Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 12:25

Mythes et légendes de l'histoire de France.


Libre antenne sur Meta TV

du 20 novembre 2013 

 

avec Alain Benajam et Tepa

 

407px-Zhanna

 

 

1- Gaulois, romains, francs et Clovis


2- De Clovis à Etienne Marcel


3- L'émergence d'une Nation de Jeanne d'Arc à 1789


4- Le temps des révolutions nationales


Partager cet article
Repost0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 11:35

  Emission "Libre Antenne" sur Meta TV

du mercredi 6 novembre 2013.


http://www.dailymotion.com/metatvofficiel#video=x155tg2

 

 

Meta TV en direct
Lire avant.

 

 

 

 

 

1--Poids-de-la-dette-dans-le-monde.jpg

Les pays les plus riches sont les plus endettés car pouvant payer de forts intérêts et particulièresment les pays de l'OCDE car les plus soumis aux USA

 

 

 

 

 

Les accords de Bretton Wood.
François Asselineau.
Sur la création monétaire et la dette publique.

 

 

2--Message-MT-100.jpg

 

4-Codes-MT-700.jpg

 

Exemples de messages SWIFT,  code MT

La SWIFT contrôlée par les USA et donc toutes les transactions de banque à banque.

 

 

5--cours-du-petrole.jpg

Cours du pétrole de 2003 au mardi 5 novembre 2103

 

6-Petrole-dette.jpg

On peut noter 3 inflexions haussières.
1- Après la loi de 1973 permettant en France des emprunts d'état sur les marchés financiers

2- Après le 11 septembre 2001 et une imposition de la politique étasunienne sur le monde

3- Après 2007 correspondant à une hausse des dettes publiques dans les pays de l'OCDE

Puis une énorme inflexion baissière et momentannée consécutive a la crise des "subprimes" aux USA induisant une explosion de la bulle finacière.

 

 

 

7--130221_prix_commodities.jpg

La même chose pour l'ensemble des commodités

 

 

8--prix_petrole_graph1.jpg

 

Cours du pétrole depuis 1861 ce cours reste lontemps fixé à 1 ou 2 USD le baril.
On voit nettement les trois hausses.

  1- après 1973

  2- après le 11 septembre 2001

  3- après 2007

 

 

11---Historique-de-consommation-France.jpg

La consommation de pétrole en France est en baisse comme dans tous les pays développés

 

12-consommation-mondiale.jpg

 

La consommation de pétrole dans le monde est stable depuis 2008 en dépit de l'énorme aumentation de la Chine

 

 

13--consommation-monde.jpg

 

Consommation de pétrole dans le monde, exemple de quelques pays.

 

 

14--contrats-a-terme-petrole.jpgLa simple raison de la hausse des cours du pétrole

 

- La partie rouge correspond au nombre de contrats pétroliers passés par des spéculateurs non professionels dans le commerce du pétrole, spéculateurs purs.

- La partie bleue correspond au nombre de contrats passé par les "pétroliers".

- L'augmentation des cours du pétrole correspond à la multiplication du nombre de contrats sans que n'augmente le volume de pétrole échangé.


Ainsi  il s'achète et se vend 6 à 7 fois plus de pétrole qu'il ne s'en consomme et n'est produit.

Les cargaisons sont vendues et rachetées plusieurs fois induisant un mécanisme haussier inexorable.

 

_____________________________________________________________________________________________

Endettement

 

L'endettement suit de près la hausse des cours du pétrole et des matières premières car cet endettement produit des obligations (Debt Bond) et en conséquence des capitaux disponibles (titrisation des dettes) servant à l'achat de grosses quantités de pétroles et de matières premières

 

 

15---Endettement-soumission.jpg

 

 

16---Dettes-France.jpg

On voit toujours les deux inflexions correspondant au 11 septembre 2001 et à 2007

 

 

17--Dette-Allemagne.jpg

Les données de tous les pays de l'OCDE (soumis aux USA)  présentent les mêmes inflexions.

 

18---Dette-UK.jpg

 

19 - Dette USA

 

20--Dette-Japon.jpg

 

21---Dette-Australie.jpg

Les obligations japonaises peuvent induire de gros capitaux disponibles ce pays très riche soumis aux USA est donc le plus endetté de la planète.

 

 

22--Dette-Norvege.jpg

Même la riche Norvège est très endettée.
Normal elle peut payer et ses obligations valent très cher

 

 

23---Dette-Espagne.jpg

 

24--dette-Italie.jpg

 

25--Dette-Grece.jpg

 

 

 

A qui tout ceci profite ?

En premier lieu aux banques.

 

26---Top-20.jpgTop 20 des "prime banks" par actif.

 

 

27--Top-Bank-capitalization.jpg

Top 22 par capitasisation boursière (montant des portefeuilles d'action)

 

 

28--Actifs-du-Top-20.jpg

 

29--Actifs-banques-par-habitant.jpg

 

Les trois premiers pays du monde ou la finance possède le plus grand poids dans l'économie.

UK, France, Pays Bas, les trois grands premiers pays colonisateurs et spéculateurs sur les matières première.

 

 

 

Bénéfices des "Edge funds"

30--Edge-Fund.jpg

En orange bénéfices "on shore" et en bleu "off shore" dans les paradis fiscaux

 

Les bénéfices hors banques notamment de "Edges funds" qui sont des associations de spéculateurs privés.

Ces bénéfices sont en explosion déjà de 2000 à 2007 surtout après le 11 septembre 2001 alors depuis 2007 .... ce n'est plus montrable !

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 10:07

 

  L'Autre

 

 

 

L'autre est celui qui montre une différence d'avec soi-même.

Comment exister face à l'autre c'est à dire rester soi-même et ainsi, offrir sa différence à cet autre lui permettant aussi de rester lui-même ?

 

 

 

Friedrich-Wilhelm-Nietzsche-1844-1900

Friedrich Wilhem Nietzsche

 

La confrontation à l'autre est l'élément mécanique primordial permettant l'évolution du vivant qu'il soit biologique au social. L'autre peut tuer ou aider à vivre c'est selon. Seule la frontière entre chacun les conserve, frontière à la fois conservatrice et perméable à des échanges mutuellement bénéfiques.

 

A l'heure ou l'idéologie dominante veut l'abolition des frontières pour le profit d'un petit nombre c'est à dire l'abolition de l'autre, c'est bien vers un mécanisme mortel pour l'humanité que cette terrible utopie égalitariste nous conduit.

 

 

Nietzsche

Rien ne m'est égal ! Par le Journal de Personne

 

 

Soi-même.

 

Chacun de nous est définissable et envisageable, en quelque sorte visible, en tant qu'individualité par ses pratiques quotidiennes non remarquables, comme ses habitudes vestimentaires, alimentaires, son langage, son activité quotidienne qui est en générale sa profession, la manière de se comporter ses manies, boire du café à telle heure, fumer, ses opinions politiques ses lectures habituelles enfin toutes choses pratiquées quotidiennement.

 

Le village.

 

Le non remarquable forme le fond de chaque individualité mais pourquoi est-ce en générale non remarquable?

Car ces mêmes pratiques quotidiennes sont partagées par ceux qui nous entourent, et ce qui nous est mécaniquement habituel n'est pas remarquable pour nous comme pour autrui. Ces pratiques sont assimilables à des rites de reconnaissance mutuels et d'appartenance, rites partagés par ceux qui nous environnent formant ainsi un groupe sociale propre, que l'ethnométhodologie assimile à une village. Au sein de chaque village rituel il y a peu d'informations qui circulent dans la mesure ou une information ne se transmet qu'entre ce qui est différent (méconnu), mais il y a une solidarité intrinsèque une connivence entre ceux qui se reconnaissent de le même appartenance, une empathie mutuelle et naturelle.

 

Dans ce milieu, toute nouvelle pratique reconnue comme intéressante par le groupe se répand très rapidement devenant une mode, les membres du village n'ont pas à réfléchir, à se poser de question, il suffit que quelques leaders d'opinion modifient leurs pratiques pour qu'instinctivement les autres membres attestés du village modifient également les leurs.

L'individu humain ne possède aucune possibilité de vivre isolé, seul, éloigné d'autres humains. Cet individu décéderait rapidement faute d'un savoir faire que chacun ne peut individuellement posséder; faire du feux, chasser pour manger, se confectionner des outils, des vêtements etc..

L'homme est un animal social plus que tous autres, la société dans laquelle il vit fait partie intrinsèquement de son Être, nul ne peut s'en détacher.

 

Cette société, ce fameux « village » est devenu un corps biologique vivant répondant aux règles du vivant qui concernent la complexification.

 

 

La complexification.

 

Nous observons que les sociétés humaines d'aujourd'hui sont bien plus complexes quelles ne pouvaient l'être il n'y a que 20 000 ans, ce qui est peu éloigné dans le temps si l'on considère que l'homme actuel, l'homo sapiens est apparu il y a180 000 ans.

 

L'homo sapiens provient d'une complexification du vivant partant de la soupe primitive océanique ou baignaient déjà les acides aminés. Ces acides aminés ont commencé à se combiner grâce aux rencontres fortuites pour former le premier ADN élément premier définissant le vivant.

Justement le vivant n'est définissable que par la capacité d'un élément biologique de pouvoir se reproduire et de pouvoir ainsi se conserver en tant qu'espèce au delà de la mort de chacun et ce, pendant une très longue période de temps. Ce temps durant lequel, de ce corps vivant, naîtra par mutation hasardeuse, un autre corps ayant une capacité de survie et d'adaptation supérieure. Cette complexification s’opère entre le hasard de la mutation et la nécessité de l'adaptation à un milieu qui va ou non la tolérer.

 

La conservation.

 

La conservation du vivant est offerte par l'ADN transmis qui fera que l'être reproduit sera une moitié et son père et une moitié de sa mère. La faculté de conserver une espèce au delà de la mort d'un individu est la définition même du vivant

 

Les sociétés humaines sont des corps vivants obéissants aux règles du vivant de la conservation pérenne. Celle-ci permet d'accumuler des connaissances sur de longues périodes dépassant la durée de vie de chacun ce qui a pour effet d'améliorer les capacités et les facultés d'adaptation.

La conservation dans un corps social n'est plus l'ADN transmis pour conserver l'espèce mais se sont les instructions des savoir faire transmis de générations en générations qui permettent à une société de se conserver d'abord pour évoluer ensuite.

 

Ce sont les rites sociaux transmis qui « vont de soit », sont vus et non remarqués qui font que chaque individualité s'inscrit dans une existence historique composant un langage compréhensif, consécutif à cette histoire et donne le moyen à chacun d'assimiler un héritage sans lequel il ne saurait exister.

L'héritage social est l'ADN des sociétés sa transmission est quasi instinctive mobilisant tout le corps social montrant ses pratiques courantes

 

L'évolution.

