'hélicoptère qui va être cruellement en jeux, il ne s'agira plus d'appuyer sur un bouton à 5000 mètres d'altitude, mais de quasiment aller au contact au risque d'être pris sous le feux du premier lance-missile portable venu, la Libye n'en manque pas.

La guerre coloniale anglo-saxonne prend de l'ampleur avec des vies françaises qui risquent de disparaître, comme en Afghanistan, pour des intérêts contraires à ceux de la France. Le général se retourne dans sa tombe!

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 16:59

Je reproduit ici une allocution de Domonique Strauss Kahn que tous français devrait lire.

 

 

«À enjeux mondiaux, solutions mondiales»

 

— Allocution prononcée à l’Université George Washington Par Dominique Strauss-Kahn Directeur général du Fonds monétaire international Washington, le 4 avril 2011 Texte préparé pour l’intervention

 

 

Bonjour, chers voisins.

C’est avec plaisir que je me retrouve parmi vous aujourd’hui. Je tiens à remercier le Président Knapp de son aimable invitation et Danny Leipziger d’avoir organisé cette séance. Je me fais toujours un plaisir de parler à des étudiants et j’ai eu l’occasion de pratiquer cet exercice un peu partout dans le monde. Après tout, vous êtes les dirigeants de l’avenir, c’est vous qui allez donner forme au monde de demain. À la fin de la semaine prochaine, le FMI tiendra ses réunions de printemps. C’est la saison où les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales auxquels nous rendons compte viennent à Washington pour parler de l’économie mondiale. Et cette année, ils auront largement de quoi parler. Nous vivons un moment unique de l’histoire, une période de grands bouleversements. Vous n’êtes pas sans savoir que la crise financière mondiale a dévasté l’économie mondiale et causé une misère et des souffrances incalculables dans le monde entier. Mais elle a fait bien plus : elle a aussi sapé les fondements intellectuels de l’ordre économique mondial du dernier quart de siècle. Avant la crise, nous pensions que nous savions plutôt bien gérer nos activités économiques. Ce «consensus de Washington» reposait sur un certain nombre de formules de base. Il suffisait de simples règles de politique monétaire et budgétaire pour garantir la stabilité. La déréglementation et les privatisations donneraient libre cours à la croissance et à la prospérité. Les marchés financiers se chargeraient d’acheminer des ressources aux secteurs les plus productifs et de s’autoréguler efficacement. Et tous les citoyens du globe surferaient sur la vague montante de la mondialisation. Tout cet échafaudage s’est effondré sur le passage de la crise. Le consensus de Washington relève désormais du passé. Il nous appartient aujourd’hui de reconstruire les fondements de la stabilité et de faire en sorte qu’ils résistent à l’épreuve du temps et que la prochaine phase de la mondialisation apporte ses bienfaits à toute l’humanité. Ce travail de reconstruction repose sur trois grands axes — une nouvelle approche de la politique économique, une nouvelle approche de la cohésion sociale et une nouvelle approche de la coopération et du multilatéralisme. Tour d’horizon Voyons pour commencer comment se présente la situation économique. L’activité économique mondiale continue à se redresser, mais la reprise est déséquilibrée, au plan international comme au plan national. Dans les pays avancés, foyer de la crise financière, la croissance est encore faible et le chômage trop élevé. Pendant ce temps, les pays émergents — surtout en Asie et en Amérique latine — montent en puissance et frisent la surchauffe. Les pays à faible revenu ont fait preuve d’une remarquable résistance, mais souffrent maintenant de la hausse des cours des produits alimentaires et des carburants. De grandes incertitudes continuent à planer. Il y a bien encore à l’heure actuelle un grand nombre de cygnes noirs sur le lac économique mondial. Après la grande tragédie qu’a vécue le Japon, la priorité immédiate est de soulager les souffrances humaines et de reconstruire ce qui a été mis à bas. Nous sommes tous admiratifs devant la résilience du peuple japonais. En Europe, quelques pays sont à la croisée des chemins — ils ont franchi des étapes difficiles, mais ont encore du chemin à faire. Au final, l’Europe a besoin de solutions globales — basées sur la solidarité paneuropéenne — pour venir à bout des problèmes persistants du secteur financier et des dettes souveraines. Jusqu’à présent, il y a eu des avancées partielles et fragmentaires, ce qui constitue une menace pour les pays en crise ainsi que pour le redressement de l’ensemble de l’Europe. Le Moyen-Orient vit en ce moment une transformation historique. Les citoyens revendiquent plus de liberté, ainsi qu’une répartition plus juste des chances et des ressources économiques. Pour répondre à ces aspirations, il faudra modifier en profondeur les institutions politiques, économiques et sociales. Ce sera un processus de longue haleine : des réformes de pareille ampleur demandent du temps et des efforts. L’enjeu immédiat consiste à préserver la cohésion sociale, sans compromettre la stabilité macroéconomique. En période d’agitation sociale, presque tous les gouvernements de la région ont essayé — ce qui est bien compréhensible — d’amortir les effets de la hausse des prix de la nourriture et des carburants en les prenant partiellement en charge dans le budget de l’État. Bien sûr, ce surcroît de dépenses va peser à l’avenir sur les finances publiques. L’instabilité politique, par ailleurs, fait baisser les recettes du tourisme, décourage les IDE et accroît le coût des emprunts. Cela pourrait réduire à néant les efforts visant à établir un modèle de croissance plus soucieux des égalités sociales et à créer des emplois pour absorber une population active en vive expansion. La communauté internationale doit être prête à apporter son soutien, aujourd’hui et dans les années à venir. Globalement, donc, la situation économique est encore fragile, inégale et entourée d’une grande incertitude. Une nouvelle approche de la politique macroéconomique Selon l’ancien paradigme, la politique monétaire n’avait que deux soucis : l’inflation et la croissance. Mais c’était trop simple. Avant la crise, la faible inflation et la croissance vigoureuse de façade dissimulaient de graves dangers : envolée des prix des actifs, explosion du crédit, investissements biaisés en faveur de l’immobilier, creuset financier d’actifs toxiques et vastes déficits extérieurs courants. Dans le passé, on faisait souvent abstraction du secteur financier. Les instances de réglementation et de contrôle se concentraient sur les institutions et les marchés à titre individuel, et ne prêtaient guère d’attention aux dimensions plus larges de la stabilité financière et macroéconomique. Mais une des leçons essentielles est que les événements locaux peuvent avoir des répercussions mondiales. Il est clair que la politique monétaire ne doit pas s’arrêter à la stabilité des prix et doit se soucier aussi de la stabilité financière. Cela ne veut pas dire pour autant que son principal instrument, le taux directeur, doit accroître sa portée. Heureusement, nous disposons d’autres instruments — les instruments macroprudentiels tels que les ratios de fonds propres, les ratios de liquidité et les ratios de quotité des prêts. Nous devons apprendre à concevoir et utiliser ces instruments de manière plus efficace. Quid de la politique budgétaire? Dans l’ancien paradigme, elle était à n’en pas douter laissée pour compte dans la panoplie des instruments de gouvernement. Son rôle se limitait aux stabilisateurs automatiques — laisser les déficits augmenter et baisser en fonction du cycle — et toute action discrétionnaire était vue d’un mauvais œil. Mais la politique budgétaire est sortie de son engourdissement, telle la Belle au bois dormant, au cours de la crise, lorsque la politique monétaire s’est essoufflée et que le système financier s’est retrouvé à genoux : c’est alors que l’instrument oublié est venu étayer la demande globale et sauver le monde de la chute libre économique. Nous devons repenser la politique budgétaire. Parallèlement, le secteur financier a besoin d’une sérieuse intervention de chirurgie réglementaire. La crise a pris racine dans une culture de prise de risques débridée, culture qui malheureusement, est encore bien vivante et agissante. Il y a eu quelques avancées positives, mais ce ne sont que des premiers pas. L’accord de Bâle III sur la réglementation bancaire devrait améliorer quantitativement et qualitativement les fonds propres des banques. Mais il nous faut étendre la réglementation au «système bancaire virtuel». Il nous faut un contrôle plus efficace, car même la meilleure réglementation n’a de valeur que si elle est convenablement appliquée. Il nous faut de meilleurs mécanismes de restructuration pour en finir avec le syndrome maudit du «trop- gros ou trop important pour qu’on le laisse mourir — y compris au niveau crucial des établissements transfrontaliers. Nous avons besoin d’une taxe sur les activités financières pour forcer ce secteur à prendre en charge une partie des coûts sociaux de son comportement irresponsable. Globalement, je tirerais de tout cela deux grandes conclusions. La conception d’un nouvel ordre macroéconomique pour le monde d’aujourd’hui exige que la main passe — au moins dans une certaine mesure — du marché à l’État et que, d’une simplicité relative, l’on s’achemine vers relativement plus de complexité. Une nouvelle approche de l’inclusion sociale La nouvelle gouvernance mondiale doit aussi s’attacher davantage à la cohésion sociale. Ne vous méprenez pas — l’ancienne formule de mondialisation nous a beaucoup apporté et a permis d’arracher des millions de personnes à la pauvreté. Mais la médaille de la mondialisation avait un revers — celle d’un fossé vaste et grandissant entre les riches et les pauvres. Si la mondialisation des échanges est allée de pair avec une diminution des inégalités, la mondialisation financière — qui fait la une depuis quelques années — les a aggravées. La tendance a été de banaliser les inégalités, en les présentant comme un mal nécessaire dans la quête de la prospérité. Mais la crise et ses séquelles ont profondément changé nos perceptions. Le cocktail explosif d’un chômage élevé et persistant et d’une aggravation des inégalités risque de saper la cohésion sociale et la stabilité politique et, partant, de menacer la stabilité macroéconomique. Les inégalités ont sans doute été l’une des causes «cachées» de la crise. Aux États-Unis, à la veille de la crise, elles étaient revenues à leur niveau d’avant la Grande Dépression. La Grande Récession, elle aussi, a été précédée par une augmentation de la part du revenu des populations riches et par une prépondérance croissante du secteur financier. Dans ces conditions, pour l’homme de la rue l’emprunt aurait pu être un moyen de relever son niveau de vie, mais cela n’aurait eu qu’un temps. À terme, pour être soutenable la croissance doit s’accompagner d’une répartition plus équitable des revenus. À cela plusieurs raisons. Les inégalités peuvent bloquer l’accès au financement. Elles peuvent rendre les pays plus vulnérables aux chocs. Elles peuvent ébranler la confiance dans les institutions et ouvrir la porte à l’instabilité. Sans une classe moyenne solide, la demande intérieure n’a guère de chances de décoller. Il nous faut un nouveau type de mondialisation, une mondialisation plus juste, une mondialisation à visage plus humain. Les fruits de la croissance doivent être largement partagés, et non accaparés par quelques privilégiés. Certes, le marché doit garder son rôle prépondérant, mais la main invisible ne doit pas pour autant se transformer en poing. Une nouvelle approche au multilatéralisme Nous avons beaucoup appris de la crise, et surtout que la coopération est indispensable à la stabilité. Sans la coopération préconisée par le G-20, nous aurions sans doute sombré dans une deuxième Grande Dépression. Aujourd’hui cette coopération ne peut s’estomper. L’économie mondiale est trop interdépendante pour permettre aux simples intérêts nationaux de prévaloir. Je crains toutefois que cette coopération ne s’essouffle. Les grands enjeux actuels exigent tous une solution concertée. Songeons au rééquilibrage de la croissance mondiale. Les pays qui ont accusé des déficits extérieurs doivent s’appuyer davantage sur la demande extérieure. Les pays excédentaires doivent, eux, évoluer en sens inverse, et s’appuyer davantage sur la demande intérieure. Autrement dit, il faut d’abord miser sur l’intérêt de la planète, car en fin de compte les intérêts nationaux en dépendent. La mondialisation doit être perçue comme une entreprise commune. Les pays ne doivent pas se prévaloir de leur monnaie ni des restrictions commerciales pour obtenir des gains à court terme. Dans leur quête d’investisseurs, ils doivent résister à la tentation du relâchement de la réglementation financière et du renoncement aux protections sociales. Dans ce monde, les institutions multilatérales — foyers de coopération mondiale — revêtiront une importance croissante. Mais il faut qu’elles gardent leur pertinence. Elles doivent s’adapter à la nouvelle mondialisation. Je suis heureux de constater que le FMI joue son rôle. Un rôle qui a été essentiel durant la crise, où nos programmes de prêt ont été décisifs — notamment à la faveur d’accords avec certains pays avancés que peu d’observateurs auraient pu prévoir. Nous nous efforçons désormais de mieux saisir les relations d’interdépendance complexes qui caractérisent l’économie mondiale. Nous voulons être mieux à même de prévenir les crises, pas simplement de les gérer. Nous avons opéré beaucoup de changements. Nous avons mis en place un nouvel exercice d’alerte avancée. Nous publions de nouveaux rapports sur les effets de contagion, qui examinent en quoi les politiques nationales de cinq grandes économies systémiques agissent sur le reste du monde. Nous avons rendu obligatoires les programmes d’évaluation du secteur financier pour les pays d’importance systémique. Nous offrons un meilleur suivi des flux de capitaux mondiaux. Nous œuvrons avec le G-20 pour faire de la coopération un moteur de croissance. Nous avons entrepris de renforcer le dispositif mondial de protection financière pour épargner aux pays des revers de fortune soudains. Mais nous devons nous armer de légitimité et refléter la réalité économique du xxie siècle. De là l’importance des récentes réformes de gouvernance du FMI. L’an dernier, nos États membres ont convenu de transférer plus de 6 % des voix aux pays émergents et aux pays en développement — en sus du transfert de 2,7 % de 2008. Le Brésil, la Chine, l’Inde et la Russie figurent désormais parmi nos dix plus grands actionnaires. Nous sommes ainsi mieux à même de nous acquitter de notre mission, une mission de stabilité macroéconomique, aujourd’hui plus pertinente que jamais. Conclusion Les défis que nous devons relever aujourd’hui n’ont rien de nouveau. Déjà en 1933, John Maynard Keynes — un des pères fondateurs du FMI — écrivait «Le capitalisme international et néanmoins individualiste, décadent mais dominant depuis la fin de la guerre, n’est pas une réussite. Il n’est ni intelligent, ni beau, ni juste, ni vertueux, et il ne tient pas ses promesses. En bref, nous ne l’aimons pas et nous commençons à le mépriser. Mais quand nous nous demandons par quoi le remplacer, nous sommes extrêmement perplexes». Aujourd’hui nous nous heurtons à des défis étrangement similaires. Nous sommes en train de surmonter des obstacles dont la nature et les causes le sont, elles aussi. Mais nous ne devons pas perdre de vue que les institutions créées dans l’après-guerre ont montré leur pérennité, ouvrant une période de paix, de prospérité, de coopération et de stabilité sans précédent. C’est dans ce monde qu’est né le FMI. Un monde où le multilatéralisme comptait. Un monde où les fruits de la croissance étaient amplement partagés. Un monde où l’État et le marché se complétaient et s’équilibraient. Aujourd’hui il nous appartient de reconstruire ce type de monde. Bien entendu il ne s’agit pas de revivre les années 40. Nous ne voulons pas d’un monde dominé par une poignée de pays. Nous ne voulons pas tourner le dos à l’ouverture. Nous pouvons toutefois revenir aux principes sur lesquels fut construite l’économie de l’après-guerre. Nous pouvons nous inspirer du passé pour dessiner l’avenir. Or, le FMI a justement un rôle primordial à jouer. Il doit renouer avec sa mission originelle, celle de promouvoir la coopération et de combattre les causes économiques de la guerre. L’avenir vous appartient. Vous en serez-les dirigeants. Quel monde voulez-vous façonner? Un monde plus intelligent, plus juste, et plus vertueux, n’est-ce pas? Merci de votre attention.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 11:05

