Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 17:14

 

Des complices.


 

libegfragd.jpgL'alliance entre le peuple et son armée est révolutionnaire.

 

Les adeptes du complot judéo-maçonnique, vielle lune de la droite extrême, qui dénigrent la révolution française de 1789, sont aussi pernicieux pour la France que les adeptes du mariage pour tous et de la « théorie » du genre.


Les uns s'attaquent aux fondements révolutionnaires de notre nation les autres à notre organisation sociale fondée sur la famille.
Ces deux extrémismes jouent dans le même sens au grand bénéfice de l'impérialisme car ils contribuent à nous déstructurer nationalement et socialement.

 

  Or cette nouvelle révolution française qui est inévitable ne pourra, pour gagner, que s'appuyer sur notre identité nationale qui repose sur nos traditions révolutionnaires et ceci afin de faire un pas en avant ; pas deux, pas trois, seulement un car les révolutions qui veulent tout révolutionner finissent finalement par ne rien changer.


Les français dans leur grande masse ne sont pas disposés à abandonner ni notre république laïque ni nos symboles nationaux issus de cette révolution de 1789 : notre drapeau tricolore, la Marseillaise et notre fête nationale du 14 juillet.

 

Les peuples qui n'ont pas de passé n'ont pas d'avenir et la révolution française de 1789 vient elle-même de très loin, elle s'ancre dans les communes médiévales et dans le combat des peuples qui composèrent la France, contre l'absolutisme royale et les dragonnades qui sévirent en France sous Louis XIV.

 

La nation française s'est constituée contre la tyrannie en fédérant des peuples multiples et variés. Contre NOUS de la tyrannie, dit la Marseillaise.

 

Notre Nation possède une spécificité idéologique qu'elle donna au monde : la primauté du droit formel sur de pseudos appartenances issues de la naissance, la souveraineté du peuple constitué en nation légale, la séparation des religions et de l'état assurant par là même la liberté religieuse pour chaque citoyen et leur égalité en droit.


Non, la laïcité ne peut être la religion de la république puisqu'il ne s'agit que d'assurer la liberté de pratiquer toutes religions.


Bien évidemment les pseudos républicains du PS en tant que fondés de pouvoir de l'impérialisme en France cherchent à détourner nos valeurs de leur sens et par là à dénigrer notre république, comme le font ces adeptes du complot judéo-maçonnique. Nous voyons très bien que les deux contribuent au même résultat : casser la France.

 

Tout cela est bien triste et ne donne aucune perspective politique aux français. Une gauche mélenchiste qui tarde à entreprendre son virage nationale et est encore gravement entachée d'européisme. Une droite du Front Nationale qui tarde à se débarrasser de son islamophobie et de ses ambiguïtés droitistes, alors que les électeurs des uns et des autres sont d'accord sur l'essentiel, l'indépendance nationale.


Ces deux tendances politiques seraient majoritaires si elles étaient réunies sur un programme commun consistant à recouvrer notre indépendance. Alors Mélenchon et Le Pen sont-ils complices ou idiots, utiles voir inutiles ?

 

Mais ne rêvons pas, l'impérialisme n'abandonnera pas la France, pas plus qu'il n'abandonne la Syrie, il faudra lutter fermement pour refonder Notre France et une république véritable. Notre armée nationale et républicaine devra jouer le rôle pour lequel elle existe, défendre la souveraineté de la Nation chose qu'elle semble avoir oubliée.

 

Sans les généraux professionnels Kellerman et Dumourier la révolution française eût été impossible et sans les généraux de Gaulle et Leclerc de Hautecloque la libération de la France du nazisme n'auraient été possible qu'en abandonnant notre indépendance. Ces deux généraux patriotes éliminés, physiquement pour l'un et politiquement pour l'autre, les politiciens corrompus ont pu mettre notre pays à disposition de l'impérialisme.

 

Valmy_Battle_painting-copie-1.jpgValmy

 

L’antisionisme n'est pas l'anti-impérialisme.

 

Le sionisme, comme le wahhabisme, n'est qu'un outil entre les mains de l'impérialisme corporatiste anglo-saxon. Antisioniste ne veut pas dire forcément anti impérialiste il peut même détourner la colère des peuples sur des voies sans issues. L'impérialisme pourrait bien abandonner le sionisme si celui-ci venait à s'opposer à ses intérêts et nous n’en sommes pas loin. N'oublions pas que l'impérialisme en ce moment soutient en Ukraine des néonazis farouchement antisémites sans qu'Israël ne s'en émeuve.

 

Et pour en terminer l'impérialisme ne peut constituer d'empire car il n'existe aucun empereur, l'impérialisme n'est que le stade suprême du capitalisme, il ne suit qu'une seule logique celle du profit maximum, il ne possède aucune idéologie, l'avidité qui le conduit ne saurait s'encombrer d'idéologie. La preuve, les anglo-saxons ont fait du dernier état communiste se réclamant du stalinisme la première puissance industrielle du monde et ce en dépit de toutes les ligues anti communistes pouvant exister aux USA.

 

Pour combattre efficacement l'impérialisme contentons-nous de recouvrer l'indépendance de notre nation en s'appuyant sur toutes nos valeurs historiques et en évitant de scier la branche sur laquelle la France repose : une nation issue de la révolution française de 1789 avec une république une et indivisible construite par un peuple souverain.


Les révolutionnaires de 1789 se reconnaissaient au cri de Vive la Nation, reprenons leur combat.

 


Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 18:51

 

C'est bien en France que maintenant la guerre s'engage!

 

 

Libérer2

 

 

Les français ont maintenant bien pris conscience, depuis la provocation de Valls visant à censurer un spectacle de l'humoriste Dieudonné que quelque chose avait changé dans les rapports entre les tenants du pouvoir en France et un peuple devenu de plus en plus critique et frondeur.

Le ton et les méthodes de ce pouvoir ne laissent aucun doute il est décidé d'aller au maximum de ses moyens afin de satisfaire la logique impérialiste.

Évidemment, pour l'observateur attentif des agissements de cet impérialisme depuis maintenant 20 ans qu'est le Réseau Voltaire il n'y a aucune illusion à se faire, la conscience est prise que l'affrontement ira à son terme en passant malheureusement par un paroxysme qui sera vraisemblablement dramatique, nous ne vivons là qu'un petit épisode initial.

 

Nous parlons bien d'impérialisme à propos de Valls et de ses amis et nous parlons bien d'un épisode français à propos d'un conflit déjà largement engagé sur d'autres fronts.

 

Valls a bien démontré aux yeux du peuple français ébahi que Dieudonné avait totalement raison en arguant que les politiciens français agissaient sous l'injonction d'un état étranger, l'état d'Israël. Ces politiciens agissent par l'intermédiaire des fondés de pouvoir de cet état en France que sont le pseudo CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) et la pseudo LICRA (Ligue Contre le Racisme et l'Antisémitisme),  je dis bien pseudo car le CRIF ne représente en rien les juifs et surtout pas le juif que je suis, il ne représente que l'Etat d'Israël et la fameuse Ligue n'est en fait qu'une association provocatrice au racisme et à l'antisémitisme.

 

L'état d'Israël est directement aux commandes du pouvoir en France, voilà qui paraît maintenant évident à nombre de français.

Seulement l'état d'Israël n'est rien d'autre qu'un rouage dans le dispositif politique et militaire de l'impérialisme, un rouage comme un autre tel son petit frère et pendant musulman: l'Arabie Saoudite. Avec ce dispositif d'états directement impliqués dans la force impérialiste il existe un certain nombre d'organisations supra nationales comme l'OTAN, l'Union Européenne et l'Euro qui imposent, à des états soumis, une politique favorable à cet impérialisme notamment par l'organisation de la dette.

 

Pour parfaire la soumission complète des états, l'impérialisme finance un très grand nombre d'organisations politiques et de médias dans le monde.

Ici nous ne pouvons donner que des exemples car la liste serait trop longue. Ainsi nous pouvons citer pour l'espace arabo-musulman les pseudo Frères Musulmans au pouvoir dans la Turquie de l'OTAN, en Libye et en Tunisie, organisation sous la coupe du Qatar, petit état croupion dépendant totalement des USA. D'ailleurs cette organisation anti arabe possède son siège à Londres. Bien entendu nous devons citer Al Qaïda, l'organisation wahhabite takfiris financée par l'Arabie Saoudite afin de servir de réservoir à mercenaires au service des USA en Libye et en Syrie.

 

Enfin, dans les pays dits occidentaux l'impérialisme finance directement et influence la totalité des partis politiques et des médias aux travers d'une multitude d'organisations. Nous pouvons retenir que le Parti Socialiste en France est un vecteur de l’impérialisme depuis 1945 et la guerre froide. Au pouvoir jusqu'en 1958 en France il a utilisé l'armée française pour engager des guerres coloniales en Indochine et en Algérie pour le compte des USA. Il s'agit d'une constante pour ce parti, car à peine revenu au pouvoir en France et sous le haut patronage de Jules Ferry le colonialiste il n'a eu de cesse que d'engager de nouvelles guerres coloniales soit en Afrique soit contre la Syrie, bien entendu toujours à l'encontre des intérêts français.

 

Qu'est-c e que l'impérialisme ?

 

L'impérialisme est la tendance que possède un état puissant d'exploiter d'autres états par la force et la coercition à des fins de gains financiers notamment aujourd'hui par l'organisation de l'endettement de pays riches et solvables. L'impérialisme utilise les moyens régaliens d'un état pour satisfaire des intérêts privés quand les dits intérêts privés se sont accaparés les rouages de cet état.

Aujourd'hui il n'existe plus qu'un seul état à fonctionnement impérialiste ce sont les USA qui se sont accaparés les impérialismes d'autres états comme ceux de la France et la Grande Bretagne pour son seul et unique intérêt. Il existe des sous impérialismes mais dépendant entièrement de l'impérialisme principal comme l'impérialisme israélien ou français, l'impérialisme britannique est totalement intégré à l’impérialisme étasunien.

 

Il s'agit donc de l'épisode français d'un conflit mondial engagé par l'impérialisme depuis la guerre de destruction de la Yougoslavie mais dont l'organisation systémique commence avec les « attentats du 11 septembre 2001 ».

 

En effet l'ensemble du dispositif visible aujourd'hui et de la rhétorique utilisée a été inaugurée avec ces attentats, à savoir.


1- Les opérations sous faux drapeau (false flag) utilisées par exemple pour initialiser les guerre de Libye et de Syrie par l'utilisation de faux manifestants étant en réalité des mercenaires armés chargés de tirer sur la foule et les forces de l'ordre, donnant l'illusion de manifestations populaires et de répression féroce.

 

2- L'utilisation des politico-médias afin de valider les opérations sous faux drapeau et de leur donner du crédit auprès de l'opinion publique

Les politico-médias sont l'association dans les pays occidentaux de la totalité des médias officiels et des partis politiques, racontant dans le détail strictement la même histoire fausse.

 

3- La diabolisation des cibles par les politico-médias en utilisant à l'envie les termes de dictateur, de nazi ou d'extrême droite.

 

4- Enfin et surtout l'instrumentation du martyre des juifs d'Europe durant le pouvoir nazi sur l'Allemagne en plaçant l'état d'Israël en écran et en responsable des actions impérialistes, ceci permettant de qualifier d'antisémites et de nazis tous les opposants à cet impérialisme.

 

Cet instrumentation du martyre juif et l'exposition ostensible des juifs comme principal allié de l'impérialisme est particulièrement douloureux pour un grand nombre de juifs dont les ancêtres ont pour beaucoup combattu contre le nazisme qui fut un véritable et redoutable instrument aux mains des puissances financières internationales de l'avant-guerre pour lutter contre les révolutions communistes.

 

Aujourd'hui le peuple français dans sa majorité et comme l'indiquent tous les sondages a pris conscience de l'effondrement économique, social et politique de notre nation. Le peuple français a également pris conscience de la nocivité de l'UE, de l'Euro et surtout de la soumission de notre nation à des intérêts étrangers comme l'a démontré Valls.


Le peuple français redoute et réprouve toute limitation de la liberté d'expression et toute censure comme celle de la seule émission politique à peu près libre de la télévision «  Ce soir ou jamais » de Frédéric Taddéï car il y voit une limitation préventive à son action politique de renversement de cet état collaborationniste.

 

Aujourd'hui le peuple français commence timidement à s'organiser sortant de sa torpeur comme groggy.

Les réseaux sociaux sur Internet permettent un échange rapide d'une contre information démentant celle des médias officiels et des partis politiques. Des manifestations sont prévuees çà et là auxquelles il est bon que chacun participe même si des mots d'ordres semblent  inappropriés pour certains.

 

Il manque encore à notre peuple une alliance claire entre des forces apparaissant disparates marquées primitivement à gauche ou à droite. Pourtant cette alliance entre des forces diverses voire contradictoires a bien fonctionné durant l'occupation de la France par les nazis.

 

A partir du moment oùi l n'existe qu'un seul et unique mot d'ordre : « Libérons la France » celui-ci peut être repris par tous sans arrière-pensée.

 

Ce « Libérons la France » de l'OTAN, de l'UE et de l'Euro pour refonder une république véritable assurant réellement la souveraineté du peuple sur la nation doit devenir la perspective politique de chaque français, en pensant qu'une fois notre France libérée de l’impérialisme étranger notre peuple trouvera par lui-même la voie économique et sociale qui lui conviendra.