 

L'évolution est inhérente au vivant au même titre que la conservation car il ne saurait y avoir évolution sans conservation. Pour qu'une société évolue encore faut-il quelle existe or une société se construit dans le temps, temps qui va bien au delà de la vie de chacun. On comprend par exemple que pour accumuler des savoir faire il faut plusieurs générations. On ne devient pas menuisier ex nihilo il faut un apprentissage et l'usage d'outils spéciaux mis au point il y a très longtemps. La scie par exemple serait une invention venant de la Grèce antique qui serait attribuée à Talos, le neveu de Dédale. Pour transmettre des instructions permettant la transmission d'un savoir faire il faut l'usage d'un langage appris et compris d'une génération sur l'autre sachant que chaque langage utilise des concepts nés dans l'histoire. Je prends toujours l'exemple du mot « domination » qui vient du latin « dominus » voulant signifier seigneur mais dont l’étymologie latine signifie « propriétaire d'un domaine » sur lequel travaillent des esclaves; les dominés. Il y a de multiples exemples identiques montrant que chaque langage utilise des images puisées dans une histoire humaine pouvant être très lointaine.

Comme pour l'être vivant l'évolution sociale s'engendre par ce qui est comparable à une mutation. Une mutation n'est qu'une légère modification car cette modification doit être acceptée. Que cette mutation soit trop importante elle sera rejetée car inadaptée au milieux ou l'être biologique ou social l'est d'ores et déjà, puisqu'il existe. Cette mutation pour faire son effet doit simplement permettre une amélioration de l'adaptation tout en étant tolérée.

 

On voit donc que conservation, mutation et évolution sont les clefs du vivant, qu'il soit biologique ou social.

 

 

La confrontation.

 

La confrontation est la mécanique du vivant biologique ou social, cette confrontation survient entre hasard et nécessité mais aussi entre liberté et tolérance.

 

 

De-la-Frontiere.jpgLa frontière, conservatrice et protectrice de l’ordonnancement.

 

Chaque groupe social, ou individualité se déploie, se réalise, existe à l'intérieur de ses frontières.

La frontière est l'élément conservateur de différenciation entre l'un et l'autre. Les frontières sont évidemment multiples se placent à différents niveaux. D'abord entre individus qui ainsi se différencient, puis entre sexes, puis entre différents groupes sociaux et professionnels, puis entre régions puis entre nations. La définition d'une frontière peut être culturelle et, ou légale s'il s'agit d'un état-nation. La fonction de la frontière est d'être protectrice et permettre le développement d'expériences propres qui ne sont pas ou ne peuvent pas se réaliser à l'intérieur d'autres frontières pour de multiples raisons qui font qu'un autre est différent dans son histoire, ses capacités et ses expériences passées. On comprend aisément que la différence engendre des initiatives différentes, des expériences différentes et que la multiplication des différences multiplie les expériences et donc la possibilité d’offrir aux autres une quantité supplémentaire de capacités.

 

La vie procède par échange, adaptation et conservation aux travers de frontières à la fois protectrices et perméables, comme peut l'être le cytoplasme d'une cellule vivante.

Les éléments ordonnateurs et constructeurs sont donc la conservation qui permet l’existence mais aussi la liberté qui permet les initiatives, la tolérance qui les accepte et l'échange qui les offre à l'autre, le tout inscrit dans le temps. Ce temps montre une direction ; la flèche du temps, opposant deux forces. L'une de ces forces est ordonnatrice par la multiplication des expériences et l'autre destructrice par la force destructrice et entropique de l'usure inexorable du temps, ce qui n'évolue pas est appelé à mourir.

 

Oskar Freysinger

De la Frontière

Xenia

220px-Oskar_Freysinger_-2007-.jpgLes forces prédatrices de l'avidité et de l'immédiateté veulent à tous prix s'affranchir des frontières pour espérer aller plus vite dans la jouissance, la jouissance de l'autre considéré comme une proie à consommer. La jouissance immédiate déplore le parcours réduit de la vie et pour ça nie toutes pérennités sociales dépassant les générations, le mot d'ordre est toujours « après moi le déluge ».

 

On peut appeler forces du Mal ces forces politiques s'appelant de droite prônant la fin des lois régulatrices des états-nations ou de la gauche égalitariste, ces forces qui œuvrent ensemble à la destruction des différences et des frontières.

 

Pour eux ensembles toutes les frontières sont à détruire, celles des nations, celles des sexes ou celles des traditions. Ce sont les forces diaboliques du Mal mythique car elles conduisent à la destruction et à la mort par la destruction de l'autre, du différent, élément de toutes complexifications vitales.

 

La vie est un parcours rapide rythmé par des étapes ou à chacune d'elles correspond une découverte, la découverte de l'autre et de chaque confrontation avec l'autre en sortira une expérience et une capacité supplémentaire pour l'un et l'autre par échange transfrontalier.

La vie est aussi une quête, une course contre la mort, la course du savoir et du pouvoir celui de pouvoir transmettre à la génération qui suit.

 

Alors on ne peut apprendre que s'il y a différence de savoir et de pouvoir on ne peut apprendre de l'autre que s'il existe en tant qu'autre derrière sa frontière.

 

 

 

Le Poker nietzschéen

Par Le Journal de Personne


Exister c'est résister, c'est ne pas se rendre, c'est ne pas s'abimer dans la mer des conformismes, exister c'est être différent c'est être un autre pour tous et pour chacun.

 

Être coriace c'est se donner la possibilité d'offrir sa différence à l'autre comme un cadeau.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 17:59

 

Échec au roi.

 

ou un prétexte pour éliminer un prétexte encombrant.


bachar-al-assad-as.jpg

 

 

Il y a bien échec au roi, celui l'impérialisme, Barack Hussein Obama roitelet investit par les forces du mal.

Ce n'est pas encore Echec et Mat, loin de là, mais l'impérialisme a subi dans l'affaire syrienne et face aux russes, un échec cuisant l'empêchant de déclencher la guerre qu'il souhaitait et qu'il avait programmé.

 

 

 

Les choeurs de l'âme russe .
par Le Journal de Personne

 

Pourquoi cet échec est cuisant ?

L'impérialisme ne peut vivre qu'avec la guerre et, l’empêcher de la faire, c'est commencer à le tuer.

L'impérialisme a besoin de la guerre comme un requin a besoin d'avancer pour respirer qu'il s'arrête et c'est la mort !

 

Tu-garde-ton-fou-je-garde-mon-roi.jpg


L'impérialisme est composé de plusieurs éléments ne pouvant vivre que sur la prédation.


Tout comme l'empire romain avait besoin de toujours plus d'esclaves pour alimenter sa machinerie guerrière, l'impérialisme a besoin d'asservir les peuples au paiement des intérêts d'une dette, pour alimenter sa propre machine prédatrice.

 

carte-dette-monde-2009-copie-1.pngEn clair les pays qui restent à agresser pour leur imposer une dette, en foncé ceux qui payent déjà le tribu de soumission.


Alors, pour asservir des peuples à la dette, il est impératif qu'il puisse se saisir de leurs appareils d'état d'abord et de leurs appareils financiers ensuite.

Pour se saisir de ces états, l'impérialisme use de plusieurs manières :

- par la corruption des politiciens locaux et le chantage, si cela ne marche pas,

- par la destitution de dirigeants non corrompus et non corruptibles et si cela ne marche pas

- par la guerre afin de placer par la force les marionnettes prévues à cet effet.


La guerre est aussi intéressante en elle même car elle dope les budgets militaires et favorise le transfert de l'argent public vers de riches poches privées.

 

L'impérialisme a choisi de se donner l'aspect de la démocratie car il a jugé qu'il était plus efficace que les peuples organisent eux même leur asservissement, ce qui épargne l'utilisation de gros moyens de répression.

Il est donc dans l'obligation d'entretenir en permanence une fiction qui permet aux peuples d'accepter les massacres de masse et les indicibles horreurs. La fiction justificatrice de la sale guerre entreprise sous couvert d'humanité.

 

Il y a donc une machinerie complexe et bien huilée qui s'est mise en place dont le seul et unique but est d'asservir les peuples afin de les faire payer et de tuer ceux parmi ces peuples qui seraient récalcitrants.

 

On peut diviser cette machinerie impérialiste en trois groupes étroitement liés et convenablement rémunérés.

 

1- Le groupe dur, se sont les états, les armées, leur commandement et leurs services secrets et avec l'industrie d'armement ; le fameux complexe militaro-industriel qui est aujourd'hui assez transnational impliquant essentiellement quatre états sous la direction des USA ce sont le Royaume Uni, la France et Israël .

Le « roi » en échec est le président des USA adoubé par la deuxième entité, le groupe financier.

 

2- Le groupe financier, est essentiellement constitué par un axe La City, Wall Street qui organise la prédation sur les peuples par la dette et par la hausse continue des matières premières.

Tel un ogre inassouvi ce groupe financier a besoins de plus de peuples à asservir, il en reste encore beaucoup il suffit de voir la carte mondiale de l'endettement ou l'on voit que ce sont les pays les plus développés qui sont les plus endettés car jugés capables de payer les plus forts intérêts comme la Norvège ou le Japon, deux pays soumis corps et âmes à l'impérialisme.

 

3- Le groupe chargé de la fiction justificatrice que l'on peut appeler le groupe du mensonge constitué par des politiciens et leurs partis, par les médias et les ONG.

Ce groupe institutionnel doit rester crédible aux yeux des peuples pour être efficace. Qu'il s'écroule et c'est tout le système bâti sur lui qui peut également s'effondrer ce groupe du mensonge est donc fondamental.

 

Face à la machinerie impérialiste, un moment débridée et sans opposition depuis la fin de l'URSS, la résistance s'organise doucement, sûrement et en s'accélérant.


La résistance se constitue et s'organise avec les peuples et leurs états visés par la prédation impérialiste. Ces états sont ceux qui ne sont pas encore soumis à la dette que l'on voit sur la carte.

 

Ces états, il y a encore peu de temps, n'étaient pas encore conscients du danger et n'avaient pas cru devoir s'organiser convenablement dans un système de défense commun.

Les dirigeants de ces états souvent fort riches personnellement, vivant très bien du capitalisme, pensaient certainement que depuis la fin du bloc soviétique, du socialisme et la généralisation du système capitaliste, ils étaient devenus amis et partenaire des USA, ils pensaient qu'ils n'avaient donc plus rien à craindre et que toutes luttes politiques et idéologiques étaient maintenant éteintes.


J'ai personnellement suffisamment discuté avec des dirigeants communistes chinois pour avoir perçu avec consternation à quel point ils se faisaient des illusions sur « l'occident » et les USA pensant que les affrontements étaient du passé maintenant que le capitalisme investissait en masse dans leur pays.

De la même façon une très large faction de l’intelligentsia russe et de politiciens pensaient  qu'il était  souhaitable d'abandonner la lutte nationale face à l'impérialisme et de vivre de ses miettes concédées. (voir Madvedeev)

La Russie et la Chine avaient, peu de temps auparavant, un système économique socialiste fondé sur l'utopie léniniste. Cependant si l'économie socialiste s'est montrée peu performante, le fait d'avoir des partis communistes au pouvoir opposés intrinsèquement à l'impérialisme, les a préservé de la soumission.

Les partis communistes au pouvoir on fait plutôt fonction de machine de guerre particulièrement efficace dans la préservation de l'indépendance nationale.

Aujourd'hui les anciens dirigeant politiques les plus populaires dans ces pays sont Staline en Russie et Mao Tsé Toung en Chine vus aujourd'hui plus en tant que dirigeants nationalistes que communistes.

 

C'est donc naturellement que d'ex pays socialistes dirigés par des communistes ont pris en main la résistance car les hommes mûrs à la tête de ces états ont encore été formés à l'école communiste de la résistance à l'impérialisme.

