Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"Seuls les plus petits secrets ont besoin d'être protégés. Les plus gros sont gardés par la crédulité publique."

Recherche

2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 11:01

 

Syrie: si l'erreur est humaine, la persévérence est diabolique, par Dominique Jamet

 

Hollande_Obama_integrales_productions.jpg
  
Sans mandat de l’ONU, cavalier seul au sein de l’Union européenne, sans l’aval du Parlement, ignorant superbement l’avis contraire de la majorité des Français (64 % aux dernières nouvelles), François Hollande maintient donc sa décision de coller aux basques de l’Oncle Sam en se lançant et en nous lançant aveuglément dans une opération absurde que nous n’oserions pas mener sans les États-Unis, et que les États-Unis pourraient parfaitement mener sans nous.

Plaisant attelage que celui de l’éléphant et de la mouche du coche ! Nous allons faire de la figuration inintelligente et jouer les utilités dans un film dont le producteur, le réalisateur et le scénariste sont à Washington. Et cela pour tenir les promesses inconsidérées que le Président et le ministre des Affaires étrangères français ont prodiguées aux représentants d’une opposition dont nul ne sait exactement ce qu’elle représente, et parce que le Président américain se doit, sous peine de perdre la face, de respecter l’engagement solennel qu’il a pris de jouer les gendarmes en cas de franchissement de la « ligne rouge » par le conducteur syrien.

De quoi s’agit-il exactement ? En aucun cas de faire la guerre, paraît-il, puisque reconnaître, financer, entraîner, équiper, armer l’un des deux belligérants et bombarder son adversaire n’est pas prendre part à la guerre. Pas davantage de renverser le régime que l’on n’a cessé d’affaiblir et dont on souhaite publiquement la chute. Mais seulement, pour l’instant, d’intimider, d’humilier, de coiffer d’un bonnet d’âne et de mettre au coin Bachar el-Assad. Dernier avertissement avant l’exclusion temporaire qui précédera elle-même l’exclusion définitive.


C’est trop ou trop peu. C’est suffisant pour nous attirer le ressentiment et éventuellement les représailles d’un des deux camps sans satisfaire les besoins et les revendications de l’autre. C’est assez pour que l’Amérique et la France soient accusées une fois de plus de s’immiscer avec leurs gros sabots dans les affaires intérieures d’un pays souverain, naguère encore colonisé ; ce n’est pas assez pour en finir avec le dictateur et le régime visés.

 

Ce n’est pas d’une ou de plusieurs frappes – dont les cibles ont, du reste, été dûment averties de ce qui les attend – que jaillira une solution (même provisoire, même militaire) à un problème national, religieux et politique.

 

Décontenancés par les réticences et les refus de leurs opinions publiques, les deux cavaliers de l’Apocalypse, l’un perché sur un pur-sang qu’il ne maîtrise pas, l’autre juché sur un âne qui refuse d’avancer, s’efforcent in extremis de bricoler une coalition qui, à défaut d’agir dans la légalité, serait censée prouver que la Syrie fait contre elle l’union des démocraties occidentales et des pays musulmans. Mais les buts des uns et des autres ne sont pas les mêmes. Alors que Washington et Paris rêvent d’installer un gouvernement démocratique à Damas et de préserver l’existence d’une Syrie multiconfessionnelle, multiethnique et multiculturelle, la Turquie et la Ligue arabe veulent la victoire et l’hégémonie de la composante sunnite du pays, et les djihadistes voient dans le conflit l’occasion rêvée de faire flotter sur un État du Moyen-Orient les bannières noires du salafisme et d’Al-Qaïda. Sous prétexte de « punir » un assassin, nous cautionnons des criminels.


Ni l’honneur de la France ni l’intérêt national ne sont en jeu entre Alep, Homs et Damas. La Chambre des communes nous a fourni, l’autre jour, la plus claire et la plus justifiée des échappatoires en refusant à David Cameron la permission de s’aventurer sur un terrain où il n’avait rien à faire au mépris des conséquences terribles qui pourraient en résulter. Le chef de l’État français daigne autoriser l’Assemblée nationale à discuter du sujet du jour mercredi prochain, peut-être avant, peut-être après l’intervention franco-américano-turque. Mais ce sera un débat sans vote. C’est dire la considération, la marge de manœuvre et le pouvoir qui, sous la Cinquième République, sont laissés à la représentation nationale.



Source
http://www.bvoltaire.fr
Repost 0
Published by Alain Benajam
commenter cet article
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 14:21

 

JanusCes traîtres qui haïssent la France.

 

 

 

 

Il faut à ce point haïr la France pour la plonger dans le déshoneur d'une collaboration humiliante avec une force étrangère hostile.

 

François Hollande par son dernier discours reprenait mot pour mot les affirmations ridicules et mensongères concoctées par les USA pour prendre un très mauvais prétexte d'agression militaire directe contre un pays qui refuse de se rendre.

 

Voilà une guerre contre cet état souverain planifié de longue date, planification connue de tous et avouée par un général US de haut rang le général Westley Clark. Cette guerre envisagée dés le complot du 11 septembre 2001, dont plus personne ne croit en la version officielle, avait pour but de « remodeler » selon leurs termes le « grand Moyen Orient » qui, pour les USA commence au Maghreb.

 

Ce « remodelage » devait consister à abattre les états-nations historiques, revoir les frontières selon des considérations ethno-religieuses de manière à faciliter la mainmise sur les peuples et les ressources.

Nous savons maintenant comment l'impérialisme fonctionne et prévoit. Il ne s'agit pas seulement pour lui de mettre la main sur ces ressources en hydrocarbures mais également de s'approprier les systèmes bancaires et les avoirs de pays généralement riches en pétrodollars de manière à soumettre les peuples à une dette permanente capable, par l'intérêt prélevé, d'alimenter sa machinerie financière.

 

D'une autre manière et selon sa théorie des dominos, un pays conquis permettrait d'en conquérir un autre et d'ainsi accomplir un vaste programme, qui finalement devrait le conduire vers le fameux « heartland » cœur du monde, situé entre la Russie et la Chine, lieux de toutes les richesses et de toutes les convoitises.

 

Dans ce combat perpétuel que mène l'impérialisme et auquel il ne peut se passer sous peine de s'éteindre, il développe depuis toujours une idéologie hostile aux nations historiques et à leurs légalités diverses et protectrices qui freinent toutes prédations.

 

La France historique, depuis le 18ème siècle a su imposer au monde une idéologie du droit et de la légalité, définissant des frontières mutuellement reconnues à l'intérieure desquelles s'impose un corpus de loi et dont les citoyens des états ainsi définis possèdent une appartenance formelle et légale.

La France, depuis 1905 a expérimenté un système politique de tolérance religieuse ; la laïcité qui permet, par la séparation de la religion d'avec la puissance publique, à tout un chacun de pratiquer la religion de son choix.

L'impérialisme est violemment opposé à ce système car il ne permet pas d'opposer des communautés aux autres et ainsi diviser les nations en espérant mieux les soumettre.

 

La France et son idéologie est donc le pays le plus dangereux pour l'impérialisme il a donc entrepris depuis la fin de l'Allemagne nazie de la soumettre reprenant le flambeau en extinction de l'empire britannique.

 

La soumission de la France ne fut pas chose facile à organiser en regard de celle obtenue plus aisément sur d'autres pays européens. Par exemple, en France il a existé dés l'occupation nazie une certaine droite nationaliste et républicaine de résistance, cette droite organisée par le général de Gaulle allait influencer durant des années la politique française dans le sens d'une volonté d'indépendance nationale, alors que dans tous les pays d'Europe chaque droite était justement le fer de lance de la collaboration d'avec l'impérialisme.

Cette spécificité toute française était accompagnée d'une autre; celle d'une gauche non communiste par contre favorable à la collaboration, cette gauche très largement infiltrée par l'idéologie trotskiste antinationale sera la meilleure alliée de l'impérialisme.

Le gaullisme marqua pendant longtemps la politique étrangère de la France et celle-ci se dota d'une industrie d'armement indépendante support d'une volonté de non dépendance face à cet impérialisme.

 

En 2003 encore, la France ne voulut pas se soumettre en refusant de suivre une manœuvre étasunienne qui avait fabriqué de toute pièce, comme à son habitude, des fausses preuves pour se donner prétexte à détruire un état souverain. Avec le discours de Dominique de Villepin à l'ONU applaudit par l'assemblée, la France retrouva un temps son honneur et sa souveraineté.

 

Villepin-140203.JPG

Veto de la France à l'ONU

 

Il fallait pour l'impérialisme que cette spécificité française particulièrement inconfortable cesse.

 

Il fallait à l'impérialisme US mettre en selle en France une droite conservatrice non gaulliste qui lui soit favorable et préparer le pouvoir pour une gauche enfin débarrassée du Parti Communiste, qui lui soit encore plus favorable. Ceci fut fait en imposant un de ses agents ; Nicolas Sarkozy comme candidat de la droite aux élections présidentielles de 2007. Concernant la gauche la totalité du PS est inféodé aux USA depuis toujours donc nuls besoins d'efforts à produire de ce côté. L'impérialisme anglo-saxon pouvait jouer maintenant sur les deux tableaux UMP et PS.

 

Qu'en est-il aujourd'hui ? Depuis que l'agent US Sarkozy était au pouvoir le gouvernement français s’engagea dans les guerres coloniales étasuniennes, détruisant d'abord la Libye pour des motifs les plus crapuleux et ce en dépit de l'accord passé avec l'état libyen qui garantissait à la France des avantages considérables dans le cas de sa non participation à cette guerre.

La guerre entama une nouvelle phase dans l'action militaire US, après le dur échec de l'Irak et le piétinement en Afghanistan, consacrant l'incapacité militaire étasunienne sur le terrain. L'impérialisme eut alors l'idée de mettre en avant des supplétifs afin de limiter les frais et de ne pas engager la vie de ses troupes. A cet effet il engagea un grand nombre de djihadistes via son organisation de toujours Al Qaïda, djihadistes qui devaient être encadrés par les forces spéciales des pays européens soumis à sa volonté.

Ces djihadistes d’obédience tafkfiris recrutés dans tout les bas fonds du monde arabe se rendirent coupables en Libye d'un très grand nombre de barbaries égorgeant ça et là exécutant sauvagement populations civiles hostiles et prisonniers de guerre. L'impérialisme ne put finalement l'emporter qu'au prix d'un effort de guerre important mobilisant ses hélicoptères de combat, ce qui valait une attaque au sol, ceux-ci massacrèrent 40 000 personnes dans l'attaque de Tripoli à l'été 2011.

La fiction de la « lutte contre le terrorisme islamiste » s'effondra alors car il put apparaître qu' Al Quaïda n'était qu'une organisation à la solde des USA.

La Libye écrasée se transforma rapidement en base de regroupement et d'entraînement de tous les djihadistes takfiris du monde arabo-musulman à la solde des USA.

Cette guerre consacra l'effondrement moral de « l'occident » qui montrait être non seulement fauteur de guerre pour des motifs les plus crapuleux mais organisateur de massacres de masse et nombre de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité comme le massacre de noirs libyens.

 

barbus.jpg

Milices takfiris de "l'occident" à l'oeuvre habituelle de boucherie

 

Sarkozy « l'américain » rapidement usé par cette politique d'avilissement de la France dû transmettre le flambeau à Hollande le « socialiste » formé par la « French American Fundation » fidèle dévot avec son parti à la cause impérialiste depuis toujours.


La Libye détruite et aux mains des terroristes takfiris, servit de base pour le recrutement et la formation des milices « occidentales » pour les jeter sur une nouvelle cible : la Syrie.

Prenant la suite de l'UMP le Parti Socialiste au pouvoir ne ménagea pas ses efforts pour organiser l'agressions contre la Syrie avec d'autres marionnettes serviles.

Mais voilà la Syrie résiste à ce traitement de choc depuis deux ans avec le soutient sans faille de la Russie et de la Chine. Le maître impérialiste ne pouvait se satisfaire d'une telle situation d'échec il lui fallait trouver un prétexte pour aider ses hordes barbares de massacreurs et d'égorgeurs qui s'étaient très vite rendues impopulaires y compris chez les opposants politiques du régime syrien.

La provocation, cousue de fil blanc a été préparée de loin avec la menace lancée d'une ligne rouge concernant l'utilisation par l'armée syrienne de gaz toxiques de combat.

Des agents déguisés en « journalistes » du journal Le Monde avaient bien été envoyés au mois de mars 2013 pour tenter de démontrer que l'Armée Arabe Syrienne aurait utilisé du gaz sarin. Mais la provocation mal montée type « Pieds Nickelés » était plutôt risible et la commissaire de l'ONU Carla Del Ponte affirma même posséder la preuve que c'était les djihadistes de « l'occident » qui utilisaient ces gaz.

Il fallait passer cet obstacle et faire les choses en plus grand. Ce qui fut réalisé le 21 août 2013. La fabrication de cette provocation est aussi mal ficelée que les autres notamment, les vidéos de cette attaque au gaz ont été postées avant le moment déclaré de l'attaque. Puis il serait ridicule que l'Armée Arabe Syrienne utilise des gaz justement au moment ou une commission d’enquête est sur place et donner prétexte aux USA d'une riposte alors que les djihadistes de l'OTAN sont en difficulté sur le terrain. Mais en « occident » point n'est besoin d'une quelconque crédibilité technique depuis le 11 septembre 2001 ; les médias officiels aux ordres absolus se chargent de donner toutes crédibilités possibles avec n'importe quoi pour offrir sur un plateau le bon prétexte au maître. Derrière, les politiciens de la collaboration sont en charge d'avaliser tout ça pour aller servir de supplétif à l'accomplissement d'un nouveau crime.

 

Mais trop n'est-ce pas trop ? La classe politico-médiatique déjà fort décrédibilisée au vu de derniers sondages catastrophiques ne se lancerait-elle pas dans une opération de collaboration de trop avec une puissance étrangère au demeurant hostile à la France ?

Déjà l’abracadabrantesque version officielle des attentats du 11 septembre 2001 rebute toujours une majorité de français. Et puis tout le monde se rappelle des affaires précédentes concernant ce type de montage médiatique prétexte à la guerre. L'affaire des couveuses de Sadam Hussein rapidement dévoilée comme étant un montage médiatique. Puis il y eu ce pauvre Collin Powell bien tristounet avec son petit tube de poudre et qui dut avouer après coup ,la supercherie, qui devait prouver que « Sadam » possédait des armes de destruction massive jamais trouvées.


Powell-et-la-fiole.jpg

Supercherie avouée après coup par ce pauvre Colin Powell

 

Les USA abonnés à ce type de supercherie et de mensonge pour déclencher guerres et massacres sont pourtant jugés crédibles par la propagande médiatique et les politiciens.

Alors le peuple français et les peuples du monde sont pour le moins sceptiques et commencent à devenir hostiles. L'internet permet maintenant de diffuser de véritables informations venant infirmer celles de la propagande.

 

A trop vouloir en faire pour le compte des maîtres, à trop vouloir engager des institutions jusqu'alors respectées dans des ignominies sans nom, politiciens et médias non seulement sont en train de scier la branche qui les soutient mais c'est l'ensemble du corps social qui permet leur pouvoir qu'ils sont en train d'abattre.

 

Ils abattent ainsi la société qui les nourrit avec la constance et l'aveuglement de l'esclave obéissant n'ayant rien à faire des conséquences d'actes commandés et mécaniquement exécutés.

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 18:49

 

Changer le monde?

 


 

Depuis la fin du 18ème siècle certains se sont mis en tête de vouloir changer le monde par l'effet de leur volonté. Ils entendaient ainsi vouloir établir des rapports différents entre les humains autres que des rapports de force et de domination. Pourtant, en dépit de ces efforts, en dépit même de certaines expérimentations, que cela soit dans les phalanstères de Proudhon ou soit au sein d'états puissants comme l'URSS prétendant établir le communisme, ces expériences furent toutes des échecs.