 

Alors puisque la « Quenelle » est devenue le signe de ralliement des français opposés à ce système qui nous est imposé de l'étranger j'ai fait la mienne et vous ? ?

 

Tous ensemble libérons la France, ça commence maintenant !

 

Quenelle épaulée

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 11:49

 

Quenelle.

 

800px-Quenelle_de_brochet_sauce_Nantua.jpg

 

Le rêve de tous pouvoirs contestés est de diviser cette contestation, de la diaboliser et de désigner ou faire désigner des boucs émissaires en lieu et place des véritables responsables.

C'est bien ce qui arrive aujourd'hui avec l'hyper médiatisation de la quenelle de Dieudonné accusée d'être un geste antisémite voir nazi, alors qu'il ne s'agit que d'un bras d’honneur rigolo à l'adresse du système.


Déjà au Réseau Voltaire nous fûmes accusés d'avoir été antisémites, négationnistes et néonazis pour avoir contesté dés 2001 la version officielle des attentats du 11 septembre. Nous sommes ainsi passés du jour au lendemain de la petite gauche libérale à l'extrême droite néonazie et interdits d'antenne.


Rejeter à l'extrême droite toutes critiques du pouvoir tout en mettant en avant les juifs communautaires en les surprotégeant, en en faisant artificiellement la cible principale des contestataires est le fin du fin de la supercherie et la meilleure façon de faire monter une vague réelle d'antisémitisme en France et dans le monde ce qui tuerait le mouvement national comme d'habitude.


Voilà qui aurait de la gueule ; faire porter le chapeau aux juifs comme d'habitude et diaboliser les adversaires du système capitaliste et financier cause des malheurs du peuple, une belle voie de garage en perspective pour ce mouvement social et national.


Il est vrai que certains dans ce mouvement de contestation ne cessent de désigner ces fameux boucs émissaires commodes et classiques que sont les juifs et les francs-maçons tout en dédouanant l'impérialisme d'origine anglo-saxonne de toutes responsabilités. Ceux là ne sont que les idiots utiles du système voir ses complices.


Le jeu du pouvoir est subtil et dangereux, il a déjà contribué à faire exploser le tabou de l'holocauste des juifs d'Europe en faisant justifier les terribles et criminelles actions sionistes par une soit disant volonté de ne pas voir se commettre à nouveau un tel massacre.


Derrière, le « Shoananas » de Dieudonné n'était qu'une réponse du berger à la bergère choquant bien sure pour moi dont un certain nombre de membres de ma famille a disparu dans les camps nazis mais le mal avait déjà été commis par ceux la même qui avaient instrumenté d'une manière ignoble ce martyre.


Alors ne nous trompons pas de cibles les fauteurs d'antisémitisme et de judéophobie sont ceux qui mettent en avant le martyre juif pour justifier les ignominies sionistes. Ce sont ceux qui assimilent la quenelle contestatrice du système à un salut nazi et un signe de reconnaissance antisémite. Ce sont ceux qui vont prendre ce prétexte fallacieux pour encore censurer un peu plus l'information.


Si il y a provocation n'est elle pas celle de François Hollande s'exprimant sur cette affaire française d'un état étranger, le plus rétrograde de la planète et le plus criminel ? Ce pays également allié à l'état sioniste par le financement des groupes terroristes d'Al Qaïda qui ont détruit la Syrie et assassiné de la manière la plus sauvage qui soit des milliers de syriens.

 

Alors le mouvement de libération nationale aura encore à faire avec nombre de pièges tendus comme celui de la quenelle et devra aussi savoir se départir des idiots utils qui ne manqueront pas pour que ce mouvement puisse être aisément diabolisé et ostracisé à l'extrême droite.


Gardons le cap citoyens la nouvelle révolution française est bien en marche contre vents et marées.

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 10:29

 

« Sous nos yeux »

49echronique de politique internationale

 

 

Rationalité occidentale

Par Thierry Meyssan

 

 

Vous avez aimé l’incident du golfe du Tonkin et la guerre du Vietnam, les couveuses koweïtiennes et la première guerre du Golfe, le massacre de Racak et la guerre du Kosovo, les armes de destruction massive irakiennes et la deuxième guerre du Golfe, les menaces sur Benghazi et la guerre de Libye, vous allez adorer le gazage des civils de la ghouta et le bombardement de la Syrie.

 

Powell et la fiole

 

 

 

 

Dans une note diffusée par la Maison-Blanche, le directeur US du Renseignement affirme que 1429 personnes ont été tuées lors d’une attaque chimique massive sur une douzaine de localités, le 21 août [1].

Les services français n’ont pas pu procéder sur place à un décompte des victimes, assure une note diffusée par le ministère français de la Défense [2]. Cependant, ils en ont vu 281 sur des vidéos, tandis que l’organisation « non-gouvernementale » française, Médecins sans frontières, en a compté pour eux 355 dans des hôpitaux.

Les services alliés se référent tous à des vidéos. Ainsi le directeur US du renseignement en a collecté une centaine sur YouTube, tandis que le ministère français de la Défense n’en a

 

trouvé que 47. Washington et Paris les considèrent toutes comme authentiques. Pourtant, certaines d’entre elles ont été postées à 7h00 du matin, heure de Damas (ce qui explique qu’elles soient datées du 20 août sur YouTubequi est basé en Californie), mais avec un soleil presque au zénith, ce qui implique qu’elles ont été tournées à l’avance [3].

Tous les observateurs ont noté la forte proportion d’enfants parmi les victimes. Les États-Unis en ont compté 426, soit plus d’un tiers. Certains, mais ni les services états-uniens, ni leurs homologues français, se sont inquiétés de constater qu’ils avaient presque tous le même âge et qu’ils étaient sans famille pour les pleurer. Plus étrange encore, les gaz auraient tué des enfants et des hommes adultes, mais auraient épargné les femmes.

La large diffusion sur les chaînes satellitaires des images des victimes a permis à des familles alaouites des environs de Lattaquié de reconnaître leurs enfants, enlevés deux semaines auparavant par des « rebelles ». Ils ont immédiatement porté plainte pour assassinat devant la Justice syrienne, mais les services états-uniens, britanniques et français n’en savent rien, car leurs satellites ne parviennent pas à lire la presse syrienne.

États-uniens, Britanniques et Français s’accordent à dire que les victimes ont été tuées par un gaz neurotoxique qui pourrait être du sarin ou contiendrait du sarin. Ils déclarent se fonder sur leurs propres analyses, réalisées dans leurs laboratoires sur des échantillons prélevés

 

par chacun de leurs services. Cependant, les inspecteurs de l’Onu, venus sur place récolter d’autres échantillons, ne donneront leur verdict que dans une dizaine de jours. En effet, les analyses pratiquées par les États-Uniens, Britanniques et Français sont inconnues du monde scientifique pour lequel la culture des échantillons nécessite un délai beaucoup plus long.

S’il est clair que des enfants sont morts d’intoxication chimique, il n’est pas du tout certain qu’ils aient été gazés. Les vidéos qui les montrent agonisants laissent voir une bave blanche alors que le sarin en provoque une jaune.

Les trois grandes puissances occidentales s’accordent également pour faire porter la responsabilité de cet événement à grandeur variable à l’armée arabe syrienne. Le directeur US du Renseignement précise que ses services ont observé les militaires syriens, durant les quatre

 

jours précédents, en train de mélanger les composants chimiques. Les Britanniques assurent que l’armée arabe syrienne n’en est pas à son coup d’essai et qu’elle a utilisé des gaz en 14 occasions depuis 2012.

Les révélations des services états-uniens, britanniques et français sont corroborées par une interception téléphonique. Un haut fonctionnaire de la Défense syrien aurait appelé paniqué le chef de l’unité des gaz chimiques à propos du massacre. Toutefois, cette interception n’a pas été réalisée par les Etats-Uniens, Britanniques ou Français, mais leur a été fournie par l’unité 8200 du Mossad israélien.

En résumé, les services états-uniens, britanniques et français sont à 100 % certains que l’armée arabe syrienne a gazé un nombre indéterminé de civils : elle a pour cela utilisé une nouvelle sorte de vieux gaz sarin qui ne touche pas les femmes. Les États-Unis ont observé durant quatre jours la préparation du crime sans intervenir. La veille de son utilisation, ce gaz magique a tué des enfants qui avaient été enlevés par des jihadistes deux semaines plus tôt à plus de 200 kilomètres de là. Les événements sont connus grâce à des films authentiques tournés, et parfois postés, à l’avance sur YouTube. Ils sont confirmés par une interception téléphonique réalisée par l’ennemi israélien. Comme il s’agirait de la quinzième opération de ce type, le « régime » aurait franchi une « ligne rouge » et devrait être « puni » par des bombardements le privant de ses moyens de défense.

En droit international, la propagande de guerre est le crime le plus grave car il rend tous les autres crimes possibles.

Notes

[1] “US Government Assessment of the Syria

 

n Government’s Use of Chemical Weapons on August 21, 2013”, Voltaire Network, 30 August 2013.

[2] « Synthèse du Renseignement français sur l’attaque chimique du 21 août 2013 », Réseau Voltaire, 2 septembre 2013.

[3] « À propos des vidéos du massacre du 21 août », Réseau Voltaire, 30 août 2013.

 

 

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 14:21

 

JanusCes traîtres qui haïssent la France.

 

 

 

 

Il faut à ce point haïr la France pour la plonger dans le déshoneur d'une collaboration humiliante avec une force étrangère hostile.

 

François Hollande par son dernier discours reprenait mot pour mot les affirmations ridicules et mensongères concoctées par les USA pour prendre un très mauvais prétexte d'agression militaire directe contre un pays qui refuse de se rendre.

 

Voilà une guerre contre cet état souverain planifié de longue date, planification connue de tous et avouée par un général US de haut rang le général Westley Clark. Cette guerre envisagée dés le complot du 11 septembre 2001, dont plus personne ne croit en la version officielle, avait pour but de « remodeler » selon leurs termes le « grand Moyen Orient » qui, pour les USA commence au Maghreb.

 

Ce « remodelage » devait consister à abattre les états-nations historiques, revoir les frontières selon des considérations ethno-religieuses de manière à faciliter la mainmise sur les peuples et les ressources.

Nous savons maintenant comment l'impérialisme fonctionne et prévoit. Il ne s'agit pas seulement pour lui de mettre la main sur ces ressources en hydrocarbures mais également de s'approprier les systèmes bancaires et les avoirs de pays généralement riches en pétrodollars de manière à soumettre les peuples à une dette permanente capable, par l'intérêt prélevé, d'alimenter sa machinerie financière.

 

D'une autre manière et selon sa théorie des dominos, un pays conquis permettrait d'en conquérir un autre et d'ainsi accomplir un vaste programme, qui finalement devrait le conduire vers le fameux « heartland » cœur du monde, situé entre la Russie et la Chine, lieux de toutes les richesses et de toutes les convoitises.

 

Dans ce combat perpétuel que mène l'impérialisme et auquel il ne peut se passer sous peine de s'éteindre, il développe depuis toujours une idéologie hostile aux nations historiques et à leurs légalités diverses et protectrices qui freinent toutes prédations.

 

La France historique, depuis le 18ème siècle a su imposer au monde une idéologie du droit et de la légalité, définissant des frontières mutuellement reconnues à l'intérieure desquelles s'impose un corpus de loi et dont les citoyens des états ainsi définis possèdent une appartenance formelle et légale.

La France, depuis 1905 a expérimenté un système politique de tolérance religieuse ; la laïcité qui permet, par la séparation de la religion d'avec la puissance publique, à tout un chacun de pratiquer la religion de son choix.

L'impérialisme est violemment opposé à ce système car il ne permet pas d'opposer des communautés aux autres et ainsi diviser les nations en espérant mieux les soumettre.

 

La France et son idéologie est donc le pays le plus dangereux pour l'impérialisme il a donc entrepris depuis la fin de l'Allemagne nazie de la soumettre reprenant le flambeau en extinction de l'empire britannique.

 

La soumission de la France ne fut pas chose facile à organiser en regard de celle obtenue plus aisément sur d'autres pays européens. Par exemple, en France il a existé dés l'occupation nazie une certaine droite nationaliste et républicaine de résistance, cette droite organisée par le général de Gaulle allait influencer durant des années la politique française dans le sens d'une volonté d'indépendance nationale, alors que dans tous les pays d'Europe chaque droite était justement le fer de lance de la collaboration d'avec l'impérialisme.

Cette spécificité toute française était accompagnée d'une autre; celle d'une gauche non communiste par contre favorable à la collaboration, cette gauche très largement infiltrée par l'idéologie trotskiste antinationale sera la meilleure alliée de l'impérialisme.

Le gaullisme marqua pendant longtemps la politique étrangère de la France et celle-ci se dota d'une industrie d'armement indépendante support d'une volonté de non dépendance face à cet impérialisme.

 

En 2003 encore, la France ne voulut pas se soumettre en refusant de suivre une manœuvre étasunienne qui avait fabriqué de toute pièce, comme à son habitude, des fausses preuves pour se donner prétexte à détruire un état souverain. Avec le discours de Dominique de Villepin à l'ONU applaudit par l'assemblée, la France retrouva un temps son honneur et sa souveraineté.

 

Villepin-140203.JPG

Veto de la France à l'ONU

 

Il fallait pour l'impérialisme que cette spécificité française particulièrement inconfortable cesse.