Le plus bel exemple en est Vladimir Poutine ex dirigeant du KGB, les services secrets soviétiques.

 

Historique d'un affrontement pouvant devenir paroxystique et évité de justesse par l'habile et déterminée manœuvre russe.

 

La guerre du Vietnam terminée en 1975 fut une grande défaite pour l'impérialisme et, durant quelques années, il dut se tenir tranquille comme assommé.

La trêve ne dura pas trop longtemps, dés 1990 les hostilités guerrières impérialistes reprirent contre l'Irak avec la première guerre du Golfe et en 1991 contre la Yougoslavie.

Ces guerre furent des succès pour l'impérialisme qui put ainsi démanteler la Yougoslavie et l'Irak..

Ces succès relativement aisés furent possibles grâce à l'extinction de l'URSS, l'impérialisme n'avait face à lui aucune opposition d'importance.

Dés ces nouvelles guerres, une nouvelle technique de justification apparue avec l'embrigadement étroit des médias et des politiciens constituant alors un front du mensonge particulièrement efficace.

Ce front du mensonge politico-médiatique avait pour but de diaboliser le dirigeant politique principal de la cible, de le présenter comme un ignoble dictateur justifiant les actions les plus violentes à son encontre.

A ce moment le Réseau Voltaire perçu le danger et se mobilisa dans les premières années de son existence pour mettre en évidence et dénoncer la presse de l'impérialisme et les techniques de diabolisation. Mais nulles oppositions politiques ou étatiques ne se constituèrent à l'époque contre ces forfaits impérialistes.

 

Les attentats du 11 septembre 2001 marquèrent l'imposition générale et définitive de l'embrigadement politico-médiatique occidental en faveur de l'impérialisme.

Le mensonge était devenu généralisé emmenant tous les rouages institutionnels sans exceptions; partis politiques, médias, administrations d'états, tous impliqués sans mesure dans l'adoption officielle et religieuse d'une manipulation de mort et de mensonges grossiers.


La Chine et la Russie ne bougèrent pas, bien que sachant parfaitement la réalité de ces attentats fabriqués de l'intérieur des USA. Ils ne bougèrent pas car ils avaient toujours l'illusion d'être rangés parmi les amis et à l'abri de toutes agressions.

La France chiraquienne à ce moment faisait figure d'opposant principal à l'impérialisme et avait retrouvé un moment son lustre international.

 

Il fallut la guerre de Libye pour que la prise de conscience du danger commence à poindre dans l'esprit de plusieurs états et qu'ils commencent seulement penser se mettre en posture de défense.

L'impérialisme après ses succès du « printemps arabe » et de la guerre de Libye crut que la Syrie serait facile à vaincre et que derrière, l'Iran tomberait comme un fruit mur, ouvrant les portes de la Russie et de la Chine, cœur de l'objectif, le fameux «heart land» de l’île du monde selon le fantasme anglo-saxon.

 

Vladimir Poutine assisté de son excellent ministre des affaires étagères Constantin Lavrov  ont perçu qu'il était devenu vital maintenant de stopper la marche inexorable de l'impérialisme.


Mais comment stopper une redoutable machine de guerre sans faire la guerre ? Car faire la guerre serait encore l'alimenter et non la vaincre.


Il fallut s'attaquer à la base du système évoquer plus haut celui du mensonge sur lequel la machinerie guerrière est construite tout en dissuadant militairement l’adversaire ou au moins le faire réfléchir aux conséquences que pourraient avoir un conflit ouvert généralisé avec une puissance militaire quasiment identique à la sienne.


N'oubliant pas que le système guerrier et agressif ne peut fonctionner qu'avec l'assentiment de l'opinion publique, c'est bien à celle-ci qu'il fallait s'adresser. En effet le peuple étasunien lassé des morts et des handicapés aurait certainement mal pris la nouvelle de quelques navires coulés avec leurs équipages ou quelques dizaines voir centaines d'avions abattus.


Le dispositif naval de protection des côtes syriennes devait avant tout être crédible. Ce dispositif naval fut mis en place dés le mois de janvier au cours d'une bataille navale « électronique » emportée par la flotte russe qui put rejeter le dispositif naval de la 6ème flotte US loin des côtes syriennes. Ceci avait aussi pour effet d'allonger le temps de parcours des missiles et d'avoir le temps de prendre toutes dispositions pour les abattre ( entre 1h30 et 2h entre le tir et la cible)

 

Moksva.jpg

Le croiseur  lance missile Moskva élément de la dissuasion navale russe

 

 

A lire pour comprendre,


Un article de Valentin Vasilescu spécialiste de l'armement russe et étasunien.

http://avicennesy.wordpress.com/2013/05/29/la-vraie-bataille-pour-la-syrie-celle-dont-les-medias-ne-vous-parleront-jamais/


  Il était devenu certain qu'après la « ligne rouge » qui pourrait être dépassée par le gouvernent syrien dans le cas de son utilisation de gaz de combat, qu'une intervention directe des forces de l'impérialisme serait déclenchée et que le prétexte qui serait alors fabriqué serait une attaque sous faux drapeau utilisant ces gaz.


Ces gaz possédés par l'Armée Arabe Syrienne n'avait aucune utilité militaire dans les combats rapprochés qui mêlaient civiles et combattants des deux bords. Ces gaz de combat n'était là que pour dissuader Israël qui en possède également..

Dans le cas actuel de la menace impérialiste, la possession de ces gaz de combat devenaient même un lourd handicape pour l'état syrien.

Il était judicieux qu'il s'en débarrasse ostensiblement et sans conteste, Obama en a fourni le prétexte pour éliminer tous prétextes.

 

L'action russe a été menée en ôtant à la fois tous prétextes d'attaque à l'impérialisme et en le dissuadant également par une détermination militaire sans faille à défendre la Syrie contre toutes agressions.


Le prétexte fallacieux a été remis en cause médiatiquement par la contestation de la réalité de l'attaque chimique en démontrant qu'elle fut fabriquée par les services occidentaux, ceci par l'enlèvement et l'assassinat de plusieurs centaines d'enfants de Lattaquié zone favorable au gouvernement syrien, afin de les montrer en victimes de ces gaz de combat.

La réalité du faux prétexte mis en avant par les médias et les politiciens pour fomenter l'agression commençat a ébranler convictions et certitudes, lézardant le front habituels des fous de guerre. Un nombre significatif de médias et de politiciens ont ainsi abandonnés la ligne du mensonge.


Puis les deux missiles tests de l'impérialisme décelés dés le tir et abattus par les russes démontra leur  capacité technique de riposte et leur détermination.


A ce moment l'impérialisme s’aperçu qu'il n'y avait pas de solution simple à la poursuite de l'agression face aux dispositifs de défense russe et syrien.


Il fallut alors tendre une perche à l'impérialisme afin de lui donner la possibilité de ne pas s'enfoncer dans l’aventure militaire.

C'est tout le génie diplomatique russe que d'avoir penser qu'il était utile de ménager une porte de sortie à l'adversaire si on ne voulait pas le combattre jusqu'à sa mort, chose qui eut été terrifiante pour les deux parties.


La mise sous séquestre de l'armement chimique syrien par l'ONU offrit à Obama ce prétexte d'abandon de la partie sans perdre la face même si ce séquestre est extrêmement difficile à réaliser.

 

Poutine a bien réussit à éviter à la Syrie d'être écrasée sous les bombes et par la même occasion il a évité à Obama de commettre une faute grave en déclenchant un dur conflit régional, voir une guerre mondiale dont la première victime eut été Israël.

 

Les conséquences.

 

La guerre n'est pas terminée pour autant car les djihadistes biens armés continuent à affluer mais la Russie a changé de registre, elle est maintenant déterminée à aider militairement au maximum de ses possibilités la Syrie et l'Iran qui seront maintenant pourvues des armements les plus modernes.

L'avancée inexorable de l'Armée Arabe Syrienne va continuer avec l'aide de l'Iran du Hezbollah de la Russie et de la Chine.


s300pmu2.jpg

S300 livrés à la Syrie et à l'Iran rendant leur ciel inexpugnable.

 

La méfiance envers les USA et l'occident va s’accroître dans le monde.

 

Nous avons vu que dans le monde occidental l’unanimité habituelle pour la guerre impérialiste ne s'est pas constituée et que les va-t-en-guerres comme Hollande étaient isolés.

 

Nous avons vu également que le front du mensonge médiatique s'était fissuré et que nombre de politiciens avait osé un désaccord.

 

On peut aisément affirmer que la carrière politique de François Hollande est terminée et que l'avenir du Parti Socialiste principal soutient à la guerre impérialiste est sombre.

 

Il y eut bien   Échec au Roi, de l'impérialisme, dans cette partie très serrée avec la Russie attendons maintenant tranquillement l’Échec et Mat.

 

 

Alain Benajam.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 15:56

 

Ces délinquants qui nous gouvernent...

doivent être punis !


 

arton180128-e8869.jpg

 

Dans un pays se voulant démocratique il est normal et recommandé qu'il y ait un débat politique confrontant différents points de vue et intérêts. Une droite défendant les entrepreneurs et une gauche défendant les fonctionnaires peuvent bien débattre parfois vivement sur le montant du SMIC, l'âge de la retraite ou de l'assiette fiscale de telle ou telle catégorie sociale.
Ceci est le débat républicain, peut être parfois passionné mais les arguments des uns et des autres sont toujours légitimes.

 

Quand il s'agit de faire la guerre à une autre nation, comme il est question aujourd'hui,  l'engagement des politiciens devient d'une tout autre nature puisque dans ce cas il leur conviendra de prendre la responsabilité d'infliger la mort à des humains.


Suite à la seconde guerre mondiale qui fut particulièrement dramatique un droit international a été convenu entre toutes les nations afin de régler la possibilité d'engagement de cette chose terrible que de vouloir tuer massivement des hommes, ce que la guerre moderne permet de plus en plus.

 

Seule aujourd'hui l'ONU par décision de son conseil de sécurité ou de son assemblée générale peut légitimer une guerre. Ceux qui enfreindraient cette loi internationale seraient passibles d'accusation de crime de guerre et de crime contre l'humanité et pourraient être traduits devant un tribunal pénal international.

 

Malheureusement, depuis l'adhésion de toutes les nations à ce droit international, une puissance; les USA est toujours parvenue à le détourner en fabricant des prétextes et en les faisant plus ou moins admettre par la communauté internationale dont une grande partie des membres étaient sous sa dépendance politique et économique.

Dans le même temps des médias sous influence ont toujours validé les fabrications de preuves ne craignant pas, une fois l'agression militaire passée, d'admettre les montages mensongers.

 

On peut citer quelques exemples historiques : l’incident du golfe du Tonkin et la guerre du Vietnam, les couveuses koweïtiennes et la première guerre du Golfe, le massacre de Racak et la guerre du Kosovo, les armes de destruction massive irakiennes et la deuxième guerre du Golfe, les menaces sur Benghazi et la guerre de Libye, et maintenant le gazage des civils de la Ghouta pour justifier le bombardement de la Syrie. Ainsi les USA avec quelques complices du camp dit « occidental » commettent crimes de guerres sur crimes contre l'humanité depuis plus de 65 ans afin de parfaire leur pouvoir économique et politique sur le monde.

 

 

La situation a évolué pour plusieurs raisons.