 

Alors il est légitime de se poser la question: est il possible de changer le monde c'est à dire les rapports entre les hommes de la simple volonté de quelques uns ?

 

Pour répondre à cette question il suffit d'observer comment des changements sociaux fondamentaux ont pu survenir dans le passé. A la lumière des conditions ayant présidé à ces changements il serait possible de voir si ce type de modification dans les rapports humains est possible avec la seule volonté de quelques uns.

 

Pour faire cette observation il conviendrait d'abord de voir ce qui est changement et ce qui ne l'est pas réellement. On peut parler de changements quand les paradigmes d'organisation sociale changent, ces changements pouvant être plus ou moins profonds. 

 

On entend par paradigme sociaux, des modèles établis par les rapports admis par tous entre les humains, par exemple des rapports hiérarchiques. Marx parlait de rapport de production ne voyant dans les rapports humains que ce qui était utile à la production de biens, il n'avait qu'en partie raison.

 

J'édicterai pour ma part l'hypothèse de plutôt envisager les pratiques communes agissant elles plus sûrement dans les rapports entre les individus, les pratiques de production en font partie bien entendu.

 

Les pratiques communes sont issues des techniques généralement utilisées c'est à dire des outils et des procédés que l'humain a pu réussir à mettre en œuvre. Nous savons même que ces techniques ont été à l'origine de l'humanité faisant évoluer l'humanoïde simiesque d'homo habilis qui le premier utilisa le tranchant d'une pierre cassée à l'homo erectus se tenant debout de manière à libérer en permanence ses mains préhensiles, puis à l'homo sapiens. A chaque étape évolutive les paléontologues pouvaient rapprocher des types d'outils avec des types d'humanoïde puis d'homme.

Nous pouvons ainsi affirmer que l'outil est ontologique et créateur de l'humain.

 

En conséquence nous sommes en droit de rapprocher les techniques couramment utilisées avec les pratiques sociales et les rapports sociaux.


Les premiers humains étaient des chasseurs cueilleurs nomades tout comme les animaux dont ils étaient justes apparentés. Ce qui les différenciait du singe était justement l'usage d'outils ainsi la paléontologie a pu classer des périodes en fonction des types d'outils utilisés.

Paléolithique pour des outils en pierre taillée, néolithique pour des outils en pierre polie, âge du cuivre, du bronze puis du fer pour décrire les outils courants. Ces classements par âge sont bien entendu locaux puisque l'usage de tel ou tel outil, de tel matériau n'est pas identique partout à la même époque. Il y a 50 ans des peuplades de Bornéo en était encore à l'âge de pierre.

 

L'usage de tel ou tel matériau pour confectionner armes et outils, n'indique pourtant pas la nature de l'organisation sociale. Nous savons que les chasseurs cueilleurs vivaient en communauté primitive et ne connaissaient pas la propriété privée autre que celle de leurs propres armes. Nous le savons en ayant observé ceux qui vivent encore de cette manière. Nous savons que les hiérarchies sociales étaient simples, un chaman pour invoquer les esprits et un chef de guerre en cas de conflit avec d'autres groupes d'humains. Tous les autres membres du groupe vivaient en parfaite égalité, la division des tâches n'existait qu'entre femmes et hommes, les femmes étant affectées à la cueillette et à l'enfantement et les hommes à la chasse et à la guerre.

Les rapports sociaux étaient simples, l'humanité vécue presque 180000 ans de cette façon soit la quasi totalité de sa période d'existence jusque nos jours.

 

venus-of-willendorf.png

Les premiers dieux étaient des déesses avec des attributs sexuels et maternels prononcés

 

Puis, non pas l'homme mais la femme inventa l'agriculture, la femme évidemment puisque la cueillette lui était dévolue, l'agriculture en était un prolongement naturel. L'agriculture obligea les humains à demeurer sédentaires, à partir de cette sédentarisation les rapports sociaux évolueront rapidement.


800px-Palaffittes.jpgLes premiers villages permanents au néolithique

ici un village lacustre protégé par l'eau (Reconstitution)

 

L'habitat sera de plus en plus permanent et solide, des fortifications de protection contre d'autres groupes humains seront érigées délimitant un espace précis ; la cité. L'excès de nourriture dû à l'agriculture permettra pour certains une accumulation de richesses. Les guerres avec les cités voisines permettront de réduire en esclavage les prisonniers et de constituer ainsi une caste oisive de propriétaires de domaines agricoles.

Ces deux seules pratiques, un excès d'avoir additionné à une sédentarisation consécutive à l'usage de l'agriculture auront pour conséquence de bouleverser radicalement les rapports sociaux.

Entre – 180 000 ans date approximative de l'apparition de l'homo sapiens et – 10 000 ans l'homme aura vécu sous le régime de la communauté primitive dans la parfaite égalité et sans distinction de classes sociales.

 

Il fallut seulement 4000 ans entre l'invention de l'agriculture, nouvelle pratique technique, pour générer un bouleversement radical dans les pratiques sociales survenues à environ – 6000 ans et qui en furent la conséquence c'est à dire la mise en place d'états avec la pratique de l'esclavage et la soumission des femmes.

Notre monde inégalitaire était né il y a très peu de temps en regard de l'existence de l'homo sapiens

 

On voit que l'apparition très récente de la propriété privée, de la famille et de l'état avec l'esclavage c'est à dire de l'exploitation de l'homme par d'autres hommes est LE grand bouleversent majeur dans la vie de l'homo sapiens que nous sommes.

 

Ce bouleversent majeur ne s'est pas généralisé partout en même temps. L'état qui est l'organisation sociale de la division des hommes entre exploiteurs propriétaires; les « dominus » dans sa version latine européenne et les dominés ne s'est propagé que par clonage initiaux dans différents endroits de la planète. Pendant que des états se constituaient sur des espaces restreints d'abord en Afrique du nord, au Proche et Moyen Orient, et en Asie, puis en Europe du sud, les sociétés tribales égalitaires perduraient et certaines prenaient doucement la direction d'organisations proto-étatiques comme en Europe du Nord avec les Germains et les Celtes qui s'étaient sédentarisés. Les plus vastes contrées d'Afrique, d'Asie et d'Amérique connurent encore très longtemps la communauté primitive.

 

carthage-antique.jpgUne cité antique ici Carthage protégée par des murailles de pierres

 

On s'aperçoit qu'il y a eu un moment, un embranchement dans la longue vie de l'homo sapiens qui a mené l'humanité à évoluer dans une autre direction.

 

Le premier bourgeon de cet embranchement ce fut quand, un jour, une femme s’aperçut que les graines de graminées qu'elle avait récolté avaient germé et qu'elles donnaient naissance à d'autres graminées, blé, riz ou sorgho et qu'il n'était plus nécessaire de parcourir de longues distances pour en récolter et qu'il fut décidé de rester sur place maintenant et de bâtir un abri permanent et solide. Cette technologie s'est rapidement répandue. Par exemple à partir du Moyen Orient la pratique de l'agriculture avaient gagné le nord de l'Europe à – 3000 ans et avait donc mis 7000 ans pour s'imposer ce qui est court. Il s'agissait bien d'une pratique féminine puisque les premières statuettes votives apparues à cette époque ne présentent toutes que des femmes avec des attributs sexuels hypertrophiés symbolisant abondance et maternité.

 

Il est donc indéniable dans ce cas que la pratique d'une technique nouvelle a engendré une pratique sociale nouvelle et une idéologie dominante nouvelle, celle que des hommes étaient en droit de réduire en esclavage d'autres hommes. 

 

Si le passage de la communauté primitive égalitaire à la société esclavagiste fut le bouleversement majeur il y eut un autre embranchement important à partir du premier, celui qui nous mena à notre société contemporaine capitaliste.

 

La société antique esclavagiste était parfaitement stable, le paradigme sociale était peu évolutif et particulièrement peu propice aux évolutions technologiques car les esclaves abondaient et il n'était nul besoin d'améliorer quoi que ce soit, le travail forcé humain s'appliquait à tout.

 

Cette société stable depuis plusieurs millénaires va pourtant être détruite, une nouvelle pratique va s'imposer et avec un nouveau paradigme social menant au capitalisme.

 


Premiers chevaliers

début 11ème siècle

200x450 dallanegra-chevalier-normand-11-siecle-medievalLa guerre pour tous.

 

La guerre sans répit engendra ne nouveaux rapports sociaux basés sur l'initiative militaire et la capacité individuelle.

 

Au 10ème siècle, l'Europe occidentale fut le théâtre d'invasions massives, multiples et particulièrement violentes. Les vastes domaines antiques ou s’affairaient quantité d'esclaves gardés par quelques hommes d'arme étaient indéfendables face à des raides permanents. Les armées impériales ou royales étaient incapables de faire face à toutes ces intrusions, des Vikings à l'ouest et au Nord, des Sarrasins au sud et des Magyars à l'est. Les hommes libres ou esclaves devaient s'organiser autrement pour survivre. L'activité la plus importante à ce moment était devenue l'organisation locale de la défense sans pouvoir espérer quoi que ce soit de l'état central. Dans cette guerre de défense contre des raides meurtriers et soudains qui ont duré un bon siècle tout le monde était impliqué, maîtres comme esclaves. L'utile fondamental à ce moment était de savoir se battre et d'organiser la défense ou l'on résidait.

 

1007791-Sceau.jpgCérémonie d'hommage féodal


Une nouvelle hiérarchie sociale, s'est établie basée sur la guerre locale de défense. L'ordre ancien s'est effondré, plus d'état central, plus de grands domaines et plus d'ordre pour maintenir l'esclavage, plus de grandes armées organisées. L'ordre antique a commencé à basculer vers la féodalité autour de l'an mille et l'esclavage a du être abandonné.

 

La société féodale est fondée sur la capacité d'un individu à organiser autour de lui une troupe armée, à construire une forteresse derrière laquelle lui et les paysans locaux pourront se réfugier en cas de raide ennemi et à se constituer des groupes militaires d'affidés, les vassaux. L'état ayant disparu ce chef de guerre devint le garant de la loi et de l'ordre en s'accaparant le droit de punir et de contraindre.

Le modèle social qui était pyramidale avec un état classique et centralisé hérité du monde romain devint multiple et local, il accorda une place considérable à l'initiative individuelle y compris des paysans sans qu'aucune structure étatique ne vienne jamais freiner les initiatives qui vont ainsi foisonner.

Le système féodal qui était d'abord militaire va également s'imposer dans le domaine civil. Dans les villes, artisans et marchands vont en copier l'esprit, bâtir des organisations de métiers, les villes elles même vont posséder le droit de punir et de contraindre ; le ban.


MoyenAge3-copie-1.jpg

Activité commerciales et artisanales dans les villes au moyen age début du capitalisme


Sur le plan économique l'organisation sera également modifiée.

L'économie du domaine antique était simple et autarcique. Les artisans esclaves appartenaient au domaine et fabriquaient tout ce qui pouvait être utile, armes, outils vêtements, les paysans étaient des esclaves et fournissaient la nourriture. Dans cette société esclavagiste il n'y avait pas besoin d’utiliser de monnaie en quantité.

A partir du moment où les domaines ont été démantelés et que les artisans se sont réfugiés libres dans les villes, le seigneur locale s'est trouvé contraint à acheter ce dont il avait besoin pour s'équiper. Si le paysan donnait des denrées alimentaires au seigneur, celui-ci, ayant de plus en plus besoin de monnaie, il exigea de ses paysans des rétributions en monnaie cash pour acheter ses équipements militaires. Mais le paysan ayant besoin de monnaie pour payer son seigneur exigea également d'être payé en monnaie en allant vendre sa production au marché de la ville voisine ou du bourg.

Une économie monétaire se développa rapidement ou tout devenait à vendre et à acheter, même la terre et même les seigneuries féodales si elles faisaient faillite.

 

Avec l'économie monétaire et pour la faciliter, de nombreuses innovations virent le jour dés la fin du 12ème siècle en Europe occidentale, ce furent les banques, la comptabilité à deux colonnes, les lettres de crédit, le paiement par écriture et avec l'argent virtuel, puis les sociétés capitalistes par action. A l'orée du 14ème siècle tout ce qui fait l'organisation sociale de notre société actuelle était en place.

 

 

637px-Quentin Massys 001

Le changeur et sa femme (monétarisme)

Quentin Metsys

 

Il n'aura fallu seulement que 3 siècles entre la destruction de la forme antique de l'état avec ses grands domaines, pour parvenir à l'émergence du capitalisme.


Nous voyons ici qu'une nouvelle pratique celle de l'organisation d'hommes en petits groupes autour d'un chef de guerre isolé, sans qu'il n'existe d'organisations étatiques put engendrer par modèle l'émergence d'une nouvelle classe capitaliste ne pratiquant pas la guerre mais l’accumulation de capital et cela sans frein social ni étatique.

Cette nouvelle classe sociale n'eut de cesse, dés le 13ème siècle de réclamer le pouvoir politique. Elle l'obtint ça et  là avec des avancées comme en Allemagne et en Italie puis des reculs à partir du 16 ème sicle pour qu'enfin au 18ème siècle elle finisse par se l'accaparer en Europe occidental.

Dés le 19ème siècle ce modèle économique et social se répandit sur toute la planète pour aujourd'hui être totalement généralisé.

 

Cependant comme toute chose possède son contraire, le capitalisme finit par évoluer vers sa contradiction.


Né de la liberté favorisant l'initiative individuelle, la nécessité de gagner toujours plus le conduisit à se réorganiser en permanence engendrant des entreprises de plus en plus lourdes contrôlées par des états redevenant omnipotents. Le paradigme initial en réseau de multiples entreprises tourna en monopolisme, en étatisme et ce paradigme social appliqué à l'entreprise et à l'état redevint pyramidale dés la fin du 19ème siècle avec le taylorisme et le fordisme.

 

Ford-Model-T-IntegratedAssemLine-1913.jpgTravail à la chaine - fordisme

des armées de travailleurs très hiérarchisés.

 

L'embranchement vers le capitalisme commença quand il y eut l'obligation pour chacun d'organiser sa défense puis sa survie sans attendre d'aide de qui que ce soit favorisant ainsi l'initiative individuelle et la monétarisation par extiction de l'esclavage.

 

Cependant, cette initiative individuelle est aujourd'hui largement freinée par de très lourdes organisations étatiques et industrielles faisant s'affaisser l'innovation technique au profit de la prédation financière. Le monde est en crise économique grave.

 

Pourtant une nouvelle technologie engendrant une nouvelle pratique, commence à modifier de nouveau les rapports sociaux en rendant inopérant les rapports hiérarchiques au profit justement de l'initiative individuelle.

 

La recherche de la qualité.

 

Dés les années 80 le monde de l'entreprise dû réfléchir à un autre mode d'organisation de la production afin d'améliorer la qualité qui devenait source d'intérêt commercial mais aussi d'intérêts directement économiques par la moindre importance de rebuts coûteux.

 

Industrie-auto.jpg

Recherche de la qualité dans l'industrie à la fin du 20ème siècle


Les organisateurs d'entreprises principalement de hautes technologies voulurent que chacun des participants au processus de production devienne intelligent et responsable de manière à prendre sur lui l'obligation de la qualité. L'entreprise étasunienne Hewlett Packard fabriquant d'ordinateurs commença à théoriser sur un nouveau type d'organisation d'entreprise non plus en forme de hiérarchie pyramidale mais en réseau. Dans le même temps les entreprises japonaises réduisirent considérablement les niveaux hiérarchiques et devinrent plus efficaces.

 

Cette organisation en réseau d'individus productifs, intelligents et responsables eut rapidement besoin de l'ordinateur connecté pour s'accomplir pleinement. L'organisation des entreprises se modifia partout et, avec l’ordinateur connecté chacun pu avoir accès à un grand nombre d'informations sur l'entreprise et le produit fabriqué. Chacun gagna en autonomie et en responsabilité, dans le même temps les niveaux hiérarchiques diminuèrent considérablement.