 

Il fallait à l'impérialisme US mettre en selle en France une droite conservatrice non gaulliste qui lui soit favorable et préparer le pouvoir pour une gauche enfin débarrassée du Parti Communiste, qui lui soit encore plus favorable. Ceci fut fait en imposant un de ses agents ; Nicolas Sarkozy comme candidat de la droite aux élections présidentielles de 2007. Concernant la gauche la totalité du PS est inféodé aux USA depuis toujours donc nuls besoins d'efforts à produire de ce côté. L'impérialisme anglo-saxon pouvait jouer maintenant sur les deux tableaux UMP et PS.

 

Qu'en est-il aujourd'hui ? Depuis que l'agent US Sarkozy était au pouvoir le gouvernement français s’engagea dans les guerres coloniales étasuniennes, détruisant d'abord la Libye pour des motifs les plus crapuleux et ce en dépit de l'accord passé avec l'état libyen qui garantissait à la France des avantages considérables dans le cas de sa non participation à cette guerre.

La guerre entama une nouvelle phase dans l'action militaire US, après le dur échec de l'Irak et le piétinement en Afghanistan, consacrant l'incapacité militaire étasunienne sur le terrain. L'impérialisme eut alors l'idée de mettre en avant des supplétifs afin de limiter les frais et de ne pas engager la vie de ses troupes. A cet effet il engagea un grand nombre de djihadistes via son organisation de toujours Al Qaïda, djihadistes qui devaient être encadrés par les forces spéciales des pays européens soumis à sa volonté.

Ces djihadistes d’obédience tafkfiris recrutés dans tout les bas fonds du monde arabe se rendirent coupables en Libye d'un très grand nombre de barbaries égorgeant ça et là exécutant sauvagement populations civiles hostiles et prisonniers de guerre. L'impérialisme ne put finalement l'emporter qu'au prix d'un effort de guerre important mobilisant ses hélicoptères de combat, ce qui valait une attaque au sol, ceux-ci massacrèrent 40 000 personnes dans l'attaque de Tripoli à l'été 2011.

La fiction de la « lutte contre le terrorisme islamiste » s'effondra alors car il put apparaître qu' Al Quaïda n'était qu'une organisation à la solde des USA.

La Libye écrasée se transforma rapidement en base de regroupement et d'entraînement de tous les djihadistes takfiris du monde arabo-musulman à la solde des USA.

Cette guerre consacra l'effondrement moral de « l'occident » qui montrait être non seulement fauteur de guerre pour des motifs les plus crapuleux mais organisateur de massacres de masse et nombre de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité comme le massacre de noirs libyens.

 

barbus.jpg

Milices takfiris de "l'occident" à l'oeuvre habituelle de boucherie

 

Sarkozy « l'américain » rapidement usé par cette politique d'avilissement de la France dû transmettre le flambeau à Hollande le « socialiste » formé par la « French American Fundation » fidèle dévot avec son parti à la cause impérialiste depuis toujours.


La Libye détruite et aux mains des terroristes takfiris, servit de base pour le recrutement et la formation des milices « occidentales » pour les jeter sur une nouvelle cible : la Syrie.

Prenant la suite de l'UMP le Parti Socialiste au pouvoir ne ménagea pas ses efforts pour organiser l'agressions contre la Syrie avec d'autres marionnettes serviles.

Mais voilà la Syrie résiste à ce traitement de choc depuis deux ans avec le soutient sans faille de la Russie et de la Chine. Le maître impérialiste ne pouvait se satisfaire d'une telle situation d'échec il lui fallait trouver un prétexte pour aider ses hordes barbares de massacreurs et d'égorgeurs qui s'étaient très vite rendues impopulaires y compris chez les opposants politiques du régime syrien.

La provocation, cousue de fil blanc a été préparée de loin avec la menace lancée d'une ligne rouge concernant l'utilisation par l'armée syrienne de gaz toxiques de combat.

Des agents déguisés en « journalistes » du journal Le Monde avaient bien été envoyés au mois de mars 2013 pour tenter de démontrer que l'Armée Arabe Syrienne aurait utilisé du gaz sarin. Mais la provocation mal montée type « Pieds Nickelés » était plutôt risible et la commissaire de l'ONU Carla Del Ponte affirma même posséder la preuve que c'était les djihadistes de « l'occident » qui utilisaient ces gaz.

Il fallait passer cet obstacle et faire les choses en plus grand. Ce qui fut réalisé le 21 août 2013. La fabrication de cette provocation est aussi mal ficelée que les autres notamment, les vidéos de cette attaque au gaz ont été postées avant le moment déclaré de l'attaque. Puis il serait ridicule que l'Armée Arabe Syrienne utilise des gaz justement au moment ou une commission d’enquête est sur place et donner prétexte aux USA d'une riposte alors que les djihadistes de l'OTAN sont en difficulté sur le terrain. Mais en « occident » point n'est besoin d'une quelconque crédibilité technique depuis le 11 septembre 2001 ; les médias officiels aux ordres absolus se chargent de donner toutes crédibilités possibles avec n'importe quoi pour offrir sur un plateau le bon prétexte au maître. Derrière, les politiciens de la collaboration sont en charge d'avaliser tout ça pour aller servir de supplétif à l'accomplissement d'un nouveau crime.

 

Mais trop n'est-ce pas trop ? La classe politico-médiatique déjà fort décrédibilisée au vu de derniers sondages catastrophiques ne se lancerait-elle pas dans une opération de collaboration de trop avec une puissance étrangère au demeurant hostile à la France ?

Déjà l’abracadabrantesque version officielle des attentats du 11 septembre 2001 rebute toujours une majorité de français. Et puis tout le monde se rappelle des affaires précédentes concernant ce type de montage médiatique prétexte à la guerre. L'affaire des couveuses de Sadam Hussein rapidement dévoilée comme étant un montage médiatique. Puis il y eu ce pauvre Collin Powell bien tristounet avec son petit tube de poudre et qui dut avouer après coup ,la supercherie, qui devait prouver que « Sadam » possédait des armes de destruction massive jamais trouvées.


Powell-et-la-fiole.jpg

Supercherie avouée après coup par ce pauvre Colin Powell

 

Les USA abonnés à ce type de supercherie et de mensonge pour déclencher guerres et massacres sont pourtant jugés crédibles par la propagande médiatique et les politiciens.

Alors le peuple français et les peuples du monde sont pour le moins sceptiques et commencent à devenir hostiles. L'internet permet maintenant de diffuser de véritables informations venant infirmer celles de la propagande.

 

A trop vouloir en faire pour le compte des maîtres, à trop vouloir engager des institutions jusqu'alors respectées dans des ignominies sans nom, politiciens et médias non seulement sont en train de scier la branche qui les soutient mais c'est l'ensemble du corps social qui permet leur pouvoir qu'ils sont en train d'abattre.

 

Ils abattent ainsi la société qui les nourrit avec la constance et l'aveuglement de l'esclave obéissant n'ayant rien à faire des conséquences d'actes commandés et mécaniquement exécutés.

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 13:35

 

Héros Drapeau

 

 

Choisis ton camp camarade! 

Il est temps!

 

 

 

 

Dans les périodes paroxystiques belliqueuses il y a un moment ou l'affrontement tend à ne se réduire qu'à deux camps. Nous pouvons offrir de nombreux exemples d'affrontements dramatiques dans l'histoire ou il n'était plus question que de défendre sa patrie, donc sa maison, donc sa famille, son avoir, sa liberté, sa vie même soit des choses fondamentales qui appartiennent à l'homme lui même.

 

Ce qui est l'exemple le plus probant c'est celui ou un pays est envahi par une horde militaire extérieure ayant pour objectif d'instaurer ou de restaurer une tyrannie.

 

Contre nous de la tyrannie dit une strophe de notre hymne nationale qui résume ce que je viens d'exposer, il y a là le « contre NOUS » c'est à dire contre nous tous de la tyrannie. Puis suit : « Aux armes les citoyens !» c'est à dire que TOUS sans exceptions, citoyens responsables d'eux mêmes et de leurs familles doivent à ce moment s'unir et combattre l'envahisseur en faisant fi de leurs querelles qui à ce moment ne présentent plus la moindre importance.

 

Ainsi des querelles religieuses, philosophiques, politiques de tous ordres s'effacent devant le danger commun il n'y a plus qu'un seul et unique front à opposer et combattre par tous moyens, c'est une question de vie et de mort.

 

Dans ce genre de situation paroxystique il se trouve toujours des individus pour trouver une bonne raison pour choisir le camp de l'ennemi et collaborer avec lui. Ces individus mettent en avant leurs préférences religieuses ou idéologiques pour prendre le parti de l'envahisseur qui toujours aime à se présenter comme un libérateur.

 

D'autres pourtant proches idéologiquement de cet envahisseur préfèrent eux choisir le camp de la mère patrie.

 

Par exemple durant la révolution française qui dut faire face à l'agression étrangère voulant rétablir l'absolutisme royal, il se trouva des nobles et des prêtres pour se ranger du côté de la Nation et des paysans qui en Vendée et pour des raisons religieuses se rangèrent du côté de l'envahisseur poignardant ainsi la Nation dans le dos.

 

Le plus bel et proche exemple fut celui de la période 1940-1945 ou des gens de gauche, pensant que le nazisme était à gauche se rangèrent du côté de l'envahisseur avec des gens de la droite extrême pensant aussi que le nazisme était de la droite extrême.

 

D'un autre côté des royalistes convaincus, appartenant à l'Action Française se mêlèrent sans état d'âme à des communistes mettant de côté leurs précédentes querelles jugées secondaires pour défendre la patrie commune. Avant la création des FTPF en 1942, pour posséder une arme et combattre l'envahisseur dans une organisation militaire structurée il fallait être membre du PCF alors certains membres de l'Action Française adhérèrent au PCF pour combattre l'ennemi commun.

 

A ce moment de l'histoire de France l'appartenance à la droite ou à la gauche ne possédait aucun sens tout comme être chrétien ou athée seul, l’engagement sans faille pour le combat national avait un sens recouvrant tous les autres. Notre grand poète national Aragon en a écrit un poème fort célèbre, La Rose et le Réséda.


Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat

 

Qu 'en est il aujourd'hui dans notre chère patrie qui puisse être comparable aux précédentes périodes dramatiques évoquées.

 

D'abord si la soldatesque étrangère n'est pas visible dans nos rues, si ses colonnes mécanisées n'ont pas encore franchi nos frontières, il n'en demeure pas moins que nous sommes un pays entièrement soumis à une volonté étrangère. Cependant, cette volonté n'a pas encore recours à la violence militaire pour s'imposer, elle n'en a pas besoin puisque nous sommes soumis.

Cette ferme volonté fût imposée par la ruse petit à petit et elle pèse maintenant sur chacun d'entre nous aussi sûrement que si de féroces soldats mugissaient dans nos villes et nos campagnes.

 

Notre patrie a ainsi perdu son indépendance et en conséquence chacun d'entre nous paye un lourd tribu de 3000 € par an par français, enfants compris pour payer les intérêts d'une dette obligatoire imposée par l'envahisseur impérialiste anglo-saxon.

Ce prélèvement est considérable mais ce n'est pas tout car nous ne pouvons décider comment protéger notre industrie du désastre puisque des règles imposées de l'étranger nous en empêchent.

 

Notre ennemi anglo-saxon pèse sur notre patrie aussi durement que pesait l'Allemagne nazie entre 40 et 45.

 

Mais me direz vous, il n'y a pas encore chez nous des résistants internés, torturés, fusillés. On peut bien dire pas encore. Pourtant déjà nous savons que tous les français sont espionnés et que leur communications téléphoniques, leurs mails et interventions sur les réseaux sociaux sont captés et triés, que des opinions politiques sont répertoriées tout ceci avec l'aide active de la DCRI véritable police politique héritière des Renseignement Généraux créés sous Pétain.

Chaque jour nous voyons une lourde propagande se répandre dans nos médias avec son cortège de mensonges éhontés comme était la tristement célèbre "propaganda staffel".

Nous observons que la démocratie est bafouée par des partis politiques présentant tous la même opinion fondamentale d'asservissement de notre peuple à l'étranger avec entre eux de très faibles nuances.

 

Demandons nous pourquoi les français sont espionnés par la NSA la centrale de renseignement US comme l'a révélé Edward Snowden ce transfuge de la CIA?

Dans quel but les opinions politiques sont elles classées si ce n'est qu'il puisse être prévu une répression contre les dissidents. Si non pourquoi dépenser tant d'argent pour rien!

 

Pire encore, si les opposants ici ne sont pas encore massacrés on peut observer aisément ce qui se passe dans des pays qui résistent à l’imperium anglo-saxon, ce que nous ne faisons pas encore.

 

Nous en avons eu un exemple avec la Libye et maintenant avec la Syrie ou des hordes pratiquant une barbarie extrême ont été jetées là venant de 80 pays différents souvent sortis des prisons pour aller massacrer les gens qui ne veulent être soumis; égorgeant ça et la, coupant les têtes, découpant vif à la scie à ruban massacrant des villages entiers on parle déjà de 100 000 morts après les 60 000 de Libye.

 

Demandons nous pourquoi l'impérialisme a prévu cette guerre de longue date?

 

Nous constatons que les pays agressés ou sur la liste d'une future agression sont des pays non encore soumis à la dette obligatoire et sont des producteurs de richesses pétrolières ou gazières dont les revenus leur permettraient d'être lourdement endettés . 

