Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 17:22
Burka, laïcité et identité nationale



La « burka »

La "burka" est un nom pachtoun qui désigne un vêtement porté par les femmes en Afghanistan et qui couvre la totalité du corps, le visage étant masqué par une broderie en grillage.
Par extension les ignorants et les médias désignent un vêtement traditionnel porté par certaines femmes musulmanes qui couvre la totalité du corps et qui ne suit aucune prescription coranique. Dans seulement deux pays au monde cette tradition de couverture du visage existe: l'Afghanistan et l'Arabie Saoudite.

La «burka» en France.

 J'habite Saint Denis dans le 93 ou une majorité de la population est de confession musulmane, j'ai du voir ce vêtement porté trois ou quatre fois en tout et pour tout. Renseignement pris celles qui portent cette vêture sont le plus souvent des françaises nouvellement converties et dont la motivation est la provocation. Peut être une centaine de femmes portent ce vêtement non islamique en France seulement traditionnellement porté dans un petit nombre de pays musulmans.

Certaines musulmanes suivant des pratiques religieuses strictes se couvrent seulement la chevelure soit avec un hijab pièce de tissus entourant la tête et le cou, comme en Afrique du Nord ou avec une simple écharpe posée sur la tête comme dans les pays du golf persique. Seuls deux pays musulmans imposent cette coiffure: l'Iran et l'Arabie Saoudite ailleurs elle n'est nullement imposée aux femmes.

Le port du voile pour une musulmane a la même signification que pour une chrétienne dans une église ou une israélite dans une synagogue ne pas le porter est pécher.
 Quand à la pseudo « burka » très peu de français en on vu le port par qui que ce soit cependant tous en ont beaucoup entendu parlé croyant qu'il y a des lieux en France ou toutes les femmes ont l'obligation de porter ce vêtement.

Cette affaire de « burka » n'est donc qu'une vaste intoxication montée par les médias et certains politiciens peu scrupuleux

 Le voile.

La chevelure dans beaucoup de civilisations possède une signification sexuelle prononcée et dans quasiment toutes les civilisations il est d'usage de masquer les parties sexuellement marquées, les seins, le sexe et parfois la chevelure ou les mains. Dans l'histoire de France il a été très longtemps d'usage de ne pas exposer sa chevelure pour les femmes mariées et honnêtes, la chevelure au vent était réservées aux prostituées.
Avant la guerre de 14 18 toutes femmes portaient un chignon serré qu'elle ne dénouait que devant leur mari. Toutes les femmes portaient un chapeau en ville, les femmes du peuples et les paysannes portaient toutes une coiffe.
Ma grand mère qui est née en 1898 a porté son chignon serré jusqu'à son décès et n'a abandonné son chapeau que dans le années 50. Nos aïeules étaient elles asservies ? Peut être mais elles ne cachaient leur chevelure que par pudeur.
La pudeur est-elle à prendre en compte dans une civilisation? Puis je me promener le sexe à l'air? La pudeur des uns n'est pas forcément la pudeur des autres, certaines montrent leurs seins à la plage d'autres non. Aux USA se découvrir la poitrine sur une plage pour une femme est un grave délit qui conduit la contrevenante au poste avec une importante amande, c'était le cas en France il n'y a pas si longtemps.
Les habitudes et les mœurs sont différentes d'une civilisation à l'autre et d'une époque à une autre.


La laïcité.


Terme très français désignant la loi de séparation de l'église et de l'état en 1905 car le pape de l'époque avait condamné la forme républicaine de la nation comme n'étant pas chrétienne. De fait cette loi de séparation mettait toutes les religions sur un pied d'égalité, l'état n'ayant plus de référence religieuse, l'égalité des citoyens était enfin assurée quelque fut leur religion.
Les protestants et les israélites ont beaucoup défendu cette loi qui les instituait citoyens à part entière. La nation française n'était plus constituée que sur des bases formelles et politiques les hommes naissant et demeurant libres et égaux en droit.
La laïcité est donc l'acceptation de toutes religions et idéologies au sein de la nation française dans le respect évidemment de la loi commune.
Traditionnellement dans l'éventail politique, la gauche était seule à défendre la laïcité et la droite défendait plutôt le cléricalisme catholique. Dans les années 80 au début de l'ère Mitterrand la gauche avait voulu parfaire les lois de 1905 en instituant une seule école publique. La droite s'est largement mobilisée pour défendre l'enseignement confessionnel dont l'existence ne répond pas aux critères strictes de la laïcité.

La laïcité dans l'enseignement est peu prisée par une certaine droite, notre président Sarkosy n'a t-il pas proclamé récemment:

"Dans la transmission des valeurs et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé, même s'il est important qu'il s'en approche, parce qu'il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d'un engagement porté par l'espérance."

L'arrivée de l'Islam en France va changer la perception des uns et des autres de la laïcité. L'Islam en France est vue comme un corps étranger par ceux qui n'ont pas admis la laïcité de la république et qui n'ont pas compris la valeur des institutions républicaines .

L'ismamophobie, variante de l'antisémitisme traditionnel et de la xénophobie va s'emparer d'une laïcité mal comprise et s'en servir comme une arme de combat contre une seule religion l'Islam, tandis que pour les républicains véritables, l'émergence de l'Islam en France n'est qu'une religion qui s'ajoute aux autres.
Les anti-laïcs d'hier souvent islamophobes d'aujourd'hui deviennent les partisans d'une laïcité pure et dure espérant même l'effacement de signes religieux dans l'espace public, interdire le port du Hijab dans la rue et avec peut être en corolaire l'abattage des calvaires et autres croix installés sur le domaine public.

 Nicolas Sarkosy anti laïc militant agite ainsi démagogiquement une pseudo burka afin d'effrayer et de pouvoir introduire en France de faux critères d' identité nationale qui puissent satisfaire le communautarisme de ses sponsors.

L'identité nationale.

Pour définir ce qu'est notre identité nationale il faut définir ce qu'est la France aujourd'hui. Lire la définition que je donne de la France.
 Beaucoup se sont fabriqués une France mythique et l'identité mythique qui va avec ,souvent cette France est loin des réalités historiques.

Par exemple descendons nous des gaulois?


Ce que les romains appelaient gaulois était une même civilisation qui s'était implantée dans une grande partie de l'Europe. Le terme gaulois vient du mot « gwallon » terme germain signifiant qui ne parle pas le germain, les romains ont tourné le mot en « gallo » le terme a donné Wallon, Gallois, Gaélique Galicien etc... (pas beaucoup de français), les grecs appelaient cette même civilisation « kelt » qui signifie étranger qui a donné le mot celte, les historiens appellent cette civilisation de « La Tène » nom d'un village suisse ou fut retrouvé un grand nombre de vestiges. L'épicentre de cette civilisation est la Bohème actuelle en Tchéquie elle s'étendait au départ en Allemagne du sud, en Suisse dans le nord de l'Italie, et l'est de la France. Gaulois, Celtes et Laténiens désignent strictement la même civilisation, les celtes ou gaulois n'avaient pas de mots pour se désigner globalement et n'avaient pas conscience d'appartenir à un même peuple, ce qui les a perdu.



 Au 5 ème siècle avant JC les celtes vont se disperser dans toute l'Europe sauf au nord car poussés par les germains, ils vont notamment envahir une partie de la France actuelle et les iles britanniques, s'installer le long du Danube et dans la plaine du Po, les anglais sont autant d'origine gauloise que nous.


Pour les Francs et Clovis le mythe l'emporte encore sur l'histoire. Clovis était roi des Francs (Franken) tribu germanique et non roi de France (Rex Francorum) sa tribu les Francs saliens venait de la Hollande actuelle au dela du Rhin.



 Les Francs n'ont jamais occupé d'espace en dessous de la Seine se contentant d'imposer leur pouvoir dans leur royaume conquis par les armes avec de faibles contingents de guerriers. Le premier roi de France (Rex Francium) est Louis IX dit Saint Louis au début du 13 ème siècle. La première conscience nationale apparaît seulement au 15 ème siècle dans la deuxième phase de la guerre de 100 ans et surtout sous le règne de Charles VII avec la résistance du peuple contre l'envahisseur anglais on parle alors véritablement « d'anglois » et de « françois » avec pour chacun une reconnaissance militaire globale, non féodale. Une croix rouge sur fond blanc pour l'anglais et blanche sur fond rouge pour le français. L'organisation de la première armée française permanente non féodale revient donc à Charles VII.

Pourtant la France de la fin du 15 ème siècle représente une superficie de seulement les deux tiers de la superficie actuelle.



La France s'est étendue dans l'espace germanique au-delà de la Saône et du Rhone en associant une multitude de civilisations et de langues. Le dernier tracé de frontière de notre France ne date que de 1945. Les français ont donc toujours eu des origines multiples et variées, l'histoire des alsaciens, des corses des savoyards n'a rien à faire avec la guerre de cent ans et avec Jeanne d'Arc grand mythe national quand les bordelais étaient dans le camps adverse, ceux-ci n'ont jamais voulus être français, ils auraient bien brûlés la Pucelle plutôt deux fois qu'une.

L'identité française ne peut se référer à l'histoire de France exposée dans le Malet Isaac compilation vue par Michelet au 19 ème siècle, histoire mythico-politique sans rapport avec la réalité française.
Cette histoire aurait commencé avec Verre Singe et Torix (son nom ne se prononçait pas comme ça en langue celte) en serait exclue un grand nombre de français d'aujourd'hui dont les ancêtres ne sont certainement pas gaulois alors que les tchèques ou les bavarois ont plus de chances d'avoir eux des ancêtres gaulois.
L'identité française n'est pas cette  histoire encore moins quand elle est puisée dans l'œuvre d'Uderzo. L'identité française n'est pas non plus conférée par la langue puisque qu'un certain nombre d'autres peuples parlent le français comme nous.
Ce n'est ni la culture ni les habitudes alimentaires puisqu'en France de très nombreuses cultures différentes se côtoient depuis toujours. Des bretons, des basques, des guadeloupéens, des corses, des catalans, des indiens d'amazonie la France est un patchwork culturel.

Alors l'identité française c'est quoi?

Formellement la France ne peut se définir que politiquement, comment? .

1- Des frontières reconnues internationalement
2- Une constitution qui définit la France comme une république laïque
3- Des principes politiques définis par la déclaration des droits de l'homme et du citoyen ayant en préambule : Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit
4- Des institutions
5- Un principe d'appartenance à la nationalité française, être né sur le sol de France ou de parents français.

Toute autre définition de l'identité française ne peut être qu'asardeuse, portée à caution et surtout diviser les français.

Pour autant les principes politiques qui ont constitué la France d'aujourd'hui républicaine et laïque n'ont pas émergé du néant ils sont bien issus d'une histoire et en conséquence d'une culture politique forgée par cette histoire, il y a incontestablement un bien commun historique.

Ce bien commun de tous les français ce sont les luttes contre la tyrannie et le despotisme qui sont permanentes dans l'histoire de tous les peuples qui ont finalement constitués notre France politique d'aujourd'hui.

C'est ça la seule identité française partageable et acceptable par tous.

Des communes du Moyen Ages, à la Grande Révolution française de 1789, de la Commune de Paris aux combats politiques pour la république au 19 ème siècle, de la réhabilitation du capitaine Dreyfus à la lutte, contre le fascisme de la Résistance aux envahisseurs nazis à la lutte pour l'indépendance des peuples colonisés, et aujourd'hui notre identité ne peut s'affirmer que dans la lutte pour la pleine et entière indépendance de la France contre les traités de Maastricht et de Lisbonne.

Chercher à réduire notre identité à des problèmes de tenues vestimentaires, des régimes alimentaires ou à l'exercice de telle ou telle religion serait faire retourner notre pays dans le passé sanglant des guerres de religions du 16 ème siècle, cela serait plonger notre pays dans le chaos et la division séparatiste au grand satisfecit de nos ennemis.

Cela serait ouvrir une voix royale au nouvel ordre mondial recherché par la finance apatrides et ses séides « français ».

Prenons garde à cette affaire de «burka», de voile et de hallal, l'islamophobie est un cancer qui commence à ronger la France ce cancer la qui pourrait nous emporter nous vient d'ailleurs, il a été introduit chez nous par l'oligarchie anglo-saxonne qui après avoir organisé les attentats du 11 septembre 2001 et les avoir attribué à des musulmans avec la complicité de nos médias et de nos politiciens cherche par tous les moyens de nous entraîner dans une guerre de civilisation.

Cette guerre de civilisation partageant la France nous serait fatale et fatale serait notre identité nationale, notre idéologie républicaine laïque et fatale serait la souveraineté des nations que nous défendons, c'est surtout ça qui gène les adversaires de la France cherchant ainsi à la déstabiliser.

Français unissons nous.

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 17:29

Le 11 septembre 2001 une sale affaire pour la France

 

Lettre ouverte à mes amis gaullistes

 



Depuis 8 ans maintenant le monde s'interroge sur la réalité des attentats du 11 septembre 2001.

 

 

 

immeuble-qui-tombe-1.jpg

Sur cette vue chacun peut voir les explosions parfaitement synchonisées avec les fragments de poutres sectionnées à la nanothermite telle qu'elle fut retrouvée dans les poussières prélevées à "ground 0". La version de l'empilement est contradictoire avec les faits tels que visibles notamment l'espace de plusieurs étages entre les explosions supérieures et inférieures et la présence d'explosion AU DESSUS du point d'impact des avions.

Qui sont les véritables négationnistes,  ceux qui s'obstinnent à nier des faits parfaitement démontrés ou ceux qui les mettent en évidence?

 

 

 



Une ingérence US dans les affaires de la France et un officier patriote, gaulliste persécuté:


Historique


La commissaire Hubert Marty-Vrayance

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hubert_Marty-Vrayance


Le commissaire Hubert Marty-Vrayance membre du RPR à sa fondation, membre du club 89, membre du comité du souvenir du Général de Gaulle, bras droit de Yves Bertrand directeur des Renseignement Généraux, chargé des enquêtes sensibles pour le président de la république Jacques Chirac. A l'époque des faits membre du Secrétariat Général de la Défense Nationale. SGDN, une pointure.


Je connaissais personnellement le commissaire H M-V à qui j'avais fait des démonstrations sur la reconnaissance automatique biométrique développée par mon entreprise et qui avait pris l'habitude de m'interroger sur des aspects techniques et scientifiques intéressant la sureté nationale par exemple le HAARP, le système US de manipulation du climat. J'ai par la suite développé avec lui une relation amicale


Dés le 11 septembre 2001 après midi j'ai appelé H M-V par téléphone pour lui faire part de mes doutes sur ce que je voyais et entendais à la télévision, comme il partageait ces doutes, j'ai appelé Thierry Meyssan président du Réseau Voltaire dont j'étais administrateur il se trouvait que Thierry partageait également ces doutes.

Dés septembre 2001, le Réseau Voltaire, organisation modérée défendant la laïcité et la liberté d'expression posait quelques questions sur les discordances qui existaient entre les faits exposés publiquement: photos, vidéos, description d'évènements et les explications et conclusions données officiellement par l'administration US, conclusions qui étaient relayées sans réserves par les médias français.


Ces discordances entre les faits brutes connus et les explications et conclusions données sur les attentats du 11 septembre 2001 furent publiées sur le site internet du Réseau Voltaire sous l'appellation du jeux des sept erreurs.


Dés les premiers mois suivant cet événement le Réseau Voltaire a pris contact avec des organisations régaliennes de l'état français. Le commissaire Hubert Marty-Vrayance avait pris une position très critique de cette version officielle dans un forum de discussion s'intéressant au renseignement, www.dgse.org, le commissaire H M-V m'avait inscrit à ce forum.