La pratique de réseau modifia le monde de l'entreprise et avec, la mentalité de ceux qui y participèrent, chacun devant compter de plus en plus sur lui-même et sur son initiative.


 

L'internet et l'information.


Thierry Meyssan fondateur

Réseau Voltaire

01515368-photo-thierry-meyssanL'arrivée de l'internet dans les années 90, d'abord dans les entreprises dynamisa encore la pratique entrepreneuriale de réseau et à l'approche de l'an 2000 l'internet commença à se répandre dans la population.


Les attentats du 11 septembre 2001 marquèrent une étape importante dans l'histoire de la pratique de réseau. En effet, le Réseau Voltaire contesta la version officielle avec son tout nouveau site internet et cette contestation pu se répandre aisément dans le monde entier obligeant les autorités étasuniennes à une réaction publique. C'était la première fois qu'une tout petite organisation, munie de son site pu prendre ainsi une importance internationale. A partir de là, de nombreux sites d'informations alternatives se multiplièrent pendant que le nombre d'abonnés à l'internet explosa.

Mais la pratique de l'internet était encore passive elle ne favorisait qu'une meilleure diffusion d'informations en dehors des médias dominants, tous sous la coupe de l'impérialisme étasunien.


 

Les réseaux sociaux ou la généralisation de la pratique de réseau.

 

Les réseaux sociaux vont fondamentalement modifier la pratique de réseau et la faire entrer dans une réalité généralisée en donnant à chacun une pleine autonomie d'expression.


Les réseaux sociaux tels que Facebook avec ou sans accompagnement de blog permettent à tout un chacun de devenir un propagateur d'information autant qu'un diffuseur d'idées et ce en dehors du champ très contrôlé de l'idéologie dominante. Ainsi par exemple des gens pensant avoir une opinion de gauche arrivent à converser et trouver des points d'accord avec des gens pensant avoir une opinion droite. Les réseaux sociaux sont devenus un immense forum ou les idées bouillonnent en dehors de tout contrôle d'une puissance étatique ou sociale. Certains affichent sur leur page de véritables sites d'information ou l'on peut puiser et partager.

Les clans partisans et guidés explosent tandis que la crédibilité de la caste politico-médiatique s'effondre.

 

12547518-l-39-homme-avec-un-ordinateur-portable-rouge-en-pl.jpg

L'homme en réseau connecté à tout


Alors qu'il était simple de contrôler un média ou un parti politique par la corruption de ses dirigeants, le contrôle de la masse devenue elle-même média est impossible à réaliser.

Dans le paradigme ancien fonctionnant par cooptation interne les partis politiques et médias avaient la particularité de faire émerger plutôt la flagornerie, la traîtrise, la médiocrité ceci n'est plus possible avec le système en réseau. Dans ce paradigme chacun ne compte que pour un, il n'y a aucune hiérarchie, aucune préséance, seule la capacité à convaincre en expliquant peut faire de certains des leaders d'opinions.

 

Nous nous apercevons ainsi qu'une nouvelle pratique sociale se met en place et se généralise rapidement c'est une pratique qui donne le pouvoir à l'individu mais celui-ci connecté en réseau avec tous les autres acquiert une puissance dans la connaissance que l'humanité n'a jamais pu connaître. Il est indéniable que cette nouvelle pratique apportera des changements fondamentaux au sein de l'humanité changements comparables à ceux ayant suivi la découverte de l'agriculture.


La pratique de réseau, engendre de nouveaux modes d'expression comme le "Journal de Personne " et la pratique sociale de la liberté individuelle celle-ci ne peut donner que des ailes aux humains et ne plus permettre de retour à une société hiérarchisée.

 

Alors point de révolution ? Celles-ci quand elles sont survenues n'étaient que des ajustements de pouvoir mais en aucun cas n’apportèrent de nouveaux paradigmes sociaux. La révolution française n'entérina qu'a posteriori ce qui était déjà dans l'air du temps et déjà admis en Angleterre.

Ceci ne signifie pourtant pas qu'il faille rester passif et attendre que les choses changent d'elles-mêmes non !

 

L'action sociale doit consister à défendre et accélérer le processus conduisant sur un nouveau chemin. Ce nouveau chemin doit voir la disparition de l'ordre ancien des partis politiques et leurs médias pyramidaux aisément corruptibles. 

 

Dénoncer sans relache politiciens et médias corrompus par l'impérialisme.

Recouvrer l'indépendance de notre nation espace ou devraient s'inscrire nos lois et donc notre liberté.
Oeuvrer contre l'ingérence et pour un réseau de nations libres et indépendantes.

Telles sont les tâches dévolues à l'honnête homme d'aujourd'hui épris de justice sociale et voulant faire avancer l'humanité.


Combattre sans arrêt pour la liberté car elle seule est ordonnatrice et le sera de plus en plus dans ce nouveau paradigme.

 


Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Analyses
commenter cet article
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 16:36

 

Morale, hypocrisie et transgression.

 

 

 

 

 

L'art de Personne est de poser un certain nombre de problèmes fondamentaux avec toujours une énigme quand à sa propre conviction. Ainsi elle nous édicte un certain nombre de préceptes moraux pour les nuls dont la teneur est banal dans la morales commune occidentale qui est en gros la morale chrétienne, mieux, la plus ancienne, la morale catholique.

 

La réforme protestante a aussi réformé le morale chrétienne dans son aspect le plus hypocrite au sujet de l'avoir considérant que la contradiction entre l'avoir ostensible de l'église et le culte franciscain de la pauvreté devenait une contradiction trop crue et qu'il fallait y mettre un terme en passant au culte de la richesse matérielle et à la malédiction de la pauvreté.

 

La morale est inhérente à l’Être car nul Être ne saurait persister sans son environnement social. Tout groupe social génère une morale commune dont la fonction est de marquer l'appartenance au groupe par son rituel, la façon de se vêtir par exemple, de renforcer la cohérence du groupe et dans les sociétés inégalitaires de légitimer les dominations et les soumissions.

 

On peut appeler ce chapeau idéologique propre à toute société : morale , idéologie dominante ou religion. Les religions dictaient l'ordre moral jusqu’à il y a peu de temps, leurs discrédits en occident les a fait remplacer par d'autres concepts idéologiques et moraux diffusés maintenant par les médias, nouvelles églises et les politiciens nouveaux clercs mais rien ne change.

 

On peut diviser un ordre moral en deux groupes. Un premier groupe que j'appellerai naturel ce serait le Bien au sens mythique du terme car nulle morale se saurait être bâtie sans un socle naturel et admissible par tous qui fonderait ainsi sa crédibilité.

 

Une morale naturelle, celle du Bien.

 

Ce socle naturel le Bien possède pour principes d'assurer la pérennité du groupe et sa cohésion. Par exemple le «Tu ne tueras point » est un de ces principes fondamentaux bien qu'il soit sous entendu que « Tu ne tueras point les membre de ta propre communauté » par contre tu auras l'obligation de tuer ceux de la communauté désignée comme ennemie.

On voit bien ici en observant l'histoire et ses guerres que toute morale est liée à une communauté donnée, elle n'a rien d'universelle, n'est valable que pour ses membres car le premier des principes moraux : « Tu ne tueras point » n'est valable qu'à l'intérieur d'un groupe. Assassiner son voisin est un crime tuer les ennemis officiellement déclarés est un mérite social.

Le deuxième principe moral du Bien est le sacrifice, il est normal et bien d'aller jusqu’au sacrifice pour que vive le groupe. La religion chrétienne fut utilement fondée sur le mythe du sacrifice. Puis il y a le vol de l'avoir d'autrui, le mensonge, la concupiscence en fait tout ce qui pourrait être destructeur pour toutes sociétés humaines.

 

Une morale d'ordre, un ordre moral.

 

Après les préceptes fondamentaux du Bien suivent d'autre préceptes ayant pour fonction d'assurer un ordre social fondé sur l'exploitation des hommes par d'autres hommes, les dominés par les dominants. Par exemple : l'acceptation morale de la pauvreté avec le rejet moral de l'avoir. «L'argent ne fait pas le bonheur » ce que Coluche grand moraliste avait tourné en dérision en disant « Il vaut mieux être riche et bien portant que pauvre et malade » ou l'oisiveté de l'esclave ou du salarié en disant : "L'oisiveté est mère de tous les vices". L'obéissance due au chef, au prêtre, au père, au patron, une soumission acceptée par «Les premiers seront les derniers » sous entendant que plus il est accepté d'être un esclave soumis en ce bas monde, plus grande sera la chance de figurer parmi les puissants après la mort dans un hypothétique paradis.

Ce paradis étant tout autant inégalitaire que le bas Monde mais inversé. La ruse est intelligente, celle d'utiliser la peur de la mort et donc du néant pour faire que chacun ici bas puisse accepter le pire pour lui-même. Ainsi a toujours fonctionné le mythe du paradis pour les religions monothéistes du Livre.

Une superbe et très matérielle récompense pour ceux s'étant bien conduit en soumission et un terrible enfer fait de vives souffrances pour les dissidents. On voit d'ailleurs que le paradis ressemble étrangement à la vie sur terre mais comment pourrait il être imaginé par l'homme autrement.

 

Jerome-Bosh.jpgJérome Bosch Le jugement dernier.

L'image de l'enfer et du paradis selon la mythologie chrétienne.


 

Une morale sexuelle.

 

Lire Sexe et Société


La morale sexuelle possède deux fonctions.

Celle d'assurer la fidélité sexuelle des femmes génitrices de manière à rendre certaine la filiation pour l'héritage de l'excédent d'avoir.

Celle d'édicter une morale impossible à tenir de manière à s'assurer que tout un chacun soit en faute, mérite l'enfer mais puisse bénéficier d'une rédemption par une soumission plus importante encore.

Ainsi la morale chrétienne a particulièrement imposé une très dure morale sexuelle et avec, le sentiment de faute et de pécher y compris dans la reproduction pourtant naturelle, avec le pécher originel et l'immaculée conception.

La répression morale féroce de la sexualité, particulièrement celle des femmes, aura produit quantités de névrosés et rempli des asiles de fous dans les sociétés occidentales fous et névrosés n'existant pas dans d'autre sociétés notamment dans les sociétés primitives.

 

L'hypocrisie et tartuferie.

 

bd-tartuffe-a-11_800.jpg

Cachez ce sein que je ne saurais voir.

Molière dans le Tratuffe se moque de la morale sexuelle.

 

Une morale impossible à tenir génère bien évidemment en corollaire l'hypocrisie de ceux prétendant accepter bruyamment un ordre moral mais ne pouvant comme tout le monde s'y soumettre, la masturbation en est l'exemple le plus frappant.

On voit ici toute la perversité de la morale chrétienne qui fabriques menteurs, hypocrites et frustrés.

 

La transgression , le Mal.


satan

 

Si se soumettre à une morale et au Bien est affirmer une appartenance sociale. La transgression ostensible est affirmer une non appartenance.

Nous avons vu que l'ordre moral y compris celui positif du Bien est réservé aux bas peuples, aux soumis aux dominés dans nos sociétés inégalitaires, alors plus l'individu sera élevé dans la hiérarchie sociale de la domination plus il sera dans l'obligation de transgresser la morale commune en signe de non appartenance au peuple des soumis attaché à la morale commune.

 

Lire Le Mal.

http://www.alain-benajam.com/article-le-mal-83591137.html

 

Le Mal qui est une transgression et non pas un ordre moral différent est érigé en idéologie voir religion pour les puissants de ce monde, c'est la religion sataniste qui cultive l'inversion et l'horreur particulièrement le meurtre sadique des enfants, transgression suprême (affaire Dutroux).

Ce droit à la transgression donné aux puissants et largement utilisé par eux, pédophilie, partouzes, viol, meurtre etc. peut leur être retiré en cas de faute c'est à dire de non soumission à l'ordre suprême impérialiste.

 

Ce fut par exemple le cas pour Dominique Strauss-Khan qui pouvait violer usuellement qui il voulait et l'a fait tout au long de sa vie mais à partir du moment ou il découvrit le secret des faux stocks d'or étasunien et s'apprêtait à divulguer ce secret de Polichinelle il tomba rapidement dans le vulgum pegus et fut exhibé menottes aux poignets pour avoir « violé » une très vilaine femme de chambre.

Nous voyons que si nulle société ne saurait se passer de morale, la notre fut pervertie à l'extrême dans notre occident dominateur et transformé en un ordre moral particulièrement pervers.

 

Aujourd'hui un nouvel ordre moral émerge celui de la gauche dont la particularité est encore d'accentuer l'hypocrisie par l'inversion des valeurs notamment le fait d'utiliser les «droits de l'homme » pour fomenter les plus terribles guerres coloniales qu'ai connu le monde depuis 50 ans comme nous l'avons vu en Libye et le voyons en Syrie.


Le Tartuffe ou l'homme de gauche.



Alors morale pour les nuls certes mais ne laissons pas les nuls faire la pluie et le beau temps.

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Idées
commenter cet article
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 17:51

 

 

 

L’Être, le Néant et la Méthode.

 

 

  A voir avant de lire l'article.

 

Le Menu.

 

L'éclairage poétique de Personne sur le sujet n'est en rien contradictoire avec ma propre version. Chacun éclaire un problème avec ses propres capacités ces deux éclairages sont pour moi complémentaires.

 


 

Personne nous pose ici une série de problèmes, comment y répondre?

 

Le non-être par exemple ?


Le non être ne peut être défini qu’à contrario de l’Être, le non être c’est la mort celle qui surviendrait si l’on débarrassait l’Être de son environnement habituel.

Le non-être est bien l’homme dépouillé et nu.

 

En effet si Descartes avait défini l’être par le « Cogito » : « Je pense donc je suis » j’avais critiqué cette approche dans cet article:

http://www.alain-benajam.com/article-l-etre-l-avoir-l-instruction-la-liberte-et-la-republique-118616342.html, rapprochant plutôt la définition de l’Être par son avoir au moins minimum lui assurant sa survie.

 

Cette possession est devenue inhérente à l’humain le différenciant de l’animal, puisque dés sa genèse le séparant du singe, l’hominidé a prolongé ses membres d’outils simples puis complexes dont l’utilisation et l’amélioration ont contribué à son évolution vers les humains que nous sommes.

 

L-homme-singe.jpg
 

Je présentais l’exemple suivant ; si nous laissions un humain débarrassé de tout, nu, au fond d’une forêt si profonde qu’il ne pourrait en sortir, il est évident que notre homme ne survivrait pas plus d’une semaine.

 

Cependant ma critique de Descartes était très vite tempérée par l’insuffisance de mon propos ramenant mécaniquement l’Être à l’Avoir, car même pourvu d’instruments de chasse, d’outils aratoires, de vêtements chauds et d’un abri encore faudrait-il que notre homme sache s’en servir. La société complexe contemporaine a spécialisé les individus d’une façon extrême en les éloignant de la nature et d’une éventuelle capacité de survie en dehors des villes et de leurs possibilités.

 

 

Descartes_Discours_de_la_Methode.jpgDonc la définition de l’Être devrait d’abord se rapprocher de celle de la méthode (on revient Descartes) et d’abord des méthodes d’utilisation de ses outils, des méthodes de chasse, de culture, de confection de vêtements et d’habitat, méthodes transmises de générations en générations par instruction des plus âgés vers les plus jeunes.


Mais au fil du temps l’organisation des hommes s’est grandement complexifiée. Chacun ne détient plus maintenant que des méthodes spécialisées et spécifiques nécessaires à l’ensemble du groupe.

 

L’humain, passant de chasseur cueilleur à l’agriculture a déjà commencé à différencier ses méthodes et a les spécialisé ; entre ceux qui par exemple confectionnaient les outils, celles qui confectionnaient les vêtements et ceux qui cultivaient la terre. Ceci formant un corps social possédant collectivement un ensemble de méthodes et de capacités propres à assurer la survie de chacun et du groupe.

