Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 12:25

Un nouvel obscurantisme

 

Article écrit en 2003 pour le PRG, mais toujours d'actualité

 

Le développement de la critique de la technologie, de l’économie et de la liberté accompagne un déclin aujourd’hui de plus en plus perceptible.

L’arrêt de la conquête spatiale, l’écroulement des valeurs boursières, le renchérissement de l’or annoncent ce déclin. Comme l’année 1277 qui, avec l’interdiction par l’Eglise d’un grand nombre d’enseignements dispensés par l’Université de Paris, avait  marqué l’écroulement dramatique de la France de la fin du13ème siècle, l’Histoire retiendra de cette année 2003 l'arrêt définitif du Concorde et son non remplacement, comme marquant le début de ce déclin. Pour la première fois dans l’humanité, l’homme se déplacera moins rapidement que précédemment.

La critique obscurantiste et quasi mystique de la technologie et des libertés individuelles accompagnant ce déclin est  malheureusement aujourd’hui surtout le fait de la gauche. Que l’on ne se trompe pas ! Ce déclin surtout perceptible en Europe et aux USA s’accompagnera évidement de chômage et de misère.

 

Les forces de liberté et de progrès se doivent urgemment de réfléchir et de se rassembler pour engager une bataille soutenue et argumentée contre ce nouvel obscurantisme.

   Parmi les nombreux thèmes chers à cette réaction d’un nouveau genre se trouve l’argumentation selon laquelle les OGM seraient néfastes.

 

Je rappellerais d'abord ma compétence : je suis biologiste ; j’ai participé activement aux travaux qui ont permis au Professeur Jean Dausset d’obtenir le prix Nobel de médecine en 1980.

Les OGM sont des organismes vivants, modifiés génétiquement volontairement par l’homme ; on peut appeler les OGM, des mutants génétiques.

 

 

Les mutations génétiques.

 

 

Une mutation génétique est une modification du génome, en fait de l’identité d’un être vivant. Les mutations interviennent perpétuellement et naturellement ; elles affectent l’ensemble du vivant. Ces mutations naturelles sont dues le plus souvent à une énergie rayonnante (électromagnétique), venant frapper un atome de la molécule d’ADN siège de l’identité du vivant, modifiant ainsi sa séquence donc sa nature. Ces énergies rayonnantes qui nous environnent sont des rayons X cosmiques à haute énergie, mais également des rayonnements béta ou gamma provenant de la radioactivité naturelle.

Ces mutations naturelles sont transmises aux descendants du mutant, créant ainsi une nouvelle variété ou espèce vivante. Les mutations génétiques sont à l’origine du polymorphisme du vivant.

 

La sélection naturelle.

 

Depuis Darwin, nous savons comment le vivant s’est complexifié depuis l’être mono cellulaire de type microbien jusqu'à l’homme moderne.

Cette complexification s’est faite par sélection naturelle. La sélection naturelle est l’abandon par la nature, donc l’extinction sans descendance, de variétés vivantes précédemment apparues par mutation. Cette extinction, cette inaptitude à créer une descendance est due à l’environnement, à l’écosystème, à l’ensemble des conditions de vie faites à cette nouvelle espèce ne lui permettant pas de perdurer.

A contrario, d’autres mutations apportant un élément plus favorable à la survie en milieu hostile permettent une pérennité accrue pour cette espèce mutante.

Nous voyons donc qu’entre mutation et élimination par inadaptation, le vivant multiplie les espèces en les complexifiant.

Chaque apparition d’une nouvelle espèce modifie bien évidemment l’écosystème, et donc les conditions d’apparition d’autres espèces car la pérennité d’une espèce nouvelle est entièrement due à cet écosystème.

 

La sélection de nouvelles espèces par l’homme.

 

Il y a environ 10000 ans, l’homme a inventé l’agriculture et l’élevage. Cette invention allait de pair avec l’invention de techniques de manipulation génétique.

En effet, en créant des champs et des enclos, qu'a fait l’homme ? 

