Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 16:12

La famille tuyau de poêle.




On dit de ces familles multiples dont il est difficile de savoir qui est qui, qui couche avec qui, qu'ils s'emboitent les uns dans les autres, justement comme les éléments d' un tuyau de poêle.

Il en est ainsi de la famille politique multiple et souvent recomposée UMPSMoDemVert tant tous les politiciens qui la compose sont imbriqués les uns dans les autres, qui fait quoi, qui est de droite, qui est de gauche, qui passe de l'une à l'autre et de l'autre à l'une. On voit bien que comme dans toute famille un peu élargie qu'il y a des chamailleries, Ségolène n'aime pas Martine qui n'aime pas François, mais Ségolène aime François qui aimerai bien devenir le chef de famille à la place de Nicolas, on est perdu. La seule chose dont on est certain, c'est qu'ils sont de la même famille, d'accord sur l'essentiel.


Cet accord tient à peu de chose, ils ont l'esprit bas.


L'espace politique qu'on appelle la nation et qui permet l'exercice de la démocratie est obsolète, cet espace doit être supprimé afin de laisser le champ libre à la circulation des capitaux. En effet cet espace politique ou peut s'appliquer des lois  gêne la recherche du profit immédiat et maximum.


Bien évidemment dans notre famille tuyau de poêle, tous n'expliquent pas les choses de cette manière un peu brutale, ses membres enjolivent et se partagent la tache entre sa partie gauche et sa partie droite il faut ratisser large.

Certains nous disent, plutôt à gauche, les hommes sont frères, les frontières ça fait des guerres et c'est moche youkaïdi youkaïda en frappant dans les mains autour du feu. Evidemment de prime abord on a envi de chanter et de danser avec eux, qui voudrait refaire 14-18? Seulement voilà, il y a bien longtemps que sur cette terre il n'y a plus de guerre avec frontière, tranchées et baïonnette au canon. Pourtant la folie guerrière fait toujours partie du spectacle quotidien de nos informations. Ces guerre sont civiles, religieuses ou de libération mais pas frontalières. Et puis en quoi, supprimer artificiellement une frontière empêcherai une guerre. Voyez la Yougoslavie, c'est justement l'absence de frontière qui a fabriqué une guerre particulièrement atroce.

D'autres nous disent plutôt à droite: il faut harmoniser les législations permettre aux industriels d'investir sans contrainte la ou il le souhaitent, permettre de transporter son usine la ou la main d'oeuvre est la plus intéressante, d'embaucher la main d'oeuvre la plus docile venue d'ailleurs. Les frontières ce n'est pas rentable.

Et d'autres de tendance vert de gris nous disent: mais ces frontières ne riment à rien, ce ne sont pas des frontières naturelles, (ils aiment beaucoup la nature et la gymnastique) il faut faire des ensembles régionaux ethniques en Europe, mettre ensemble ceux qui parlent le germain, ceux qui parlent le celte, ceux qui parlent l'occitan, ceux qui parlent le corse et on en finit plus. Faisons « ein gross Europa mit ein gross deutschland ach!».


La famille tuyau de poêle n'aime pas la France et la République, la France ça gène.


Par contre la famille tuyau de poêle s'est trouvée une idole, le très médiéval Dalaï Lama. C'est fou ce que ce Monsieur issu tout droit du 12 ème siècle adepte de la pureté de la race est vénéré par notre famille, évidemment son truc au Dalaï c'est un peu leur truc, pas de nations légales multi culturelles, on ne mélange pas on veut préserver, faire des musées humains et pas d'autres lois que celles sempiternelles fournies par l'archaïque religion.


La famille tuyau de poêle aime les Etats Unis d'Amérique et la reine d'Angleterre, ça fait chic. Elle nous dit, la sainte famille qu'ils nous protègent de ces affreux terroristes islamistes qui font très peurs. Elle nous dit qu'ils ont tout pour nous protéger, qu' ils ont leurs James Bond, leur frappes chirurgicales, qu'ils contrôlent tout, qu'ils voient tout et donc qu'on a plus besoin de rien. On est bien surveillé on est bien tranquille, ils nous empêchent de faire des conneries.

Mais la famille tuyau de poêle est con elle ne sait pas que c'est eux qui nous fabriquent la peur à volonté et dés que le bas peuple est un peu tranquille et rassuré, boum un petit coup par ci pour trembler boum un petit coup par là pour que surtout ils nous protègent bien.


La famille tuyau de poêle n'aime pas la démocratie, les français ont dit non à la constitution européenne avec une majorité de 55% alors eux ils nous refilent en douce ladite constitution baptisée traité de Lisbonne sans rien demander aux français.


La famille tuyau de poêle est très con, elle vient seulement de découvrir qu'il y avait une crise économique, comme une poule qui vient de découvrir avoir pondu un œuf carré. Elle ne se doute absolument pas que cette crise vient de loin, qu'elle a débuté dans les années 80. Elle ne sait pas la sainte famille qui détient le pouvoir depuis des lustres que cette crise est due à l'appauvrissement des gens, au chômage endémique, à la désindustrialisation, à la financiarisation outrancière de l'économie, de la dérégulation, à l'absence de cadre légal, donc de nation donc de France.


La famille tuyau de poêle est très très con elle s'est faite une religion et n'a d'autres pensées que sa religion. Elle dit que pour aller mieux il faut du « free trade », du libre échange et si ça va plus mal avec le « free trade » ben il en faut encore plus et que si ça va plus mal encore c'est qu'il n'y en a pas encore assez. La famille tuyau de poêle est pour le suicide plutôt que de déroger à sa religion. Les anglo-saxons font comme ça et ils meurent alors comme nous on est con on fait pareil dit elle.


Bon mais la famille tuyau de poêle possède le pouvoir elle risque de le garder encore longtemps et nous entraîner au gouffre. Pourtant seulement 30% des français en age de voter mettront dans l'urne un bulletin « famille tuyau de poêle », si on compte les abstentions et surtout les non inscrits. Alors je sais bien, les politiciens raz le bol, tous pareils, découragement et tout ce qu'on veut.

Mais un effort on a encore besoin de la France.


Alors votez contre la famille tuyau de poêle « UMPSMoDemVert » il y en a pour tous les goûts, de droite comme de gauche.


Seulement pour moi ce sera.


 

Partager cet article

Repost0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 18:44
Profil Facebook de Alain Benajam(pour réagir)


Mise au point

 


Je suis réputé être de gauche et certains de mes amis sont étonnés par mon appel à voter pour les listes de Debout la République aux élections européennes du 7 juin. Je suis également connu pour avoir été administrateur du Réseau Voltaire, je suis toujours ami avec Thierry Meyssan avec qui je correspond souvent, celui-ci partage mon opinion.

Ma prise de position peut également paraître curieuse car Pierre Hillard avait écrit un article dans Voltairenet .org pour dénoncer les activités de la French American Foundation, dans cet article il apparaissait que Nicolas Dupont-Aignant appartenait à cette fondation chargée d'influer sur la politique française.


Ma position sur le fond.


Les positions politiques publiques de DLR sont actuellement parmi toutes celles présentées, les meilleurs et les plus sensées et ce, quelques pourraient être d'éventuelles arrières pensées de Nicolas Dupont-Aignant. Je vote sur des intentions politiques publiques et non sur des intentions supposées.

Les causes de la crise telles que j'ai pu les exposer, sont pour moi dues à un déficit de république et à un manque de souveraineté des français sur leur nation. Cette perte de souveraineté a empêché les français de contrôler leur destin et a permis à l'idéologie anglo-saxonne du «libre échange« de s'imposer partout. Ainsi l'industrie française s'est affaissée sous les coups de la concurrence de produits importés de faible valeur et les entreprises françaises ont du, pour palier cette concurrence déloyale, se délocaliser là ou ces dits produits étaient fabriqués. Tout ceci a entraîné un appauvrissement des français, comme des autres nations occidentales. Le crac financier a suivi, n'étant plus assis sur des avoirs solides des gens.


Nicolas Dupont-Aignant et les USA.


Tous les partis politiques et avec eux les hommes politiques qui comptent ont été un jour ou l'autre contacté par des services anglo-saxons afin qu'ils travaillent pour leurs intérêts, personnes n'y échappe, pas plus Nicolas Dupont-Aignant qu'un autre. Les principaux dirigeants socialistes ont fait parti d'un groupe trotskyste drivé par les USA, cela a été su pour Lionel Jospin. Jean Luc Mélanchon faisait également parti de ce groupe, cependant il n'a pas suivi ses camarades jusqu'au bout et a quité le PS.

Donc la proximité avec les USA, pour un politicien, à un moment ou un autre de sa carrière, de droite comme de gauche, fait parti de la normalité.



Le combat principal.


Aujourd'hui le combat principal pour le peuple français est de recouvrer sa souveraineté sur la nation afin de mettre en oeuvre les lois de protection qui s'imposent et stopper la paupérisation, c'est URGENT.

Ce concept de souveraineté est d'ailleurs fort éloigné de l'idéologie trotskyste à laquelle adhérait Jean-Luc Mélanchon dans sa jeunesse tout le monde peut changer, moi-même par exemple j'ai bien été pro soviétique.

 

Pourquoi DLR et pas le Front de Gauche?

 


J'aurais souhaité une alliance sur un front républicain entre DLR et le Front de Gauche, puisque les points de vu sur le combat principal sont proches voir similaires. Cela n'a pas été possible pour des raisons que j'ignore, il m'a donc fallu faire un choix ne pouvant partager mon vote en deux.


Comme vous avez pu le constater je porte une critique sévère sur la gauche et son action depuis 1947. A contrario, je pense maintenant après beaucoup de réflexions, d'analyses mais également de découvertes historiques, que Charles de Gaulle et le gaullisme ont eu des effets bénéfiques pour la France. Je pense également que la gauche non communiste sous influence anglo-saxonne a tout fait pour l'éliminer politiquement, à la grande satisfaction de ces anglo-saxons qui étaient ses principaux ennemis et ceux de la France. Puis je regrette beaucoup que le PCF ne l'ai pas soutenu, ce regret tient pour moi car j'étais à l'époque gaulliste un membre de ce parti.

Aujourd'hui je pense qu'il est nécessaire de soutenir un mouvement républicain dans la tradition gaulliste et de se remémorer l'action de ce grand homme pour l'indépendance de notre nation que cela soit entre 1940 et 1945 qu'entre 1962 et 1969. Il ne faut pas oublier que les anglo-saxons, par OAS interposée ont tenté par 40 fois de l'assassiner ce qui ne peut que le rendre sympathique à mes yeux.

Il est également nécessaire de rassembler ceux venant de gauche comme ceux venant du centre droit, en un front républicain seule solution pour qu'un jour les idées de république et de souveraineté triomphent en France afin que ce pays puisse être remis sur le chemin de la prospérité. Prospérité que nous avons déjà pu connaître au cours des 30 glorieuses.

Par contre les gouvernements qui se sont succédés depuis 1969 se sont tous précipités pour appliquer une politique différente de ce qu'elle avait été auparavant depuis, la France se désindustrialise à grande vitesse.


Aujourd'hui nous savons ce qui fonctionne et qui a fonctionné et ce qui nous précipite au gouffre. Il apparaît aux français que certains concepts politiques, comme l'union d'une gauche mythique sont surannés et doivent être dépassés. Ces concepts d'un autre âge n'intéressent plus les français qui se réfugient de plus en plus vers l'abstention.


Que les citoyens de ce pays essayent de chercher d'autres voies en dehors des conformismes traditionnels et stériles et de pratiquer des unions entre forces politiques en accord sur l'essentiel.

 

Comme beaucoup de citoyens se situant politiquement à gauche j'appelle donc à voter le 7 juin pour DLR.

Partager cet article

Repost0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 18:11

Profil Facebook de Alain Benajam

La Gauche réactionnaire


Quand la conscience des peuples ne trouve plus de guide, c'est le moment ou interviennent les grandes catastrophes humaines.

 

Le 7 juin, pour moi ce sera...


 

...ou rien!

 

Nous avons vu que la gauche politique à son initialisation à la fin du 19 ème siècle était républicaine et progressiste, puis sous l'influence socialiste elle a acquis un sens social de défense des populations laborieuses.

 

Au 20 ème siècle avant 1939, la gauche était traversée par divers influences dont une importante influence communiste. En même temps des divergences politiques importantes se faisaient sentir entre radicaux des libéraux républicains, socialistes SFIO des réformistes et des communistes révolutionnaires partisans de la dictature du prolétariat, concept anti républicain. Ces divergences ne vont pas empêcher les composantes de la gauche de s'influencer mutuellement. Notamment, les communistes prendront conscience à partir de 1934 de la valeur des idées républicaines des libéraux face au fascisme.

En 1939, le gaullisme fait son apparition comme force anti fasciste, réputée ne pas être de gauche mais qui renforce une idée de patriotisme c'est à dire de défense de la nation républicaine. Le gaullisme sera influencé par la gauche républicaine mais à son tour influencera les communistes qui s'intituleront eux même patriotes et défenseurs de la république française, de ses symboles et de ses valeurs. L'histoire du gaullisme ne peut être dissociable de l'histoire de la gauche.

Après la 2 ème guerre mondiale la gauche éclate avec la guerre froide et l'importante influence anglo-saxonne.