La prise de position de ce commissaire n'ayant pas suscité d'opposition de la part de sa hiérarchie, une réunion fut organisée entre Thierry Meyssan et des membres de ce forum de discussion composé essentiellement de professionnels du renseignement français sans que ni le SGDN et ni la direction de la DGSE ne trouvent à y redire.

Le commissaire Hubert Marty-Vrayance a même assisté techniquement Thierry Meyssan dans la rédaction de son livre « L 'effroyable Imposture » ceci est attesté par l'apposition de ses initiales en fin de page dans les remerciement

Le livre est publié début 2002 et a rencontré tout de suite un immense succès.


Thierry Meyssan est invité a une émission de télévision de Thierry Ardisson le 16 mars 2002: Tout le monde en parle.

L'émission est calme et se déroule normalement.


Le lendemain un scandal éclate, Thierry Ardisson est convoqué à la direction de France Télévision et sérieusement tancé, la direction le menace de lui retirer son émission. Anonymement il est menacé de mort et de ruine.

Le CSA a publié la note suivante toujours en vigueur


« Le Conseil a adressé un courrier au président de France Télévision au sujet de l'émission Tout le monde en parle, diffusée le 16 mars 2002 sur France 2 : Thierry Ardisson y avait en effet reçu M. Thierry Meyssan pour son livre 11 septembre 2001 - L'effroyable imposture et avait repris à son compte, sans la moindre distance critique ni précaution de langage, la propagation d'informations à l'évidence fausses, après avoir explicitement accordé à son auteur des labels de légitimité et de respectabilité. Le Conseil a rappelé au président de France Télévision les termes du préambule du cahier des missions et des charges de la chaîne qui précisent notamment que " les sociétés nationales de programme ont vocation à constituer la référence en matière d'éthique " et ceux de l'article 2 qui disposent que " la société assure l'honnêteté, l'indépendance et le pluralisme de l'information ". Il lui a demandé de prendre des mesures pour que la vérité soit rétablie et que de tels dérapages ne se renouvellent pas ». Sa hiérarchie ne trouve toujours aucune critique à lui formuler ».

http://www.csa.fr/actualite/decisions/decisions_detail.php?id=144


Un « journaliste » Guillaume Dasquié habitué des plateaux US ou il y critiquait la France et les français publie dans « Le Monde » un article ou il accuse le commissaire H M-V d'avoir écrit le livre de Thierry Meyssan, ce qui est faux et lui est repproché tardivement par sa hiérarchie. Aujourd'hui Guillaume Dasquié est mis en examen sur plainte de Michel Alliot-Marie qui fut ministre de la défense pour possession illégale de documents classés secrets défense, le soit disant journaliste était une « barbouze » US


H M-V est d'abord abordé par le responsable de la CIA en France qui le menace.


Début avril 2002 Le commissaire Hubert Marty-Vrayance est convoqué par le N° 2 du SGDN le général B.D. qui lui signifie que: « A LA DEMANDE DE L'AMBASSADE US » il est mis fin à ses fonctions au SGDN et son accréditation secret défense lui est retirée.

 

Par la suite le commissaire Hubert Marty-Vrayance devra subir une suite de machinations et de complots ourdis par la DST et la société KROLL http://www.kroll.com entreprise faux nez de la CIA en France. Il fera finalement trois mois de prison préventive après une mise à pied de six mois et sera renvoyé de la police sans indemnité. Ce complot fabriqué par une agence de renseignement privée dirigée par un ex gendarme Patrick Baptendier a été décrit par lui même dans un livre: « Allez y on vous couvre » qui a défrayé la chronique récemment.


Je suis moi même mis en examen dans cette affaire, accusé de corruption de fonctionnaire car j'ai aidé ce commissaire patriote durant sa période de 6 mois de mise à pied sans solde.


La clameur internet du peuple français


Aujourd'hui le peuple français comme les peuples du monde n'en finissent plus de s'interroger sur la faisabilité de cette incroyable version officielle des attentats du 11 septembre 2001.


L'association étatsunienne qui n'existe plus aujourd'hui  Reopen 911.org  fondée grace à l'aide d'un milliardaire US Jimmy Walter a diffusé mondialement le CD "Confronting the Evidence"  puis l'association indépendante française  Reopen 911.info ont repris avec brio ce qui avait été initialisé par le Réseau Voltaire.


Des dizaines d'ouvrages ont été édité mettant en lumière tel ou tel point technique de cette version dépassant les deux premiers livres de Thierry Meyssan « l'Effroyable Imposture » et le « Pentagate »

Le succès de l'association Reopen 911 utilisant largement l'Internet pour la diffusion de documents de qualité a permis de populariser cette interrogation lancinante: comment une telle version officielle des attentats du 11 9 peut être crue.

Une énorme pression venant du peuple et quelques artistes de renom qui s'en sont fait les porte-paroles a obligé les médias français à réagir, médias jusque la réfugiés soit dans le mutisme soit dans la basse insulte envers Thierry Meyssan.


Quelques parcimonieuses fenêtres médiatiques ont été concédé un peu par hazard suite aux deux esclandres dues à Jean Marie Bigard et Mathieu Kassovitz qui profitant d'un moment de promotions de leurs spectacles ont émis leurs opinions non conformes sur ce sujet.


Il faut rappeler que l'évocation d'un doute sur la version officielle sur les antennes médiatiques est interdite par le CSA. Cette interdiction ayant été fortuitement transgressée, les médias ont donc cherché à décrédibiliser ceux qui avaient évoqués ces doutes ainsi que leurs arguments. Ils ont dans un premiers temps promis qu'un débat équilibré pourrait opposer des experts techniques reconnus qui doutent, face à des experts qui pourraient démontrer la faisabilité technique de la version officielle. Ce débat devait être inclus dans l'émission présentée par Guillaume Durand: « L'Objet du Scandale », or ce qui avait été promis par Guillaume Durand n'a pas été tenu. Le prétexte fallacieux était qu'il lui était impossible de trouver des experts partisans de la version officielle qui veuillent bien participer à un tel débat. Du côté de ceux qui doutent, il était prévu un journaliste d'investigation Eric Laurent qui a écrit un livre sur le sujet et Niels Harrit un scientifique danois dont le laboratoire a trouvé de la nano-thermite dans les poussières du WTC ( La nano-thermite est un explosif puissant et rare qui sert en démolition contrôlée pour couper les poutres métalliques).


A la place du débat technique attendu nos artistes qui connaissent bien le dossier, mais comme n'importe quel citoyen pourrait aujourd'hui le connaître, se sont retrouvés seuls face à deux journalistes habitués à ce genre de débat dont l'un Hervé Gattegno journaliste de combat anti gaulliste est connu pour son implication militante dans la défense de la version officielle et donc sa parfaite connaissance technique de cette affaire. En plus Guillaume Durand qui avait fait foi d'impartialité auprès de nos généreux artistes s'est montré un partisan particulièrement agressif de cette contestée version officielle. Guillaume Durand s'inspirait d'un livre qu'il avait à la main le livre de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel « L'Effroyable Mensonge » qui décline toutes les insultes possibles à l'égard de Thierry Meyssan et toute la rhétorique appliquée depuis son écriture par les médias à savoir que toute contestation d'un version officielle venant des USA fait oeuvre de révisionnisme de négationnisme et d'antisémitisme. Evidemment dans cet ouvrage il est impossible d'y trouver le moindre argument technique.

Ainsi cette émission confuse à dessein fut conçue comme un piège et le téléspectateur circonspect n'a pu en tirer aucunes conclusions, le tour était joué.

Cependant il en reste un aspect grandement positif et inquiétant qui est la démonstration aux yeux des français qu'une entreprise de télévision publique d'information s'implique depuis huit années corps et âme dans la conservation secrète d'un crime immonde perpétré par une puissance étrangère, crime qui a impliqué la France dans une guerre ou elle n'avait rien a faire et ou elle a perdu certains de ses soldats.


Les gaullistes et nationaux-républicains


Les gaullistes et nationaux-républicains ne peuvent plus rester muets face à cet événement. En effet suite à ces « attentats » l'argumentation d'une nécessaire gouvernance mondiale s'est avancée pour organiser une guerre contre un terrorisme islamiste. Il y aurait une guerre de civilisation qui ferait rage opposant une religion l'Islam à un « monde libre » (tient j'ai déjà entendu ça) évidemment dirigé par les anglo-saxons comme d'habitude. Le pseudo communisme étant mort de sa belle mort il aurait été souhaitable d'inventer autre chose pour faire marcher le complexe militaro-industriel US base de l'économie anglo-saxonne.


Faut il le rappeler à mes amis gaullistes que le général s'était opposé fortement à la division du monde en deux camps dont chacun subissait la tutelle d'une superpuissance. Nous même sous le joug anglo-saxon furent contraints à engager des guerres coloniales meurtrières en Indochine et en Algérie. Le général de Gaulle mit pour un temps fin à cette soumission de la France à l'étranger.


Que le doute subsiste que ces attentats du 11 septembre 2001 puissent avoir été organisé par une force régalienne interne aux USA est considérablement important pour notre pays et sa place dans le monde.

Qu'il s'agisse de l'une ou l'autre version qui soit réelle et la politique de la France s'en trouverait radicalement changée.

En outre cette affaire a démontré une ingérence intolérable et inacceptable des USA dans les affaires de notre pays que cela soit dans le domaine du renseignement avec l'éviction du commissaire Hubert Marty-Vrayance du SGDN et l'organisation de couteuses machinations cherchant à l'éliminer ou que cela soit l'évidente implication des médias publics français dans la dissimulation de la vérité concernant le plus odieux crime depuis la fin du nazisme: les attentats du 11 septembre 2001.


Amis gaullistes et nationaux-républicains faites entendre votre voix et votre différence dans cette affaire, le peuple attend, il suffit de s'en rendre compte dans tous les forums de discussion sur l'Internet.


M. Nicolas Dupont-Aignant vous avez dit que Gutemberg avait appris aux peuples à lire et l'Internet leur avaient appris à écrire et bien dans cette affaire il se servent de l'écriture et la clameur électronique n'en finit plus de gronder et s'amplifier, ne passez pas à côté de l'Histoire, intervenez.

 


 

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 09:49

Loose change final cut

http://www.dailymotion.com/video/xatp4c_exclusif-loose-change-final-cut-en_news


Voici 2 pétitions à signer pour une demande de réouverture d'Enquête sur les attentats du 11 Septembre 2001 :

La 1ère, celle de Reopen911:
http://www.reopen911.info/petition.html

La 2nde, celle de World for 9/11 Truth !
http://world911truth.org/worldwide-911-petition/






Partager cet article

Repost0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 18:51
Gaullisme, nations et nouvel ordre mondial
 


Le général de Gaulle était un spécialiste de la géopolitique. Il s'y intéressait bien plus qu'aux problèmes internes de la France dont il laissait la gestion à ses premiers ministres. Dans son analyse géopolitique il pensait avant tout à la situation de la France dans le monde, France pour laquelle il avait de grandes ambitions. A cet effet la préoccupation principale du général de Gaulle était de recouvrer et d'assurer l'indépendance pleine et entière de la France dans un monde partagé à Yalta entre anglo-saxons et soviétiques.

La politique internationale du général de Gaulle s'exprimait succinctement ainsi:
«Rompre le charme de la double hégémonie américaine et soviétique... et le jeux dangereux de la guerre froide ».
De Gaulle l'OTAN et la double hégémonie conférence de presse

 


Toute politique se réclamant du général de Gaulle ne peut donc qu'être essentiellement fondée sur la volonté d'accession de la France à sa totale indépendance. En outre, que chaque nation, puisse accéder à la souveraineté sur un état qui lui serait propre était sa préoccupation de fond. Un point de vu sur le monde prémonitoire, le général de Gaulle avait souhaité la fin du colonialisme et de l'impérialisme ainsi il désirait que l'Algérie accède à l'indépendance il a soutenu le peuple du Québec et fustigé l'intervention US en Indochine.
Discours de Phnom Penh contre l'impérialisme US

Aussi il a clairement et d'une façon également prémonitoire manifesté son opposition au sionisme qu'il définissait comme tel en prédisant la pérennité des guerres et conflits que celui-ci devait engendrer au Proche Orient.
Conférence de presse sur le Proche Orient et le sionisme

Il s'est opposé à l'usage exclusif du dollars dans les transactions internationales et fustigé le fait que les USA puisse vivre à crédit sur le dos des autres nations.
Conférence de Presse sur la crise du dollars

Enfin il était pour une Europe de coopération entre nations indépendantes et comme chacun le sait opposé à l'entrée du Royaume Uni dans la CEE qu'il qualifiait de cheval de Troie des USA.
L'Europe, l'europe, l'europe

Quelle est la situation internationale aujourd'hui et comment s'affirmer gaulliste. La guerre froide a disparu et une des hégémonies dénoncées par le général a sombré. Cependant l'indépendance de la France a fondamentalement reculé. Des forces politiques funestes ont réussi a imposer un système économique mondialisé en faisant peu à peu disparaître les pouvoirs légaux des nations sur les transactions commerciales internationales. Cette dérégulation a entraîné mécaniquement un appauvrissement dramatique des populations occidentales et en conséquence une crise financière sans précédents, ces populations occidentales en faillite ne pouvant plus rembourser leur crédit.

Qui a œuvré contre l'indépendance des nations, pour la dérégulation du commerce internationale et donc qui est responsable de la crise économique qui affecte dramatiquement le monde?

En un mot qui devons nous combattre, puisqu'il y a eu et qu'il y a toujours volonté d'affecter notre indépendance et de remplacer le pouvoir des français sur leur république par un autre venu d'ailleurs et qui s'intitule lui même «new world order», «nouvel ordre mondiale». Ce terme n'est pas inventé par quelques «conspirationnistes» sic, il a été prélevé dans l'expression de divers politiciens tels que les Bush père et fils, David Rockefeller et Nicolas Sarkosy. Ce terme a été inventé et est utilisé par ceux dont le but est de mettre en place cet ordre mondial nouveau assorti d'une gouvernance mondiale et donc forcément d'une disparition de la souveraineté des nations.

Évidemment promouvoir cet ordre nouveau ne peut se faire qu'en s'attaquant à la souveraineté de chaque nation, bien évidemment nous ne sommes pas les seuls à pâtir ,toutes les nations sont pareillement affectées, toutes sans exceptions, l'indépendance de tous les peuples est menacée et sans indépendance comment organiser la démocratie?

Quand on parle de nations on parle forcément de différences entre nations.

Chaque nation a son histoire, ses traditions ses lois son rythme de développement. Cette différence entre les nations fait la force de l'humanité. La multiplicité des expériences de toutes les nations offre de multiples exemples aux autres qui peuvent ainsi puiser les réussites et rejeter les échecs. Que tout le monde soit pareil comme le rêve les mondialistes et le dynamisme de l'humanité en serait totalement affecté. L'humanité, organisée en un réseau de nations libres offrirait un paradigme dynamique et enthalpique.
L'humanité sous la coupe d'un empire avec une gouvernance mondiale irait forcément vers l'entropie par le choix mécanique du plus petit dénominateur, du moins disant social et culturel.

D'un côté les nations qui veulent être libres et de l'autre quoi?