Il a créé des écosystèmes non naturels permettant à certaines espèces mutantes de perdurer, soit en les protégeant contre un prédateur, soit en leur apportant des éléments plus difficiles à trouver dans la nature, par exemple de l’eau en irriguant, et de l’engrais par la fumure des animaux d’élevage.

A chaque cycle de naissance d’une espèce jugée utile, l’homme va sélectionner les mutants qu’il juge plus favorables pour sa consommation, et leur étudier un écosystème adéquat dans lequel il s’intègre lui-même et sans lequel cette nouvelle espèce serait impitoyablement éliminée.

 

Depuis 10000 ans, l’homme fabrique donc de nouvelles espèces en fabriquant des environnements, espèces qui disparaîtraient sans son intervention. Le Yorkshire à sa mémère ne survivrait pas longtemps dans les bois, à la différence de son ancêtre le loup.

Gageons que si José BOVE avait vécu il y a 10000 ans dans le croissant fertile où l’agriculture fut inventée, il aurait arraché les premiers plants de blé cultivés en champ.

 

4 - Les OGM.

 

Toute espèce vivante est un Organisme Génétiquement Modifié, car provenant d’une mutation. Toute apparition de ces mutants ou OGM a toujours modifié l’environnement, depuis le microbe et l’amibe.

La différence entre la sélection d’espèces par l’environnement ou par l’homme et les OGM tient à peu de choses.

Dans le premier cas, on attend la mutation favorable et on la sélectionne, dans le deuxième on réalise la mutation favorable. Le résultat de ces deux techniques est strictement similaire : une nouvelle espèce apparaît.

L’obscurantisme prétend que cette nouvelle variété serait monstrueuse, échapperait au contrôle humain et induirait des effets non attendus.

La technique de fabrication des OGM consiste à introduire dans le génome d’une espèce, en fait dans la séquence informative de l’ADN, une séquence provenant d’une autre espèce possédant une aptitude favorable, comme la résistance à certains prédateurs.

La nouvelle capacité introduite est « naturelle » car déjà existante ; on peut alors considérer cet OGM comme semi-mutant, car ne possédant pas des propriétés physicochimiques inconnues dans la nature comme pourrait le faire une véritable mutation.

On peut également rappeler que le polymorphisme du vivant est quasi infini, et que le nombre de molécules chimiques produites est innombrable ainsi que les effets sur l’homme et sur l’environnement.

La production de maïs transgénique possédant une capacité de résistance naturelle à certains insectes ne peut avoir de répercussion défavorable sur l’écosystème différente et supérieure à celle d’autres variétés cultivées, arrosées perpétuellement d’insecticides chimiques non sélectifs.

 

On peut s’interroger sur les raisons qui conduisent les promoteurs de cette fable sur les OGM, et sur celles des politiciens de gauche qui leurs emboîtent le pas pensant en tirer un profit politique.

Le développement des technologies a toujours eu dans l’Histoire des adversaires, et toutes les grandes civilisations, surtout à l’heure de leur  déclin, ont dû faire face à ce genre de réaction : depuis la Grèce antique jusqu’à la fin du 13ème siècle, où l’Eglise porta un coup décisif à la pensée rationnelle et au développement économique.

L’Occident ne s’en remettra qu’à la fin du 18ème siècle.

Le débat sur les limites supposées de la technologie est donc une constante récurrente dans l'histoire humaine.

Les forces obscurantistes  mettent toujours en avant une éthique dont l’élément central est le non dérangement d’une nature mythifiée ou déifiée, ce qui est identique.

La terreur face à l’ordre imperturbable et impénétrable des choses est depuis toujours l’apanage du dogmatisme religieux.

L’affaissement des religions traditionnelles donne le champ libre à d’autres, émergentes, où comme pour les croyances du passé, le pouvoir sur les crédules est l’élément moteur. Comme dans toutes les religions, il y a les prophètes et les organisateurs de pouvoir.

Les prophètes se trouvent facilement : il y a toujours quelques individus pour raconter des sornettes et il se peut que l’un d’entre eux émerge sur le lot par le nombre croissant de ses adeptes.

A partir du moment où les politiciens pensent pouvoir exploiter telle où telle idée sectaire, celle-ci passe comme par miracle du statut de secte décriée à celle de religion officiellement établie.