 

Mais aujourd’hui, bien peu seraient capables de chasser et de cultiver la terre pour se nourrir. Nous sommes parvenu a une extrême spécialisation avec de complexes imbrications entre elles.

 

Je site souvent le cas d’une automobile possédant environ 5000 pièces différentes fabriquées par des centaines d’entreprises différentes et mobilisant des milliers d’individus. Pourtant chacun possède une automobile et ne pense nullement à tous ses congénères qui ont contribué à ce que cela fonctionne,
La méthode collective amenant à l’automobile dans laquelle nous montons chaque jour est bien vue mais non remarquée par chacun de nous. Certains même en lisant cet article vont se demander si j’ai bien tous mes esprits tellement ce qui est banal est peu compris.

 

Finalement revenant à Descartes et sa fabuleuse intuition ou réflexion du « Discours de la Méthode » l’Être ne peut être défini que par les méthodes qu’il use et par les capacités qu’il offre à la société.
L’Être est indissociable du groupe social dans lequel il s’insère et des méthodes utilisées par ce groupe.
Le non-Etre à contrario est l’extraction de l’Être du groupe social et son corpus de méthodes auquel il est usuellement attaché.

 

Le néant ou la vacuité.

220px-DaodeTianzun.jpg

 

Lao Tseu philosophe chinois du 5ème siècle avant JC, contemporain des grands philosophes grecs de la période classique a formulé une philosophie de la vacuité.
On peut remarquer que contemporain de Confucius, sa philosophie s’opposait totalement à celle de ce dernier. Si Confucius édictait des méthodes pour le vivre ensemble en bonne intelligence, Lao Tseu était un adversaire résolu de toutes méthodes.


Ce rejet complet des méthodes est bien le cœur même de la philosophie du Tao venant de Tao To King ; le livre de la voie et de la vertu.

 

Cette philosophie devenue religion en Chine ne possède que très peu d’adeptes qui se trouvent surtout parmi un milieu d’intellectuels oisifs. En effet il s’agit d’une anti-pensée et d’une anti-méthode. Cette philosophie de la vacuité possède évidemment pour rituel de couper au maximum l’Être de toutes perceptions extérieures de manière à ce qu’il ne puisse ne se trouver qu’à l’écoute de lui-même ainsi le pensait-il.

Cette coupure est vaine car impossible a être réalisée complètement sous peine de mort, mais certains ascètes arrivent à se rapprocher du dénuement total on en trouve en Inde.
Cette méditation se veut transcendantale espérant ainsi par cette non réflexion rencontrer les forces de l’univers pour les chinois, qui ne sont ni déistes ni créationnistes et Dieu pour les chrétiens occidentaux.

 

L’ascèse extrême et la méditation dite transcendantale est une méthode usuelle dans beaucoup de religions. Voulant couper l’humain de toutes méthodes honnies et de tous avoirs honnis, l’individu qui s’y adonne ne peut que se retrouver au seuil biologique de la mort. Il se produit alors ce que l’on appelle un Effet, Modifié de Conscience ou EMC entraînant des hallucinations ou l’individu en question croit percevoir une quantité de phénomènes comme rencontrer Dieu, la Vierge ou d’autres types d’esprits. D'autres religions parviennent à cet état par l'usage de drogues puissantes et d'autres par la trans obtenue avec un bruit cadencé et puissant le résultat physiologique est le même.

 

Inde: un ascète affirme avoir passé 70 ans sans manger ni boire

 

000_Del378071_0.jpg

L'ascète Prahlad Jani dans sa chambre d'hôpital à Ahmedabad, le 26 avril 2010.

AFP / Sterling Hospitals

 

 

 

On s’aperçoit que couper l’humain des méthodes sociales ou particulières par la vacuité conduit cet humain vers le non-être et par hallucination due au manque d’oxygénation du cerveau à percevoir des fantasmagories.

 

sitraPCU117362_289377_db4stfrancoisdassise27.jpgLa vacuité, le non-avoir et l’ascèse extrême fait également partie de la mythologie chrétienne ou le retour au « désert » revient d’une manière récurrente. François d’Assise (1181 -1226 ) au bord de l’hérésie en à fait une posture christique et fondé l’ordre pauvre des franciscains vivant d’aumône.

L’église n’étant pas en reste possédait un ordre inverse celui des cisterciens grands maîtres de méthodes de toutes sortes autant industrielles qu’agricoles.
Ainsi nous voyons que la contre pensée de la vacuité fascine certains intellectuels mais ne peut en aucun cas être socialement admise, toute sociétés génère plutôt des systèmes idéologiques valorisant la méthode ce qui est ontologique.

 

La vacuité et le non-être nous conduisant à la non existence et à la mort sont contre naturelles car tout vivant œuvre toujours y compris malgré lui à la pérennisation de son espèce.

 

Aujourd’hui l’humanité vient encore de franchir un stade, celui de la virtualité. Si l’agriculteur possédait quelques outils aratoires en prolongement des ses membres, l’homme contemporain possède un ordinateur connecté en réseau en prolongation de son cerveau. Comme pour tous outillages prolongeant les capacités humaines celui-ci est vu et non remarqué, très peu ne possède la moindre idée de son fonctionnement ni de la quantité de savoir et de méthodes diverses qu’il a fallu pour que cela fonctionne et que je puisse mettre cet article « en ligne ».

 


homme-a-son-ordi.jpgL’homme est en train de s’approprier une nouvelle méthode de pensée collective et un nouveau paradigme d’organisation social ; le réseau. Des Êtres nouveaux apparaissent non plus définis par leur identité sociale précédente mais par des pseudo par eux choisi en fonction de ce que chacun pense être, « L’insoumise », « La Nittzschéenne », « Personne », « Le Poétiste » sont des Êtres à part entière parfaitement descriptibles peut être mieux que par leur identité officielle.

Ces Êtres là, qu’on leur retire leur ordinateur, les fait passer derechef au stade de non-être.

 


Je suis connecté donc je suis c’est ce qu’il va falloir bientôt dire.

 

La méthode est bien ontologique et la non méthode le néant.

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Idées
commenter cet article
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 11:50

Nouvelle étude: les "conspirationnistes" sont sains; les suiveurs des gouvernements sont fous, hostiles

 

 

Par Kevin Barrett et HSN, le 12 juillet 2013

h.sharifi20130712040256270 

 

De récentes études de la part de psychologues et sociologues aux USA et au Royaume-Uni suggèrent qu’à l’inverse des stéréotypes des médias mainstream, ceux qui sont étiquetés "conspirationnistes" apparaissent plus sains que ceux qui acceptent les versions officielles des événements.


L’étude la plus récente a été publiée le 8 juillet par les psychologues Michael J. Wood et Karen M. Douglas de l’Université de Kent (Royaume-Uni). Intitulée "What about Building 7? A social psychological study of online discussion of 9/11 conspiracy theories" (Et pour le Bâtiment 7? Une étude socio-psychologique de discussions en ligne sur les théories de la conspiration autour des attentats du 11 septembre 2001, ndt), l’étude faisait la comparaison entre les commentaires "conspirationnistes" (pro-théorie de la conspiration) et "conventionnalistes" (anti-conspiration) sur des sites web d’information.


Les auteurs ont été surpris de découvrir qu’il est maintenant plus conventionnel de laisser des commentaires soi-disant conspirationnistes que conventionnalistes: "Sur les 2174 commentaires recueillis, 1459 furent définis comme conspirationnistes et 715 comme conventionnalistes." En d’autres termes, parmi les gens qui commentent les articles d’information, ceux qui ne croient pas aux explications gouvernementales d’événements tels que le 11 septembre ou l’assassinat de JFK dépassent en nombre ceux qui y croient par un facteur de plus de deux contre un. Ceci veut dire que ce sont les commentateurs pro-théorie de la conspiration qui expriment ce qui est reconnu comme la sagesse populaire conventionnelle, tandis que les commentateurs anti-conspiration deviennent une minorité isolée.


Peut-être parce que leurs opinions soi-disant mainstream ne représentent plus la majorité, les commentateurs anti-conspiration ont souvent témoigné de la colère et de l’hostilité: "L’étude… a démontré que les gens qui favorisaient la version officielle du 11 septembre étaient en général plus hostiles quand ils essayaient de convaincre leurs opposants."


De plus, il s’est avéré que les gens anti-conspiration étaient non seulement plus hostiles, mais fanatiquement attachés à leurs propres théories de la conspiration. Selon eux, leur propre théorie pour le 11 septembre – une théorie de la conspiration affirmant que 19 Arabes, aucun d’entre eux ne sachant piloter un avion efficacement, ont perpétré le crime du siècle sous la direction d’un mec sous dialyse dans une caverne en Afghanistan – était indiscutablement vraie. Les soi-disants conspirationnistes, par contre, ne prétendaient pas avoir de théorie expliquant complètement les événements du 11 septembre: "Pour ceux qui pensent que le 11 septembre était une conspiration du gouvernement, l’attention ne se porte pas sur la promotion d’une théorie en particulier, mais sur le démontage de la version officielle."

Bref, cette nouvelle étude par Wood et Douglas suggère que le stéréotype négatif du conspirationniste – un fanatique hostile scotché à la vérité de sa propre théorie personnelle marginale – décrit avec précision les gens qui défendent la version officielle du 11 septembre, pas ceux qui la contestent.

De plus, l’étude a démontré que les soi-disants conspirationnistes discutent du contexte historique (tel que voir l’assassinat de JFK comme précurseur du 11 septembre) plus que les conventionnalistes. Elle a également découvert que les soi-disants conspirationnistes n’aiment pas se faire appeler ainsi, ou "théoriciens de la conspiration".


Ces deux découvertes sont amplifiées par le nouveau livre "Conspiracy Theory in America" (La Théorie de la Conspiration aux USA, ndt) écrit par le politologue Lance DeHaven-Smith, publié plus tôt cette année par University of Texas Press. Le Professeur DeHaven-Smith explique pourquoi les gens n’aiment pas se faire traiter de "conspirationnistes": le terme fut inventé et fait circuler par la CIA pour critiquer et railler les gens qui demandaient des comptes sur l’assassinat de J.F. Kennedy! "La campagne de la CIA pour rendre populaire le terme "théorie de la conspiration" et l’adhésion à de telles théories la cible de railleries et d’hostilité doit, hélas, recevoir le crédit d’avoir été l’une des initiatives de propagande les plus réussies de tous les temps."

En d’autres mots, les gens qui se servent des termes "théorie de la conspiration" et "conspirationniste" comme insulte le font comme résultante d’une conspiration réelle, largement documentée et incontestée par la CIA pour étouffer l’enquête sur l’assassinat de JFK. Cette campagne, au fait, était totalement illégale, et les agents de la CIA impliqués sont des criminels; la CIA n’a pas le droit de mener des opérations domestiques, mais enfreint régulièrement la loi pour ce faire dans des opérations domestiques allant de la propagande aux assassinats.


DeHaven-Smith explique aussi pourquoi ceux qui doutent des explications officielles de "crimes importants" sont enthousiastes pour discuter du contexte historique. Il souligne qu’un grand nombre d’affirmations de conspirations se sont avérées être fondées, et qu’il semble y avoir des liens forts entre beaucoup de "crimes de l’état contre la démocratie" encore irrésolus. Un exemple évident est le lien entre les assassinats de John F. Kennedy et son frère Robert F. Kennedy, qui ont toutes deux pavé le chemin de présidences qui ont continué la guerre du Vietnam. Selon DeHaven-Smith, nous devrions toujours discuter des "assassinats Kennedy" au pluriel, parce que les deux meurtres semblent être des aspects du même crime plus large.

La psychologue Laurie Manwell de l’Université de Guelph est d’accord pour dire que l’étiquette "théorie de la conspiration" conçue par la CIA dérange les fonctions cognitives. Elle souligne, dans un article publié dans American Behavioral Scientist (2010) que les gens qui sont anti-conspiration ne peuvent pas penser clairement à propos de tels crimes apparents contre la démocratie que le 11 septembre à cause de leur incapacité à gérer des informations en conflit avec une croyance pré-établie.

Dans le même numéro de ABS, le Professeur de l’Université de Buffalo Steven Hoffman ajoute que les gens anti-conspiration sont typiquement la proie d’une "forte tendance à la confirmation" – c’est-à-dire, ils recherchent des informations qui confirment leurs croyances pré-établies, tout en se servant de mécanismes irrationnels (tel le label "théorie de la conspiration") pour éviter des informations conflictuelles.


L’irrationalité extrême de ceux qui s’attaquent aux "théories de la conspiration" a été aptement exposée par les Professeurs en communication Gina Husting et Martin Orr de Boise State University. Dans un article de 2007, lu par la communauté scientifique et intitulé "Dangerous Machinery: ‘Conspiracy Theorist’ as a Transpersonal Strategy of Exclusion" (Machinerie Dangereuse: ‘Conspirationniste’ comme Stratégie Transpersonnelle d’Exclusion, ndt), ils ont écrit:

"Si je vous appelle conspirationniste, cela importe peu que vous ayez réellement affirmé qu’une conspiration existe ou que vous ayez simplement soulevé un sujet que je préfèrerais éviter… En vous étiquetant ainsi, je vous exclus stratégiquement de la sphère où la parole, le débat et les conflits publics prennent place."

Mais maintenant, grâce à l’Internet, les gens qui doutent des histoires officielles ne sont plus exclus de la conversation publique; la campagne de la CIA vieille de 44 ans pour étouffer le débat en utilisant la raillerie "conspirationniste" est usée jusqu’à la corde. Dans les études académiques, comme dans les commentaires des articles d’informations, les voix pro-théorie de la conspiration sont désormais plus nombreuses – et plus rationnelles – que celles qui sont anti-conspiration.

Pas étonnant que les gens anti-conspiration ressemblent de plus en plus à des cinglés hostiles et paranoïaques.

Source: http://www.presstv.ir/detail/2013/07/12/313399/conspiracy-theorists-vs-govt-dupes/

 

Article Paru dans Réseau Internationnal le 13/7/2013

http://avicennesy.wordpress.com/2013/07/13/nouvelle-etude-les-conspirationnistes-sont-sains-les-suiveurs-des-gouvernements-sont-fous-hostiles/

 


Traduction : http://globalepresse.com/2013/07/12/nouvelle-etude-les-conspirationnistes-sont-sains-les-suiveurs-des-gouvernements-sont-fous-hostiles/

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Analyses
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 13:35

 

Héros Drapeau

 

 

Choisis ton camp camarade! 

Il est temps!

 

 

 

 

Dans les périodes paroxystiques belliqueuses il y a un moment ou l'affrontement tend à ne se réduire qu'à deux camps. Nous pouvons offrir de nombreux exemples d'affrontements dramatiques dans l'histoire ou il n'était plus question que de défendre sa patrie, donc sa maison, donc sa famille, son avoir, sa liberté, sa vie même soit des choses fondamentales qui appartiennent à l'homme lui même.


Ce qui est l'exemple le plus probant c'est celui ou un pays est envahi par une horde militaire extérieure ayant pour objectif d'instaurer ou de restaurer une tyrannie.

 

Contre nous de la tyrannie dit une strophe de notre hymne nationale qui résume ce que je viens d'exposer, il y a là le « contre NOUS » c'est à dire contre nous tous de la tyrannie. Puis suit : « Aux armes les citoyens !» c'est à dire que TOUS sans exceptions, citoyens responsables d'eux mêmes et de leurs familles doivent à ce moment s'unir et combattre l'envahisseur en faisant fi de leurs querelles qui à ce moment ne présentent plus la moindre importance.

 

Ainsi des querelles religieuses, philosophiques, politiques de tous ordres s'effacent devant le danger commun il n'y a plus qu'un seul et unique front à opposer et combattre par tous moyens, c'est une question de vie et de mort.