On s'aperçoit aisément que la multiplicité des nations avec pour chacune leurs lois spécifiques gêne une forme de capitalisme, fortement financiarisé et mondialisé qui cherche à investir rapidement ça et la.
Acheter des matières premières à bas prix les revendre au prix fort, implanter des usines la ou les salaires sont les plus bas et les lois sociales inexistantes, spéculer rapidement sur le prix du pétrole, du cuivre des diamants etc... Transférer des capitaux d'une banque à une autre, d'une monnaie à une autre, spéculer à la vitesse de l'informatique enfin placer ses gains là ou l'on paye le moins d'impôts voir pas du tout.
Les lois des différentes nations c'est très moche pour se livrer à ça, ça empêche.
Mais que faire, comment éliminer les nations pour ce capitalisme mondialiste?
Eh bien il leur faut d'abord acquérir la puissance régalienne d'un état ou d'un groupe d'état avant que d'imposer sa loi aux autres par la force ou la persuasion.
Quel est cet état ou ce groupe d'état œuvrant dans l'intérêt exclusif d'un capitalisme mondialisé s'opposant à l'indépendance des nations. Ce groupe d'état dont s'est accaparé une oligarchie mondialiste apatride c'est l'ensemble des pays anglo-saxons avec a leur tête les USA et le Royaume Uni puis les anciennes colonies britanniques dont la population est majoritairement d'origine britannique comme le Canada, l'Australie et la Nouvelle Zélande. Ces états appelés anglo-saxons (il faut bien leur donner un nom et celui là en vaut un autre) ont mis en commun leurs moyens régaliens au service d'un capitalisme sans nation. (Ces moyens régalien se sont concrétisés par la mise en place d'un réseau d'espionnage commun, le réseau Echelon)

L'origine de cette situation tient dans une tradition historique de ces états, tous issus de l'impérialisme anglais puis britannique, cet impérialisme, en s'associant avec l'impérialisme US et devenu anglo-saxon est le seul a subsister sur cette planète, les autres ayant été vaincus. L'impérialisme se définit comme l'association d'intérêts industriels et commerciaux privés d'un état et des forces publiques régaliennes de cet état en vu de se saisir par la force armée de marchés et de matières première d'autres nations. L'état au service d'intérêts privés monopolistiques.
 Plusieurs états ont été impérialistes ou ont cherché à le devenir, l'Espagne, le Portugal, la France, les Pays Bas, la Belgique, la Russie, l'Allemagne ont tenté cette aventure. A la fin de la seconde guerre mondiale ne subsistât que l'impérialisme soviétique héritier de l'impérialisme russe et l'impérialisme anglo-saxon ( USA et Royaume Unis).
Comme chacun sait l'Union Soviétique a disparu laissant le seul impérialisme anglo-saxon opérationnel (l'impérialisme français en Afrique a disparu en se mettant aux ordres de l'impérialisme anglo-saxon par la vertu du pacte atlantique). L'impérialisme anglo-saxon a depuis la fin de la guerre instauré un système économique en puisant dans ses traditions. Ce système économique ne fonctionnant que dans sa seule sphère d'influence jusqu'à la fin du bloc soviétique a été imposé à toute la planète. Ce système est fondé sur un certain nombre d'éléments bien concrets.

1- La Finance.
Fut mis au point petit à petit jusqu'à nos jours des moyens de spéculation basés sur les systèmes boursiers et par la suite étendus à des produits financiers. Ces produits financiers sont multiples, variés et forts complexes, ils permettent en gros de créer de l'argent virtuel en masse énormes. Cette finance qui notamment créé des actifs avec du passif, c'est à dire transforme des obligations (debt bond) en actifs par la vertu de l'achat. On achète ou on loue des dettes en espérant un remboursement et on place ce produit financier évidemment dans la colonne actif. Si les débiteurs ne peuvent rembourser car ruinés, c'est la faillite .Les pseudos actifs s'évanouissent. C'est ce qui s'est passé à l'été 2008. Les étasuniens appauvris n'ont pu rembourser leurs prêts et le système s'est effondré.

2- Le dollars.
En 1945, les accords de Bretton Wood, ont institué la seule réserve d'or US comme réserve monétaire, à la fois du dollars et des autres monnaies «occidentales» indexées sur le dollars. Ce fait a été dénoncé par le général de Gaulle dans une célèbre conférence de presse. En 1971 cette indexation sur le dollars a été supprimée vraisemblablement pour cause de disparition du stock d'or. Le dollars n'existe plus que par l'offre et la demande, ce n'est plus que du papier. Cependant ce papier est nécessaire car l'oligarchie anglo-saxonne a imposé à la planète de payer toutes transactions commerciales internationales en dollars. Le dollars billet de monopoly n'aillant intrinsèquement aucune valeur, son usage exclusif est imposé par la force si besoin. Dans le volume des transactions commerciales libellées en dollars le pétrole en représente un peu plus de la moitié. On voit que le pétrole est une pièce essentielle du dispositif financier anglo-saxon. Quand on observe que l'oligarchie anglo-saxonne veut mettre la main sur un pays exportateur de pétrole, Irak, Iran, Vénézuela, ect.. la raison première est de l'obliger à vendre son pétrole en USD. L'Irak a commencé à vendre son pétrole en Euro, ce fut la guerre, l'Iran menace depuis deux ans de créer une bourse pétrolière en Euro et on lui trouve comme pour l'Irak des armes de destruction massive. Chavez ne doit sa survie politique que sur la continuation de la vente du pétrole vénézuelien en USD. Que les transactions internationales soient faites dans une autre monnaie que le dollars et s'en serait fini de cette monnaie et du monde économique anglo-saxon. Le général de Gaulle exigeait d'en revenir a l'étalon or tel qu'il était avant les accords de Bretton Wood, il n'ignorait pas que cette demande était un casus belli pour le monde anglo-saxon.

3- La mondialisation
Il est évident que l'existence de nations légales, gêne la finance et peut mettre le système anglo-saxon en danger par l'utilisation d'une autre monnaie que le dollars. Les nations légales peuvent contrôler leur économie par l'institution de lois. Créer une gouvernance mondiale sous son contrôle est l'objectif de l'oligarchie financière anglo-saxonne ils ont baptisé eux même ce projet du terme «new world order ». L'idée de cet ordre mondial a été concocté au cours d'assemblées discrètes et non secrètes car connues comme le groupe de Bilderberg institué par David Rockefeller qui fut le maître à penser de cette mondialisation. Aujourd'hui, un autre théoricien de la mondialisation émerge, c'est Georges Soros, qui met en place son organisation politique, « l'Open Society » un peut partout dans le monde, principalement dans l'ancien monde soviétique. L'Open Society finance nombre d'écoles et d'universités en enseignant partout que le concept de nation est négatif pour le monde et qu'il est préférable qu'un monde sans frontières et sans nations s'impose. Ceci peut paraître généreux et attrayant pour les jeunes. Georges Soros est l'un des principaux initiateurs des divers « révolutions colorées » qui visent toujours à mettre en place politique la marionnette la plus docile à l'intérêt mondialiste.

4- L'organisation de la peur
L'ordre mondialiste est également promu par l'organisation de peurs et ensuite par l'offre de protection de la force militaire anglo-saxonne pour la défense du « monde libre » « occidental » sic. La première de ces peurs organisées est celle du monde musulman. Pendant la guerre froide la peur institutionnalisée et promue par la propagande médiatique était celle du «communisme» entre guillemets car le «communisme» n'a jamais existé autre part que dans les fantasmes soigneusement distillés aux bas peuples effarouchés. Aujourd'hui le musulman a remplacé avantageusement le communiste, avantageusement car il semble totalement allogène, et peut engendrer des réflexes racistes toujours naturels, il est possible de le caricaturer basané au nez crochu avec les mêmes images que celles montrant les juifs avant guerre. Un racisme de bon aloi y compris de gauche peut se lâcher en prenant comme paravent la laïcité, un comble. Afin de donner crédit à ce racisme antisémite mais islamophobe, on ne peut toucher aux juifs aujourd'hui, les forces régaliennes des pays anglo-saxons ont organisé des attentats et selon une tradition éprouvée depuis longtemps, chez eux, celle de l'action « flase flag » et en ont attribué la responsabilité à des «intégristes» musulmans. Le but est de créer une guerre de civilisation afin de motiver un monde anti-musulman à la guerre, contre un autre monde musulman par exemple l'Afghanistan, l'Irak et maintenant l'Iran. Le général de Gaulle avait fait de l'amitié entre la France et le monde arabo musulman un des axes de sa politique étrangère.

Toute guerre de civilisation créée contre les musulmans passerait par la France et la déstabiliserait durablement.

 Pour les mondialistes anglo-saxons cela serait tout bénéfice.

En effet il n'existe plus dans le monde que deux types d'idéologies de gouvernance. L'idéologie française basée sur le socle national sur lequel est bâtie une république laïque possédant des lois formelles établissant un intérêt général, cette idéologie découle de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 par laquelle les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit.

D'autre part celle défendue par l'oligarchie anglo-saxonne, un monde sans nations légales mais une multitude balkanisée de communautés établies sur des bases ethniques et religieuses. L'ennemi le plus dangereux pour cette oligarchie financière et mondialiste cherchant à s'accaparer le monde c'est bien la France et ses principes.

Contrôler définitivement la France toujours rebelle est bien le principal objectif des tenants du nouvel ordre mondial, ainsi c'est en France que médias et politiciens sont soumis le plus à l'influence, la corruption et la menace. (voir l'épisode judiciaire Villepin à qui il n'est pas pardonné son fameux discours à l'ONU)

Donc l'adversaire est bien incarné, il existe et peut être désigné. Cet adversaire est bien organisé dans une oligarchie anglo-saxonne possédant aussi ça et la quelques complices issus d'autres pays .
En France nous avons un magnifique couple formé par le tandem Sarkosy Strauss-Kahn.

Cette oligarchie mondialiste utilise les moyens régaliens des pays anglo-saxons pour leur oeuvre néfaste et ce à l'encontre des intérêts même des peuples anglo-saxons qui sont les premiers à pâtir de cette situation.

Combattre les promoteurs de ce nouvel ordre mondial est le seul combat politique ayant le droit de se réclamer du gaullisme. Le général de Gaulle n'a jamais caché dans ses discours le nom de ceux qui s'opposaient à l'intérêt de la France.

Alors il n'y a aucune raison que nous ne désignons pas les coupables, pas les peuples bien évidemment mais les apatrides qui instrumentent les peuples pour la satisfaction de leurs intérêts.

Alain Benajam

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 18:24
Par Edmond Defechereux


Vieux rêve des penseurs humanistes de tous poils, vue comme condition de la fin des guerres sur le vieux continent selon certains, l’Europe Unie, qui semblait exister après un démarrage apparemment convaincant, subit depuis quelques mois de fameux revers dans sa construction. Et pourtant la monnaie euro existe, mais est-ce assez pour donner aux gens de tous ces pays de l’Union la conviction d’avoir une véritable identité européenne digne de ce nom?

«L’Europe de papa est morte! », ainsi s’exprimait un député français quelques jours avant les élections européennes du 13 juin 2004. Dénonçant les tares du projet de constitution européenne, qui sera rejeté quelques mois plus tard par la France et la Hollande, ce politicien gaulliste considérait que le grand marché constitué par l’Europe doit être placé sous l’autorité de l’Union des États souverains. S’opposant ainsi à la mise de ce marché sous la coupe d’une Europe Unie fortement intégrée tombant sous domination américaine par la voie de la mondialisation. Les souverainistes, en effet, ne reconnaissent qu’une seule entité politique tangible pour faire l’Europe: les Nations.

À toutes les époques, des hommes politiques ont rêvé d'une puissance européenne pesant d'un seul bloc sur la marche du monde. L'Union européenne est fondée sur l'idée que des pays proches les uns des autres doivent s'entendre, s’unir, même n’en former qu’un seul. Chacun se réjouit de la paix retrouvée et du développement des échanges économiques. On en tire argument pour déduire qu'au nom de cette proximité géographique, ces États doivent fusionner. Or, la globalisation a relativisé la notion de proximité : les Européens s'intéressent maintenant bien plus au reste du monde qu'à leurs voisins.

Selon les pères fondateurs de l’Europe, les nations européennes avaient des intérêts communs qui les portent à s'unir. Ayant intérêt à vivre en paix, elles sont pourtant en concurrence permanente. Chaque État veut conserver la haute main sur des secteurs considérés par lui comme vitaux et défend sa propre identité nationale, linguistique et culturelle.

En politique internationale, ces États poursuivent des objectifs qui leur sont personnels, surtout dans les pays du Tiers-monde.

Les Européens partagent des valeurs communes, les droits de l’homme, mais ces droits dépassent maintenant l’Europe elle-même, car ils sont devenus universels.

L’Europe était donc devenue une nécessité. Malheureusement les divisions entre États européens apportent à ce point de vue idyllique un démenti des plus cruels.

Facile à réaliser à six, l'Europe l’est plus difficilement à vingt-cinq. Comment encore pouvoir arriver à établir une politique étrangère et de défense commune: le conflit irakien l'a bien prouvé. Gros problème de politique internationale: comment arriver à imposer des décisions à la majorité qualifiée, remplacer par l'Union européenne la France et l'Angleterre comme membre permanent au Conseil de sécurité, tout cela serait pure chimère aux yeux de certains spécialistes en politique internationale. Et que dire sur les mésententes des États quant au degré d’ouverture des frontières commerciales de l’Union.
Ainsi donc, l’Europe des Pères fondateurs est bel et bien morte, selon les observateurs, elle aurait épuisé ses effets «comme tout système qui ne correspond plus à l’état du monde».

Si donc une Europe intégrationniste ne répond plus à la donne mondiale ni aux intérêts de certains des États concernés, par contre une autre Europe est possible, pour autant qu’elle ne se substitue pas aux nations la constituant pour en faire un État géant, une super-puissance. Il s’agit du modèle politique de l’Union des États souverains, construite sur base d’un pacte élaboré avec souplesse dans l’intelligence des réalités.

Cette union conserverait le marché économique unique, mais en simplifiant l’hyper-réglementation communautaire, vraiment trop difficile à utiliser.

Il convient aussi de maîtriser la mondialisation sauvage, les délocalisations et les pertes d'emplois. Il incombe la Commission européenne de veiller à une concurrence loyale, sans entraver la politique industrielle des États ni porter atteinte à leurs services publics.

Sont envisageables, des politiques communes, la protection de l'environnement, des normes de sécurité sanitaire garantissant la libre circulation des biens et services, une coordination des transports. La Banque centrale européenne devrait être placée sous la tutelle du Conseil européen qui peut lui adresser des directives.

Ce grand marché doit être placé sous l'autorité de l'Union des États souverains, dont l'objectif est la sécurité collective en Europe. Le pacte des nations devenant le socle d'un Conseil européen de sécurité qui règle les litiges entre les États européens, assure une défense commune de notre continent. C'est là le domaine de la coopération intergouvernementale. Sur une base volontaire, ces États devraient se donner les moyens d'agir ensemble sans contraintes procédurales.

Ce pacte européen n'empêcherait nullement des coopérations renforcées entre États le souhaitant. La souveraineté de la France, libre de poursuivre la défense de ses intérêts en toute indépendance dans le monde, ne serait pas contestée.

À la différence du projet de Constitution, rejeté par la France et la Hollande l’an dernier, le pacte ne limiterait pas les États à l'ambition de l’institution «Europe», mais serait le ciment d'une solidarité croissante des Européens entre eux, tout en sauvegardant l'indépendance de la France et des autres nations dignes de ce nom.

L'instance suprême du pacte en serait le Conseil européen des chefs d'États et de gouvernements, avec une présidence tournante entre les six Grands : Allemagne, Grande-Bretagne, Italie, Espagne, Pologne et France, les autres détenant les présidences de la Commission. Le conseil des ministres assisterait le Conseil européen et contrôlerait la Commission. Le Parlement européen devenant une émanation des parlements nationaux, un véritable Congrès des Nations.

En dehors de ce projet, il n’y aura jamais d’Europe véritable, concrète, si ce n’est en dehors du mythe «Europe» dont semble se satisfaire nos dirigeants.

C’est ainsi qu’un député souverainiste concluait son article sur la question (Le Monde, mardi 1er juin 2004).

Voyons maintenant d’autres aspects du problème, apportant des nuances à ce noir tableau de la naissance de l’Europe Unie.