Ce fut le cas pour le christianisme repris par le pouvoir romain, ce ne fut malheureusement pas le cas pour le manichéisme  au 6ème siècle, rapidement balayé par l’Islam.

Il en va de même pour "la religion" de M BOVE : elle aurait pu rester à l’état de secte, mais les politiciens de gauche en mal de repères après le désastre et l'échec du socialisme pensent en tirer parti.

La droite aurait pu le faire tout aussi bien : nos politiciens de gauche auraient alors trouvé toutes les ressources argumentaires possibles pour fustiger cet obscurantisme qu'ils sont maintenant en train d'endosser...

 

         Il est également légitime de se poser des questions sur les motivations de M. BOVE : son action tend à retarder la recherche dans ce secteur déterminant pour notre économie qu'est l'agro-alimentaire ; c’est ainsi une chance inespérée pour nos concurrents d’outre-Atlantique.

 

La gauche fait donc une grave erreur en se lançant à corps perdu dans cette affaire d’OGM ; elle est totalement à contre-emploi en soutenant le pire des obscurantismes, le pire car celui-ci fait mal, mal à l’environnement par l’utilisation massive d’insecticides, mal à l’économie et à l’emploi en retardant une activité économique importante, mal à l’idée de progrès qui permit d’améliorer toujours les  conditions de vie des humains.

 

 

Alain Benajam

Août 2003

Partager cet article
Repost0
11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 18:45

 Le début d'une bonne bibliographie.


La Fin des Certitudes                                                                   Ilya Prigogine (œuvre maîtresse)

http://www4.fnac.com/Shelf/Article.aspx?PRID=1193682  

 

L’artiste et la Cour                                                                       Martin Warnke (œuvre maîtresse)

http://www.alapage.com/-/Fiche/Livres/2735103439/?id=142421154364069&donnee_appel=REF05&fulltext=artiste&sv=X_L

 

Le Moyen Age, une Imposture                                             Jacques Heers (et  son œuvre historique)

http://www.amazon.fr/Moyen-Age-une-imposture/dp/2262008604/ref=sr_1_6/171-9352031-1146629?ie=UTF8&s=books&qid=1173631570&sr=1-6

 

Initiation à l’Art des Cathédrale                                                          Jean Cosse

http://www.alapage.com/mx/?tp=F&type=1&l_isbn=273690253X&fulltext=&nopp=1&donnee_appel=REF05

 

Construire au Moyen Age                                                                      Viollet le Duc

http://www.amazon.com/Construire-Moyen-Age-Viollet-duc/dp/284048160X


Le Monde des Villes au Moyen Age                                                    Simone Roux

http://www4.fnac.com/Shelf/Article.aspx?PRID=1117827

                                 

La première Révolution européenne                                                 Robert I . Moore

http://www4.fnac.com/shelf/article.aspx?PRID=1193866&SID=c3fb6937-bb8f-c1d0-6f46-012eb15a0eba&UID=148DB5767-D98D-AFCD-7F70-AB7C8AC71308&Origin=fnac_yahoo&OrderInSession=1&TTL=070920071752&Fr=20&To=0&Ra=-1

                                                               

La Révolution industrielle du Moyen Age                                  Jean Gimpel (et son œuvre historique)

http://www.amazon.com/r%C3%A9volution-industrielle-Moyen-%C3%82ge/dp/2020541513/ref=sr_1_11/104-9001105-7243947?ie=UTF8&s=books&qid=1173632238&sr=1-11

 

La Renaissance du XII e Siècle                                                         Jacques Verger

http://www.alapage.com/-/Fiche/Livres/2204054542/?id=142421154364069&donnee_appel=REF05

 

L’Economie française au Moyen Age                                                Alain Derville

http://www4.fnac.com/Shelf/article.aspx?PRID=149017&Mn=5&Origin=fnac_yahoo&Ra=-1&To=0&Nu=4&Fr=3

 

La Philosophie médiévale                                                                Alain de Libéra  (et son œuvre)

http://www.amazon.fr/Philosophie-m%C3%A9di%C3%A9vale-Alain-Libera/dp/2130543197

 