République Nation

 

 

Un concept révolutionnaire bien français en danger perpétuel.

 

  f1.highres-vive-la-nation-en-avant-citoyens.jpg

 

 

 

 

Ces deux mots semblent être un parcours de manif de premier mai à Paris. Si ces mots rappellent des lieux de luttes sociales, ce sont surtout des concepts hautement révolutionnaires et représentent l'essence même de l'identité française dont il convient d'en rappeler le sens, tellement celui-ci semble oublié voir bafoué.


Beaucoup remplacent aujourd'hui «république» par «état» alors que le sens en est différent voir contradictoire. On parle de la France comme «Etat-nation» confondant ainsi la France avec d'autres nations n'ayant pas inventé, comme notre pays, tous les concepts d'une république moderne, ceci est manière d'édulcorer la signification du mot république.


Pourtant, l'ensemble de nos symboles et de nos institutions sont républicains, notre drapeau aux trois couleurs, la Marseillaise notre hymne national, notre fête nationale jour anniversaire de la prise de la Bastille, date hautement symbolique, notre devise de Liberté, Égalité, Fraternité, ces symboles révolutionnaires ont ils été vidé de tous sens?


 

 

La Marseillaise

 

 

La république est là mais elle est mourante remplacée par un état en cours de restauration et si nous ne travaillons pas à sa renaissance il ne fait aucun doute qu'elle est appelée à disparaître, bientôt il n'en restera plus qu'un nom qui signifiera autre chose et se confondra avec la consommation du «pinard et du saucisson».

 

Les concepts républicains modernes fondamentaux, une invention française.

 

Le bien commun ou l'espace public.

 

Le mot république vient du latin Respublica se traduisant littéralement par chose publique mais qui veut dire en français moderne «bien commun». La république est à la base, une organisation sociale dont l'objet est de gérer un bien commun. La république organise donc une propriété sociale. Ce concept de propriété sociale est née dans la Grèce antique il s'appelait Dhimokratía qui a donné démocratie, littéralement pouvoir du peuple. Cependant la «respublica» romaine ou la «dhimokratia» grecque, n'étaient pas la gestion d'un bien commun appartenant à la totalité du peuple, dans la Grèce antique seuls les propriétaires avaient le «droit de cité», étaient citoyens, tous les autres étaient exclus c'est à dire la grande majorité du peuple. Dans la Rome républicaine ce «droit de cité» était également très limité parmi la population.

 

Au Moyen Ages féodal (postérieur au 10ème siècle), la nécessité de gérer un bien commun, un espace public, ressurgit surtout dans les villes à population très concentrée. Cette organisation s'appellera en France «commune», les concepts de commune et de république resteront liés en français. La première organisation politique des parisiens insurgés en 1792 reprendra l'appellation de commune se référant aux libertés (franchises ) médiévales. Des républiques de marchands existeront au Moyen Ages en Allemagne, la Hanse et en Italie à Florence, Sienne, Venise et Gênes sans que celles-ci ne rassemblent la totalité du peuple.

 

Le bien commun ou espace public se sépare ainsi du bien ou espace privé.

 

Le bien commun appartenant légalement à la nation, définie comme l'ensemble des citoyens et non à une oligarchie, voilà le concept révolutionnaire apporté par la révolution française de 1789, définissant ainsi une république véritable contrairement à toutes celles du passé.


 

rousseau.jpg

montesquieu 02

 

Montesquieu  et  Rousseau les précursseurs.


 

La légalité


 

 

L'idée d'institutions républicaines 200px-Montesquieu_Defense.jpgmodernes revient à Montesquieu (1654-1713) qui souligne dans son maître ouvrage, de l'Esprit des Lois (1748), la nécessité de l'aspect formel des lois et des institutions et souligne également la nécessité de séparer les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires.

La légalité, premier concept français est le prodrome des idées républicaines. La légalité est la référence à un corpus de lois écrites, connues de tous (nul n'est sensé ignorer la loi) et auquel tous puissent se référer. Ce concept est particulièrement révolutionnaire car il rejette l'arbitraire d'un despote comme pouvait être un monarque absolu ou d'un groupe tyrannique appliquant la loi du plus fort. Ce concept rejette également toutes lois coutumières non écrites se référant à des traditions ou a de pseudos identités non formelles.

 

En république ou le peuple est souverain la loi doit exprimer sa volonté et se confond avec la république même.

 

 

 

 

  Le contrat social et la souveraineté du peuple.

 


 

280px-Social_contract_rousseau_page.jpgL'idée que le peuple puisse être souverain revient à Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), il l'exprime dans son ouvrage: Du Contrat Social écrit en1762

 

Dans Du contrat social, Rousseau établit qu’une organisation sociale "juste" repose sur un pacte garantissant l’égalité et la liberté entre tous les citoyens. Ce pacte est contracté entre tous les participants, c’est-à-dire l’ensemble exhaustif des citoyens. Dans le pacte social, chacun renonce à sa liberté naturelle pour gagner une liberté civile. La souveraineté populaire est le principe fondamental du contrat social. L’indivisibilité de cette souveraineté est un autre principe fondamental, par lequel il faut comprendre que le pouvoir du Souverain ne saurait être divisé (Rousseau emploie ce terme pour désigner le peuple souverain) et il ne peut s’en séparer par intérêt particulier, car l’intérêt particulier est contraire à la recherche de l’intérêt général, seul objectif du contrat social. Ce contrat social, Rousseau le voit comme faisant suite à l’état de nature dans lequel règne la loi du plus fort. Pour lui, la loi du plus fort ne peut être un principe directeur d’une société car il est incompatible avec l’intérêt général, et donc avec le contrat social: «Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir.»


La dissolution du contrat social, c’est le retour à l’état de nature, primitif, pré social, «tyrannique et vain ». Une société qui rompt son contrat social ne serait plus une société .


 

La nation.


 

libegfragd.jpgLe principe de toute souveraineté réside dans la Nation c'est l'article 3 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen qui l'affirme avec force.

« Article 3 - Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément. »

La nation est constitué par l'ensemble des citoyens.

 

Par arrêté du 23 juillet 1789 la Nation est la «personne juridique constituée par l'ensemble des individus composant l'état», cette définition formelle de la nation est un des premiers actes de la révolution française, c'est un acte fort il possède une grande signification, rejetant toute idée de communauté de langue dans un pays utilisant plus de 500 langues et dialectes, rejetant toute idée de communauté d'histoire et de culture dans un pays ou un bon quart du territoire et des populations venait historiquement du Saint Empire Romain Germanique.

 

Les peuples insurgés contre la tyrannie de différentes langues et cultures se fédéraient dans une nouvelle nation française révolutionnaire.

 

Le citoyen.

 

declaration1789.jpg

 

Chaque citoyen de la nation française, c'est à dire possédant formellement la nationalité française est régis par la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, préambule à notre constitution.

 

 

Article premier - Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.


Article 2 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression.


Article 3 - Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.


Article 4 - La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui: ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.


Article 5 - La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.


Article 6 - La loi est l'expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.


Article 7 - Nul homme ne peut être accusé, arrêté ou détenu que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l'instant ; il se rend coupable par la résistance.


Article 8 - La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.


Article 9 - Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.


Article 10 - Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.


Article 11 - La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.


Article 12 - La garantie des droits de l'homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.


Article 13 - Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre les citoyens, en raison de leurs facultés.


Article 14 - Les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.


Article 15 - La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.


Article 16 - Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution.


Article 17 - La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.


 

La révolution de 1789 n'a pu aller au bout du concept républicain, il manquait deux aspects importants, le suffrage réellement universel incluant les femmes et la laïcité d'une république remplaçant l'état.

 

La laïcité.

 

200px-Emile_Combes.jpg

 

 

 

Le concordat avec le Vatican, établis sous Napoléon en 1813, définissait la France comme une nation chrétienne catholique. Ceci dérogeait au principe républicain d'égalité des citoyens dans la république, ceux-ci pouvant être de différentes confessions, ce concordat dérogeait notamment à l'article premier de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

 

  Le petit père Combes

 

«Article premier - Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.»

Ceci dérogeait également aux principes de légalité, identique pour tous et de souveraineté d'une nation regroupant tous ses citoyens quelque fut leur religion. La république ne pouvait donc pas être celle des seuls chrétiens catholiques mais celle de tous les français.