Selon les adversaires de l’intégration européenne, «le projet de constitution européenne et l’idée même d’une Europe fédérale est une attitude antirépublicaine et antidémocratique qui se moque de l’opinion des peuples et qui tourne à une forme subtile de collaboration avec la volonté de puissance des intérêts supranationaux.» (Alexandre Dorna, professeur de psychologie sociale et politique à l’Université de Caen, décembre 2004).
Selon ce spécialiste, l’enjeu du projet de Constitution n’est pas fondamental pour les Européens, et encore moins pour le reste de la planète. Le véritable enjeu n’est pas d’accepter les lois du marché, mais de les remplacer par un mode de vie qui ne tire pas son énergie du malheur des autres. Le vrai enjeu digne d’être appelé «républicain» est d’arriver à générer l’enthousiasme contagieux des citoyens, afin de les rendre aptes à exercer un contrôle direct sur le pouvoir et ses dirigeants et d’empêcher le renforcement des oligarchies qui brident la volonté citoyenne. Le discours européiste actuel des élites est une idée «nationaliste eurocentriste» (autant de gauche que de droite) qui fait appel au mirage, véritable mythe (dans le sens péjoratif du terme) d’une Europe politique unie face aux États-Unis, mais déjà corrompue par l’internationale de l’argent et l’échec économique du communisme comme système de cumul égalitaire des richesses.
En effet le discours prônant cette union des États européens faisant face ensemble au mastodonte américain est seulement rhétorique, car ceux qui le tiennent n’ont rien d’offensif et ne sont en fait pas partisans d’une vraie alternative face aux U.S.A. Ce n’est, en fait, de leur part qu’une réponse malingre de politiciens pragmatistes fabriquant des programmes à la mesure de leurs ambitions individuelles, et ce dans le cadre plus général d’une mondialisation économique dont leur échappent tenants et aboutissants. Voilà pourquoi l’État nation reste le dernier bastion légitime d’une politique inspirée d’une philosophie morale où la culture humaine est le socle de nos valeurs. La politique dictée par les multinationales mondialisées ne possède aucune philosophie mais seulement des logiques et des mécaniques de pouvoir, dont les pilotes ne réfléchissent pas aux conséquences ultimes de leurs décisions et actions.
Vint alors le fameux moment de la ratification de la Constitution européenne. Tout le monde sait qu’elle a été acceptée par certains pays, sans doute parce que leurs dirigeants y trouvent avantage. Elle a été rejetée par referendum par la France, puis par la Hollande. Certains pays ont évité tout referendum, par exemple la Belgique!
Donner à l’Europe une constitution, c’est bien beau, mais qui ne voit que cela va rendre caduques les constitutions des différents États membres? Une fois adopté, ce texte supprimera en fait la compétence de chaque État sur toutes les matières importantes, puisque la voix de la Commission de Bruxelles sera prépondérante. Une puissance comme la France sera ainsi réduite à la portion congrue, puisque elle ne disposera plus que de 8 % des droits de vote dans un ensemble dominé par des États soucieux de ne jamais déplaire à Washington. Il n’y aurait plus à Paris qu’un gouvernement s’occupant d’affaires sans importance, incapable d’adapter la politique économique et sociale aux réalités françaises suivant les situations et les conditions du moment. Paris devrait se plier aux décisions prises par les tendances européennes majoritaires qui ne pourraient qu’être inadéquates.
Mais qu’est-ce que ce mouvement politique français qui s’oppose à l’intégration européenne et qui s’appelle «souverainisme»? Et sur quoi porte cette souverainetéqu’il revendique ? Le contexte européen réduit ce mot à un seul de ses aspects: le maintien de la souveraineté nationale dans le cadre de la construction européenne, alors que les questions qu'il embrasse sont beaucoup plus larges.
Selon Paul-Marie Coûteaux, son premier théoricien, le souverainisme n'est rien d'autre que «le cœur caché de la politique de la France depuis des siècles, la défense de la souveraineté nationale et populaire, autrement dit la défense du primat du pouvoir légitime sur les pouvoirs de fait, selon la vieille dialectique où s'inscrivit toujours la politique française dans ce qu'elle a de plus constant : la défense, vis-à-vis de l'extérieur, de la souveraineté de la nation face aux hégémonies et aux Empires, et, à l'intérieur, l'affirmation de la souveraineté de l'État face aux féodalités de tous ordres, ainsi que l'illustration d'une civilisation originale dans un monde qui tend plus que jamais à nier l'originalité et la diversité des peuples".
Ce qui, aujourd'hui, assure la paix du monde et protège la pluralité des nations, c'est précisément la Souveraineté.
La Souveraineté est un concept juridique qui, au plan international, place sur le même pied des puissances par nature inégales, et qui, au plan de la politique intérieure, affirme la supériorité du Droit, de la Loi et finalement du Bien commun, ce que Bodin appelle la "res publica", contre les intérêts particuliers et les coalitions intérieures qui cherchent à s’emparer des pouvoirs de l'État. Il est donc une double pensée de l'indépendance : celle de l'État-Nation par rapport aux autres puissances extérieures; celle de l’indépendance d'un État suffisamment détaché des intérêts particuliers pour travailler à ce que commande le Bien commun.
Le souverainisme se trouve au-dessus de toutes les idéologies et de tous les groupes politiques, tant de droite que de gauche, en ce qu'il s'intéresse d'abord à la possibilité même qu'il y ait une politique, un cadre politique, la Nation, et un instrument politique à son service, l'État.
Contrairement à l’Europe des souverainetés, qui existe vraiment, l'Europe des fédéralistes n'a jamais existé et n'existe toujours pas. De l'aveu même de ses propres partisans, elle est une utopie qu'ils sont incapables de décrire avec un peu de précision et dont ils ne peuvent même pas assurer qu'elle existera un jour. Et c’est probablement parce qu’elle n’est actuellement encore qu’un phantasme que chacun peut lui attribuer toutes les vertus. Tandis que l’Europe des souverainistes, réalité tangible, elle, se prête à l’analyse, car elle a existé depuis longtemps. Elle a duré à peu près jusqu’au tournant fatal de 1983: à cette date l’Europe a cessé la fille des nations européennes pour devenir leur ennemie.
Pourtant, pendant environ un quart de siècle, il n'y avait pas eu d'autre Europe que celles des souverainetés nationales. Ainsi en était-il de l’Europe du Traité de Rome. On n’y trouve ni Haute Autorité supra-nationale, ni abandon de la souveraineté. Les créateurs du Marché Commun ont tiré les leçons de l'expérience. Ils en sont revenus à la bonne vieille diplomatie classique. Ils ont fixé le but et l'établissement d'une Union Douanière. Ils en ont précisé les étapes et le calendrier. Puis ils ont assigné leur rôle aux Institutions.
Le Conseil, où siègent leurs gouvernements, est l'unique instance pouvant décider.
Une Commission européenne, composée de personnalités indépendantes, a le monopole des propositions, mais c’est le Conseil qui "dispose". La préséance du Conseil est d'autant plus inexpugnable que la Commission n'exerce ses compétences que dans les limites d'un Traité qui a tranché avec soin les questions de principe et qui, s'il concerne l'économie, ne concerne que ça et rien d’autre. Les États, au contraire, débordent de toutes parts la Communauté qu'ils ont créée. Au Conseil la règle est l'unanimité. Ce système a duré vingt-cinq ans. À l'unanimité les États ont refusé la grande zone de libre-échange, accéléré le calendrier de l'Union Douanière et adopté la politique agricole commune.
La Commission, d'empiètement en usurpation, a tenté de subvertir l'ordre institutionnel du Traité. Mais les États l'ont remise à sa place avec ce qu'on a appelé le "compromis de Luxembourg". Neuf ans plus tard, l'institution du Conseil Européen, placé au sommet de la pyramide des Institutions, est venue confirmer la volonté des États de garder la maîtrise de leur création.
Si on devait ajouter foi à ce que disent les ennemis de la souveraineté nationale, il faudrait imaginer que cette période a été frappée de blocages permanents et marquée de stérilité absolue. Or il n’en a rien été.
C'est cette Europe des souverainistes qui fut l'âge d'or de la construction européenne. Elle n’était donc pas une collection d'États recroquevillés sur eux-mêmes, se regardant en ennemis.
Selon ses adversaires, l’Europe des souverainistes a peut-être correspondu à un stade inévitable de la construction européenne, mais il faut passer désormais à un autre niveau où elle n'a plus sa raison d’être. Il faut choisir entre le progrès de l'Europe et le maintien des souverainetés nationales.
On a accusé la France de se replier sur elle-même. Alors que c’est l’Europe des souverainetés qui a multiplié les échanges commerciaux et créé le Marché Commun. Pourquoi les souverainistes reviendraient-ils là-dessus pour le contester? Pourquoi la France, si ouverte au commerce mondial, se couperait-elle des échanges européens? Alors que ce sont précisément les souverainistes qui sont maintenant les derniers défenseurs du Marché commun et de la préférence européenne.
Autre reproche, plus grave s'il était fondé, fait aux souverainistes : en bloquant les progrès de l'Europe, les souverainistes compromettraient les bases de la paix et de la sécurité de notre continent. C’est faux: c’est là confondre la cause et la conséquence, car la construction européenne n'est pas la cause de la paix en Europe, mais sa conséquence. Ce qui a garanti le continent européen du danger soviétique, c'est l'alliance américaine et la bombe atomique. L'Europe s'est faite sous la protection du NATO. Quant à la réconciliation franco-allemande, elle a été la condition absolue de la construction européenne bien avant d'en recevoir les effets bénéfiques.
Réguler, pacifier, civiliser la mondialisation, voilà ce que devrait être la grande ambition de l’Europe des souverainistes. Au lieu de mondialiser l'Europe, elle viserait à européaniser la mondialisation. Sans négliger de se protéger de ses excès, elle veillerait à les corriger.


Note: la bibliographie du sujet étant trop abondante, nous nous bornons à renvoyer, d’une manière générale, à l’ouvrage en 3 vol. de SEEBACHER et COMPAGNON, L’esprit de l’Europe, qui comporte des études historiques et sur l’histoire des idées. Ce livre existe en traduction roumaine. Voir aussi sur la Toile dans les Archives de Vox Latina le fil adéquat.

Partager cet article

Repost0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 11:42

Lettre ouverte à mes amis de Face Book




Après deux mois d'activité sur Face Book et ayant accumulé déjà plus de 100 «amis» il me semble intéressant de faire le point et de partager mon opinion avec justement ces nouveaux amis, mes nouveaux amis.

Bien que je puisse écouter souvent de la bonne musique sur Face Book, c'est sur la politique que je m'exprime le plus et que je lis les avis de mes amis.

 

Avec la fin l'association Réseau Voltaire en 2007 en France dont j'étais administrateur, je me suis retrouvé esseulé et orphelin, j'ai donc décidé, étant « accro » à la politique et aux idées de me lancer dans l'écriture d'un blog.

 

Après deux années j'ai trouvé un petit succès avec une vingtaine de visiteurs par jour et une cinquantaine de pages lues, ce qui me donne un « blog rank » de 50 en moyenne je trouve cela pas mal.

 

Sur Overblog, je me suis inscrit aux blogs républicains du Citoyen Thimèle.

Je considérais Face Book pour un gadget servant à des adolescents attardés et ma fille qui est professeur de lettre moderne dans un collège m'en avait dit le plus grand mal, se trouvant en but à des jeunes passant plus de temps sur FB que sur leurs études.

Je me suis laissé entrainé par le Citoyen Thiméle sur Face Book qui fut mon premier ami.

 

J'avais déjà pris fait et cause pour Debout la République pour les élections européennes.

 

Je suis donc agréablement surpris par cet excellent outil de communication qui décuple l'intérêt d'un blog. Aujourd'hui la majorité de mes lecteurs proviennent de FB. Il n'y a que mon épouse que cela mécontente car je passe beaucoup de temps sur ce média.

 

Je suis particulièrement satisfait de mes amis de leur diversité et de leur qualité et surtout de la bonne tenue des débats.

 

Quels sont mes amis divers et variés.

 

Il viennent de plusieurs pays francophones, il y ceux d'Afrique du Nord nombreux surtout de Tunisie ou j'ai des attaches, surtout des femmes particulièrement conscientes et politisées engagées dans la solidarité avec le peuple palestiniens. Il y a des belges, des suisses et des québécois.

Mes amis sont pour beaucoup engagés politiquement, c'est normal, moi aussi.

Il y a ceux de Debout la République les plus nombreux, puis des gens semblant venir d'horizons politiques très différents, communistes, socialistes, verts, chrétiens démocrates, CNI, et Front National a ceux ci j'ajoutent les défenseurs de l'humoriste Dieudonné et de son collègue Jean Marie Bigard je peux également ajouter des organisations constituées comme Solidarité et Progrès de Jacques Cheminade puis Egalité et Réconciliation d'Alain Soral, tient il n'y a pas d'UMP.

J'ai également un groupe d'amis s'attachant à faire éclater la vérité sur l'organisation des attentats terroristes du 11 septembre 2001.

Il y a des musulmans, des chrétiens pas mal d'athée et d'agnostiques.

 

Ceci semble disparate en fait ça ne l'est pas.

 

Je n'ai jamais caché mon appartenance au Réseau Voltaire dont je fut un des fondateurs avec Thierry Meyssan, sachant que cette appartenance pouvait sembler diabolique pour beaucoup ayant eu à subir l'agression des médias pendant nombre d'années, nous fumes traités de gauchistes, de fascistes de complotistes et autre conspirationnistes, d'antisémites de négationnistes et autre révisionnistes. Une bonne vingtaine de livres ont été écrit contre le Réseau Voltaire et une bonne quarantaine d'émissions de télévision nous a cité pour nous rappeler tous ces noms d'oiseaux.

Je craignais vraiment rebuter mes interlocuteurs surtout les gaullistes de DLR, il n'en fut rien et je les remercie pour leur gentillesse et leur écoute.

 

Mes amis, en dépit d'opinions politiques semblant si divers qu'elles pourraient aller jusqu'à la contradiction ont pourtant un point commun, ils s'opposent tous au Nouvel Ordre Mondial et en conséquence sont attachés à ce que la France, ou leur propre pays retrouve une pleine et entière indépendance.

 

Je me permets donc si dessous un résumé en une synthèse de ce que j'ai lu et entendu.

 

En effet tous mes amis n'admettent pas que la crise économique qui nous frappe proviennent d'une fatalité. Chacun voit dans le chômage et la pauvreté qui s'étend, une conséquence de la désindustrialisation de la France amorcée dés les années 80. Chacun a conscience que cette désindustrialisation provient de l'extension de l'idéologie du « free trade » et de l'affaissement de souveraineté des nations qui seule, par la loi pouvait réguler ce capitalisme qui, livré à lui même ne peut que creuser sa propre tombe. Chacun imagine bien que le mondialisme et son avatar local l'européisme ne peuvent que favoriser le moins disant social et salarial et ce faisant assécher les marchés en réduisant les moyens des gens, ceci est un simple bon sens. La crise financière est une conséquence de l'appauvrissement des gens donc de la crise économique et non pas la cause de cette crise. Les nations occidentales ont vécu longtemps à crédit, maintenant il faut payer la note, le crédit étant épuisé.

Chacun peut observer que ce Nouvel Ordre Mondial évoqué régulièrement par notre chef d'état, ce Novus Ordo Seclorum tel qu'inscrit sur les dollars US est une monstrueuse utopie nous menant tout droit à la catastrophe.

D'où provient cette idéologie infernale. Cet idéologie qui maintenant tente de s'appliquer à l'ensemble de la planète est historiquement intimement liée aux anglo-saxons.