La Cité Antique                                                                    Numa Fustel de Coulange (œuvre maîtresse)

http://www.amazon.fr/cit%C3%A9-antique-Coulanges-Fustel/dp/2080811312

 

Le Manifeste Communiste                                                                         K. Marx et F. Engels

http://www.marxists.org/francais/marx/works/1847/00/kmfe18470000.htm

 

L’origine de la Famille de la Propriété privée et de l’Etat                    F.Engels

http://www.marxists.org/francais/engels/works/1884/00/fe18840000.htm


Le Discours de la Méthode                                                                        Descartes

http://classiques.uqac.ca/classiques/Descartes/discours_methode/discours_methode.html

 

Dictionnaire historique de la Langue française.                                 Alain Rey

http://www.amazon.fr/Dictionnaire-historique-langue-fran%C3%A7aise-volumes/dp/2849022365

L’ethnométhodologie                                                                               Alain Coulon

http://www.puf.com/Book.aspx?book_id=004919

L’Impérialisme Stade suprême du Capitalisme                                V.I. Lénine

http://www.amazon.fr/Limp%C3%A9rialisme-stade-supr%C3%AAme-du-capitalisme/dp/2209053404

Partager cet article
Repost0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 14:02

La foi, la raison et le doute.

 

 

La vérité fascine l’homme depuis qu’il pense, cette recherche de la vérité suit des processus divers, des arcannes tortueuses, peut se perdre dans des chemins obscurs et s’enliser. Au moment où les pouvoirs s’efforcent à faire prendre aux bas peuples du monde des vessies pour des lanternes il n’est pas inutile de s’interroger sur la meilleure méthode permettant de séparer le vrai du faux.

On peut définir plusieurs de ces chemins et en observer la validité. La foi, la raison et le doute font partie de ces voies que l’humanité explore pour tenter parvenir à La Vérité.

 

La  foi est une croyance totale et aveugle dans une vérité mythique transcendantale, la foi ne requiert pas de démonstration elle est construite avec des axiomes et des dogmes. Toute religion fonctionne sur une foi. Egalement tout ce qui est considéré comme vrai, a priori, sans démonstration peut être appelé foi.

La foi dans un mythe commun est vielle comme l’homo sapiens, elle permet de relier les hommes d’un même groupe (religion) et ainsi de les faire agir ensemble, notamment contre un autre groupe, ennemi car ne partageant pas la même foi.

Les grecs de l’époque classique se sont les premiers interrogés sur la foi et sa validité Aristote lui opposa la raison. La raison aristotélicienne fonctionne sur la logique pur, c'est-à-dire la tentative de démontrer une vérité par l’utilisation d’élément logiques, quasiment mathématiques comme par exemple  « Et », « Ou »,  « Egale », des inférences « j’ai vu un corbeau noir, tout les corbeaux sont noirs »  des syllogismes dont le plus connue est : « Tout homme est mortel, Socrate est un homme, Socrate est mortel ». Foi et raison serons depuis Aristote engagées dans une dualité souvent conflictuelle quand la raison pure contredit la foi, notamment dans la religion chrétienne créationniste : le monde fut créé tandis que la raison Aristotélicienne prétend que le monde est infini, donc n’a pu être créé. Cette dualité sera mise en évidence par les aristotéliciens arabes du 12ème siècles, Avicenne (Ibn Sinna ) et surtout Averroès (Ibn Rushd) qui donnera une philosophie supposée, l’Averroïsme. Celle-ci, recomposée par la scolastique parisienne du 13ème siècle en une sorte de d’agnosticisme sera fortement combattue par l’église qui va censurer l’Université de Paris en 1277, le déclin suivra.  