Les anglo-saxons entreprennent un important effort au travers d'une multitude d'associations, de financement secrets, de corruption,  pour contrer le poids des communistes dans la vie politique. Poids communiste qui s'exerce directement mais également via un grand nombre d'associations, organisations dites de masse, syndicats, associations divers,  anciens combattants, déportés etc...

Pour les anglo-saxons il s'agit de séparer les communistes de la gauche et de faire accepter à cette gauche, les guerres coloniales, l'impérialisme et surtout l'abandon de souveraineté du peuple français, ce qui leur est absolument nécessaire pour faire avancer leur concept de libre échange, « «free trade » et d'étendre leur pouvoir en Europe.

Par exemple pour accepter l'abandon de souveraineté républicaine, les anglo-saxons introduisent l'idée que les frontières en Europe on apporté la guerre et que, s'il n'y avait plus de frontières il n'y aurait plus de guerre. Ce concept semble généreux et susceptible d'entraîner l'adhésion d'une gauche de bon sentiments. Malheureusement cette idée est fausse et stupide, les frontières des nations du monde n'entraînent nullement la guerre.

Pour détourner les thèmes traditionnels de la gauche pour leur profit, les anglo-saxons vont faire donner leurs troupes trotskystes.

Trotsky s'était opposé à Lénine sur l'idée nationale. Trotsky était partisan d'une révolution mondiale et d'un internationalisme supprimant les frontières. Trosky était fortement anti républicain qualifiant les institutions républicaines et laïques françaises d'institutions bourgeoises. Les trotskystes étaient devenus anti soviétiques et anti communistes, au sens anti PCF ce qui ne pouvait que plaire aux anglo-saxons. Une association symbiotique va s'opérer entre eux et se développer sur des thèmes communs, contre la nation et contre la république, contre la France. Les trotskystes téléguidés vont tenter d'investir toute la gauche, politique, syndicale et associative. Cette stratégie appelée « entrisme » aura pour but de diviser, d'affaiblir et d'introduire partout des idées pseudo généreuses favorables à l'abandon de souveraineté républicaine.

De Gaulle au pouvoir a mis pour un temps de côté cette pseudo générosité internationaliste. Il s'agissait ici d'une parenthèse dans l'ascension de l'influence des idées d'une gauche trotskyste et anglo-saxonne sur la France. Mai 68 sonnera la fin de la récréation.

Après 1968 gaullistes et communistes sont sonnés.


L'influence politique et thématique gaucho-troskyste va intéresser l'ensemble de la gauche après 68 y compris le PCF par effet d'entraînement et détruire cette gauche idéologiquement jusqu'au fond.

Les trotskystes lambertistes de la 4 ème internationale vont particulièrement investir le Parti Socialiste miterrandien. Aujourd'hui les principaux dirigeants du PS sont issus de ce groupe et ont été particulièrement formé aux USA sous l'égide du syndicat étatsunien AFL CIO et ensuite par de la National Endowment for Democracy appendice de la CIA.


Quelques thèmes gaucho-trotskystes ayant envahi la gauche jusqu'à inverser ses valeurs.


Contre le libéralisme:

La gauche initiale était républicaine et libérale pourtant la gauche va rejeter le libéralisme.

Ce thème « anti libéral » devient à la mode à gauche à partir des années 80. La droite pour contrer la critique du capitalisme, pour détourner le débat, a utilisé le terme libéralisme quelle jugeait plus avenant en lieu et place de capitalisme. Le libéralisme n'était pourtant qu'une doctrine politique née au milieux du 19 ème siècle et popularisée en France par Alexis de Tocqueville. Le but de cette doctrine politique était de combattre la tyrannie, le despotisme et de promouvoir les libertés individuelles comme élément moteur du progrès social. La gauche de salon est vite tombée dans le piège tendu et s'est elle même instituée anti libérale en validant la confusion entre libéralisme et capitalisme puis plus tard en confondant libéralisme avec « libre échange » ou « free trade » qui est une doctrine économique anglo-saxonne et non pas une doctrine politique.

En se définissant anti libérale, la gauche, poussée par les gaucho-troskystes se définit elle même comme adversaire des libertés ce qui est un paradoxe.

Pour les anglo-saxons être libéral est similaire d'être de gauche et doit être combattu.


L'étatisme

L'étatisme de gauche vient du programme commun qui prévoyait un grand nombre de nationalisations. Comme ce fut le cas en URSS, la propriété sociale des moyens de production, venant du projet socialiste (d'ou son nom) puis du projet communiste, était confondu avec propriété d'état.

Les nationalisations du programme commun étaient en fait une substitution d'actionnaires, l'état s'accaparant les parts des actionnaires privés mais rien ne changeait sur le fond.

L'étatisme est vu par la gauche comme une panacée pour le règlement de tous les problèmes sociaux. Pourtant le manifeste communiste de Marx et Engels avait critiqué profondément l'état et le salariat en se proposant de les éliminer. L'appropriation des moyens de production et d'échange par le peuple n'est en rien l'étatisme. La nécessaire initiative économique populaire serait plutôt facilité par la libre entreprise à laquelle il faudrait fournir des moyens. Comment certains peuvent considérer que l'étatisme est de gauche alors qu'il serait plutôt de droite car s'opposant aux libertés individuelles et au progrès par extinction des initiatives.

Maintenant à gauche on confond toujours état et république alors que l'état représente le pouvoir sur le peuple (l'exécutif) et la république est le pouvoir du peuple (le législatif). Nous pouvons nationaliser ce qui peut être une solution républicaine momentanée pour résoudre certaines difficultés économiques passagères d'un secteur économique. Etatiser n'est plus le pouvoir du peuple sur l'économie mais toujours un pouvoir oligarchique.



Les Verts.

L'écologie est une discipline scientifique comme la chimie ou la physique et peut difficilement devenir une doctrine politique. S'intéresser au devenir de la planète ne peut qu'intéresser les républicains mais ce n'est certainement pas ce qu'on observe dans l'action politique des Verts. On observe par contre chez eux une idéologie presque verte mais vert de gris.

Les gaucho-trotskystes créeront dans les années 80 avec quelques politiciens venant du mouvement de Mai 68 un nouveau mouvement politique fortement anti national et anti républicain, les Verts. Les thèmes réactionnaires de ce mouvement vont affecter l'ensemble de la gauche. Les Verts sont mystiquement attachés au naturalisme et à l'hygiénisme, mystiquement adversaires des libertés individuelles, ils soutiennent tous les communautaristes, les autonomistes, les séparatistes. Aux niveau européens ils sont associés à l'ALE, l'Aliance Libre Européenne organisation de soutient des mouvements indépendantistes d'Europe. L'ALE est proche des pan germanistes et ses financements ont souvent trouvé leur source en Allemagne.

Les Verts sont un soutient sans faille du très réactionnaire Dalaï Lama, qui avait lui-même été formé par des nazis allemands. Ici nous trouvons maints communautés idéologiques entre les Verts et le nazisme. La carte des objectifs séparatistes de l'Europe de l'ALE ressemble furieusement à celle des Waffen SS.

Les Verts vont entraîner un ensemble d'idéologies réactionnaires vers le Gauche.

Les Vert, réactionnaires anti industriel.

Les républicains du 19ème siècle et du début du 20 ème ont été les promoteurs de l'industrie associée au progrès. Le parti communiste par la suite était implanté dans les usines et organisait une classe laborieuse vivant de cette industrie. Il y avait au PCF une forte culture ouvrière et industrielle. Avec l'effondrement du PCF cette culture a disparu à gauche pour être remplacée par une haine de l'industrie et des industriels liée d'ailleurs par une méconnaissance totale de ce monde.

Aujourd'hui les adeptes de la gauche ne se recrutent plus que parmi les fonctionnaires, il est normal qu'ils soient étatistes.


L'égalitarisme.

La république a institué l'égalité des droits entre citoyens ceci est l'un de ses fondements. A cette égalité des droits les gaucho-trotskystes ont substitué l'égalité des situations. Cependant pour imposer à tous l'égalité des situations il faudrait également s'opposer à la liberté de chacun et à la république qui la défend, évidemment quand on est anti libéral, ça aide. La mystique de l'ordre chez les Verts les amènent à vouloir tout niveler, ce nivellement ne pouvant se faire que par le bas bien entendu. Tout le monde en vélo avec le même bleu de travail.


OGM et nucléaire

J'ai déjà écrit sur cette phobie mystique des Verts de toute action humaine pouvant perturber l'ordre naturel des choses. Quand l'homme a inventé l'agriculture et l'élevage, il a inventé par force des OGM en modifiant l'écosystème dans lequel allait évoluer la nouvelle espèce sélectionnée . Tous les organismes vivants comme l'homme sont des organismes génétiquement modifiés, (voir Darwin). Le polymorphisme du vivant n'est constitué que d'OGM.

Que l'on modifie une espèce par sélection ou par manipulation le résultat est le même. Dans un cas la mutation est faite au hazard dans l'autre elle est créée volontairement, simplement on gagne du temps.

Suivant leur phobie mystique, les Verts voudraient interdire l'usage du nucléaire comme source d'énergie. Pourtant l'énergie nucléaire est la moins polluante qui puisse exister. Les Verts avec les socialistes malheureusement un temps au pouvoir on même été jusqu'à saboter les études françaises sur les surgénérateurs. La France était en avance sur cette technologie d'avenir, non polluante reprise et développée maintenant par le Japon. Il s'agit la d'une véritable trahison économique.


Le 11 septembre 2001

Avec la validation par la gauche de la thèse d'un complot islamique ayant conduit aux attentats du 11 septembre 2001, la faillite fut totale et pouvait ressembler à la faillite de la 2 ème internationale supportant la guerre de 1914, 1918. Aujourd'hui le mouvement de contestation de l'incroyable version officielle de ces attentats prend une ampleur considérable dans le monde mobilisant des spécialistes de tous les domaines techniques impliqués dans ces attentats, mobilisant des états, des politiciens, des artistes, mais pas de gauche. Pourtant le 11 septembre 2001 a marqué un tournant radical dans la politique impérialiste anglo-saxonne qui, à cette occasion a mis en place son projet, décrit quelques années plus tôt dans le document: « Project for a new American Century ». A la suite de ces attentats pseudo islamiques, les anglo-saxons commencèrent à imposer leur pouvoir sur le monde, ils ont promu une guerre de civilisation qui pensaient-ils leur serait propice pour imposer leur volonté au monde. Ils se sont lancé dans des guerres qui furent d'horribles massacres. Il furent beaucoup à gauche pour s'abandonner au racisme anti arabe suivant les provocations habillement concoctées comme celle des caricatures antisémites de Mahomet.

D'ailleurs M. Philippe Val l'un des promoteurs de ce néo racisme n'a t-il pas été justement récompensé par un poste de président de France Inter?

Pourquoi la gauche ne s'est elle pas engagée dans ce combat qui aurait été pourtant vital afin de contrer ce qui allait suivre et qui nous accable aujourd'hui. La question reste posée face à l'Histoire: corruption, influence politique des anglo-saxons, affaissement idéologique, défaut d'analyse, simplement bêtise?

Se poser quelques question sur la version officielle aurait été un minimum car tant et tant de questions purement techniques restent en suspend, non rien, pas un mot..

Quand la conscience politique des peuples s'affaissent c'est à ce moment qu'interviennent les grandes catastrophes humaines. La guerre de 14 18, effondrement de la 2 ème internationale, faillite de la gauche. Fascisme et holocauste des juifs d'Europe, faillite de la gauche française, accords de Munich, non intervention en Espagne et plein pouvoir à Pétain.

Non dénonciation du complot du 11 septembre, les anglo-saxons s'imposent au monde, guerres et crise systémique actuelle.

Je pourrais continuer longtemps la démonstration de l'inanité et de l'inefficacité de cette gauche depuis 1947. Parler des contentements de voir un « noir » à la Maison Blanche, ce qui ne changera rien puisque le « noir »en question ne fera que ce qu'on lui dira de faire. Exactement comme l'abruti précédent et rien ne changera. Parler des soutiens bruyants au Dalaï Lama cette marionette réactionnaire des anglo-saxons, il combat la nation légale pluriethique et pluriculturelle chinoise. Bien entendu il trouve force alliés chez les anti républicains.

Parler de tous les combats communs de la gauche et des anglo-saxons ennemis de la France mais c'est un livre qu'il me faudrait!


Partager cet article

Repost0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 18:26

Profil Facebook de Alain Benajam

La Gauche, mythe ou réalité?



Le terme politique de gauche, comme de droite, provient de la disposition des partis et courants politiques dans l'hémicycle du parlement français au début de la troisième république.


Dés 1870, à gauche siégeaient les partisans de la république comme mode de gouvernement pour la France et à droite siégeaient les royalistes. Au début de la troisième république le clivage politique était simple et marqué, républicains contre royalistes. Les républicains étaient à cette époque progressistes c'est à dire qu'ils œuvraient pour un progrès continu de l'humanité dans tous les domaines, que cela concernait la démocratie, l'industrie, la santé, l'éducation les libertés ou même les mœurs. Les royalistes étaient conservateurs c'est à dire qu'ils refusaient le progrès de l'humanité tel que décrit succinctement.


La gauche était républicaine et progressiste.


L'habitude a donc été prise partout, par comparaison avec la disposition du parlement français, dans tous les pays de désigner les progressistes comme étant de gauche et les conservateurs comme étant de droite. Cette façon d'évaluer les opinions politiques est resté peu ou prou identique.