 

800px-public_debt_percent_gdp_world_map-wikipedia.png


Nous voyons par exemple sur cette carte la Norvège membre de l'OTAN très riche et productrice de pétrole lourdement endettée et la Libye d'avant le massacre impérialiste non endettée et qui était même prêteuse de fonds souverains au FMI.

Il s'agit bien pour l'impérialisme anglo-saxon de mettre la main sur les peuples même plus que sur les richesses naturelles et de soumettre ces peuples  à une dette éternelle, non remboursable mais génératrice d'intérêts permanents.

 

Si nous sommes ici asservis et passifs le peuple syrien lui se bat les armes à la main et le dos au mur contre les milices recrutées perpétuellement et bien armées par les USA et leurs marionnettes, milices qui ont détruit ce pays tranquille et prospère.

 

Si ce peuple n'avait pas eu le soutient diplomatique et militaire de la Russie et de la Chine nul doute qu'il aurait sombré écrasé sous des milliers de tonnes de bombes.

 

S'il n'y avait pas eu la Russie sous la ferme direction de Vladimir Poutine il ne serait pas possible aux peuples épris d'indépendance de relever la tête et d'envisager une prochaine libération.

 

Certes en Syrie on voit maintenant très mal l'impérialisme l'emporter, mais en France ce même impérialisme, sanguinaire là bas et oppresseur ici, quand allons nous nous en débarrasser et recouvrer enfin une indépendance inexistante depuis 1947 sauf pendant la période gaulliste de 1958 à 1969 ?

 

Que valent donc aujourd'hui les opinions politiques de droite de gauche avec leurs extrêmes?

Que valent les croyances, les religions, les obédiences, les inclinaisons sexuelles, les origines sociales et géographiques?

Tout ceci ne vaut rien, absolument rien face aux intérêts supérieurs de notre patrie asservie par cet impérialisme particulièrement violent et ignoble contre lequel le peuple syrien  se bat avec détermination et courage.

 

Citoyen, prenez conscience qu'il n'y a plus que deux camps celui de la patrie et celui de l'impérialisme .

Moi, j'ai choisi le mien fidèle à mes ancêtres résistants c'est le camp de la patrie!

 

Suis moi!
 

Qui que tu sois; communiste, royaliste, troisième voie, socialiste, Front National, Front de Gauche, gaulliste, nationaliste, de droite comme de gauche, comme de rien, si tu es dans le même camp que moi pour la Nation, pour la Patrie, contre l'impérialisme tueur tu es mon frère de lutte mon camarade.

 

Si non; faux socialiste, faux communiste, faux gaulliste, fausse gauche, faux « antifa » tu es mon ennemi et je te déclare la guerre comme j'ai déclaré la guerre à l'impérialisme tueur des peuples.

 

 

Fédération Indépendantiste et Patriote

Pour monter un comité local
fede.independance @gmail.com

 

 

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 19:11

Ce que l'on sait, ce que l'on peut croire!

 

 

 

 

  Photo201376173878.jpg

 

 

 

La désinformation et la propagande qui se répand sur tous les médias officiels ont accrédité un certain nombre de légendes brouillant les possibilités de compréhension du dispositif de l'impérialisme anglo-saxon sur le monde, j'essaye de résumer ici ce que l'on sait et ce que l'on peut croire.

 

L'impérialisme.

 

Quand on parle d'impérialisme anglo-saxon on évoque l'ancien complexe militaro-industriel étasunien dont parlait Eisenhower mais qui depuis s'est modifié sensiblement.


Aujourd'hui ce complexe est composé de :

 

1- Un système financier spéculatif dont la tête est La City de Londres lié étroitement à Wall Street à New York, ce système est en passe d'être phagocyté par l'état chinois ce qui posera un grave problème de contradictions à l'impérialisme.

2- L'industrie de guerre des USA.

3- l'industrie pétrolière des USA.

4- Les militaires de haut rang étasuniens liés à l'industrie d'armement.

 

Ce complexe n'est pas monolithique, des contradictions apparaissent entre le système financier de plus en plus accaparé par la Chine qui ne tient pas forcément à la suprématie du Dollar et les militaro-industriels étasuniens ne pouvant vivre que sur un Dollar fort.

 

Les militaires étasuniens sont également divisés entre ceux qui ont conscience qu'une confrontation avec les russes et les chinois a toute chance d'être perdue comme Martin Dempsey chef d'état major et des jusqu’au-boutistes irresponsables.

Ce système impérialiste vit essentiellement de l'exploitation des peuples dont il cherche à faire ses contributeurs.

Cette exploitation fonctionne principalement sur l’endettement obligatoire des populations dont on ne cherche surtout pas qu'ils remboursent une dette fictive mais qu'ils payent sempiternellement des intérêts.


De ce fait on a transformé une dette fictive, en payement d'intérêts bien réels sur du travail et des richesses bien réelles.

 

L'impérialisme a pour fonction de maintenir un système d'endettement là ou il existe et de le mettre en place par la guerre là ou il n'existe pas encore (Libye, Syrie, Iran, Russie, Chine) en mettant la main sur des systèmes financiers encore libres.

 

Dans cet ensemble le président des USA n'est qu'une marionnette choisie pour faire bien et qui ne peut qu'obéir aux ordres sous peine de mort.

 

L'OTAN, l'Union Européenne, l'Euro.

 

Ces dispositifs ont été élaborés par l'impérialisme afin de soumettre et d'exploiter les populations européennes par la dette obligatoire.

L'Euro est le soutient au Dollar qui s'effondrerait sans sa contribution en étant le vecteur monétaire de la dette en Europe.

L'Union Européenne n'est là que pour soustraire les nations à la souveraineté de leur peuple.

L'OTAN représente une force militaire imposant cette soumission.

 

Les politiciens et partis politiques.

 

Leur fonction est de faire accroire en une démocratie qui n'existe pas car sous des façades d'opposition entre eux ils sont tous d'accords pour continuer à soumettre les populations au système impérialiste de la dette.

Beaucoup, de droite comme de gauche et même des extrêmes ont été formatés aux USA pour ce travail, il n'y a aujourd'hui pas d'exceptions perceptibles.

 

Les médias.

 

Les médias sont étroitement contrôlés par l'impérialisme et mis à son service, ils en sont devenus même un instrument indispensable.

Leur rôle est l'élaboration des légendes devant être crues et de désignation des cibles étatiques à qui le système va faire la guerre pour s'accaparer des richesses et soumettre les populations à la dette.

Les journalistes de ces médias envoyés en zones de guerre sont en fait des agents de renseignement ou de provocation au même titre que seraient des militaires il n'y a pas de frontière entre l'agent journaliste et le journaliste agent.

Nous l'avons vu avec l’abracadabrantesque affaire du gaz Sarin en Syrie montée avec le journal Le Monde ou 13 « personnes » auraient été « contaminées » mais pas tuées par ce gaz Sarin.

Cette histoire est évidemment ridicule mais a pu servir de caisse de résonance à une propagande de guerre.


Il n'y a aucune exception dans la presse officielle ce sont tous des instruments, y compris maintenant avec de nouveaux médias internet type Médiapart, Boulevard Voltaire, Rue89 etc. qui se donnent des postures contestataires mais qui fonctionnent dans l'intérêt de l'impérialisme.

Il y a toujours la preuve par le 11 septembre 2001, ceux qui défendent encore la thèse officielle contre vents et marées travaillent forcément pour l'impérialisme.

 

Terroristes, Al Qaïda et actes de barbarie.

 

Le terrorisme islamiste est un dispositif de l'impérialisme qu'il contrôle étroitement et Al Qaïda un organe de la CIA. Al Qaïda sert à recruter des mercenaires obéissants et combatifs se réclamant de l'islam radical.

Les USA ont sous traité au Qatar et à l'Arabie Saoudite le financement et l'armement de ces mercenaires. Ces milices ont été engagées d'abord contre les russes en Afghanistan puis contre les serbes en Yougoslavie, maintenant elles servent sur un très grand nombre de théâtres, Libye, Mali, Syrie, Russie Tchétchénie Daguestan, Chine Xin Qiang.

 

Les actes de barbarie atroces commises par ces milices, soigneusement filmés et diffusés sur internet via Youtube, un média étroitement contrôlé, ont pour fonction de terrifier les populations les plus conscientes habituées à l'internet.

Ces actes sont niés ou ignorés par les médias officiels qui sont eux  destinés aux populations les moins conscientes.

 

Il y a maintenant deux types de populations à traiter différemment une à menacer, l'autre à endormir.

 

Renseignement, écoute, contrôle social.

 

Depuis la fin de la dernière guerre et le partage du monde à Yalta les populations de la zone dévolue aux anglo-saxons ont été mises en étroite surveillance et les opinions politiques des citoyens répertoriées et classées avec un système de rafle soigneusement préparé.

Il s'agissait de neutraliser rapidement communistes, syndicalistes et sympathisants. Avec la fin des partis communistes et l'amélioration des techniques d'écoute et de contrôle social, l'ensemble de la population est soumise à ce contrôle étroit.


Toutes les conversations téléphoniques sont analysées ainsi que tous les mails et toutes les interventions sur les réseaux sociaux. Les opinions politiques des uns et des autres sont soigneusement classées et répertoriées.


Cet effort n'a certainement pas comme but de seulement connaître les opinions des populations mais de pouvoir éliminer les principaux dissidents au moment voulu en les désignant comme cible à des escadrons de la mort, comme il a été fait en Amérique Latine, au Vietnam, en Irak et au Moyen Orient en général.

Nul doute que dans ce cas les méthodes les plus atroces seraient utilisées contre les opposants afin de frapper les esprits.

 

Assange, Snowden.

 

Ni Wikileaks, ni Snowden n'ont jamais fait la moindre révélation. Sans aucune exception tout ce qu'ils ont pu dire était déjà connu. On est en droit de se poser quelques questions sur la fonction de ces gens; sont ils des agents ou tout simplement des héros ne voulant plus participer à un forfait.

 

 

Syrie.

 

L'impérialisme.

 

La Syrie est d'une grande importance géopolitique pour l'impérialisme car c'est la porte d'entrée "rimland" du «heartland» c'est à dire le cœur du continent eurasiatique tant convoité par l'impérialisme britannique puis anglo-saxon depuis des siècles, définis par eux comme le "coeur du monde" . C'est la voie de passage vers la Russie, l'Iran et la Chine.


L'impérialisme ira forcément jusqu'au bout de ses moyens militaires et n'a aucunement l'intention qu'il y ai une solution négociée.

L'impérialisme recrutera et armera au maximum de ses capacités techniques tous les djihadistes possibles et variés; Al Qaïda ou ASL, pour les envoyer combattre.

Si l'impérialisme ne fait pas pire, notamment en écrasant ce pays sous les bombes c'est qu'il ne le peut techniquement pas.

 

Russie, Iran, Chine.

 

Ces trois pays iront également au bout de leurs capacités militaires pour contrer l'impérialisme en Syrie, c'est vital pour eux.

La Chine aidant l'Iran, l'Iran et la Russie aidant la Syrie.

La Russie a déployé un énorme dispositif militaire maritime en méditerranée au large des côtes syriennes de manière à mettre la Syrie hors de portée  d'une attaque aérienne et de missiles de croisières par la 6ème flotte.

La Russie compte installer une base aérienne à Chypre et vient d'envoyer un navire de brouillage de signaux au large des côtes syriennes de manière à empêcher l'espionnage électronique sur la Syrie

 

Ceci a obligé les USA à revoir le dispositif militaire d'agression et de le placer en Jordanie maintenant mais le cœur du pays est moins accessible de ce côté.


Au nord la Russie a contraint la Turquie a fermer sa frontière aux infiltrations terroristes en Syrie.

 

La Russie a menacé également le Qatar et l'Arabie Saoudite de bombardement.

Israël a été neutralisée par la Russie avec la menace de déploiement en Syrie du système sophistiqué de défense antiaérienne S300 et S400 pouvant abattre l'ensemble de ses avions.

 

Israël.

 

Jusqu'ici le fanatisme sioniste a servi à l'impérialisme comme son bras armé au Proche Orient. Cependant l'utilisation massive de djihadistes musulmans dans ce secteur, financés et armés par les monarchies du golf a rendu Israël et sa capacité militaire conventionnelle inopérante notamment sous les menaces S300, S400 russes.


L'impérialisme n'hésiterait surtout pas à fomenter une guerre régionale dont on ne voit pas Israël s'en sortir militairement.

La population israélienne serait sacrifiée dans une guerre totale.

Dans ce contexte une guerre de civilisation contre l'Islam n'a plus de sens et le support sans conteste du sionisme par l'impérialisme non plus. D'autant plus que la secte des « Frères Musulman » a pris le pouvoir en Turquie, Tunisie, Égypte , Libye et à Gaza par le Hamas. Cette secte a toujours été une marionnette entre les mains des anglo-saxons contre le nationalisme arabe. cependant cette secte semble être rejettée par les populations arabes qui n'en support plus les excès. 

Cette impopularité extrême est en train d'obliger les USA à changer de cheval dans le monde arabe ce qui explique l'éviction rapide de Morsi en Egypte, de l'émir du Qatar et des difficultés rencontrées par Erdogan en Turquie. 

Les USA sont face à une terrible contradiction dans tous leurs systèmes révolutionnaires colorés. Ils placent partout leurs marionnettes qui s'avèrent être incapables ou corrompues et se rendent rapidement impopulaires, comme en Ukraine, Géorgie, Egypte, Turquie, ce sera le cas en Libye et en Tunisie.