 

Le statut quo qui existait entre les deux impérialismes l'un soviétique et l'autre étasunien n'existe plus car auparavant l'un et l'autre voulaient respecter les accords de Yalta consacrant le partage du monde en deux zones d'influence et  aujourd'hui ces accords sont caduques du fait de la disparition de l'URSS.

D'autres grandes nations comme la Russie et la Chine n'entendent pas laisser maintenant l'impérialisme étasunien faire ce qu'il entend dans le monde.

 

Puis, l'émergence et la multiplication de médias alternatifs contestant la propagande officielle déversée par les médias de pouvoir, permet d'éclairer aux yeux de l'opinion publique les manœuvres criminelles et les fabrications de « preuves » de l'impérialisme. L'exemple du 11septembre 2001 est significatif par le nombre très important de sites internet de contestation de la version officielle abracadabrantesque apparue suite à cet événement.

 

Aujourd'hui politiciens et journalistes peuvent apparaître aux yeux du monde comme ce qu'il sont: des délinquants criminels passibles de tribunaux internationaux.

 

Le crime d'agression

 

Le Statut de Rome définit les règles de fonctionnement élémentaire de la Cour pénale internationale (CPI). Il a été adopté le 17 juillet 1998, à Rome en Italie.

L’article 8 bis du Statut de Rome , ajouté en 2010, se lit comme suit : « Aux fins du présent Statut, le « crime d’agression » signifie la planification, la préparation, le lancement ou l’exécution par une personne effectivement en mesure d’exercer un contrôle ou de diriger l’action politique ou militaire d’un État, d’un acte d’agression qui, par sa nature, sa gravité et son ampleur, constitue une violation manifeste de la Charte des Nations Unies. » Sont inclus à l’article 8 bis (2) ( b ) et dans la liste suivante les actes constituant une « agression »: « le bombardement par les forces armées d’un État contre le territoire d’un autre État ou l’ emploi de toutes armes par un État contre le territoire d’un autre État ».

En l’absence d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU autorisant « l’action militaire » contre la Syrie, ces dispositions correspondent en tous points à l’agression en cours de planification par les présidents Obama et Hollande. Si les USA se sont bien gardés de ratifier la CPI, tout en essayant de l'instrumenter, la France a bien signé le traité créant cette Cour Pénale Internationale.

 

Les fausses preuves fabriquées sur commande de l'état par la DGSE pour tenter de justifier une guerre aux yeux du peuple français sont déjà passibles de la CPI

 

Le crime de propagande de guerre.

 

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’Assemblée générale des Nations Unies a légiféré pour interdire et condamner la propagande de guerre.

La Résolution 110, du 3 novembre 1947, relative aux « mesures à prendre contre la propagande en faveur d’une nouvelle guerre et contre ceux qui y incitent », sanctionne « la propagande de nature à provoquer ou à encourager toute menace à la paix, rupture de la paix, ou tout acte d’agression ».

La Résolution 381, du 17 novembre 1950, consolide cette condamnation en condamnant la censure des informations contradictoires comme partie intégrante de la propagande contre la paix.

Enfin, la Résolution 819, du 11 décembre 1954, sur « la suppression des obstacles au libre échange des informations et des idées », pose la responsabilité des gouvernements à supprimer les obstacles qui entravent le libre-échange des informations et des idées.

L'ensemble de la presse dominante travaillant aux ordres des politiciens appelant à la guerre tombe dans ces attendus.



Le crime de complicité d'assassinat espérons que ce n'est pas d'assassinat.


Suite à la diffusion des images, distribuées par l’Armée syrienne libre et reprises par les services états-uniens et français, du massacre de la Ghouta, des familles alaouites de Lattaquié ont porté plainte pour assassinats.

Certaines des vidéos ont été réalisées et postées sur YouTube avant l’événement qu’elles décrivent

On peut y voir des enfants étouffer d’une intoxication chimique qui ne peut être du gaz sarin (ce gaz provoque de la bave jaune et non pas blanche).

Les enfants ne correspondent pas à un échantillon de population : ils ont presque tous le même âge et ont les cheveux clairs. Ils ne sont pas accompagnés par leur famille en deuil.

Il s’agit en fait d’enfant enlevés par des djihadistes, deux semaines auparavant dans des villages alouites aux environs de Lattaquié, à 200 kms de la ghouta.

Contrairement aux affirmations de l’Armée syrienne libre et des services occidentaux, les seules victimes identifiées du massacre de la Ghouta sont donc issues de familles soutenant le gouvernement syrien. Les personnes qui posent dans les vidéos en s’indignant des « crimes de Bachar el-Assad » sont en réalité leurs assassins, (www.voltairenet.org).


La DGSE prétend être très bien renseignée sur ce qui se passe en Syrie, on veut bien croire qu'elle fait son travail. Alors ce service ne pouvait ignorer les conditions odieuses et criminelles qui ont présidées à cette fabrication de "preuves" et l'on peut être certain que ces conditions ont été rapportées au président de la république.

Espérons que nos services n'ont pas trempé dans ces assassinats mais ils ont pour le moins laissé faire et se sont abstenus de dénoncer ces crimes se faisant complice de cet acte particulièrement criminel.


Nous savons également que l'état français contribue à financer et armer les bandes qui sévissent en Syrie massacrant les populations pour raisons confessionnelles s'en prenant particulièrement aux chrétiens, et aux musulmans chiites et alaouites. Tout le monde peut voir les nombreuses vidéos et images de ces crimes particulièrement horribles. Nos services de renseignement et donc l'état ne peuvent ignorer ces crimes commis, dont nos politiciens sont de fait les complices.


Brutalite-Syrie.jpg


Ici nous entrons dans la complicité de crime contre l'humanité et de crime de guerre.


Nous voyons que les dirigeants français ont quitté le domaine politique pour entrer dans celui de la délinquance. A ces crimes déjà avérés il pourrait être adjoint celui de haute trahison puisque ces crimes ont été commis à l'encontre des intérêts de la France et pour le seul bénéfice d'une puissance étrangère.


Il n'est donc plus possible aujourd'hui de traiter ces gens comme de simples adversaires politiques avec lesquels nous aurions des divergences, ce ne sont plus que des délinquants criminels et l'honneur de notre pays voudrait qu'ils fussent traduits devant un tribunal, jugés et punis par les lourdes peines prévues pour ces crimes.



Partager cet article
Repost0
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 10:29

 

« Sous nos yeux »

49echronique de politique internationale

 

 

Rationalité occidentale

Par Thierry Meyssan

 

 

Vous avez aimé l’incident du golfe du Tonkin et la guerre du Vietnam, les couveuses koweïtiennes et la première guerre du Golfe, le massacre de Racak et la guerre du Kosovo, les armes de destruction massive irakiennes et la deuxième guerre du Golfe, les menaces sur Benghazi et la guerre de Libye, vous allez adorer le gazage des civils de la ghouta et le bombardement de la Syrie.

 

Powell et la fiole

 

 

 

 

Dans une note diffusée par la Maison-Blanche, le directeur US du Renseignement affirme que 1429 personnes ont été tuées lors d’une attaque chimique massive sur une douzaine de localités, le 21 août [1].

Les services français n’ont pas pu procéder sur place à un décompte des victimes, assure une note diffusée par le ministère français de la Défense [2]. Cependant, ils en ont vu 281 sur des vidéos, tandis que l’organisation « non-gouvernementale » française, Médecins sans frontières, en a compté pour eux 355 dans des hôpitaux.

Les services alliés se référent tous à des vidéos. Ainsi le directeur US du renseignement en a collecté une centaine sur YouTube, tandis que le ministère français de la Défense n’en a

 

trouvé que 47. Washington et Paris les considèrent toutes comme authentiques. Pourtant, certaines d’entre elles ont été postées à 7h00 du matin, heure de Damas (ce qui explique qu’elles soient datées du 20 août sur YouTubequi est basé en Californie), mais avec un soleil presque au zénith, ce qui implique qu’elles ont été tournées à l’avance [3].

Tous les observateurs ont noté la forte proportion d’enfants parmi les victimes. Les États-Unis en ont compté 426, soit plus d’un tiers. Certains, mais ni les services états-uniens, ni leurs homologues français, se sont inquiétés de constater qu’ils avaient presque tous le même âge et qu’ils étaient sans famille pour les pleurer. Plus étrange encore, les gaz auraient tué des enfants et des hommes adultes, mais auraient épargné les femmes.

La large diffusion sur les chaînes satellitaires des images des victimes a permis à des familles alaouites des environs de Lattaquié de reconnaître leurs enfants, enlevés deux semaines auparavant par des « rebelles ». Ils ont immédiatement porté plainte pour assassinat devant la Justice syrienne, mais les services états-uniens, britanniques et français n’en savent rien, car leurs satellites ne parviennent pas à lire la presse syrienne.

États-uniens, Britanniques et Français s’accordent à dire que les victimes ont été tuées par un gaz neurotoxique qui pourrait être du sarin ou contiendrait du sarin. Ils déclarent se fonder sur leurs propres analyses, réalisées dans leurs laboratoires sur des échantillons prélevés

 

par chacun de leurs services. Cependant, les inspecteurs de l’Onu, venus sur place récolter d’autres échantillons, ne donneront leur verdict que dans une dizaine de jours. En effet, les analyses pratiquées par les États-Uniens, Britanniques et Français sont inconnues du monde scientifique pour lequel la culture des échantillons nécessite un délai beaucoup plus long.

S’il est clair que des enfants sont morts d’intoxication chimique, il n’est pas du tout certain qu’ils aient été gazés. Les vidéos qui les montrent agonisants laissent voir une bave blanche alors que le sarin en provoque une jaune.

Les trois grandes puissances occidentales s’accordent également pour faire porter la responsabilité de cet événement à grandeur variable à l’armée arabe syrienne. Le directeur US du Renseignement précise que ses services ont observé les militaires syriens, durant les quatre

 

jours précédents, en train de mélanger les composants chimiques. Les Britanniques assurent que l’armée arabe syrienne n’en est pas à son coup d’essai et qu’elle a utilisé des gaz en 14 occasions depuis 2012.

Les révélations des services états-uniens, britanniques et français sont corroborées par une interception téléphonique. Un haut fonctionnaire de la Défense syrien aurait appelé paniqué le chef de l’unité des gaz chimiques à propos du massacre. Toutefois, cette interception n’a pas été réalisée par les Etats-Uniens, Britanniques ou Français, mais leur a été fournie par l’unité 8200 du Mossad israélien.

En résumé, les services états-uniens, britanniques et français sont à 100 % certains que l’armée arabe syrienne a gazé un nombre indéterminé de civils : elle a pour cela utilisé une nouvelle sorte de vieux gaz sarin qui ne touche pas les femmes. Les États-Unis ont observé durant quatre jours la préparation du crime sans intervenir. La veille de son utilisation, ce gaz magique a tué des enfants qui avaient été enlevés par des jihadistes deux semaines plus tôt à plus de 200 kilomètres de là. Les événements sont connus grâce à des films authentiques tournés, et parfois postés, à l’avance sur YouTube. Ils sont confirmés par une interception téléphonique réalisée par l’ennemi israélien. Comme il s’agirait de la quinzième opération de ce type, le « régime » aurait franchi une « ligne rouge » et devrait être « puni » par des bombardements le privant de ses moyens de défense.

En droit international, la propagande de guerre est le crime le plus grave car il rend tous les autres crimes possibles.