 

Les lois laïques, de séparation de l'église et de l'état ne datent que de 1905. Après l'établissement de la 3ème république promulguée en 1870, le camp royaliste et cléricale était encore très important surtout dans les campagnes. Une lutte politique acharnée opposait ce camp passéiste soutenu par le Vatican à celui des républicains. Le Parti Radical fut créer en 1901 dont le but politique était de parfaire le concept républicain, remplaçant un Parti Radical Républicain dont Gambetta, un des fondateur de la 3ème république fut une de ses figures les plus célèbres. Le cabinet radical de Jules Émile Combes franchit le pas, la chambre à majorité républicaine vota la loi de séparation en 1905 qui fut immédiatement promulguée. La loi de séparation de l'église et de l'état, libère ainsi la république d'un état à superstructure idéologique chrétienne catholique.


L'état est laïc, en conséquence il n'y a plus d'état, mais une administration républicaine. L'état n'est plus une personne juridique possédant une idéologie le justifiant.

 

En 1905 le concept républicain fait un pas considérable en tirant toutes les conséquence de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

 

Seule la république française organise la nation française. L'état n'en est plus que l'administration, ce qui bouleverse sa nature.

 

 

Le suffrage universel.

 

Le suffrage universel sert à élire les représentants du peuple à l'assemblée nationale et satisfaire l'article 6 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

 

« Article 6 - La loi est l'expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les citoyens, étant égaux à ces yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.»

 

On parle de suffrage universel en opposition au suffrage censitaire, c'est à dire limité à des électeurs répondant à certaines conditions, par exemple de revenu. La révolution française n'appliqua que très brièvement le suffrage universel masculin de 1792 date de la proclamation de la 1ère république à 1795 date d'enterrement de ladite république par le Directoire qui rétablit le suffrage censitaire.

 

Le suffrage universel masculin ne fut rétabli définitivement que par la troisième république. Il fallut attendre 1945 et la 4ème république pour que soit institué un suffrage réellement universel incluent tous les citoyens français des deux sexes en application du programme du Conseil National de la Résistance.

 

Les conséquences du concept révolutionnaire français de république

 

Nous voyons que le concept républicain a mis du temps pour se perfectionner de Montesquieu au CNR afin de supprimer les contradictions des premières républiques.

 

La France a ainsi inventé un certain nombre de concepts fondamentaux qu'elle a offert au monde:

  • - la légalité formelle,

  • - la nation comme ensemble des citoyens,

  • - la nation personne morale,

  • - légalité et nation formelle donnant la nationalité formelle établie par la loi.

  • - la laïcité de l'état et sa dissolution en administration de la république.

Elle a aussi donné des nations légales définies par des frontières reconnues internationalement et une constitution, véritable personne morale juridique. En découle, un droit international adopté par des nations libres et égales, donnant une première organisation internationale des nations: la Société des Nations (SDN) créée en 1919, puis l'Organisation des Nations Unis (ONU) crée en 1945.

Dans la constitution de la SDN puis de l'ONU, c'est la signification française révolutionnaire et légale de la nation qui est retenue par tous et non pas la conception de l'ancien régime et anglo-saxonne d'une nation communauté de langue et de culture.

 

Du concept français de république découlent des effets radicalement révolutionnaires.

 

L'extinction de l'état.

 

La république remplace l'état. L'état est né avec la propriété privée à la fin du néolithique à partir de -6000 avant JC dans des lieux divers en Asie, en Egypte, dans les Balkans, en Amérique (l'Origine de la Famille de la Propriété privée et de l'État - Friedrich Engels 1884) l'état est l'organisation d'un pouvoir qui peut être despotique, oligarchique, tyrannique, c'est un pouvoir qui pèse sur le peuple, la république est le pouvoir du peuple, il y a donc une contradiction entre état et république.

 

L'état justifie toujours son pouvoir par une idéologie le plus souvent d'origine divine c'est ce que Karl Marx a appelé la superstructure idéologique de l'état. État et religion vont de paire l'un justifiant l'autre. La république laïque ne possède aucune justification idéologique, seule la volonté de la nation est sa justification.

La république remplaçant l'état, celle-ci n'est pourtant pas l'anarchie, pour satisfaire l'article 12 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen et faire appliquer la loi commune au bénéfice des plus faibles la république se dote d'une force publique.

«Article 12 - La garantie des droits de l'homme et du citoyen nécessite une force publique; cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.»

Cette force publique, police, armée, justice est gérée non pas par l'état qui n'existe pas mais par l'administration de la république sous la responsabilité de l'exécutif.

 

 

Un libéralisme politique mais une économie au service de la nation.

 

La république organise le maximum de liberté pour le maximum de citoyens, c'est un libéralisme politique, contrairement au libéralisme anglo-saxon qui est un libéralisme économique, le «free trade» ou libre échange qui laisse se développer la loi du plus fort. La république défend la liberté d'entreprendre et le droit de posséder selon l'article 17 de la déclaration des droit de l'homme et du citoyen.

«Article 17 - La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.»

Cependant, s'il existe une nécessité publique qui l'exige toute possession peut être mise au service de la Nation sous la condition évidemment d'une juste rémunération.

Ceci veux dire que l'économie est au service du peuple et soumise aux lois du peuple.

La république laisse ainsi se développer la lutte des classes et le débats social dans l'intérêt publique sans que l'une des parties ne puisse l'emporter sur l'autre. En république le contrat social est perpétuellement en débat, des compromis perpétuels scellent un contrat social toujours en évolution selon la volonté du peuple, l'histoire est perpétuellement en marche.

Tout concept de « fin de l'histoire » qui voudrait signifier la fin du débat social ou de la lutte des classes est anti républicain.


La république est multiculturelle par définition.


La république étant neutre de toutes idéologies, par conséquent de toutes cultures, peut accueillir en son sein tous peuples qui le désirent se rappelant ainsi les conditions initiales de la fédérations de peuples divers se constituant en nation en 1789. La république ne peut donc être affectée par l'immigration dans la mesure ou les immigrés acceptent les lois de la république et s'y soumettent selon notamment l'article 10 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen

«Article 10 - Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.»

 

 

La république française, terreur des puissants du monde est en danger permanent.

 

La république française a toujours été la terreur des puissants et l'espoir des faibles, maint révolutions dans le monde ont éclaté au son de la Marseillaise traduite dans toutes les langues.

En conséquence la république et ses valeurs décrites ci-dessus sont perpétuellement attaquées soit frontalement soit subrepticement édulcorées.

 

Sans que le peuple n'y prenne garde car soumis à une constante propagande, la république se vide peu à peu de ses principes, sans que le peuple n'y prenne garde l'étatisation gagne et la souveraineté de la nation se dilue et s'évanouit.

 

1 ère attaque, L'état gagne sur la république.


En république il y a séparation entre l'organisation de l'exécutif et l'organisation du législatif, selon les principes édictés par Montesquieu. Seule l'organisation législative qui est l'assemblée nationale à pouvoir de discuter et de voter les lois.

Malheureusement ce n'est plus le cas, toutes les lois sont établis par l'exécutif et le plus souvent par le président de la république lui-même s'intitulant de nouveau «chef de l'état» comme l'était Pétain.

L'assemblée nationale est vidée de son rôle et ne devient plus qu'une chambre d'enregistrement par l'effet des «majorités» présidentielles. Les députés ne sont plus les représentants de leur circonscription mais les représentants professionnels et disciplinés de leur parti politique.

Les partis politiques volent ainsi la souveraineté à la nation.

La Vème république en permettant l'élection du président au suffrage universel a accéléré le processus de «royalisation» de la fonction présidentielle la caricature en est Nicolas Sarkosy voulant édicter lui-même toutes les lois et faire taire le débat national.


 

180px-Logo_de_la_R-publique_fran-aise.svg.pngLa République Française est la seule personne morale représentant la nation française.

L'état français n'existait que sous Pétain

 


 

2ème attaque. La dilution de la république dans les pouvoirs supra nationaux.

 

En transmettant nombre de pouvoirs à l'Union Européenne par les traités illégaux de Maastricht et de Lisbonne, la république déroge gravement à l'article 3 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

«Article 3 - Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.»

La république se dilue et perd tout son sens, sans pouvoir de la nation elle ne peut plus être un exemple pour le monde.


Sans souveraineté de la nation point de république toutes tyrannies devient possible comme nous le voyons aujourd'hui.



3ème attaque. Promouvoir une fausse identité nationale.


Le pouvoir Sarkosien dont le rôle édicté par l'étranger est d'enterrer la «Gueuse», (nom donné à la république par les royalistes au 19ème siècle) a trouvé un moyen de détourner l'identité française de ses valeurs réelles en cherchant à replacer le concept de nation selon la signification anglo-saxonne de communauté d'histoire et de culture. Si cette signification était adoptée la France n'aurait plus qu'a éclater dans une multitude de régionalisme.

Il s'agit la du principal complot anglo-saxon sur l'Europe et le monde, faire de notre république nation et de toutes nations légales ce qui a été fait en Yougoslavie, la balkanisation.

Il s'agit la de diviser les français et d'y porter les germes de la guerre civile, comme ils cherchent à entretenir une guerre de civilisation avec le monde musulman sur toute la planète.

Nous avons vu que la nation française est née en 1789 par le décret du 23 juillet fédérant les peuples soumis à la tyrannie par l'ancien régime, nous avons vu que par la vertu de l'article premier de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, nulle autre identité que celle conférée par la loi ne peut exister.

«Article premier - Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.»

Les citoyens sont égaux en droit quelque soient leur religion, origine ou culture. Le terme « français de souche » ne présente aucune signification légale et est une insulte aux principes républicains.


La seule identité nationale valide pour chaque citoyen français est l'identité révolutionnaire et républicaine de lutte contre la tyrannie, la république une et indivisible.

 

 

 

 

Citoyen notre république nation est en grave danger, il est nécessaire aujourd'hui de refonder une république véritable et nouvelle.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 18:32

 

 

 

Je suis sensible à l'air du temps, je suis sensible à cet air qui diffuse aujourd'hui comme une odeur déjà connue, une odeur d'inquiétude que l'on aurait pu croire disparu à jamais, une vague odeur nauséabonde. Cette sensibilité à l'air du temps, temps de la peur, temps du combat doit tenir de famille sans doute. Je commence à avoir de l'âge, 65 ans et mes parents, grands parents que j'ai bien connu, oncles et tantes, ont vécu dans un siècle douloureux qui les a marqué. Ils ont pu, ceux qui ont survécu me communiquer la sensibilité à cette odeur particulière, odeur de haine, de violence et de mort mais odeur de résistance également. J'ai le nez, parano, peut être, mais il en faut. Mieux vaut une hypersensibilité à cette odeur très spéciale que de subir la tempête sans s'y attendre.

 

555_127_image_mahj_2218_1-copie-1.jpgLes immigrés juifs envahissant la France

 

Mes grands parents maternels viennent de Lituanie, juifs au sein de l'empire russe, nés à la fin du 19 ème siècle, ils ont connu et subi les fameux pogromes organisés par le tsar Nicolas II. Ma grand mère m'a souvent raconté comment les cosaques parcouraient à cheval leur village, sabre au clair et tuaient ça et la ceux qui n'avaient pas fuis assez vite, elle courait dans les bois au son de l'alerte. Mes grands parents me racontaient l'hystérie anti juive de cette époque qui prévalait en Russie. Juifs accusés de tous les maux. L'air du temps de cette époque avait été bien préparé par Nicolas II, ses services avaient fabriqué de toute pièce et diffusé massivement une légende que les esprits faibles de l'époque croyaient: «Le Protocole des Sages de Sion», les juifs dans ce faux, ourdissaient des complots pour prendre le pouvoir en Russie et dans le monde. Comploteurs, anti russes, pervers monstrueux, assassins d'enfants ils devaient être châtiés et éliminés. Le bon peuple russe devait ainsi détourner son attention des immenses difficultés qui l'assaillaient et détourner sa vindicte sur les Juifs laissant ainsi le tsar de toutes les Russies continuer à opprimer juifs et non juifs. Mon grand père et ma grand mère s'enfuirent et vinrent se réfugier en France où même Dieu y était heureux comme disait un proverbe yiddish «Men ist azoy wie Gott in Frankreich», la justice rendue dans l'affaire Dreyfus avait balayé la mauvaise odeur de l'air du temps qui un moment avait empesté le pays des Droits de l'Homme.

555_129_image_mhv_50_fontainebleau.jpg

 

  Juifs pas français 

 

On sait ce qu'il en advint finalement, le piège ne fonctionna pas cette fois. En Russie les juifs ont massivement participé à la Révolution d'Octobre, elle balaya le Nicolas II et son air vicié, cependant le mal était instillé dans toute l'Europe.