Une recomposition politique au Proche et Moyen Orient ou Israël en ferait les frais est largement envisageable.


Dans ce cas Israël serait contrainte de se tourner vers la Russie pour sa protection. C'est certainement ce qu'est venu négocier Netanyahou auprès de Poutine et récemment Tpisi Livni au sujet de l'implantation d'une force russe au Golan.

 

Promotion de l'homosexualité et discrédit de la Nation.

 

Il apparaît que les forces politiques et médiatiques de l'impérialisme tentent de promouvoir partout l'homosexualité.

Cette volonté clairement affichée maintenant a pour fonction de détruire toutes structures familiales et sociales anciennes sur lesquelles les peuples pourraient arriver à conserver leur spécificités et indépendances.

Il s'agit bien là d'une destruction sociale afin de pouvoir reconstruire autrement et asservir plus facilement.

 

C'est dans ce même ordre d'idée que l'impérialisme tente de discréditer la Nation au profit du mondialisme et  les protections sociales qui vont avec.


L'idéologie de « gauche » débarrassée de toutes analyses marxistes, par l'extinction des partis communistes est devenue maintenant le principal vecteur idéologique de l'impérialisme.

 

Voilà de quoi réfléchir !

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 19:20

 

Héros Drapeau

 

 

Choisis ton camp camarade! 

Il est temps!

 

 

 

 

Dans les périodes paroxystiques belliqueuses il y a un moment ou l'affrontement tend à ne se réduire qu'à deux camps. Nous pouvons offrir de nombreux exemples d'affrontements dramatiques dans l'histoire ou il n'était plus question que de défendre sa patrie, donc sa maison, donc sa famille, son avoir, sa liberté, sa vie même soit des choses fondamentales qui appartiennent à l'homme lui même.


Ce qui est l'exemple le plus probant c'est celui ou un pays est envahi par une horde militaire extérieure ayant pour objectif d'instaurer ou de restaurer une tyrannie.

 

Contre nous de la tyrannie dit une strophe de notre hymne nationale qui résume ce que je viens d'exposer, il y a là le « contre NOUS » c'est à dire contre nous tous de la tyrannie. Puis suit : « Aux armes les citoyens !» c'est à dire que TOUS sans exceptions, citoyens responsables d'eux mêmes et de leurs familles doivent à ce moment s'unir et combattre l'envahisseur en faisant fi de leurs querelles qui à ce moment ne présentent plus la moindre importance.

 

Ainsi des querelles religieuses, philosophiques, politiques de tous ordres s'effacent devant le danger commun il n'y a plus qu'un seul et unique front à opposer et combattre par tous moyens, c'est une question de vie et de mort.

 

Dans ce genre de situation paroxystique il se trouve toujours des individus pour trouver une bonne raison pour choisir le camp de l'ennemi et collaborer avec lui. Ces individus mettent en avant leurs préférences religieuses ou idéologiques pour prendre le parti de l'envahisseur qui toujours aime à se présenter comme un libérateur.

 

D'autres pourtant proches idéologiquement de cet envahisseur préfèrent eux choisir le camp de la mère patrie.


Par exemple durant la révolution française qui dut faire face à l'agression étrangère voulant rétablir l'absolutisme royal, il se trouva des nobles et des prêtres pour se ranger du côté de la Nation et des paysans qui en Vendée et pour des raisons religieuses se rangèrent du côté de l'envahisseur poignardant ainsi la Nation dans le dos.

 

Le plus bel et proche exemple fut celui de la période 1940-1945 ou des gens de gauche, pensant que le nazisme était à gauche se rangèrent du côté de l'envahisseur avec des gens de la droite extrême pensant aussi que le nazisme était de la droite extrême.


D'un autre côté des royalistes convaincus, appartenant à l'Action Française se mêlèrent sans état d'âme à des communistes mettant de côté leurs précédentes querelles jugées secondaires pour défendre la patrie commune. Avant la création des FTPF en 1942, pour posséder une arme et combattre l'envahisseur dans une organisation militaire structurée il fallait être membre du PCF alors certains membres de l'Action Française adhérèrent au PCF pour combattre l'ennemi commun.


A ce moment de l'histoire de France l'appartenance à la droite ou à la gauche ne possédait aucun sens tout comme être chrétien ou athée seul, l’engagement sans faille pour le combat national avait un sens recouvrant tous les autres. Notre grand poète national Aragon en a écrit un poème fort célèbre, La Rose et le Réséda.


Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat

 

Qu 'en est il aujourd'hui dans notre chère patrie qui puisse être comparable aux précédentes périodes dramatiques évoquées.

 

D'abord si la soldatesque étrangère n'est pas visible dans nos rues, si ses colonnes mécanisées n'ont pas encore franchi nos frontières, il n'en demeure pas moins que nous sommes un pays entièrement soumis à une volonté étrangère. Cependant, cette volonté n'a pas encore recours à la violence militaire pour s'imposer, elle n'en a pas besoin puisque nous sommes soumis.

Cette ferme volonté fût imposée par la ruse petit à petit et elle pèse maintenant sur chacun d'entre nous aussi sûrement que si de féroces soldats mugissaient dans nos villes et nos campagnes.


Notre patrie a ainsi perdu son indépendance et en conséquence chacun d'entre nous paye un lourd tribu de 3000 € par an par français, enfants compris pour payer les intérêts d'une dette obligatoire imposée par l'envahisseur impérialiste anglo-saxon.

Ce prélèvement est considérable mais ce n'est pas tout car nous ne pouvons décider comment protéger notre industrie du désastre puisque des règles imposées de l'étranger nous en empêchent.


Notre ennemi anglo-saxon pèse sur notre patrie aussi durement que pesait l'Allemagne nazie entre 40 et 45.


Mais me direz vous, il n'y a pas encore chez nous des résistants internés, torturés, fusillés. On peut bien dire pas encore. Pourtant déjà nous savons que tous les français sont espionnés et que leur communications téléphoniques, leurs mails et interventions sur les réseaux sociaux sont captés et triés, que des opinions politiques sont répertoriées tout ceci avec l'aide active de la DCRI véritable police politique héritière des Renseignement Généraux créés sous Pétain.

Chaque jour nous voyons une lourde propagande se répandre dans nos médias avec son cortège de mensonges éhontés comme était la tristement célèbre "propaganda staffel".

Nous observons que la démocratie est bafouée par des partis politiques présentant tous la même opinion fondamentale d'asservissement de notre peuple à l'étranger avec entre eux de très faibles nuances.


Demandons nous pourquoi les français sont espionnés par la NSA la centrale de renseignement US comme l'a révélé Edward Snowden ce transfuge de la CIA?

Dans quel but les opinions politiques sont elles classées si ce n'est qu'il puisse être prévu une répression contre les dissidents. Si non pourquoi dépenser tant d'argent pour rien!


Pire encore, si les opposants ici ne sont pas encore massacrés on peut observer aisément ce qui se passe dans des pays qui résistent à l’imperium anglo-saxon, ce que nous ne faisons pas encore.


Nous en avons eu un exemple avec la Libye et maintenant avec la Syrie ou des hordes pratiquant une barbarie extrême ont été jetées là venant de 80 pays différents souvent sortis des prisons pour aller massacrer les gens qui ne veulent être soumis; égorgeant ça et la, coupant les têtes, découpant vif à la scie à ruban massacrant des villages entiers on parle déjà de 100 000 morts après les 60 000 de Libye.


Demandons nous pourquoi l'impérialisme a prévu cette guerre de longue date?


Nous constatons que les pays agressés ou sur la liste d'une future agression sont des pays non encore soumis à la dette obligatoire et sont des producteurs de richesses pétrolières ou gazières dont les revenus leur permettraient d'être lourdement endettés . 

 

800px-public_debt_percent_gdp_world_map-wikipedia.png


Nous voyons par exemple sur cette carte la Norvège membre de l'OTAN très riche et productrice de pétrole lourdement endettée et la Libye d'avant le massacre impérialiste non endettée et qui était même prêteuse de fonds souverains au FMI.

Il s'agit bien pour l'impérialisme anglo-saxon de mettre la main sur les peuples même plus que sur les richesses naturelles et de soumettre ces peuples  à une dette éternelle, non remboursable mais génératrice d'intérêts permanents.


Si nous sommes ici asservis et passifs le peuple syrien lui se bat les armes à la main et le dos au mur contre les milices recrutées perpétuellement et bien armées par les USA et leurs marionnettes, milices qui ont détruit ce pays tranquille et prospère.


Si ce peuple n'avait pas eu le soutient diplomatique et militaire de la Russie et de la Chine nul doute qu'il aurait sombré écrasé sous des milliers de tonnes de bombes.


S'il n'y avait pas eu la Russie sous la ferme direction de Vladimir Poutine il ne serait pas possible aux peuples épris d'indépendance de relever la tête et d'envisager une prochaine libération.


Certes en Syrie on voit maintenant très mal l'impérialisme l'emporter, mais en France ce même impérialisme, sanguinaire là bas et oppresseur ici, quand allons nous nous en débarrasser et recouvrer enfin une indépendance inexistante depuis 1947 sauf pendant la période gaulliste de 1958 à 1969 ?

 

Que valent donc aujourd'hui les opinions politiques de droite de gauche avec leurs extrêmes?

Que valent les croyances, les religions, les obédiences, les inclinaisons sexuelles, les origines sociales et géographiques?

Tout ceci ne vaut rien, absolument rien face aux intérêts supérieurs de notre patrie asservie par cet impérialisme particulièrement violent et ignoble contre lequel le peuple syrien  se bat avec détermination et courage.

 

Citoyen, prenez conscience qu'il n'y a plus que deux camps celui de la patrie et celui de l'impérialisme .

Moi, j'ai choisi le mien fidèle à mes ancêtres résistants c'est le camp de la patrie!

 

Suis moi!

Qui que tu sois; communiste, royaliste, troisième voie, socialiste, Front National, Front de Gauche, gaulliste, nationaliste, de droite comme de gauche, comme de rien, si tu es dans le même camp que moi pour la Nation, pour la Patrie, contre l'impérialisme tueur tu es mon frère de lutte mon camarade.

 

Si non; faux socialiste, faux communiste, faux gaulliste, fausse gauche, faux « antifa » tu es mon ennemi et je te déclare la guerre comme j'ai déclaré la guerre à l'impérialisme tueur des peuples.


Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 10:03

Je me permets de reproduire un article écrit par le Général Pierre Marie Gallois qui dresse un constat terrifiant de l'état de la France, état parvenu à ce niveau par les trahisons  des politiens et partis politiques qui se sont succédés à la tête du pays

 

 

 

Gallois-photo L-Helly 2007 0001-137bcREDRESSEMENT.

 

 


Général Pierre Marie GALLOIS.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

L’état de la France est douloureusement inquiétant. Un nombre croissant de Français en est conscient, mais la majorité d’entre eux a le sentiment d’être devant l’inéluctable.

C’est qu’au cours des quatre derniers mandats présidentiels le pouvoir politique s’est efforcé – continûment – de convaincre les Français que leur salut résidait dans le renoncement à la souveraineté nationale pour devenir les ressortissants d’un pouvoir supra- national s’exerçant un jour sur un vaste ensemble territorial ayant, au moins, pour limites, celles de l’Europe géographique, voire même au-delà.


Evolution de l’endettement de la France, par les gouvernements successifs, de 1981 à 2005.


En bleu les gouvernements dits de droite (dominés par l’UMP, ex-RPR), et en rose les gouvernements dits de gauche (dominés par le Parti Socialiste).

L’entreprise a été conduite de manière ambiguë, en empruntant un cheminement indirect, en usant de textes quasi inintelligibles afin d’abuser le citoyen et de neutraliser les oppositions.


En ce qui concerne la finalité de la «construction européenne», grande est l’équivoque. Pour les uns, il s’agit de créer une confédération, système politique qui n’existe nulle part ailleurs. S’il fut envisagé outre-atlantique, avant la Constitution de 1787, il fut vite abandonné parce que s’étant révélé impraticable. Pour d’autres, c’est une «fédération d’Etats Nations» qui est visée, formule politique irréelle car des Etats-Nations, s’ils demeurent souverains, ne se fédèrent pas, la souveraineté ne pouvant être partagée. Elle ne l’est nulle part dans le monde.


D’autres encore, insidieusement, rêvent d’une Europe fédérale, à l’instar des Etats-Unis, de la Russie ou de l’Allemagne, ce qui implique forcément la «provincialisation» du territoire français, l’Etat-Nation France disparaissant pour faire place à une région jouissant d’un statut analogue à celui de la Louisiane ou du Bade-Wurtemberg. Ils militent pour la «construction européenne», en sachant que si elle atteint ses objectifs, c’est à une Europe fédérale qu’elle aboutirait, donc en mettant un terme définitif à la souveraineté et à leur profit.


Il n’y a pas d’alternative : ou bien un Etat est souverain, et totalement souverain, ou bien il est une région administrative. Dans l’âpre compétition internationale un Etat soi-disant européen qui serait composé d’Etats à demi souverains et d’un gouvernement supranational également à demi souverain se révèlerait ridiculement faible. Fallacieux est le recours à la subsidiarité. Elle n’est nulle part pratiquée. Et si elle l’était, ce serait pour mettre en évidence l’infériorité des institutions hybrides correspondantes face à celles d’Etats rationnellement formés par des siècles de pratique et aux institutions efficaces parce que homogènes et consacrées universellement par l’usage.