Notes

[1] “US Government Assessment of the Syria

 

n Government’s Use of Chemical Weapons on August 21, 2013”, Voltaire Network, 30 August 2013.

[2] « Synthèse du Renseignement français sur l’attaque chimique du 21 août 2013 », Réseau Voltaire, 2 septembre 2013.

[3] « À propos des vidéos du massacre du 21 août », Réseau Voltaire, 30 août 2013.

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 11:01

 

Syrie: si l'erreur est humaine, la persévérence est diabolique, par Dominique Jamet

 

Hollande_Obama_integrales_productions.jpg
  
Sans mandat de l’ONU, cavalier seul au sein de l’Union européenne, sans l’aval du Parlement, ignorant superbement l’avis contraire de la majorité des Français (64 % aux dernières nouvelles), François Hollande maintient donc sa décision de coller aux basques de l’Oncle Sam en se lançant et en nous lançant aveuglément dans une opération absurde que nous n’oserions pas mener sans les États-Unis, et que les États-Unis pourraient parfaitement mener sans nous.

Plaisant attelage que celui de l’éléphant et de la mouche du coche ! Nous allons faire de la figuration inintelligente et jouer les utilités dans un film dont le producteur, le réalisateur et le scénariste sont à Washington. Et cela pour tenir les promesses inconsidérées que le Président et le ministre des Affaires étrangères français ont prodiguées aux représentants d’une opposition dont nul ne sait exactement ce qu’elle représente, et parce que le Président américain se doit, sous peine de perdre la face, de respecter l’engagement solennel qu’il a pris de jouer les gendarmes en cas de franchissement de la « ligne rouge » par le conducteur syrien.

De quoi s’agit-il exactement ? En aucun cas de faire la guerre, paraît-il, puisque reconnaître, financer, entraîner, équiper, armer l’un des deux belligérants et bombarder son adversaire n’est pas prendre part à la guerre. Pas davantage de renverser le régime que l’on n’a cessé d’affaiblir et dont on souhaite publiquement la chute. Mais seulement, pour l’instant, d’intimider, d’humilier, de coiffer d’un bonnet d’âne et de mettre au coin Bachar el-Assad. Dernier avertissement avant l’exclusion temporaire qui précédera elle-même l’exclusion définitive.


C’est trop ou trop peu. C’est suffisant pour nous attirer le ressentiment et éventuellement les représailles d’un des deux camps sans satisfaire les besoins et les revendications de l’autre. C’est assez pour que l’Amérique et la France soient accusées une fois de plus de s’immiscer avec leurs gros sabots dans les affaires intérieures d’un pays souverain, naguère encore colonisé ; ce n’est pas assez pour en finir avec le dictateur et le régime visés.

 

Ce n’est pas d’une ou de plusieurs frappes – dont les cibles ont, du reste, été dûment averties de ce qui les attend – que jaillira une solution (même provisoire, même militaire) à un problème national, religieux et politique.

 

Décontenancés par les réticences et les refus de leurs opinions publiques, les deux cavaliers de l’Apocalypse, l’un perché sur un pur-sang qu’il ne maîtrise pas, l’autre juché sur un âne qui refuse d’avancer, s’efforcent in extremis de bricoler une coalition qui, à défaut d’agir dans la légalité, serait censée prouver que la Syrie fait contre elle l’union des démocraties occidentales et des pays musulmans. Mais les buts des uns et des autres ne sont pas les mêmes. Alors que Washington et Paris rêvent d’installer un gouvernement démocratique à Damas et de préserver l’existence d’une Syrie multiconfessionnelle, multiethnique et multiculturelle, la Turquie et la Ligue arabe veulent la victoire et l’hégémonie de la composante sunnite du pays, et les djihadistes voient dans le conflit l’occasion rêvée de faire flotter sur un État du Moyen-Orient les bannières noires du salafisme et d’Al-Qaïda. Sous prétexte de « punir » un assassin, nous cautionnons des criminels.


Ni l’honneur de la France ni l’intérêt national ne sont en jeu entre Alep, Homs et Damas. La Chambre des communes nous a fourni, l’autre jour, la plus claire et la plus justifiée des échappatoires en refusant à David Cameron la permission de s’aventurer sur un terrain où il n’avait rien à faire au mépris des conséquences terribles qui pourraient en résulter. Le chef de l’État français daigne autoriser l’Assemblée nationale à discuter du sujet du jour mercredi prochain, peut-être avant, peut-être après l’intervention franco-américano-turque. Mais ce sera un débat sans vote. C’est dire la considération, la marge de manœuvre et le pouvoir qui, sous la Cinquième République, sont laissés à la représentation nationale.



Source
http://www.bvoltaire.fr
Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 14:21

 

JanusCes traîtres qui haïssent la France.

 

 

 

 

Il faut à ce point haïr la France pour la plonger dans le déshoneur d'une collaboration humiliante avec une force étrangère hostile.

 

François Hollande par son dernier discours reprenait mot pour mot les affirmations ridicules et mensongères concoctées par les USA pour prendre un très mauvais prétexte d'agression militaire directe contre un pays qui refuse de se rendre.

 

Voilà une guerre contre cet état souverain planifié de longue date, planification connue de tous et avouée par un général US de haut rang le général Westley Clark. Cette guerre envisagée dés le complot du 11 septembre 2001, dont plus personne ne croit en la version officielle, avait pour but de « remodeler » selon leurs termes le « grand Moyen Orient » qui, pour les USA commence au Maghreb.

 

Ce « remodelage » devait consister à abattre les états-nations historiques, revoir les frontières selon des considérations ethno-religieuses de manière à faciliter la mainmise sur les peuples et les ressources.

Nous savons maintenant comment l'impérialisme fonctionne et prévoit. Il ne s'agit pas seulement pour lui de mettre la main sur ces ressources en hydrocarbures mais également de s'approprier les systèmes bancaires et les avoirs de pays généralement riches en pétrodollars de manière à soumettre les peuples à une dette permanente capable, par l'intérêt prélevé, d'alimenter sa machinerie financière.

 

D'une autre manière et selon sa théorie des dominos, un pays conquis permettrait d'en conquérir un autre et d'ainsi accomplir un vaste programme, qui finalement devrait le conduire vers le fameux « heartland » cœur du monde, situé entre la Russie et la Chine, lieux de toutes les richesses et de toutes les convoitises.

 

Dans ce combat perpétuel que mène l'impérialisme et auquel il ne peut se passer sous peine de s'éteindre, il développe depuis toujours une idéologie hostile aux nations historiques et à leurs légalités diverses et protectrices qui freinent toutes prédations.

 

La France historique, depuis le 18ème siècle a su imposer au monde une idéologie du droit et de la légalité, définissant des frontières mutuellement reconnues à l'intérieure desquelles s'impose un corpus de loi et dont les citoyens des états ainsi définis possèdent une appartenance formelle et légale.

La France, depuis 1905 a expérimenté un système politique de tolérance religieuse ; la laïcité qui permet, par la séparation de la religion d'avec la puissance publique, à tout un chacun de pratiquer la religion de son choix.

L'impérialisme est violemment opposé à ce système car il ne permet pas d'opposer des communautés aux autres et ainsi diviser les nations en espérant mieux les soumettre.

 

La France et son idéologie est donc le pays le plus dangereux pour l'impérialisme il a donc entrepris depuis la fin de l'Allemagne nazie de la soumettre reprenant le flambeau en extinction de l'empire britannique.

 

La soumission de la France ne fut pas chose facile à organiser en regard de celle obtenue plus aisément sur d'autres pays européens. Par exemple, en France il a existé dés l'occupation nazie une certaine droite nationaliste et républicaine de résistance, cette droite organisée par le général de Gaulle allait influencer durant des années la politique française dans le sens d'une volonté d'indépendance nationale, alors que dans tous les pays d'Europe chaque droite était justement le fer de lance de la collaboration d'avec l'impérialisme.

Cette spécificité toute française était accompagnée d'une autre; celle d'une gauche non communiste par contre favorable à la collaboration, cette gauche très largement infiltrée par l'idéologie trotskiste antinationale sera la meilleure alliée de l'impérialisme.

Le gaullisme marqua pendant longtemps la politique étrangère de la France et celle-ci se dota d'une industrie d'armement indépendante support d'une volonté de non dépendance face à cet impérialisme.

 

En 2003 encore, la France ne voulut pas se soumettre en refusant de suivre une manœuvre étasunienne qui avait fabriqué de toute pièce, comme à son habitude, des fausses preuves pour se donner prétexte à détruire un état souverain. Avec le discours de Dominique de Villepin à l'ONU applaudit par l'assemblée, la France retrouva un temps son honneur et sa souveraineté.

 

Villepin-140203.JPG

Veto de la France à l'ONU

 

Il fallait pour l'impérialisme que cette spécificité française particulièrement inconfortable cesse.

 

Il fallait à l'impérialisme US mettre en selle en France une droite conservatrice non gaulliste qui lui soit favorable et préparer le pouvoir pour une gauche enfin débarrassée du Parti Communiste, qui lui soit encore plus favorable. Ceci fut fait en imposant un de ses agents ; Nicolas Sarkozy comme candidat de la droite aux élections présidentielles de 2007. Concernant la gauche la totalité du PS est inféodé aux USA depuis toujours donc nuls besoins d'efforts à produire de ce côté. L'impérialisme anglo-saxon pouvait jouer maintenant sur les deux tableaux UMP et PS.

 

Qu'en est-il aujourd'hui ? Depuis que l'agent US Sarkozy était au pouvoir le gouvernement français s’engagea dans les guerres coloniales étasuniennes, détruisant d'abord la Libye pour des motifs les plus crapuleux et ce en dépit de l'accord passé avec l'état libyen qui garantissait à la France des avantages considérables dans le cas de sa non participation à cette guerre.

La guerre entama une nouvelle phase dans l'action militaire US, après le dur échec de l'Irak et le piétinement en Afghanistan, consacrant l'incapacité militaire étasunienne sur le terrain. L'impérialisme eut alors l'idée de mettre en avant des supplétifs afin de limiter les frais et de ne pas engager la vie de ses troupes. A cet effet il engagea un grand nombre de djihadistes via son organisation de toujours Al Qaïda, djihadistes qui devaient être encadrés par les forces spéciales des pays européens soumis à sa volonté.

Ces djihadistes d’obédience tafkfiris recrutés dans tout les bas fonds du monde arabe se rendirent coupables en Libye d'un très grand nombre de barbaries égorgeant ça et là exécutant sauvagement populations civiles hostiles et prisonniers de guerre. L'impérialisme ne put finalement l'emporter qu'au prix d'un effort de guerre important mobilisant ses hélicoptères de combat, ce qui valait une attaque au sol, ceux-ci massacrèrent 40 000 personnes dans l'attaque de Tripoli à l'été 2011.

La fiction de la « lutte contre le terrorisme islamiste » s'effondra alors car il put apparaître qu' Al Quaïda n'était qu'une organisation à la solde des USA.

La Libye écrasée se transforma rapidement en base de regroupement et d'entraînement de tous les djihadistes takfiris du monde arabo-musulman à la solde des USA.

Cette guerre consacra l'effondrement moral de « l'occident » qui montrait être non seulement fauteur de guerre pour des motifs les plus crapuleux mais organisateur de massacres de masse et nombre de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité comme le massacre de noirs libyens.