 


En Pologne, le régime des Colonels avait activement agi contre la Russie révolutionnaire et perpétué les pogromes qui devenaient plus sauvages encore, les juifs devenaient «judéo-bolchévik» et devaient être sabrés. Les grands parents et parents de mon épouse durent aussi quitter leur Pologne natale et son air irrespirable pour venir se réfugier dans le pays où les droits de l'homme étaient encore respectés et l'air encore frais bien que déjà une vague odeur y flottait.

En effet les synarchies financières avaient largement misé sur un nouveau type de régime politique qui émergeait en Italie et en Allemagne: le fascisme.

Comme au temps de Nicolas II, ce nouveau système se fondait en premier sur la désignation d'une population devant recueillir la vindicte populaire. Il fallait diviser le peuple pendant que la synarchie bancaire étendait son pouvoir économique.

 

L'air du temps devait être préparé en France comme il l'était dans toute l'Europe.

 

Plutôt Hitler que le Front Populaire, tel était le mot d'ordre des puissants. Ainsi de la politique de non intervention en Espagne aux accords de Munich on voulait ne pas chagriner « Monsieur » Hitler, abondamment pourvu en US dollars. Nos généraux déposèrent très vite les armes devant ce qu'ils trouvaient être une divine surprise, le régime fasciste leur seyait bien mieux que la république, cette gueuse comme ils l'appelaient. Là il ne s'agissait plus de simple pogromes et de quelques coups de sabres, la solution devait être finale et le génie industriel allemand servi aux nazis pour traiter les frisés au nez crochu industriellement comme ils le méritaient.

Ma grand mère avec sa fille, ma mère avait pris les devants, elle avait connu les pogromes de Nicolas II, avec l'aide de français patriotes elles avaient trouvé refuge au fin fond de l'Auvergne où dans le village de ma naissance on délivrait à tous réfugiés de véritables pièces d'identités en demandant tout simplement aux gens leur nom et leur lieu de naissance. Des patriotes anonymes avaient toujours la France au cœur et je naquis auvergnat. Mon grand père qui avait un atelier de tapissier à Paris voulu rester et porter l'étoile jaune, au matin de la rafle du Vel d'Hiv, il réussit à s'enfuir par les toits. Du côté de la famille de mon épouse, tous n'eurent pas la chance de tomber sur des patriotes, pour beaucoup les chambres à gaz de l'industrie allemande furent leur dernière demeure. D'autres s'engageaient dans les glorieux FTP MOI, ils furent traités de terroristes, de judéo-bolchevik, peu réchappèrent des flics pétainistes, des pelotons d'exécution et des camps de concentration.

 

Ainsi nourri de ces histoires de famille, je conserve une sensibilité particulière à l'odeur du fascisme même rampant.


 

album-a-colorier.jpg

caricature_mahomet_ane.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Caricatures antisémites judéophobe.........islamophobe (caricatures de Mahomet)  

 

 

Cela commence toujours de la même façon, il y a d'abord une crise, les puissants ont des problèmes et le peuple commence à gronder.


C'est toujours la même chose, trouver un autre, un responsable de substitution et détourner l'attention.

 

Pour faire un autre efficace il est bon qu'il soit identifiable aisément, une caractéristique physique, un nom reconnaissable.

 

Les cheveux frisés et le nez prononcé, c'est pas mal, cela a déjà bien servi, alors des juifs? On va remettre ça? 

 

Non cette fois cela ne sera pas les juifs! L'holocauste a laissé trop de traces, on ne peut pas remettre ça avec eux! Et puis il y a l'état d'Israël devenu le plus fidèle allié de ceux qui avaient couvert Hitler de dollars.

 

Retournement monstrueux de l'histoire, les fils des victimes devenus bourreaux, comme les enfants martyrisés n'ayant eu que la violence en exemple n'ont que ça à offrir.

 

champignon_veneneux_1938_sturmer.jpgver_islam.jpg

 

Le champignon vénéneux                           Le ver dans le fruit (caricature de mahomet)

 

 

C'est l'empire qui va donner le ton de l'air du temps nouvelle manière.

 

Au plus proches des juifs, même typologie, même noms exotiques, il y a les «arabes», on ne changera pas grand chose dans l'imagerie populaire, juste un léger glissement.

Comme pour les juifs qui étaient intrinsèquement terroristes, judéo-bolchevicks et ennemis du monde libre les arabes le seront également.

 

dolchstoss-copie-1.jpg

Traitre

 

563695-688083.jpg

 

Terroriste (caricatures de Mahomet)

 

Cette nouvelle partition de l'air du temps va commencer le 11 septembre 2001, un incendie du Reichtag mais en plus grave donnant le prétexte à la déclaration d'une guerre de civilisation contre l'islam et les arabes baptisés «fascislamisme».

Très drôle et très fort de retourner les mots, le «fascislamisme» des nouveaux juifs accusés de vouloir reconduire un holocaustes contre les anciens juifs, pas mal non?

L'holocauste des juifs d'Europe entrepris par les nazis ex poulains des USA instrumenté pour accuser les nouveaux de vouloir le perpétrer encore sur les anciens devenus entre temps des amis de ces USA.

Le grand père de G W Bush, Prescot, ayant organisé le financement d'Adolphe Hitler tendant le relais à son petit fils avec les ex victimes pour alliés afin d'accuser d'autres futures victimes de vouloir remettre ça.

 

 

europe_geant.jpg

Invasion de  l'Europe

 

 

dechristianisation.jpgDéchristianiser la France

 

Vous suivez?

 

Cependant l'opération «false flag» initiale, ne suffit pas, l'air du temps doit être perpétuellement entretenu pour que, le moment venu on puisse espérer lever des foules vindicatives.

Entretenir journellement l'air du temps demande de la constance et de l'organisation, cela demande également une rhétorique bipartisane, puisque l'empire a voulu imposer son modèle politique réduit à deux mouvements, la droite comme la gauche se doivent de participer à l'air du temps afin que tous puissent le respirer.


Il s'agit donc de traiter les musulmans comme furent traités les juifs par le passé, traitement ayant abouti à la mise en place en Europe de régimes fascistes.

 

Il y a de multiples axes dans la rhétorique pré fasciste que j'ai déjà traité, dans le "complot identitaire".


La mise en avant d'une prétendue identité nationale qui serait chrétienne, (version droite) ceci en contradiction avec une autre prétendue identité nationale, républicaine qui serait laïque en version anti religieuse, (version gauche), ont voit que les identitaires au pinard saucisson (riposte laïque) ne sont pas à une contradiction près. Dans ce concert de haine beaucoup viennent de découvrir la laïcité, alors qu'ils en étaient toujours hostile tout en cherchant à l'instrumenter contre une seule religion, l'islam.


Tout est bon pour répandre la haine et repousser les musulmans hors du cercle national. Mais la rhétorique principale reste l'accusation portée contre les musulmans à devenir aisément terroristes. Ceci permet, en instillant la peur de rassembler le bon peuple autour de son chef, de faire passer de pseudo mesures de sécurité mais toujours liberticides et de contrôler les dissidents.

La menace d'attentats doit être perpétuellement entretenue à ceci rien de plus facile quand on contrôle des médias déjà peu enclins à contester les versions officielles. Le patron du renseignement intérieur peut bien raconter ce qu'il veut personne n'ira jamais vérifier ses dires.

 

Bien sûr il y a en France beaucoup d'immigrés, bien sûr que dans certains secteurs comme la Seine Saint Denis cette concentration est devenue majoritaire et tourne au ghetto, bien sûr que les populations locales d'origine s'en trouvent déconcertées et fort mal à l'aise, bien sûr qu'on ne trouve plus à Saint Denis ni de boucherie non hallal ni charcuterie, bien sûr que la petite délinquance qui suit partout et dans tous pays l'immigration devient insupportable.

Tout ceci présente des inconvénients réels pour les populations.

Mais qui a encouragé ou au mieux laissé faire cette immigration massive tout en sachant quels problèmes cela entraînerait et tout en sachant surtout quel parti on pourrait en tirer, pour déstabiliser la France?

 

Quelles solutions nous proposent les pseudo identitaires pré-fascistes:

- Le pogrome façon Nicolas II avec autodafé de Corans comme il y avait autodafé de Thora en Russie tzariste?

- La ratonnade façon OAS avec immersion de «bougnoules» dans la première rivière venue ?

- Le camp de concentration façon Nazi avec chambres à gaz et holocauste?

- La présentation de son arbre généalogique et son acte de baptême comme sous Vichy?

- Montrer sa bite aux flics à chaque contrôle?  Mon père a du souvent la montrer, la chance pour lui il avait une bite chrétienne et identitaire.

 

Combien faudra t-il d'ascendance française pour mériter l'identité que fera t-on des exclus??


Tant de questions et tant d'inquiétudes.

 

humiliation4.jpgCarte d'identité "identitaire", la même avec musulman?

 

La guerre des civilisations qui a été voulu par l'empire anglo-saxon, si elle traversait la France serait terrible, elle la déstabiliserait pour un moment et s'en serait fini de son modèle républicain et laïc. L'empire n'a jamais caché son projet de recomposition de l'Europe comme il a voulu le faire au moyen orient et l'a fait en Yougoslavie. La fin définitive des états-nations ferait sauter le dernier frein de la dérégulation mondialiste et s'en serait terminé de nos lois sociales déjà bien mal en point.

 

Les patriotes, ne peuvent que s'opposer à ce qui se trame, l'air du temps doit être assaini.


Le fascisme ne passera pas!

 

 

 

NB: Nous voyons que les caricatures judéophobes et islamphobes présentent les même thèmes, les racistes ont peu d'imagination

Partager cet article
Repost0
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 17:20

 

 

Chacun peut bien donner la définition qu'il veut du capitalisme, selon son opinion politique, il y en a de forts nombreuses, une description basique et qui conviendrait à tout le monde serait:

 

l'action d'accumuler ou de vouloir accumuler du capital par tous moyens, qu'ils soient industriels, commerciaux, ou purement financiers.

 

Certains veulent confondre à dessein politique capitalisme et libéralisme, rien n'est plus faux, le libéralisme est une idéologie qui prône le maximum de liberté pour le maximum de gens. Cela n'a rien à voir avec la volonté d'accumuler du capital.

Si la liberté d'entreprendre et la libre concurrence font bien parties des libertés fondamentales, chères au libéralisme, la volonté particulière de vouloir accumuler du capital tend à s'opposer à ces deux libertés là. En effet, toute entreprise cherchant à gagner de l'argent ne peut que haïr la concurrence, chercher à l'éliminer et s'établir en monopole.

De la même manière le capitalisme ne peut tendre que vers l'étatisme, les plus puissants des capitalistes cherchent naturellement à s'associer la puissance étatique afin de pouvoir conserver des positions de monopole, être le seul sur le marché et en plus s'accaparer celui de l'état voilà le rêve de tout capitaliste.

Un capitalisme, monopoliste d'état tend à se renforcer, notamment dans les domaines nécessitant de gros moyens, comme l'énergie, les transports, l'armement, les banques, ou les états s'associent volontiers aux entrepreneurs privés.

 

Vouloir restreindre les libertés publiques et individuelles est également une tendance naturelle du capitalisme.

 

Quel chef d'entreprise n'a pas été fâché de voir se former dans son établissement un syndicat venant réclamer des hausses de salaires, quel chef d'entreprise n'a pas rêvé de voir limiter les libertés syndicales, voir d'interdire tous syndicats. Quel capitaliste ne se trouve pas consterné de voir des partis politiques contester ou limiter son action d'accumuler du capital sans contrainte et n'a pas rêvé d'éliminer ces partis comme on élimine un concurrent.

Éliminer concurrents, contraintes et s'accaparer les faveurs de l'état est bien l'action naturelle de tout bon gestionnaire d'une entreprise cherchant à accumuler du capital.

Une seule entreprise, plus de concurrence, tout le monde salarié, plus de syndicats ni de partis politiques, voilà la rêve final du capitalisme, cela a été fait... en URSS.

 

Le capitalisme possède donc une tendance forte qui tend à sa négation comme l'avait observé Karl Marx et le prédisait pour une période qui lui semblait proche.