Devant ce simple constat de bon sens, l’on peut se demander pourquoi l’idée de transformer un continent géographique en une entité politique a pu susciter tant d’adhésions et autoriser tant de sacrifices politiques, diplomatiques, économiques et sociaux de la part des peuples et des gouvernements de cette Europe géographique.


Les guerres qui ensanglantèrent l’Europe, particulièrement au XIXe siècle et durant la première moitié du XXe, l’image de la réussite économique et sociale des Etats-Unis, l’étalage de leur puissance militaire victorieuse, et durant la guerre froide, l’expansionnisme politique de l’Union Soviétique, furent autant d’incitations à la grande mutation : unifier politiquement la mosaïque des nations formant l’Europe géographique.

Moins légitimes, des intérêts plus discutables, voire sordides, convergent vers le même objectif : affaiblir, et finalement, faire disparaître les Etats-Nations protecteurs naturels de leurs ressortissants respectifs pour faire de ceux-ci des consommateurs, de surcroît non compétitifs industriellement et commercialement.

 

Plus confusément existe un autre dessein moins avouable encore, bien inégalement formulé et qui consiste à rayer progressivement de la carte les Etats européens dont l’action civilisatrice s’est étendue si longtemps sur le monde et que les aventures coloniales ont quelque peu dénaturé. Outre ces ambitions d’ordre général, cas particulier, l’Allemagne réunifiée a vu dans la «construction européenne», le moyen de neutraliser définitivement la «grande Nation», en l’incluant dans un système fédéral que dirigerait Berlin. Enfin et surtout, plus prosaïquement et plus efficacement, les puissantes entreprises multinationales se sont efforcées de substituer, en Europe, les exigences de l’économie à celles de la politique afin que cette Europe forme, à leur disposition, un vaste marché totalement ouvert à leurs démarches commerciales, celles-ci soutenues, elles, par des Etats forts, solidement structurés.

Disposant de puissants moyens de persuasion ces entreprises ont emporté la conviction des populations si bien que leurs gouvernements, soucieux d’exprimer leurs souhaits, et même de les devancer, abondent dans le renoncement pour conduire finalement à la vassalisation des peuples dont ils avaient la charge de respecter la souveraineté, et dans l’indépendance et la liberté, de veiller au bien être.


Pour construire l’Europe politique depuis une trentaine d’années, les gouvernements successifs de la France ont procédé à des abandons répétés de souveraineté. Au fur et à mesure qu’à des fins démagogiques ils augmentaient jusqu’à l’absurde l’appareil de l’Etat, ils le vidaient de toute substance, le préparant ainsi à en faire une province européenne.

 

Ils se sont inclinés devant les pressions antinationales extérieures, lorsque de surcroît ils ne leur ont pas ajouté leur appoint. Ces pressions sont de plusieurs sortes :

- la mondialisation des échanges financiers et commerciaux qui exige des lois du marché qu’elles ignorent les spécificités nationales et livrent, sans la défense d’Etats évanescents, les populations à la spéculation,

- l’immigration massive que les gouvernements se sont révélés incapables de contrôler, quand ils ne l’ont pas, eux-mêmes, facilité à des fins démagogiques, électorales,

- l’exaltation de l’individu au détriment du culte de la nation et de la solidarité nationale forgée au cours des siècles de succès et d’épreuves partagés.


Ajoutons à cette énumération la consommation des brillants acquis des premières années de la Ve République, lesquels n’ont été ni renouvelés, ni même entretenus, la nation s’appauvrissant en épuisant des ressources qu’elle n’est plus capable de créer. Et cela parce qu’elle n’est plus souveraine et que l’Etat déliquescent n’a plus le pouvoir de tirer parti des ressources nationales, qui vont d’ailleurs, en s’amenuisant.


Les traités que les gouvernements français successifs ont signé au cours du dernier quart de siècle ont abouti à une France qui n’est plus un Etat-nation sans être encore la simple division administrative vers laquelle elle tend.

C’est ainsi qu’elle partage avec une autorité supranationale le pouvoir législatif, certaines directives de la Commission ayant force de loi sans même l’aval des Assemblées, pourtant censées représenter la volonté populaire. Salle de la Commission Européenne : Bruxelles / février / 2007.


Elle ne dispose que d’un pouvoir exécutif affaibli par un partage entre les autorités supranationales, d’une part, et une coûteuse et archaïque décentralisation politique et administrative, d’autre part, d’ailleurs amorce de la désintégration nationale et de la parcellisation du pays. (Le séparatisme corse le démontre).

 

Elle n’a plus de frontières à défendre et s’en remet à d’autres du soin de garder celles de l’entité européenne future et son territoire et devenu un terrain de parcours.


Elle n’a plus de monnaie nationale et n’est plus libre de gérer ses finances et de conduire une politique économique et industrielle conforme à l’intérêt des Français.


Elle ne dispose plus de forces armées indépendantes car elle les place quasi-systématiquement sous commandement étranger pour accomplir des missions souvent contraires à l’intérêt national (d’ailleurs qu’elle est bien en peine de définir en confondant France, européïsme et atlantisme).


Elle a renoncé à entretenir une industrie d’armement nationale et doit accepter de dépendre de plus en plus de fournisseurs étrangers comme d’une logistique et d’un commandement qui ne sont pas français.

Tourelles téléopérées pour les VAB : les Norvégiens l’emportent

C’était un de ces matériels «de cohérence» dont le manque inquiétait le général Cuche, CEMAT : les tourelles téléopérées qui permettent à un véhicule de faire feu sans que l’opérateur de l’arme n’ait à s’exposer. Finalement, c’est le «Protector», de Kongsberg (en photo) qui a été choisi parmi 10 concurrents. Un accord d’une valeur de 100 millions de dollars, d’après le communiqué de presse, a été conclu, la première tranche portant sur 15 millions. Les premiers «Protector» devraient être livrés, début 2009.

«HK 416 allemand commandé par l’armée française…»


CROWS.ashx.jpg


Elle ne prépare plus l’avenir scientifique et technique du pays, réduisant à la portion congrue les crédits alloués à la recherche.


Enfin, elle accepte de soumettre à l’arbitrage de la Commission de Bruxelles la gestion des activités industrielles et commerciales de la nation (et n’est même plus en mesure de fixer elle-même le taux de TVA de ses restaurateurs, commerce encore toléré pour elle par les autorités surpanationales).


Pourtant, la «construction européenne» prend un tour péniblement mythique. Alors que redémarre la croissance économique aux Etats-Unis, au Japon, en Grande-Bretagne, elle stagne ou recule en Allemagne, aux Pays-Bas, en Italie, en France. L’euro devait y apporter la prospérité et contribuer au plein emploi. En fait, le déficit public de la zone euro s’aggrave et le chômage y est en moyenne deux fois plus élevé qu’aux Etats-Unis, au Japon, en Grande-Bretagne.

Patente est la faillite de l’euroland. Faillite économique et aussi faillite politique : l’élargissement à l’est de l’Union revêt l’aspect d’une affaire de gros sous bien davantage que d’une adhésion à l’idéal européen.

 

La seconde guerre d’Irak a révélé un profond clivage des populations de l’Europe géographique, les candidats à l’adhésion affichant leur atlantisme bien plus que leur «européisme».

Pour la France, triste est le bilan de ses abandons de souveraineté au mythe européen. A la remorque de l’Allemagne s’étant engagée à respecter le «pacte de stabilité», la voici – comme l’Allemagne prise à son propre piège – contrainte d’implorer Bruxelles de lui pardonner ses 4 % du PIB de déficit public et promettant de faire à nouveau bonne figure dans trois ans.


Aujourd’hui, la dette de la France «pèse» plus de 300.000 francs sur chacun de ses citoyens actifs. Ou encore représente trois années de rentrées fiscales Et le service de cette énorme dette ne concourt pas, bien au contraire, au développement économique de la nation.

Ainsi, après des décennies d’une gestion fantaisiste des affaires du pays, son gouvernement en est-il réduit à brader les entreprises nationales – et privées – cédées à la finance étrangère faute d’avoir su diriger l’épargne des Français vers le soutien de leur industrie et de leur commerce. Et l’on sait ce que signifient ces cessions ; des soi-disant restructurations impliquant des licenciements, la délocalisation des bureaux d’études, la fuite des «cerveaux», l’appauvrissement général du pays et aussi la destruction du service public, exception française que le libéralisme économique ne saurait admettre.


Le nombre des dépôts de bilan des entreprises françaises augmente régulièrement et des pans entiers de son industrie se sont effondrés ou périclitent : industrie de la machine outil, de l’électronique ménagère, de l’informatique, de la métallurgie, du texte, une fraction importante du transport aérien, la marine marchande, les chantiers navals, l’industrie médicale… Au cours du premier semestre 2003, près de 25.000 entreprises ont fait faillite, le secteur marchand perdant 60.000 emplois. Bien des régions de France sont ainsi sinistrées : la Lorraine et l’Alsace avec une augmentation de 21 à 24 % du nombre des faillites, la région Champagne-Ardennes près de 30 % et, triste record, la Franche-Comté comptant une augmentation de 88 % du nombre des défaillances industrielles et commerciales.

Il existe un fort effet de levier : 1% de croissance en moins = 5% de dépôts de bilan en plus selon l’analyse d’Euler Hermes SFAC.

Dépôts de bilan en France

En France, 80% des entreprises défaillantes finissent en liquidation judiciaire et le dépôt de bilan n’épargne aucun type d’entreprises ni aucun secteur d’activité.

Les dépôts de bilan sont en hausse de 8% au 1er semestre 2007 comparé au 1er semestre 2006 et de 4,3% (49184) en cumul des 12 derniers mois par rapport à leur niveau atteint en juin 2006. Le nombre de procédures publiées au mois de juin est particulièrement élevé avec 5 405 jugements (chiffre mensuel le plus élevé depuis août 1998). Cela peut être considéré comme un rattrapage après un mois de mai très faible.


N’étant plus maître de sa politique économique et financière soumise aux excès du libéralisme sauvage qu’encourage l’affaiblissement de l’Etat, la France n’est plus en mesure de conduire une politique industrielle et commerciale conforme à l’intérêt national. Restent ce que les médias appellent les «plans sociaux». C’est-à-dire, en réalité, la grande braderie, la débandade économique et industrielle, socialement compensées par le sport et les jeux, peu avant la médiocrité et la pénurie qui résulteront inéluctablement de la baisse des activités de production et du recours au loisir, secteur que nous octroie généreusement l’Europe.


Significative des aberrations gouvernementales a été la grande braderie de l’industrie aérospatiale française (celle de l’armement terrestre ne saurait tarder). La prestigieuse «Aérospatiale», dont les bureaux d’études successifs conçurent et firent construire la «Caravelle», le «Concorde», «l’Airbus» et aussi les engins balistiques, des satellites, des hélicoptères a été «vendue» à la modeste firme allemande Dasa (en réalité au groupe Daimler-Chrysler), l’Etat français ne gardant que 15 % du capital et la firme EADS, succédant à l’Aérospatiale, devenant une société de droit hollandais, siégeant en Hollande, et où on ne parle qu’anglais.


Bien naïvement, «l’idée européenne» s’imposant le gouvernement Jospin avait recherché pour cette industrie «l’effet de taille» ; Plus récemment, Madame Nicole Fontaine, Ministre délégué à l’industrie, tombait dans le même travers en écrivant dans "Le Monde" : «C’est par la constitution de groupes d’une certaine taille que l’Europe pourra résister (à la concurrence qui vient désormais de l’extérieur)».


Qui se souvient de Nicole Fontaine ?

Ce ministre devrait expliquer pourquoi, avec 15.000 spécialistes et ouvriers, Dassault avait conquis plus de la moitié du marché mondial des avions de combat (contre la concurrence venue de l’extérieur) alors que la nouvelle entreprise désignée par le sigle EADS, rassemblant plus de 100.000 techniciens et ouvriers, a totalement perdu ce même marché, en laissant le monopole aux Etats-Unis. Mais le comble de l’inconséquence gouvernementale c’est qu’aujourd’hui EADS finance une importante campagne de publicité vantant les mérites de l’avion anglo-allemand Eurofighter au détriment du "Rafale", parfaite réussite technique française, et avion voulu par le gouvernement français, financé par les contribuables et que ce gouvernement «torpille» maintenant en chantant les louanges de son concurrent. Gribouille n’eût pas fait mieux. Que ne ferait-on pas contre l’intérêt des Français pour « construire l’Europe » ?

«Rafale»

«Eurofighter»


Ce tableau n’est pas forcé à dessein. Il n’est malheureusement que la partie la plus visible de l’iceberg France à la dérive dans l’océan euro-mondial. Il a pour objet d’inciter les Français à se ressaisir en leur exposant quelques vérités sur l’état de leurs affaires et surtout sur le sombre avenir qu’ils risquent d’avoir à vivre.


Aucun de nous n’a d’importance face à l’immensité des périls, rassemblés autour de quelques principes simples mais déterminants, par exemple :


- Rétablir la souveraineté de l‘Etat, lui permettre d’agir en toute indépendance pour le bien des Français. Ce qui signifie sortir du carcan européen, revenir à la réalité nationale, dénoncer les traités vassalisant notre pays.


- Fonder le développement des pays européens sur des alliances de circonstance entre Etats totalement souverains oeuvrant pour le bien commun en veillant au bien être de leurs ressortissants respectifs.


- Dégager progressivement les entreprises françaises du contrôle financier de l’étranger en lui substituant l’épargne française dirigée vers le soutien des activités industrielles et commerciales de la nation.