 

Dans ce genre de situation paroxystique il se trouve toujours des individus pour trouver une bonne raison pour choisir le camp de l'ennemi et collaborer avec lui. Ces individus mettent en avant leurs préférences religieuses ou idéologiques pour prendre le parti de l'envahisseur qui toujours aime à se présenter comme un libérateur.

 

D'autres pourtant proches idéologiquement de cet envahisseur préfèrent eux choisir le camp de la mère patrie.


Par exemple durant la révolution française qui dut faire face à l'agression étrangère voulant rétablir l'absolutisme royal, il se trouva des nobles et des prêtres pour se ranger du côté de la Nation et des paysans qui en Vendée et pour des raisons religieuses se rangèrent du côté de l'envahisseur poignardant ainsi la Nation dans le dos.

 

Le plus bel et proche exemple fut celui de la période 1940-1945 ou des gens de gauche, pensant que le nazisme était à gauche se rangèrent du côté de l'envahisseur avec des gens de la droite extrême pensant aussi que le nazisme était de la droite extrême.


D'un autre côté des royalistes convaincus, appartenant à l'Action Française se mêlèrent sans état d'âme à des communistes mettant de côté leurs précédentes querelles jugées secondaires pour défendre la patrie commune. Avant la création des FTPF en 1942, pour posséder une arme et combattre l'envahisseur dans une organisation militaire structurée il fallait être membre du PCF alors certains membres de l'Action Française adhérèrent au PCF pour combattre l'ennemi commun.


A ce moment de l'histoire de France l'appartenance à la droite ou à la gauche ne possédait aucun sens tout comme être chrétien ou athée seul, l’engagement sans faille pour le combat national avait un sens recouvrant tous les autres. Notre grand poète national Aragon en a écrit un poème fort célèbre, La Rose et le Réséda.


Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat

 

Qu 'en est il aujourd'hui dans notre chère patrie qui puisse être comparable aux précédentes périodes dramatiques évoquées.

 

D'abord si la soldatesque étrangère n'est pas visible dans nos rues, si ses colonnes mécanisées n'ont pas encore franchi nos frontières, il n'en demeure pas moins que nous sommes un pays entièrement soumis à une volonté étrangère. Cependant, cette volonté n'a pas encore recours à la violence militaire pour s'imposer, elle n'en a pas besoin puisque nous sommes soumis.

Cette ferme volonté fût imposée par la ruse petit à petit et elle pèse maintenant sur chacun d'entre nous aussi sûrement que si de féroces soldats mugissaient dans nos villes et nos campagnes.


Notre patrie a ainsi perdu son indépendance et en conséquence chacun d'entre nous paye un lourd tribu de 3000 € par an par français, enfants compris pour payer les intérêts d'une dette obligatoire imposée par l'envahisseur impérialiste anglo-saxon.

Ce prélèvement est considérable mais ce n'est pas tout car nous ne pouvons décider comment protéger notre industrie du désastre puisque des règles imposées de l'étranger nous en empêchent.


Notre ennemi anglo-saxon pèse sur notre patrie aussi durement que pesait l'Allemagne nazie entre 40 et 45.


Mais me direz vous, il n'y a pas encore chez nous des résistants internés, torturés, fusillés. On peut bien dire pas encore. Pourtant déjà nous savons que tous les français sont espionnés et que leur communications téléphoniques, leurs mails et interventions sur les réseaux sociaux sont captés et triés, que des opinions politiques sont répertoriées tout ceci avec l'aide active de la DCRI véritable police politique héritière des Renseignement Généraux créés sous Pétain.

Chaque jour nous voyons une lourde propagande se répandre dans nos médias avec son cortège de mensonges éhontés comme était la tristement célèbre "propaganda staffel".

Nous observons que la démocratie est bafouée par des partis politiques présentant tous la même opinion fondamentale d'asservissement de notre peuple à l'étranger avec entre eux de très faibles nuances.


Demandons nous pourquoi les français sont espionnés par la NSA la centrale de renseignement US comme l'a révélé Edward Snowden ce transfuge de la CIA?

Dans quel but les opinions politiques sont elles classées si ce n'est qu'il puisse être prévu une répression contre les dissidents. Si non pourquoi dépenser tant d'argent pour rien!


Pire encore, si les opposants ici ne sont pas encore massacrés on peut observer aisément ce qui se passe dans des pays qui résistent à l’imperium anglo-saxon, ce que nous ne faisons pas encore.


Nous en avons eu un exemple avec la Libye et maintenant avec la Syrie ou des hordes pratiquant une barbarie extrême ont été jetées là venant de 80 pays différents souvent sortis des prisons pour aller massacrer les gens qui ne veulent être soumis; égorgeant ça et la, coupant les têtes, découpant vif à la scie à ruban massacrant des villages entiers on parle déjà de 100 000 morts après les 60 000 de Libye.


Demandons nous pourquoi l'impérialisme a prévu cette guerre de longue date?


Nous constatons que les pays agressés ou sur la liste d'une future agression sont des pays non encore soumis à la dette obligatoire et sont des producteurs de richesses pétrolières ou gazières dont les revenus leur permettraient d'être lourdement endettés . 

 

800px-public_debt_percent_gdp_world_map-wikipedia.png


Nous voyons par exemple sur cette carte la Norvège membre de l'OTAN très riche et productrice de pétrole lourdement endettée et la Libye d'avant le massacre impérialiste non endettée et qui était même prêteuse de fonds souverains au FMI.

Il s'agit bien pour l'impérialisme anglo-saxon de mettre la main sur les peuples même plus que sur les richesses naturelles et de soumettre ces peuples  à une dette éternelle, non remboursable mais génératrice d'intérêts permanents.


Si nous sommes ici asservis et passifs le peuple syrien lui se bat les armes à la main et le dos au mur contre les milices recrutées perpétuellement et bien armées par les USA et leurs marionnettes, milices qui ont détruit ce pays tranquille et prospère.


Si ce peuple n'avait pas eu le soutient diplomatique et militaire de la Russie et de la Chine nul doute qu'il aurait sombré écrasé sous des milliers de tonnes de bombes.


S'il n'y avait pas eu la Russie sous la ferme direction de Vladimir Poutine il ne serait pas possible aux peuples épris d'indépendance de relever la tête et d'envisager une prochaine libération.


Certes en Syrie on voit maintenant très mal l'impérialisme l'emporter, mais en France ce même impérialisme, sanguinaire là bas et oppresseur ici, quand allons nous nous en débarrasser et recouvrer enfin une indépendance inexistante depuis 1947 sauf pendant la période gaulliste de 1958 à 1969 ?

 

Que valent donc aujourd'hui les opinions politiques de droite de gauche avec leurs extrêmes?

Que valent les croyances, les religions, les obédiences, les inclinaisons sexuelles, les origines sociales et géographiques?

Tout ceci ne vaut rien, absolument rien face aux intérêts supérieurs de notre patrie asservie par cet impérialisme particulièrement violent et ignoble contre lequel le peuple syrien  se bat avec détermination et courage.

 

Citoyen, prenez conscience qu'il n'y a plus que deux camps celui de la patrie et celui de l'impérialisme .

Moi, j'ai choisi le mien fidèle à mes ancêtres résistants c'est le camp de la patrie!

 

Suis moi!

Qui que tu sois; communiste, royaliste, troisième voie, socialiste, Front National, Front de Gauche, gaulliste, nationaliste, de droite comme de gauche, comme de rien, si tu es dans le même camp que moi pour la Nation, pour la Patrie, contre l'impérialisme tueur tu es mon frère de lutte mon camarade.

 

Si non; faux socialiste, faux communiste, faux gaulliste, fausse gauche, faux « antifa » tu es mon ennemi et je te déclare la guerre comme j'ai déclaré la guerre à l'impérialisme tueur des peuples.


Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 19:11

Ce que l'on sait, ce que l'on peut croire!

 

 

 

 

  Photo201376173878.jpg

 

 

 

La désinformation et la propagande qui se répand sur tous les médias officiels ont accrédité un certain nombre de légendes brouillant les possibilités de compréhension du dispositif de l'impérialisme anglo-saxon sur le monde, j'essaye de résumer ici ce que l'on sait et ce que l'on peut croire.

 

L'impérialisme.

 

Quand on parle d'impérialisme anglo-saxon on évoque l'ancien complexe militaro-industriel étasunien dont parlait Eisenhower mais qui depuis s'est modifié sensiblement.


Aujourd'hui ce complexe est composé de :

 

1- Un système financier spéculatif dont la tête est La City de Londres lié étroitement à Wall Street à New York, ce système est en passe d'être phagocyté par l'état chinois ce qui posera un grave problème de contradictions à l'impérialisme.

2- L'industrie de guerre des USA.

3- l'industrie pétrolière des USA.

4- Les militaires de haut rang étasuniens liés à l'industrie d'armement.

 

Ce complexe n'est pas monolithique, des contradictions apparaissent entre le système financier de plus en plus accaparé par la Chine qui ne tient pas forcément à la suprématie du Dollar et les militaro-industriels étasuniens ne pouvant vivre que sur un Dollar fort.

 

Les militaires étasuniens sont également divisés entre ceux qui ont conscience qu'une confrontation avec les russes et les chinois a toute chance d'être perdue comme Martin Dempsey chef d'état major et des jusqu’au-boutistes irresponsables.

Ce système impérialiste vit essentiellement de l'exploitation des peuples dont il cherche à faire ses contributeurs.

Cette exploitation fonctionne principalement sur l’endettement obligatoire des populations dont on ne cherche surtout pas qu'ils remboursent une dette fictive mais qu'ils payent sempiternellement des intérêts.


De ce fait on a transformé une dette fictive, en payement d'intérêts bien réels sur du travail et des richesses bien réelles.

 

L'impérialisme a pour fonction de maintenir un système d'endettement là ou il existe et de le mettre en place par la guerre là ou il n'existe pas encore (Libye, Syrie, Iran, Russie, Chine) en mettant la main sur des systèmes financiers encore libres.

 

Dans cet ensemble le président des USA n'est qu'une marionnette choisie pour faire bien et qui ne peut qu'obéir aux ordres sous peine de mort.

 

L'OTAN, l'Union Européenne, l'Euro.

 

Ces dispositifs ont été élaborés par l'impérialisme afin de soumettre et d'exploiter les populations européennes par la dette obligatoire.

L'Euro est le soutient au Dollar qui s'effondrerait sans sa contribution en étant le vecteur monétaire de la dette en Europe.

L'Union Européenne n'est là que pour soustraire les nations à la souveraineté de leur peuple.

L'OTAN représente une force militaire imposant cette soumission.

 

Les politiciens et partis politiques.

 

Leur fonction est de faire accroire en une démocratie qui n'existe pas car sous des façades d'opposition entre eux ils sont tous d'accords pour continuer à soumettre les populations au système impérialiste de la dette.

Beaucoup, de droite comme de gauche et même des extrêmes ont été formatés aux USA pour ce travail, il n'y a aujourd'hui pas d'exceptions perceptibles.

 

Les médias.

 

Les médias sont étroitement contrôlés par l'impérialisme et mis à son service, ils en sont devenus même un instrument indispensable.

Leur rôle est l'élaboration des légendes devant être crues et de désignation des cibles étatiques à qui le système va faire la guerre pour s'accaparer des richesses et soumettre les populations à la dette.

Les journalistes de ces médias envoyés en zones de guerre sont en fait des agents de renseignement ou de provocation au même titre que seraient des militaires il n'y a pas de frontière entre l'agent journaliste et le journaliste agent.

Nous l'avons vu avec l’abracadabrantesque affaire du gaz Sarin en Syrie montée avec le journal Le Monde ou 13 « personnes » auraient été « contaminées » mais pas tuées par ce gaz Sarin.

Cette histoire est évidemment ridicule mais a pu servir de caisse de résonance à une propagande de guerre.


Il n'y a aucune exception dans la presse officielle ce sont tous des instruments, y compris maintenant avec de nouveaux médias internet type Médiapart, Boulevard Voltaire, Rue89 etc. qui se donnent des postures contestataires mais qui fonctionnent dans l'intérêt de l'impérialisme.

Il y a toujours la preuve par le 11 septembre 2001, ceux qui défendent encore la thèse officielle contre vents et marées travaillent forcément pour l'impérialisme.

 

Terroristes, Al Qaïda et actes de barbarie.

 

Le terrorisme islamiste est un dispositif de l'impérialisme qu'il contrôle étroitement et Al Qaïda un organe de la CIA. Al Qaïda sert à recruter des mercenaires obéissants et combatifs se réclamant de l'islam radical.

Les USA ont sous traité au Qatar et à l'Arabie Saoudite le financement et l'armement de ces mercenaires. Ces milices ont été engagées d'abord contre les russes en Afghanistan puis contre les serbes en Yougoslavie, maintenant elles servent sur un très grand nombre de théâtres, Libye, Mali, Syrie, Russie Tchétchénie Daguestan, Chine Xin Qiang.

 

Les actes de barbarie atroces commises par ces milices, soigneusement filmés et diffusés sur internet via Youtube, un média étroitement contrôlé, ont pour fonction de terrifier les populations les plus conscientes habituées à l'internet.

Ces actes sont niés ou ignorés par les médias officiels qui sont eux  destinés aux populations les moins conscientes.

 

Il y a maintenant deux types de populations à traiter différemment une à menacer, l'autre à endormir.

 

Renseignement, écoute, contrôle social.

 

Depuis la fin de la dernière guerre et le partage du monde à Yalta les populations de la zone dévolue aux anglo-saxons ont été mises en étroite surveillance et les opinions politiques des citoyens répertoriées et classées avec un système de rafle soigneusement préparé.

Il s'agissait de neutraliser rapidement communistes, syndicalistes et sympathisants. Avec la fin des partis communistes et l'amélioration des techniques d'écoute et de contrôle social, l'ensemble de la population est soumise à ce contrôle étroit.


Toutes les conversations téléphoniques sont analysées ainsi que tous les mails et toutes les interventions sur les réseaux sociaux. Les opinions politiques des uns et des autres sont soigneusement classées et répertoriées.


Cet effort n'a certainement pas comme but de seulement connaître les opinions des populations mais de pouvoir éliminer les principaux dissidents au moment voulu en les désignant comme cible à des escadrons de la mort, comme il a été fait en Amérique Latine, au Vietnam, en Irak et au Moyen Orient en général.

Nul doute que dans ce cas les méthodes les plus atroces seraient utilisées contre les opposants afin de frapper les esprits.

 

Assange, Snowden.

 

Ni Wikileaks, ni Snowden n'ont jamais fait la moindre révélation. Sans aucune exception tout ce qu'ils ont pu dire était déjà connu. On est en droit de se poser quelques questions sur la fonction de ces gens; sont ils des agents ou tout simplement des héros ne voulant plus participer à un forfait.

 

 

Syrie.

 

L'impérialisme.

 

La Syrie est d'une grande importance géopolitique pour l'impérialisme car c'est la porte d'entrée "rimland" du «heartland» c'est à dire le cœur du continent eurasiatique tant convoité par l'impérialisme britannique puis anglo-saxon depuis des siècles, définis par eux comme le "coeur du monde" . C'est la voie de passage vers la Russie, l'Iran et la Chine.


L'impérialisme ira forcément jusqu'au bout de ses moyens militaires et n'a aucunement l'intention qu'il y ai une solution négociée.

L'impérialisme recrutera et armera au maximum de ses capacités techniques tous les djihadistes possibles et variés; Al Qaïda ou ASL, pour les envoyer combattre.

Si l'impérialisme ne fait pas pire, notamment en écrasant ce pays sous les bombes c'est qu'il ne le peut techniquement pas.

 

Russie, Iran, Chine.

 

Ces trois pays iront également au bout de leurs capacités militaires pour contrer l'impérialisme en Syrie, c'est vital pour eux.

La Chine aidant l'Iran, l'Iran et la Russie aidant la Syrie.