 

barbus.jpg

Milices takfiris de "l'occident" à l'oeuvre habituelle de boucherie

 

Sarkozy « l'américain » rapidement usé par cette politique d'avilissement de la France dû transmettre le flambeau à Hollande le « socialiste » formé par la « French American Fundation » fidèle dévot avec son parti à la cause impérialiste depuis toujours.


La Libye détruite et aux mains des terroristes takfiris, servit de base pour le recrutement et la formation des milices « occidentales » pour les jeter sur une nouvelle cible : la Syrie.

Prenant la suite de l'UMP le Parti Socialiste au pouvoir ne ménagea pas ses efforts pour organiser l'agressions contre la Syrie avec d'autres marionnettes serviles.

Mais voilà la Syrie résiste à ce traitement de choc depuis deux ans avec le soutient sans faille de la Russie et de la Chine. Le maître impérialiste ne pouvait se satisfaire d'une telle situation d'échec il lui fallait trouver un prétexte pour aider ses hordes barbares de massacreurs et d'égorgeurs qui s'étaient très vite rendues impopulaires y compris chez les opposants politiques du régime syrien.

La provocation, cousue de fil blanc a été préparée de loin avec la menace lancée d'une ligne rouge concernant l'utilisation par l'armée syrienne de gaz toxiques de combat.

Des agents déguisés en « journalistes » du journal Le Monde avaient bien été envoyés au mois de mars 2013 pour tenter de démontrer que l'Armée Arabe Syrienne aurait utilisé du gaz sarin. Mais la provocation mal montée type « Pieds Nickelés » était plutôt risible et la commissaire de l'ONU Carla Del Ponte affirma même posséder la preuve que c'était les djihadistes de « l'occident » qui utilisaient ces gaz.

Il fallait passer cet obstacle et faire les choses en plus grand. Ce qui fut réalisé le 21 août 2013. La fabrication de cette provocation est aussi mal ficelée que les autres notamment, les vidéos de cette attaque au gaz ont été postées avant le moment déclaré de l'attaque. Puis il serait ridicule que l'Armée Arabe Syrienne utilise des gaz justement au moment ou une commission d’enquête est sur place et donner prétexte aux USA d'une riposte alors que les djihadistes de l'OTAN sont en difficulté sur le terrain. Mais en « occident » point n'est besoin d'une quelconque crédibilité technique depuis le 11 septembre 2001 ; les médias officiels aux ordres absolus se chargent de donner toutes crédibilités possibles avec n'importe quoi pour offrir sur un plateau le bon prétexte au maître. Derrière, les politiciens de la collaboration sont en charge d'avaliser tout ça pour aller servir de supplétif à l'accomplissement d'un nouveau crime.

 

Mais trop n'est-ce pas trop ? La classe politico-médiatique déjà fort décrédibilisée au vu de derniers sondages catastrophiques ne se lancerait-elle pas dans une opération de collaboration de trop avec une puissance étrangère au demeurant hostile à la France ?

Déjà l’abracadabrantesque version officielle des attentats du 11 septembre 2001 rebute toujours une majorité de français. Et puis tout le monde se rappelle des affaires précédentes concernant ce type de montage médiatique prétexte à la guerre. L'affaire des couveuses de Sadam Hussein rapidement dévoilée comme étant un montage médiatique. Puis il y eu ce pauvre Collin Powell bien tristounet avec son petit tube de poudre et qui dut avouer après coup ,la supercherie, qui devait prouver que « Sadam » possédait des armes de destruction massive jamais trouvées.


Powell-et-la-fiole.jpg

Supercherie avouée après coup par ce pauvre Colin Powell

 

Les USA abonnés à ce type de supercherie et de mensonge pour déclencher guerres et massacres sont pourtant jugés crédibles par la propagande médiatique et les politiciens.

Alors le peuple français et les peuples du monde sont pour le moins sceptiques et commencent à devenir hostiles. L'internet permet maintenant de diffuser de véritables informations venant infirmer celles de la propagande.

 

A trop vouloir en faire pour le compte des maîtres, à trop vouloir engager des institutions jusqu'alors respectées dans des ignominies sans nom, politiciens et médias non seulement sont en train de scier la branche qui les soutient mais c'est l'ensemble du corps social qui permet leur pouvoir qu'ils sont en train d'abattre.

 

Ils abattent ainsi la société qui les nourrit avec la constance et l'aveuglement de l'esclave obéissant n'ayant rien à faire des conséquences d'actes commandés et mécaniquement exécutés.

Partager cet article
Repost0
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 18:49

 

Changer le monde?

 


 

Depuis la fin du 18ème siècle certains se sont mis en tête de vouloir changer le monde par l'effet de leur volonté. Ils entendaient ainsi vouloir établir des rapports différents entre les humains autres que des rapports de force et de domination. Pourtant, en dépit de ces efforts, en dépit même de certaines expérimentations, que cela soit dans les phalanstères de Proudhon ou soit au sein d'états puissants comme l'URSS prétendant établir le communisme, ces expériences furent toutes des échecs.

 

Alors il est légitime de se poser la question: est il possible de changer le monde c'est à dire les rapports entre les hommes de la simple volonté de quelques uns ?

 

Pour répondre à cette question il suffit d'observer comment des changements sociaux fondamentaux ont pu survenir dans le passé. A la lumière des conditions ayant présidé à ces changements il serait possible de voir si ce type de modification dans les rapports humains est possible avec la seule volonté de quelques uns.

 

Pour faire cette observation il conviendrait d'abord de voir ce qui est changement et ce qui ne l'est pas réellement. On peut parler de changements quand les paradigmes d'organisation sociale changent, ces changements pouvant être plus ou moins profonds. 

 

On entend par paradigme sociaux, des modèles établis par les rapports admis par tous entre les humains, par exemple des rapports hiérarchiques. Marx parlait de rapport de production ne voyant dans les rapports humains que ce qui était utile à la production de biens, il n'avait qu'en partie raison.

 

J'édicterai pour ma part l'hypothèse de plutôt envisager les pratiques communes agissant elles plus sûrement dans les rapports entre les individus, les pratiques de production en font partie bien entendu.

 

Les pratiques communes sont issues des techniques généralement utilisées c'est à dire des outils et des procédés que l'humain a pu réussir à mettre en œuvre. Nous savons même que ces techniques ont été à l'origine de l'humanité faisant évoluer l'humanoïde simiesque d'homo habilis qui le premier utilisa le tranchant d'une pierre cassée à l'homo erectus se tenant debout de manière à libérer en permanence ses mains préhensiles, puis à l'homo sapiens. A chaque étape évolutive les paléontologues pouvaient rapprocher des types d'outils avec des types d'humanoïde puis d'homme.

Nous pouvons ainsi affirmer que l'outil est ontologique et créateur de l'humain.

 

En conséquence nous sommes en droit de rapprocher les techniques couramment utilisées avec les pratiques sociales et les rapports sociaux.


Les premiers humains étaient des chasseurs cueilleurs nomades tout comme les animaux dont ils étaient justes apparentés. Ce qui les différenciait du singe était justement l'usage d'outils ainsi la paléontologie a pu classer des périodes en fonction des types d'outils utilisés.

Paléolithique pour des outils en pierre taillée, néolithique pour des outils en pierre polie, âge du cuivre, du bronze puis du fer pour décrire les outils courants. Ces classements par âge sont bien entendu locaux puisque l'usage de tel ou tel outil, de tel matériau n'est pas identique partout à la même époque. Il y a 50 ans des peuplades de Bornéo en était encore à l'âge de pierre.

 

L'usage de tel ou tel matériau pour confectionner armes et outils, n'indique pourtant pas la nature de l'organisation sociale. Nous savons que les chasseurs cueilleurs vivaient en communauté primitive et ne connaissaient pas la propriété privée autre que celle de leurs propres armes. Nous le savons en ayant observé ceux qui vivent encore de cette manière. Nous savons que les hiérarchies sociales étaient simples, un chaman pour invoquer les esprits et un chef de guerre en cas de conflit avec d'autres groupes d'humains. Tous les autres membres du groupe vivaient en parfaite égalité, la division des tâches n'existait qu'entre femmes et hommes, les femmes étant affectées à la cueillette et à l'enfantement et les hommes à la chasse et à la guerre.

Les rapports sociaux étaient simples, l'humanité vécue presque 180000 ans de cette façon soit la quasi totalité de sa période d'existence jusque nos jours.

 

venus-of-willendorf.png

Les premiers dieux étaient des déesses avec des attributs sexuels et maternels prononcés

 

Puis, non pas l'homme mais la femme inventa l'agriculture, la femme évidemment puisque la cueillette lui était dévolue, l'agriculture en était un prolongement naturel. L'agriculture obligea les humains à demeurer sédentaires, à partir de cette sédentarisation les rapports sociaux évolueront rapidement.


800px-Palaffittes.jpgLes premiers villages permanents au néolithique

ici un village lacustre protégé par l'eau (Reconstitution)

 

L'habitat sera de plus en plus permanent et solide, des fortifications de protection contre d'autres groupes humains seront érigées délimitant un espace précis ; la cité. L'excès de nourriture dû à l'agriculture permettra pour certains une accumulation de richesses. Les guerres avec les cités voisines permettront de réduire en esclavage les prisonniers et de constituer ainsi une caste oisive de propriétaires de domaines agricoles.

Ces deux seules pratiques, un excès d'avoir additionné à une sédentarisation consécutive à l'usage de l'agriculture auront pour conséquence de bouleverser radicalement les rapports sociaux.

Entre – 180 000 ans date approximative de l'apparition de l'homo sapiens et – 10 000 ans l'homme aura vécu sous le régime de la communauté primitive dans la parfaite égalité et sans distinction de classes sociales.

 

Il fallut seulement 4000 ans entre l'invention de l'agriculture, nouvelle pratique technique, pour générer un bouleversement radical dans les pratiques sociales survenues à environ – 6000 ans et qui en furent la conséquence c'est à dire la mise en place d'états avec la pratique de l'esclavage et la soumission des femmes.

Notre monde inégalitaire était né il y a très peu de temps en regard de l'existence de l'homo sapiens

 

On voit que l'apparition très récente de la propriété privée, de la famille et de l'état avec l'esclavage c'est à dire de l'exploitation de l'homme par d'autres hommes est LE grand bouleversent majeur dans la vie de l'homo sapiens que nous sommes.

 

Ce bouleversent majeur ne s'est pas généralisé partout en même temps. L'état qui est l'organisation sociale de la division des hommes entre exploiteurs propriétaires; les « dominus » dans sa version latine européenne et les dominés ne s'est propagé que par clonage initiaux dans différents endroits de la planète. Pendant que des états se constituaient sur des espaces restreints d'abord en Afrique du nord, au Proche et Moyen Orient, et en Asie, puis en Europe du sud, les sociétés tribales égalitaires perduraient et certaines prenaient doucement la direction d'organisations proto-étatiques comme en Europe du Nord avec les Germains et les Celtes qui s'étaient sédentarisés. Les plus vastes contrées d'Afrique, d'Asie et d'Amérique connurent encore très longtemps la communauté primitive.

 

carthage-antique.jpgUne cité antique ici Carthage protégée par des murailles de pierres

 

On s'aperçoit qu'il y a eu un moment, un embranchement dans la longue vie de l'homo sapiens qui a mené l'humanité à évoluer dans une autre direction.