Après ce premier combat politique droite gauche, monarchie contre république, gagné par la gauche, ce fut l'affaire Dreyfus » à partir de 1894. Le capitaine Dreyfus juif alsacien fut accusé faussement d'espionnage par l'état major de l'armée qui était royaliste et gagné à l'antisémitisme. La droite antisémite pris parti contre Dreyfus cette droite fut appelé anti-dreyfusarde tandis que la gauche radicale républicaine dreyfusarde défendit ce capitaine juif. Pourtant toute la gauche ne prit pas parti dans ce premier combat contre l'antisémitisme, puisque l'extrême gauche socialiste de Jules Guesde, qui commençait à exister refusa de défendre Dreyfus arguant que c'était un combat de bourgeois.


Dégradation du capitaine Dreyfus


Avec l'arrivée des socialistes siégeant à gauche dans l'hémicycle le terme évolua de républicain et progressiste en ajoutant un aspect revendicatif, ouvrier et social voir socialiste.


La gauche se retrouva en 1901 avec le gouvernement républicain radical du petit père Combe, sur le combat anticlérical, en effet le pape avait pris position contre la république refusant  ce mode d'organisation d'un état qui, selon lui allait à l'encontre des préceptes de l'église. Ce fut la séparation de l'église et de l'état avec les lois laïcs de 1905. La droite royaliste et cléricale combattit ces lois laïcs. La différenciation droite gauche était fortement marquée à cette époque.


La gauche devint nettement anticléricale.

 



Le Parti Socialiste (SFIO), Section Française de l'Internationale Ouvrière, adhérant à la deuxième internationale fut créé en 1905, ce parti défendit les revendications ouvrières notamment celle de la journée de huit heure.


La gauche devint sociale.

 

Evoquation du massacre de Fourmies contre des ouvriers qui réclamaient la journée de

8 heures


En 1914 chaque parti d'Europe adhérant à cette deuxième internationale socialiste pris fait et cause pour la guerre. Seul Jaurès clama son opposition il fut assassiné. Cette guerre inique fut un holocauste et l'internationale socialiste sombra. A ce moment il n'exista plus en Europe de droite et de gauche tout le monde voulait la guerre.


La gauche n'avait plus de signification.


En 1917 les socialistes prennent le pouvoir en Russie pour arrêter la guerre. Sur ce point le Parti Ouvrier Social Démocrate de Russie se divise, les « Bolchéviks » ou majoritaires pour l'arrêt des hostilités et les « Menchéviks » minoritaire pour continuer. Les Bolchéviks l'emportent et prennent seuls le pouvoir en Russie. Lénine chef de fil des majoritaires « Bolchéviks » créé un autre parti et dans le même temps une autre internationale. Ce nouveau parti socialiste prend le nom de communiste et la nouvelle internationale, 3 ème internationale, prend le nom d'Internationale Communiste. Cette nouvelle internationale prône la création partout en Europe et dans le monde de Partis Communistes organisés selon le précepte léniniste d'une organisation militaire et pyramidale appelé « centralisme démocratique » chaque parti adhérant à l'internationale communiste s'engage à établir dans son pays la dictature du prolétariat sous la direction d'un parti unique.


En 1919 les socialistes toujours unis, avec les radicaux, votent la journée de huit heures, la gauche s'est retrouvée.


En 1920, au congrès de Tour, le parti socialiste français (SFIO) se scinde, une partie sous la direction de Marcel Cachin veut adhérer à la 3 ème internationale communiste, une autre sous la direction de Léon Blum, refuse les préceptes léninistes et veut rester adhérante à la 2 ème internationale.

Le Parti Communiste SFIC (Section Française de l'Internationale Communiste) est donc créé en France à cette date.


La gauche se divise entre partisans et adversaires de l'URSS, partisans et adversaires de la dictature du prolétariat.

Les communistes ne peuvent être républicains puisque le principe de dictature du prolétariat est contradictoire avec le concept républicain d'intérêt général.


Les communistes sont-il de gauche?


Dans les années 30 c'est la montée du fascisme partout en Europe et particulièrement en Italie et en Allemagne. En 1934, l'extrême droite veut prendre le pouvoir en France, elle organise le 6 février 1934 un violent assaut contre l'assemblée nationale. Socialistes et communistes prennent peur et organisent spontanément le 9 février une manifestation commune sévèrement réprimée. Afin de protester contre la répression antifasciste et faire front contre la montée du fascisme en Europe une grande manifestation commune est organisée à Paris le 14 février 1934.


La gauche se retrouve et avec les radicaux va jeter les bases du Front Populaire.


Les communistes poussés ou non par la 3 ème internationale et Moscou prônent alors une large alliance antifasciste incluant les classes moyennes et les libéraux du Parti Radical. Un Programme minimum commun est réalisé entre le Parti Communiste SFIC, le Parti Socialiste SFIO et le Parti Radical, pour: Le Pain, La Paix et la Liberté. Cette coalition de gauche gagne les élections du 26 avril et du 3 mai 1936. De mai à juin 1936, un mouvement de grève se généralise en France et obtient la satisfaction d'un certain nombre de revendications ouvrières dont les congés payés, validés par la majorité de gauche.


La gauche à ce moment est essentiellement antifasciste.


Serment du14 février 1934


Les communistes ne désirent pas participer au gouvernement du Front Populaire.

En Espagne, le Front Populaire également au pouvoir par les élections doit combattre une rébellion militaire et fasciste dirigée par le Général Franco et soutenue par les puissances fascistes. Le gouvernement français de gauche refuse son aide militaire à la jeune république espagnole, c'est la politique de « non intervention ». Celle-ci résiste difficilement face à l'aide militaire massive apportée par l'Allemagne nazi et l'Italie mussolinienne. Les communistes lèvent partout en Europe des troupes de volontaires pour aller combattre le fascisme en Espagne ce sont les brigades internationales, mais en vain.

La coalition du Front Populaire explose. Alors que le combat prioritaire des communistes était la lutte contre le fascisme, Socialistes et Radicaux ne suivent pas. Pire le 29 et 30 septembre 1938 la conférence de Munich doit permettre à Hitler d'annexer les Sudètes, cette province germanophone du sud de la Tchécoslovaquie, l'ensemble des parlementaires français, à l'exception des communistes votent pour cette trahison.


La gauche française a disparu laissant une voie royale au fascisme.

Le socialistes et les radicaux sont-ils encore de gauche à ce moment.


Répondant à cette trahison des puissances occidentales et de la gauche française et la laissant démunie face à l'Allemagne hitlérienne, l'URSS signe avec cette Allemagne un pacte de non agression.

Le Parti Communiste jugé trop proche de Moscou est interdit.


En 1939, après l'invasion de la Pologne par les nazis la guerre contre Hitler ne peut plus être évitée même si la droite française clame haut et fort: « plutôt Hitler que le Front Populaire ».

Forts de cette maxime, les chefs militaires français traditionnellement de droite , combattent on ne peut plus mollement les armées nazis et dans leur masse trahissent en abandonnant le combat au printemps 1940.


Seul un colonel, Charles de Gaulle chef d'un régiment blindé résiste avec succès, il est rapidement promu général puis secrétaire d'Etat à la Guerre, mais il est trop tard, les troupes françaises abandonnées par leurs chefs se débandent.

Les députés français, à l'exception des communistes interdits votent les pleins pouvoir au Maréchal Pétain. Celui-ci s'empresse de signer une armistice aves les nazis et entame une politique de collaboration, la république française est abolie, la gueuse, comme l'appelaient les royalistes est morte beaucoup à droite sont satisfaits.

 



A partir de cette période il n'est plus possible de parler ni de gauche ni de droite.

Ou de Gaulle était-il de gauche ?


Le Général de Gaulle réfugié à Londres à partir de son appel du 18 juin essaye et espère rassembler sous son commandement des militaires patriotes refusant la défaite. Le Général de Gaulle est un homme de droite, comme nombre d'officiers il était membre de l'action française royaliste. Il appela des militaires à venir le rejoindre peu, très peu se présentèrent. Comme il le dit dans ses mémoires j'attendais des militaires je vis venir des « juifs et des barbus ». Cependant il put s'appuyer en Afrique sur un autre officier également membre de l'action française Leclerc de Hautecloque qui organisa une force militaire en Afrique ce furent les Forces Françaises Libre.

Dans la France occupée le Parti Communiste clandestin organisa une force armée de résistance les Francs Tireurs et Partisans Français (FTPF). La conjonction de ces deux forces militaires efficaces a placé la France parmi les vainqueurs.


La division politique à ce moment entre droite et gauche n'avait plus de sens il n'y avait que des résistants patriotes d'un côté et des collaborateurs de l'autre.

A moins de dire que tous ceux qui défendaient la patrie républicaine étaient de gauche et les collabos fascistes étaient de droite, ça se tient parfaitement!


La résistance communiste, monument aux FTP-MOI du Père Lachaise


Le secrétaire du Général de Gaulle, Jean Moulin, un radical, réussit à convaincre le Général d'unifier la résistance au nazisme et au pétainisme dans une organisation commune ou serait inclus les communistes avec leur organisation militaire ce fut le Conseil National de la Résistance CNR. Puis un gouvernement provisoire fut organisé à Alger composé de toutes les forces politiques non collaborationnistes. L'ex gauche et l'ex droite française se retrouva au sein du CNR et du gouvernement provisoire. Il est vrai que l'influence politique de la gauche et du parti communiste y était prépondérante. Le CNR élabora un programme politique progressiste devant être mis en oeuvre à la libération, comportant la sécurité sociale et le droit de vote des femmes.


Jean Moulin était assurément de gauche mais Leclerc de Hautecloque alors?

 

La république fut rétablie en août 1944 sous le gouvernement provisoire GPRF (Gouvernement Provisoire de la République Française)


Le GPRF décide de procéder le 21 octobre 1945 à un double référendum sur la question des institutions, et à une élection législative. La première question du Référendum doit permettre à la nouvelle Assemblée d'être constituante, les électeurs votent OUI à 96% ; la deuxième question prévoit de limiter les pouvoirs de cette Assemblée, les électeurs votent OUI au deux tiers. Les élections législatives, qui ont lieu le même jour, mettent en avant trois partis principaux : le PCF, le MRP (chrétiens sociaux) et le Parti socialiste SFIO. Ces derniers forment par la suite une force gouvernementale unie, que l'on nommera le tripartisme.


1945 le PCF premier parti de France la gauche est majoritaire

 

De Gaulle en désaccord avec la nouvelle constitution de 1946 démissionne.

La gauche semble pour un temps se recomposer mais pour un temps très court seulement.

A la conférence de Yalta de 1945 les vainqueurs, anglo-saxons et soviétiques s'étaient partagé le monde en zone de domination.

Le gouvernement triparti composé de ministres de gauche communistes et de socialistes va perdurer jusqu'en mai 1947.

Le partage de Yalta et la guerre froide qui suivit partagera également la France et deux camps, partage traversant également la gauche.

D'un côté des communistes qui soutiennent l'URSS, de l'autre les socialistes et les sociaux chrétiens du MRP qui soutiennent les anglo-saxons et sont soutenus par eux (les Radicaux on quasiment disparu du paysage politique français). De Gaulle a créé un parti politique en 1947, le RPF (Rassemblement pour la France) qui est classé à droite.

La gauche n'existera plus en France, l'ex gauche non communiste se mettra au service des anglo-saxons par la vertu du pacte atlantique, cette gauche n'obéira plus qu'aux ordres venus de Londres et de Washington.

Les trotskystes lambertistes de la 4 ème internationale ourdissent avec la CIA une scission au sein de la CGT c'est la création de Force Ouvrière en 1947 qui s'empresse d'adhérer à la CISL (Confédération Internationale des Syndicats Libres) elle même création de l'AFL CIO organisation des « Trades Union » étasuniens étroitement contrôlées par la CIA. Les socialistes soutiendront ce syndicat anti CGT. Le mouvement syndical français s'en trouvera durablement affaibli.

Troskystes agents de l'impérialisme US, de gauche ou de droite?

Jules Moch, exemple d'un ministre socialiste au service des anglo-saxons et de la droite.

Des grèves dans les charbonnages du Nord, furent déclenchées en octobre 1947 par la CGT en raison d'un retard des salaires sur les prix de plus de 30%, l'inflation étant alors un mal chronique malgré le plan Marshall. Elles furent sévèrement contrées par le ministre de l'Intérieur Jules Moch, qui mobilisa 60 000 CRS et soldats contre les 15 000 grévistes retranchés dans les puits, et imposa la reprise du travail fin novembre. À la faveur de la lassitude des travailleurs et de la division des syndicats, en CGT et FO, la répression fut sévère, avec plus de 2 000 licenciements, cinq morts et de nombreux blessés. Jules Moch crée les inspecteurs généraux de l'administration en mission extraordinaire (Igames), les premiers préfets régionaux. Au ministère de la Défense, il contribue à la modernisation de l'armée, met sur pied la participation française à la guerre de Corée et contribue à la mise en œuvre de l'OTAN.

Les différents gouvernements socialistes régulièrement au pouvoir à partir de 1947 se lanceront dans les guerres coloniales à la demande des anglo-saxons qui craignent que les colonies françaises ne tombent sous influence soviétique en accédant à l'indépendance. C'est la guerre d'Indochine puis la guerre d'Algérie ou les socialistes iront jusqu'à justifier l'emploi de la torture.