La Russie a déployé un énorme dispositif militaire maritime en méditerranée au large des côtes syriennes de manière à mettre la Syrie hors de portée  d'une attaque aérienne et de missiles de croisières par la 6ème flotte.

La Russie compte installer une base aérienne à Chypre et vient d'envoyer un navire de brouillage de signaux au large des côtes syriennes de manière à empêcher l'espionnage électronique sur la Syrie

 

Ceci a obligé les USA à revoir le dispositif militaire d'agression et de le placer en Jordanie maintenant mais le cœur du pays est moins accessible de ce côté.


Au nord la Russie a contraint la Turquie a fermer sa frontière aux infiltrations terroristes en Syrie.

 

La Russie a menacé également le Qatar et l'Arabie Saoudite de bombardement.

Israël a été neutralisée par la Russie avec la menace de déploiement en Syrie du système sophistiqué de défense antiaérienne S300 et S400 pouvant abattre l'ensemble de ses avions.

 

Israël.

 

Jusqu'ici le fanatisme sioniste a servi à l'impérialisme comme son bras armé au Proche Orient. Cependant l'utilisation massive de djihadistes musulmans dans ce secteur, financés et armés par les monarchies du golf a rendu Israël et sa capacité militaire conventionnelle inopérante notamment sous les menaces S300, S400 russes.


L'impérialisme n'hésiterait surtout pas à fomenter une guerre régionale dont on ne voit pas Israël s'en sortir militairement.

La population israélienne serait sacrifiée dans une guerre totale.

Dans ce contexte une guerre de civilisation contre l'Islam n'a plus de sens et le support sans conteste du sionisme par l'impérialisme non plus. D'autant plus que la secte des « Frères Musulman » a pris le pouvoir en Turquie, Tunisie, Égypte , Libye et à Gaza par le Hamas. Cette secte a toujours été une marionnette entre les mains des anglo-saxons contre le nationalisme arabe. cependant cette secte semble être rejettée par les populations arabes qui n'en support plus les excès. 

Cette impopularité extrême est en train d'obliger les USA à changer de cheval dans le monde arabe ce qui explique l'éviction rapide de Morsi en Egypte, de l'émir du Qatar et des difficultés rencontrées par Erdogan en Turquie. 

Les USA sont face à une terrible contradiction dans tous leurs systèmes révolutionnaires colorés. Ils placent partout leurs marionnettes qui s'avèrent être incapables ou corrompues et se rendent rapidement impopulaires, comme en Ukraine, Géorgie, Egypte, Turquie, ce sera le cas en Libye et en Tunisie.


Une recomposition politique au Proche et Moyen Orient ou Israël en ferait les frais est largement envisageable.


Dans ce cas Israël serait contrainte de se tourner vers la Russie pour sa protection. C'est certainement ce qu'est venu négocier Netanyahou auprès de Poutine et récemment Tpisi Livni au sujet de l'implantation d'une force russe au Golan.

 

Promotion de l'homosexualité et discrédit de la Nation.

 

Il apparaît que les forces politiques et médiatiques de l'impérialisme tentent de promouvoir partout l'homosexualité.

Cette volonté clairement affichée maintenant a pour fonction de détruire toutes structures familiales et sociales anciennes sur lesquelles les peuples pourraient arriver à conserver leur spécificités et indépendances.

Il s'agit bien là d'une destruction sociale afin de pouvoir reconstruire autrement et asservir plus facilement.

 

C'est dans ce même ordre d'idée que l'impérialisme tente de discréditer la Nation au profit du mondialisme et  les protections sociales qui vont avec.


L'idéologie de « gauche » débarrassée de toutes analyses marxistes, par l'extinction des partis communistes est devenue maintenant le principal vecteur idéologique de l'impérialisme.

 

Voilà de quoi réfléchir !

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 19:20

 

Héros Drapeau

 

 

Choisis ton camp camarade! 

Il est temps!

 

 

 

 

Dans les périodes paroxystiques belliqueuses il y a un moment ou l'affrontement tend à ne se réduire qu'à deux camps. Nous pouvons offrir de nombreux exemples d'affrontements dramatiques dans l'histoire ou il n'était plus question que de défendre sa patrie, donc sa maison, donc sa famille, son avoir, sa liberté, sa vie même soit des choses fondamentales qui appartiennent à l'homme lui même.


Ce qui est l'exemple le plus probant c'est celui ou un pays est envahi par une horde militaire extérieure ayant pour objectif d'instaurer ou de restaurer une tyrannie.

 

Contre nous de la tyrannie dit une strophe de notre hymne nationale qui résume ce que je viens d'exposer, il y a là le « contre NOUS » c'est à dire contre nous tous de la tyrannie. Puis suit : « Aux armes les citoyens !» c'est à dire que TOUS sans exceptions, citoyens responsables d'eux mêmes et de leurs familles doivent à ce moment s'unir et combattre l'envahisseur en faisant fi de leurs querelles qui à ce moment ne présentent plus la moindre importance.

 

Ainsi des querelles religieuses, philosophiques, politiques de tous ordres s'effacent devant le danger commun il n'y a plus qu'un seul et unique front à opposer et combattre par tous moyens, c'est une question de vie et de mort.

 

Dans ce genre de situation paroxystique il se trouve toujours des individus pour trouver une bonne raison pour choisir le camp de l'ennemi et collaborer avec lui. Ces individus mettent en avant leurs préférences religieuses ou idéologiques pour prendre le parti de l'envahisseur qui toujours aime à se présenter comme un libérateur.

 

D'autres pourtant proches idéologiquement de cet envahisseur préfèrent eux choisir le camp de la mère patrie.


Par exemple durant la révolution française qui dut faire face à l'agression étrangère voulant rétablir l'absolutisme royal, il se trouva des nobles et des prêtres pour se ranger du côté de la Nation et des paysans qui en Vendée et pour des raisons religieuses se rangèrent du côté de l'envahisseur poignardant ainsi la Nation dans le dos.

 

Le plus bel et proche exemple fut celui de la période 1940-1945 ou des gens de gauche, pensant que le nazisme était à gauche se rangèrent du côté de l'envahisseur avec des gens de la droite extrême pensant aussi que le nazisme était de la droite extrême.


D'un autre côté des royalistes convaincus, appartenant à l'Action Française se mêlèrent sans état d'âme à des communistes mettant de côté leurs précédentes querelles jugées secondaires pour défendre la patrie commune. Avant la création des FTPF en 1942, pour posséder une arme et combattre l'envahisseur dans une organisation militaire structurée il fallait être membre du PCF alors certains membres de l'Action Française adhérèrent au PCF pour combattre l'ennemi commun.


A ce moment de l'histoire de France l'appartenance à la droite ou à la gauche ne possédait aucun sens tout comme être chrétien ou athée seul, l’engagement sans faille pour le combat national avait un sens recouvrant tous les autres. Notre grand poète national Aragon en a écrit un poème fort célèbre, La Rose et le Réséda.


Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat

 

Qu 'en est il aujourd'hui dans notre chère patrie qui puisse être comparable aux précédentes périodes dramatiques évoquées.

 

D'abord si la soldatesque étrangère n'est pas visible dans nos rues, si ses colonnes mécanisées n'ont pas encore franchi nos frontières, il n'en demeure pas moins que nous sommes un pays entièrement soumis à une volonté étrangère. Cependant, cette volonté n'a pas encore recours à la violence militaire pour s'imposer, elle n'en a pas besoin puisque nous sommes soumis.

Cette ferme volonté fût imposée par la ruse petit à petit et elle pèse maintenant sur chacun d'entre nous aussi sûrement que si de féroces soldats mugissaient dans nos villes et nos campagnes.


Notre patrie a ainsi perdu son indépendance et en conséquence chacun d'entre nous paye un lourd tribu de 3000 € par an par français, enfants compris pour payer les intérêts d'une dette obligatoire imposée par l'envahisseur impérialiste anglo-saxon.

Ce prélèvement est considérable mais ce n'est pas tout car nous ne pouvons décider comment protéger notre industrie du désastre puisque des règles imposées de l'étranger nous en empêchent.


Notre ennemi anglo-saxon pèse sur notre patrie aussi durement que pesait l'Allemagne nazie entre 40 et 45.


Mais me direz vous, il n'y a pas encore chez nous des résistants internés, torturés, fusillés. On peut bien dire pas encore. Pourtant déjà nous savons que tous les français sont espionnés et que leur communications téléphoniques, leurs mails et interventions sur les réseaux sociaux sont captés et triés, que des opinions politiques sont répertoriées tout ceci avec l'aide active de la DCRI véritable police politique héritière des Renseignement Généraux créés sous Pétain.

Chaque jour nous voyons une lourde propagande se répandre dans nos médias avec son cortège de mensonges éhontés comme était la tristement célèbre "propaganda staffel".

Nous observons que la démocratie est bafouée par des partis politiques présentant tous la même opinion fondamentale d'asservissement de notre peuple à l'étranger avec entre eux de très faibles nuances.


Demandons nous pourquoi les français sont espionnés par la NSA la centrale de renseignement US comme l'a révélé Edward Snowden ce transfuge de la CIA?

Dans quel but les opinions politiques sont elles classées si ce n'est qu'il puisse être prévu une répression contre les dissidents. Si non pourquoi dépenser tant d'argent pour rien!


Pire encore, si les opposants ici ne sont pas encore massacrés on peut observer aisément ce qui se passe dans des pays qui résistent à l’imperium anglo-saxon, ce que nous ne faisons pas encore.


Nous en avons eu un exemple avec la Libye et maintenant avec la Syrie ou des hordes pratiquant une barbarie extrême ont été jetées là venant de 80 pays différents souvent sortis des prisons pour aller massacrer les gens qui ne veulent être soumis; égorgeant ça et la, coupant les têtes, découpant vif à la scie à ruban massacrant des villages entiers on parle déjà de 100 000 morts après les 60 000 de Libye.


Demandons nous pourquoi l'impérialisme a prévu cette guerre de longue date?


Nous constatons que les pays agressés ou sur la liste d'une future agression sont des pays non encore soumis à la dette obligatoire et sont des producteurs de richesses pétrolières ou gazières dont les revenus leur permettraient d'être lourdement endettés . 

 

800px-public_debt_percent_gdp_world_map-wikipedia.png


Nous voyons par exemple sur cette carte la Norvège membre de l'OTAN très riche et productrice de pétrole lourdement endettée et la Libye d'avant le massacre impérialiste non endettée et qui était même prêteuse de fonds souverains au FMI.

Il s'agit bien pour l'impérialisme anglo-saxon de mettre la main sur les peuples même plus que sur les richesses naturelles et de soumettre ces peuples  à une dette éternelle, non remboursable mais génératrice d'intérêts permanents.


Si nous sommes ici asservis et passifs le peuple syrien lui se bat les armes à la main et le dos au mur contre les milices recrutées perpétuellement et bien armées par les USA et leurs marionnettes, milices qui ont détruit ce pays tranquille et prospère.


Si ce peuple n'avait pas eu le soutient diplomatique et militaire de la Russie et de la Chine nul doute qu'il aurait sombré écrasé sous des milliers de tonnes de bombes.


S'il n'y avait pas eu la Russie sous la ferme direction de Vladimir Poutine il ne serait pas possible aux peuples épris d'indépendance de relever la tête et d'envisager une prochaine libération.


Certes en Syrie on voit maintenant très mal l'impérialisme l'emporter, mais en France ce même impérialisme, sanguinaire là bas et oppresseur ici, quand allons nous nous en débarrasser et recouvrer enfin une indépendance inexistante depuis 1947 sauf pendant la période gaulliste de 1958 à 1969 ?

 

Que valent donc aujourd'hui les opinions politiques de droite de gauche avec leurs extrêmes?

Que valent les croyances, les religions, les obédiences, les inclinaisons sexuelles, les origines sociales et géographiques?

Tout ceci ne vaut rien, absolument rien face aux intérêts supérieurs de notre patrie asservie par cet impérialisme particulièrement violent et ignoble contre lequel le peuple syrien  se bat avec détermination et courage.

 

Citoyen, prenez conscience qu'il n'y a plus que deux camps celui de la patrie et celui de l'impérialisme .

Moi, j'ai choisi le mien fidèle à mes ancêtres résistants c'est le camp de la patrie!

 

Suis moi!

Qui que tu sois; communiste, royaliste, troisième voie, socialiste, Front National, Front de Gauche, gaulliste, nationaliste, de droite comme de gauche, comme de rien, si tu es dans le même camp que moi pour la Nation, pour la Patrie, contre l'impérialisme tueur tu es mon frère de lutte mon camarade.

 

Si non; faux socialiste, faux communiste, faux gaulliste, fausse gauche, faux « antifa » tu es mon ennemi et je te déclare la guerre comme j'ai déclaré la guerre à l'impérialisme tueur des peuples.


Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 19:18

 

On prend la Bastille d'abord

 

 

 

 

  A parti unique, opposition unie.

 

 


 

Traditionnellement et suivant le vœu de la puissance médiatique, les opinions politiques sont classées de droite ou de gauche formant ainsi un système partisan bipolarisé auquel chaque citoyen pourrait aisément adhérer. La gauche se proclame progressiste et la droite conservatrice.

Cette bipolarisation tend dans le monde occidental à réduire les opinions à seulement deux partis comme aux USA, les « démocrates » qui seraient plutôt de gauche et les « républicains » plutôt de droite.

Mais après des années de gauche au pouvoir il n'est pas perceptible qu'une différence de politique n'apparaisse entre ce qui nous sont présentés comme deux opinions contradictoires. Cette façon de différencier les opinons ne serait elle pas un piège qui cacherait en fait un parti unique.

 


La Gauche face à  la Droite, mythe ou réalité?

 

 

Le terme politique de gauche, comme de droite, provient de la disposition des partis et courants politiques dans l'hémicycle du parlement français depuis le début de la troisième république.


Dés 1870, à gauche siégeaient les partisans de la république comme mode de gouvernement pour la France et à droite siégeaient les royalistes. Au début de la troisième république le clivage politique était simple et marqué, républicains contre royalistes. Les républicains étaient à cette époque progressistes c'est à dire qu'ils œuvraient pour un progrès continu de l'humanité dans tous les domaines, que cela concernait la démocratie, l'industrie, la santé, l'éducation les libertés ou même les mœurs. Les royalistes étaient conservateurs c'est à dire qu'ils refusaient le progrès de l'humanité tel que décrit succinctement.


La gauche était républicaine et progressiste.


L'habitude a donc été prise partout, par comparaison avec la disposition du parlement français, dans tous les pays, de désigner les progressistes comme étant de gauche et les conservateurs comme étant de droite. Cette façon d'évaluer les opinions politiques est restée peu ou prou identique.


Après ce premier combat politique droite gauche, monarchie contre république, gagné par la gauche, ce fut l'affaire Dreyfus » à partir de 1894. Le capitaine Dreyfus juif alsacien fut accusé faussement d'espionnage par l'état major de l'armée qui était royaliste et gagné à l'antisémitisme. La droite antisémite prit parti contre Dreyfus cette droite fut appelé anti-dreyfusarde tandis que la gauche radicale républicaine dreyfusarde défendit ce capitaine juif. Pourtant toute la gauche ne s'engagea pas dans ce premier combat contre l'antisémitisme, puisque l'extrême gauche socialiste de Jules Guesde, qui commençait à exister, refusa de défendre Dreyfus arguant que c'était un combat de bourgeois.


Avec l'arrivée des socialistes siégeant à gauche dans l'hémicycle le terme évolua de républicain à socialiste en ajoutant un aspect revendicatif, ouvrier et social.


La gauche se retrouva en 1901 avec le gouvernement républicain radical du petit père Combe, sur le combat anticlérical. En effet, le pape avait pris position contre la république refusant  ce mode d'organisation d'un état qui, selon lui, allait à l'encontre des préceptes de l'église. Ce fut la séparation de l'église et de l'état avec les lois laïcs de 1905. La droite royaliste et cléricale combattit ces lois laïcs. La différenciation droite gauche était fortement marquée à cette époque.