- Récupérer la libre disposition des forces armées du pays en leur fournissant une logistique adaptée à leur mission uniquement d’intérêt national. Financer l’industrie d’armement afin de ne plus dépendre de fournisseurs étrangers.


- Remettre la France au travail en protégeant ses entreprises des effets d’une concurrence provenant de la pratique des bas salaires.

 

 

Pierre Marie Gallois

http://www.geopolintel.fr/article650.html

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 13:06

 

 

Les voies d'une nouvelle révolution française. (V2)

 

 

 

 

Pourquoi évoquer l'éventualité d'une nouvelle révolution française ? Notre pays est-il à ce point bloqué dans l'évolution de son économie et de ses institutions pour qu'il soit nécessaire de penser à des transformations radicales, voire révolutionnaires?

 

Faut il aller puiser dans une tradition bien française pour obtenir les changements nécessaires ?

 

799px-Prise_de_la_Bastille.jpg

Prise de la Bastille le 14 juillet 1789

 

- Tout français peut aisément constater la dégradation rapide de sa situation économique.

 

- Tout français éprouve aujourd'hui un ressenti d'inquiétude quant à son avenir et à celui de ses enfants. Jadis puissance économique prospère, édifiée sur son industrie, notre pays se trouve confronté à une hémorragie d'emplois industriels à une extension du chômage et de la précarité.

 

- Tout français peut constater avec amertume que l'alternance au pouvoir des partis de gauche et des partis de droite n’amène aucun changement. La désindustrialisation du pays se poursuit et s'aggrave tandis que la pauvreté progresse.

 

- Tout français est ainsi en droit de se demander à quoi peut bien servir cette « démocratie » si elle est incapable d'améliorer sa vie, si aucune autre alternative ne lui est proposée.

 

- Tout français est également en droit de se poser des questions sur la représentation nationale, quand en 2005 les électeurs ont majoritairement rejeté par référendum le projet de constitution européenne et qu'ensuite les députés dans leur immense majorité ont contredit ce vote populaire en ratifiant le traité de Lisbonne, reprise à peine modifiée de ce projet de constitution.

 

- Tout français peut aisément s'apercevoir qu'une caste de politiciens et de journalistes s'est accaparée le pouvoir, caste ayant une vision dogmatique et totalitaire et de la société, et prétendant que mondialisation et dérégulation sont des bienfaits alors que chacun peut constater que c'est tout le contraire.

 

- Tout français peut s'apercevoir que le système de représentation nationale renforce cette caste politico-médiatique au pouvoir, que les partis politiques font écran entre le pouvoir législatif et le citoyen, que la séparation des pouvoirs fondement de notre république, notamment entre pouvoir législatif et exécutif n'existe plus. Le pouvoir exécutif a toujours l’ascendant et fabrique des lois votées par des députés « godillots » craignant pour leur siège.

 

Notre pays est devenu une véritable monarchie élective mais ou, quelque soit le « roi » élu, rien ne change puisque tous les candidats suivent les mêmes dogmes économiques.

Les médias omnipotents n'adoubent que des candidats acquis à ces fameux dogmes. Les français dégoûtés et insatisfaits se réfugient ainsi de plus en plus dans l’abstention. D'ores et déjà, si on cumule citoyens non inscrits, votes blancs /nuls et abstention des inscrits, la barre des 50% des français n'exprimant pas de vote est régulièrement atteinte.

 

La république ne fonctionne plus, rien ne va plus. Les français sont très mécontents de la politique qui est menée, mécontents du fonctionnement des institutions, mécontents de la caste politico-médiatique détenant le pouvoir.

 

Un récent sondage donne ces chiffres désastreux .

56% des français craignent le chômage

61% estiment que la mondialisation est une menace

65% qu'il faut renforcer le pouvoir de décision de la France

62% que les politiciens sont corrompus

72% que le système démocratique fonctionne mal

82 % que les politiciens n'agissent que dans leurs intérêts

58% que les médias font mal leur travail

72% que les journalistes ne parlent pas des vrais problèmes des français

73% que les journalistes ne sont pas indépendants.

 

Comme il n'existe manifestement aucune volonté, ni à droite ni à gauche, pour se pencher sérieusement sur les causes de ce mécontentement, il y a tout lieu de penser que la colère des français contre ses dirigeants, ses institutions, et ses médias, ne peut que continuer à grandir.

 

La colère et l'indignation chère à Stéphane Hessel ne suffisent pourtant pas : il faut, désormais, pour retrouver la voie du progrès économique et social, que les règles changent radicalement.

Si les institutions actuelles ne permettent pas de retrouver cette voie de prospérité jadis acquise alors il est du devoir de chaque citoyen de les changer par tous moyens.

 

Ce changement radical nécessaire sera bien une révolution, une nouvelle révolution française pour déverrouiller ce qui est bloqué.

 

Si les citoyens français ont pour désir de promouvoir d'autres règles et d'autres institutions plus démocratiquement efficaces, il leur faut analyser correctement ce qui s'oppose à leurs intérêts.

 

Cette compréhension du monde est loin d'être aisée tant les médias et politiciens s'efforcent de brouiller les analyses. Puis, certains sous couvert d'opposition déclarée au système cherchent à détourner le peuple sur des voies sans issue en n'offrant qu'une compréhension partielle du système, en n'osant pas ou en ne voulant pas aller jusqu'au terme de l'analyse notamment sur le rôle de l'impérialisme.

 

Le Réseau Voltaire est aujourd'hui la seule organisation politique en France a présenter une analyse exhaustive de la situation et à désigner clairement les cibles pour mobiliser le peuple contre elles.

 

Contrairement à certains qui se prétendent opposés au système, le Réseau Voltaire ne désigne pas des catégories d'individus qui seraient à elles seules responsables des malheurs du peuple ; le Réseau Voltaire désigne un système qu'il combat ainsi que les idées politiques qui le justifient.

 

Les juifs, les francs-maçons, les musulmans, les banquiers etc. sont tour à tour et selon différentes organsiations politiques désignés à la vindicte publique suivant en cela une méthode ancestrale de désignation de boucs émissaires et de division du peuple pour mieux régner.

Ces groupes politiques mettant en avant des phobies sont clairement les ennemis de la nation et ne peuvent prétendre la conduire vers des changement véritables.

 

Ceci nous rappelle l'avènement du fascisme en Europe après la révolution bolchevique en Russie au début du 20ème siècle. Ce fascisme faisait un discours démagogique, anti-ploutocratie, mais il protégeait en fait le grand capitalisme et surtout il s'en prenait aux communistes, aux juifs et aux francs-maçon, afin de canaliser et détourner la colère du peuple sur eux.

 

Le système que le Réseau Voltaire désigne clairement comme étant responsable de nos malheurs est l'impérialisme. Cet impérialisme doit être combattu et abattu si nous, citoyens français, voulons retrouver cette fameuse voie du progrès.

 

 

L'impérialisme.

 

J'ai mainte fois montré dans de nombreux articles ce qu'est l'impérialisme pourquoi il existe et comment il fonctionne.

 

L'invention du terme revient à Lénine dans son ouvrage « L'impérialisme stade suprême du capitalisme ».

Lénine nous dit déjà en 1916:

«L'impérialisme est le capitalisme arrivé à un stade de développement où s'est affirmée la domination des monopoles et du capital financier, où l'exportation des capitaux a acquis une importance de premier plan, où le partage du monde a commencé entre les trusts internationaux et où s'est achevé le partage de tout le territoire du globe entre les plus grands pays capitalistes».

 

Cet impérialisme ainsi analysé par Lénine il y a presque 100 ans a évolué depuis pour passer de stade suprême à stade ultime.

Cette évolution est venue avec la transformation même du capitalisme dont deux natures différentes se partagent la planète.

 

Capitalisme financier.

 

Dans les pays sous domination étasunienne, en gros les pays dévolus à la coalition anglo-saxonne à Yalta en 1945, le capitalisme, qui consiste en l'accumulation du capital, ne s'exerce plus avec l'industrie devenue insuffisamment rentable, mais il s'exerce avec la spéculation sur les matières premières à l'aide de capitaux issus des intérêts des dettes dont sont criblés les peupleshier riches et prospères de l'Amérique du Nord, de l'Europe occidentale et du Japon.

 

Ces peuples les plus riches mais en voie de paupérisation sont doublement exploités, d'un côté par le paiement d'intérêts de la dette (en France environ 3000 € par individu et par an) et de l'autre côté par le renchérissement continu du prix des matières premières, parmi lesquelles au premier chef, bien entendu, le pétrole.

 

Ce capitalisme prédateur, non industriel, ne créant aucune marchandise, aucune richesse est organisé selon un axe la City de Londres et Wall Street à New York avec un certain nombre d'institutions financières extrêmement opaques dont les banques les plus connues ne représentent que le côté émergé d'un iceberg.

 

Cette organisation financière est liée étroitement aux états anglo-saxons, principalement le Royaume-Uni et les USA, états qui fournissent la force armée nécessaire à l'imposition de ce système prédateur. Ce système est imposé d'abord aux états de l'Europe occidentale dont évidemment la France, puis au monde.


La France a dû subir continuellement des reculs de souveraineté au bénéfice de l'impérialisme étasunien depuis la fin de la guerre 39-45, reculs qui se sont accélérés depuis 30 ans.

 

Il faut bien préciser que ce système impérialiste n'épargne nullement les peuples anglo-saxons qui sont soumis au même régime que les autres peuples dépendants.

Ce système correspond à la description qu'en faisait Lénine en 1916 à ceci près qu'il n'existe plus d'impérialismes nationaux comparables à cette époque, quand la France, le Royaume-uni et les USA se chamaillaient pour le partage du monde et des dépouilles des autres impérialismes espagnol, allemand et turc.

 

L'impérialisme spéculateur mobilisant des capitaux de toutes origines est devenu transnational bien que la principale force armée qui l'impose soit celle des USA.

L'impérialisme est devenu aujourd'hui unique à domination financière anglaise et à domination militaire étasunienne. L'impérialisme français a disparu et le terme de « Françafrique » qui revêtait encore une signification dans les années 60-70 ne présente plus aujourd'hui de réalité, l'ancienne influence française en Afrique étant en voie de déclin accéléré, sous l'effet de l'influence impérialiste « occidentale » à domination étasunienne.

 

Capitalisme industriel.

 

L'autre nature du capitalisme est celle (à présent archaïque) qui procède à l’accumulation du capital par la fabrication de marchandises industrielles comme cela se faisait jadis en Europe occidentale et en Amérique du Nord. Ce type de capitalisme s'exerce essentiellement en Asie et en Amérique latine, la puissance capitaliste industrielle la plus importante étant la Chine communiste.


Pourquoi le capitalisme industriel occidental a-t-il massivement émigré en Chine communiste faisant de ce pays la première puissance industrielle mondiale ?

L'accumulation du capital par l'industrie est frappée d'une dure loi économique, celle de la baisse tendancielle du taux de profit.


Par le jeu de la concurrence, la valeur des marchandises diminue tandis que la mécanisation induisant cette baisse de valeur augmente. Il faut donc toujours plus de moyens de production onéreux pour produire des marchandises de moindre valeur. La plus-value gagnée par marchandise a donc tendance à diminuer jusqu'à tendre vers zéro. Pour retrouver du profit appréciable, les industriels se doivent de rechercher les coûts de main d’œuvre les plus bas possibles.

Les hauts salaires occidentaux et les lois sociales grèvent lourdement cette plus-value industrielle. Les très bas salaires chinois et l’absence de lois sociales due à l'éradication des syndicats ouvriers par le régime stalinien ont été une divine surprise pour les industriels du monde entier qui se sont précipités pour déplacer leurs usines en Chine « communiste ».

 

En délocalisant la fabrication de marchandises en Chine et en Asie les industriels ont apporté à ces pays un savoir faire qu'ils ne possédaient pas et jeté dans le chômage et la pauvreté leur propres concitoyens.
Force est de constater que l'organisation communiste, stalinienne, de l'état chinois n'a nullement gêné les investisseurs industriels. Cela nous montre bien que le capitalisme se soucie comme d'un gant des idéologies philosophiques et politiques. Chaque investisseur ne prend en compte que ses propres intérêts immédiats et n'a que faire de la nature des systèmes politiques et ses desseins avec lesquels il doit composer.

D'ailleurs tout dessein est incompatible avec la gestion d'une entreprise. L'impérialisme par nature ne peut posséder d'autre volonté que la facilitation de l'exploitation capitaliste, et dans ce sens, il ne peut se soumettre à une quelconque philosophie de type nationale ou religieuse. On en tire également la conclusion que l'impérialisme ne peut en aucun cas former un empire.

Un empire est composé d'un état despotique justifié par une idéologie nationale impériale et animé par un dessein propre d'extension de son territoire.

L'impérialisme transnational à domination étasunienne n'a jamais pu empêcher quiconque de faire de la Chine communiste la première puissance industrielle mondiale en dépit de l'opposition politique affichée et bruyante des USA au communisme. Cette idéologie officielle étasunienne anticommuniste a pesé de très peu de poids face à l’intérêt suscité par les très bas salaires.

 

Impérialisme, état, idéologie et contradictions.

 

L'impérialisme financier prédateur de matières premières a bien entendu besoin d'une force militaire pour imposer sa loi, la dette obligatoire, la libre circulation des capitaux et l'exploitation des hommes. Il a donc besoin d'un état puissant. L'idée que l'impérialisme serait libéral et opposé à l'état est l'idée la plus fausse émise par ceux qui se prétendent opposés au système.