La raison, mythifiée au 13ème siècle puis au 18ème siècles avec les républicains et les Francs Maçons prend un R majuscule.  Elle atteint cependant  des limites comme outil permettant la description du monde. Elle utilise une rationalité simple voir simpliste, portant facilement à l’erreur grossière. Par exemple l’inférence : « j’ai vu un corbeau blanc, tous les corbeaux sont blancs ».  En effet cette Raison n’utilise pas l’expérimentation, elle est seulement une logique, un concept quasiment mathématique, enfin cette rationalité, comme tout autre est fortement liée culturellement au groupe qui l’utilise ici les européens, la Raison pure peut aisément se transformer en dogme quand elle prétend a l’universalité. Raison et foi s’accordent là parfaitement pour  prouver l’existence de Dieu comme le font Raymond Lulle au 13ème siècle et Descartes au 17ème. 

Ce qui va définitivement faire avancer l’humanité ce n’est pas seulement la raison, mais le doute, car seul  le doute engage l’expérimentation pour le lever.

La mécanique du doute intéresse déjà Aristote tout en n’étant pas le point central de sa philosophie. La théorisation du doute revient à Pierre Abélard au début du 12ème  siècle  qui écrit dans son ouvrage « Sic et Non » qui se traduit par « Le Pour et le Contre » :

 

« La première clef de la sagesse, c’est une interrogation continuelle, il n’est pas inutile de douter de chaque chose. En effet, qui doute conduit à chercher, qui cherche peut saisir la vérité ».

Puis le même Abélard dit dans son « Dialogue entre un Philosophe, un Juif et un Chrétien » :

 

« Quelle que soit l’objet de la discussion, la démonstration rationnelle a plus de poids que l’étalage des autorités ». 

 

Cinq siècles plus tard, c’est très long cinq siècles, Descartes reprendra les réflexions de Pierre Abélard et de la scolastique parisienne dans « Le Discours de la Méthode », ouvrage mi philosophique mi scientifique qui définit pleinement une méthode de recherche d’une vérité forcément en suspend puisqu’à la merci d’un doute. Cette méthode est basée sur l’expérimentation, la reproductibilité, elle est devenu le fondement de la pensée scientifique moderne.

Pourquoi invoquer aujourd’hui les penseurs d’autrefois? La pensée rationnelle n’a jamais été  une évidence naturelle pour l’homme, la foi dans un dogme est la pente douce de la paresse et du laisser aller rassurant. Suivre un chef, faire les mêmes gestes que les autres, ne pas se poser de questions se fondre dans la masse sont des attitudes de moindre effort. Ces penseurs ont pris des risques et marqués leur temps. Entre Aristote et Abélard il s’écoule environ 1500 ans entre Abélard et Descartes il s’écoule 500 ans, chacun en son temps connu les pires ennuis, Abélard n’eut la vie sauve plusieurs fois que grâce à la promptitude de ses fuites. Descartes du finir ses jours proscrit en Suède, loin de sa patrie ou il mourut de froid.

 Ces penseurs d’autrefois se sont donnés la main par dessus le temps, chacun améliorant la méthode précédente. Abélard au début du 12ème siècle enseignait la logique aristotélicienne mais en en privilégiant le doute, il fut le fondateur de la scolastique médiévale qui marqua une époque riche en révolution technologique et en progrès. La scolastique durement censurée par l’église sombra mais fut reprise 5 siècles plus tard par Descartes qui s’en inspira largement et la dépassa avec l’exposition de méthodes expérimentales.  Pourtant le cartésianisme ne cesse d’être aujourd’hui caricaturé, le doute cartésien, vidé de son sens laisse le champ libre aux diseurs de bonne aventure et charlatans de tous poils.

Maintenant la télévision sert chaque soir son sermon de terreur et nous exhorte à la foi ! L’ombre d’Al Qaïda plane sur nos tête, il nous est ordonné de  trembler et surtout de resserrez les rangs. Il y a tout à voir mais rien à comprendre, ayez foi dans vos chefs nous dit-on, ils  pourront peut être vous sauver si seulement vous leur laissez les pleins pouvoirs! Alors pour avoir un libre arbitre, pour rester un individu, conserver son âme et son corps, son  « habeas corpus », il n’est d’autre posture que le doute. 

Ce doute est profondément humain puisqu’il permet le progrès car provoque la recherche d’un savoir supérieur et de méthodes plus efficaces.

 

La raison est bien de n’avoir foi que dans le doute !

 

Partager cet article
Repost0