Le Parti Communiste quasiment exclusivement se mobilise contre les guerres coloniales et contre la torture en Algérie ( Voir le livre d'Henri Alleg: "La Question " alors secrétaire général du Parti Communiste Algérien)

La faillite de la gauche socialiste est totale jusqu'au gouvernement Guy Mollet contraint en 1958 d'aller rechercher le Général de Gaulle.

Les anglo-saxons font agir leurs réseaux «stay behind» pour remettre en scelle le Général de Gaulle afin que celui-ci puisse continuer avec sucés, l'espèrent-ils, la guerre d'Algérie. Si les socialistes fidèles aux anglo-saxons, sont favorables au retour du Général, les communistes y sont très hostiles.

Cette prise de pouvoir (soutenue par la SFIO) est en principe marquée comme une action de droite.

Pourtant de Gaulle, contrairement à ce qui était attendu de lui, entreprend d'arrêter la guerre d'Algérie et de décoloniser. Après une tentative de putsch dont les anglo-saxons assureront  la logistique et après 40 tentatives de meurtre contre sa personne perpétrées par une organisation, l'OAS, pilotée par les «stay behind» anglo-saxons, de Gaulle entreprend de se détacher résolument la tutelle anglo-saxonne pesant sur la France depuis la signature du Pacte Atlantique.


Un quarteron de généraux (made in USA)


Les soviétiques ne cesseront d'applaudir aux initiatives anti anglo-saxonnes du Général de Gaulle.

Ici va commencer un aspect fort curieux de l'Histoire de France qu'il faudra un jour débrouiller.

Les communistes français, ne vont pas suivre les soviétiques dans leur contentement de voir de Gaulle au pouvoir en France. Ils vont s'attacher à reconstituer une gauche unie, anti gaulliste, ils vont s'attacher à remettre en scelle un parti socialiste moribond, fidèle allié des anglo-saxons et promoteurs d'une organisation européenne voulue par ces anglo-saxons. Dans ce processus d'intégration européenne les nations perdrons leur souveraineté dont la France bien évidemment.

En mai 1968 une extrême gauche venue d'on ne sais ou, entreprend de déstabiliser le pouvoir gaulliste. Dans cette extrême gauche nous trouvons des trotskystes tient la CIA,! Nous trouvons des maoïstes staliniens fortement opposé au PCF et à l'URSS et avec eux une ribambelle de révolutionnaires de salon. Tout ce monde de «communistes» d'opérette se cristalisera dans la critique virulente non seulement du gaullisme mais également du PCF et de l'URSS.


Les socialistes et leurs amis s'entendront au cours d'un fameux meeting au stade Charlety pour enfoncer le clou de l'anticommunisme (au sens anti PCF) commencé par des «gauchistes» venus de nulle part et disparus juste après. Les communistes du PCF qui s'engouffreront par entrainement dans la contestation n'ont rien vu venir, toujours aveuglés par l'histoire du Front Populaire, qu'ils espèrent réitérer. Il est vrais qu'aux accords de Grenelle les salariés obtiendrons quelques avancées notables, mais rien qui puisse faire penser a ce Front Populaire.

 

Mai 68

Piéger les communistes, déstabiliser de Gaulle et faire peur aux français


La «gauche» non communiste à l'œuvre, au service des anglo-saxons contre leurs deux pires ennemis de Gaulle et les communistes.

Si les communistes avaient eu une vision géostratégique du monde et non pas une vision idéologique sectaire, pour suivre leur utopie ils auraient choisi de s'allier avec le Général de Gaulle et la face du monde en aurait été bouleversé. Une gauche véritable républicaine et progressiste aurait pu se constituer. Je reviendrai sur cet aspect dans un autre article.

Les communistes paieront très cher par la suite d'être tombé dans ce piège, ils n'iront plus que de Charybde en Sylla.

Le cadre national souverain permettant l'exercice du pouvoir politique du peuple sur l'économie étant perdu, contre les volontés gaullistes et communistes, l'idéologie de libre échange fera des ravages jusqu'à l'effondrement économique d'aujourd'hui.

Si la gauche, définie d'après ses concepts initiaux de défense de la république et du progrès n'a plus existé en France après 1947, une néo gauche sera reconstituée petit à petit à partir des années 60 par les communistes en fausse gauche ou gauche de patronage, sous l'œil d'abord déconcerté, puis étonné puis amusé, puis encouragé des anglo-saxons.

Chronique d'un désastre.

Au début des années 60, le parti communiste français, en souvenir de ses succès de 1936 et de 1945, entrepris une nouvelle stratégie de prise de pouvoir par la voie électorale. Déjà en 1945 au cours d'une interview au Time, Maurice Thorez explicita « qu'il existait d'autre chemins que ceux choisis par les communistes russes pour construir le socialisme », il sous entendait ainsi qu'il était favorable à une prise de pouvoir par les urnes. La représentation électorale du PCF étant insuffisante, les communistes choisirent une voie intermédiaire pour parvenir à leur fin: le socialisme et au delà le communisme.

Cette voie était une « démocratie avancée ouvrant la voie au socialisme », cette « démocratie avancée » devait être construite en alliance avec le parti socialiste et la gauche en générale afin de pouvoir parvenir à une majorité. Le parti communiste mis au point un programme de gouvernement minimum pouvant être accepté par les socialistes avec ce programme minimum des négociations furent entreprises avec les socialistes et les radicaux en vu d'élaborer un programme commun.

Dans ce programme figurait un certain nombre de nationalisations préfigurant un socialisme en devenir. Le parti socialiste SFIO à la fin des années 60, n'existait pratiquement plus. Aux élections présidentielles de 1969, après la démission de de Gaulle le candidat communiste, Jacques Duclos obtient 21% des voix tandis que le candidat SFIO, Gaston Defferre n'en recueille que 5% et le PSU de Michel Rocard 3%. Le rapport de force au sein d'une gauche était initialement favorable aux communistes.

Le 13 juin 1971 se tient à Epinay un congrès devant unifier ce qui pouvait rester d'une gauche non communiste atomisée. François Mitterrand alors président de la CIR (Convention des Institutions Républicaines) devient le secrétaire général de ce nouveau parti intitulé socialiste sur une ligne politique d'alliance avec les communistes et avec un programme commun de gouvernement.

Ce programme commun de la gauche sera signé le 26 juin 1972 entre communistes, socialistes et radicaux de gauche de Robert Fabre, les radicaux s'étant divisés sur l'opportunité d'une alliance avec le PCF.

Cette alliance est devenue rapidement très populaire parmi les français puisqu'elle ouvrait des perspectives concrètes de changements de gouvernement. Cependant les français perçevaient cette initiative comme étant celle de François Mitterrand et des socialistes et non celle réelle des communistes. A partir de la signature de ce programme, les communistes vont perdre continuellement des voix aux différentes élections et les socialistes en gagner. Les communistes ont ainsi offert un fantastique renouveau aux socialistes et un splendide tremplin à François Mitterrand.

Les français ne perçoivent plus un PCF, un PS et des radicaux différenciés mais une gauche mythique rapidement associée au seul PS avec son symbole: la rose au poing.

François Mitterrand fort de sa gauche mythique avec son « peuple de gauche » pourra gagner les élection de 1981. A partir de 1982 les USA avec son outil la NED CIA entreprendrons de favoriser la bipolarisation politique dans tous les pays sous leur contrôle afin de faciliter leur influence: une à gauche, l'autre à droite mais en France le travail était déjà fait... par les communistes. Ainsi les anglo-saxons ne verront aucun inconvénients à la participation de ministres communistes secondaires au gouvernement français.

Mitterrand savoure sa victoire au Penthéon.

Les communistes sont finis


La gauche au pouvoir en 1981, incluant des communistes déjà en cours de marginalisation, entreprend derechef l'application d'un mini programme commun composé essentiellement de nationalisations. Ces nationalisations sont en fait des étatisations remplaçant les actionnaires privés de quelques entreprises liées à la défense et de quelques banques. Déjà les effets de l'européïsmes aveugle et du début de la mondialisation commencent à se faire sentir, la France se désindustrialise, le chômage augmente et la France commence à s'endetter. Ces nationalisations n'auront évidemment aucun effet, c'est la fin des 30 glorieuses et la crise commence.

Différents gouvernements suivront en 25 ans avec cohabitation gauche droite, avec la gauche seule, avec la droite seule, avec communistes, sans communistes, avec nationalisation puis avec privatisation.

De tout ça: rien de mieux ni des uns ni des autres. De tout ça forcément rien puisque droite et gauche mythique étaient d'accord sur l'essentiel c'est à dire la perte consentie de souveraineté du peuple français sur la France ne lui permettant plus de contrôler l'économie ni d'agir sur elle, comme il avait été fait avec durant la période gaulliste.


Augmentation continuelle de la dette publique de la France depuis 1981


La messe était dite maintenant on paye!

Une gauche mythique remplace aujourd'hui une gauche véritable éteinte depuis 1947.

La gauche issue du programme commun ne sera plus désormais une gauche politique liée à des partis ou issue d'analyses politiques ou de prises de positions fortes venant de combats périlleux, comme pouvaient l'être à la fin du 19 ème siècle la lutte pour la république, pour la laïcités contre l'antisémitisme, puis au début du 20 ème contre la guerre, pour des lois sociales, contre le fascisme, contre la collaboration, puis à partir de 1945 contre l'impérialisme, le colonialisme et le racisme.

Il n'y aura plus qu'un «peuple de gauche » se ralliant à quelques mythes construits avec quelques souvenirs du passé ou à quelques concepts vidés de leur sens n'étant plus que des mots modes ou l'attitude de « gauche » n'est plus qu'une somme de « bons sentiments » propres à procurer une satisfaction de soi.

Je publierai dans quelques jours, sous l'intitulé : «La Gauche de Patronage» une critique de ces concepts détournés et de ces erreurs sémantiques de  notre néo gauche de salon qui a pleinement participé à placer la France dans la crise actuelle.


Dans l'attente:

Faite voter comme je le fais moi-même pour les listes de « Debout La République » au prochaines élections européennes.



 


 

Partager cet article

Repost0
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 12:37

 

 

 

La crise systémique.

Les causes véritables et les conséquences 

 

 

 

Quelle sont  les causes véritables de la crise, systémique, la folle finance spéculative?

 

Le capitalisme lui-même?

 

Ou autre chose

 

Ce n'est ni la finance ni le capitalisme, c'est bien autre chose.

 

 

HomelessParis 7032101

 

 

La cause véritable de la crise est l'appauvrisseement des populations occidentales, d'Europe et des USA, appauvrissement (paupérisation) faisant s'écrouler le principal marché de consommation du monde.

 

Cet appauvrissement conjugué à l'affaissement de la valeur des marchandises contribue à assécher les richesses disponibles possédées par la masse des populations, richesses jusqu'alors recyclées dans l'économie.

 

Appauvrissement et affaissement de la valeur des marchandises se répondent en un rapport dialectique conduisant à une spirale baissière et déflationniste.

En corolaire mais en corolaire seulement, le système financier assis sur des prêts immobiliers hypothécaires et sur des cours haussiers, s'écroule comme un château de carte auquel on n'aurait retirer qu'une seule carte.

Les gens, appauvris n'ayant plus de moyens pour payer les prêts et acheter des maisons font effondrer les cours et le système bancaire, affectant le crédit, donc la consommation et l'investissement industriel, entrainant ainsi une spirale économique déflationniste et non maitrisable.

 

La crise économique est antérieure à la crise financière elle est ressentie par les entreprises françaises (dont la mienne en équipement de contrôle industriel)) en baisse drastique de commande depuis mi 2007 avec une sérieuse alerte dés 1992.

 

Quels sont les raisons de cet appauvrissement (paupérisation) soudain enrayant la machine économique occidentale qui est en fait celle du monde.

 

La dérégulation du capitalisme.

 

Karl Marx, dont personne aujourd'hui ne peut nier l'intérêt de ses travaux décrivant le système capitaliste avait prévu que cette baisse « tendancielle » de la valeur des marchandises conduisait immanquablement à la paupérisation des acteurs économiques (classe ouvrière).

Ces tendances naturelles du capitalisme devaient selon Marx conduire à la destruction même du système, par paupérisation générale et affaissement des marchés. Le capitalisme creusait inexorablement sa tombe selon Marx.

Cependant,  contrairement aux prévisions de Karl Marx, le capitalisme n'avait pas jusqu'ici engendré de paupérisation parmi les classes laborieuses occidentales. Cet échec de la prévision marxiste avait une cause bien précise.

 

Marx écrit « Das Kapital » dans l'Angleterre de la moitié du 19ème siècle, le capitalisme était en phase ascendante ses lois néfastes comme celle de la baisse tendancielle du taux de profit, ou de la baisse toujours tendancielle de la valeur des marchandises étaient encore peu prononcées. En effet, pour que ces lois soient visibles il faut un apport de mécanisation et d'automatisation important dans le processus de production. Il faut produire de plus en plus de marchandises dans un temps de plus en plus court pour une masse salariale de plus en plus faible cristallisée dans ladite marchandise. Cependant la tendance était décrite par Marx.

 

Marx avait donc raison mécaniquement et tort politiquement, il ne pouvait prévoir ce qui se passerait dans les pays industriels à la fin du 19 ème siècle: l'émergence de lois sociales amendant les effets néfastes du capitalisme.

 

Les lois sociales.