La gauche devint nettement anticléricale.

 

petit_pere_3.jpeg


Le Parti Socialiste (SFIO), Section Française de l'Internationale Ouvrière, adhérant à la deuxième internationale fut créé en 1905, ce parti défendit les revendications ouvrières notamment celle de la journée de huit heure.


La gauche devint sociale.

 

429px-Le_petit_Parisien.jpg

 

Evoquation du massacre de Fourmies contre des ouvriers qui réclamaient la journée de

8 heures


En 1914 chaque parti d'Europe adhérant à cette deuxième internationale socialiste prit fait et cause pour la guerre. Seul Jaurès clama son opposition il fut assassiné. Cette guerre inique fut un holocauste et l'internationale socialiste sombra. A ce moment il n'exista plus en Europe de droite et de gauche tout le monde voulait la guerre.


La gauche n'avait plus de signification.


En 1917 les socialistes prirent le pouvoir en Russie pour arrêter la guerre. Sur ce point le Parti Ouvrier Social Démocrate de Russie se divisa; les « Bolchéviks » ou majoritaires pour l'arrêt des hostilités et les « Menchéviks » minoritaire pour continuer la guerre. Les Bolchéviks l'emportèrent et prirent seuls le pouvoir en Russie. Lénine chef de fil des majoritaires « Bolchéviks » créa un autre parti et dans le même temps une autre internationale. Ce nouveau parti socialiste prit le nom de communiste et la nouvelle internationale, de 3ème Internationale communiste. Cette 3 ème internationale, prit le nom d'Internationale Communiste. Cette nouvelle internationale prôna la création partout en Europe et dans le monde de Partis Communistes organisés selon le précepte léniniste d'une organisation militaire et pyramidale appelé « centralisme démocratique » chaque parti adhérant à l'internationale communiste s'engaga alors à établir dans son pays la dictature du prolétariat sous la direction d'un parti unique.


En 1919 les socialistes toujours unis, avec les radicaux, votèrent la journée de huit heures, la gauche s'était retrouvée.


En 1920, au congrès de Tour, le parti socialiste français (SFIO) se scinda, une partie sous la direction de Marcel Cachin voulait adhérer à la 3 ème internationale communiste, une autre sous la direction de Léon Blum, refusa les préceptes léninistes et voulu rester adhérante à la 2 ème internationale.

Le Parti Communiste SFIC (Section Française de l'Internationale Communiste) sera donc créé en France à cette date.


La gauche se divisa dés lors  entre partisans et adversaires de l'URSS, partisans et adversaires de la dictature du prolétariat.

Les communistes ne peuvent être républicains puisque le principe de dictature du prolétariat est contradictoire avec le concept républicain d'intérêt général.


Les communistes sont-il de gauche?


Dans les années 30 c'est la montée du fascisme partout en Europe et particulièrement en Italie et en Allemagne. En 1934, l'extrême droite voulut prendre le pouvoir en France, elle organisa le 6 février 1934 un violent assaut contre l'assemblée nationale. Socialistes et communistes prirent peur et organisèrent spontanément le 9 février une manifestation commune sévèrement réprimée. Afin de protester contre la répression antifasciste et faire front contre la montée du fascisme en Europe une grande manifestation commune fut organisée à Paris le 14 février 1934.


La gauche se retrouve et avec les radicaux va jeter les bases du Front Populaire.


Les communistes poussés ou non par la 3 ème internationale et Moscou prônèrent alors une large alliance antifasciste incluant les classes moyennes et les libéraux du Parti Radical. Un programme minimum commun sera réalisé entre le Parti Communiste SFIC, le Parti Socialiste SFIO et le Parti Radical, pour: "Le Pain, La Paix et la Liberté". Cette coalition de gauche gagna les élections du 26 avril et du 3 mai 1936. De mai à juin 1936, un mouvement de grève se généralisa en France et obtint la satisfaction d'un certain nombre de revendications ouvrières dont les congés payés, validés par la majorité de gauche.


La gauche à ce moment est essentiellement antifasciste.


serment1934.jpg

Serment du14 février 1934


Les communistes ne désirèrent pas participer au gouvernement du Front Populaire.

En Espagne, un Front Populaire également au pouvoir par les élections dû combattre une rébellion militaire et fasciste dirigée par le Général Franco et soutenue par les puissances fascistes. Le gouvernement français de gauche refusa son aide militaire à la jeune république espagnole, ce fut la politique de « non intervention ». La république espagnole résista difficilement face à l'aide militaire massive apportée par l'Allemagne nazie et l'Italie mussolinienne. Les communistes levèrent partout en Europe des troupes de volontaires pour aller combattre le fascisme en Espagne ce furent les brigades internationales, mais en vain.

La coalition du Front Populaire explosa. Alors que le combat prioritaire des communistes était la lutte contre le fascisme, socialistes et radicaux ne suivirent pas. Pire le 29 et 30 septembre 1938 la conférence de Munich permit à Hitler d'annexer les Sudètes, cette province germanophone du sud de la Tchécoslovaquie, l'ensemble des parlementaires français, à l'exception des communistes votèrent pour cette trahison.


La gauche française a disparu laissant une voie royale au fascisme.


Les socialistes et les radicaux sont-ils encore de gauche à ce moment?


Répondant à cette trahison des puissances occidentales et de la gauche française et la laissant démunie face à l'Allemagne hitlérienne, l'URSS signa avec cette Allemagne un pacte de non agression.

Le Parti Communiste jugé trop proche de Moscou fut interdit et ses députés emprisonnés


En 1939, après l'invasion de la Pologne par les nazis la guerre contre Hitler ne put être évitée même si la droite française clama haut et fort: « plutôt Hitler que le Front Populaire ».

Forts de cette maxime, les chefs militaires français traditionnellement de droite , combattirent on ne peut plus mollement les armées nazies et dans leur masse trahirent en abandonnant le combat au printemps 1940.


Seul un colonel, Charles de Gaulle chef d'un régiment blindé résista avec succès, il fut rapidement promu général puis secrétaire d'Etat à la Guerre, mais il était trop tard, les troupes françaises abandonnées par leurs chefs se débandirent.

Les députés français, à l'exception des communistes interdits votèrent les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Celui-ci s'empressa de signer une armistice aves les nazis et entama une politique de collaboration, la république française fut abolie, la gueuse, comme l'appelaient les royalistes était morte beaucoup à droite furent satisfaits.

 

Philippe_Petain_und_Adolf_Hitler.jpg


A partir de cette période il n'était plus possible de parler ni de gauche ni de droite.


Le général de Gaulle réfugié à Londres et à partir de son appel du 18 juin  espèra rassembler sous son commandement des militaires patriotes refusant la défaite. Le général de Gaulle était un homme de droite, comme nombre d'officiers il était membre de l'action française royaliste. Il appela des militaires à venir le rejoindre peu, très peu se présentèrent. Comme il le dit dans ses mémoires j'attendais des militaires je vis venir des « juifs et des barbus ». Cependant il put s'appuyer en Afrique sur un autre officier également membre de l'action française Leclerc de Hautecloque qui organisa une force militaire en Afrique ce furent les Forces Françaises Libre.

Dans la France occupée, le Parti Communiste clandestin organisa une force armée de résistance les Francs Tireurs et Partisans Français (FTPF). La conjonction de ces deux forces militaires efficaces a placé la France parmi les vainqueurs. Dans le même temps, nombre d'élus de gauche au temps du Front Populaire trahirent  et se rangèrent  du côté de l'envahisseur. 


La division politique à ce moment entre droite et gauche n'avait plus de sens il n'y avait que des résistants patriotes d'un côté et des collaborateurs de l'autre.


 

Le secrétaire du général de Gaulle, Jean Moulin, un radical, réussit à convaincre le Général d'unifier la résistance au nazisme et au pétainisme dans une organisation commune ou seraient inclus les communistes avec leur organisation militaire ce fut le Conseil National de la Résistance CNR. Puis un gouvernement provisoire fut organisé à Alger composé de toutes les forces politiques non collaborationnistes. L'ex gauche et l'ex droite française se retrouva au sein du CNR et du gouvernement provisoire. Il est vrai que l'influence politique de la gauche et du parti communiste y était prépondérante. Le CNR élabora un programme politique progressiste devant être mis en oeuvre à la libération, comportant la sécurité sociale et le droit de vote des femmes.


Jean Moulin était assurément de gauche mais Leclerc de Hautecloque un homme de droite.

  

La république fut rétablie en août 1944 sous le gouvernement provisoire GPRF (Gouvernement Provisoire de la République Française)


Le GPRF décida de procéder le 21 octobre 1945 à un double référendum sur la question des institutions, et à une élection législative. La première question du Référendum dû permettre à la nouvelle Assemblée d'être constituante, les électeurs votèrent OUI à 96% ; la deuxième question avait prévu de limiter les pouvoirs de cette Assemblée, les électeurs votèrent OUI au deux tiers. Les élections législatives, qui ont lieu le même jour, purent mettre en avant trois partis principaux : le PCF, le MRP (chrétiens sociaux) et le Parti socialiste SFIO. Ces derniers formèrent  par la suite une force gouvernementale unie, que l'on nommera le tripartisme.


350px-Assembl-e-nationale-1945.png1945 le PCF premier parti de France la gauche est majoritaire

 

De Gaulle en désaccord avec la nouvelle constitution de 1946 démissionna.


La gauche sembla pour un temps se recomposer mais pour un temps très court seulement.


A la conférence de Yalta de 1945 les vainqueurs, anglo-saxons et soviétiques s'étaient partagés le monde en zones de domination.

Le gouvernement triparti composé de ministres de gauche communistes et de socialistes va perdurer jusqu'en mai 1947.

Le partage de Yalta et la guerre froide qui suivit partagera également la France et deux camps, partage traversant également la gauche.

D'un côté des communistes qui soutenaient  l'URSS, de l'autre les socialistes et les sociaux chrétiens du MRP qui soutenaient les anglo-saxons et soutenus par eux (les Radicaux avaient quasiment disparu du paysage politique français). De Gaulle a créé un parti politique en 1947, le RPF (Rassemblement pour la France) classé à droite.


La gauche n'existera plus en France, l'ex gauche non communiste se mettra au service des anglo-saxons par la vertu du pacte atlantique, cette gauche n'obéira plus qu'aux ordres venus de Londres et de Washington.


Les trotskystes lambertistes de la 4 ème internationale ourdirent avec la CIA une scission au sein de la CGT ce fut la création de Force Ouvrière en 1947 qui s'empressa d'adhérer à la CISL (Confédération Internationale des Syndicats Libres) elle même création de l'AFL CIO organisation des « Trades Union » étasuniens étroitement contrôlées par la CIA. Les socialistes soutiendront ce syndicat anti CGT. Le mouvement syndical français s'en trouvera durablement affaibli.


  Socialistes et trotskystes agents de l'impérialisme US, de gauche ou de droite?


Jules Moch, exemple d'un ministre socialiste au service des anglo-saxons et de la droite.

Des grèves dans les charbonnages du Nord, furent déclenchées en octobre 1947 par la CGT en raison d'un retard des salaires sur les prix de plus de 30%, l'inflation étant alors un mal chronique malgré le plan Marshall. Elles furent sévèrement contrées par le ministre de l'Intérieur Jules Moch, qui mobilisa 60 000 CRS et soldats contre les 15 000 grévistes retranchés dans les puits et imposa la reprise du travail fin novembre. À la faveur de la lassitude des travailleurs et de la division des syndicats, en CGT et FO, la répression fut sévère, avec plus de 2 000 licenciements, cinq morts et de nombreux blessés. Jules Moch  au ministère de la Défense mit sur pied la participation française à la guerre de Corée et contribua à la mise en œuvre de l'OTAN.


Les différents gouvernements socialistes régulièrement au pouvoir à partir de 1947 se lanceront dans les guerres coloniales à la demande des anglo-saxons qui craignaient que les colonies françaises ne tombent sous influence soviétique en accédant à l'indépendance. Ce fut la guerre d'Indochine puis la guerre d'Algérie ou les socialistes iront jusqu'à justifier l'emploi de la torture.


Le Parti Communiste exclusivement se mobilisa contre les guerres coloniales et contre la torture en Algérie ( Voir le livre d'Henri Alleg: "La Question " alors secrétaire général du Parti Communiste Algérien)


La faillite de la gauche socialiste fut totale et Guy Mollet fut contraint en 1958 par les USA, d'aller rechercher le Général de Gaulle.


Les anglo-saxons firent agir leurs réseaux «stay behind» pour remettre en scelle le Général de Gaulle afin que celui-ci puisse continuer avec sucés, l'espèraient-ils, la guerre d'Algérie. Si les socialistes fidèles aux anglo-saxons, étaient favorables au retour du Général, les communistes y furent très hostiles.


Cette prise de pouvoir (soutenue par la SFIO) est en principe marquée comme une action de droite.

Pourtant de Gaulle, contrairement à ce qui était attendu de lui, entreprit d'arrêter la guerre d'Algérie et de décoloniser. Après une tentative de putsch dont les anglo-saxons assureront  la logistique et après 40 tentatives de meurtre contre sa personne perpétrées par une organisation, l'OAS, pilotée par les «stay behind» anglo-saxons, de Gaulle entreprit de se détacher résolument de la tutelle impérialiste pesant sur la France depuis la signature du Pacte Atlantique.


quatre_generaux-62b5c.jpgUn quarteron de généraux (made in USA)


Les soviétiques ne cesseront d'applaudir aux initiatives anti anglo-saxonnes du général de Gaulle.


Ici va commencer un aspect fort curieux de l'Histoire de France qu'il faudra un jour débrouiller.

Les communistes français, ne vont pas suivre les soviétiques dans leur contentement de voir de Gaulle au pouvoir en France. Ils vont s'attacher à reconstituer une gauche unie, anti gaulliste, ils vont s'attacher à remettre en scelle un parti socialiste moribond, fidèle allié de l'impérialisme et promoteurs d'une organisation européenne voulue par ces anglo-saxons.

 

En mai 1968 une extrême gauche venue d'on ne sais ou, entreprit de déstabiliser le pouvoir gaulliste. Dans cette extrême gauche nous trouvons des trotskystes tient la CIA,! Nous trouvons des maoïstes staliniens fortement opposé au PCF et à l'URSS et avec eux une ribambelle de révolutionnaires de salon. Tout ce monde de «communistes» d'opérette se cristalisera dans la critique virulente non seulement du gaullisme mais également du PCF et de l'URSS.


Les socialistes et leurs amis s'entendront au cours d'un fameux meeting au stade Charlety pour enfoncer le clou de l'anticommunisme (au sens anti PCF) commencé par des «gauchistes» venus de nul part et disparus juste après. Les communistes du PCF qui s'engouffreront par entrainement dans la contestation n'ont rien vu venir, toujours aveuglés par l'histoire du Front Populaire, qu'ils espèraient réitérer . Il est vrais qu'aux accords de Grenelle les salariés obtiendrons quelques avancées notables, mais rien qui puisse faire penser a ce Front Populaire.

 

Mai 68

paris_manif_etudiants_bd_montparnasse.jpPiéger les communistes, déstabiliser de Gaulle et faire peur aux français


La «gauche» non communiste à l'œuvre, au service des anglo-saxons contre leurs deux pires ennemis de Gaulle et les communistes.


Si les communistes avaient eu une vision géostratégique du monde et non pas une vision idéologique sectaire, pour suivre leur utopie ils auraient choisi de s'allier avec le Général de Gaulle et la face du monde en aurait été bouleversée. Une gauche véritable républicaine et progressiste aurait pu se constituer. 

Les communistes paieront très cher par la suite d'être tombé dans ce piège, ils n'iront plus que de Charybde en Sylla.

Le cadre national souverain permettant l'exercice du pouvoir politique du peuple sur l'économie étant perdu contre les volontés gaullistes et communistes, l'idéologie de libre échange fera des ravages jusqu'à l'effondrement économique d'aujourd'hui.