 

Pourtant le système capitaliste a perduré jusque nos jour, il a même permis un formidable essor de l'humanité, surtout dans les pays occidentaux ou ce système est né.

 

Pourquoi.

 

Si l'activité capitaliste tend à la restriction naturelle, par élimination de concurrence, du nombre de ses opérateurs elle tend en corolaire à l'augmentation du nombre de ses victimes. Afin qu'un juste équilibre s'établisse, il est nécessaire que des lois en viennent à limiter les tendances néfastes.

 

Cependant, établir des lois n'est possible qu'en ayant le pouvoir de les faire appliquer, ceci nécessite un espace de légalité appuyé par des forces exécutives fonctionnant dans le même espace. Pouvoir établir des lois allant à l'encontre du pouvoir des plus forts cela s'appelle la démocratie, ou mieux encore la république, et l'espace dans lequel ces lois sont à la fois applicables et leur application contrôlée cela s'appelle la nation.

 

Au cours du 19ème siècle et de la première moitié du 20ème siècle, le capitalisme par sa violence naturelle à engendré des forces de contestation, forces de contestation souvent victorieuses s'accaparant par moment le pouvoir de l'état.

Les capitalisme a du s'adapter aux lois sociales, aux sections syndicales, aux grèves et à la démocratie, ses tendances néfastes ont été édulcorées, la divine surprise a été de constater que cette limitation par la démocratie et la loi l'on finalement favorisé, dopé et permis de perdurer, comment?

 

 

Un cercle vertueux ou plutôt une spirale vertueuse s'est établi dans les pays occidentaux, assurant croissance économique et progrès social. L'un assurant l'autre.

 

Cercle-vertueux-copie-1.png

 

 

 

Commentaires

 

L'industrie

 

Le capitalisme, en occident s'est assis sur l'industrie principalement. Il est vrai que certains pays plus que d'autres ont développés des activités financières et spéculatives s'exerçant surtout dans le commerce des matières premières facilitées par la colonisation. Ce fut le cas en premier lieu de la Grande Bretagne des Pays Bas et de la France à la traine de la Grande Bretagne, ce ne fut pas le cas de l'Allemagne par exemple dont le capital est resté essentiellement industriel.

L'activité industrielle est affectée par la baisse tendancielle de la valeur des marchandises produites (par jeux de concurrence) et par l'augmentation de la valeur des moyens de production à mettre en œuvre, donc une baisse tendancielle du taux de profit. La baisse de la valeur des marchandises profite au consommateur qui peut acquérir automobile, électroménager etc.. mais elle affecte les bénéfices. Il faut produire toujours plus de marchandises de moindre valeur pour avoir les mêmes profits.

 

> Technologies nouvelles à valeur élevée

 

Pour l'industriel la solution a résidé dans l'innovation, être le premier à mettre sur le marché un nouveau produit, c'est rester un moment sans concurrence et augmenter momentanément ses bénéfices.

La recherche et développement, les nouvelles technologies ont permis l'ascension du capitalisme et l'utilisation par les consommateurs de technologies courantes de plus en plus sophistiquées et moins chères

 

> Emplois qualifiés et savoirs-faire.

 

Les producteurs se sont aguerris à la complexification de l'industrie et à des moyens de production de haute technologie, tout ceci favorisé par l'éducation, l'allongement de la scolarisation et de multiples spécialités techniques. Le plein emploi a régné en France jusqu'à la fin des années 1970.

Les bassins de producteurs qualifiés ont facilité l'implantation d'industries efficaces, comme l'automobile ou l'aviation. L'un engendrant l'autre, des traditions de bel ouvrage se transmettant de père en fils.

 

> Syndicats et revendications.

 

Les libertés syndicales imposées, le droit de grève, des revendications salariales victorieuses ainsi que des diminutions du temps de travail, ont enrichis les producteurs, les ont rendu plus efficaces et plus aptes à un travail devenant de plus en plus complexe.

 

> Nation république acquis sociaux.

 

Tout ceci n'aurais été possible sans l'établissement de lois imposant des salaires minimum, un temps de travail maximum, des congés payés, des droits syndicaux. Ces lois sociales ne pouvaient s'établir sans souveraineté du peuple les votant et les faisant appliquer. Souveraineté du peuple ne pouvant s'exercer sans un espace de légalité reconnu et protégé: la nation . (Nation selon la définition légale imposée par la l'assemblée constituante sur proposition de l'abbé Sieyes: «personne juridique constituée par l’ensemble des individus composant l'état» par arrêté du 23 juillet 1789.)

 

> Niveau de vie élevé.

 

Le niveau de vie des populations occidentales s'est considérablement accru jusqu'à la fin des années 1970. Ce niveau de vie accru s'est concrétisé par un pouvoir d'achat accru, l'accès à de nouvelles technologies, mais également une qualité de vie accrue due à l'augmentation des temps de loisir pouvant être consacrés à un enrichissement culturel, l'accès aux transports aériens, aux voyages et à la rencontre d'autres peuples. C'est également une augmentation des dépenses de santé et une longévité en croissance continuelle.

Ceci est constitutif du progrès.

 

> Marché.

 

Les populations occidentales ont constitué le premier marché pour l'industrie. L'indice de consommation est devenu un indice majeur pour le monde capitaliste. Que les populations ne puissent plus consommer et tout le système s'enraye.

Le marché des consommateurs est en conséquence l'alimentation de l'industrie.

 

La boucle est bouclée, tout se tient, le capitalisme sans syndicats, sans grèves, sans contestations, sans démocratie, sans opposition, sans nation, sans lois sociales ne pouvait pas continuer et se développer.

 

Tout ceci s'est constitué et renforcé contre la volonté des capitalistes avec chacun sa soif individuelle d'accumulation de capital. Pourtant leurs principaux alliés objectifs furent les syndicats et les partis politiques de gauche.

Il leur fut imposé par la force un intérêt général contre leur intérêt particulier, intérêts particuliers qui assemblés les  conduisaient au désastre.

 

La prospérité des nations occidentales fut une industrie assise sur des nations, des lois et des syndicats.

 

 

Quand les intérêts particuliers des capitalistes prennent le pas sur l'intérêt général, tout s'écroule et le capitalisme avec.

 

 

 

 

Les lois sociales, les règles et les nations qui vont avec ont toujours été insupportables au capitalisme anglo-saxon, lois et nations allant à l'encontre de leur idéologie fondamentale du «free trade» ou libre échange en français.

S'étant accaparés les puissances régaliennes des états britanniques et étasuniens le grand capital anglo-saxon va entreprendre un travail systématique de démolition des nations afin de rendre inutiles les acquis sociaux et caduques les lois de régulation du capitalisme.

A la fin de la seconde guerre mondiale, ils peuvent placer sous leur dépendance la moitié de la planète et la quasi totalité de l'Europe occidentale. Ils mettent en place en Europe à coup de propagande et d'influence un dispositif supranational répondant à leurs principe de libre échange afin de contrer les lois de protection nationales et sociales Cependant leur concurrent Soviétique ne leur permet pas d'aller aussi loin qu'ils ne le souhaitent. Avec la fin de l'URSS plus de gène, le monde leur appartient et la mise en place de la mondialisation s'accélère.

 

La destruction des nations et de leur corpus légal va stopper la spirale vertueuse et la remplacer par une spirale fatale que nous connaissons maintenant.

 

Cercle-fatal.png

 

Industrie en déclin.

 

La baisse de la valeur des marchandises et du taux de profit ne va plus trouver de réponse dans la mise en œuvre de produits nouveaux, mais dans une recherche de moindre coût de production. Cette recherche pourra se réaliser grâce à la dérégulation mondialiste. C'est la ruée vers les coûts de productions dérisoires et les très bas salaires asiatiques. La Chine "communiste" sera couverte de capitaux et d'usines.

Dans le même temps, la rémunération très importante des capitaux spéculatifs, principalement sur les matières premières et le pétrole va détourner les investissements de l'industrie vers le tout financier. L'industrie devient une charge

pouvant être abandonnée aux chinois.

 

> Technologies anciennes à délocaliser.

 

Les immenses capitaux spéculatifs se détournent des technologies. Les technologies courantes deviennent obsolètes et de faibles valeurs, elles peuvent être aisément délocalisées vers une main-d'œuvre peut aguerrie.

 

> Emplois faiblement qualifiés, délocalisation et chômage.

 

Les délocalisations massives associées au non renouvellement des technologies courantes entrainent chômage et baisse de salaires.

 

> Syndicats, acceptation résignation.

 

Comme nous le voyons souvent les producteurs sont soumis au chantage: «vous acceptez des baisses de salaire ou c'est la délocalisation». C'est la résignation, les syndicats ne sont plus écoutés. Peu ou pas de revendications salariales pour espérer conserver l'outil de travail.

 

> Mondialisation dépendance.

 

Comme la nation, la république et la légalité étaient le moteur essentiel du cercle vertueux, la mondialisation et la dépendance deviennent les moteurs du cercle fatal. Les lois nationales deviennent caduques face à une dérégulation libre échangiste. La recherche du moins disant salarial et social n'a plus de frein.

 

> Niveau de vie en baisse paupérisation en hausse.

 

Karl Marx qui avaient un moment tort en prédisant la paupérisation des producteurs, se met à avoir raison. Baisse des salaires, mise en cause des acquis sociaux, chômage, entraînent une baisse générale des niveaux de vie, une extension de la pauvreté et de la misère.

 

> Marché

 

Évidemment les marchés constitués par les populations occidentales s'affaissent, même les chinois ont du mal à exporter.

Les industries déclinent encore, la boucle est bouclée, la décroissance est en marche.

 

 

Décroissance.

 

La décroissance a en fait démarré dès les années 1980, mais elle a été en partie masquée par l'endettement. Les états voulant conserver les niveaux de vie passés s'endettent de plus en plus jusqu'à atteindre des sommes abyssales comme la dette US. Cet endettement ne peut avoir qu'un temps.

 

Dette_publique_france-peuples-netPIB_m.jpg

 

Afin de donner une justification à cette décroissance inexorable, les idéologies malthusiennes sont ressorties des tiroirs et dépoussiérées.

 

 

Comment envisager l'avenir.

 

Évidemment retrouver une spirale vertueuse.

En vrac

 

  • Retrouver l'indépendance des nations et la souveraineté des peuples.

  • Rétablir les corpus légaux de régulation du capitalisme, rétablir l'intérêt général.

  • Combattre l'idéologie mondialiste anglo-saxonne du libre échange.

  • Mettre en œuvre des technologies nouvelles alternatives en dehors du capitalisme institutionnel. Faire comme au 19ème siècle, bricoler dans les garages.

  • Une fois l'indépendance acquise créer des fonds souverains pour investir dans les technologies nouvelles, en finir avec le pétrole.*

  • Utiliser le réseau Internet pour diffuser les nouvelles technologies,

  • Rétablir par le fait une véritable liberté d'entreprendre, le peuple se réappropriant les technologies et l'économie.

 

La nouvelle société fera la jonction entre libéralisme et communisme, moins d'état plus de république, moins de salariat, plus d'entrepreneurs. Moins de capitaux plus d'innovations.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 12:07

 

 

 

 

Nous pourrions penser que science, technologie et industrie se suivent d'une façon quasiment mécanique, que la science devienne directement une force productive comme le pensaient les communistes des années 60 au moment du boum économique des 30 glorieuses.

S'il est apparu dans l'histoire que des découvertes scientifiques trouvent rapidement des applications technologiques puis industrielles, ce ne fut pas toujours le cas car ces trois activités humaines n'obéissent pas aux mêmes nécessités.

 

Il est même remarquable que dans l'histoire des hommes, les découvertes scientifiques et les nouvelles technologies appliquées usuellement ne soient en rien concomitantes.

Chacun peut constater que de nos jours, il existe un ralentissement important dans l'utilisation commune de nouvelles technologies en regard de ce qu'il apparu entre le dernier quart du 19ème siècle jusqu'aux année 70 du 20ème siècle.

 

Je pense toujours à ma grand-mère née à la fin du 19ème siècle et décédée en 1978, qui aura connu au cours de son existence, l'utilisation commune de l'automobile, du téléphone, du transport aérien, de l'ordinateur et les grandes conquêtes spatiales. Quand elle est née l'automobile balbutiait, l'avion n'existait pas, quand elle est décédée on avait marché sur la lune et l'on pouvait se déplacer en Concorde à Mach 2.