Après le seconde guerre mondiale soviétiques et anglo-saxons se sont partagés le monde et chacun, dans sa zone d'influence, sous prétexte de défendre son «camp » a étendu et accentué son pouvoir politique et économique sur ce camp. Pour étendre leur pouvoir soviétiques et anglo-saxons ont limité la souveraineté des états sous leur pouvoir. Je reviendrai dans un prochain article sur les mécanismes de cette souveraineté limitée et comment l'européisme et le mondialisme furent promus à coup de dollars. Après l'effondrement soviétique, les anglo-saxons se sont précipités sur les reliquats de cet empire défunt pour étendre leur influence. Le monde entier s'ouvrait à eux ils imaginèrent de généraliser au monde les techniques d'influence et de subordination expérimentées en Europe depuis 1945 pour soumettre la totalité du monde à leur volonté..

 

Bien évidemment l'organisation et la gestion de ce projet en cours ne peut être démocratique, bien évidemment tous les peuples seraient terrifiés par ces horribles desseins. Bien évidemment une élite principalement anglo-saxonne concocte ce projet de Novus Ordo Seclorum. Think Tank, comme la Rand Corporation, Fondations, comme la Fondation Carnégie, groupes très privés cultivant le secret comme le groupe de Bilderberg ou la Trilatérale et enfin sociétés secrètes comme la Skull and Bone de l'Université ultra élitiste de Yale, puis société ultra secrètes composées d'une poignée d'illuminés anglo-saxons, dont l'idéologie et le projet final, malthusien et eugénique n'est ni plus ni moins que celui du nazisme.

 

Les sociétés secrètes et ultra secrètes sont une habitude dans l'organisation humaine, souvent elles ont été rendues nécessaires dans la lutte contre les tyrannies et despotismes. A l'origine ces sociétés secrètes étaient progressistes les triades chinoises ont été organisées pour lutter contre les envahisseurs occidentaux et japonais. La Franc Maçonnerie a été fondée pour contrer les despotismes royaux comme en Europe et en Amérique, beaucoup de ces sociétés, parmi les plus secrètes ont dérapé de leur projet initial pour comploter contre les démocraties. Le secret et l'ultra secret sont devenus dans nos sociétés une terrible habitude un cancer dénoncé aux USA par J. F. Kennedy. Les services secrets des états deviennent parfois l'essence même de ces états comme le KGB dans l'ex URSS le MOSSAD en Israël ou la CIA aux USA, ces pouvoirs accentués par ce que l'on appel les Services Action, c'est à dire l'intervention directe armée clandestine deviennent considérables. Ces services secrets associés aux sociétés secrètes civiles comme la Loge P2 en Italie de triste mémoire deviennent de graves dangers pour la souveraineté des états et pour la démocratie. Qui aurait entendu parlé des activités des « Stay Behind » et de son Réseau Gladio en Italie sans qu'il ne fut dénoncé en 1990 par le premier ministre italien de l'époque Gulio Andreotti. Avant cette date toute évocation des réseaux « Stay Behind » au service des anglo-saxons aurait déclenché nombre d'accusations de complotisme par les média.

Ces réseau «Stay Behind » ont en France créé l'OAS et tenté par 40 fois d'assasiner le général de Gaulle.

 

Bien évidemment l'évocation de ces organisations secrètes et de leurs complots déclenche chez les chiens de garde médiatiques automatiquement les accusations de conspirationnisme de négationnisme d'antisémitisme (on se demande pourquoi, pauvres juifs). Cet acharnement médiatico politique, cette soudaine colère ne peut qu'interpeler les citoyens et les troubler, trop c'est souvent trop.

 

Parmi les complots étant régulièrement ourdis partout dans le monde par les organisations secrètes anglo-saxonnes, une a particulièrement frappé les esprits par son horreur, celui du 11 septembre 2001. Ce complot voulant être attribués à des fondamentalistes musulmans était destiné a déclencher une guerre des civilisations, à terrifier les peuples afin qu'ils se rendent soumis à ceux faisant bruyamment mine de les protéger. Obtenir la vérité sur les « attentats » du 11 septembre est devenu un élément clé de la lutte contre le Nouvel Ordre Mondial. Cette années de nombreux éléments de preuve sont venus étayer les arguments de ceux qui contestent la version officielle et de nombreux ralliements de personnalités sont venu donner du crédit à cette contestation.

 

 

Rassembler des peuples terrorisés sous la houlette anglo-saxonne tel est le terrible projet de cet ordre nouveau. Attentats certainement mais exploitation de toutes craintes sont les artifices destinés à promouvoir cette gouvernance mondiale gestionnaire de cet ordre. A cet effet tout est bon, la grippe, la fin des ressources, le pic pétrolier, la pollution planétaire tout est utile pour promouvoir la solution finale malthusienne et eugéniste comme le montre le projet Obama de « sécurité sociale » étasunienne.

 

Pourtant mes chers amis ne font pas que de se lamenter ils pensent que les peuples peuvent se défendre contre ces projets diaboliques en s'organisant en nations libres et indépendantes. Ils pensent que des lois respectées pourraient s'opposer aux desseins subversifs puis organiser et réguler économie et industrie afin de satisfaire les besoins propres des nations tout en échangeant et collaborant avec les autres nations libres dans un esprit d'intérêt mutuel.

 

"Souveraineté des nations" tel est le mot d'ordre qui s'échappe le plus des paroles de mes amis. Unissons nous au delà des oppositions traditionnelles droite gauche devenues sans objets, unissons nous sur un projet commun celui de l'indépendance pleine et entière de la France et des autres nations et peuples. Sortons nos drapeaux, référons nous à nos grands hommes qui ont su défendre la France :Gambetta, Clémenceau, Jean Moulin, le général Leclerc de Hautecloque et surtout le général de Gaulle qui a deux reprises a su organiser la France pour qu'elle puisse retrouver son indépendance durant les périodes 1939 1945, puis les périodes 1962 1969.

Ces actions victorieuses sont données en exemple elles montrent que le peuple uni jamais ne peut être vaincu.

 

Voici chers amis, camarades et compagnons ce que j'ai pu tirer de vous c'est extrêmement encourageant et montre que la défense de la France est possible, ceci montre également qu'un réseau de nations souveraines est la seule réponse à opposer au Nouvel Ordre Mondial anglo-saxon.

 

 

NB Quand je parle d'anglo-saxons je parle évidemment de l'oligarchie anglo-saxonne et non des peuples qui sont les premiers à souffir des délires politiques de leur dirigeants autant ceux mis dans la lumière que ceux de l'ombre


Partager cet article

Repost0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 18:21

Crise systémique globale : Le choc cumulé des trois « vagues scélérates » de l’été 2009
Communiqué public GEAB Spécial Eté 2009 N°36 (16 juin 2009)
16/06/2009


Comme anticipé par LEAP/E2020 dès Octobre 2008, à la veille de l’été 2009, la question de la capacité des Etats-Unis et du Royaume-Uni à financer leurs déficits publics désormais incontrôlés s’est imposée comme la question centrale dans le débat international, ouvrant de ce fait la voie au double phénomène d’une cessation de paiement des Etats-Unis et du Royaume-Uni d’ici la fin de l’été 2009.

Ainsi, à ce stade de développement de la crise systémique globale, contrairement au discours médiatique et politique dominant actuellement, l’équipe de LEAP/E2020 n’envisage pas du tout de reprise après l’été 2009 (ni d’ailleurs dans les douze mois à venir) [1]. Bien au contraire, du fait de l’absence de traitement de fond des problèmes à l’origine de la crise, nous considérons que l’été 2009 va voir la convergence de trois « vagues scélérates » [2] particulièrement destructrices qui traduisent la poursuite de l’aggravation de la crise et vont provoquer des bouleversements historiques d’ici les mois de Septembre/Octobre 2009. Comme c’est le cas depuis le début de cette crise, chaque région du monde ne sera bien entendu pas affectée de la même manière [3] ; mais, pour nos chercheurs, toutes sans exception connaîtront une forte dégradation de leur situation d’ici la fin de l’été 2009 [4].

Cette évolution risque ainsi de prendre à contre-pied nombre d’opérateurs économiques et financiers tentés par l’euphorisation médiatique actuelle.

Dans ce numéro spécial « Eté 2009 » du GEAB, notre équipe présente bien entendu en détail ces trois vagues destructrices convergentes et leurs conséquences. Et notre équipe détaille en conclusion ses recommandations stratégiques (or, immobilier, bons, actions, devises) pour éviter d’être emporté par cet été meurtrier.

Durée (en mois) des récessions US depuis 1900 (durée moyenne : 14,43 mois) - Sources : US National Bureau of Economic Research / Trends der Zukunft

Ainsi, pour LEAP/E2020, loin des « jeunes pousses » (« green shoots ») aperçues depuis deux mois dans tous les coins de tableaux statistiques [5] par les médias financiers internationaux, leurs experts attitrés et les politiciens qui les écoutent [6], ce sont dix vagues particulièrement destructrices pour le tissu socio-économique qui vont converger au cours de l’été 2009, traduisant la poursuite de l’aggravation de la crise et entraînant des bouleversements historiques dès la fin de l’été 2009, en particulier des situations de cessation de paiement des Etats-Unis et du Royaume-Uni, tous deux au cœur du système global en crise :

1. La vague du chômage massif : trois dates d’impact qui varient selon les pays d’Amérique, d’Europe, d’Asie, du Moyen-Orient et d’Afrique 2. La vague déferlante des faillites en série : Entreprises, banques, immobilier, états, régions, villes 3. La vague de la crise terminale des Bons du Trésor US, du Dollar et de la Livre et du retour de l’inflation

Le commerce mondial s’effondre : Graphique 1 : Evolution annuelle des exportations de 15 grands pays exportateurs (1991-02/2009) / Graphique 2 : Evolution annuelle des exportations de 15 grands pays exportateurs entre février 2008 et février 2009 (la taille des cercles reflète le volume des exportations en 2008) - Source : John Mauldin

Ces trois vagues ne sont en fait pas successives comme ces vagues scélérates appelées « trois soeurs » pourtant si destructrices ; elles sont bien plus dangereuses car elles sont simultanées, asynchrones et non parallèles. De ce fait, leur impact sur le système mondial est générateur de dislocation puisqu’elles l’atteignent sous divers angles, à différentes vitesses, avec des forces variables. La seule certitude à ce stade, c’est que le système international n’a jamais été aussi faible et démuni face à une telle situation : la réforme du FMI et des institutions de gouvernance mondiale annoncée au G20 de Londres reste lettre morte [7], le G8 ressemble de plus en plus à un club moribond dont tout le monde se demande désormais à quoi il peut bien servir [8], le leadership américain n’est déjà plus que l’ombre de lui-même qui tente désespérément de conserver des acheteurs pour ses bons du trésor [9], le système monétaire mondial est en pleine désintégration avec les Russes et les Chinois notamment qui accélèrent leur jeu pour se positionner dans l’après-Dollar, les entreprises ne voient aucune amélioration à l’horizon et accroissent leurs licenciements, des états de plus en plus nombreux vacillent sous le poids de leur dette accumulée pour « sauver les banques » et devront assumer une déferlante de faillites dès la fin de l’été [10]. A l’image des banques, d’ailleurs, qui, après avoir soutiré encore une fois l’argent des épargnants crédules grâce à l’embellie des marchés financiers orchestrée ces dernières semaines, vont devoir reconnaître qu’elles sont toujours insolvables dès la fin de l’été 2009.

Aux Etats-Unis comme au Royaume-Uni en particulier, l’effort financier public colossal réalisé en 2008 et début 2009 au seul profit des grandes banques a atteint un tel degré d’impopularité qu’il était devenu impossible au Printemps 2009 d’envisager de nouvelles infusions de fonds publics au profit des banques pourtant toujours insolvables [11]. Il est alors devenu impératif d’orchestrer un « beau conte de fée » pour pousser l’épargnant moyen à injecter ses propres fonds dans le système financier. A coup de « green shoots », d’indices boursiers poussés vers le haut sans fondement économique réel et de « remboursements anticipés de fonds publics », la mise en condition a été effectuée. Ainsi, pendant que les grands investisseurs des monarchies pétrolières ou des pays asiatiques [12], profitant de l’aubaine, sortaient du capital des banques en question, une multitude de nouveaux petits actionnaires y entraient pleins d’espoir. Quand ils découvriront que les remboursements de fonds publics ne sont qu’une goutte d’eau par rapport à ce que ces mêmes banques ont obtenus en terme d’aide public (notamment pour garantir leurs actifs toxiques) et que, d’ici trois à quatre mois au maximum (comme analysé dans ce GEAB N°36), ces mêmes banques seront à nouveau sur le point de s’effondrer, ils constateront, impuissants, que leurs actions ne valent à nouveau plus rien.

Accroissements respectifs du PNB (en vert) et de la dette US (en rouge) (en Milliards USD) - Sources : US Federal Reserve / US Bureau of Economic Analysis / Chris Puplava, 2008

Intoxiqués par les financiers, les dirigeants politiques de la planète vont à nouveau avoir la surprise après l’été de découvrir que tous les problèmes de l’année passée vont resurgir, démultipliés, car ils n’ont pas été traités, mais juste « enfouis » sous des masses immenses d’argent public. Une fois cet argent dilapidé par des banques insolvables, forcées à « sauver » des concurrents en pire état qu’elles-mêmes, ou dans des plans de stimulation économique mal conçus, les problèmes ressortent aggravés. Pour des centaines de millions d’habitants d’Amérique, d’Europe, d’Asie et d’Afrique, l’été 2009 va être une terrible transition vers un appauvrissement durable du fait de la perte de leur emploi sans perspective d’en retrouver un avant deux, trois ou quatre années ; ou du fait de l’évaporation de leurs économies placées directement en bourse, dans des fonds de retraite par capitalisation ou des placements bancaires liés à la bourse ou libellés en Dollar US ou en Livre britannique ; ou bien du fait de leur investissement dans des entreprises poussées à attendre désespérément une embellie qui ne viendra pas avant longtemps.



[1] Pas même de reprise sans emplois (« jobless recovery ») comme essayent de nous le vendre nombre d’experts. Aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en zone Euro, au Japon, ce sera une reprise sans reprise (« recoveryless recovery »), une pure invention destinée à essayer de faire re-consommer des consommateurs américains ou britanniques insolvables et à faire patienter le plus longtemps possible les pays acheteurs de Bons du Trésor US et de Gilts britanniques (avant qu’ils ne décident qu’il n’y a plus d’avenir pour leurs produits aux pays du Dollar et de la Livre).

[2] Les « vagues scélérates » sont des vagues océaniques très hautes, soudaines et qui étaient considérées comme très rares, même si aujourd’hui on sait qu’elles apparaissent au cours de pratiquement toutes les tempêtes d’une certaine importance. Les « vagues scélérates » peuvent atteindre des hauteurs de crête à creux de plus de 30 mètres et des pressions phénoménales. Ainsi, une vague normale de 3 mètres de haut exerce une pression de 6 tonnes/m². Une vague de tempête de 10 mètres de haut peut exercer une pression de 12 tonnes/m². Une vague scélérate de 30 mètres de haut peut exercer une pression allant jusqu’à 100 tonnes/m². Or, aucun navire n’est conçu pour résister à une telle pression. Il existe aussi le phénomène des « trois sœurs ». Il s’agit de trois « vagues scélérates » successives et d’autant plus dangereuses, car un bateau qui aurait eu le temps de réagir correctement aux deux premières, n’aurait en aucun cas les possibilités de se remettre dans une position favorable pour affronter la troisième. Selon LEAP/E2020, c’est à un phénomène de ce type que le monde va être confronté cet été ; et aucun état (navire) n’est en position favorable pour les affronter, même si certains sont plus en danger que d’autres comme l’anticipe ce GEAB N°36.

[3] LEAP/E2020 considère que ses anticipations sur l’évolution socio-économique des différentes régions du monde publiées dans le GEAB N°28 (15/10/2008) sont toujours pertinentes.