 

Le premier bourgeon de cet embranchement ce fut quand, un jour, une femme s’aperçut que les graines de graminées qu'elle avait récolté avaient germé et qu'elles donnaient naissance à d'autres graminées, blé, riz ou sorgho et qu'il n'était plus nécessaire de parcourir de longues distances pour en récolter et qu'il fut décidé de rester sur place maintenant et de bâtir un abri permanent et solide. Cette technologie s'est rapidement répandue. Par exemple à partir du Moyen Orient la pratique de l'agriculture avaient gagné le nord de l'Europe à – 3000 ans et avait donc mis 7000 ans pour s'imposer ce qui est court. Il s'agissait bien d'une pratique féminine puisque les premières statuettes votives apparues à cette époque ne présentent toutes que des femmes avec des attributs sexuels hypertrophiés symbolisant abondance et maternité.

 

Il est donc indéniable dans ce cas que la pratique d'une technique nouvelle a engendré une pratique sociale nouvelle et une idéologie dominante nouvelle, celle que des hommes étaient en droit de réduire en esclavage d'autres hommes. 

 

Si le passage de la communauté primitive égalitaire à la société esclavagiste fut le bouleversement majeur il y eut un autre embranchement important à partir du premier, celui qui nous mena à notre société contemporaine capitaliste.

 

La société antique esclavagiste était parfaitement stable, le paradigme sociale était peu évolutif et particulièrement peu propice aux évolutions technologiques car les esclaves abondaient et il n'était nul besoin d'améliorer quoi que ce soit, le travail forcé humain s'appliquait à tout.

 

Cette société stable depuis plusieurs millénaires va pourtant être détruite, une nouvelle pratique va s'imposer et avec un nouveau paradigme social menant au capitalisme.

 


Premiers chevaliers

début 11ème siècle

200x450 dallanegra-chevalier-normand-11-siecle-medievalLa guerre pour tous.

 

La guerre sans répit engendra ne nouveaux rapports sociaux basés sur l'initiative militaire et la capacité individuelle.

 

Au 10ème siècle, l'Europe occidentale fut le théâtre d'invasions massives, multiples et particulièrement violentes. Les vastes domaines antiques ou s’affairaient quantité d'esclaves gardés par quelques hommes d'arme étaient indéfendables face à des raides permanents. Les armées impériales ou royales étaient incapables de faire face à toutes ces intrusions, des Vikings à l'ouest et au Nord, des Sarrasins au sud et des Magyars à l'est. Les hommes libres ou esclaves devaient s'organiser autrement pour survivre. L'activité la plus importante à ce moment était devenue l'organisation locale de la défense sans pouvoir espérer quoi que ce soit de l'état central. Dans cette guerre de défense contre des raides meurtriers et soudains qui ont duré un bon siècle tout le monde était impliqué, maîtres comme esclaves. L'utile fondamental à ce moment était de savoir se battre et d'organiser la défense ou l'on résidait.

 

1007791-Sceau.jpgCérémonie d'hommage féodal


Une nouvelle hiérarchie sociale, s'est établie basée sur la guerre locale de défense. L'ordre ancien s'est effondré, plus d'état central, plus de grands domaines et plus d'ordre pour maintenir l'esclavage, plus de grandes armées organisées. L'ordre antique a commencé à basculer vers la féodalité autour de l'an mille et l'esclavage a du être abandonné.

 

La société féodale est fondée sur la capacité d'un individu à organiser autour de lui une troupe armée, à construire une forteresse derrière laquelle lui et les paysans locaux pourront se réfugier en cas de raide ennemi et à se constituer des groupes militaires d'affidés, les vassaux. L'état ayant disparu ce chef de guerre devint le garant de la loi et de l'ordre en s'accaparant le droit de punir et de contraindre.

Le modèle social qui était pyramidale avec un état classique et centralisé hérité du monde romain devint multiple et local, il accorda une place considérable à l'initiative individuelle y compris des paysans sans qu'aucune structure étatique ne vienne jamais freiner les initiatives qui vont ainsi foisonner.

Le système féodal qui était d'abord militaire va également s'imposer dans le domaine civil. Dans les villes, artisans et marchands vont en copier l'esprit, bâtir des organisations de métiers, les villes elles même vont posséder le droit de punir et de contraindre ; le ban.


MoyenAge3-copie-1.jpg

Activité commerciales et artisanales dans les villes au moyen age début du capitalisme


Sur le plan économique l'organisation sera également modifiée.

L'économie du domaine antique était simple et autarcique. Les artisans esclaves appartenaient au domaine et fabriquaient tout ce qui pouvait être utile, armes, outils vêtements, les paysans étaient des esclaves et fournissaient la nourriture. Dans cette société esclavagiste il n'y avait pas besoin d’utiliser de monnaie en quantité.

A partir du moment où les domaines ont été démantelés et que les artisans se sont réfugiés libres dans les villes, le seigneur locale s'est trouvé contraint à acheter ce dont il avait besoin pour s'équiper. Si le paysan donnait des denrées alimentaires au seigneur, celui-ci, ayant de plus en plus besoin de monnaie, il exigea de ses paysans des rétributions en monnaie cash pour acheter ses équipements militaires. Mais le paysan ayant besoin de monnaie pour payer son seigneur exigea également d'être payé en monnaie en allant vendre sa production au marché de la ville voisine ou du bourg.

Une économie monétaire se développa rapidement ou tout devenait à vendre et à acheter, même la terre et même les seigneuries féodales si elles faisaient faillite.

 

Avec l'économie monétaire et pour la faciliter, de nombreuses innovations virent le jour dés la fin du 12ème siècle en Europe occidentale, ce furent les banques, la comptabilité à deux colonnes, les lettres de crédit, le paiement par écriture et avec l'argent virtuel, puis les sociétés capitalistes par action. A l'orée du 14ème siècle tout ce qui fait l'organisation sociale de notre société actuelle était en place.

 

 

637px-Quentin Massys 001

Le changeur et sa femme (monétarisme)

Quentin Metsys

 

Il n'aura fallu seulement que 3 siècles entre la destruction de la forme antique de l'état avec ses grands domaines, pour parvenir à l'émergence du capitalisme.


Nous voyons ici qu'une nouvelle pratique celle de l'organisation d'hommes en petits groupes autour d'un chef de guerre isolé, sans qu'il n'existe d'organisations étatiques put engendrer par modèle l'émergence d'une nouvelle classe capitaliste ne pratiquant pas la guerre mais l’accumulation de capital et cela sans frein social ni étatique.

Cette nouvelle classe sociale n'eut de cesse, dés le 13ème siècle de réclamer le pouvoir politique. Elle l'obtint ça et  là avec des avancées comme en Allemagne et en Italie puis des reculs à partir du 16 ème sicle pour qu'enfin au 18ème siècle elle finisse par se l'accaparer en Europe occidental.

Dés le 19ème siècle ce modèle économique et social se répandit sur toute la planète pour aujourd'hui être totalement généralisé.

 

Cependant comme toute chose possède son contraire, le capitalisme finit par évoluer vers sa contradiction.


Né de la liberté favorisant l'initiative individuelle, la nécessité de gagner toujours plus le conduisit à se réorganiser en permanence engendrant des entreprises de plus en plus lourdes contrôlées par des états redevenant omnipotents. Le paradigme initial en réseau de multiples entreprises tourna en monopolisme, en étatisme et ce paradigme social appliqué à l'entreprise et à l'état redevint pyramidale dés la fin du 19ème siècle avec le taylorisme et le fordisme.

 

Ford-Model-T-IntegratedAssemLine-1913.jpgTravail à la chaine - fordisme

des armées de travailleurs très hiérarchisés.

 

L'embranchement vers le capitalisme commença quand il y eut l'obligation pour chacun d'organiser sa défense puis sa survie sans attendre d'aide de qui que ce soit favorisant ainsi l'initiative individuelle et la monétarisation par extiction de l'esclavage.

 

Cependant, cette initiative individuelle est aujourd'hui largement freinée par de très lourdes organisations étatiques et industrielles faisant s'affaisser l'innovation technique au profit de la prédation financière. Le monde est en crise économique grave.

 

Pourtant une nouvelle technologie engendrant une nouvelle pratique, commence à modifier de nouveau les rapports sociaux en rendant inopérant les rapports hiérarchiques au profit justement de l'initiative individuelle.

 

La recherche de la qualité.

 

Dés les années 80 le monde de l'entreprise dû réfléchir à un autre mode d'organisation de la production afin d'améliorer la qualité qui devenait source d'intérêt commercial mais aussi d'intérêts directement économiques par la moindre importance de rebuts coûteux.

 

Industrie-auto.jpg

Recherche de la qualité dans l'industrie à la fin du 20ème siècle


Les organisateurs d'entreprises principalement de hautes technologies voulurent que chacun des participants au processus de production devienne intelligent et responsable de manière à prendre sur lui l'obligation de la qualité. L'entreprise étasunienne Hewlett Packard fabriquant d'ordinateurs commença à théoriser sur un nouveau type d'organisation d'entreprise non plus en forme de hiérarchie pyramidale mais en réseau. Dans le même temps les entreprises japonaises réduisirent considérablement les niveaux hiérarchiques et devinrent plus efficaces.

 

Cette organisation en réseau d'individus productifs, intelligents et responsables eut rapidement besoin de l'ordinateur connecté pour s'accomplir pleinement. L'organisation des entreprises se modifia partout et, avec l’ordinateur connecté chacun pu avoir accès à un grand nombre d'informations sur l'entreprise et le produit fabriqué. Chacun gagna en autonomie et en responsabilité, dans le même temps les niveaux hiérarchiques diminuèrent considérablement.

La pratique de réseau modifia le monde de l'entreprise et avec, la mentalité de ceux qui y participèrent, chacun devant compter de plus en plus sur lui-même et sur son initiative.


 

L'internet et l'information.


Thierry Meyssan fondateur

Réseau Voltaire

01515368-photo-thierry-meyssanL'arrivée de l'internet dans les années 90, d'abord dans les entreprises dynamisa encore la pratique entrepreneuriale de réseau et à l'approche de l'an 2000 l'internet commença à se répandre dans la population.


Les attentats du 11 septembre 2001 marquèrent une étape importante dans l'histoire de la pratique de réseau. En effet, le Réseau Voltaire contesta la version officielle avec son tout nouveau site internet et cette contestation pu se répandre aisément dans le monde entier obligeant les autorités étasuniennes à une réaction publique. C'était la première fois qu'une tout petite organisation, munie de son site pu prendre ainsi une importance internationale. A partir de là, de nombreux sites d'informations alternatives se multiplièrent pendant que le nombre d'abonnés à l'internet explosa.

Mais la pratique de l'internet était encore passive elle ne favorisait qu'une meilleure diffusion d'informations en dehors des médias dominants, tous sous la coupe de l'impérialisme étasunien.


 

Les réseaux sociaux ou la généralisation de la pratique de réseau.

 

Les réseaux sociaux vont fondamentalement modifier la pratique de réseau et la faire entrer dans une réalité généralisée en donnant à chacun une pleine autonomie d'expression.