2001-l-odyssee-de-l-espace-196-46-g

 

 

 

 

Concorde_216_-G-BOAF-_last_flight.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai vibré également dans ma jeunesse pour les grandes conquêtes spatiales  Le film de Stanley Kubrick 2001 l'Odyssée de l'Espace sorti en 1968, me semblait à peine une anticipation. Chacun était fondé à l'époque en regard du rythme des développements  technologiques, qu'en 2001 l'homme se serait définitivement installé sur la Lune et aurait lancé un raid sur Mars. Jamais je n'aurais pu imaginer que l'automobile que j'utilise journellement, roulerait encore à l'essence avec un moteur à explosion et utiliserait des roues munies de pneumatiques comme au début du 20ème siècle.

Dans les années 50, mes parents ne possédaient ni automobile, ni réfrigérateur ni téléviseur, ni téléphone, ni machine à laver, mon père se déplaçait à bicyclette, fin des années 60 mes parents disposaient de tous ces avantages technologiques acquis en 10 années. Aujourd'hui je ne dispose de rien de plus hormis d'un ordinateur et d'un téléphone portable.

 

Quel est la raison de cet arrêt brutal dans l'utilisation de nouvelles technologies?

 

Rapport entre science et technologie.

 

La Science.

 

La Science est une méthode générale ayant pour but, qu’une méthode particulière nouvellement expérimentée, puisse être validée socialement.

Telle est la définition un peu technique que j'ai donné à la Science dans cet article.

Le terme méthode doit être pris au sens de connaissance, la connaissance d'un phénomène est bien une méthode. La science est donc la pour consigner des connaissances après que celles-ci soient validées socialement, c'est à dire qu'elles puissent entrer dans le champs d'une crédibilité valable pour chacun.

 

La science n'a nullement pour objet de trouver des applications technologiques, cependant science et technologie sont bien intimement liées par l'instrument utilisé pour les investigations. Aujourd'hui c'est bien la qualité de l'instrument qui marque une limite à l'investigation, le télescope, le microscope, l'accélérateur de particule permettent des découvertes, limitées par l'acuité et la performance de ces instruments.

Toutes découvertes scientifiques sont bien liées à l'utilisation de technologies et d'instruments nouveaux plus efficaces. La technologie usuelle peut aider la science, un peu seulement dans son accomplissement quotidien, par exemple l'explosion des moyens de communications favorise les échanges d'expériences et de résultats.

Tout ralentissement dans la mise en œuvre de technologies nouvelles implique donc directement un ralentissement dans les découvertes scientifiques.

 

La technologie.

 

La technologie est liée à l'utile, elle sert directement, dans la confection d'outils et d'instruments propres à faciliter la vie des hommes. La technologie peut faire appel à la science, mais souvent, les connaissances scientifiques appliquées aux technologies sont anciennes. Si nous prenons l'exemple du téléphone portable, ce n'est qu'un poste radio émetteur récepteur de faible puissance permettant de se connecter à une antenne relais dont la distance ne peut excéder 30 km en rase campagne.

Nous devons cette application récente à Giuliemo Marconi qui, s'appuyant sur les découvertes de Hertz, Popov, Branly et Lodge, réalisa la première liaison radio en 1895. La découverte scientifique des ondes électromagnétiques est due à Heinrich Hertz en 1888.

On voit qu'il s'est écoulé 7 ans entre la découverte scientifique et sa première application en communication et une centaine d'années pour parvenir à nos téléphones portables.

Si aujourd'hui l'usage par chacun de  technologies n'est due qu'à l'industrie et aux marchandises qu'elle propose, avant son avènement cette technologie commune provenait des besoins humains et des petites inventions d'artisans. La technologie usuellement utilisée devait faciliter la vie des gens et avant tout améliorer la production de biens consommables.

 

 

Histoire très condensée des technologies et de l'industrie.

 

Cette histoire ne vaut que pour l'Europe occidentale,  berceau de l'industrie.

L'histoire des technologies n'est pas marquée par un progrès continu mais par de longues périodes d'absence d'innovation voir de reculs puis des progrès soudains, rapides et brefs marquant des ruptures dans le mode de vie des humains. L'avancée des connaissances fondamentales scientifiques ne suit pas forcément celle des d'innovations technologiques introduites dans l'usage courant. Quand les progrès scientifiques, technologiques et industriels sont concomitant alors l'humanité fait un bond en avant.

 

Il est remarquable que dans le monde antique et surtout chez les Grecs de la période classique, des découvertes scientifiques fondamentales apparurent avec quantité de savants comme Thalès, Démocrite, Euclide, Archimède fameux pour leurs théorèmes, cependant le niveau des technologies en usage était très bas dans ce monde antique. Bien que furent inventés le moulins à vent, la vis sans fin, le moulin à eau, leur utilisation ne s'est pas généralisée puisque la force de travail accomplie par des esclaves était gratuite le besoin n'était pas présent.

Thales.jpg

Thalès

 

 

La technologie usuelle des Celtes à la même époque, pourtant qualifiés de barbares par les méditerranéens était bien plus complexe, si l'on en croit Jules César dans son livre «De la Guerre des Gaules». L'organisation sociale des Celtes n'était pas fondée sur la capture d'esclaves comme dans le monde antique méditerranéen, les Celtes avait coutume de tuer leurs ennemis et de leur trancher la tête pour la garder en trophée, en conséquence, le paysan guerrier devait labourer sa terre lui même tout en cherchant à se faciliter la tâche.

On peut citer un certain nombre d'innovations spécifiques aux Celtes: la charrue de labour avec avant train à roue et soc versoir, les chariots avec avant trains mobiles, les tonneaux et autres récipients en lattes de bois, les chaussures à tiges utilisées plus tard par les légionnaires romains ainsi que les vêtements cousus, l'utilisation courante du moulage à la cire perdue en joaillerie, la charcuterie, l'usage de moissonneuses, une bonne connaissance de la métallurgie et un usage intensif du fer.


La technologie celte sera en partie perdue après l'occupation romaine et le génocide qui s'en suivit, il faudra plus de mille ans pour la retrouver au moyen age. Le paysan celte du 1er siècle avait un niveau de vie similaire à celui d'un paysan européen du 19ème siècle et était habillé pratiquement de la même façon.

 

Le moyen age classique ouest européen est également une période pauvre en découvertes scientifiques mais riche en applications de technologies nouvelles, illustrant ainsi une forte dichotomie entre ces deux activités. (Ici la chronologie des inventions médiévales) . Cette période historique ou la main d'œuvre était rare et ou l'initiative ne connaissait pas de contraintes découvre les procédés industriels et la mécanisation par l'utilisation à très grande échelle de l'énergie hydraulique. De nouveaux procédés de transmission de mouvement comme l'arbre à came permettant des mouvements alternatifs sont utilisés dans l'actionnement de marteaux hydrauliques pour le foulage des draps mais aussi et surtout pour le martelage automatique du fer.

C'est l'invention des premières usines par les moines cisterciens utilisant la force hydraulique au 12ème siècle.

 

forge usine cistercienne 001

Roue aube 003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abbaye de Fontenay. Usine forge cistercienne 12 ème

 

Marteau pilon

 

 

 

 

 

Moteur hydraulique (reconstitution)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marteau automatique pour le martelage du fer (reconstitution)

 

 

La technologie médiévale va atteindre le complexe au sens moderne du terme avec l'invention de l'architecture dynamique utilisée dans la construction des cathédrales dites gothiques. Ce niveau de complexité s'apparente à celui de la construction de nos satellites artificiels.

 

 

Avant les innovations architecturales gothiques, on se contentait pour les constructions ,de moyens récurrents en utilisant principalement la force verticale statique engendrée par le poids de la pierre. Les romains avaient innovés cependant en inventant l'arc de plein cintre. Toute construction était fondée sur cet arc semi circulaire décliné en voute et en coupole, l'épaisseur des murs avec leur poids servait à contrebuter la pression horizontale des arcs  Ainsi, le rapport entre la surface couverte dégagée et celle occupée par de lourds murs et colonnes était de 20%.

Avec l'arc en tiers point sur plan carré ou barlong appuyé sur colonne de l'architecture gothique on atteint 9%. La poussée horizontale des ogives en tiers point, même considérablement amoindrie en comparaison de celle des arcs de plein cintre, n'est plus contrebutée par l'épaisseur des murs, ils sont inexistants, des verrières les remplacent, mais par des arc-boutants extérieurs permettant de reconduire une poussée horizontale en poussée verticale.

Il fallut les ordinateurs de la fin du 20ème siècle et les calculs en «éléments finis» pour comprendre l'interaction des forces horizontales et verticales de ces constructions.

 

 

Bourges interaction des forcesInteraction complexe des forces dans l'édifice (l'Art des Cathédrales- Jean Cosse -Zodiaque)

 

La mise en œuvre de ce type d'architecture dynamique obligeait à de grandes connaissances en mathématique et géométrie additionnées d'un grand sens de l'organisation de la part des ingénieurs architectes. Il faudra attendre la fin du 19ème siècle et l'utilisation de poutres métalliques pour parvenir à ce ratio de 9% entre l'assise et la surface couverte.

 

Ce savoir faire commença à se perdre dés le 14ème siècle, à la «Renaissance» on en revint au mode architecturale romain et à ses pauvres 20% .

 

Surface considérable des verrières n'est atteinte

ensuite qu'à la fin du 19ème siècle - Amiens

arc boutantverrière Amiens

Arc boutant, dentelles de pierre

Amiens

 

La période 12ème 13ème siècle a connu une avancée très importante dans l'histoire de l'humanité, elle aurait pu continuer et survenir au siècle suivant dans la modernité actuelle, cette avancée fut stoppée par la peste noir au 14ème siècle qui décima les populations.

 

Les 16, 17 et 18ème siècle furent très pauvres en innovations technologiques courantes L'encyclopédie de Diderot et d'Alembert ne décrit que des techniques déjà connues au moyen age, par contre cette période sera riche en découvertes scientifiques et en savants: Kepler, Copernic, Galilée, Newton, Laplace, Lavoisier etc.

Cette période d'établissement de despotismes absolus partout en Europe et d'anéantissement des pouvoirs des bourgeois capitalistes arrachés au moyen age, sera peu propice aux innovations technologiques et industrielles.

 

Au 19ème siècle avec l'accession finale des bourgeoisies industrieuses aux pouvoirs en Europe, de nouvelles innovations technologiques fondamentales s'imposent avec le moteur à vapeur. C'est surtout à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle qu'un très grand nombre de découvertes scientifiques notamment autour des phénomènes électriques et électromagnétiques deviennent rapidement des technologies courantes.

Le courant alternatif, le moteur électrique, le téléphone, les transmissions par onde radio, le moteur à explosion, la turbine à vapeur, la photographie et le cinéma, les pneumatiques en caoutchouc, la radioactivité, les rayons X, les aéroplanes. En une vingtaine d'année, de 1890 à 1910, le monde bascule dans la modernité.

 

Il s'agit du plus grand bond technologique dans l'instant le plus court de l'histoire de l'humanité.

 

Nouvelles technologies et découvertes scientifiques fondamentales vont s'épauler et se répondre.

Parmi un très grand nombre d'ingénieurs et de savants, deux individualités ont particulièrement marqué cette période de basculement dans un autre monde.

 

Un ingénieur, Nikola Tesla souvent considéré comme l’un des plus grands scientifiques dans l’histoire de la technologie, pour avoir déposé plus de 700 brevets (qui sont pour la plupart attribués à Thomas Edison) traite de nouvelles méthodes pour aborder la « conversion de l’énergie ». Tesla est donc reconnu comme l’un des ingénieurs les plus créatifs de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème siècle

Nikola_Tesla.jpg

Ses travaux les plus connus et les plus largement diffusés portent sur l’énergie électrique. Il a mis au point les premiers alternateurs permettant la naissance des réseaux électriques de distribution en courant alternatif, dont il est l’un des pionniers. Tesla s’est beaucoup intéressé au monde moderne et à l’électricité qui était le noyau de ses inventions. Il est connu pour avoir su profiter du caractère ondulatoire de l'électromagnétisme (théorisé par James Clerk Maxwell en 1864), en utilisant les fréquences propres des composants des circuits afin de maximiser leur rendement.