 

Au cours du 19 ème siècle commencent à se créer en Europe et aux USA des associations de travailleurs afin d'assurer leur défense contre une exploitation féroce. Aux USA les premiers Trade Union seront créés en 1827 et 1832 pour le Royaume Uni. La C G T premier syndicat français est créé le 23 septembre 1895 à Limoges.

Le 1 er mai 1886, la pression syndicale permet à environ 200 000 travailleurs étasuniens d'obtenir la journée de huit heures. Le souvenir de cette journée amène les européens, quelques années plus tard à instituer la Fête du Travail.

En France la CGT avait fait sienne la revendication de la journée de 8 heures à son congrès de 1904. Elle lance la première grève nationale en mai 1906. Malgré de nombreux arrêts de travail, la revendication n'est pas satisfaite, mais elle gagne néanmoins en popularité. Après la Première Guerre Mondiale, ce sera l'une des premières avancées concédées par l'État. Le 17 avril 1909 la loi sur la journée de 8 heures est votée par l'Assemblée Nationale.

 

En France de 1919 à 1936, de 1945, à 1968 graces aux luttes sociales, comme dans tous les états occidentaux, des lois vont encadrer le capitalisme, édulcorer ses aspects les plus néfastes, stopper la paupérisation et améliorer sans cesse les niveaux de vie.

 

 

 

Ceci assura la prospérité du capitalisme jusqu'à la fin du 20ème siècle par la création perpétuelle de nouveaux marchés.

 

 

 

 

 

Sans souveraineté des peuples sur leur nation, il n'y aurait pas eu de lois sociales.

 

Sans lois sociales c'était la paupérisation et la mort du capitalisme.

 

 

 

Les anglo-saxons vont s'attacher à briser la souveraineté des nations pour imposer leur idéologie du libre échange.

 

A la fin de la seconde guerre mondiale, peut avant la capitulation allemande se tient à Yalta en Crimée (sud de l'URSS), le 11 février 1945 une conférence entre les anglo-saxons et les soviétiques. Winston Churchill et Franklin Delano Roosevelt d'une part et Staline de l'autre sont la pour se partager le monde. La France et certains pays d'Europe feront parti de la zone attribuée aux anglo-saxons, d'autres pays seront attribués aux soviétiques.

Dés leur pouvoir politique assuré sur leur zone par le pacte atlantique, les anglo-saxons vont s'attacher à faire avancer leur conception économique libre échangiste et dérégulée.

 

 

 

Chronique d'un acharnement contre la souveraineté des peuples d'Europe et de l'émergence d'une crise systémique.

 

1948- Les prémisses de la CEE, le traité de Bruxelles

La France, le Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) et le Royaume-Uni signent le 17 mars 1948 le Traité de Bruxelles qui prévoit une Union occidentale, instituant une collaboration en matière économique, sociale, culturelle, et de défense collective.

 

1949 - l'OTAN

Une organisation militaire est mise en place, l'union politique est mise en attente. Afin d'unifier et contrôler les forces militaire des pays assujettis l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, OTAN (North Atlantic Treaty Organisation NATO) est créée le 4 avril 1949. Des bases militaires US couvrent la France. Le commandement militaire est à Fontainebleau en France près de Paris.

 

Début des 30 glorieuses

 

1951- Le CECA

Le traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) fut signé le 18 avril 1951 à Paris : les six pays fondateurs sont les pays du Traité de Bruxelles à l'exception du Royaume-Uni auxquels se joignent l'Allemagne et l'Italie. s'entendirent pour favoriser les échanges de matières premières nécessaires à la sidérurgie.

Le RU lié aux USA ne désire pas inclure son économie dans une alliance européenne a laquelle il ne participe que comme instrument de contrôle politique et militaire.

 

1952 - La Communauté Européenne de Défense CED

Le 27 mai 1952 est signé à Paris un Traité instituant la Communauté européenne de défense (CED) permettant le réarmement de l'Allemagne de l'Ouest. La France rejette ce traité par un vote contre au parlement des députés communistes et gaullistes du RPF, qui trouvent une majorité. Les parlementaires français arguent que ce traité signerait définitivement la fin de l'indépendance de la France. C'est le premier acte d'insoumission de la France à l'emprise anglo-saxonne.

 

1957 - Le traité de Rome, la CEE.

Les six pays du CECA sont poussés par les anglo-saxons à parfaire leur union économique permettant une dérégulation de leurs protections et une meilleurs pénétration de leurs marchés , c'est le traité de Rome le 25 mars 1957. Le Royaume Uni dont l'économie est toujours fortement liée aux USA ne désire toujours pas de s'inclure dans cette communauté purement économique et de conserver, elle ses protections. Le domaine politique commun étant assuré par l'OTAN.

 

1966 - Résistance gaulliste appuyée par les communistes français.

Sortie de la France du commandement intégré de l'OTAN, refus de la France de l'entrée du Royaume Uni dans la CEE, de Gaulle argue que ce Royaume Uni serait le « Cheval de Troie » des USA et que cela porterait atteinte à notre souveraineté.

Plein emploi en France, et développement économique spectaculaire, miracle économique allemand. Nous sommes au milieu des 30 glorieuses (années 50,60 et 70)

 

1973 - Entrée du Royaume Uni dans la CEE, Loi Pompidou Giscard

Georges Pompidou abandonne la politique gaulliste. Loi Pompidou Giscard instituant une possibilité d'emprunt de la France sur les marchés financiers

 

1981 - Entrée de la Grèce dans la CEE, puis 1986, entrée de l'Espagne et du Portugal. Concurrence des produits manufacturés et agricole à bas prix, début des délocalisations et de la baisse de la valeur des marchandises notamment des chaussures déclin de l'industrie de la chaussure en France.

 

Fin des 30 glorieuses hausse du chômage en France.

 

1992 - Traité de Maastrich.

Fin de la souveraineté économique des pays de la CEE, fin de la protection douanière de chaque état membre, institution de la Communauté Européenne CE. Début des délocalisations massives, début de la perte de pans entiers de l'économie des pays de la CE comme le textile, la chaussure ou l'électronique grand publique. Les commissaires européens, non élus, prennent le pouvoir. Imbus d'idéologie anglo-saxonne du libre échange, ils vont laisser les produits chinois à faible valeur envahir le marché européen.

 

Crise économique grave et récession en France, début du cycle de paupérisation.

 

1995 - Entrée de la Suède et de la Finlande dans la CEE

 

1997 - Traité d'Amsterdam, établissement de l'espace Shengen

Fin des barrières douanière des pays de la CE (sauf pour la perfide Albion bien sur).

 

2001 - Création de l'Euro,

Fin de l'indépendance monétaire, composante importante de la souveraineté économique.

 

Perte totale de souveraineté de la France

 

2001, Complot du 11 septembre et début de la crise systémique.

Emprise totale de l'idéologie des anglo-saxons sur le monde, arguant qu'il existerait une soit disant guerre de civilisation et que ceux qui ne seraient pas avec eux seraient contre eux. Mise en oeuvre du « Project for a New American Century ». Affaissement complet de la contestation du libre échangisme anglo-saxon et de la défense de l'idéologie française. Affaissement complet de la gauche en France et du gaullisme, tout le monde valide le complot anglo-saxon sur le monde.

 

Développement explosif de la Chine, invasion des ses produits à faible valeur, délocalisations massives notamment de ce qui reste des industries anglo-saxonnes.

 

Mondialisme avatar de l'européisme.

 

Financiarisation effrénée de l'économie mondiale, endettement massif des pays occidentaux, création générale de «produits» financiers complexes et opaques, titrisation des dettes.

Creusement de la dette US et envolée des prix du pétrole dopés par une spéculation massive dont le but est d'enrayer la chute des cours du dollars US.

La crise économique occidentale est masquée par la financiarisation.

 

Entreprises guerrières des anglo-saxons pour essayer de masquer la crise (comme celle de 29).

 

14 février 2003 - Tentative de résistance de la France . Discours de Dominique de Villepin à l'ONU sous les applaudissements de la communauté internationale.

La France chiraquienne retrouve momentanément sa vocation et son lustre. Vive tension entre la France et les anglo-saxons (enfin!).

 

20 mars 2003 - Guerre impérialiste

Invasion de l'Irak par les anglo-saxons, la France refuse de s'y associer.

 

2004 - Entrée de pays de l'ex URSS, Estonie, Lettonie, Lituanie dans l'UE et des pays de l'ancien bloc socialiste, Pologne et Tchéquie.

Cette entrée est ardemment voulue par les anglo-saxons elle est sans intérêt économique, elle déséquilibre complètement l'UE. Mais les anglo-saxons s'approchent de la Russie, ils espèrent la contrôler et s'accaparer ses immenses richesses.

Délocalisations en Pologne et en Tchéquie.

 

29 mai 2005 - Référendum français sur une constitution européenne.

Les français rejettent ce projet à 55%. Les français pénalisent ainsi l'Union Européennes qui n'assure pas leur protection.

 

2007 - Entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l'UE,

Délocalisations industrielles dans ces pays, à très faible niveau de vie. Encerclement anglo-saxon de la Russie.

 

Mandat en France de Nicolas Sarkosy, et d'Angela Merkel en Allemagne, fidèles soutiens des anglo-saxons et de leur idéologie.

Sarkosy va faire allégeance à Georges Bush et à la Reine d'Angleterre.

 

Soumissions complète de la France, fin de son volontarisme indépendantiste.

 

13 décembre 2007- Traité de Lisbonne,

Ce traité reprend quasi totalement les termes de la constitution européenne déjà rejetée par les français. Ce traité est ratifié par les élus français contrairement à la volonté du peuple. Les politiciens français, sous influence anglo-saxonne bafouent la démocratie.

 

Rejet par les irlandais

 

Eté 2008 - Effondrement du système financier international

Suite à la baisse de la valeurs des hypothèques immobilières aux USA.

 

2009 - 2011 -  Le monde connait la plus grave crise économique de l'histoire du capitalisme, cette crise est évaluée par maint spécialistes comme une crise systémique.

 

 

Dans cette chronique nous pouvons suivre les étapes conjointes d'abandon de souveraineté, d'invasion de produits à faible valeur venant concurrencer les produits manufacturés localement, Nous suivons l'accroissement du chômage avec les délocalisation et la désindustrialisation, conduisant in fine à la crise financière suite à la baisse de la valeur de l'immobilier.

 

Ceci est conséquence d'une baisse générale de la valeur des marchandises et de l'appauvrissement des populations, elle même conséquence de la dérégulation du capitalisme occidental, conséquence de la perte de souveraineté des nations.

 

 

 

 


Effondrement de notre balance commerciale depuis 1997

 

Accroissement spectaculaire de la dette publique en France depuis 1978

 

 

Ecroulement de la balance commerciale des USA

Les USA vivent à crédit, sur les produits financiers depuis longtemps

 

 

 

Carte dette

 

Endettement massif des pays occidentaux (USA EU)

 

 

 

- Non la finance et son système spéculatif ne peuvent être responsable de la crise. L'écroulement financier n'est qu'un révélateur. La crise économique occidentale est bien antérieure comme le montrent tous les indices.

Le monde occidental vivait à crédit (ce que permettait la finance) et masquait la crise, comme un ménage disposant d'un crédit bancaire «revolving» et s'enfonçant dans le surendettement sans s'en rendre compte. Cette illusion ne pouvait avoir qu'un temps, maintenant il faut rendre des comptes et l'on découvre avec stupeur que les endettés sont insolvables.

 

- La finance, les traders et la Suisse, seront les boucs émissaires livrés à la vindicte publique afin de masquer l'irresponsabilité des anglo-saxons et des politiciens à leur service.

 

- L'abandon de souveraineté des peuples d'Europe et l'établissement du dogme étranger du libre échange a été ardemment souhaitée par la droite non gaulliste et la gauche non communiste. Ces groupes politiques complices ont mis en oeuvre des idéologies de «patronage» faites de «bon sentiments» et de «bonnes intentions» dont l'enfer est pavé, tout en les pervertissant. Cette idéologie a permis l'anesthésie des luttes sociale et celle de la défense de notre république nation.

 

- Les disparitions conjointes du «communisme» politique et du gaullisme bien qu'ayant eu des buts différents mais des actions parallèles ont entrainé la disparition des deux piliers de la conscience française.

 

La gauche néfaste socialiste, trotskyste et Vert porte une responsabilité écrasante dans la crise actuelle.par son action contre la souveraineté des nations. Je reviendrai sur son idéologie de «patronage» conduisant à l'anesthésie des luttes sociales et de la conscience républicaine de la France.

 

La Gauche mythe ou réalité

La Gauche réactionnaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 17:59

La journée de la jupe


Je ne peux m'empêcher à la lecture de certains commentaires sur ce film, qui fait heureusement beaucoup parler, d'apporter ma contribution.

Mon appréciation est celle du républicain et j'estime que le ton de ce film est fort justement républicain, ceci est suffisamment rare pour être signalé

Mon jugement sur ce qui touche l'humain est toujours marqué par le préambule de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen: « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit ». On entend évidemment par « homme », humanité féminine et masculine et l'on comprend qu'on ne puisse attribuer ni vice mais également ni vertu à priori, à l'encontre de tout humain en fonction de son origine ou de son sexe.