Les réseaux sociaux tels que Facebook avec ou sans accompagnement de blog permettent à tout un chacun de devenir un propagateur d'information autant qu'un diffuseur d'idées et ce en dehors du champ très contrôlé de l'idéologie dominante. Ainsi par exemple des gens pensant avoir une opinion de gauche arrivent à converser et trouver des points d'accord avec des gens pensant avoir une opinion droite. Les réseaux sociaux sont devenus un immense forum ou les idées bouillonnent en dehors de tout contrôle d'une puissance étatique ou sociale. Certains affichent sur leur page de véritables sites d'information ou l'on peut puiser et partager.

Les clans partisans et guidés explosent tandis que la crédibilité de la caste politico-médiatique s'effondre.

 

12547518-l-39-homme-avec-un-ordinateur-portable-rouge-en-pl.jpg

L'homme en réseau connecté à tout


Alors qu'il était simple de contrôler un média ou un parti politique par la corruption de ses dirigeants, le contrôle de la masse devenue elle-même média est impossible à réaliser.

Dans le paradigme ancien fonctionnant par cooptation interne les partis politiques et médias avaient la particularité de faire émerger plutôt la flagornerie, la traîtrise, la médiocrité ceci n'est plus possible avec le système en réseau. Dans ce paradigme chacun ne compte que pour un, il n'y a aucune hiérarchie, aucune préséance, seule la capacité à convaincre en expliquant peut faire de certains des leaders d'opinions.

 

Nous nous apercevons ainsi qu'une nouvelle pratique sociale se met en place et se généralise rapidement c'est une pratique qui donne le pouvoir à l'individu mais celui-ci connecté en réseau avec tous les autres acquiert une puissance dans la connaissance que l'humanité n'a jamais pu connaître. Il est indéniable que cette nouvelle pratique apportera des changements fondamentaux au sein de l'humanité changements comparables à ceux ayant suivi la découverte de l'agriculture.


La pratique de réseau, engendre de nouveaux modes d'expression comme le "Journal de Personne " et la pratique sociale de la liberté individuelle celle-ci ne peut donner que des ailes aux humains et ne plus permettre de retour à une société hiérarchisée.

 

Alors point de révolution ? Celles-ci quand elles sont survenues n'étaient que des ajustements de pouvoir mais en aucun cas n’apportèrent de nouveaux paradigmes sociaux. La révolution française n'entérina qu'a posteriori ce qui était déjà dans l'air du temps et déjà admis en Angleterre.

Ceci ne signifie pourtant pas qu'il faille rester passif et attendre que les choses changent d'elles-mêmes non !

 

L'action sociale doit consister à défendre et accélérer le processus conduisant sur un nouveau chemin. Ce nouveau chemin doit voir la disparition de l'ordre ancien des partis politiques et leurs médias pyramidaux aisément corruptibles. 

 

Dénoncer sans relache politiciens et médias corrompus par l'impérialisme.

Recouvrer l'indépendance de notre nation espace ou devraient s'inscrire nos lois et donc notre liberté.
Oeuvrer contre l'ingérence et pour un réseau de nations libres et indépendantes.

Telles sont les tâches dévolues à l'honnête homme d'aujourd'hui épris de justice sociale et voulant faire avancer l'humanité.


Combattre sans arrêt pour la liberté car elle seule est ordonnatrice et le sera de plus en plus dans ce nouveau paradigme.

 


Partager cet article
Repost0
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 16:36

 

Morale, hypocrisie et transgression.

 

 

 

 

 

L'art de Personne est de poser un certain nombre de problèmes fondamentaux avec toujours une énigme quand à sa propre conviction. Ainsi elle nous édicte un certain nombre de préceptes moraux pour les nuls dont la teneur est banal dans la morales commune occidentale qui est en gros la morale chrétienne, mieux, la plus ancienne, la morale catholique.

 

La réforme protestante a aussi réformé le morale chrétienne dans son aspect le plus hypocrite au sujet de l'avoir considérant que la contradiction entre l'avoir ostensible de l'église et le culte franciscain de la pauvreté devenait une contradiction trop crue et qu'il fallait y mettre un terme en passant au culte de la richesse matérielle et à la malédiction de la pauvreté.

 

La morale est inhérente à l’Être car nul Être ne saurait persister sans son environnement social. Tout groupe social génère une morale commune dont la fonction est de marquer l'appartenance au groupe par son rituel, la façon de se vêtir par exemple, de renforcer la cohérence du groupe et dans les sociétés inégalitaires de légitimer les dominations et les soumissions.

 

On peut appeler ce chapeau idéologique propre à toute société : morale , idéologie dominante ou religion. Les religions dictaient l'ordre moral jusqu’à il y a peu de temps, leurs discrédits en occident les a fait remplacer par d'autres concepts idéologiques et moraux diffusés maintenant par les médias, nouvelles églises et les politiciens nouveaux clercs mais rien ne change.

 

On peut diviser un ordre moral en deux groupes. Un premier groupe que j'appellerai naturel ce serait le Bien au sens mythique du terme car nulle morale se saurait être bâtie sans un socle naturel et admissible par tous qui fonderait ainsi sa crédibilité.

 

Une morale naturelle, celle du Bien.

 

Ce socle naturel le Bien possède pour principes d'assurer la pérennité du groupe et sa cohésion. Par exemple le «Tu ne tueras point » est un de ces principes fondamentaux bien qu'il soit sous entendu que « Tu ne tueras point les membre de ta propre communauté » par contre tu auras l'obligation de tuer ceux de la communauté désignée comme ennemie.

On voit bien ici en observant l'histoire et ses guerres que toute morale est liée à une communauté donnée, elle n'a rien d'universelle, n'est valable que pour ses membres car le premier des principes moraux : « Tu ne tueras point » n'est valable qu'à l'intérieur d'un groupe. Assassiner son voisin est un crime tuer les ennemis officiellement déclarés est un mérite social.

Le deuxième principe moral du Bien est le sacrifice, il est normal et bien d'aller jusqu’au sacrifice pour que vive le groupe. La religion chrétienne fut utilement fondée sur le mythe du sacrifice. Puis il y a le vol de l'avoir d'autrui, le mensonge, la concupiscence en fait tout ce qui pourrait être destructeur pour toutes sociétés humaines.

 

Une morale d'ordre, un ordre moral.

 

Après les préceptes fondamentaux du Bien suivent d'autre préceptes ayant pour fonction d'assurer un ordre social fondé sur l'exploitation des hommes par d'autres hommes, les dominés par les dominants. Par exemple : l'acceptation morale de la pauvreté avec le rejet moral de l'avoir. «L'argent ne fait pas le bonheur » ce que Coluche grand moraliste avait tourné en dérision en disant « Il vaut mieux être riche et bien portant que pauvre et malade » ou l'oisiveté de l'esclave ou du salarié en disant : "L'oisiveté est mère de tous les vices". L'obéissance due au chef, au prêtre, au père, au patron, une soumission acceptée par «Les premiers seront les derniers » sous entendant que plus il est accepté d'être un esclave soumis en ce bas monde, plus grande sera la chance de figurer parmi les puissants après la mort dans un hypothétique paradis.

Ce paradis étant tout autant inégalitaire que le bas Monde mais inversé. La ruse est intelligente, celle d'utiliser la peur de la mort et donc du néant pour faire que chacun ici bas puisse accepter le pire pour lui-même. Ainsi a toujours fonctionné le mythe du paradis pour les religions monothéistes du Livre.

Une superbe et très matérielle récompense pour ceux s'étant bien conduit en soumission et un terrible enfer fait de vives souffrances pour les dissidents. On voit d'ailleurs que le paradis ressemble étrangement à la vie sur terre mais comment pourrait il être imaginé par l'homme autrement.

 

Jerome-Bosh.jpgJérome Bosch Le jugement dernier.

L'image de l'enfer et du paradis selon la mythologie chrétienne.


 

Une morale sexuelle.

 

Lire Sexe et Société


La morale sexuelle possède deux fonctions.

Celle d'assurer la fidélité sexuelle des femmes génitrices de manière à rendre certaine la filiation pour l'héritage de l'excédent d'avoir.

Celle d'édicter une morale impossible à tenir de manière à s'assurer que tout un chacun soit en faute, mérite l'enfer mais puisse bénéficier d'une rédemption par une soumission plus importante encore.

Ainsi la morale chrétienne a particulièrement imposé une très dure morale sexuelle et avec, le sentiment de faute et de pécher y compris dans la reproduction pourtant naturelle, avec le pécher originel et l'immaculée conception.

La répression morale féroce de la sexualité, particulièrement celle des femmes, aura produit quantités de névrosés et rempli des asiles de fous dans les sociétés occidentales fous et névrosés n'existant pas dans d'autre sociétés notamment dans les sociétés primitives.

 

L'hypocrisie et tartuferie.

 

bd-tartuffe-a-11_800.jpg

Cachez ce sein que je ne saurais voir.

Molière dans le Tratuffe se moque de la morale sexuelle.

 

Une morale impossible à tenir génère bien évidemment en corollaire l'hypocrisie de ceux prétendant accepter bruyamment un ordre moral mais ne pouvant comme tout le monde s'y soumettre, la masturbation en est l'exemple le plus frappant.

On voit ici toute la perversité de la morale chrétienne qui fabriques menteurs, hypocrites et frustrés.

 

La transgression , le Mal.


satan

 

Si se soumettre à une morale et au Bien est affirmer une appartenance sociale. La transgression ostensible est affirmer une non appartenance.

Nous avons vu que l'ordre moral y compris celui positif du Bien est réservé aux bas peuples, aux soumis aux dominés dans nos sociétés inégalitaires, alors plus l'individu sera élevé dans la hiérarchie sociale de la domination plus il sera dans l'obligation de transgresser la morale commune en signe de non appartenance au peuple des soumis attaché à la morale commune.

 

Lire Le Mal.

http://www.alain-benajam.com/article-le-mal-83591137.html

 

Le Mal qui est une transgression et non pas un ordre moral différent est érigé en idéologie voir religion pour les puissants de ce monde, c'est la religion sataniste qui cultive l'inversion et l'horreur particulièrement le meurtre sadique des enfants, transgression suprême (affaire Dutroux).

Ce droit à la transgression donné aux puissants et largement utilisé par eux, pédophilie, partouzes, viol, meurtre etc. peut leur être retiré en cas de faute c'est à dire de non soumission à l'ordre suprême impérialiste.

 

Ce fut par exemple le cas pour Dominique Strauss-Khan qui pouvait violer usuellement qui il voulait et l'a fait tout au long de sa vie mais à partir du moment ou il découvrit le secret des faux stocks d'or étasunien et s'apprêtait à divulguer ce secret de Polichinelle il tomba rapidement dans le vulgum pegus et fut exhibé menottes aux poignets pour avoir « violé » une très vilaine femme de chambre.

Nous voyons que si nulle société ne saurait se passer de morale, la notre fut pervertie à l'extrême dans notre occident dominateur et transformé en un ordre moral particulièrement pervers.

 

Aujourd'hui un nouvel ordre moral émerge celui de la gauche dont la particularité est encore d'accentuer l'hypocrisie par l'inversion des valeurs notamment le fait d'utiliser les «droits de l'homme » pour fomenter les plus terribles guerres coloniales qu'ai connu le monde depuis 50 ans comme nous l'avons vu en Libye et le voyons en Syrie.


Le Tartuffe ou l'homme de gauche.



Alors morale pour les nuls certes mais ne laissons pas les nuls faire la pluie et le beau temps.

Partager cet article
Repost0