 220px-Albert_Einstein_1947.jpg

Un scientifique, Albert Einstein qui publie sa théorie de la relativité restreinte en 1905, et une théorie de la gravitation dite relativité générale en 1915. Il contribue largement au développement de la mécanique quantique et de la cosmologie, et reçoit le prix Nobel de physique de 1921 pour son explication de l’effet photoélectrique. Son travail est notamment connu pour l’équation E=mc2, qui établit une équivalence entre la matière et l’énergie d’un système.


 

Le monde ne sera plus comme avant.

 

Les années suivantes du 20ème siècle ne connaissent pas les très grands bouleversements scientifiques et techniques précédents mais des ajustements, améliorations et des applications passant de plus en plus dans l'utilisation publique, la plus spectaculaire est la télévision suite à l'invention de Marconi.

La guerre de 1939, 1945 introduit de nouvelles technologies courantes provenant d'innovations militaires: l'utilisation guerrière mais également pacifique de l'énergie nucléaire, les fusées à carburant et comburant liquide V2, permettant la conquête spatiale, le moteur turboréacteur pour les avions, la télévisison couleur (Henri Defrance) et surtout l'ordinateur (machine de Turing) inventé pour casser le dispositif de chiffrage allemand Enigma.

Cette dernière invention optimisera des inventions existantes et des applications passeront dans l'usage courant public. Notamment l'association de l'ordinateur et du téléphone va bouleverser les communications.

Durant la dernière moitié du 20ème siècle peu de découvertes scientifiques donnant des innovations technologiques fondamentales verront le jour, seul le LASER est remarquable. La possibilité d'émettre une lumière cohérente avait été décrite par Einstein dés 1907, c'est seulement en 1960, que le physicien américain Théodore Maiman obtient pour la première fois une émission laser au moyen d'un cristal de rubis.

Des applications sont rapidement introduites dans l'usage industriel comme la découpe de tôles et public comme la lecture de codes à barres.


Cette seconde moitié du 20ème siècle connaîtra surtout des progrès spectaculaires dans la connaissance du corps humain, la biologie et la médecine induisant un accroissement spectaculaire de la longévité.


Les technologies courantes seront marquées par l'avènement d'une discipline nouvelle, l'électronique rendue possible par une miniaturisation constante de la taille des composants et une diminution spectaculaire des coûts permettant la mise sur le marché public d'ordinateurs personnels (Personal Computer PC.) de plus en plus performants et devenant à la porté de tous.

Connectés au réseau téléphonique existant ils bouleversent le mode de communication des humains avec le réseau Internet.

Chaque humain peut désormais devenir le nœud d'un immense réseau mondial de communication.

 

L'industrie.

 

Les technologies courantes, qui avant l'ère industriel étaient diffusées ça et la par des artisans inventeurs individuels, seront prises en charge exclusivement par l'industrie. Ces technologies nouvelles  seront inclues dans les marchandises produites.

 

Il y a industrie, quand la production d'une marchandise n'est plus assurée par un seul individu, mais quand le processus de production est parcellisé en taches différentes et distinctes, assurées par plusieurs individus spécialisés. L'industrie requiert également la mise en place de normes de qualité assurant la réalisation de marchandises identiques, ceci étant nécessaire à l'établissement d'un prix de vente incontestable, d'un prix de revient et d'un bénéfice attendu.

La parcellisation des tâches et leurs simplifications permet l'introduction de moyens mécaniques dans le processus de production, ces moyens mécaniques ayant pour but d'abaisser les prix de revient face à la concurrence et d'augmenter les bénéfices.

 

On voit donc que l'efficacité industrielle est intimement liée aux progrès technologiques ceux-ci devant automatiser le plus possible les processus.

 

L'industrie commence avec les 12 et 13ème siècle dans la fabrication de draps en Flandre et à Florence, Les communautés monastiques cisterciennes inventent également les premières usines de forges, usines possédant un plan rationnel partout identique en utilisant toutes un moteur hydraulique.

 

L'industrie se généralise au 19ème siècle avec le moteur à vapeur, la rationalisation de la production sera réellement étudiée avec le taylorisme. Cette méthode apparue en 1880 repose sur une organisation a priori définie par des scientifiques: l'O.S.T (Organisation scientifique du travail) cherchant à définir "The One Best Way" (la meilleure façon de produire), permettant le rendement maximum. Cette méthode revient à réduire les taches en les parcellisant et les simplifiant à l'extrême et à établir une organisation hiérarchique du travail de type pyramidale.

Puis le fordisme apparaît en 1908 qui est le travail en ligne de montage, dit à la chaîne. Le taylorisme et fordisme appliqués à la production d'automobiles aux USA vont réduire considérablement leur valeur et rendre accessible ces produits à une masse de consommateurs.

Ces organisations rationnelles du travail, introduites par chaque industriel pour faire face à la concurrence, accélèrent la baisse du taux de profit, par la baisse continuelle de la valeur des marchandises et l'augmentation du coût des moyens de production.

Il faut de plus en plus de moyens pour produire des marchandises possédant de moins en moins de valeurs.

Cependant, cette loi affectant le capitalisme industriel décrite par Karl Marx entre 1867 et jusqu'à sa mort en 1883, va d'abord jouer en faveur de l'innovation technologique, puis dans le dernier quart du 20ème siècle jouer contre.

 

Afin de palier cette loi inexorable de baisse tendancielle de la valeur des marchandises, il suffit de créer de nouvelles marchandises qui, au moment de leur mise sur le marché ne sont pas encore soumises à la concurrence et donc possèdent encore une valeur élevée déterminée arbitrairement. Cette plus-value supplémentaire existante dans les marchandises nouvelles, est appelée par Karl Marx plus-value extra. Pendant une centaine d'années entre le dernier quart du 19ème siècle et le dernier quart du 20ème siècle, cette recherche continuelle de la cette plus-value extra sera le moteur de l'innovation industrielle introduisant des technologies nouvelles.

Dans le même temps, le développement de luttes sociales victorieuses pour les salaires et les conditions de travail, maintiennent et augmentent les pouvoirs d'achats des producteurs leur donnant accès à ces nouvelles marchandises. Une spirale vertueuse s'établit et engendrera un formidable progrès dans les technologies d'usage courant avec un accroissement considérable des niveaux de vie, faisant ainsi mentir la prévision de Karl Marx sur la paupérisation tendancielle de la classe ouvrière.

 

Ce processus de progrès continuel néanmoins se heurtera à une limite à partir des années 80 du vingtième siècle.

 

Le capitalisme financier remplace aujourd'hui le capitalisme industriel d'antan.

 

Le renchérissement continuel des moyens de production à mettre en œuvre pour réaliser n'importe quelle marchandise et l'importance considérable des capitaux à investir, ne permet plus aux initiateurs, inventeurs, ingénieurs de fonder des industries comme ce fut le cas durant période explosive de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème.

Toute invention, toute initiative industrielle doit obligatoirement faire appel au capital financier pour voir le jour.

Les banques sont devenues les maitresses du jeux industriel et les seules à décider si telle ou telle invention sera promue ou non et ce en fonction de leurs intérêts financiers à court terme.

L'introduction du capital financier dans l'industrie, fortement associé aux banques, a modifié en les aggravant les conditions de la rentabilité.

Les actionnaires anonymes ne sont plus liés à l'entreprise et à son histoire, les patrimoines familiaux ayant disparu il n'y a plus que la rentabilité immédiate qui compte et non plus la pérennité de l'entreprise familiale.

L'introduction en bourse des grandes entreprises aggrave encore la situation car elle exige une rentabilité très immédiate afin de payer des dividendes et de conserver élevés les cours des actions soumises aux marchés électroniques chaque seconde.

Les investissements, la recherche et développement sont vus comme des charges et alourdissent les bilans dans le négatif. Fermer un secteur de recherche et développement équivaut pour le manager à faire immédiatement remonter la situation financière, assurer le payement des dividendes et faire remonter les cours en bourse.

La recherche de la plus-value extra par l'innovation technologique n'est donc plus regardée comme une solution pour améliorer la rentabilité, seule la baisse des coûts de production est envisagée.

Pour faire baisser les coûts de production sans investir outre mesure dans les moyens une seule solution, la délocalisation dans des pays ou la législation du travail est moins contraignante et les salaires courants plus bas.

 

Le capital financier va donc œuvrer à la mondialisation de manière à pouvoir rechercher sans contraintes le moins disant social et salarial et ainsi annihiler les avantages sociaux consentis durant les trois premiers quarts du 20ème siècle.

Parallèlement, la spéculation purement financière et avec, celle sur les matières premières offrent une rentabilité du capital bien supérieur à l'industrie. Le capital se détourne alors de plus en plus de l'investissement industriel pire, cet investissement industriel dans des procédés nouveaux est vu comme une menace par le capital financier.

 

Dés lors, tout procédé qui éloignerai d'une consommation systématique du pétrole est rejeté. En effet le capital financier et bancaire s'enrichit surtout grâce à la spéculation sur les cours du pétrole, un cours bien payé serait de 20 USD le baril comme il était durant des dizaines d'années un cours à 80 USD le baril est d'une rentabilité considérable quand l'extraction ne revient qu'à 2 USD le baril.

Plus de la moitié du volume des transactions bancaires sont des opérations concernant des achats ventes de pétrole, on comprend parfaitement que le capital financier et bancaire est assis sur le cours du pétrole.

 

Un capitalisme monopoliste d'état, à vocation transnational

 

A partir du moment ou les anglo-saxons n'eurent plus de concurrents pour la domination de la planète avec la fin de l'URSS en 1992, un nouveau système économique et politique à tendance totalitaire c'est établi mondialement. Ce système conjugue intérêts financiers des places de Londres et de New York et intérêts impérialistes des états anglo-saxons.

Les puissances étatiques principalement des USA, du Royaume Uni et d'Israël se sont mises au service des puissances financières afin d'imposer un pouvoir mondial unique au seul profit d'une oligarchie financière gavée par des cours du pétrole élevés.

Des organisations discrètes (ne sont plus secrètes) comme le groupe de Bilderberg créé par David Rockefeller ou la Trilatérale sont chargées de coordonner les oligarchies politiciennes s'étant accaparé les puissances étatiques avec les oligarchies financières. Comme nous l'avons vu plus haut, tout investissement industriel rendu impossible sans l'accord des banques, tout investissement dans de nouvelles technologies est devenu en conséquence impossible.

La liberté d'entreprendre a vécu.

Seule la Chine fut couverte de capitaux afin que les industries anciennes et nécessaires aux pays occidentaux puissent s'y établir pour faire chuter les coûts de production et améliorer les taux de profit. Il est risible que ce pays, principale destination des capitaux anglo-saxons, soit  encore prétendument «communiste», ce qui ne peut que jeter le trouble sur une prétendue bataille idéologique durant la guerre froide entre un faux libéralisme et un faux communisme.

Ce système à tendance totalitaire devient impérial et entropique, disposant de moyens militaires énormes et d'un nombre de fonctionnaires pléthorique, il commence de crise en crise et de guerre en guerre à faire sombrer le monde dans l'horreur économique.

 

Conséquences de ce nouvel ordre mondial.

 

Les conséquences pour la vie des humains et principalement des occidentaux sont multiples et très importantes.

 

1- La fin des libertés individuelles.

L'instrumentation du terrorisme donne le prétexte à des restrictions historiques des libertés individuelles. De pléthoriques organisations d'états assurant un contrôle social tatillon traquent toutes les dissidences politiques et économiques.

La liberté d'entreprendre qui permit l'essor économique des 19ème et des trois premiers quarts du 20ème est annihilée par un capitalisme monopoliste financiariste des états anglo-saxons établit sur le cours élevé du pétrole.

 

2- La paupérisation repart.

La paupérisation des producteurs, prévue par Karl Marx, un moment stoppée par des  acquis sociaux repart à la hausse. Les délocalisations massives d'industries vers des pays à main d'œuvre faiblement payée induisent une élévation importante du chômage. Le risque de délocalisation, amène les producteurs encore au travail à accepter eux même des baisses de salaires et d'avantages.