On peut également juger ce film par sa crédibilité. La violence paroxystique de l'histoire racontée est elle crédible? Malheureusement oui, habitant moi même une banlieue qui pourrait être celle évoquée par ce film je peux en témoigner. Dans mon entourage immédiat je peux citer au moins une dizaine de personnes qui ont été violemment agressées, entrainant blessures, handicapes et pour l'une d'elle, une personne âgée, la mort. Les bandes communautaires tiennent dans ma banlieue le haut du pavé et sèment la terreur parmi les faibles, femmes, vieillards et handicapés. Ce pouvoir de la violence rappelle immanquablement le fascisme, que cela provienne de jeunes d'origine africaine qui font régner cette terreur ne change rien à l'affaire et ne leur confère aucune excuse, tabasser une petite vieille pour lui arracher son sac est un acte de délinquance particulièrement odieux.

Le film montre un de ces personnages, fort couramment présent dans nos banlieues habitué à user d'extrême violence pour parvenir à ses fins. Montrer la réalité même si elle ne fait pas plaisir est toujours oeuvre salutaire. La prise de conscience du réel est la seule voie qui puisse permettre de résoudre les problèmes quand ils se posent.

L'autre aspect évoqué par ce film est le rapport homme femme à la lumière de traditions venues d'ailleurs. Comment apprécier des traditions importées dans notre pays par l'immigration et venant de toutes les origines géographiques.

Pour la république laïque qu'est la France, la loi prime sur toutes traditions. Les traditions compatibles avec la loi française sont les bien venues les autres tombent forcément sous le coup de la loi. Par exemple, une femme majeure, ne peut être soumise à la volonté d'autrui y compris de personnes de sa famille. Le mariage forcé, la séquestration, la violence physique sont prohibés et les auteurs de ces délits punissables par la loi.

Confondre défense de la laïcité et néocolonialisme est ridicule, régressif et ne sert pas la cause prétendument défendue, elle sert plutôt la cause d'un communautarisme incompatible avec les lois et l'esprit de notre république et propice à la mise sous tutelle d'autrui.

La laïcité est le bien commun à tous les français quelque soient leurs origines et leur religion mais également le bien de tout immigré. Cette laïcité garantie à tous l'exercice de ses traditions compatibles avec la loi et l'ordre public. Les français venus d'ailleurs comme ma famille et comme beaucoup devraient être les plus ardents défenseurs de cette laïcité, comme je le suis. En outre l'égalité des hommes et des femmes fait partie intégrante de légalité proclamée dans la devise de la république française. Au nom du respect d'autres cultures nous n'allons certainement pas accepter de régresser vers la barbarie. L'égalité entre les hommes et les femmes est un gage de civilisation avancée, les traditions de soumission des femmes aux hommes n'ont rien à faire chez nous!

 

Je dis bien chez nous et je revendique ce droit de dire "chez nous". Le peuple français , femmes et hommes a durement combattu pour faire  avancer ses droits et faire progresser l'humanité faces aux despotismes et aux tyrannies, il fut le premier à inventer ce concept révolutionnaire de république laïque. C'est donc chez nous qu'existe ce concept avancé et nous y tenons. Ceux venus d'ailleurs comme un très grand nombre de français peuvent venir enrichir notre culture déjà composite, mais ils viennent chez nous et se doivent de respecter nos lois, notre bien commun qui devient aussi le leur.


 



Partager cet article

Repost0
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 18:41
Personne ne pourra feindre la surprise au moment de la catastrophe!

A REPODUIRE SVP

Lettre ouverte aux dirigeants du G20, publiée en anglais dans l’édition mondiale du Financial Times le 24/03/09
24/03/2009


Mesdames, Messieurs,

Il vous reste moins d’un semestre pour éviter que la planète s’enfonce dans une crise dont elle mettra plus d’une décennie à sortir, avec un terrible cortège de malheurs et de souffrance. Cette lettre ouverte de LEAP/E2020, qui dès Février 2006 avait annoncé l’imminence d’une « crise systémique globale », veut tenter de vous indiquer brièvement pourquoi il en est ainsi, et comment éviter cela.

En effet, si vous avez commencé à soupçonner l’ampleur de la crise il y a moins d’un an, c’est dès Février 2006, dans la 2° édition de son « Global Europe Anticipation Bulletin » (GEAB), que LEAP/E2020 avait annoncé que le monde entrait dans la « phase de déclenchement » d’une crise d’ampleur historique. Et depuis cette date, LEAP/E2020 a continué, chaque mois, à anticiper d’une manière très fiable les évolutions de la crise dans laquelle le monde entier se débat désormais. Ce qui nous conduit à vous écrire cette lettre ouverte dont nous espérons qu’elle éclairera vos choix dans quelques jours.

Et cette crise s’aggrave dangereusement. Récemment, à l’occasion de la 32° édition de son bulletin, LEAP/E2020 a ainsi lancé une alerte très importante qui vous concerne directement, vous les dirigeants du G20 : si, réunis à Londres le 2 Avril prochain, vous n’êtes pas capables d’adopter des décisions audacieuses et innovantes en vous concentrant sur l’essentiel, et d’entamer leur mise en oeuvre d’ici l’été 2009, alors la crise entrera à la fin de cette année dans la phase de « dislocation géopolitique généralisée » qui affectera tout autant le système international que la structure même des grandes entités politiques comme les Etats-Unis, la Russie, la Chine ou l’UE. Et vous ne contrôlerez alors plus rien pour le malheur des six milliards d’habitants de notre planète.

Votre choix : une crise de 3 à 5 ans ou un crise de plus d’une décennie ?

Hélas, comme rien ne vous a préparé à affronter une crise d’une telle ampleur historique, jusqu’à présent, vous ne vous êtes occupés que des symptômes ou des causes secondaires. Vous avez pensé qu’il suffisait d’ajouter de l’essence ou de l’huile au moteur mondial, sans vous rendre compte qu’il était tout simplement cassé, sans espoir de réparation. C’est un nouveau moteur qu’il faut construire. Et le temps presse car chaque mois qui passe détériore un peu plus l’ensemble du système international.

Comme dans toute crise majeure, il faut aller à l’essentiel. Comme dans toute crise de dimension historique, le seul choix est entre entreprendre au plus vite des changements radicaux et raccourcir considérablement la durée de la crise et ses conséquences tragiques ; ou au contraire refuser les changements radicaux en tentant de sauvegarder l’existant, pour ne réussir qu’à prolonger durablement la crise et accroître toutes ses conséquences négatives. A Londres, le 2 Avril prochain, vous aurez ainsi le choix entre résoudre la crise en 3 à 5 ans d’une manière organisée ; ou bien au contraire, entraîner la planète dans une décennie terrible.

Nous nous bornerons donc ici à mettre en avant trois conseils que nous considérons comme stratégiques, c’est-à-dire, que pour LEAP/E2020, s’ils ne sont pas mis en oeuvre d’ici l’été 2009, la dislocation géopolitique mondiale deviendra inévitable à partir de la fin de cette année.

LES 3 CONSEILS DE LEAP/E2020

1. La clé de la crise, c’est la création d’une nouvelle devise internationale de référence !

Le premier conseil se résume à une idée très simple : la clé de la crise actuelle se trouve dans la réforme du système monétaire international hérité de l’après-1945 afin de créer une nouvelle devise internationale de référence. Le Dollar américain et l’économie des Etats-Unis ne sont plus en mesure d’être les piliers de l’ordre économique, financier et monétaire mondial. Tant que ce problème stratégique n’est pas abordé directement, puis traité, la crise s’approfondira car il est au coeur des crises des produits financiers dérivés, des banques, des prix de l’énergie, … et de leurs conséquences en terme de chômage massif et de baisses des niveaux de vie. Il est donc vital que cette question soit l’objet principal du Sommet du G20 de Londres et que les premiers éléments de solution y soient lancés. La solution à ce problème est d’ailleurs bien connue : il s’agit de créer une devise de référence internationale (qu’on pourrait appeler le « Global ») fondée sur un panier de monnaies correspondant aux principales économies de la planète, à savoir le Dollar US, l’Euro, le Yen, le Yuan, le Khaleel (monnaie commune des etats pétroliers du Golfe qui sera lancée au 1° Janvier 2010), le Rouble, le Real, … . et de faire gérer cette devise par un « Institut Monétaire Mondial », dont le Conseil d’ Administration reflète les poids respectifs des monnaies composant le « Global ». Vous devez demander au FMI et aux banques centrales concernées de préparer un tel plan pour Juin 2009 avec objectif de mise en oeuvre au 1° Janvier 2010. C’est votre seul moyen de reprendre l’initiative sur le temps de déroulement de la crise. Et c’est le seul moyen de concrétiser la mise en oeuvre d’une globalisation partagée, en en partageant la monnaie qui est au coeur de toute activité économique et financière.

Selon LEAP/E2020, si une telle alternative au système actuel en plein effondrement n’a pas commencé à être préparée d’ici l’été 2009, démontrant qu’il existe une autre voie que le « chacun pour soi », le système monétaire international actuel ne passera pas l’été. Et si certains Etats du G20 pensent qu’il vaut mieux garder le plus longtemps les privilèges que leur procure le statu quo, ils devraient méditer sur le fait qu’aujourd’hui ils peuvent encore influencer de manière décisive la forme que prendra ce nouveau système monétaire mondial. Une fois la phase de dislocation géopolitique entamée, ils perdront au contraire toute aptitude à le faire.

2. Contrôlez l’ensemble des banques au plus vite !

Le second conseil est déjà largement évoqué dans les discussions préalables à votre réunion. Il devrait être donc aisé de l’adopter. Il s’agit de mettre en place d’ici la fin 2009 un système de contrôle des banques à l’échelle mondiale qui supprime tout « trou noir ». Plusieurs options vous sont déjà proposées par les experts. Tranchez dès maintenant. Nationalisez au plus vite quand il le faut ! C’est en tout cas le seul moyen de prévenir un nouvel endettement massif des établissements financiers comme celui qui a contribué à la crise actuelle ; et de montrer aux opinions publiques que vous êtes crédibles face aux banquiers.

3. Faites évaluer au plus vite par le FMI les systèmes financiers US, britannique et suisse !

Le troisième conseil touche à nouveau une question très sensible politiquement qui pourtant est incontournable. Il est indispensable que le FMI remette au G20, au plus tard, en Juillet 2009, une évaluation indépendante des trois systèmes financiers nationaux au coeur de la crise financière : ceux des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Suisse. Aucune solution durable ne pourra en effet être efficacement mise en oeuvre tant que personne n’a la moindre idée des ravages causés par la crise dans ces trois piliers du système financier mondial. Et il n’est plus temps de « prendre des gants » avec des pays qui sont au coeur du chaos financier actuel.

Ecrivez un communiqué simple et bref !

Pour terminer, nous nous permettrons seulement de rappeler que vous avez désormais à restaurer la confiance chez 6 milliards de personnes, et des dizaines de millions d’institutions publiques et privées. Alors, n’oubliez pas de rédiger un communiqué court, qui ne fasse pas plus de deux pages, qui ne contienne pas plus de trois ou quatre idées centrales et qui soit lisible par des non-experts. Sinon, vous ne serez pas lu hors du cercle étroit des spécialistes et vous ne pourrez donc pas ressusciter la confiance du plus grand nombre condamnant ainsi la crise à s’aggraver. Si cette lettre ouverte vous aide à sentir que l’Histoire vous jugera pour ce que vous aurez réussi à faire ou pas lors de ce Sommet, alors elle n’aura pas été inutile. Sachez simplement, que selon LEAP/E2020, vos peuples respectifs n’attendront pas plus d’une année pour vous juger. Une chose est néanmoins certaine : cette fois-ci vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas été prévenu !

Franck Biancheri Directeur des Etudes de LEAP/E2020 Président de Newropeans

Partager cet article

Repost0
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 18:08

L'Etat français reconnu responsable dans la déportation des Juifs

Laure Daussy (lefigaro.fr)



Prenant connaissance de cette récente actualité, je suis resté stupéfait par ce brouillage historique à caractère révisionniste et cette confusion idéologique dramatique pour le républicain que je suis.


De quoi parle t-on? Qu'est que l'état français et comment juger de son éventuelle responsabilité? Quelles sont les conséquences de cette décision?


L'état français est incriminé, en terme de droit il s'agirait sans doute d'une personne morale


Si je regarde mon passeport il y a bien inscrit République Française. A la lecture de tous documents administratifs, feuilles d'impôts, contraventions etc. ces documents émanent toujours de la République Française, le même logo officiel y est partout et toujours apposé.



La république française est aisément descriptible, elle est définie par un territoire bordé de frontières, ce territoire et ces frontières sont reconnus par le droit international, ils sont issus de traités historiques passés avec ses voisins. La république française est également définie par sa constitution, ses lois  appliquées sur ce territoire, ses institutions: un parlement, un sénat et un Président de la République française élu au suffrage universel, qui comme son nom l'indique est chargé de présider aux institutions et de représenter la France à l'étranger. La République Française possède une existence légale et pourrait être de ce fait incriminée en tant que personne morale par des instances judiciaires internationales.


L'état lui, est chargé d'administrer la République Française, dans ma jeunesse on parlait plus judicieusement d'administration, l'état n'est que l'ensemble des fonctionnaires.

Je suis citoyen de la République Française mais n'étant pas fonctionnaire je n'appartiens pas à l'état.

Sur aucun document officiel n'est inscrit "état français," l'état français n'a aucune existence légale. Ce n'est qu'un corps de professions divers au service de la république et rémunéré par elle.


Comment peut on incriminer dans une quelconque responsabilité ce qui n'existe pas légalement?