[4] Ou, plus exactement, dans chacune des régions, la dégradation de la situation ne pourra plus être masquée par des artifices médiatiques et boursiers.

[5] Il sera d’ailleurs intéressant, en matière de statistiques économiques américaines, de suivre les conséquences de la révision par le Bureau of Economic Analysis des classifications et processus de calcul qui interviendra le 31/07/2009. En général, ce type de révisions a pour résultat de rendre plus complexe les comparaisons historiques et de modifier dans un sens favorable les statistiques importantes. Il suffit pour s’en rendre compte de constater comment les révisions précédentes ont permis de diminuer par 3 en moyenne le niveau d’inflation mesuré. Source : MWHodges, 04/2008.

[6] Les lecteurs du GEAB n’auront pas manqué de constater que ce sont exactement les mêmes personnes, médias et institutions qui, il y a 3 ans, trouvaient que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes ; il y a 2 ans, qu’il n’y avait aucun risque de crise grave ; et il y a un an, que la crise était sous contrôle. Donc des avis d’une très grande fiabilité !

[7] Sauf au niveau régional, où chaque entité politique s’organise à sa manière. Ainsi, profitant de l’effacement politique du Royaume-Uni englué dans la crise financière, la crise économique et la crise politique, l’UE est en train de mettre la City londonienne sous tutelle (source : Telegraph, 11/06/2009). L’été 2009 risque ainsi de mettre fin à 300 ans d’histoire d’une City toute puissante au cœur du pouvoir britannique. A ce sujet, il faut lire le très instructif article de George Monbiot dans The Guardian du 08/06/2009 et surtout prendre le temps de lire le brillant essai de John Lanchester publié dans la London Review of Books du 28/05/2009 et intitulé « It’s finished ».

[8] D’ailleurs qui se soucie encore des déclarations finales des G8, comme celle du G8 Finance du 13/06/2009 (source : Forbes, 13/06/2009), à un moment où chacun agit en fait de son côté : Américains d’un côté, Canadiens et Européens de l’autre, Britanniques et Japonais au milieu, tandis que les Russes jouent un jeu différent ?

[9] La mésaventure arrivée au Secrétaire d’Etat au Trésor américain, Timothy Geithner lors de son récent discours aux étudiants en économie de l’université de Shanghai est à ce titre très instructive : le public de l’amphithéâtre a éclaté de rire lorsqu’il s’est mis à expliquer doctement que les Chinois avaient fait un bon choix en investissant leurs avoirs en Bons du Trésor et en Dollars US (source : Examiner/Reuters, 02/06/2009) ! Or il n’est rien de pire pour un pouvoir établi que de susciter l’ironie ou le ridicule car la puissance n’est rien sans le respect (de la part à l’ami autant que de l’adversaire), surtout quand celui qui se moque est censé être « piégé » par celui qui est moqué. Cet éclat de rire vaut, selon LEAP/E2020, de longues démonstrations pour indiquer que la Chine ne sent pas du tout « piégée » par le Dollar US et que les autorités chinoises savent désormais exactement à quoi s’en tenir sur l’évolution du billet vert et des T-Bonds. Cette scène aurait été impensable il y a seulement douze mois, peut-être même il y a seulement six mois, d’abord parce que les Chinois étaient encore dupes, ensuite parce qu’ils pensaient qu’il fallait continuer à faire croire qu’ils étaient toujours dupes. Visiblement, à la veille de l’été 2009, cette préoccupation a disparu : plus besoin de feindre désormais comme l’indique ce sondage de 23 économistes chinois publié le jour de l’arrivée de Timothy Geithner à Pékin qui jugent les actifs américains « risqués » (source : Xinhuanet, 31/05/2009). Les mois à venir vont résonner de cet éclat de rire estudiantin…

[10] Et il n’y a pas qu’aux Etats-Unis que les actionnaires seront systématiquement lésés par l’état sous prétexte de l’intérêt collectif supérieur, comme le montrent les pertes des fonds de pension qui avaient investi dans les actions de Chrysler ou GM, ou les pressions de la Fed et du gouvernement US sur Bank of America pour qu’elle cache à ses actionnaires l’état désastreux de Merrill Lynch au moment de son rachat. Sources : OpenSalon, 10/06/2009 / WallStreetJournal, 23/04/2009. Au Royaume-Uni, en Europe et en Asie, les mêmes causes produiront les mêmes effets. La « raison d’état » est depuis toujours l’excuse la plus simple pour justifier toutes les spoliations. Et les crises graves sont propices pour invoquer la « raison d’état ».

[11] En Allemagne, un problème similaire se pose du fait de l’élection nationale de Septembre prochain. Après l’élection, les problèmes bancaires du pays feront la une des médias, avec plusieurs centaines de milliards d’actifs à risque dans les bilans des banques notamment régionales. On est loin de l’ampleur des problèmes des banques US ou britanniques, mais Berlin va sans aucun doute devoir faire face à des faillites potentielles. Source : AFP/Google, 25/04/2009. Et aux Etats-Unis, les banques aidées par l’état fédéral ont tout simplement diminué leurs prêts à l’économie alors qu’elles étaient censées faire le contraire. Source : CNNMoney, 15/06/2009

[12] Sources : Financial Times, 01/06/2009 ; YahooFinance, 04/06/2009 ; StreetInsider+Holdings/4656921.html] , 15/05/2009 ; Financial Times, 01/06/2009

 

 

 Article complet téléchargeable en pdf

 

 

Partager cet article

Repost0
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 17:25
J'éberge ici l'expression d'un ami généralement trés bien informé voulant rester dans l'anonymat pour raisons professionnelles.

Tous les documents comportant des liens en bas de page sont à lire pour comprendre.


Voici les FAITS aujourd'hui ETABLIS :

I - CRISE MONDIALE
(d'abord boursière, bancaire et financière, puis, monétairé, économique, sociale,  et enfin politique et géopolitique) :

Crise boursière, financière : 2008-2009, 1ère étape,

puis aujourd'hui monétaire et étatique : 2009-2010, 2ème étape (effondrement  programmé du dollar ?)

Dès aujourd'hui l'état de Californie, l'état où le revenu moyen par tête est le plus élevé aux Etats-Unis, EST EN CESSATION DE PAYEMENTS depuis environ trois mois, et ne peut plus assurer son budget qu'en émettant des bons IOU "I Owe You" qui sont des reconnaissances de dettes sans valeurs.
Les etats voisins vont suivre dès cet été la Califormnie dans sa déclaration de faillite.

Les développements à terme de cette situation catastrophique sont imprévisibles pour les vrais décideurs comme pour les responsables du gouvernement des Etats-Unis.

C'est pour la rentrée 2009 que les experts prévoient l'explosion en série des bombes financières à retardement (en particulier l'effondrement du marché obligataire).

C'est donc à la rentrée 2009 que va s'ouvrir la seconde étape si redoutée de la CRISE mondiale : la crise monétaire et le risque d'effondrement du Dollar, et l'émergence possible d'une nouvelle monnaie (l'Amero ?)

http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=email_en&sid=aucooSmI6UQQ
Les grands medias restent bien entendu, complètement muets, ou très discrets sur ces sujet majeurs et brûlants.



II - La PANDEMIE H1N1 MONDIALE et la VACCINATION UNIVERSELLEMENT OBLIGATOIRE (Niveau 6 OMS)

La Grippe porcine mexicaine est apparue soudainement au Mexique voici quatre mois.

Très vite les autorités de l'OMS ont annoncé un risque de pandémie mondiale en déclarant le niveau 5 d'alerte mondiale, en passe aujourd'hui de passer au niveau mondial au niveau 6 (dernier niveau dans l'échelle des plans de protection préconisé aux gouvernements par l'OMS ).

Les origines réelles de l'apparition subite de ce virus H1N1 atypique au Mexique sont aujourd'hui tès fortement mises en cause dans le monde des spécialistes de la question dont plusieurs (ainsi que le renseignement de la Fédération de Russie) dénoncent une fabrication artificielle en laboratoire des gènes de ce virus (qui présenterait certaines séquences du génome humain), en mettant en cause en particulier les laboratoires de guerre bactériologique du Pentagone (comme pour la célèbre affaire de la diffusion "terroriste" de l'"Anthrax" en 2001 aux Etats-Unis, dont il est avéré aujourd'hui que les souches provenaient du laboratoire secret de Fort Dietrich aux Etats-Unis, dépendant du département de guerre bactériologique du pentagone, laboratoire sous contrôle de la CIA) .

Les gouvernements des Etats-Unis et du Royaume-Unis, suivis par les gouvernements de l'Union Européenne, dont le gouvernement Fillon2 de Nicolas Sarkozy, proclament officiellement avoir d'ores et déjà tout préparé et tout mis en place pour déclarer sans délai le niveau d'alerte 6 de l'OMS de protection contre la pandémie H1N1 mondiale, et promulguer sans délai les mesures spéciales préconisées par l'OMS dans ce cadre d'une alerte de niveau 6, dont la vaccination OBLIGATOIRE de toute leur population, et la préparation des morgues et des cercueils prévus dans ce cadre d'une pandémie mondiale de niveau 6 OMS.

Il est clair que si la situation d'alerte pandémique mondiale de niveau 6 de l'OMS devait être officiellement déclarée par les gouvernements anglo-saxons, européens et occidentaux pour la rentrée 2009 (octobre ou novembre, voire avant), cela aura pour premier effet :

d'occuper aussitôt exclusivement et massivement TOUS LES MEDIAS  (la CRISE étant oubliée)

permettra aux gouvernements de faire passer et faire accepter toute une série de mesures spéciales réglementaires et législatives (voire en France par voie d'ordonnances extraordinaires) dans des domaines très variés, y compris dans les domaines monétaires et financiers.

PERSONNE NE SEMBLE SE PREOCCUPER DE CETTE EXTRAORDINAIRE COINCIDENCE DE CALENDRIER CENTREE SUR LA RENTREE 2009 ENTRE :
 
LES ECHEANCES PREVUES DU DEVELOPPEMENT DE LA CRISE MONDIALE d'une part, ET d'autre part

LES ECHEANCES DE LA DECLARATION D'ALERTE MONDIALE DE NIVEAU 6 DE l'OMS ET LA DECLARATION DE LA VACCINATION UNIVERSELLE ET OBLIGATOIRE FACE A CETTE PANDEMIE SOUDAINE ET TRES SUSPECTE DU VIRUS H1N1 DE LA GRIPPE PORCINE MEXICAINE.

UNE TELLE COINCIDENCE EXTRAORDINAIRE NE SAURAIT EN AUCUN CAS AVOIR ECHAPPEE A TOUT LE MONDE :

MAIS BIEN ENTENDU LES ABOMINABLES GRANDS MEDIAS OCCIDENTAUX N'EN SOUFFLENT MOT !!!


Document 1
Document 2
Document 3
Document 4
Document 5
Document 6
Document 7
Document 8

Partager cet article

Repost0
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 18:12

Que faire?

 

 

Cette question était posée par Lénine dans un livre célèbre qui en avait le titre. Lénine y présentait en 1902 des propositions concrètes sur l'organisation et la stratégie à suivre pour un parti révolutionnaire.

Il ne s'agit plus pour nous d'établir la dictature du prolétariat, on a vu ce que cela a donné, mais il est temps de se poser cette question face au désastre économique et humain qui se joue sous nos yeux inquiets. Nous ne pouvons rester sans rien faire, l'homme a toujours su faire pour assurer son développement, alors aujourd'hui que faire?

 

État des lieux.

 

Nos gouvernants, nos maîtres, ceux que l'on écoute, ceux pour qui l'on vote, ceux qui ne tiennent pas compte de nos votes quand le résultat ne les satisfait pas, ceux qui détiennent «l'information » , ceux qui sont toujours prêts à donner des leçons, ceux qui nous disent: « on a pas assez bien expliqué» quand le peuple ne les comprend plus, ceux de la nomenclature UMPS Modem Vert, ceux qui possèdent tous les pouvoirs depuis 40 ans, ceux là savent que faire: continuer pareillement.

Certes ils sont inquiets et ils commencent à s'apercevoir que quelque chose ne va pas et se posent quelques questions basiques sur l'avenir de cette planète. Au sein de cette nomenclature, aveuglée par l'idéologie anglo-saxonne, une famille, les Verts a des idées, les autres non. Alors émerveillés par tant de science et de volonté , ce beau monde applaudit. La fabuleuse découverte ne notre nomenclature verdie est: si le monde va au gouffre et qu'il est impossible de changer cette funeste direction, il suffirait de ralentir ce processus catastrophique voir de l'arrêter juste au bord et tout ira pour le mieux. Personne évidemment parmi cette docte assemblée ne songe à changer de direction. Les uns telle une nuée de lemmings courent au suicide collectif les autres un peu plus conscients clament: « Et si l'on ralentissait la course! Voir à l'arrêter si possible!»

 

Cette fantaisie utopique n'est pas nouvelle et l'invention verte n'en est pas une. Face à l'inquiétude du lendemain le réflexe de tout arrêter s'est toujours imposé pour certains. Je n'ai pas assez d'espace dans ce court article pour exposer toutes les idéologies conservatrices que l'homme a pu inventer dans son histoire pour calmer ses angoisses du futur, mais celles-ci disent toutes la même chose: ne pas déranger le cours des choses, que l'on nous dise que ce cours des choses appartient à dieu et ne peut être détourné, c'est le destin ou appartient à une nature mythifiée dont l'écologie ne pourrait souffrir l'intervention humaine. Religions et mythes s'associent toujours pour freiner le progrès de l'humanité, et l'humanité elle même, car l'homme sans progrès ne peut qu'abandonner son caractère humain pour ne redevenir qu'un animal.

Les prurits conservateurs fleurissent en général quand ça va mal. Quelques exemples déjà cités dans d'autres articles.

 

La fin du 13 ème siècle qui voit le boom économique de deux siècles passés s'essouffler et mal tourner. C'est la condamnation de l'Université de Paris par l'église, cette université était jugée hérétique et pro arabe (avéroïste) tient déjà! Puis on commença à brûler des tas de gens dont une grande majorité de femmes pour sorcellerie, femmes jugées responsables de tout les malheurs, cette folie ne s'arrêta qu'au 18 ème siècle et pas partout. Fin du 18ème début du 19 ème siècle ce fut l'anglais Thomas Malthus dont les imputations et conclusions sont extraordinairement proches de nos « écolo » modernes, manque de ressources, accroissement de la démographie la solution, la décroissance.

 

Son idéologie sera longtemps envisagée avec bienveillance par l'impérialisme britannique. Puis dans les années 60 ce fut la Club de Rome qui préconisait une croissance zéro. Avec la fin du « communisme » politique et la divine surprise des anglo-saxons c'est Francis Fukuyama qui s'y colle, lui son truque c'était la fin de l'histoire, rien que ça. Le capitalisme financiarisé avait gagné sur le « communisme », c'était terminé on arrêtait tout, même l'histoire. Tous les pouvoirs se pâmaient devant tant de science. Plus c'est gros et imbécile... on en a entendu parler longtemps. Toujours la même idée ne pas déranger les nomenclatures , « ça marche, on tient le manche on ne va pas le rendre avec des idées saugrenues comme «l'histoire en marche» et les révolutions qui vont avec ».

On comprends aisément par pur bon sens que toutes idées conservatrices, malthusiennes, de décroissance ou de fin de l'histoire ne peuvent que satisfaire les pouvoirs en place qui eux ne veulent surtout rien changer au cours des choses, juste le freiné pour qu'il dure plus longtemps.

Il ya donc une conjonction évidente aujourd'hui entre l'idéologie développée par les Verts et l'idéologie anglo-saxonne qui tient le monde. Une «join venture» s'est crée de fait, ils sont alliés.