Le niveau de vie baisse dans les pays occidentaux, le principal marché mondial pour les marchandises produites et les prêts bancaires s'écroule l'endettement s'amplifie.

Une spirale déflationniste infernale s'accentue inexorablement de crises en crises.

 

3- Fin des avancées technologiques

Les avancées scientifiques et technologiques considérables surtout des années 1890-1910, puis du 20ème siècle sont stoppées au profit du tout pétrole et du tout financier.

 

4- L'obscurantisme grandit

Les idéologies chargées d'accompagner la décroissance en cours sont promues à grand renfort de dollars (Al Gore). Il s'agit de démontrer que la décroissance est inévitable, par la promotion des théories malthusiennes et que cette décroissance serait dans l'intérêt de l'humanité.

 

5- Un nombre de plus en plus important de technologies nouvelles émergent grâce à l'internet en dehors de toutes institutions.

 

 

 

Des technologies en déshérence.

 

Parmi le nombre important d'ingénieurs, techniciens et chercheurs formés dans les pays occidentaux et au Japon, un certain nombre est frustré de ne pas voir leurs inventions aboutir industriellement. Ces innovations s'accumulent dans les tiroirs et les armoires, des centres recherche et des universités. D'autres bricolées au fond de garages restent des objets de curiosité pour les buz de Dailymotion sur l'Internet.

 

Qu'est ce qu'une technologie en déshérence?

 

C'est d'abord une technologie éprouvée ayant fait l'objet de brevets et d'expérimentation. Puis c'est une technologie abandonnée pour les raisons expliquées plus haut, raisons soit financières soit également militaires.

 

Ces technologies sont ça et là utilisées confidentiellement par quelques bricoleurs qui en font profiter leur entourage immédiat mais sans qu'aucun financement ne vienne les faire émerger pour le grand public.

 

Nous pouvons en faire la liste suivante d'après celle établie par l'ingénieur français Jean Louis Naudin qui a pris pour spécialité d'expérimenter toutes ces technologies en déshérence.

 

Pour plus de détail voir son site :http://jnaudin.free.fr/

 

 

ELECTROGRAVITE
- ELPEX, moteur électrogravitique de Cornille,
- Expérience de Trouton-Noble
- Moteur ZPF
- Expérience de T.T. Brown
- L'appareil électrodynamique ELG02

 

APPLICATIONS DE TECHNOLOGIE ELECTRO-HYDRO DYNAMIQUE (E. H. D.)
- Les disques volants
- Les alimentations
- Le projet ARDA : aile volant d'après le principe de T.T. Brown ,
- Applications de la technologie EHD, Flying Saucers v1.0, v2.0 et v3.0
- UXAV (Véhicule expérimental pour vol inhabité)
- PFT (Poynting Flow Thruster) 2.0 et 3.0 et Moteur PFT mk1 et mk2
- Une nouvelle conception de SEG (Searl)
- Les disques volants de Schauberger : Repulsion type A et B, l'effet Coanda

  QUANTUM ELECTRODYNAMIQUE
- Systèmes de pompe d'énergie magnétique
- Expériences push-pull avec des aimants
- Quelques idées de moteurs et appareils à aimants permanents (Dave Squires)
- Moteur de Reed
- Moteur de Johnson
- Moteur de Adams.
- Appareil électrique à efficacité élevée, le moteur de Douglas Konzen
- Générateur toroïdal selon Dave Squires

 

LE SMOT : DEMONSTRATEUR D'ENERGIE LIBRE
- SMOT 1 à 3
- Idée de SMOT circulaire…

 

EXPLORER TESLA

- Ondes diélectriques Magnéto-Longitudinales et Ondes électromagnétiques transversales

- Emetteur amplificateur de Tesla.

- FEP (Free Electrons Pump) v1.0 et v2.0 

- AFEP (Avramenko's Free Electrons Pump) v1.2

 RECHERCHE EN ENERGIE MAGNETIQUE SCALAIRE
- TEP : le projet de pompe à énergie temporelle (Time Energy Pump).

LA MACHINE A ÉNERGIE DE NEWMAN.

 

GENERATEUR A AQUAFUEL

Gaz HHO issu de l'électrolyse de l'eau.

 
 CONVERSION DIRECTE DE LA TEMPERATURE AMBIANTE EN ELECTRICITE
- Les condensateurs de Zaev dont le COP va jusqu'à 1,35.

  RECHERCHE SUR L'ENERGIE QUANTIQUE
- L'expérience de Hooper-Monstein.

11. ABSORBEUR D'ENERGIE DE PRESSION G.
- Les GSEA (G-Strain Energy Absorber) modèles 1 à 4.

14. CONVERSION D'ENERGIE PARAMETRIQUE
- Amplificateurs paramétriques
- Inducteur variable VARIND V4.0
- Transformateur paramétrique à sur unité
- Circuits paramétriques à grande Bobine
- Projet TEP (ondes scalaires)
 
Parmi ces technologies répertoriées plus haut, j'en retiendrai deux qui me semblent fondamentales.

 

D'autres non évoquées ici resteront définitivement à l'ombre d'un tiroir d'un centre de recherche ou d'un inventeur.

 

 

1- Les moteurs à répulsion magnétique appelés improprement moteur Minato, du nom d'un de ses premiers inventeurs.

http://www.rexresearch.com/minato/minato.htm

 

 

Les moteurs électriques synchrones ou dit « pas à pas » fonctionnent par attraction magnétique, un stator muni d'électroaimants qui commutent alternativement attire vers eux des aimants permanents ou électroaimants d'un rotor. De commutation en commutation, d'attraction en attraction le moteur tourne.

Pour que deux pôles différents d'un aimant permanent s'attirent il faut qu'ils soient à une distance faible, 1, 2, 3 mm suivant leur puissance.

Maintenant si on place l'un en face de l'autre à se toucher quasiment, les pôles identiques de deux aimants permanents, ils se repoussent et si ces aimants sont placés sur une glissière sans frottement, ils se repoussent à une distance bien supérieure à celle nécessaire à l'attraction de deux pôles différents. Par exemple si il faut 3 mm pour que les deux pôles différents entrent en attraction, ils sont repoussés à 10 mm l'un de l'autre si deux pôles identiques sont présentés, chacun peut faire cette simple expérience.

La différence de distance représente le travail supplémentaire pouvant être accompli entre un moteur à attraction magnétique et un moteur à répulsion magnétique, la répulsion magnétique est une énergie libre naturelle et gratuite. La consommations électrique des moteurs à répulsion magnétique est considérablement amoindrie.

 

Certains montrent des expérience ou l'énergie produite par une magnéto emmenée par ce type de moteur est supérieur à l'énergie dépensée. Cette différence est la récupération en terme d'énergie électrique de la force magnétique des aimants permanents.

 

pour en savoir plus.

http://quanthommesuite.pagesperso-orange.fr/nouv041005motmagn.htm

http://tigre450.chez.com/magnet.htm

http://patrice.l1.free.fr/moteur/reed_troy.htm

 

2- Improprement appelé moteur à eau, le moteur à gaz HHO.

 

Si on place deux électrodes dans de l'eau, (non pure), et que l'on fasse passer un courant continu entre elles, à l'électrode + dite anode se dégagera de l'oxygène O2 et à l'électrode – dite cathode se dégagera de l'hydrogène H2. L'eau H2O possède 2 atomes d'hydrogène H pour un atome d'oxygène O.

Si on place les deux électrodes très proches l'une de l'autre afin d'éviter la résistance de l'eau et améliorer le rendement, il ne sera plus possible de séparer les deux gaz, hydrogène oxygène, il seront recueillis mélangés. Deux volumes d'hydrogène pour un volume d'oxygène on appel ce gaz HHO.

Ce gaz est hautement explosif, à la moindre étincelle ou compression, il retourne en eau, H2O en dégagent beaucoup de chaleur. 2H+O > H2O+ chaleur cette réaction est la plus exothermique de la nature, elle est utilisée pour faire fonctionner des fusées spatiales.

 

Cependant ce gaz HHO peut rester stable un moment. Si à un mélange gazeux air essence,on additionne ce mélange HHO, l'explosion obtenue sera d'un meilleur rendement énergétique, que sans le HHO, toute l'essence étant transformée en CO2 sans déchet. Additionné aux gaz d'admission d'un moteur à explosion l'économie de carburant atteint environ 30%

http://www.generateurhho.com/

des kits permettant d'équiper tout véhicule sont vendu dans le commerce

http://www.hhoplusgas.com/?gclid=CIqHv4PXjqMCFQGZ2Aod1V4TXQ

 

Le gaz HHO bien évidemment peut faire tourner un moteur à explosion sans apport de carburant pétrolier, il y a seulement un problème de rendement à résoudre. L'énergie électrique d'une automobile, nécessaire à l'électrolyse, provient de la batterie, elle même chargée par l'alternateur emmené par le moteur à explosion.

Aujourd'hui le rendement en gaz des générateurs HHO du commerce, n'est pas suffisant pour faire tourner le moteur seul, il faut encore l'adjonction de carburant fossile.

 

Un ingénieur étasunien, Stanley Meyer à breveté un générateur HHO possédant un rendement suffisant pour faire diverger l'ensemble, moteur à explosion, alternateur, batterie et générateur HHO.

La batterie chargée à l'aide de la rotation du moteur, fournit suffisamment de courant pour générer le gaz nécessaire au fonctionnement du moteur.


 

 

 

 

Le rendement des générateurs à électrolyse est limité par la résistance électrique de l'eau ,par effet Joule le courant se transforme en chaleur. Vaincre l'effet Joule est déterminant dans l'utilisation de l'énergie électrique sans gaspillage d'énergie. Déjà, Nikola Tesla avait inventé le courant alternatif afin de transporter des courants à forte intensité sur de longues distances sans qu'il ne se perde dans les conducteurs. Cependant en électrolyse comme en électronique il est nécessaire d'utiliser du courant continue. Un courant commuté à haute fréquence permet de vaincre en grande partie l'effet Joule en plus, si le temps de commutation est calculé de manière à intervenir au moment ou la résistance du conducteur survient, l'effet Joule peut être en grande partie annihilé.

 

Il est donc théoriquement possible d'améliorer le rendement des générateurs HHO afin de ne pouvoir utiliser que ce gaz pour faire fonctionner un moteur. Le fameux moteur à eau, de l'eau brûlée en quelque sorte.

 

Stanley Meyer a expérimenté un tel dispositif mais malheureusement il est mort empoisonné avant de voir son invention appliquée

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/qui-a-empoisonne-stanley-meyer-27550

 


Alim HHO

Dispositif de Stanley Meyer

 

Toutes ces technologies utilisant ce que l'on appel aujourd'hui de l'énergie libre (taper « énergie libre » sur Google) sont ignorées ou dénigrées par l'industrie automobile qui n'a évidemment aucun intérêt que ces technologies émergent.

 

 

Un mouvement libertaire et de masse

 

Passant outre les dénigrements officiels, aux USA, au Japon et en Inde se dessine un grand mouvement populaire dans l'utilisation des énergies libres. Des inventeurs ayants commencé au fond d'un garage communiquent entre eux sur des forums internet, ils ont put créer de petites entreprises et peuvent aujourd'hui fournir des kits pour équiper des automobiles, aux USA de très nombreux véhicules surtout des camions fonctionnent au HHO.

http://www.hhoplusgas.com/?gclid=CIqHv4PXjqMCFQGZ2Aod1V4TXQ

 

Contourner les blocages technologiques imposés par ce nouvel ordre mondial est une œuvre militante cette opération de contournement commence à porter ses fruits dans d'autres pays, Japon, USA , Inde. pourquoi pas la France.

 

 


 

Le monde est à l'orée d'un grand bond en avant technologique, ce bond relèguera la combustion de produits carbonés et hydrocarbonés au rang de la préhistoire des technologies, au même titre que la «guerre du feu».

Les propriétés de l'énergie électrique et magnétique n'en sont qu'a leur balbutiement, les travaux de Nikola Tesla captés par le FBI juste avant sa mort finiront par reprendre.

L'homme se déplacera ayant maitrisé la pesanteur et utilisera une énergie gratuite et permanente.

 

En conséquence de quoi les règles du jeu social ne pourront plus être les mêmes qu'avant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0