Il a bien existé un « état français » qui fut complice de l' holocauste. En juillet 1940 Philippe Pétain fort de l'occupation des armées nazies, abolit la République Française et instaure cet « état français » dont il se proclama le chef. La République Française, forme juridique légale abolie, non pas par la volonté du peuple français souverain mais par celle d'un homme et de quelques complices, fut remplacée par une organisation illégale car directement issue d'une occupation militaire étrangère. La continuité républicaine fut à l'époque représentée par ceux qui organisèrent la résistance dans le but de rétablir cette république. Ces organisations de résistance se fédérèrent rapidement sous la direction de Jean Moulin et du Général De Gaulle pour former le Conseil National de la Résistance, puis un gouvernement provisoires. La République Française fut rétablie en août 1944 et les individus ayant organisé cet « état français » illégal furent poursuivis et condamnés. Les responsables et complices de l'holocauste des juifs furent poursuivis et condamnés jusque récemment comme le fut Maurice Papon.


S'il s'agit d'incriminer « l'état français » illégale pétainiste ayant sévit de 1940 à 1944, il n'existe plus! Durant cette période, la République française était abolie donc on comprend bien pourquoi les promoteurs de cette incrimination n'ont aucunement la possibilité de la rendre responsable de quoi que ce soit.


La reconnaissance de la responsabilité d'un "état français" actuel dans la persécution des juifs de 1940 à 1944 revient ipso facto à reconnaître le régime fasciste de Pétain comme étant une continuité légale de la république française et de son administration. C'est reconnaître la légalité historique de l'organisation criminelle fasciste appelé "état français". Ceci a des conséquences graves.


Loin de moi l'intention de critiquer l'indemnisation des victimes spoliées du nazisme et de ses affidés français. Cette indemnisation par la République Française aurait du se faire par solidarité et non par une quelconque reconnaissance d'une responsabilité qu'elle ne peut avoir.


Comment le Conseil d'Etat a pu arriver a une telle confusion, les membres de ce conseil sont ils des crétins ou ont ils une idée fâcheuse et fasciste derrière la tête.


Plusieurs pistes pour essayer de comprendre.


Tout d'abord cette «reconnaissance» s'est faite sous la la pression d' Arnaud Klarsfeld. Ce monsieur est à ses heures garde frontière dans l'armée israélienne, œuvrant parmi les bourreaux, il ne peut aimer  la France dont les valeurs républicaines et laïques sont à l'opposé de celles de son pays. Avocat et spécialiste du droit, il doit bien rire du mauvais tour jouer à la France. Lui et ses amis sionistes ont pris l'habitude de se cacher derrière l'holocauste pour commettre crimes et forfaitures, par la même ils foulent au pied l'intérêt des juifs pour qui la Shoa devrait rester un tabou sans taches ni contestation possible.

Ensuite on constate un dramatique écroulement des idées et valeurs républicaines dans notre pays qui vont jusqu'à une incompréhension totale de ce qu'est la France et sa république de la part même des membres du Conseil d'Etat.

Cet écroulement est illustré par la confusion faite par les élites politiques de ce pays entre état et république. Pour certain malheureusement trop nombreux, l'état confondu également avec nation aurait une existence mythique qui perdurerait depuis les gaulois ou presque. Ce concept d'état-nation, hors d'institutions légales descriptibles, en dehors du droit formel est exactement l'inverse du concept de république laïque qui organise notre nation. Le concept d'état-nation infère une appartenance implicite hors du droit, par exemple un supposé «droit du sang» valide chez les israéliens comme chez les allemands. Ce concept d'état-nation pourrait également inférer un concept de responsabilité collective puisque l'appartenance à un peuple aurait un caractère obligatoire et naturel. C'est justement l'argument utilisé par les nazis pour persécuter un peuple juif tout aussi hypothétique et mythique qu'un peuple allemand installé sur un « Reich » allant de la Meuse au Niémen. Avec un tel concept largement utilisé par les fascismes il est bien entendu possible de rendre responsable un état français mythique, également hors du droit, de la persécution de juifs pendant la période 1940 1944 et pourquoi pas le peuple français lui-même.

L'écroulement dans notre pays des valeurs républicaines se retrouve jusque dans l'utilisation des mots le «président de la république» est devenu «chef de l'état», par ce glissement sémantique nous sommes passés sans nous en rendre compte d'une république laïque à un état dirigé par un despote.

Il ne faut pas s'étonner après que Nicolas Sarkosy plus Chef de l'Etat que Président de la République se permette de décider de tout et de supplanter les prérogatives républicaines de notre Assemblée Nationale.  Il pense: «l'état c'est moi» exactement comme le pensait Louis XIV. Il dit qu'il est le «patron», comme dans une entreprise commerciale, mais la République Française n'est justement pas une entreprise commerciale dont l'organisation n'obéit pas aux règles démocratiques. La République Française ne peut être que représentée par son Président et non dirigée par un «patron».


Tout ceci est tristement dramatique, à l'heure ou la crise exigerait que des lois s'imposent afin de replacer l'économie sous le contrôle des nations et pour leur service, il nous faudrait plus de république. Ce recule drastique des valeurs républicaines en France, observable dans tous les partis politiques n'augure rien de bon pour l'avenir, il est à craindre qu'il faille repartir de zéro.

 

Cette décision du Conseil d'Etat lourde de conséquence enterrine de fait la mort idéologique et morale de notre république.


Partager cet article

Repost0
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 23:05

Crise et souveraineté




Lettre ouverte à Messieurs Mélanchon et Dupont-Aignan

 

 


La crise est maintenant bien là, non pas qu'elle vienne à l'instant de survenir, elle était prévue depuis fort longtemps. Mais les grands de ce monde, ceux qui veulent nous gouverner, en ont pris enfin conscience. Ils ne peuvent plus avec leurs médias nous en cacher ses effets. Nicolas Sarkosy nous a dit à la télévision que c'était la crise la plus profonde jamais connue par notre économie. Mieux la CIA, découvrant l'Amérique, après une étude se voulant très sérieuse affirme que cette crise est la plus grande menace extérieure (sic) pour «l'Amérique». Pourquoi extérieure?


Les grands qui ont la prétention de nous gouverner ayant pris conscience de la gravité de cette crise, vont-ils prendre les décisions qui s'imposent pour l'amender? Déjà la remarque stupide de la CIA donne la mesure de l'incapacité de la première économie mondiale à procéder à une analyse sérieuse des raisons de cette crise et par conséquent de la façon d'en sortir. Etant donné l'esprit de soumission des dirigeants européens à l'idéologie anglo-saxonne il est peu probable qu'ils soient en mesure d'appréhender cette crise avec sérieux et efficacité.


Il faut tout d'abord prendre définitivement conscience que le  microcosme  politico médiatique global ne fera rien de sérieux. Il est déjà incapable d'analyser les causes de cette crise, il sera incapable de prendre les bonnes décisions. Prendre les bonnes décisions serait pour lui contredire son idéologie, serait pour lui, avouer qu'il a eu tort, qu'il nous a raconté mensonges et balivernes depuis des décennies. Ce serait pour ce monde se suicider, il ne pourra pas et il ne le fera pas. Il s'accroche et s'accrochera jusqu'au terme de sa propre mort naturelle. Mais d'ici là que de malheurs devront endurer les peuples.


Alors que faire?

Les peuples doivent œuvrer à accélérer la mort de ce monde et de sa grasse idéologie que nous imposent les anglo-saxons depuis deux cents ans. Cette idéologie est celle du «free trade» ou libre échange, a contrario il faut imposer La Solution. Cette solution est celle de la loi et de la République permettant de contrôler l'économie et de la soumettre au service des hommes. Cette loi commune, républicaine ne peut exister sans l'exercice de la souveraineté des peuples sur leurs propres nations.


Pourquoi souveraineté républicaine à la française contre libre échange à la britannique?


La crise est elle celle du capitalisme?

Les marxistes sont-ils en droit de jubiler? Est-ce la fin du capitalisme tant attendu?

Marx dans sa description du capitalisme, avait annoncé que, de par ses inexorables mécanismes, celui-ci creusait sa tombe. Les lois du capitalisme édictées par Marx devaient entraîner la baisse du taux de profit c'est à dire du rapport entre le montant des bénéfices et ceux des investissements. La concurrence faisait que la valeur des marchandises baissait et qu'il fallait de plus en plus d'investissement pour des bénéfices moindres. Marx disait également que découlait de ce mécanisme une paupérisation (appauvrissement) des salariés (classe ouvrière). Le capitalisme devait donc s'effondrer à terme. Cependant, 150 ans après l'écriture du «Capital», nous observons que non seulement le capitalisme ne s'était pas encore effondré, mais qu'il a permis une formidable explosion économique alors que dans le même temps les expériences sans capitalisme (socialisme) ont du être abandonnées par ceux la même qui les avaient promues comme l'URSS et la Chine. Il y a peu, le monde était en droit de penser que Marx s'était lamentablement trompé.

Marx ne s'était pas vraiment trompé car ses adeptes avaient oublié un élément important de la pensée marxiste. Dans ma jeunesse j'ai suivi les cours de l'école centrale du Parti Communiste Français et je me souviens que le professeur de philosophie marxiste disait que ceux qui affirmaient avoir compris Marx n'avaient rien compris à sa pensée. La pensée marxiste est subtile et abstruse. Les lois du capitalisme mises en lumière par Marx sont des lois tendancielles et fonctionnent en dialectique, c'est à dire que toute tendance rencontre forcément son contraire.

Le capitalisme a creusé sa tombe depuis qu'il existe certes, mais cette tombe a été dans le même temps comblée. Comblée par quoi? Par la loi!

En effet, la violence naturelle du capitalisme a engendré dans le monde occidental des réactions toutes aussi violentes de la part des exploités. Ceux-ci ont imposé des lois les protégeant, des salaires minimum, des congés payés, des systèmes de protection social, des moyens de santé, des moyens d'éducation, des lois encadrant les licenciements etc. Ces lois de protection, non naturelles, imposées par les pouvoirs démocratiques ont permis de stopper l'effet de paupérisation, à l'inverse elles ont engendré une tendance contraire d'enrichissement qui elle même a ouvert de nouveaux marchés au capitalisme qui ainsi a pu se développer. Lutter par la loi contre les tendances naturelles du capitalisme c'est défendre l'existence même du capitalisme.


Quand Marx rencontre Prigogine.

Marx a donc mis en lumière un ensemble de lois tendancielles en dialectique avec leurs contraire. Ces tendances contraires se manifestent particulièrement dans ce qu'il a appelé «la lutte de classe», combat perpétuel entre exploiteur et exploité, ou comme nous l'avons vu en occident, l'exploiteur ne gagne pas toujours, lui permettant ainsi de survivre et même de prospérer. Cet équilibre instable issu d'une lutte de classes sans fin a engendré un formidable développement de l'humanité depuis 150 ans. Que la lutte de classe s'arrête et tout s'écroule, c'est ce qui a été constaté dans le système soviétique et maintenant avec le système anglo-saxon de «free trade» et de «fin de l'histoire» ces systèmes sont pareillement entropiques par annulation de la recherche de l'équilibre.

Ilya Prigogine dans son maître ouvrage «La Fin des Certitudes» avait montré que les systèmes complexes en cours de complexification (anthalpiques) étaient toujours loin de l'équilibre et que la recherche perpétuelle de leur survie les amenait à perpétuellement trouver des solutions pour évoluer, cherchant désespérément cet équilibre convoité et jamais atteint.


Le capitalisme et son formidable potentiel de développement a besoin de son contraire c'est à dire la loi, pour exister.


La globalisation anglo-saxonne a détruit le pouvoir des nations légales sur l'économie. La recherche naturelle du profit maximum immédiat a conduit sans frein les capitalistes à s'implanter la où les lois n'existaient peu ou pas leur permettant une exploitation maximum des travailleurs. Ce faisant il détruisait les emplois là où ils possédaient des marchés, détruisant par la même ces marchés. La fameuse tombe a repris sont creusement sans pouvoir être comblée cette fois.

Ce qui semble paradoxal mais qui ne l'est pas, est le fait que c'es pays sans lois sont le plus souvent des pays ayant tenté une expérience non capitaliste. Bien évidemment au cours de cette expérience, la lutte de classe étant éteinte nul n'était besoin de lois pour la réguler. Ce fut la divine surprise du capitalisme qui s'est rué vers ces pays comme la Chine pour y chercher un profit immédiat.


Que faut il faire pour que la tombe du capitalisme se comble de nouveau? Des lois! Encore faut il pouvoir les appliquer! Pour faire appliquer ces lois il faut des nations légales (certains les appellent état-nations. Je n'aime pas ce mot qui ne décrit pas exactement ce qu'est une nation légale). Les lois sont toujours différentes par nation. Construire des lois communes à l'ensemble de la terre est une parfaite utopie et serait contre productif car l'expérience des uns même négative doit pouvoir profiter aux autres. Chacune des nations doit pouvoir expérimenter ce qui lui semble efficace et montrer son expérience en exemple. Là se trouve la clef de l'enthalpie sociale. Le paradigme d'organisation de la planète doit être le réseau ou chaque nœud est souverain et puisse échanger avec les autres dans l'égalité. Les anglo-saxons nous ont jusqu'à présent proposé la jungle comme modèle d'organisation, se croyant les plus forts ils ont pensé y faire régner leur loi de prédation, ce qu'ils ont accompli finalement n'ayant plus d'opposants.