Cette conjonction revêt différents aspects politiques, quelques descriptions parmi les plus importantes et les plus pernicieuses.

L'opposition aux nations légales: Anglo-saxons et Verts sont adversaires des nations légales (Etats-nation pour certains). Aux nations légales et politiques ils veulent substituer de pseudo nations ethniques. Ainsi, les Verts européens ont un groupe parlementaire commun avec l'ALE, l'Alliance Libre Européenne au parlement de Strasbourg qui représente tous les mouvement séparatistes en Europe. Cette volonté des Verts de soutenir les séparatismes dans le monde trouve un allié Anglo-saxon pour déstabiliser les états légaux et de les morceler afin d'y établir leur pouvoir. Ils ont détruit la Yougoslavie avec les drames que cela a comporté, ils soutiennent également le Dalaï Lama et les séparatistes chinois et au vu de leur carte ils ont pour objectif de dépecer la France républicaine et laïque.

Le malthusianisme évoqué plus haut, d'origine anglo-saxonne, préconise la décroissance partout dans le monde, décroissance des populations misérables dont la multitude est perçue comme un danger de révoltes et de révolutions. On ne sait quel complot est prévu pour que la mortalité de cette multitude s'accroisse comme le préconisait Malthus. La décroissance doit également être industrielle car la finance selon le dogme anglo-saxon doit pouvoir remplacer avantageusement une industrie toujours pleine de dangereux ouvriers promptes à la révolte.

« La finance est l'industrie de demain car elle n'utilise pas de ressources naturelles de manière intensive », telle est l'utopie évoquée par M. Bryan Scott-Quinn responsable du programme d'étude bancaire britannique, cité par Le Monde le 10 juin 2009.

 

 

Une idéologie venue d'ailleurs.

 

Nous savons que l'idée d'une Europe fédérale a été promue et largement financée par la CIA

http://www.facebook.com/ext/share.php?sid=134258435357&h=Nq738&u=RFBem&ref=mf

Cette volonté est aisément compréhensible, il fallait conforter le pouvoir anglo-saxon en Europe afin de détruire les Partis Communistes et faire face à l'URSS. A cette fin il fallait également détruire l'indépendance des nations européennes en détruisant les états légaux. L'idée d'une supranationalité européenne des Verts afin d'y établir des « régions » ethniques rejoint celle des pan germanistes allemands qui verraient ainsi l'influence germanique croitre c'était également l'idée nazi d'une « Gross Europa » découpée en région (voir la carte des Waffen SS). Cette idée est également et étrangement celle des Verts ALE. Cette Europe supranationale a encore la vertu de faciliter le « libre échange » autant au sein de l'Europe que dans le monde en substituant les lois nationales de protection aux lois « européennes » mondialisantes.

 

L'idéologie verte tend à devenir l'idéologie officielle ne notre nomenclature déjà acquise aux idées anglo-saxonnes, elle présente un aspect honorable pleine de bonnes intentions, le bourgeois peut s'y reconnaître autant que le militant de gauche, cette idéologie est fédératrice et mobilisante. Le Dalaï Lama devient une icône commune présentant une noble cause et Nicola Hulot éternel vacancier est toujours en partance pour quelques coins du globe pour nous fait pleurer sur une nature dépourvue d'humains.

En face d'eux des nationalistes vociférant leur marseillaise avec leur sang dégoulinant de leur chanson choquante et politiquement incorrecte font pâle figure et ont fini marginalisés, le candidat gaulliste au dernières élection faisant moins de 2% des voix.

Je ne tiens pas à critiquer ici le militant écologiste, prendre soin de la planète pour les générations futures est une bonne idée, le militant est plein de bonnes intentions dont l'enfer est généralement pavé. Moi-même plein de bonnes intentions j'ai été militant communiste et je n'ai pas de leçon à donner aux gens. Simplement je critique un corpus idéologique qui, en conjonction avec celui des anglo-saxons devient parfaitement dangereux.

Quand les petites infamies rencontrent les grands desseins le monde peut craindre la catastrophe.

 

Un responsable le «free trade».

 

Beaucoup de mes compatriotes on conscience de la situation et du danger. Chacun peut se laver de l'idéologie ambiante et dominante qui colle à la peau pour s'apercevoir que le Roi est nu et qu'il faut faire d'urgence autrement.

Chacun peut comprendre qu'une entreprise en Inde fabriquant des biens de consommation d'usage courant comme des vêtements avec des ouvriers revenant à 100 € par mois vendra bien moins cher qu'une entreprise française dont les ouvriers reviennent à 2500 € avec les charges. Cette entreprise indienne prendra tous les marchés et fera beaucoup de bénéfices elle pourra ainsi investir et en faire encore plus. Ainsi toutes les entreprises françaises de textile ont disparu mettant au chômage des milliers de gens. Comme pour le textile qui a commencé, ce sont des centaines d'autres produits qui ont pris le même chemin dans des domaines de technologies élevées, comme l'informatique, l'équipement automobile et même l'équipement aéronautique avec notamment l'implantation de Meyssier Dauwty en Chine qui fabrique les trains d'atterrissage d'Airbus. Nos idéologues avaient pourtant affirmé que nous ne laisserions à ces pays de bas salaires que des fabrications à faible valeur ajoutée et que nous nous réserverions ceux à forte valeur, comme les Airbus les TGV et autres fusées Ariane.

Ce pari fou était stupide, car on voit mal tous les travailleurs français ne fabriquer que des Airbus, des TGV et des fusées à moins d'en inonder le monde. Déjà Airbus représente 40% des avions de ligne dans le monde. Le marché est saturé de plus rien ne peut aujourd'hui empêcher indiens et chinois de fabriquer des avions de ligne, ils en ont aujourd'hui les moyens technologiques.

Alors évidemment on peut acheter une paire de chaussure chinoise pour 10 € cela grève moins le budget, on peut donc être payé moins cher et tenter de faire concurrence aux chinois. Dans cette spirale déflationniste, c'est toute la société qui s'appauvrit. A des produits à bas prix suivent des bas salaires et des produits à bas prix et des salaires plus bas encore. En important des vêtements d'Inde on importe avec leur niveau de vie et dans dix ans on ramassera les cadavres dans les rues au petit matin à Paris comme à Calcutta.

On peut également parler des nouvelles technologies. Jusqu'à présent, toutes nouvelles technologies provenait des pays occidentaux, ceux-ci commençaient à les appliquer dans de nouveaux produits et commençaient à les vendre puis à en abandonner la fabrication, moyennant de confortables royalties au chinois ou aux indiens. Ce fut le cas par exemple des téléphone portables ou des cartes à puce.. Cependant la recherche et développement de produits nouveaux est une démarche ne pouvant être dissociée des industries chargées les mettre en oeuvre. Les savoir faire scientifiques, technologiques et industriels se complètent et vont de paire. En supprimant l'industrie on supprime également le développement de produits nouveaux et la recherche développement. Déjà les technologies chinoises et indiennes ont rattrapé les technologies occidentales et il faudra moins de dix ans pour que des innovations technologiques n'émergent de ces pays, nous réduisant à l'état de sous développement.

 

Ce tableau fort sombre a une cause: le libre échange aujourd'hui, nous avons moins de dix ans pour faire autrement et inverser la tendance.

 

Une solution moderne, naturelle et efficace un réseau de nations souveraines.

 

Les anglo-saxons ont toujours eu pour objectif de standardiser le monde d'y imposer leur sous culture et leur pouvoir, leur action politique commence toujours avec Coca-cola, Mac Donald et Hollywood.

  En 2000 l'un de leurs « Think Tank » l' American Enterprise Institut a décrit leur intention dans un texte : « Project for a New American Century » dans ce texte ils ne cachaient pas leur volonté de dominer les autres nations du monde.

Leur modèle est l'uniformité avec une gouvernance mondiale évidemment dirigée selon leurs intérêts.

Un autre modèle d'organisation du monde, moderne et efficace doit leur être opposé, celui du réseau des nations. Certain d'entre vous proches des milieux de l'informatique ont peut être entendu parlé de la programmation dite «orientée objet» ce type de programmation efficace offre un modèle d'organisation pour toutes sociétés ou entreprises. De quoi s'agit il. Toute organisation complexe dans la nature est composée de la sorte, notamment l'organisation biologique. Des cellules s'agrègent entre elle formant un tissus. Chaque cellule est indépendante elle possède des flux d'entrée et de sortie. Quand le système se complexifie il peut se trouver que des cellules se spécialisent. Certaine produisent de l'insuline d'autres de l'énergie mécanique. Dans un tissus si une cellule meurt ou dysfonctionne cela n'affecte pas l'ensemble. En programmation informatique complexe on procède d'une façon identique. On fabrique une multitude de procédures / cellules simples, on les assemble dans une procédure plus complexe et ainsi de suite. Si quelque chose ne fonctionne pas on ne remplace que la procédure / cellule incriminée. Dans ce paradigme chaque cellule procédure est indépendante des autres, l'intérieur peut être une « boite noire ». Il y a une porte d'entrée et une de sortie. Si l'énergie qui sort est plus importante que l'énergie qui entre la cellule meurt.

 

Dans un monde de nations indépendantes et souveraines, chacune serait libre de s'organiser à sa guise et de contrôler ses flux d'entrée et de sorti afin de les égaliser. Chacune des nations serait libre d'offrir salaire et protection sociale qui lui convient. Chacune serait libre d'acheter et de vendre aux autres nations ce dont elle a besoin et de ne pas acheter ou de taxer ce qui ne lui convient pas.

On voit bien que ce modèle d'organisation, le réseau ou chaque nœud est indépendant, s'impose à l'esprit, il est moderne et efficace. Si une nation sombre elle ne peut entraîner le monde. Aujourd'hui les anglo-saxons sombrent ils entraînent le monde.

 

Récupérer notre souveraineté.

 

Rien ne peut être envisagé sans récupérer notre souveraineté et d'aider les autres nations à en faire de même, ensuite nous pourrons voir entre nous ce qu'il convient à notre pays.

Récupérer notre souveraineté c'est sortir de toutes organisations supranationales qui décident à notre place. Sortir de l'OTAN qui ne défend pas les intérêts de la France, dénoncer les traités de Lisbonne et de Maastricht. Rétablir des barrières douanières, équilibrer nos échanges, c'est à dire acheter autant que l'on vend, c'est simple ma mère qui gérait le budget familiale faisait pareil on ne dépensait que ce que l'on avait, elle aurait pu aisément remplacer Christine Lagarde. Établir des rapports commerciaux simples avec les autres nations, acheter à chaque nation autant qu'on lui vend, après c'est fini. Et puis taxer, taxer en fonction de la façon dont le produit est élaboré afin de rétablir une libre concurrence. En effet si un produit est fabriqué en payant des salaires plus bas que les nôtres et avec une protection sociale moindre c'est de la concurrence déloyale, donc un produit à taxer. Taxer en fonction de la provenance éloignée du produit, voilà une taxe carbone efficace, plus le produit vient de loin plus il est taxé. Cela évite de manger des tomates ou des petits pois du Chili ou de Nouvelle Zélande cela favorise nos producteurs et évite la pollution par les transports. Que chacun mange ses propres légumes ils n'en seront que meilleurs.

Le système bancaire est en faillite et les entreprises ont besoin des banques, nationaliser les banques et réorganiser les prêts.

Sortir de l'imposition du dollar comme unique monnaie de transaction car l'unique dollar pour le commerce international place de fait ce commerce sous le contrôle et le pouvoir des seuls USA.

Toutes ces actions nécessaires pour notre pays semblent evidentes et sont issues d'un simple bon sens, pourtant elles ne s'appliqueront pas facilement.

 

Critiquer sans cesse l'idéologie dominante.

 

Pour convaincre notre peuple de prendre en main son destin et de confier le pouvoir aux forces nationales et républicaines, il faudrait vaincre l'idéologie dominante, celle qui nous est abreuvé par la nomenclature politiquo- médiatique. Cette idéologie nous vient de l'étranger, produite par les anglo-saxons, elle bénéficie de tous les canaux d'informations, de toutes les institutions politiques ou presque et de tous les a priori. Cette idéologie est le parfait opposé à l'idéologie française pour laquelle les nations sont politiques et légales et doivent être souveraines. Nos politiciens ne font que répéter cette idéologie anglo-saxonne allogène en essayant de nous faire croire qu'il n'y a pas d'autres solutions que de se soumettre au mondialisme et au communautarisme ethico-religieux.

Pourtant les dirigeants politiques anglo-saxons sont des criminels ils fomentent guerres sur guerres. Regardez ce qu'ils ont fait de la Yougoslavie, regardez ce qu'ils ont fait de l'Irak ou les sanglants attentats communautaristes se succèdent. Ils ont entrepris d'établir le chaos sur terre en ayant fabriqué de toute pièce une « guerre des civilisations» à partir d'attentats qu'ils ont organisés et imputés à des musulmans selon une technique qui leur est propre, celle des actions qu'ils appellent «fals flag» (faux drapeau), enseignées dans les écoles de guerre.

Demander sans relâche que soit révélé la vérité sur ces attentats notamment celui du 11 septembre 2001, c'est entreprendre surement le déclin de leur idéologie et son abandon par notre nomenclature politico-médiatique.

Cette demande de vérité est absolument stratégique rien ne pourra être entrepris sans que ce voile ne soit levé.

Opposons leur sans cesse les idées produites historiquement par notre pays, de Montesquieu à de Gaulle, de l'abée Seyes à Gambetta et au petit père Combes. Ces idées de république de laïcité de souveraineté nationale sont les idées de la France mais elle représentent également un modèle pour un monde pacifié et prospère.

Assumer sans complexe d'être la France, sortir notre drapeau, combattre notre adversaire anglo-saxon avec détermination.

 

Unir les républicains nationaux.

 

Et puis il faut s'unir et en finir avec la multitude des groupuscules nationalistes et républicains qui pensent en gros la même chose, il faut s'unir en dehors de tout esprit de clocher, dans l'esprit de la résistance et du Conseil National de la Résistance car c'est bien d'une résistance qu'il faut organiser, il s'agit bien de l'avenir de notre nation.

 

 

S'unir sur quoi? Notre pays possèdes certaines valeurs historiques émergées de la Résistance au fascisme. Ces valeurs communes doivent pouvoir rassembler tous les nationaux républicains le plus largement possible. L'image du Général de Gaulle avec a ses côtés celle de Jean Moulin pour la gauche et celle de du Général Leclerc de Hautecloque pour la droite.


L'initiative de Nicolas Dupont-Aignant doit pouvoir s'étendre et devenir autour de l'idée gaulliste une fédération de mouvements et parti nationaux républicains sur un programme commun dont le but essentiel serait de recouvrer la souveraineté du peuple français sur leur nation.

 


Vive la Nation vive la France.

 

Partager cet article

Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 22:21

Pourquoi la décroissance



« La finance est l'industrie de demain car elle n'utilise pas de ressources naturelles de manière intensive », telle est l'utopie évoquée par M. Bryan Scott-Quinn responsable du programme d'étude bancaire britannique, cité par Le Monde le 10 juin 2009.


Les anglo-saxons c'est à dire les britanniques impériaux puis à leur suite les USA ont toujours puisé dans les idées en cours celles qui pouvaient aller dans le sens de leurs intérêts. Alors ils les propulsent en tant qu'idéologies dominantes avec leurs formidables moyens de propagande et de pression. Ce fut toujours le cas des idées malthusiennes de décroissance car pour réaliser des profits avec leurs techniques financières nul ne leur ai besoin de classe ouvrière dangereuse pour leur pouvoir sur le monde.


Faire des profits sans usines et sans ouvriers voilà leur sublime utopie.


Dans cet ordre d'idée, l'idéologie de la décroissance vient de refaire surface. Cette utopie n'est pas neuve, elle revient d'une façon récurrente développée par l'effroi de certains face a l'évolution de l'humanité.