 

Mais cet impérialisme a aussi besoin de dérégulation, et donc de briser la résistance des peuples et des états-nations qui avec leurs différentes lois lui compliquent la tâche et minimisent ses profits potentiels. En effet, pour exploiter au mieux les matières première, il convient que l'état où cette exploitation a cours soit inexistant ou faible, car dans ce cas les redevances à accorder sont minimes. La meilleure solution pour lui est l’absence totale de structures étatiques dans des zones ou l'anarchie règne sous la coupe de mafias comme dans l'est congolais, le Kivu. Cette région est riche en minerai de coltan, mélange de cobalt et de tantale utilisés en électroniques, et est exploité par des mercenaires à la solde du Rwanda voisin (maintenant sous la coupe de l'impérialisme anglo-saxon), lesquels ne rétrocèdent rien à l'état congolais.

 

L'état puissant de l'impérialisme va donc essayer de briser les états-nations historiques légaux existants afin d'imposer d'autres formes étatiques tyranniques soient supra nationales comme l'Union Européenne soit ethnico-religieuse comme dans le monde arabo-musulman.

Si le capitalisme n'a aucunement besoin d'idéologie, l'état impérialiste étasunien va promouvoir et instrumenter un certain nombre d'idéologies souvent contradictoires en fonction de ses besoins locaux pour briser les nations légales et les remplacer par de fausses nations ethniques.

 

L'état impérialiste étasunien peut autant promouvoir des idéologies de destruction morale et nationale, rôle dévolu, par exemple, à l'Open Society de Georges Soros, que promouvoir un ordre moral stricte comme un islam radical mais anti-national, par l'intermédiaire de ses « amis » d'Arabie saoudite et du Qatar, qui font la promotion du salafisme et du djihadisme terroriste pour déstabiliser et renverser les derniers régimes arabes nationaux.

 

Si l'impérialisme ne peut mettre en œuvre de véritables desseins politiques, contrairement à ce que ferait un empire, il entretient de nombreux «think tanks» qui vont tenter, en s'accaparant l'état, de promouvoir telle ou telle politique ou idéologie. Ainsi les néoconservateurs ont détenu le pouvoir des USA durant les deux mandats de Georges W. Bush et le premier mandat de Barack Obama. Cette politique de guerre généralisée promue en 2000 par le «think tank» «Project For a New American Century» a été un échec cuisant. Une nouvelle politique promue par le deuxième mandat d'Obama semble vouloir prendre le contre-pied de la politique néoconservatrice.

En observant la politique étasunienne, on perçoit nombre de tiraillements et de contradictions reflètent les divergences d'intérêt entre différents groupes qui se chamaillent pour l'accaparement de l'état.

 

Il existe deux groupes principaux aux Etats-Unis. Un groupe dit militaro-industriel dénoncé en son temps par Eisenhower ; ce groupe est particulièrement lié aux néoconservateurs et pense que la guerre est le levier le plus propres à conforter ses intérêts, l'autre groupe, militaro-financier pense quant à lui qu'il est préférable d'exploiter les peuples en les plongeant dans le chaos sans forcément aller jusqu'à la guerre totale : ce groupe est plus représentatif de l'axe La City Wall Street et des bailleurs de fonds d'Obama ; il détient actuellement le pouvoir aux USA.

 

L’Europe et la France.

 

Nous comprenons bien qu'Européens et Français sont soumis à cette évolution tragique de mondialisation et de financiarisation du capitalisme mué en impérialisme d'origine étasunien. Les industries sont délocalisées vers des pays ou les salaires sont bas et les lois sociales inexistantes, le prix des matières premières nécessaires à la vie courante comme les carburants augmente sans cesse par l'effet de la spéculation et le paiement de l'intérêt d'une dette inique qui grève le budget de chacun.

 

Pour les Français et les Européens il y a de moins en moins de travail, de plus en plus de taxes et d'impôts, et un coût de la vie est en constante augmentation.

 

Face au mécontentement grandissant des peuples, de puissantes barrières ont été érigées pour empêcher que ce mécontentement ne se transforme en changements politiques radicaux.

La république française a été vidée de son contenu, la démocratie est devenue inexistante.

Politiciens et médias forment maintenant un groupe cohérent chargé de faire écran entre le peuple et l'impérialisme en le désinformant ou en le conduisant sur des voies sans issues.

 

Les institutions françaises de la 5ème république taillées sur mesure pour le général de Gaulle sont devenues particulièrement iniques. Ces institutions favorisent le rassemblement autour de deux grands partis politiques en accord sur l'essentiel, les autres se trouvent dans l’obligation de se soumettre à ces partis pour obtenir des désistements au deuxième tour et avoir des députés ainsi que les revenus qui vont avec.

 

Les partis politiques sont devenus de fait des affaires commerciales juteuses au frais des contribuables ainsi que des cibles de corruption de la part de l'impérialisme.

Nous voyons que tous les partis politiques de droite comme de gauche, ainsi que tous les médias, partagent un avis favorable à cet impérialisme et le soutiennent dans ses guerres, par exemple en Libye et en Syrie, pour ne citer que les cas les plus récents.

Ces partis soutiennent quasi unanimement également le même avis sur la nécessité de l'Union Européenne, de l'Euro et de l'OTAN, instruments du pouvoir impérialiste étasunien sur les nations européennes.

 

La société française se trouve complètement bloquée. Nul espoir de changement ne se fait jour avec dans le cadre des institutions actuelles. le rejet de la caste politico-médiatique grandit chez les français,rejet d'autant plus vif que cette caste va sans cesse plus loin dans sa politique à la fois de mensonge médiatique et de soumission total à l'impérialisme.

 

Seule une révolution pourra redonner le pouvoir au peuple français et le conduire à nouveau dans la voie du progrès social et économique.

 

 

Une révolution pour quel objectif ?

 

 


  La Nouvelle Révolution Française vue par Le Journal de Personne

 

L'objectif est en premier lieu de recouvrer l'indépendance nationale afin que le peuple français puisse décider en toute liberté du chemin qu'il désire suivre, à cet effet la première chose à entreprendre est la sortie de l'OTAN, de l'UE et de l'Euro. Puis, il s'agit de remettre de véritables institutions républicaines en place. Pour ceci il faut une assemblée constituante représentant non pas les partis politiques mais les Français directement, il faut donc un mode de scrutin qui le permette. Un scrutin de liste régionale à un seul tour afin d'éviter les « combinaziones » entre gredins politiques au deuxième tour serait plus efficace pour la démocratie que le système actuel.

Une 6ème république devrait donc être proclamée.

 

Une révolution dans la paix ou la violence, quel rôle pour l'armée ?

 

Aujourd'hui, rien ne pourrait se réaliser démocratiquement sans qu'un référendum soit organisé pour demander aux français s'ils désirent d'autres institutions, dans ce cas il serait juste et nécessaire que tout un chacun puisse avoir accès aux médias sans que ceux-ci ne soient monopolisés par les grands partis au service de l'impérialisme, comme d'habitude.

 

Est-il sensé de penser que le pouvoir actuel soumis à cet impérialisme puisse organiser un tel référendum et amorcer ainsi des changements fondamentaux ?

 

Cela est difficile à croire, alors... ?

 

Quel rôle pour l'armée française ?

 

L'armée est la garante ou plutôt devrait être la garante de l'indépendance nationale, rôle qu'elle ne peut plus jouer car son commandement est intégré dans l'OTAN et elle se trouve de fait sous commandement étasunien.

 

Une nation sans armée jouant pleinement son rôle de défenseure de la nation ne peut absolument pas survivre.

Nous avons l'exemple de la Syrie sous les yeux. Ce pays gravement agressé par l'impérialisme arrive à résister grâce à la vaillance de son armée ; celle-ci est une armée de conscription c'est à dire qu'il s'agit du peuple en arme.

Concernant la France, l’impérialisme et ses représentants politiques sur notre sol on bien pris soin de réduire l'armée française à une portion congrue tout juste utile pour servir de supplétive aux actions coloniales des USA.

 

Programme-TV-le-defile-du-14-juillet-201

L'armée française devrait garantir l'indépendance nationale

 

 

Dernièrement un groupe de jeunes officiers du mouvement Marc Bloch a publié un manifeste

protestant contre le déclin en moyens de l'armée française. On comprend la lucidité et l'inquiétude de ce groupe car pour dominer une nation il convient d'abord d'affaiblir son armée. Le général de Gaulle avait bien vu qu'une nation voulant conserver son indépendance devait pouvoir s'en donner les moyens à la fois militaires et en industrie de défense ; il avait doté la France de ces moyens. Après sa mort, l'industrie de défense française, fleuron de technologies, fut rapidement bradée à l'étranger, la conscription obligatoire, cœur de la défense du territoire, et creuset de l'identité nationale, fut abandonnée. L'armée française, sous équipée, manquant d'effectifs, aurait bien du mal aujourd'hui à repousser une agression étrangère.

 

Or il faut bien comprendre que toute volonté d’indépendance du peuple français serait rapidement contrée par l'impérialisme qui ne pourrait accepter cette défection sans réagir.

C'est une évidence.

Il réagirait avec tous les moyens dont il dispose, et nous avons maints exemples sous les yeux de ce dont est capable l'impérialisme pour briser la volonté d'indépendance des peuples.

Il agit par la guerre ouverte directement ou indirectement comme en Libye ou en Syrie, par la subversion en finançant des groupes anti-nationaux comme en Russie, en Iran, en Chine, ou au Venezuela.

Toute volonté de changement démocratique en France pour rétablir l'indépendance nationale se retrouvera fatalement en confrontation avec l'impérialisme, et dans ce cas notre armée et notre police seront nos meilleurs recours.

 

valmy1792.jpg

Une armée du peuple pour défendre le peuple comme à Valmy

 

Notre armée doit maintenant prendre ses responsabilités dans les traditions républicaines et de résistance de notre peuple en suivant ainsi l'exemple des soldats de Valmy commandés par les généraux patriotes Kellerman et Dumourier, puis de nos plus récents héros Jean Moulin, le général de Gaulle, le général Leclerc, le colonel Fabien et bien d'autres.

 

Heros-Drapeau.png

Nos héros sur notre drapeau

 

Notre pays ne peut s'en sortir seul, les nations encore indépendantes comme celles cherchant à acquérir cette indépendance ont toutes le même ennemi. Chacune confrontée à cet impérialisme peut contribuer à l'affaiblir. L'impérialisme va mal, une crise systémique due aux excès de la financiarisation l'affecte lourdement, après sa victoire sur la Libye, il peine à détruire la Syrie, il n'ose s'opposer militairement à une coalition militaire formée par la Russie, la Chine et l'Iran. L'impérialisme prendra t-il la responsabilité de déclencher une guerre mondiale au risque de tout perdre ?

Le peuple français doit nécessairement être solidaire avec les nations en butte à l'impérialisme, et aujourd'hui principalement avec la nation syrienne, c'est son intérêt et devoir.

555149_499355686766885_398787719_n.jpg

Un peuple, une armée du peuple

Que serait aujourd'hui la Syrie sans son armée, la proie du terrorisme comme en Libye.

 

 

Vouloir opérer de profonds changements en France sans cette nécessaire solidarité avec d'autres nations est vain et stupide.

 

Aujourd'hui seul le Réseau Voltaire est capables de procéder à une analyse exhaustive de la situation de la France et de situer son devenir dans un contexte international.

Seul le Réseau Voltaire posséde de solides connexions avec les autres nations agressées par ce même impérialisme qui nous opprime.

Seul le Réseau Voltaire est présent sur place, au plus près des confrontations militaires avec l'impérialisme, hier en Libye, aujourd'hui en Syrie.

Seul le Réseau Voltaire discute avec des chefs d'Etat des nations combattantes et est ainsi pris au sérieux.

 

 

Il est aisé de comprendre alors que le Réseau Voltaire soit la principale cible de la caste politico-médiatique au pouvoir en France.

 

Les élections italiennes ont montré que l'outil internet était utile, nécessaire mais insuffisant

Le Réseau Voltaire France en appelle à tous les citoyens de notre pays pour qu'ils commencent à se mobiliser et à prendre sans attendre l'initiative de former des comités patriotiques locaux.

 

Chaque adhérent du Réseau Voltaire France doit aujourd'hui prendre l'initiative de former son comité local patriotique en rassemblant les citoyens patriotes de toutes obédiences. Si les dirigeants des partis et organisation se prétendant opposées au système passent leur temps à se déchirer, nous constatons que leurs militants ont peu de divergences et souhaitent travailler ensemble.

 

Citoyens, pour se mettre sur la voie d'une nouvelle révolution française, commençons donc par nous unir !

 

Être membre du Réseau Voltaire France c'est être à l'avant garde du combat pour la libération nationale

 

 

Lire « L'impérialisme »

http://www.alain-benajam.com/article-5752094.html

http://www.alain-benajam.com/article-5752338.html

 

 

Lire: «L'arnaque de la dette et l'escroquerie politicienne»

http://www.alain-benajam.com/article-l-arnaque-de-la-dette-et-l-escroquerie-politicienne-105610573.htm

 

Chronique des reculs de souveraineté en France

http://www.alain-benajam.com/article-liberer-la-france-103113956.html

 

Repost 0
Published by Alain Benajam - dans Edito
commenter cet article