Notre pays, celui de «l'Esprit des Lois» fort de ses traditions républicaines doit pouvoir être l'avant garde du renouveau. Cependant il ne peut y avoir de république et de lois communes sans souveraineté. Les peuples et singulièrement le notre se doivent de reconquérir le pouvoir sur leur nation afin de faire appliquer ces lois de sauvegarde.


Recouvrer la souveraineté des nations et mettre un terme à la globalisation libre échangiste sont les toutes premières actions à mener pour sortir de la crise. Après et seulement après, ceux qui ont des solutions de «gauche» et ceux qui ont des solutions de «droite» reprendront le débat républicain.


Il est temps et nécessaire d'unir les forces véritablement républicaines de ce pays qu'elles se prétendent de gauche ou s'affirment de droite.


Monsieur Mélanchon: Communistes et surtout Trotskystes ne sont pas républicains! Ce qu'ils veulent c'est la fin de l'histoire par l'extinction de la lutte de classe, ce ne peut être vos alliés, quand aux Verts, il seraient plutôt nos adversaires.


Monsieur Dupont-Aignan, la droite UMP, laudatrice du système libre échangiste anglo-saxon n'est pas votre alliée c'est le Parti de l'étranger comme l'aurait appelé le général De Gaulle.


Quand la patrie fut en danger sous le joug nazi le général De Gaulle homme de droite et Jean Moulin homme de gauche surent imposer à la France l'union de tous les républicains, pour résister à l'envahisseur. Ils surent créer le Conseil National de la Résistance qui permit une foi le fascisme vaincu de reconstruire la république.


La patrie est en danger maintenant!


Messieurs Mélanchon et Dupont-Aignan, j'ai pris l'habitude de vous lire et je sais que vous êtes d'accord sur ce que je considère comme l'essentiel.


Unissez vos listes pour les élections européennes, créez nous un pôle républicain dans la parité. Soyez l'un et l'autre en toute égalité les leaders d'une nouvelle action politique dont la France et le monde ont éminemment besoin pour sortir de la crise.


Reconstruisons ensemble la souveraineté des nations.



Partager cet article

Repost0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 17:32


La France et Israël


Une clef pour la compréhension et la résolution du conflit palestinien.


Avertissement:

Les sionistes organisent un terrorisme intellectuel permanent dans les médias, empèchant toute réflexion et résolution de ce conflit, ma famille a souffert de la Shoa, je suis juif et républicain je ne peut être soupsonnable ni de négationisme ni de révisionisme. Que ceux qui veulent lire du politiquement  occidentalement correcte passent leur chemin.

Je suis un dissident et la dissidene est toujours temporaire avant qu'elle ne devienne évangile!

 


L'image donnée à la France et au monde, de chacun des belligérants du conflit palestinien est extrêmement contrastée. Bien évidemment dans tous conflits chacun se présente avec le droit et l'autre est toujours diabolisé pour n'être réduit qu'à l'inhumain. Évidemment comme toujours la réduction à l'inhumain de l'ennemi est nécessaire afin de pouvoir surpasser le tabou de la mort que l'on s'apprête à lui infliger. Il y a ici une constante historique, tuer un infidèle, un hérétique, un terroriste est toujours permis et le tueur ne peut ainsi encourir de sanction.

La république française avec ses propres critères légaux, son histoire et son expérience ne peut elle pas éclairer ce conflit de type religieux et racial et ainsi offrir le chemin d'une solution?


Nous avons d'un côté les propres, enfin ceux qui se veulent ainsi, le «monde libre» tel qu'il se détermine lui-même, dans toute sa splendeur éclatante, "l'occident" avec sa conscience d'être le bien. Les petits bisous sur le perron de l'Elysée, les accolades, les rigolades, les beaux costumes et les belles robes. Et puis il y a le matériel d'enfer, c'est le cas. Du bel armement rutilant dernier cris avec laser et, frappe « chirurgicale », matériel extrêmement cher livré gratuitement et sans contrebande. Chars, avions, missiles, lunettes infrarouge et beaux soldats. Les médias officiels sont la aussi avec BHL intégré et déontologie ( dé hontologie) journalistique chargés de justifier l'injustifiable et de distiller la bonne conscience.

Israël, appuyée par « l'occident », justifie son action de colonisation de la région et son droit à l'exaction par trois choses.

Il y aurait un peuple juif, constitué par une « race » (sic) juive, race transmise par la mère (re sic), cette « race » inférerait une religion obligatoire. Puis il y aurais un territoire mythique appelé Erezt Israël (Israël biblique) appartenant à cette «race» et sur lequel il lui est enjoin de s'installer en en chassant les habitants. Tout ceci seulement fondé par un livre mythique, la Bible, qui aurait été écrit il y a 5000 ans. Rien d'autre que cette Bible ne viendrait confirmer ces affirmations.

La troisième chose est la « Shoa » ou « l'Holocauste », tentative d'extermination totale et industrielle des juifs européens par les nazis allemands et leurs complices de différents pays. Aujourd'hui, les juifs israéliens, sionistes, tentent de se protéger derrière cet holocauste passé pour paraître victime et justifier leurs exactions, présentées comme une défense face à un nouvel holocauste possible.

Dans le monde «occidental» ce sont les bons, les autres ce sont les terroristes.


De l'autre il y a les oubliés, il y a les oubliés de la bonne conscience, ceux qui étaient la avant, avant de ce qu'ils appellent la « Nakba », le désastre. Il y a ceux qui ne comptent pas, les « Schtück », comptés seulement quand on les a abattu; tant de palestiniens abattus, tant de palestiniens tués, tant d'activistes palestiniens morts, tant de terroristes éliminés, la litanie de nos médias propres, ils n'ont droit au comptage que morts. Moins considérés que les bébés phoques de notre chère Brigitte nationale. Ceux qui ont subi la Nakba ne sont en rien responsables ni de prêt ni de loin de l'Holocauste.

Les oubliés subissent régulièrement un massacre, seulement un petit massacre pour leur apprendre à vivre, 1000 morts par ci 2000 par la, mais régulier. Non Gaza n'est pas Auschwitz seulement un ghetto comme un autre. Gaza n'est pas Auschwitz enfin pas encore.

Les massacres réguliers donnés en punition collective sont particulièrement horribles, les images que j'en ai vu sont insoutenables pour un homme civilisé, il y a surtout les enfants, particulièrement visés particulièrement touchés, les bourreaux travaillent pour l'avenir. Un enfant tué sans risque c'est un futur « terroriste » quand adulte devenu il y aura un plus grand risque risque pour l'éliminer.

Alors l'ONU appelle cela des crimes de guerre, bien qu'il ne soit pas vu de guerre. L'ONU n'ose pas appeler encore ces massacres réguliers crimes contre l'humanité.

Dans le reste du monde, non « occidental » ce sont les bons, les pauvres bons, ceux qui font pleurer les peuples, les autres, les sionistes colonisateurs, les occidentaux, nous en quelque sorte, sommes les méchants.



Comment, vu de France peut on prendre parti dans ce conflit de 60 années. Pour un citoyen de la République Française qui a tort, qui a raison? Qui est la victime qui est le bourreau? Pourtant la diplomatie officielle, celle issue d'un gouvernement voulu démocratiquement par les français ne se mouille pas, elle dit que les torts sont partagés, mais hypocritement en soutenant Israël, politiquement et militairement.


Regardons comment notre République peut juger réellement en faisant appel à ses propres critères légaux et historiques. Regardons également à la lumière de ces mêmes critères comment il serait possible de résoudre ce différent.


Tout découle d'une seule phrase inscrite en préambule de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, texte fondateur de notre république. « Les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit »

Les hommes quelques soient leurs religions quelque soient leurs origines, pour la république françaises, ce ne sont que des citoyens égaux. Donc en corolaire, la république française ne connait que des citoyens français formant le peuple français. Est citoyen français celui qui possède la nationalité française bien entendu, cette nationalité est attribuées formellement et légalement sans considération ni d'origine ni de religion,elle est conférée par naissance, mariage ou naturalisation.

En corolaire, bien évidemment l'état de la République Française est laïc, c'est à dire qu'il ne se réfère à aucune des religions différentes pouvant être pratiquées par les citoyens français. Cette laïcité de l'état français est une nécessité pour répondre au préambule de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen. En effet si l'état faisait référence à une religion particulière, comme la Grande Bretagne, nos citoyens ne seraient pas égaux, ils y auraient des citoyens de premier ordre, ceux pratiquant la religion d'état et les autres, de second ordre ne la pratiquant pas.

Pour la république française  la pratique de toutes religions est libre si elle respecte la loi commune, elle est d'ordre privé et ne confère aucun droit ni statut particulier. Ceux qui pourraient se considérer élu de Dieu ne le sont que dans leur salon. La république française ne connaissant en son sein que le peuple français ne reconnaît pas d'autres peuples qui seraient issus d'une pratique religieuse ou d'une pseudo race. Il n'y a donc pas reconnaissance de l'existence d'un peuple chrétien, musulman ou juif par la république française.

Si la république française donne le droit à tout un chacun de circuler et s'établir librement, y compris pour des étrangers de s'établir en France, ce droit est flimité par le respect de la loi commune; respect du droit de propriété, non spoliation des résidents etc... nul ne peut se prévaloir d'un quelconque mythe religieux pour exproprier un citoyen français. L'immigration est tolérée dans un cadre légal formel.

Le peuple français n'est pas issu d'une pseudo race. D'ailleurs nulle science ne peut prouver qu'il existe de races humaines.

Le territoire français ou s'applique la loi française n'est ni mythique, ni naturel, ses frontières sont formelles, elles sont issues de traités légaux et historiques, la république française ne revendique aucun territoire étranger.

On voit que la république française n'est fondée que par la loi explicite et formelle, rien d'autre.


Ces dispositions avancées, en comparaison des dispositions des autres nations y compris voisines, proviennent des nombreux conflits religieux qui ont endeuillés l'histoire de notre pays. Le peuple français a trouvé dans ces dispositions, le moyen de vivre pacifiquement au sein de sa nation et d'accueillir des hommes et des femmes pouvant venir de toutes contrées avec leurs propres coutumes et religions quand ces dites coutumes et religions ne contredisent pas la loi républicaine.


L'état israélien lui, est fondé sur des critères parfaitement différents et contradictoires de ceux de la république française. Comme pour le Reich nazi, Israël associe un territoire mythique, une pseudo race et une religion, il n'y a pas d'égalité entre ses citoyens juif, musulmans et chrétiens, récemment les partis politiques arabes se sont vu interdire de participer aux élections. Selon les critères français Israël n'est pas un état démocratique mais théocratique et fascisant. Si la république française appartient bien au monde libre, Israël ne peut en rien lui appartenir.


Certains états, afin de résoudre des problèmes internes de cohabitations entre différentes cultures se sont inspirés, pour leur constitution, de la république française. C'est le cas de l'Afrique du Sud de Nelson Mandela.

L'Afrique du Sud comme Israël pratiquait l'apartheid, mot néerlandais signifiant séparation. Les sud africains blancs voulaient vivre séparés des premiers habitants noirs de cette région. Il avaient concocté l'idée de fabriquer de pseudo états pour parquer les noirs, les « bantoustans », de cette manière ces africains d'origine ne pourraient jamais acquérir la nationalité sud africaine. Israël dépensa beaucoup d'effort pour aider à ce que se réalise cette expérience très proche de la solution qu'elle préconisait pour la Palestine.

La communauté internationale, poussée par les peuples effrayés par cette solution fasciste entrepris un boycott et un blocus de l'Afrique du sud. Ce boycott dura plusieurs années, seule Israël l'enfreint, ce ne fut pas suffisant et les racistes durent rendre les armes et accepter la création d'un état laïc à la française ou tous les sud africains auraient les même droits au sein de la même nation.


La solution sud africaine dont les éléments historiques sont similaires à ceux de la Palestine est la seule qui permettrait également de résoudre ce conflit. En effet, ceux qui préconisent la création de deux états séparés en Palestine, sont particulièrement irresponsables, ceci légaliserait l'apartheid de pseudo races et ne rendrait aucunement justice aux spoliés de 1948.

Cette fausse solution, outre qu'elle soit extrêmement choquante pour un républicain français n'a aucune chance d'être viable et perenne. L'état attribué aux palestiniens, coupé en deux, ne pourrait pas fonctionner. Une guerre permanente et sempiternelle affecterait cette région. On peut penser que tirs de roquettes et bombardements seraient incessants.


La seule solution pour rendre la paix à cette région réside dans les modèles français et sud africains. Seul un état assemblant la Palestine dans la laïcité permettrait à tout un chacun de pratiquer la religion de son choix de s'établir ou il le souhaite. Il permettrait à des colonies juives de s'établir dans l'Eretz Israël et aux palestiniens spoliés de retrouver leur terre.

Israélo-Palestine exemple de drapeau


Comment y parvenir, en prenant exemple sur ce qui a permis la résolution du conflit sud africain, par un boycott et un blocus militaire obligeant les sionistes israéliens  de rendre les armes.

 

Pour mieux comprendre, quelques articles et études d'intellectuels véritables.

 

William S. Lind USA On War #288: Israel Doesn’t Get 4GW

Silvia Catori Voltairenet.org Suisse

Philipe Grasset Dedefensa.org France

Henry Siegman American Jewish Congress USA

Contre info.info

Robert Fisk The Independent GB

Europe 2020 Laboratoire européen d'Anticipation Politique

 

 


Partager cet article

Repost0