C'est une utopie car irréalisable touchant au cœur même de l'essence humaine qui ne peut se départir du progrès.

Bien évidemment dans l'histoire récente de l'humanité il y eut des périodes de décroissance, mais celles-ci furent temporaires et non souhaitées. La décroissance s'est toujours accompagnée de la plus implacable des misères et le souvenir qu'en garde l'histoire est effroyable, comme la période du 14 ème siècle en Europe occidentale qui a vu ressurgir l'allégorie des quatre cavaliers de l'apocalypse la Guerre, la Famine, la Peste et la Mort.


Durer_Revelation_Four_Riders.jpgLes 4 cavaliers de l'apocalyse de Dürer

La guerre, la maladie, la faim, la mort

symbolique de la décroissance


La croissance n'est jamais linéaire et ses aspects ne peuvent être extrapolables.


La croissance, dans l'histoire récente de l'humanité, n'a jamais montré qu'elle était continue et linéaire. L'humanité historique a connu de brusques accès de progrès et des périodes de dépression plus ou moins longues et parfois soudaines.

Comment qualifier progrès et croissance puisque ces deux notions vont de paire.


1- Quand les conditions de vie s'améliorent, moins de famines, moins de maladies, une espérance de vie plus longue, moins de mortalité infantile ces phénomènes induisent mécaniquement un accroissement de population.


2- La concentration de population dans un espace géographique, par simple accroissement mécanique des échanges (dynamique sociale) génère des civilisations nouvelles, Grecs, Etrusques, Celtes etc...

A contrario, quand les conditions de vie se détériorent, par guerre, famine, misère, des civilisations disparaissent, Celtes, Etrusques.


3- L'éducation et le progrès des connaissances scientifiques, la concentration des populations facilitent la transmission des connaissances par l'éducation et conduit à l'amélioration des connaissances sur le monde, par exemple en Grèce antique.

Tous ces éléments interfèrent les uns avec les autres. Si l'augmentation des populations permet l'amélioration de l'éducation et des connaissances techniques et scientifiques, celles-ci favorisent en retour l'accroissement des populations.


Périodes de croissance, périodes de décroissance.



On peut observer, dans l'histoire du passé proche de l'humanité, par exemple en Europe, des périodes de croissances et d'autres de reculs. La période antique du 5ème siècle avant JC au 1er siècle a vu l'apogée en Europe des civilisations Grecques, Étrusques, Latines, Celtiques. Elle est celle de la période Grecque classique ou émergèrent de nombreux savants et philosophes, Démocrite, Thalès, Archimède, Euclide et les grands philosophes, Aristote et Platon dont nous apprenons toujours les enseignements à l'école.

 

 

 

 

 

 

 

Euclide                                                                                    Thalès


Et puis à partir du 1er siècle et la guerre des gaules, suit une longue période de lent déclin du monde antique qui va courir 1000 ans avant que l'Europe occidentale ne puisse  retrouver une phase de croissance.

Quelles furent les causes du déclin et de finalement la mort de ce système? Le système économique et politique du monde antique était rigide et bâtit sur des dogmes. La production de bien était assurée par des esclaves et le pouvoir politique était centralisé. Ceci laissait peu de places à l'innovation technologique afin de remplacer le travail humain par des moyens mécaniques et laissait peu de places à l'initiative individuelle. Ce monde était basé sur la prédation. Pour perdurer il fallait des guerres de conquêtes ruineuses afin de ramener les esclaves nécessaires à la productions. Pendant 1000 ans  l'Europe se traînera. Après les découvertes scientifiques des grecs, les inventions technologiques des celtes (gaulois) en matière d'agriculture et d'artisanat, après les inventions romaines en architecture avec l'arc de plein cintre, il faudra attendre plus de 1000 ans pour retrouver l'usage de la charrue de labour avec avant train à roue et avec soc versoir invention  gauloise. Il faudra attendre plus de 1000 ans pour retrouver des innovations en architecture avec les grandes cathédrale et l'arc en tiers point sur colonne.

Au 10 ème siècle le système économique et politique antique est définitivement balayé par les invasions, Vikings, Mayars et Sarrasines. Un monde totalement nouveau émerge, le monde féodal.

Ce monde nouveau est à l'opposé de l'ancien, il est basé sur l'initiative individuelle, la décentralisation et la multiplication des pouvoirs. Chacun doit se débrouiller ou il se trouve et avec ce qu'il possède, avec son intelligence et son esprit d'entreprise. Différentes structures économiques et politiques offrant des paradigmes d'organisation différents se côtoient et se concurrencent. La seigneurie, véritable entreprise de production agricole, la ville ou se regroupent l'artisanat et les prémisses de l'industrie, et les communautés monastiques notamment cisterciennes qui seront à l'origine de nombreuses innovations tant agricoles qu'industrielles. A partir du 12 ème siècle les innovations techniques foisonneront dans tous les domaines et l'Europe occidentale connaîtra un développement considérable. Le nombre d'habitant sur le territoire de la France actuel va tripler du 11 au 13 ème siècle. Au 13 ème siècle aucune crise frumentaire n'est signalée sur ce territoire, il faudra attendre le 19 ème siècle en France pour retrouver l'absence de famine.


Au 14 ème siècle, une profonde dépression va affecter l'Europe occidentale. Cette dépression s'exprimera de différentes manières.


Une surpopulation notamment des villes qui entraine la baisse des salaires par concurrence. Cette surpopulation entraîne également une pollution importante des villes et de leurs abords. Cette pollution est aérienne, l'industrie se déploie dans les villes, les fours à chaux, les bas et haut fourneaux, le chauffage, c'est le début de l'usage du charbon de très mauvaise qualité, Londres est déjà la ville dont l'air est le plus pollué d'Europe. A Paris la pollution affecte la Seine et l'eau potable, due à l'abattage du bétail et au traitement des peaux.

Un chiffre significatif, en 1293 on a abattu à Paris 188 522 moutons, 30 116 bœufs, 19 104 veaux et 30 784 porcs tous les déchets étaient déversés dans la Seine (D'après le Ménagier de Paris) rendant l'atmosphère pestilentielle et l'eau non potable.


Une déforestation accélérée rendait le bois rare et cher. Le bois était utilisé, pour le chauffage, mais également pour les fours à chaux, (nécessaire à la construction), pour la réduction du minerai de fer. Ce bois était massivement utilisé pour les coffrages des constructions. Au 13 ème siècle l'industrie du bâtiment était considérable. Le tonnage en pierre des constructions médiévales entre la Loire et Somme, en un siècle, (le 13 ème) dépasse le tonnage de la totalité des constructions de l'Égypte ancienne. Aujourd'hui une bonne moitié des chrétiens de France se rendent dans une église construite durant cette période. A la fin du 13 ème siècle la surface forestière en France était devenue inférieure à ce qu'elle est aujourd'hui.

Des conditions climatiques dégradées, les guerres et la surpopulation des villes vont offrir un terrain propice à la peste noir qui au 14 ème siècle décimera les populations de l'Europe occidentale.

La conséquence de tout ceci sera la peste noire qui pourras tuer 60% de la population des grandes villes

Si le nombre d'habitant sur l'aire de la France actuelle a été multiplié par trois en trois siècles il sera divisé par deux en un siècle. Les effectifs de population de la France actuelle ne seront retrouvés qu'à la fin du 18 ème siècle, soit 4 siècles plus tard.

La technologie généralement utilisée par les hommes sera pratiquement la même, de la fin du moyen âges au 15 ème siècle, jusqu'au 18 ème siècle. L'encyclopédie de Diderot et d'Alembert ne décrivent que des techniques déjà utilisées au 15 ème siècle. La deuxième révolution industrielle du 19 ème siècle permettra à la fois un nouvel accroissement des populations et des avancées technologiques considérables.


L'histoire, jusqu'à la fin du 19 ème siècle, nous montre des périodes de croissance et de décroissance qui s'étalent sur des siècles, mais à partir du début du 20 ème siècle, l'histoire des technologies et de la croissance humaine, c'est à dire l'histoire même de l'humanité, s'accélère.


Je suis né en 1945 j'ai personnellement connu une période de forte croissance dans les années 50, 60 et 70 que l'on a appelé les 30 glorieuses. Au début de années 50, mon père se déplaçait en vélo ou en transport en commun, nous ne disposions ni de machine à laver, ni de réfrigérateur ni de téléviseur.

La machine à laver fut le premier luxe de ma mère qui travaillait. Fin des années 50 ce fut le réfrigérateur, puis en 61 le téléviseur, mon père acheta une automobile en 1964. Mes parents purent partir en vacance en camping et découvrir la France, ils prirent l'avion également pour la première fois pour découvrir l'Egypte, ils n'eurent le téléphone qu'en 1969. Leur vie avait totalement changé en vingts ans seulement, d'un monde ils sont passés dans un autre. D'ailleurs, en regardant de plus prêt on s'aperçoit que la période de développement maximale, celle connue par mes parents ne concerne que les années 60, il faudrait parler des 10 glorieuses, (la période ou le générale de Gaulle était au pouvoir, c'est bizarre) . Puis à partir des années 80 ce fut le déclin, le début du chômage et la fin des grandes avancées technologiques.


On peut également remarquer que les périodes de déclin sont accompagnées une résurgence de l'obscurantisme. Je cite souvent le cas de l'année 1277 quand l'archevêque de Paris Etienne Tempier censure les enseignements de l'Université de Paris ce sera un premier acte de censure du savoir. L'obscurantisme suivra à partir de là. La chasse aux sorcières commencera en cette fin du 13 ème siècle, bucher, tortures massacres pour cause d'hérésies se succéderont sur le territoire de l'actuel France jusqu'à la Révolution

.

On ne peut s'empêcher de faire le parallèle avec la situation actuelle quand l'obscurantisme anti scientifique et anti industriel renait en même temps que foisonnent les sectes.. Alors que tous les êtres vivants sont des OGM fabriquant le polymorphisme du vivant. C'est le cas également de la critique irrationnelle de l'utilisation de l'énergie nucléaire en tant que source d'énergie, justement non polluante. On ne peut être que stupéfait par l'abandon par le gouvernement Vert Socialiste du surgénérateur, abandon qui tient de la trahison, quand on sait que cette merveilleuse invention française est reprise par les japonais.


Les idées utopiques et réactionnaires de décroissance ou de croissance zéro ne sont pas neuves. Le premier à avoir théorisé sur la décroissance fut Thomas André Malthus. Son nom a donné dans le langage courant l'adjectif « malthusien » pour caractériser un état d'esprit conservateur qui s'oppose à l'investissement et craint la rareté et une doctrine, le malthusianisme, qui impose une politique active de contrôle de la croissance de la population.

Il prédit que la population augmente de façon exponentielle ou géométrique (par exemple : 1, 2, 4, 8, 16, 32, ...) tandis que les ressources croissent de façon arithmétique (1, 2, 3, 4, 5, 6, ...). Il en conclut à l'inévitabilité de catastrophes démographiques, à moins d'empêcher la population de croître.

Il prône aussi l'arrêt de toute aide aux nécessiteux, en opposition aux lois de Speenhamland et aux propositions de William Godwin qui souhaite généraliser l'assistance aux pauvres. (Wikipedia). Voilà une idée toute britannique, malheureusement soutenue aujourd'hui par la gauche réactionnaire.

Puis il y eu le club de Rome qui fit ressurgir les idées de Malthusiennes.

Fondé le 8 avril 1968 à l'initiative d'Aurelio Peccei, un Italien membre du conseil d'administration de Fiat, et d'Alexander King, un scientifique et fonctionnaire écossais, ancien directeur scientifique de l'Organisation de coopération et de développement économiques, il doit son nom au lieu de sa première réunion à Rome, à l'Accademia dei Lincei.

Le rapport Meadows (1972), commandé par le Club de Rome, avait pour titre français Halte à la croissance ? et fut suivi en 1974 d'un deuxième rapport : Sortir de l'ère du gaspillage : demain. Depuis, il a produit plus de 20 publications dans une série appelée Rapports du Club de Rome.

Si, au XXIe siècle, la majorité s'accorde à prendre en compte les problématiques environnementales, d'autres n'acceptent pas ces analyses qui impliquent beaucoup de remises en question. Ils s'en prennent parfois au Club de Rome, à l'origine de ce qu'ils pensent être du catastrophisme (Wikipedia)

Toute ses idées fortement réductrices et peux scientifiques sont fondées sur l'extrapolation de situations observées à un moment donné, extrapolation allant à la catastrophe.

Si on avait extrapolé le rythme de la disparition des forêts au 13 ème siècle cela ferait bien longtemps qu'il n'y aurais plus un arbre sur pied dans notre pays. Si on avait extrapolé la pollution de l'eau de la Seine au Moyen Ages ce fleuve ne serait plus qu'un cloaque nauséabond. Si on avait extrapolé la pollution de Londres de la fin du 19 ème siècle ou régnait le « smog » contraction de « smoke » fumée et de « fog » brouillard, il faudrait se rendre dans cette citée avec un masque à gaz.

Aujourd'hui extrapoler le rythme de disparition des ressources en énergie n'a aucun sens ni historique ni scientifique. Bien que notre époque connaisse la fin des grandes découvertes scientifiques et technologiques qui ont marquées la fin du 19 ème siècle et le 20 ème siècle (quand ma grand mère est née l'automobile n'existait pas, quand elle est décédée on avait marché sur la Lune (enfin peut être) on peut quand même avoir quelques idées sur le monde de demain et sur les énergies qui seront utilisées.


Des moteurs électriques vont remplacer dans les dix années à venir les moteurs thermiques des automobiles. Charger une batterie est stupide pour refaire le «plein» changer les batteries automatiquement prend quelques secondes (brevet acheté par Renault à un inventeur français)

L'électricité sera produite par énergie nucléaire, par des surgénérateurs, qui ne produisent aucuns déchets, tant pis les centrales seront achetées aux japon, puis cette énergie électrique sera produite par des centrales nucléaires à fusion qui ne produisent pas de déchets, la France est pionnière dans ce domaine à moins que des « écologistes » ne viennent encore par pur obscurantisme détruire le Tokamak de Gadarache. Concernant les avions, plus de « Chemtrails » l'hydrogène va remplacer avantageusement le kérosène les moteurs seront des statoréacteurs à hydrogène la vitesse possible avec ce type de moteur est Mach 10. ( la réaction chimique la plus énergétique est 2H2+ O2 > 2H2O de l'eau! Cette réaction est utilisée pour les moteurs de la fusée Arianne.

 

Nikola Tesla

Puis plus tard ou bientôt, les études entreprises par NikolaTesla seront reprises et il sera sans doute possible de créer du courant électrique en utilisant le champ magnétique terrestre, électricité gratuite et permanente pour tous. Puis on trouvera des matériaux permettant une supraconductivité électrique à température ambiante. Ceci ouvrira une infinité de perspectives technologiques notamment en généralisant la lévitation magnétique, moteurs sans frottements trains filant en lévitation à 500 km h comme celui qui relie l'aéroport de Shanghai au centre ville (je l'ai pris).

Dans 50 ans plus un gramme de carbone ne sera rejeté dans l'atmosphère, ce n'est pas pour autant que le climat ne se réchauffera pas car il est probable que cette histoire d'effet de serre non validée par la communauté scientifique soit des sornettes. Puis les véhicules terrestres et aériens se confondront et seront propulsé par MHD (Magnéto Hydro Dynamique) et puis l'homme se déplacera dans l'univers comme pour aller au boulot.


Mais il y aura t-il toujours des âmes noires pour vouloir revenir à l'âge de pierre, manipulés telle des marionettes par la finance anglo-saxonne malthusienne?


 

 

 

Partager cet article

Repost0