Si la gauche, définie d'après ses concepts initiaux de défense de la république et du progrès n'a plus existé en France après 1947, une néo gauche sera reconstituée petit à petit à partir des années 60 en fausse gauche ou gauche de patronage, sous l'œil d'abord déconcerté, puis étonné puis amusé, puis encouragé des anglo-saxons.


Chronique d'un désastre pour le concept de gauche.


Au début des années 60, le Parti Communiste Français, en souvenir de ses succès de 1936 et de 1945, entreprit une nouvelle stratégie de prise de pouvoir par la voie électorale. Déjà en 1945 au cours d'une interview au Time, Maurice Thorez explicita « qu'il existait d'autre chemins que ceux choisis par les communistes russes pour construir le socialisme », il sous entendait ainsi qu'il était favorable à une prise de pouvoir par les urnes. La représentation électorale du PCF étant insuffisante, les communistes choisirent une voie intermédiaire pour parvenir à leur fin: le socialisme et au delà le communisme.

Cette voie était une « démocratie avancée ouvrant la voie au socialisme », cette « démocratie avancée » devait être construite en alliance avec le parti socialiste et la gauche en générale afin de pouvoir parvenir à une majorité. Le Parti Communiste mis au point un programme de gouvernement minimum pouvant être accepté par les socialistes avec ce programme minimum des négociations furent entreprises avec les socialistes et les radicaux en vu d'élaborer un programme commun.


Dans ce programme figurait un certain nombre de nationalisations préfigurant un socialisme en devenir. Le parti socialiste SFIO à la fin des années 60, n'existait pratiquement plus. Aux élections présidentielles de 1969, après la démission de de Gaulle le candidat communiste, Jacques Duclos obtint 21% des voix tandis que le candidat SFIO, Gaston Defferre n'en recueillit que 5% et le PSU de Michel Rocard 3%. Le rapport de force au sein d'une gauche était initialement favorable aux communistes.


Le 13 juin 1971 se tint à Epinay un congrès devant unifier ce qui pouvait rester d'une gauche non communiste atomisée. François Mitterrand alors président de la CIR (Convention des Institutions Républicaines) devint le secrétaire général de ce nouveau parti intitulé socialiste sur une ligne politique d'alliance avec les communistes et avec un programme commun de gouvernement.

Ce programme commun de la gauche sera signé le 26 juin 1972 entre communistes, socialistes et radicaux de gauche de Robert Fabre, les radicaux s'étant divisés sur l'opportunité d'une alliance avec le PCF.

Cette alliance est devenue rapidement très populaire parmi les français puisqu'elle ouvrait des perspectives concrètes de changements de gouvernement. Cependant les français perçevaient cette initiative comme étant celle de François Mitterrand et des socialistes et non celle réelle des communistes. A partir de la signature de ce programme, les communistes vont perdre continuellement des voix aux différentes élections et les socialistes en gagner.


Les communistes ont ainsi offert un fantastique renouveau aux socialistes et un splendide tremplin à François Mitterrand tout en sa sabordant


Les français ne perçevèrent plus le PCF noyé dans la gauche, mais une gauche mythique rapidement associée au seul PS avec son symbole: la rose au poing.


François Mitterrand fort de sa gauche mythique avec son « peuple de gauche » pourra gagner les élection de 1981. A partir de 1982 les USA avec son outil la NED CIA entreprendronst de favoriser la bipolarisation politique dans tous les pays sous leur contrôle afin de faciliter leur influence: une à gauche, l'autre à droite mais en France le travail était déjà fait... par les communistes. Ainsi les anglo-saxons ne verront aucun inconvénients à la participation de ministres communistes secondaires au gouvernement français.


T065541A.jsm.jpegMitterrand savoure sa victoire au Penthéon.

Les communistes sont finis


La gauche au pouvoir en 1981, incluant des communistes déjà en cours de marginalisation, entreprit derechef l'application d'un mini programme commun composé essentiellement de nationalisations. Ces nationalisations étaient en fait des étatisations remplaçant les actionnaires privés de quelques entreprises liées à la défense et de quelques banques. Déjà les effets de l'européïsme aveugle et du début de la mondialisation commencèrent à se faire sentir, la France se désindustrialisa, le chômage augmenta et la France commença à s'endetter sur les marché financiers grâce à la loi Pompidou Giscard votée en 1973 qui le permettait. Ces nationalisations n'auront évidemment aucun effet, c'est la fin des 30 glorieuses et la crise commenca.


Différents gouvernements suivront en 25 ans avec cohabitation gauche droite, avec la gauche seule, avec la droite seule, avec communistes, sans communistes, avec nationalisation puis avec privatisation.


 La droite et gauche mythique étaient maintenant devenues d'accord sur l'essentiel c'est à dire la perte consentie de souveraineté du peuple français sur la France ne lui permettant plus de contrôler l'économie ni d'agir sur elle, comme il avait été fait avec durant la période gaulliste.


DettePubliqueFrancaise.jpgAugmentation continuelle de la dette publique de la France depuis 1981



Une gauche mythique remplace aujourd'hui une gauche véritable éteinte depuis 1947.


La gauche issue du programme commun ne sera plus désormais une gauche politique capable d'analyses marxistes ou techniques avec des prises de positions fortes venant de combats périlleux. Ces combats de la fin du 19 ème siècle qui étaient la lutte pour la république, pour la laïcités, puis au début du 20 ème contre la guerre, pour des lois sociales, contre le fascisme, contre la collaboration, puis à partir de 1945 contre l'impérialisme, le colonialisme et le racisme.

 

On s'apperçoit aisément qu'il n'est pas possible de connaître ce qu'est réellement la gauche sans savoir l'époque à laquelle il est fait référence, tant il existe d'énormes variations dans son histoire à la fois dans sa composition et dans les politiques défendues.

La définition historique de la droite est similaire; de royaliste cléricale et réactionnaire avant 1940, une certaine droite avec de Gaulle fut l'organisatrice de la lutte pour l'indépendance nationale contre le nazisme puis contre les USA.

 

Sous le pouvoir du général de Gaulle la partie de l'hémicycle ou siégeait les députés; à droite ou à gauche n'avait plus de signification poltique avec des socialistes pro-impérialistes et des communistes et gaullistes anti impérialistes


Aujourd'hui il n'y a plus qu'un «peuple de gauche » se ralliant à quelques mythes construits avec quelques souvenirs du passé ou à quelques concepts vidés de leur sens. La gauche ne fait plus référence qu'à une posture où une somme de « bons sentiments » sont  propres à procurer une satisfaction de soi.

 


  La question nationale ou l'émergeance d'une nouvelle opinion partisane.


 

En 1940, le gaullisme fit son apparition comme force anti fasciste, réputée ne pas être de gauche mais qui renforca une idée de patriotisme c'est à dire de défense de la nation républicaine. Le gaullisme sera influencé par la gauche républicaine mais à son tour influencera les communistes qui s'intituleront eux mêmes patriotes et défenseurs de la république française, de ses symboles et de ses valeurs. L'histoire du gaullisme ne peut être dissociable de l'histoire de la gauche.

Durant l'occupation nazie la question nationale sera la seule posée aux français; libérer la France ou se soumettre au joug étranger il n'était plus alors  question de droite ou de gauche. 


Après la 2 ème guerre mondiale dés 1947 la gauche un moment retrouvée éclata avec la guerre froide et l'importante influence anglo-saxonne.


Les anglo-saxons entreprirent un important effort au travers une multitude d'associations, de financement secrets, de corruption pour contrer le poids des communistes dans la vie politique. Poids communiste qui s'exerçait directement mais également via un grand nombre d'associations, organisations dites de masse, syndicats, associations divers,  anciens combattants, déportés etc...


Pour les anglo-saxons il s'agissait de séparer les communistes de la gauche et de faire accepter à cette gauche, les guerres coloniales, l'impérialisme, et surtout l'abandon de souveraineté du peuple français ce qui leur était absolument nécessaire pour faire avancer leur concept de libre échange, « «free trade » et d'étendre leur pouvoir en Europe.


Par exemple pour accepter l'abandon de souveraineté républicaine, les anglo-saxons introduisirent l'idée que les frontières en Europe ont apporté la guerre et que, s'il n'y avait plus de frontières il n'y aurait plus de guerre. Ce concept semblait généreux et susceptible d'entraîner l'adhésion d'une gauche de bon sentiments. Malheureusement cette idée était  fausse et stupide, les frontières des nations du monde n'entraînent nullement la guerre mais bien au contraire elles soumettent les rapports entre les peuples au droit. 


Pour détourner les thèmes traditionnels de la gauche pour leur profit, les anglo-saxons vont faire donner leurs troupes trotskystes.


Trotsky s'était opposé à Lénine sur l'idée nationale. Trotsky était partisan d'une révolution mondiale et d'un internationalisme supprimant les frontières. Trotsky était fortement anti républicain qualifiant les institutions républicaines et laïques françaises d'institutions bourgeoises. Les trotskystes étaient devenus anti soviétiques et anti communistes, au sens anti PCF ce qui ne pouvait que plaire aux anglo-saxons. Une association symbiotique va s'opérer entre eux et se développer sur des thèmes communs, contre la nation et contre la république, contre la France. Les trotskystes téléguidés vont tenter d'investir toute la gauche, politique, syndicale et associative. Cette stratégie appelée « entrisme » aura pour but de diviser, d'affaiblir et d'introduire partout des idées pseudo généreuses favorables à l'abandon de souveraineté républicaine.


 L'influence politique et thématique gaucho-troskyste va intéresser l'ensemble de la gauche après 68 y compris le PCF par effet d'entraînement et détruire cette gauche idéologiquement jusqu'au fond.


Les trotskystes lambertistes de la 4 ème internationale vont particulièrement investir le Parti Socialiste miterrandien. Aujourd'hui les principaux dirigeants du PS sont issus de ce groupe et ont été particulièrement formés aux USA sous l'égide du syndicat étatsunien AFL CIO et ensuite par la National Endowment for Democracy appendice de la CIA.


 

La gauche est maintenant opposée à l'indépendance nationale donc à la souveraineté du peuple.


La gauche a substitué au droit international, une idéologie instrumentant de pseudo droits de l'homme, idéologie devant faire accepter l'idée aux peuples "occidentaux" qu'il serait légitime d'intervenir militairement pour mettre fin à des dictatures. L'idée peut paraître généreuse, mais malheureusement seuls les USA ont la capacité militaire d'intervenir et donc seuls les USA s'arrogent le droit de dire qui est une dictature et qui ne l'est pas.

Pour les USA une dictature est un pays qui refuse à se soumettre à leur diktat financier ainsi l'Iran ou se pratiquent des élections libres serait une dictature et l'Arabie Saoudite et le Qatar ou règnent des monarchies absolues, n'en seraient pas. Difficile de faire croire ça aux peuples, mais les médias dévoués sont chargé de présenter la chose acceptable pour eux à grand coup de propagande.

Avec ce système d'aide politique mêlant politiciens de gauche et médias les USA purent entreprendre de terribles guerres coloniales faisant des centaines de milliers de morts en Irak en Afghanistan, en Libye et maintenant en Syrie.


La supra nationalité ersatz de l'internationalisme trotskyste.


De la même façon que l'idéologie d'ingérence se substitue au droit international, la supranationalité va se substituer au droit constitutionnel en s'opposant à la seule et unique souveraineté du peuple français. Cette supranationalité instituée illégalement par l'Union Européenne est l'antichambre d'une gouvernance mondiale au seul profit de l'impérialisme financier et militaire des USA.

 

La gauche actuellement au pouvoir, de par ses idées fondamentales est devenue le principal allié de l'impérialsme


 

Une nouvelle opinion partisane.

 

Cette opinion fit son apparition publique avec les attentats du 11 septembre 2001. La version officielle qui en était donnée, très peu crédible divisa les français et le monde en deux camps fortement opposés les uns, croyant en cette version incroyable et les autres non.

Il apparu que ceux croyant en la version officielle était plus portés vers les idées de mondialisation promues par l'impérialisme US et la gauche, et ceux contestant cette version étaient plus portés par une volonté d'indépendance nationale et plus critiques envers l'action des USA, ces gens se classaient plus à droite.

Le Réseau Voltaire qui le premier exprima des doutes publics sur cette version et classé à gauche éclata car une partie de ses membres ne put suivre ce que la propagande médiatique exprimait déjà en classant à l'extrême droite toutes critiques des USA, c'était un beau paradoxe.

 

SIPA-N0116740.jpg


Durant les années qui suivirent nombre de gens, surtout des jeunes, de toutes obédiences partisanes découvrirent le monde politique via les débats sur le 11 septembre 2001. Pour beaucoup ce fut un choc, leur assurance de vivre en démocratie fut ébranlée par la découverte d'un monde obscure et cripminel pesant sur la planète. Beaucoup de ces jeunes devinrent ainsi des militants pour la vérité sur le 11/9/ 2000, puis des militants anti-mpérialistes ceci, fut facilité par la multiplication des sites internet d'informations alternatives. 

 

L'apparition puis  généralisation des réseaux sociaux utilisant l'Internet accéléra la diffusion de cette nouvelle opinion partisane qui devint nettement anti-impérialiste avec la multiplication des actions guerrières des USA entraînant leurs affidés ou les plaçant en avant.

La guerre de Libye entreprise par la droite sarkosienne et soutenue par l'ensemble de la gauche, encore à l’exception des restes du PCF accentua un peu plus une césure en formation entre soutiens et adversaires de l'impérialisme ou dans chaque camp était des gens se situant à droite ou de gauche.


Paris-20120916-00031.jpg

La lutte contre l'ingérence étrangère en Syrie mobilise des gens de droite comme de gauche qui discutent et se rapprochent


La guerre de Syrie parachève maintenant la nouvelle césure politique, la gauche au pouvoir se lance dans la guerre impérialiste au côté des USA et ce avec le soutient du PCF maintenant qui, avec son journal, l'Humanité, prend fait et cause pour des rebelles terroristes recrutés et armés par les USA.


D'un autre côté avec l'extension de la crise économique, une prise de conscience émerge concernant la responsabilité directe de l'UE, de l'OTAN et de l'Euro dans cette crise. Une nouvelle césure se met en place entre partisans de l'UE et de l'Euro d'un côté et adversaires de l'autre. Cette césure recoupe celle entre partisans et adversaires des opérations impérialistes en Syrie.

Ainsi une nouvelle opinion partisane est née faisant exploser l'opposition entre une droite et une gauche qui en fait n'avait plus d'objet depuis 1947 date de la soumission du PS à l'impérialisme. Cette droite et cette gauche mythique n'ont pu survivre dans l'esprit du peuple que grâce à la stupidité volontaire ou non d'un PCF se sabordant pour que finalement ses restes finissent par se ranger dans le camp impérialiste.


Cette nouvelle opinion partisane indépendantiste et anti-impérialiste ne possède pas encore d'organisation politique elle est atomisée dans une multitude de groupuscules se disputant apprenant un leadership.


Le défi lancé à la France aujourd'hui est de pouvoir rassembler les citoyens voulant appartenir à cette nouvelle opinion partisane en une organisation capable de prendre le pouvoir.

A contrario l'ennemi, instrumenté de l'étranger cherche lui, a accréditer l'idée qu'il existerait encore une opposition droite gauche et lance de temps en temps des thèmes cherchant à focaliser l'opinion sur d'anciens critères.


A cet effet, le « Mariage pour tous » contre « Manif pour tous » fut lancé, comme les combats de rue entre pseudo antifascistes dits « antifa » et pseudo fascistes se prêtant à ce genre de confrontation.


Citoyens, l'histoire de France vous regarde !

Serez vous capables de vous unir sur l'essentiel; à savoir le recouvrement de notre indépendance nationale et la lutte contre l'impérialisme comme au temps de la Résistance.


La question est posée en forme de défi.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Analyses
commenter cet article